En vedette

Tallulah : beau film sur les visages de la maternité

Tallulah Ellen page

 

Tallulah : trois femmes et un bébé

C'est un film qui aborde plusieurs problèmes de la vie et qui les résument assez bien. C'est une histoire touchante qui ne laisse pas insensible. Le film gravite autour de trois femmes qui doivent, chacune à leur tour, mettre en œuvre leurs instincts maternels.
Les trois femmes dont le destin est lié, devront chacune faire appel à leur instinct maternel et surtout réussir chacune à son tour à se remettre en question.

La scénariste réalisatrice Sian Heder a présenté son film "Tallulah" pendant l'été 2016 au festival du film Sundance. Le film d'Heder est disponible depuis ce jour sur le site Netflix.

Le script d'Heder est ambitieux, il traite l'histoire d'un bébé " volé " et de trois femmes avec leurs histoires et leurs vécus.  Elles sont plutôt de mauvaises mères négligentes mais leur amour pour l'enfant est sincère.

Ellen Page joue Tallulah, une jeune marginale qui vit dans sa camionnette et passe ses journées avec son petit ami Nico (Evan Jonigkeit). Leur relation est marquée par un manque de responsabilité personnelle et leur isolement du monde extérieur.

Ellen Page, comme Tallulah elle-même, est la véritable vedette du film. Une décennie après son film Juno en 2007, Page retrouve un rôle complexe, où elle réussit à jouer une petite voleuse, légère, empathique.

 

Tallulah Ellen page film

Elle se retrouve obligée de faire un choix qui s'impose à elle sans qu'elle ne s'y attende. La jeune femme sans racines arrache un petit enfant à sa mère riche et négligente et fait passer le bébé pour le sien, par volonté et souci de le protéger. Cette décision connecte et transforme la vie de ces trois femmes très différentes.

Tallulah perdue après avoir rompu avec son petit ami, est recruté par une mère au foyer, Carolyn (Tammy Blanchard) pour faire la baby-sitter, le temps d'un rendez-vous qu'elle espère galant. Dans une scène d'introduction, Blanchard est l'exemple même de la mauvaise mère qui a perdu tout contact avec le réel, obsédée par son image et sa capacité à séduire, sans soucier de son bébé. A son retour, elle découvre tardivement que Tallulah a emporté le bébé avec elle. Tallulah emmène le bébé chez Margo (la mère de son ex-copain), en affirmant qu'il s'agit de son bébé avec Nico. Margo accueille à contrecœur Tallulah et sa "nouvelle" petite-fille.

 

Tallulah Ellen page bebe film

 

Tallulah n'avait comme objectif que de sauver ce bébé des griffes de sa mère négligente et indifférente. Elle s'attache à cet enfant et finit par se perdre dans son propre mensonge. La fausse vie de famille qu'elle mène avec la mère de son ex lui convient. Le déni s'installe.  Page réussit à être dans la retenue sans surjouer ce personnage excentrique, sans trop de notes dramatiques ou humoristiques que son personnage est sensé apporter.

Margo est isolée du monde, elle vit seule avec une tortue dans un appartement appartenant à son ex mari. Elle est séparée de son ex mais refuse le divorce.
Margo et Tallulah finissent par avoir un lien ; Margo devra prendre plus de risques pour protéger Tallulah et le bébé.
La performance de Allison Janney mérite mention. Est-ce son meilleur rôle au cinéma ? Elle réussit à nous séduire avec cette femme solitaire, vivant dans un épuisement émotionnel et personnel.

 

Tallulah Ellen page Allison janney

 

"Tallulah" est un début intéressant d'Heder, qui travaille comme scénariste dans d'autres projets de Netlfix.
Sian Heder n'en est qu'à ses débuts. Pour une première, Heder réussit son pari, avec un film riche en émotions, une réflexion sincère et profonde sur la maternité.

 

Tallulah, ce sont trois femmes maladroites avec la maternité. Sian Heder explore leurs défauts sans jugement simpliste, ni moraliste.

