Homme victime de femmes prédatrices !

James-bond-agresse-par-sophie-marceau

Sophie Marceau et Pierce Brosnan dans «Le Monde ne suffit pas».

 

Quand on parle d'agression sexuelle, nous parlons de victimes, majoritairement des femmes. Les femmes victimes de sexualité imposée sans consentement sont les plus nombreuses dans les statistiques. Mais les hommes ??

Lire la suite
10
  2776 lectures
  0 commentaires
Mots-clés :
2776 lectures
0 commentaires

Médias sociaux : ces amis qui nous veulent du bien !!

medias sociaux homme pc

Les médias sociaux, facebook, tweeter et autres, sans oublier leurs ancêtres les forums, sont nos moyens modernes de communication, de présentation et d'échanges. Ces médias nous permettent d'avoir des liens avec les autres, et engendrent, comme toute technologie, certains problèmes.

 

Médias sociaux et mensonges : perdre confiance et troubler sa propre mémoire

 

C'est classique, mentir sur les réseaux sociaux, est un sport collectif.
En se répétant des mensonges, en s'inventant une vie imaginaire, notre mémoire sera troublée. Les inventions répétées et les mensonges risquent de fusionner avec la mémoire réelle.

 

En lisant des pages de facebook, nous avons l'impression que certains utilisateurs racontent leur vie. Pourtant, les études confirment que deux tiers des utilisateurs mentent, ou enjolivent la réalité et inventent une vie différente. Les médecins ont commencé à décrire les cas de personnes affectées par une " amnésie numérique " à force de croire à leurs propres versions des événements en oubliant la réalité et la vie réelle.

 

Inventer une vie sur les réseaux sociaux répond à une conformité sociale. La pression du groupe, avec laquelle chacun doit se conformer, engendre un comportement de groupe.

 

Sur Facebook, Twister, forums, les études découvrent que la moitié des utilisateurs déclare subir un sentiment de paranoïa, de tristesse et de honte, en étant incapables de vivre dans la réalité ce qu'ils racontent sur les médias sociaux. Inventer une vie différente de la vie réelle répond à des besoins pour éviter la stigmatisation, avoir de la popularité, être accepté dans un groupe, etc. Cette habitude peut créer une érosion dangereuse de l'identité personnelle selon les études récentes. Les mémoires sont réellement modifiées ainsi que leur nature, et leurs relations avec le temps. Dans certains cas, les personnes abandonnent les réseaux sociaux, ou consultent un médecin en raison d'un sentiment de culpabilité, de dégoût, parfois d'anxiété ou de troubles de la personnalité.

 

68 % des personnes sur les réseaux sociaux admettent exagérer ou mentir sur leur propre vie. 16 % des jeunes adultes âgés de 18 à 24 ans ont des troubles de mémoire en raison de fusion entre la mémoire réelle et les mémoires inventées.

 

Les personnes inventent, ou enjolivent leur vie pour être acceptées dans la communauté, pour ne pas être traitées de jalouses, ou ennuyeuses, pour avoir de la popularité, pour avoir des liens et pour sortir de leur solitude.

 

medias sociaux resaux

 

Partager : À n'importe quel prix ?

 

Dans le journal Computers in Human Behavior, une étude publiée en 2014 souligne que le partage sur les réseaux sociaux est de plus en plus répandu : un événement n'en n'est pas un jusqu'à ce que vous le disiez à quelqu'un. Les personnes qui partagent leurs émotions se disent ensuite soulagées. 70 % du partage social utilise des médias de texte comme Facebook ou Twitter. Les personnes choisissent les médias qui répondent à leurs besoins psychologiques soit par texte ou par message audio ou autres. Le positif est vite partagé. Par contre, les événements négatifs ou tristes sont peu appréciés, jugés comme intrusifs, et rabat-joie.

 

Le partage d'un événement positif augmente son impact, effet connu sous le nom de capitalisation. Partager l'heureux rendrait donc plus heureux. Par contre partager le triste ne semble pas alléger la tristesse, au contraire, cela semble aggraver les émotions négatives, soit par les commentaires des autres, soit par manque de solidarité.

 

Harcèlement en ligne

 

Le harcèlement en ligne est présent dans les forums et les réseaux sociaux. Ce sont parfois les trolls agressifs et insultants, parfois les autres connectés qui signalent vos messages comme abusifs pour inviter la modération à effacer vos messages ou à suspendre votre compte, ou c'est un membre qui cherche à se venger ou à attirer l'attention.

