La beauté est bénéfique pour nous

Beaute pyschologie


Si l'automne est votre saison préférée, c''est le bon moment pour une promenade,  pour admirer les couleurs des forêts et des jardins, et pour apprécier le pouvoir de la beauté à  générer du bonheur et du bien-être.
Dans les ouvrages de psychologie positive, on parle de la capacité des gens à apprécier la beauté et combien cette capacité peut être source de bonheur et de joie de vivre.
Faire une promenade attentive, marcher à un rythme lent et observer la beauté du monde, voilà un moment de détente pour l'organisme et aussi pour le cerveau. Si vous aimez l'art, regardez attentivement pendant quelques minutes les œuvres, vous allez être touché par l'expérience de la beauté. Si vous aimez les fleurs, il suffit de s'en entourer, de les regarder, sentir, toucher.  
On peut devenir photographe amateur pour mieux observer, mieux profiter de la beauté de notre monde. Photographier ce qui est beau est un moyen de prolonger le regard et de bénéficier des effets positifs de la beauté sur votre psychologie.

 

Beaute pensee

 


Kant : la beauté exige la pensée

La nature de la beauté et la nature de l'Art sont parmi les deux thèmes les plus discutés et les plus controversés dans la philosophie occidentale. La beauté a traditionnellement été considérée comme une valeur ultime, avec la bonté, la vérité et la justice.  Au XXIe siècle, la beauté semble retrouver un intérêt dans les débats en Europe.
Juger le goût n'est pas un jugement logique mais esthétique.
Jusqu'au dix-huitième siècle, la beauté était objective en occident. Pour Platon, la beauté était dans les formes, dans sa proximité avec une forme idéale ou avec une pensée divine. Ainsi, on avait créé les canons de beauté.
Au dix-huitième siècle, surtout dans les îles britanniques, la beauté était associée au plaisir ; le plaisir était l'origine de la beauté. Locke a traité la couleur comme source ou lieu de beauté, dans sa qualité de rêve de l'esprit.
Hume et Kant pensaient que le goût était subjectif. Le goût avait la capacité de détecter et de savourer la beauté. Sans plaisir, il n'y a pas de beauté.


Kant concède que le goût est subjectif, que tout jugement de beauté repose sur une expérience personnelle.
" Je pourrais profiter d'une expérience douce devant le portrait de ma grand-mère, par exemple, ou devant l'architecture d'une maison qui me rappelle la maison de mon enfance. Personne ne me reproche telles expériences, mais elles ne prétendent pas guider ou correspondre aux expériences des autres. " Kant
Selon Kant, le jugement selon lequel quelque chose est beau, est un jugement désintéressé. Le jugement doit être indépendant des désirs humains - les désirs économiques et sexuels, par exemple. Au 19ème siècle, on disait que la beauté est donc une valeur positive ; c'est un plaisir. (Santayana 1896)

 

La psychologie du chocolat et de bonbons

Selon Kant, l'expérience de la beauté exige la pensée, contrairement aux plaisirs sensuels. Pourtant, le plaisir d'un baiser, d'un morceau de chocolat ou d'un verre de vin peut être une expérience de la beauté.
En mai 2017, des chercheurs ont publié dans le journal Current Biology un article amusant sur la beauté et la pensé. Leurs expériences donnent raison à Kant et le contredisent en même temps.
Leurs résultats montrent que les distractions nuisent à l'expérience de la beauté. Pour être touché par la beauté d'un tableau ou d 'une image, il vaut mieux être concentré. Par contre, les expériences confirment que les plaisirs sensuels peuvent être beaux.
Ils ont trouvé que la beauté est agréable et que le plaisir est toujours beau, selon Denis Pelli de l'Université de New York.
Un plaisir intense ou une expérience profonde de la beauté exigent tous deux, une pensée.
Pour explorer ces théories philosophiques, les chercheurs ont demandé à 62 personnes d'évaluer le plaisir et la beauté ressentis en regardant une image, en goutant un bonbon ou un chocolat ou en touchant un ours en peluche. Les chercheurs ont remarqué que distraire les personnes réduisent leurs jugements de beauté. Une image était jugée belle, puis moins belle en cas de distraction, puis rejugée belle en cas de concentration et de calme.   
En d'autres termes, Kant avait raison. La beauté exige la pensée, la réflexion.
Cependant, contrairement à la proposition de Kant selon laquelle les plaisirs sensuels ne peuvent jamais être beaux, 30 % des participants ont déclaré avoir eu une expérience de beauté en savourant un bonbon ou en touchant un doux ours en peluche.
Ces résultats montrent que beaucoup d'autres choses en dehors de l'art, peuvent être belles - même les bonbons, ou les peluches.
Les chercheurs ont l'intention de poursuivre leurs études sur d'autres thèmes : Y a-t-il des gens qui ne peuvent pas éprouver de la beauté ? Quel rôle joue la beauté dans la prise de décision ? Une beauté est-elle nécessaire à la créativité ?  La laideur est-elle le contraire de la beauté ?
Dans d'autres cultures, la beauté rejoint la pensée de Kant, elle exige calme, pensée, et méditation, comme on le peut lire dans la littérature japonaise ou chinoise.  