 

Scénario : 4 etoiles
Réalisation :  3 etoiles

Impression générale : 4 etoiles
Inivitation d'aller voir le film : 4 etoiles

Lire la suite
591 lectures
0 commentaires
En vedette

10 poèmes : Bob Dylan mérite son prix Nobel de littérature

bob dylan

 

Bob Dylan, poète, littéraire et beaucoup de Rimbaud  

Le prix Nobel arrive toujours en retard pour celui qui le reçoit, comme le disait G.B.Shaw.
Bob Dylan, prix Nobel de littérature 2016 a 75 ans cette année. Cette sélection est surprenante. Il est le premier artiste à recevoir ce prix pour un travail dédié entièrement à la chanson. Il a été honoré pour "avoir créé de nouvelles expressions poétiques au sein de la grande tradition de la chanson américaine."
Bob Dylan, pop music, troubadour moderne, contre-culture des années 1960, underground, presque le seul chanteur auteur-compositeur génial de musique populaire de la seconde moitié du xxe siècle, lumineux et tragique, viscéralement américain, blues, folk, country et rock.
Ni penseur, ni théoricien, mais lucide et sincère.


De son vrai nom Robert Allen Zimmerman, fils d'un commerçant juif, il naît à Duluth, dans le Minnesota, le 24 mai 1941.
Le public passionné ou agacé, se familiarise avec la polyphonie singulière qui ne choisit pas entre le chant et la parole, des mots chargés de sens à la limite parfois de l'incompréhensible où se mêlent ironie, colère, lyrisme et rage de vivre. Les protest songs en faveur de la paix, de la dignité ou des droits civiques sont contemporains de sa liaison amoureuse avec Joan Baez, la grande prêtresse du genre.

 

bob dylan Joan Baez

L'américain Bob Dylan et sa compatriote Joan Baez, à Londres, en 1965. Ils furent les plus populaires chanteurs de protest song.


Le lauréat du prix Nobel Toni Morrison a déclaré dans un communiqué que Dylan était "un choix impressionnant " "Grand choix " dit Joyce Carol Oates.
Dylan est déjà la seule star du rock à recevoir un prix Pulitzer (honorifique), et il n'a écrit qu'un seul livre, ses mémoires, "Chroniques : Volume 1"
Il est le premier Américain à remporter le prix Nobel de littérature depuis Morrison en 1993.

Ses chansons contestataires reflètent son aversion pour la guerre, pour l'ordre moral et les bien-pensants. Dylan n'est pas politique, il est dans une approche plus vaste que le point de vue idéologique. Il chante le bonheur et la colère, l'amour et la conscience que la vie n'est qu'un voyage solitaire.  

Il est difficile de définir la poésie. Un poème dit une chose et en signifie une autre. C'est un texte personnel de rupture, des mots qui cherchent un sens qui dépasse le sens premier, des images qui dessinent un monde inventé. La poésie est rupture entre le poète, son environnement et les mots. Quant à la forme, la poésie est un jeu subtil de sonorité, de musique interne, de rythmes, et de rimes. 


Dylan ne se dit pas écrivain ni poète, mais quand on crée avec les mots, quand on joue avec la langue, on suscite des images, puis des pensées et des émotions, on a le droit au titre de poète. Par le passé, la poésie étaient des mots chantés.  
Dans son livre d'autobiographie, Chronique 1, Dylan écrit, " La créativité a beaucoup à voir avec l'expérience (apprentissage), l'observation et  l'imagination. Si l'un de ces éléments clés est absent, cela ne fonctionne pas."  


Ce livre offre aux lecteurs un aperçu de l'esprit de l'artiste. Parmi les premières influences, Dylan discute dans ses mémoires sa relation avec Suze Rotolo (la jeune fille sur la couverture du deuxième album de Dylan), The Freewheelin, les œuvres de Bertolt Brecht et Kurt Weill, Arthur Rimbaud, la musique de Robert Johnson.


Durant ses premières années, Dylan a été influencé par la poésie d'Allen Ginsberg et Lawrence Ferlinghett, par Paul Verlaine et  Rimbaud. Ces deux poètes Verlaine et Rimbaud sont mentionnés dans plusieurs chansons.
Les films comme je ne suis pas là et de nombreux livres et articles sur Dylan laissent penser qu'il est un homme avec de nombreux masques. "Je est un autre", selon Rimbaud, permet à l'artiste d'échapper à la question d'identité. Il écrit : Quand je lis Rimbaud, les mots partent en cloches (musique).  

 

bob dylan parole chanson


Dylan a manifesté son intérêt pour d'autres auteurs que Rimbaud, comme T.S. Eliot cité dans plusieurs chansons, et Ezra Pound. Dylan les cite dans ses chansons mais il les critique aussi. " J'ai aimé T.S Eliot. Il valait la peine de le lire ".
James Joyce est une autre figure littéraire intéressante dans le monde de Dylan. Il explique dans ses Chroniques que James Joyce semblait être l'homme le plus arrogant possible, "il avait deux yeux grands ouverts et une grande faculté d'expression ".

