En vedette

La monogamie, génétique ou culturelle ??

monogamie deux enfants

 

La monogamie, génétique ou culturelle ??

Il semble que la monogamie disparaisse. On vit dans de nombreux couples, on change de partenaires, on choisit de moins en moins des relations exclusives à long terme.
Depuis l'antiquité, nos ancêtres préhistoriques ont pratiqué plusieurs types de relations sexuelles et amoureuses. La polygamie était la pratique la plus courante dans le monde antique. Les hommes riches pouvaient avoir plusieurs épouses et même des harems.  Actuellement, de multiples sociétés pratiquent différentes formes de relations différentes de la monogamie. Le mariage devient de plus en plus fragile dans la société occidentale mettant à mal la monogamie   


Les gens sont en désaccord avec les valeurs de la monogamie.  Certaines personnes pensent que le mariage monogame opprime les femmes et impose aux personnes des attentes irréalistes tout au long de la vie. La monogamie dans cette perspective favorise le sexisme et entraîne des souffrances inutiles. D'autres personnes pensent que la monogamie favorise l'égalité des femmes et fournit un contexte pour approfondir la confiance et l'intimité. La monogamie à partir de cette perspective fournit une base pour le progrès social et offre aux personnes des relations plus sécurisées.


Les critiques de la monogamie varient dans leur portée. Certaines critiques rejettent tous les types de monogamie comme intrinsèquement négatifs. D'autres acceptent la monogamie sociale comme une forme de relation positive et rejettent la monogamie sexuelle comme une contrainte sur le comportement sexuel.  

 

monogamie

 

Monogamie, génétique et hormone

Dans une étude publiée dans le journal Nature  le 27 juin 2017, les chercheurs pensent que la monogamie peut avoir un fondement génétique. Les chercheurs de l'université de Harvard ont étudié deux races de souris. La première est la souris Peromyscus polionotus, un des rares animaux monogames. Pendant la vie de cette souris, le mâle et la femelle restent ensemble, pour créer un foyer familial, et pour élever les jeunes.
La deuxième race étudiée était la souris Peromyscus maniculatus. Dans cette race, les mâles s'accouplent avec autant de femelles que possible, sans faire aucun effort pour aider à élever les jeunes souris.
Les chercheurs ont mis en évidence des variations génétiques entre ces deux races. Ils se posent ainsi la question sur le fondement génétique de la monogamie
Les chercheurs ont échangé la place des jeunes souris pour savoir si la monogamie était génétique, ou une acquisition pendant l'enfance. En étudiant la deuxième et la troisième génération, les chercheurs ont constaté qu'une zone particulière sur un chromosome était active chez les souris élevées dans un foyer monogame. Cette activation semble sensibiliser les mâles à être monogames et à devenir plus attentif à leur progéniture.
Ils ont noté également une différence de l'expression d'un neurotransmetteur nommé la vasopressine. La présence de ce neurotransmetteur dans l'hypothalamus semblait inhiber la monogamie chez les souris mâles et femelles.


Dans leur livre sur la polygamie publiée en 2016 David Westneat et Jacqueline Dillard de l'université de Kentucky mentionnent le rôle de certaines hormones comme l'ocytocine et la vasopressine dans l'apparition de la monogamie.
Les hommes en couple semblent garder une distance plus grande avec une femme attirante, quand ils ont un taux élevé d'ocytocine selon une étude publiée par le journal Neuroscience en 2012.  

Cette hormone semble jouer un rôle dans l'attachement au foyer et à son partenaire. Cette hormone est secrétée dans une région du cerveau nommé hypothalamus. Cette hormone est impliquée dans le comportement favorisant les liens sociaux.
L'ocytocine augmente la confiance entre les personnes, et améliore les relations entre les parents et les enfants. Les hommes engagés dans une relation semblent éviter l'infidélité en recevant une dose d'ocytocine. Curieusement cette hormone ne change pas le comportement des hommes célibataires.

 

monogamie deux hommes une femme

 

Et si la monogamie n'était qu'un choix ???


"Être fidèle et monogame n'est pas naturel pour les êtres humains. Cela prend du travail. Au fond, nous le savons tous. Nous avons tous été tentés à un moment ou un autre même en pensée éphémère. Chaque fois que nous reconnaissons que quelqu'un du sexe opposé est "sexy", nous pensons qu'il serait un compagnon agréable et approprié. Ne pas agir selon ses impulsions nécessite une décision consciente. C'est une lutte entre ce que le corps veut et  la partie civilisée de votre cerveau afin d'éviter les conséquences négatives et la souffrance du conjoint et la destruction de la relation.  C'est pourquoi les aventures extraconjugales sont parfois considérées comme "un moment de faiblesse".