 

Internet n'est pas jeune, les réseaux sociaux ont presque 10 ans. Des procédures de gestion de ces comportements commencent à apparaître, sur le plan informatique, social et juridique. Parfois le harcèlement en ligne dépasse la plaisanterie vers les menaces ou vers la manipulation. La première ligne de défense est la prévention. Le bon sens invite chacun à mesurer le sérieux de son comportement et du comportements des autres. La deuxième ligne de défense est d'avertir la modération du réseau social. Si les menaces sont sérieuses, il est utile de demander l'aide.

 

D'autre part, il est conseillé de quitter un site quand vous vous sentez menacé, harcelé, ou ennuyé. La gestion de harcèlement en ligne est à ses débuts, mais les interventions de la police et des juges se multiplient.

 

Vie personnelle, vie professionnelle

 

L'interconnectivité croissante d'Internet signifie que la séparation entre vie personnelle et vie professionnelle va devenir de plus en plus complexe. Les mails sont un support publicitaire, les réseaux sociaux et les commentaires peuvent être exploités. Les médias sociaux ont rapidement associé l'individu personnel à l'individu  professionnel. Sur Facebook, figurent le nom, le prénom, le mail, l'âge, puis quelle école vous fréquenter, quel lycée, quel ville, quelle profession, etc. Pour suivre vos amis d'université, vous dévoilez vos études, puis votre profession, puis vos loisirs.

 

Pour éviter cette confusion dangereuse, la première étape est de prendre en compte ce danger, de séparer le professionnel du personnel, ou de choisir de ne pas le faire après avoir évalué les risques et les avantages.

 

Par la suite, il est utile de comprendre comment se protéger, ou demander de l'aide pour assurer cette protection. Vérifier comment vous pouvez protéger vos données personnelles sur votre navigateur ou sur les moteurs de recherche, comment faire avec les photos ou les numéros de téléphone.
Ne jamais accepter de pulguer sur internet une donnée dont vous ne maitrisez pas sa protection et sa diffusion.

 

medias sociau fille facbook

 

Activisme et propagande

 

Qui n'a pas subi sur Twitter, Instagram ou Facebook les débats acharnés et parfois animés d'activistes et de personnes qui diffusent de la propagande ? Une discussion sur l'égalité home-femme, sur le conflit armé au moyen orient, sur l'immigration, et les messages d'activistes qui défilent pour vous convaincre et pour vous influencer.

 

Les médias sociaux révolutionnent l'activisme politique et social. Il est plus facile d'agiter, de provoquer des débats et d'argumenter. Les plates-formes sociales transforment les discussions sociales en capital culturel. Vous laissez un message sur l'égalité homme femme, un autre prendre ce message comme un argument. Vous laissez une vidéo sur youtube, il devient un argument pour les autres utilisateurs.

 

Sur les médias sociaux, les " like, " les retweets ", les commentaires, sont le but de nos interventions. Chacun tente de communiquer ses idées et sa conviction. La perspective de récompenses sociales corrompt parfois nos interventions, car sur ces médias, notre image aux yeux des autres, nos profils sont une promotion personnelle. Curieusement, en militant sur les réseaux sociaux, on offre à ces réseaux plus de visiteurs et plus de gains.

 

Le consommateur occidental est habitué à cette liberté de parole, sait comment évaluer la propagande politique ou commerciale.
Et sur les réseaux sociaux, il est utile d'être vigilant, car ils donnent une fausse idée de la propagation d'une idée, de son importance, transformant les opinions en arguments.

 

Références

 

  1. Stephanie J. Tobin, Eric J. Vanman, Marnize Verreynne, Alexander K. Saeri. Threats to belonging on Facebook: lurking and ostracism. Social Influence, 2014; 1 DOI: 10.1080/15534510.2014.893924
  2. Mina Choi, Catalina L. Toma. Social sharing through interpersonal media: Patterns and effects on emotional well-being. Computers in Human Behavior, 2014; 36: 530 DOI: 10.1016/j.chb.2014.04.026
Lire la suite
3
  873 lectures
  0 commentaires
873 lectures
0 commentaires

Sein nu : cacher ce sein ...

femen-seins-nus-place-st-pierre

Une femen aux seins nus s'est emparée de la statuette de l'enfant Jésus dans la crèche sur la place Saint-Pierre, au Vatican, annonce l'AFP.
Une femen, seins nus le jour de Noël, devant la crèche de la place Saint-Pierre, elle a saisi la statuette de l'enfant Jésus avant d'être stoppée par un gendarme.

Lire la suite
0
  653 lectures
  0 commentaires
653 lectures
0 commentaires

Les jeunes japonais : pas de sexe

couple-japon-mer-mariage

 

Pour avoir une idée, nous pouvons commencer par un chiffre mentionné dans les études : 45 % des femmes japonaises entre 16 et 24 ans ne sont intéressés par aucune forme de contacts sexuels.