D'autres figures littéraires dont les œuvres ont surgi dans le paysage de la musique de Dylan au fil des ans sont Lewis Carroll ( "Tweedle Dee et Tweedle Dum"), Anton Chekhov (Blood on the Tracks), Arthur Conan Doyle ( "Talkin ' John Birch Paranoid Blues "), F. Scott Fitzgerald (" Ballad of a Thin Man "et" Summer Days "), les frères Grimm (Highway 61 Revisited et" Sara "), Victor Hugo (" Desolation Row "), Herman Melville ( "115 e rêve de Bob Dylan" et "et voilà!"), Friedrich Nietzsche et Wilhelm Reich ( "Joey"), Junichi Saga (souvent cité sur Modern Times) et John Greenleaf Whittier ( "Scarlet Town").


Dans ses Chroniques, Dylan décrit ses liens avec les écrivains qui ont façonné ses idées, les penseurs des Lumières comme Voltaire, Rousseau, Locke et Montesquieu, les Modernistes comme Eliot, Fitzgerald et Faulkner, les romantiques comme Victor Hugo, les réalistes comme Balzac (que Dylan trouve "hilarant"), des théoriciens comme Nietzsche, Marx et les écrivains grecs et romains classiques comme Sophocle et Ovide. Il décrit également ses amours pour Byron, Milton, Coleridge, Shakespeare, Villon, Poe.


Dans son interview Playboy 1978, Dylan cite Chekhov son auteur favori, et Henry Miller comme "le plus grand écrivain américain, avec Hemingway et James Baldwin.

 

abs11.5 bleu1 1

Blowin' In The Wind

How many roads must a man walk down
Before you call him a man?
Yes, 'n' how many seas must a white dove sail
Before she sleeps in the sand?
Yes, 'n' how many times must the cannonballs fly
Before they're forever banned?
The answer, my friend, is blowin' in the wind
The answer is blowin' in the wind

How many years can a mountain exist
Before it's washed to the sea?
Yes, 'n' how many years can some people exist
Before they're allowed to be free?

Yes, 'n' how many times can a man turn his head
Pretending he just doesn't see?
The answer, my friend, is blowin' in the wind
The answer is blowin' in the wind

How many times must a man look up
Before he can see the sky?
Yes, 'n' how many ears must one man have
Before he can hear people cry?
Yes, 'n' how many deaths will it take till he knows
That too many people have died?
The answer, my friend, is blowin' in the wind
The answer is blowin' in the wind

Combien de chemins un homme doit-il marcher
Avant qu'on l'appelle un homme ?
Oui, et à travers combien de mers, une colombe blanche doit-elle voguer
Avant qu'elle ne dorme dans le sable
Oui, et combien de fois est-ce que les boulets de canons doivent-ils voler
Avant qu'ils ne soient bannis
La réponse, mon ami, est dans le vent
La réponse est dans le vent.

Combien de fois un homme doit-il regarder vers le haut
Avant qu'il ne puisse voir le ciel ?
Oui, et combien d'oreilles est-ce qu'un homme doit-il avoir
Avant qu'il ne puisse entendre les gens pleurer ?
Oui, et il faut combien de morts avant qu'il ne sache
Que trop de gens sont morts
La réponse, mon ami, souffle  dans le vent
La réponse est dans le vent

Combien d'années une montagne doit-elle exister
Avant qu'elle ne soit entraînée par la mer
Oui, et combien d'années est-ce que certaines personnes peuvent exister
Avant qu'ils ne puissent être libres
Oui, et combien de fois est-ce qu'un homme doit-il tourner la tête
En faisant semblant de ne rien voir
La réponse, mon ami, est dans le vent
La réponse est dans le vent

On retrouve dans ce texte une belle poésie composée d'images de voyages, de distance, pour nous envoyer subitement vers d'autres sens : les autres, la violence la mort, la souffrance. Des mots qui expriment au delà de leur sens.  Chaque strophe est une question qui nous est posée et ces questions n'ont rien à avoir avec la question principale

 

abs11.5 bleu1 2

Girl Of The North Country

If you're travelin' in the north country fair,
Where the winds hit heavy on the borderline,
Remember me to one who lives there.
For she once was a true love of mine.