Extrait de livre du  Oliver Markus :  Pourquoi les hommes et les femmes ne peuvent pas être des amis


Références :
https://www.nature.com/nature/journal/v544/n7651/full/nature22074.html

Dillard and Westneat. Disentangling the correlated evolution of monogamy and cooperation. Trends in Ecology and Evolution, 2016 DOI: 10.1016/j.tree.2016.03.009

D. Scheele, N. Striepens, O. Gunturkun, S. Deutschlander, W. Maier, K. M. Kendrick, R. Hurlemann. Oxytocin Modulates Social Distance between Males and Females. Journal of Neuroscience, 2012; 32 (46): 16074 DOI: 10.1523/JNEUROSCI.2755-12.2012

 

Lire la suite
428 lectures
0 commentaires
En vedette

Réussir nos bonnes résolutions du Nouvel An

2017

 

Le nouvel an est l'occasion de faire la fête et de faire le bilan de l'année. C'est aussi le moment d'espérer des changements pour la nouvelle année, de prendre des résolutions pour changer les choses, pour améliorer sa vie.
C'est l'un des sujets favoris de nos repas du Nouvel An. A chacun ses bonnes résolutions : arrêter de fumer, commencer à suivre un régime, changer de travail, faire un voyage, entreprendre un projet.
Par exemple, on sait que la fréquentation des salles de sport augmente en Janvier, les résolutions du Nouvel an sont passées par là.

 

Nos résolutions du Nouvel An

 

Selon les études, 88 % de toutes nos résolutions du Nouvel an vont échouer. Autre chiffre : 50 % des Américains par exemple vont prendre des résolutions au nouvel An.


Nos résolutions dépendent de notre volonté


Une résolution c'est une action volontaire, et la volonté c'est comme un muscle, elle ne peut s'exercer correctement sans entraînement, ni ressources.
Un acte volontaire dépend de nos besoins, de nos passions. Quand on dit : on veut, on désigne surtout le désir, ce désir naît d'un besoin : améliorer sa vie, préserver sa santé, réaliser un projet ou entreprendre une activité sportive.
Ce désir se transforme en projet avec détails, bénéfices et inconvénients. C'est alors le moment de la décision. Le désir se transforme en idée réalisable, concrète. Chaque détail exige une décision réfléchie, raisonnable, accompagnée de sa propre liste d'arguments et de justifications.
Agir volontairement, c'est agir avec conscience, pour des raisons conscientes, en assumant toutes les conséquences. Quand la personne agit sans pouvoir expliquer ses choix par des raisons conscientes, il s'agit d'un automatisme inconscient, et non pas de la volonté.
Pour améliorer la volonté, des choses simples peuvent aider. La seule façon de corriger les défauts de la volonté est de les connaître.
Après une longue et difficile journée au bureau, nous sommes plus susceptibles de consommer le reste de crème glacée, ou d'avaler deux tranches supplémentaires de pizza (et de pas suivre le régime qu'on voulait faire). Une étude de l'Université du Michigan a révélé aussi que le fait de marcher dans une rue d'une ville surpeuplée, peut réduire notre capacité à la maîtrise de soi.
Nous supposons que la maîtrise de soi est une question de caractère, que nous allons suivre les bonnes résolutions du Nouvel An seulement si nous avons un peu plus de discipline. Mais les études suggèrent que la volonté est limitée, fragile, et nécessite toute notre attention et tous nos soins.
Dans une étude, on a remarqué que les élèves qui ont jeûné pendant trois heures, ont moins de maîtrise de soi et moins de capacité à prendre des décisions. La volonté nécessite de l'énergie, du repos, et de la disponibilité.


Notre cerveau à la table de St Sylvestre

Nos résolutions du Nouvel An est une expression de notre volonté. Les cellules de notre cerveau responsables de la volonté sont situées dans le cortex préfrontal (derrière le front). C'est la zone responsable de la concentration, de la mémoire courte et de la résolution des tâches abstraites. Quand vous décidez de faire un voyage en Asie ou d'arrêter de fumer, ces cellules ne peuvent pas gérer autant de décisions, ou autant de complexité. Et ces décisions risquent de se perdre, d'être effacées comme une mémoire de courte durée.
Voila un exemple, à l'université Sandford, un groupe d'étudiant a reçu un nombre à deux chiffres à retenir, un autre groupe a reçu un nombre à sept chiffres à retenir. Après une courte promenade, ils avaient le choix entre deux collations. Ce qui est plus surprenant : Les étudiants avec des numéros à 7 chiffres étaient deux fois plus nombreux à choisir une tranche de gâteau au chocolat, les étudiants avec deux chiffres ont préféré une salade de fruits.