 

Beaute benefices


En quoi est-ce utile ?
Dans un musée ou dans un jardin, il est important de ne pas distraire les autres, un tableau est plus beau, un jardon est plus magnifique quand le cerveau est concentré. Quand on veut savourer un moment de beauté, arrêtons nos portables et nos smartphones, et plongeons nous dans la beauté sans distraction. C'est ce qu'on fait généralement en écoutant la musique ou en lisant.   


Quand nous embrassons notre amoureux, quand nous savourons une bonne pâtisserie, ou quand nous laissons agir nos sens, nous n'avons pas besoin de réfléchir, nos sens peuvent nous transmettre la beauté sans l'intervention de la pensée.


Réf
Aenne A. Brielmann, Denis G. Pelli. Beauty Requires Thought. Current Biology, 2017; DOI: 10.1016/j.cub.2017.04.018

Lire la suite
5
  677 lectures
  0 commentaires
677 lectures
0 commentaires

Beauté physique, beauté de caractère

Depuis le monde antique, les dieux de l'amour sont beaux. Plus tard, Venus fut à la fois déesse de la beauté et de l'amour. A notre époque moderne, c'est encore le cas. Nous sommes toujours plus attirés par la beauté ; le beau est attirant.

 

monro

 

Beauté physique, beauté intérieure

La beauté fait partie de critères favorisant l'attirance sexuelle ( être attiré par la sexualité de l'autre, par des éléments à caractères sexuels comme la beauté physique, les préférences sexuelles, ou par des détails relatifs au comportement sexuel de l'autre).

La beauté est un jugement personnel qui varie également selon les époques et les cultures. Par contre, le beau semble aimable dans toutes les cultures, attirant, séduisant. Dans certaines cultures, l'homme beau est jugé plus masculin, la belle femme est jugée plus féminine.

Les études sur les critères de la beauté ont commencé au siècle dernier à travers l'utilisation des photographies, et des analyses statistiques. Une donnée surprenante surgit de ces études relatives à la beauté : on attribue des traits positifs de personnalité, d'humour, de bonté aux personnes d'une certaine beauté. L'homme beau à travers sa photographie devient attirant en raison de sa beauté, ce qui favorise son attirance sexuelle. Il est jugé attirant aussi car la beauté devient synonyme d'intelligence, de politesse, de courtoisie.

Ces résultats des années 60 ont été confirmés par la suite. Les gens considèrent les personnes belles comme attirantes, comme sexuellement excitantes, comme de bons partenaires pour un amour romantique, et comme de bons partenaires sexuels, comme de bons partenaires pour le couple.

Cette polarisation positive relative à la beauté est présente également dans l'attitude des gens vis à vis des bébés et des jeunes enfants jugés beaux.

Ces beaux ont une certaine influence sur nous, une influence négative ou positive. L'idée que les hommes soient plus sensibles à la beauté que les femmes est un cliché sans fondement. Les deux sexes sont influencés par la beauté physique.

La beauté subjective réside dans le regard du spectateur en grande partie. Les normes et les modes sociales déterminent ce qui est beau, mais il reste toujours une partie personnelle de ce jugement.

À la fin de XXe siècle, le beau était différent de celui de XIXe siècle. Le beau est différent aussi d'un pays à un autre. Nous avons même une certaine difficulté à définir exactement la beauté d'une personne.

En règle générale, deux types de visages semblent être considérés comme attirants pour les hommes : le visage enfantin avec de grands yeux, un petit nez, et le visage de la femme sexy, avec un grand sourire, et de grands yeux. Les études interculturelles confirment que les yeux  de grande taille et les petits nez sont jugés attirants dans de nombreuses cultures.

Le corps joue un rôle important dans l'attirance sexuelle. Un beau visage sans joli corps altère l' attirance. Le type de corps le plus attirant est lié au poids normal, sans maigreur ni obésité, avec des seins visibles sans excès. Le rapport taille / hanche est présent dans toutes les cultures également. Les hanches larges comme celles de Marilyn Monroe sont considérées comme attirantes.

Chez les hommes, les jambes musclées, les hanches étroites, les épaules larges, et les petites fesses sont considérées comme critère d'attirance sexuelle et de beauté. La taille chez les hommes et la corpulence jouent un certain rôle dans l'attirance sexuelle. 

Nous apprécions la compagnie des personnes jugées belles pour le plaisir esthétique. Un joli visage qui sourit offre un beau spectacle sur le plan esthétique. Nous apprécions les personnes d'une grande beauté car nous continuons d'associer la beauté à certains traits de personnalité comme la douceur ou la bonté. Il s'agit d'un héritage culturel ancien associant la qualité à la beauté.


Les personnes belles ont des qualifications sociales plus importantes, elles sont plus populaires, mieux reçues, elles ont confiance, elles communiquent mieux que les autres.

 

La psychologie évolutionniste explique l'importance de la beauté dans l'attirance par ses avantages sur le plan pratique pour améliorer la sélection naturelle. Les femmes avec des hanches larges sont considérées plus fertiles, les femmes avec des gros seins sont considérées plus nourricières.