If you go when the snowflakes storm,
When the rivers freeze and summer ends,
Please see she has a coat so warm,
To keep her from the howlin' winds.

Please see if her hair hangs long,
If it rolls and flows all down her breast.
Please see for me if her hair's hanging long,

For that's the way I remember her best.

I'm a-wonderin' if she remembers me at all.
Manytimes I've often prayed
In the darkness of my night,
In the brightness of my day.

So if you're travelin' the north country fair,
Where the winds hit heavy on the borderline,
Remember me to one who lives there.
For she once was a true love of mine.

 

Si tu passes là-bas vers le Nord
Où les vents soufflent sur la frontière
Rappelle mon souvenir à quelqu'un qui vit là-bas.
À la fille, qui fût mon amour

Si tu croises les troupeaux de rennes
Vers la rivière à l'été finissant
Assures-toi qu'un bon châle de laine
La protège du froid et du vent

A-t-elle encore ses blonds cheveux si longs

Qui dansait jusqu'au creux de ses reins
a-t-elle encore ses blonds cheveux si longs
C'est comme ça que je l'aimais bien

Je me demande si elle m'a oublié
Moi j'ai prié pour elle tous les jours
Dans la lumière des nuits de l'été
Dans le froid du petit jour.

Si tu passes là-bas vers le Nord
Ou les vents soufflent sur la frontière
Rappelles mon souvenir à quelqu'un qui vit là-bas.
À la fille, qui fût mon amour

Dans ce texte, les images défilent, sous forme de détails d'un lieu, d'un monde ancien, pour dessiner l'image centrale du texte : le souvenir tendre et bienveillant d'un amour passé. La musique country rend la chanson mélancolique et lente. Il avait 22 ans quand il a écrit cette jolie chanson romantique et nostalgique.

 

abs11.5 bleu1 3

Mr Tambourine Man

Oui, danser sous le ciel de diamant avec une main s'agittant librement,
Silhouette sur la mer, entouré par les sables du cirque,
Avec toute la mémoire et le destin entraînée en profondeur sous les vagues,
Laissez-moi oublier aujourd'hui jusqu'à demain.

Il est possible de tracer un lien entre ce texte et le fulgurant poème de l'illumination de Rimbaud :  " J'ai tendu des cordes de clocher à clocher ;
Des guirlandes de fenêtre à fenêtre ;
Des chaînes d'or d'étoile à étoile,
Et je danse. "


Le poète est libre, son imagination illumine ses nuits, le libère, c'est son passeport vers un monde où les autres n'ont pas accès.


abs11.5 bleu1 4

Subterranean Homesick Blues

Gardez un nez propre
Laver les vêtements simples
On n'a pas besoin d'un homme de la météo
Pour savoir de quel côté le vent souffle


La poésie permet de dire au delà des mots, ce qu'il fait Dylan dans ce texte. Il utilise plusieurs images simples sans lien apparent pour inciter à la lucidité, voire au delà des apparences directes, à se faire un jugement par soi même, à regarder le ciel pour avoir une idée de la météo sans attendre monsieur météo nous annoncer la pluie et le beau temps        

 

abs11.5 bleu1 5

A Hard Rain's Gonna Fall," The Freewheelin' Bob Dylan, 1963

Je vais marcher dans les profondeurs de la plus profonde forêt noire
Lorsque les gens sont nombreux et leurs mains sont tous vides
Lorsque les boulettes de poison inondent leurs eaux
Lorsque la maison dans la vallée rencontre la prison sale et humide
Lorsque le visage du bourreau est toujours bien caché
Lorsque la faim est laide, où les âmes sont oubliées
Lorsque le noir est la couleur, là où il n'est le nombre
Et je le dis et je pense et parle et respire
Et refléter de la montagne afin que toutes les âmes puissent le voir
Ensuite, je suis sur l'océan jusqu'à ce que je commence à changer sinkin '
Mais je connais ma chanson avant que je commence à chanter Singin '


Selon Allen Ginsberg,  cette chanson de protestation fut écrite dans le sillage de la crise des missiles de Cuba. Dylan révèle la sensibilité de l'écrivain face à l'injustice : d'abord une litanie des souffrances qu'il a vu (à la façon de T.S.F. Eliot) puis la promesse de prendre tout cela et de le transformer en art.  