Les chercheurs expliquent ce phénomène par le fait que les 7 chiffres sont plus difficiles à retenir. Cette surcharge sur le cerveau, stresse l'organisme qui va chercher consolation et énergie dans le sucre et le gâteau.
Notre cortex préfrontal qui gère notre volonté est comme un muscle, et nécessite entrainement et soins.
Si vous décidez d'utiliser ce muscle au début l'année avec une résolution comme arrêter de fumer, aller à la salle de gym, ou faire le tour du monde, ce muscle risque de souffrir par manque d'entraînement, et de lâcher l'affaire.

 

bonne annee

 

Résolutions contre habitudes

Les habitudes sont des comportements répétés qui n'exigent pas de notre cerveau beaucoup de concentration. Si vous voulez réussir, il faut progressivement transformer certaines résolutions en habitude, pour éviter la fatigue et l'obligation de concentration prolongée.
Cesser de fumer est une résolution abstraite. Pour la transformer en habitude, il faut un plan : fumer une cigarette en moins par jour ou passer à la cigarette électronique.
Changer votre régime alimentaire est une résolution abstraite. Par contre, remplacer la pâtisserie par un fruit est une habitude simple. Transformer la résolution en habitude augmente vos chances de réussir. Une fois, le comportement souhaité est installé, votre cerveau peut passer à autre chose.

 

bonne annee fete

 

Comment réussir les résolutions

Il devient plus simple à présent d'affronter la cérémonie des résolutions du nouvel An. Pour mieux réussir à les réaliser :

abs11.5 orange Choisissez une seule et unique résolution
Une seule résolution réussie vaut mieux qu'une liste de résolutions oubliées. Comme nous l'avons expliqué, notre cerveau est un organe fragile, sensible. Prendre plusieurs résolutions ne fait que surcharger notre cerveau, qui va aller à l'essentiel, au plus simple, et oublier le reste. Nous ne pouvons nous concentrer que sur une seule résolution, en donnant à cette résolution tous les soins nécessaires pour la réussir.

 

enfant sapin cadeau nouvel an

 

abs11.5 orange Comprendre ce qui signifie la volonté

La volonté commence par l'idée, puis par les détails qui transforment l'idée en projet, puis d'autres détails qui transforment le projet en réalisation concrète. Pendant ce temps, il faut de l'optimisme, de la patience, de la motivation et de l'endurance.

abs11.5 orange Installer le changement par petite dose
Si votre résolution intéresse un comportement, Commencez par la tâche la plus simple, la plus modeste. Vous pouvez passer à la tache suivante plus tard.
Cela n'a aucun sens d'essayer d'arrêter de fumer et perdre du poids en même temps ou dans le même mois. Au lieu de cela, nous devons respecter nos limites. Les habitudes humaines sont têtues. Les mauvaises habitudes sont difficiles à oublier.

abs11.5 orange Dites-le, et laisser-les autres vous encourager

Les gens autour de vous, qui vous encouragent, qui vous soutiennent, ont un impact significatif sur votre comportement, et sur vos chances de réussir. Si vous annoncez votre résolution à votre entourage, vous avez plus de chance de respecter vos engagements, et plus de chances d'être soutenu.

abs11.5 orange Rester positif

abs11.5 orange Mettre l'accent sur la carotte, et non pas pas le bâton.
Une étude de l'Université de Chicago décrit comment les commentaires positifs sur votre nouvelle attitude peuvent augmenter la probabilité de réussite. Evitez les commentaires négatifs, les personnes indifférentes ou pessimistes.

abs11.5 orange Entourez-vous de personnes motivées, encourageantes et positives.

abs11.5 orange Recherchez les gens motivés prêts au changement comme vous.


Dans une étude de Harvard, les chercheurs ont constaté que certaines personnes avaient changé leurs habitudes après une tragédie personnelle (divorce ou maladie), d'autres ont changé parce qu'ils ont été intégrés dans des groupes sociaux (associations, club sportif, groupe de travail etc.) qui les ont motivés.


Bonne année, et meilleurs vœux pour 2017

Lire la suite
397 lectures
0 commentaires
En vedette

Gueule de bois : Qui a bu doit boire

chat-gueule-de-bois-choux

 

Noël est là, le repas va être arrosé des commentaires d'une cousine enthousiaste, les conseils d'un vieil oncle et les bruits des enfants. Si la présence de votre tante ou de votre belle-mère vous donne envie de boire, pensez à la gueule de bois qui risque de vous accompagner le lendemain ou pendant que vous ouvrez vos cadeaux de Noël.

 

Mots-clés :
Lire la suite
760 lectures
0 commentaires
En vedette

Médias : plus d’insatisfaction de son corps

nudite

Les adolescents qui lisent des magazines, qui regardent la télé, sont plus susceptibles d'être mécontents de leur corps, surtout les filles.