Lire la suite
3
  1497 lectures
  0 commentaires
Mots-clés :
1497 lectures
0 commentaires

Marilyn Monroe et chirurgie esthétique

marilyn-monroe-rare-photos-35

 

Encore une fois, Marilyn Monroe peut être fière de sa légende, il suffit de parler d'elle pour avoir des gros titres, et des discussions passionnées sur sa beauté devenue presque légendaire.


Le nom de la star de cinéma était récemment présent lors d'une vente aux enchères de documents personnels. Ces papiers ont appartenu à un chirurgien plasticien nomme Michael Gurdin. Ses dossiers médicaux suggèrent que Marilyn Monroe a bénéficié de la chirurgie esthétique.


Depuis toujours, il existe une spéculation au sujet de la beauté de Monroe. S'agit-il d'une beauté normale ou d'une beauté améliorée et perfectionnée par la chirurgie esthétique. De nombreux articles ont mentionné que le visage de Marylin a profondément changé depuis ses débuts, elle était selon ses certains biographes moins belle au début de sa carrière, et que les changements de son visage sont si importants que l'éclairage soigné de ses photographe ne peut seul expliquer ces changements.


Dans les documents médicaux, on retrouve une note principale au sujet d'une intervention sur son nez datant de juin de 1962, deux mois avant sa mort. Certains biographes ont déjà signalé qu'à la même époque Marylin avait fait une chute chez elle. Il est donc possible que l'actrice ait consulté le chirurgien, sous un faux nom, Joan Newman, pour examiner son visage et prévenir une éventuelle fracture. Les notes du chirurgien font référence également à un implant de menton et à des modifications du nez de Marilyn. Les photos de Marylin ne semblent pas refléter des changements notables de l'aspect de son menton.


Qu'importe, nous sommes toujours dans la légende, la beauté de Marylin n'est pas seulement une beauté du visage, mais une beauté du regard, de la pose, des gestes, d'un corps, et d'un sourire. La chirurgie esthétique, si elle avait existé, ne pouvait que sublimer une beauté déjà exceptionnelle.

 
Lire la suite
0
  1319 lectures
  0 commentaires
1319 lectures
0 commentaires

Homme ou femme : qui est plus romantique

romantisme

 

 Homme ou femme : qui est plus romantique

Un psychologue a eu l'idée de prendre une série de photographies de mariage, et les a coupées en deux, a mélangé les photos, et a demandé à un groupe de personnes d'établir le degré relatif du charme des individus.

Selon les remarques de ces personnes, les gens avaient choisi des partenaires possédant un degré de charme semblable à leur propre partenaire. Ce genre de résultats permet d'aller vers la théorie de la complémentarité selon laquelle "les caractères opposés s'attirent", et aussi l'autre côté vers  "qui se ressemble s'assemble".

 

À la question de savoir si les femmes sont plus romantiques que les hommes, la plupart des gens répondent oui. Les études confirment que cette constatation est culturelle, les femmes selon ces études dans le sens que la femme a davantage tendance à faire passer l'émotion avant les considérations pratiques ou matérielles.

 

Un nombre plus élevé d'hommes que de femmes se marient au-dessous de leur niveau socio-économique propre. Les jeunes gens font preuve d'un nombre croissant d'expérience romantique après l'âge de 20 ans, à l'inverse des jeunes femmes qui manifestent un nombre décroissant. Cette constatation laisse supposer que les femmes exercent un contrôle plus rationnel, ou sont plus désenchantées de l'amour que les hommes.

 

En interrogeant un large échantillon de personnes de deux sexes âgés de 18 à 24 ans, en leur demandant si elle acceptait d'épouser quelqu'un qu'elles n'aimaient pas mais qui aurait toutes les qualités souhaitables : un tiers des hommes et un tiers des femmes répondaient : non.

 

Ce genre d'étude moderne est contre l'image conventionnelle selon laquelle le sexe féminin serait plus romantique. Une étude a interrogé des hommes utilisant les sites de rencontres pour sortir avec des filles et organiser des rendez-vous.

 

En interrogeant les personnes sur les impressions produites sur eux par une rencontre avec une jeune fille, les personnes refusées de la part de cette fille, n'ont pas trouvé plus de charme à cette fille difficile à séduire. On modifie l'expérience : une fille disponible, une fille jamais libre, et une fille précisant qu'elle était trop demandée, et qui serait intéressée par un rendez-vous avec une personne "spéciale". Cette dernière a été jugée par les hommes comme la fille la plus désirable des trois.

 

D'autres expériences poussant la recherche ont montré que la passion de l'homme est plus grande quand elle est suscitée par une femme qui au début, se montre résistante et critique, et qui par la suite, s'intéresse réellement à lui.