 

abs11.5 bleu1 6

"The Times They Are a-Changin," The Times They Are a-Changin (1964)

Venez écrivains et critiques qui prophétisent avec votre stylo
Et gardez vos yeux écarquillés, la chance ne viendra pas à nouveau
Et ne parlez pas trop tôt pour le reste de la roue en mouvement
Pour le perdant, il sera désormais trop tard pour gagner
Car les temps sont un 'Changin'! (mouvement)


En bon poète, Dylan comprend que dans les temps de bouleversements sociaux, il est préférable d'être observateur que de tirer des conclusions prématurées.


abs11.5 bleu1 7

"Ballad of a Thin Man," Highway 61 Revisited (1965)

Ah, vous avez été avec les professeurs et ils ont tous aimé vos regards
Avec de grands avocats que vous avez discuté des lépreux et des escrocs
Vous avez traversé tous les livres de F. Scott Fitzgerald
Vous avez très bien lu, cela est bien connu
Mais quelque chose se passe ici et vous ne savez pas ce que c'est
le sais-tu monsieur Jones?


Dylan a beaucoup lu, et a un esprit sceptique et un sens critique aiguisé. Combien de livres détiennent du bon sens ?


abs11.5 bleu1 8


"Desolation Row," Highway 61 Revisited (1965)

Le Titanic navigue à l'aube
Et les cris de tout le monde
"De quel côté es-tu ?"
Et Ezra Pound et T.S Eliot
Les combats dans la tour du capitaine
Alors que les chanteurs calypso se moquent d'eux
Et les pêcheurs détiennent des fleurs


Avec ces paroles, il est difficile de dire exactement ce qu'il voulait dire quand il a écrit que les modernistes poètes Ezra Pound et T.S Eliot ont été "combattants dans la tour du capitaine." Mais les paroles peuvent être interprétées comme une critique des écrivains sophistiqués, érudits, mais abstraits et si éloignés de la vie des gens ordinaires.
 

abs11.5 bleu1 9

"You're Gonna Make Me Lonesome When You Go," Blood on the Tracks (1975)

Les relations ont tous été mauvaises
Les miennes étaient comme celles de Verlaine et Rimbaud
Mais il n'y a aucun moyen de comparer
Toutes ces scènes pour cette liaison
tu vas me transformer en solitaire quand tu partiras.


Dylan cite ici ses deux grandes influences Arthur Rimbaud et Paul Verlaine.


abs11.5 bleu1 10


" I Feel a Change Comin 'On ," Ensemble Through Life 2009

Je suis à l'écoute Billy Joe Shaver
Et je lis James Joyce
Certaines personnes me le disent
J'ai le sang de la terre dans ma voix


Dylan semble avoir des sentiments mitigés au sujet de James Joyce. Dans les Chroniques, Dylan dit de sa tentative de lire Ulysse: "Je ne pouvais pas faire peau ni les cheveux de celui - ci. James Joyce semblait être l'homme le plus arrogant, avait ses yeux grands ouverts et une grande faculté d'expression, mais je ne sais pas ce qu'il voulait dire. "
Ulysse est le genre de livre difficile que les gens veulent lire sans toujours arriver jusqu'à la fin du livre.

Beaucoup de fans citent déjà Dylan comme s'il était Shakespeare, il y a des cours sur lui dans les collèges et des volumes savants consacrés à ses chansons ;   


"Blowin 'in the Wind" est un hymne de protestation des années 1960, mais sonne comme un psaume comme si cette chanson avait été énoncée par la tradition orale d'un autre siècle, avec les lignes comme "Combien de fois les boulets de canon doivent-ils voler avant qu'ils ne soient interdits pour toujours? "


Lors d'une conférence de presse 1965, on lui avait demandé s'il se considérait avant tout un chanteur ou un poète.

Dylan dira : "Je me vois plutôt un homme qui chante et danse."
Pourtant, il est un poète aussi.

 

 

Lire la suite
719 lectures
0 commentaires
En vedette

Balthus: réalisme et modernité dans un style unique

balthus La Toilette de Cathy

La Toilette de Cathy

Balthus, étoile solitaire et unique


Ce peintre contemporain est après tout un peintre discret, cosmopolite et mondain, d'une famille aisée, germanique d'origine polonaise par son père, artiste peintre qui fréquentait les milieux artistiques européens.
Balthus, diminutif de Balthazar Klossowski de Rola est né 1908 à Paris.