C'est le résultat d'une étude suggérant que les filles sont plus affectées par les images diffusées par les médias et les magazines, se plaignent de leurs corps, de leur beauté et cherchent à ressembler aux modèles affichés à travers le sport, le régime, et la chirurgie esthétique.>

Les auteurs signalent que le rapport entre l'exposition à ces images et le mécontentement de son corps, n'est pas direct, ils existent des variables psychologiques qui peuvent modérer ce mécontentement, ou le renforcer comme les troubles du comportement alimentaire, et une mauvaise estime de soi.


Les chercheurs ont étudié les réponses de 1165 étudiants espagnols âgés de 14 à 16 ans. Les résultats confirment que le mécontentement de son corps est lié d'une façon ou d'une autre à l'exposition à un certain contenu médiatique, surtout un contenu traitant les régimes, la beauté, la santé ou les clips vidéo.


Les hommes et les femmes ne sont pas égaux devant l'effet de cette exposition. Les filles sont plus affectées, cependant les hommes sont touchés à leur façon, cherchant de plus en plus augmenter leur masse musculaire pour ressembler aux modèles exposés.


Dans cet échantillon, bien que les femmes aient un indice de masse corporelle IMC inférieur à celui des hommes, elles ont intériorisé plus que les hommes les messages présents dans ces contenus médiatiques, sous forme de désir de régime, de moduler son corps, avec une mauvaise estime de soi.

 

 

Lire la suite
1848 lectures
0 commentaires
En vedette

La solitude n'a rien de bénéfique

train-pc-femme

 La solitude n'a rien de bénéfique

En partant le matin dans un train de banlieue ou dans le RER parisien par exemple, vous pouvez faire un constat simple : bien que l'être humain soit une des espèces la plus sociale de la planète, les gens s'ignorent dans la proximité. Dans un train de banlieue, des centaines de personnes sont assises l'une après l'autre, elles se touchent, elles sont à proximité, mais elles font tout ce qui est possible pour s'ignorer.

 

La solitude n'est pas bonne pour la santé 

Curieusement, les êtres humains ne comprennent pas les avantages de la connexion sociale, surtout dans la culture occidentale.

Les gens cherchent à tort la solitude et l'isolement, en sous-estimant les méfaits de cet isolement. Des gens rapportent fréquemment des expériences positives avec les autres, mais cherchent l'isolement d'une façon permanente et presque quotidienne.

 

Tisser des liens avec des inconnus dans un train de banlieue ne peut apporter les mêmes avantages à long terme que des liens avec vos amis bien sûr. Par contre, tisser un lien avec un étranger dans un train de banlieue peut rendre le trajet plus agréable, peut alléger la solitude, et peut enrichir chacun des participants.

 

Les participants d'une étude réalisée dans le réseau des trains de Chicago ont signalé un grand bien-être en cas d'une discussion agréable avec un étranger assis dans le train. Dans cette étude, les chercheurs ont découvert une profonde méconnaissance des conséquences psychologiques de l'interaction sociale.

 

Les chercheurs ont effectué cette expérience dans les trains de Chicago, et dans leur laboratoire, examinant un paradoxe social : pourquoi les gens qui bénéficient d'un lien social préfèrent l'isolement vis-à-vis de personnes étrangères à leur monde ?

 

Les participants étaient des usagers de train de banlieue de Chicago, et des autobus. Ces participants étaient invités à discuter avec un étranger, ou à faire le trajet dans leur solitude, ou faire ce qu'ils auraient normalement fait, et remplir un questionnaire pour mesurer les conséquences réelles d'une interaction sociale.

 

Curieusement, en majorité, les participants ont déclaré que les trois expériences étaient positives. Cependant, les personnes ayant accepté de parler avec des inconnus ont décrit une expérience positive pendant la durée de l'expérience, et au-delà de la durée de l'expérience. Discuter avec une personne inconnue dans le train a permis d'avoir moins de stress durant la journée, d'avoir des sujets de discussion, et de considérer le trajet dans les trains de banlieue de Chicago plus agréable ou moins pénible.

 

Ref:

  1. Nicholas Epley, Juliana Schroeder. Mistakenly Seeking Solitude.. Journal of Experimental Psychology: General, 2014

 

Lire la suite
758 lectures
0 commentaires
get('text_top_button', JText::_('DEFAULT_GOTO_TOP_TEXT'))*/?>
get('text_bottom_button', JText::_('DEFAULT_GOTO_BOTTOM'))*/?>

 

 

 

Catégories

 

CULTURE

SOCIETE

BIEN-ETRE

SCIENCES

VIDEOS

 

 

 

Suivez-nous !

 

causam picto twitter

 

causam picto facebook