 

Lire la suite
2
  743 lectures
  0 commentaires
743 lectures
0 commentaires

Féministes: plus heureuses?

femme homme liberte

 

Féministes: plus heureuses?

Pendant l'été, j'ai participé aux trois ou quatre forums de célibat qui existent sur le net français. Sur un forum, j'ai lu les interventions, plutôt passionnées, des célibataires discutant le féminisme et son rôle passé et actuel.

Certaines questions peuvent apparaître absurdes, cependant réalistes : faut-il payer le repas quand un homme invite une fille, surtout si la fille affiche son indépendance comme une identité ? Que reste-t-il de la galanterie ?

Une fille de 20 ans disait qu'elle était contre la galanterie, car elle jugeait ce système paternaliste, et non égalitaire. Quelques interventions plus tard, elle regrettait que les hommes ne soient plus comme par le passé : attentifs et galants. Faut-il laisser passer une femme avant soi ?

 

Ces discussions me semblaient justifiées car le féminisme égalitaire oblige les hommes et les femmes à trouver un autre système de relation.

 J'ai lu récemment le livre The Paradox of Declining Female Happiness, Betsey Stevenson, Justin Wolfers  ou  le paradoxe du bonheur féminin déclinant  publié en 2009. Les auteurs soulignent que les études montrent que les femmes se déclarent en 2009 aussi malheureuses qu'en 1972.  Pourtant il s'agit d'un livre féministe.

Les femmes regrettent l'absence de romantisme dans les relations entre les hommes et les femmes, la tension entre les deux sexes, et la domination de la pornographie véhiculée par Internet.

Une fille, Nathalie, racontait sur un forum célibat qu'elle est sortie avec un garçon de 27 ans pendant trois mois. Garçon idéal sans casier judiciaire, bon métier, bien éduqué et équilibré. Nathalie est féministe, elle croit à l'égalité des droits. Elle a refusé que son copain paye le dîner et le cinéma dès la première fois. Après une discussion, chacun a payé sa part.

Je demande à Natalie par messages privés pourquoi sa relation avec ce garçon a échoué après trois mois. Elle pense que son copain l'a quittée parce qu'elle était féministe.  Il lui a dit qu'il cherche une femme et non pas militante, qu'il ne se voyait  pas la présenter à sa famille ou à ses copains.

Nathalie ajoute sur un ton amer qu'elle trouve injuste de devenir une vieille fille à 40 ans car elle croit à l'égalité entre les sexes.

Curieusement, le livre de Betsey Stevenson et  Justin Wolfers est peuplé de ce genre d'histoire. Je ne sais pas si les féministes étaient heureuses dans les années 80, les jeunes filles d'aujourd'hui trouvent en face d'elles des hommes qui mettent en cause le rôle du féminisme dans le couple, et dans les rencontres.

En réfléchissant, je pense que les hommes ont raison sur certains points :

Comment critiquer un homme quand il dit qu'il ne sait plus comment faire avec les femmes ?

 Nous sommes pour l'égalité avec les hommes, nous pouvons passer nos soirées à critiquer un homme qui ne sait pas préparer le dîner, mais aussi à critiquer un homme qui ne se montre pas galant et attentif, et en même temps virile et protecteur?

Dieu merci j'ai un salaire, je peux payer mes factures, cela devrait-il m'empêcher d'accepter l'invitation de mon chéri, ou lui laisser toute la place qu'il demande, et de bien préciser les rôles de chacun sans militantisme ?  Est-ce vraiment un signe d'égalité de mettre un homme à la cuisine  s'il n'aime pas faire la cuisine ? Et pourquoi ne pas mettre une femme au bricolage aussi seulement par amour de l'égalité ?

Dans un sondage publié au Figaro, une majorité significative des filles de 18 ans se déclare en faveur du retour au modèle traditionnel, en d'autres termes aux rôles traditionnels. Le féminisme a gagné, nous avons l'égalité dans les textes, et aussi dans la réalité, faut-il vraiement continuer la guerre ? Voilà ce que déclarent de nombreuses jeunes filles aujourd'hui !!

Lire la suite
1
  871 lectures
  0 commentaires
871 lectures
0 commentaires
get('text_top_button', JText::_('DEFAULT_GOTO_TOP_TEXT'))*/?>
get('text_bottom_button', JText::_('DEFAULT_GOTO_BOTTOM'))*/?>

 

 

 

Catégories

 

CULTURE

SOCIETE

BIEN-ETRE

SCIENCES

VIDEOS

 

 

 

Suivez-nous !

 

causam picto twitter

 

causam picto facebook