 

balthus Jeune fille a la fenetre

Jeune fille à la fenêtre

Il passe son enfance à Paris. A la 1ère guerre, ses parents gagnent Berlin puis s'exilent en suisse, et se séparent. Sa mère " Baladine " d'origine russe fréquente Gide, Bonnard, et Rilke.
Rilke devient le compagnon de sa mère, l'encourage, préfaçant un petit livre de ses dessins (l'histoire de Mitsou, le chat)
A 16 ans Balthus suit l'enseignement de Pierre Bonnard et de Maurice de Vlaminck pour devenir peintre. Il est en admiration devant Cézanne. Comme Cézanne pense que l'art doit rester en harmonie avec la nature et ne pas tendre vers l'abstraction, Balthus le pensait également.

balthus Grand paysage aux arbres

Grand paysage aux arbres


Il copie les œuvres des grands maitres au Louvre, copie les maîtres italiens de la renaissance (Piero della Francesca).
En 1934 il participe à sa première exposition sans grand succès, se lit d'amitié avec Miro, Giacometti, fait des portraits (de Miro, Derain). La fréquentation du surréaliste Artaud le conduit à chercher et affirmer ce qu'il y a de profondément moderne chez les peintres anciens.

 

balthus La joie de vivre

La joie de vivre


En 1937 il épouse Antoinette de Watteville qui lui donnera deux garçons.
Après la deuxième guerre, il se retire dans la campagne savoyarde où la nature l'inspire, à Champrovert dans une ferme fortifiée. Là il peint des tableaux intimistes montrant des enfants, des fillettes avec chat, réunis en tableaux familiaux.

En 1943, il s'installe en suisse. En 1946, il se sépare de sa femme, voyage entre la France, la Suisse, l'Italie, et l'Allemagne.
De 1954 à 1961, il change d'habitat et s'installe dans le Morvan au Château de Chassy après un séjour chez Georges Bataille qui lui montre la région. Il y peint 60 tableaux.

En 1961, Malraux le charge de rejoindre la villa Médicis à Rome (pour diriger l'académie de France à Rome) qu'il repeint et aménage, restaure, fonction qu'il remplira pendant 15 ans. Sa fonction le conduit au Japon, pays fascinant où il rencontre sa deuxième femme Setsuko authentique aristocrate avec laquelle il aura une fille. Sa seconde épouse, Setsuko Ideta, inspira trois toiles (La Chambre turque, Musée national d'art moderne, Paris).
Par sa formation et sa vaste culture, il a incarné le rôle de l'Académie de France : création, respect du passé et être dans le présent. L'influence exercée par Balthus durant son long mandat (1961-1976) s'avéra déterminante, avec la restauration du palais et des jardins de la Villa Médicis, restauration conduite de bout en bout par le peintre.
Il meurt en 2001 dans son chalet suisse.

 

balthus Lenfant aux pigeons

L'enfant aux pigeons


Dans les années 1930, Balthus élabora une œuvre marquée par le réalisme puissant, teintée d'onirisme et de réminiscences enfantines : La Rue (Museum of Modern Art, New York), ou d'un érotisme violent : Alice et La Toilette de Cathy (Musée national d'art moderne, Paris), La Leçon de guitare.
Il peint des paysages, des natures mortes et des portraits au visage lunaire, aux traits peu précis, des nymphettes aux allures provocantes. " Le roi des chats " comme on le surmonte.

S'il peint des lolitas aux poses décontractées, insolentes, provocantes ou équivoques, il semble qu'il s'agisse plutôt de la nostalgie pour ce moment magique de l'enfance et de la promesse que représente la jeunesse, jeunesse que l'on quitte à regret pour tomber dans le conformisme de l'âge adulte.
Ainsi ces peintures provocantes de nus ambigus feront sa célébrité (la leçon de guitare).

 

balthus Nu devant la cheminee

Nu devant la cheminée

Corps exposé, pose impudique, exhibition, provocation : tableaux annonciateur de l'époque actuelle où le partage de l'intimité et le dévoilement du corps se pratiquent sans réserve chez les jeunes qui naviguent sur la toile et les réseaux sociaux.
Balthus se voulait " un peintre dont on ne sait rien ", un artisan discret et solitaire. Il nous a laissé une œuvre troublante, sans lien avec les courants d'Art du 20ème siècle. Il ne ressemble à personne, il n'a pas non plus fait école.