Les personnes belles ne sont pas meilleures que les autres, elles sont plus attirantes, elles ont une vie sexuelle plus riche, plus variée, elles ont des avantages sociaux, elles ont plus d'opportunités.

 

seduisante
Le coût de la beauté dans l'attirance

La beauté ne garantit pas l'attirance, ne garantit pas le succès dans l'amour, ne garantit pas la durée du couple. Parfois la beauté, surtout la beauté féminine entraîne l'hostilité, l'envie, le harcèlement, la méfiance, et parfois la violence. Les femmes belles sont également victimes de préjugés, sont jugées comme snobs, hautaines, matérialistes, et infidèles. La beauté féminine peut être un motif d'évitement et d'isolement.

Curieusement, les personnes ayant une beauté plus élevée que la moyenne ne sont pas toujours pleines de confiance, elles souffrent parfois de mauvaise estime de soi, de relations inconfortables avec les autres, ont du mal à être aimées au-delà de l'attirance sexuelle. Elles sont courtisées, désirées, mais difficilement aimées.

 

homme femmes intellgence sociale


Au-delà de la beauté physique : la personnalité

Une comparaison entre les critères cités comme attirants dans les années 60 : honnêteté, compétence, capacité, intelligence, et énergie, et les critères cités au début de XXIe siècle : sociabilité, forte activité, maîtrise de soi et cela démontre un changement de société, qui accompagne l'individualisme, et la recherche d'une qualité de vie au sein du couple (Krueger et Caspi, 1993).

De nombreuses études ont proposé des modèles mathématiques pour comprendre les traits de personnalités jugés attirants. La difficulté est toujours la même, comment attribuer les points pour chaque trait de personnalité, alors que ces points devraient refléter l'importance de ces traits de personnalité ?

Cela explique l'absence de modèle permettant d'expliquer les traits de personnalité et leur influence dans l'attirance sexuelle.

Ainsi, chaque personne explique son attirance à sa façon, en mettant en premier le critère le plus important selon lui :

- La première chose qui m'a attiré était le sourire sur son visage »
- Il était cultivé, il parlait si bien, il était rassurant
- Elle avait ce que j'aimais le plus chez les femmes : cette capacité à être heureuse
- Durant ma maladie, elle était là, j'ai vu comme elle était capable d'aimer
- Drôle et plein d'esprit.

Statistiquement, de nombreuses études démontrent que les femmes et les hommes en cherchant un partenaire pour une relation à long terme privilégient le respect, et l'intelligence relationnelle (sensibilité), les valeurs, et le sens de l'humour. Croire dans l'égalité entre les deux sexes est un critère mentionné de plus en plus dans les études récentes.

Ces critères d'attirance varient selon le but de la relation, selon les époques également. La fidélité est une valeur constante, par contre la maîtrise de soi et l'absence d'émotivité excessive sont des critères plus récents. L'attirance mutuelle est un critère de plus en plus répandu.

 

Il existe un lien entre la beauté physique et la beauté de caractère.

Une personne belle est généralement bien reçue, admirée, elle finit par devenir confiante, aimable, séduisante. Cela se nomme : l'effet de halo.


La beauté dépend donc des autres ; quand on est bien traité, on devient meilleur, on s'améliore. Dans un environnement hostile, nos caractères sont défensifs, ou plutôt agressifs.


Une expérience ancienne a été tentée par Edwin Ray Guthrie en 1938.

Quelques camarades de classe ont décidé d'entourer la fille la plus timide et la plus réservée de la classe. Ils ont commencé, sans avertir les autres, à draguer cette fille, à la séduire, à l'érotiser.

La fille a reçu ce comportement avec confusion, et choc. Elle a tenté d'augmenter sa dose de réserve et d'isolement, mais en vain devant l'insistance de ses camarades. Quelques mois plus tard, elle joua le jeu, elle a développé une confiance en elle, elle a commencé à apprécier les avances de ses camarades, elle a abandonné progressivement un style vestimentaire austère, elle a triomphé sur sa timidité. L'autre partie de l'expérience est simple : les autres camarades de classe commencent à être séduits par son nouveau comportement, elle est devenue attirante.

Bien que cette expérience soit ancienne, on en retrouve les traces dans de nombreux films, ou romans, pour expliquer comment le comportement des autres influence nos propres comportements. Le comportement de ces camarades de classe a renforcé la confiance en soi de cette fille timide, elle change de perception de sa propre image, se comporte autrement, influençant à son tour les autres de se comporter différemment avec elle.

 

 

Lire la suite
7
  1314 lectures
  1 commentaire
1314 lectures
1 commentaire
get('text_top_button', JText::_('DEFAULT_GOTO_TOP_TEXT'))*/?>
get('text_bottom_button', JText::_('DEFAULT_GOTO_BOTTOM'))*/?>

 

 

 

Catégories

 

CULTURE

SOCIETE

BIEN-ETRE

SCIENCES

VIDEOS

 

 

 

Suivez-nous !

 

causam picto twitter

 

causam picto facebook