Personne n'a voulu ressembler à Balthus.


" Sa grandeur, c'est d'avoir récupéré les archétypes de la peinture depuis le XIIIe siècle et d'en avoir fait des images modernes. "

 

Lire la suite
720 lectures
0 commentaires
En vedette

Avant toi, film romance à partir d'un best seller anglais

avant toi film affiche

Avant toi, roman de Jojo Moyese qui devient film


"Vous allez vous sentir un peu mal à l'aise dans votre nouveau monde. Mais j'espère que vous vous sentez un peu émerveillé aussi. Vivez autant que vous pouvez, Ne vous contentez pas. C'est bien de vivre, il suffit de vivre. Avec mon amour, Will ".  


Voilà la lettre que Will laisse à Lou après son départ.  

Dans son best-seller publié en 2012, Jojo Moyes dessine le personnage de Louisa Clark, une fille ordinaire qui vit une vie ordinaire. Elle accepte d'accompagner un riche patient handicapé. Cette rencontre va transformer sa vie. Jojo Moyes nous décrit , dans son roman de 353 pages dans sa version d'origine,  deux familles, deux milieux, deux classes sociales.

 

avant toi film livre jojo moyes

 

Lou est une fille ordinaire qui mène une vie monotone dans un trou paumé de l'Angleterre dont elle n'est jamais sortie. Quand elle se retrouve au chômage, elle accepte un contrat de six mois pour tenir compagnie à un handicapé. Malgré l'accueil glacial qu'il lui réserve, Lou va découvrir en lui un jeune homme exceptionnel, brillant dans les affaires, accro aux sensations fortes et voyageur invétéré. Mais depuis l'accident qui l'a rendu tétraplégique, Will veut mettre fin à ses jours. Lou n'a que quelques mois pour le faire changer d'avis.

Lou Clark sait beaucoup de choses. Elle sait combien de pas il y a entre l'arrêt de bus et la maison. Elle sait qu'elle aime travailler dans le magasin de thé, elle sait qu'elle pourrait ne pas aimer son petit ami Patrick. Mais elle ne sait pas comment se protéger de l'amour qui va naître avec ce patient, ni comment rester à distance de la souffrance.  Le livre est un best seller en Angleterre, un roman d'amour qui fait pleurer, et qu'on n'abandonne pas avant de l'avoir fini.  

 

avant toi film Emilia Clarke Sam Claflin

 

Avant toi, film romance de Thea Sharrock.  

Le film est sorti en juin 2016 en Angleterre, il sera en France au mois de Décembre.   
"Avant toi", est une adaptation du roman de Jojo Moyes, réalisée  par Thea Sharrock.  On s'attache doucement à ce duo entre Will, tétraplégique et Louisa, sa demoiselle de compagnie.

 

avant toi Emilia Clarke Sam Claflin


Emilia Clarke fait bonne figure sans arriver à éviter de sur-jouer. Dans certains passages, son jeu est excessif, trop forcé surtout dans les passages comiques. Elle arrive à séduire aussi bien son patient puis le spectateur surtout dans la deuxième moitié du film.  Les deux personnages vont s'écouter, s'aimer.

 

avant toi film emilia clarke


C'est un film sincère et sans vulgarité, drôle parfois, émouvant. Le film est très fidèle au roman, ce qui rend le scénario brillant et solide.
Après une réussite planétaire de Games of Thrones, Emilia Clarke est pétillante, parfois trop même, charmante avec son sourire et sa joie de vivre.
La réalisation est soignée, un esthétisme séduisant dans la deuxième partie du film. Couleurs, lumières, dépaysement pour alléger le thème central du film

Le film manque par certains cotés et ne peut transmettre la profondeur de certains passages du livre. Les réflexions sur l'handicap, la vie, la qualité de vie, les arguments pour vivre ou pas, aimer ou pas, on ne les retrouve pas dans le film.


C'est un film romance, léger, bien fait, formaté pour plaire. La bande originale, est bien faite.
et permet de passer une bonne soirée.


Scénario : 3 etoiles
Réalisation :  3 etoiles
Impression générale : 3 etoiles
Inivitation d'aller voir le film  : 4 etoiles

 

Lire la suite
1196 lectures
0 commentaires
En vedette

L'avenir : film très français, mais plaisant et intello

Isabelle Huppert Mia Hansen Love lavenir

 

L'avenir, un film qui peut plaire 

 

La réalisatrice française a reçu en février l'Ours d'argent, de la meilleure réalisatrice lors du festival du cinéma à Berlin, jury présidé par Meryl Streep, pour son dernier film " l'avenir ". Un prix qui vient couronner une carrière entamée en 2007. A 35 ans, cette cinéaste discrète a eu son premier rôle auprès d'Olivier Assayas (son mari) pour Fin août, début septembre. Elle réalise son premier film Tout est pardonné, sorti en 2007, puis Le Père de mes enfants (2009),  Un Amour de jeunesse (2010), et  Eden (2014).

 

Mia Hansen Love Ours argent lavenir

Mia Hansen-Love,  Ours d'argent, meilleure réalisatrice, festival du cinéma en Allemagne

 

C'est l'histoire d'un couple de professeurs qui se séparent. Dans cette " comédie de mœurs ", la vie de Nathalie (Isabelle Huppert) professeur agrégée de philo connait des changements : maladie de sa mère, séparation d'avec son mari, et les enfants qui partent.  Un film très français qui ressemble fidèlement aux films des années 70, de Claude Sautet ou d'Eric Römer. On peut facilement imaginer Romi Schneider dans le rôle d' Isabelle Huppert : une femme qui divorce, dans une société qui change. Ce genre de film cher à certains amateurs de films intello, si moqué par ceux qui y voient nombrilisme, prétention et clichés.  


Cette prof de philo dans la cinquantaine nous parle de l'amour, du couple, du vieillissement, de la mort, de la naissance, et de philosophie.  Film d'auteur parisien et bourgeois, avec pas mal de clichés. Pourtant, le film est plaisant, où un chat allège la lourdeur de la prétention philo, où la mère de la prof est largement plus joyeuse que la fille.

Le scénario est un simple dialogue, où il ne se passe pas grand-chose. Les événements existent mais leur retentissement sur les personnages est limité. La réalisatrice nous propose de la nostalgie, de mélancolie et de la sensation du temps qui passe. Les acteurs sont bien dirigés, l'interprétation est juste sans lourdeur ni excès.  La réalisation est remarquable.

 

Isabelle Huppert lavenir


Il existe des points forts, l'apprentissage de la vie en solo par ex, Nathalie qui affronte la vie qui change avec retenu, sans larmes, avec distance, acceptation, et une dose de stoïcisme. Elle n'a pas le choix, elle doit vivre. On devine la douleur de sa séparation, on ne la voit pas, on devine sa colère, elle ne la montre pas. A travers ce personnage, Nathalie (Isabelle Huppert), Mia Hansen-Løve aborde avec retenue et humour le sort cruel des femmes après quarante ans, qui ne seraient alors que " bonnes à jeter à la poubelle " selon l'héroïne. La philosophie et la parole nous sauvent-elles de la vie réelle ?
Difficile liberté d'un personnage qui sera enfin apaisé malgré la tourmente. Je n'ai plus de mari, plus de mère (elle est morte), les enfants sont partis ; je suis tout à fait libre. Liberté douloureuse.

 

Mia Hansen-Love signe son meilleur film grâce à une actrice en parfaite maîtrise, un film français sur la crise existentielle, un film à prétention intello où des discussions philosophiques sans lien avec l'évolution des personnages tentent d'ajouter un sens à travers des citations de Rousseau ou de Pascal.


Par contre, c'est un film parisien à clichés, comme professeur de philosophie parisien avec maison de campagne. De jeunes philosophes en herbe vivant dans une maison perdue du Vercors débattent du sens de la vie dans toutes les langues et font du fromage.  On est dans la mauvaise caricature ou pas loin, dans les clichés des années 70.


Isabelle Huppert, émouvante, et juste, et une réalisation inspirée ont sauvé un scénario sans événements.  Espérons que ce film trouve son public.   

 

Scénario: 1 etoile

Réalisation: 4 etoiles
Notre appréciation : 3 etoiles

Invitation à voir le film:  3 etoiles

Lire la suite
378 lectures
0 commentaires
get('text_top_button', JText::_('DEFAULT_GOTO_TOP_TEXT'))*/?>
get('text_bottom_button', JText::_('DEFAULT_GOTO_BOTTOM'))*/?>

 

 

 

Catégories

 

CULTURE

SOCIETE

BIEN-ETRE

SCIENCES

VIDEOS

 

 

 

Suivez-nous !

 

causam picto twitter

 

causam picto facebook