Encyclopédie: sexologie et couple

Encyclo Encyclopédie de la vie sexuelle et émionnelle du couple et de la famille

Ce terme désigne les douleurs, sensation pénible, ressentie pendant une relation sexuelle, surtout pendant la pénétration.

 

 

 

Cela s'explique essentiellement par l'amélioration de la condition féminine, par la capacité des femmes à formuler librement leurs décisions sexuelles, et à échapper au contrôle social.

L'éjaculation se passe en deux phases : la phase pré éjaculatoire ( de préparation) correspond à la mise en tension du liquide séminale dans la prostate. Cette phase est perceptible par l'homme, contrôlable et réversible.

L'éjaculation et l'érection sont deux phases distinctes de la réponse sexuelle chez l'homme. Un homme peut avoir une érection sans parvenir à l'éjaculation. Il existe aussi un lien entre éjaculation et orgasme, l'homme peut éjaculer sans atteindre l'orgasme, et peut avoir un orgasme sans éjaculer, mais en pratique, les hommes en bonne santé, sans troubles ont des orgasmes qui accompagnent l'éjaculation.

L'Éjaculation est l'éjection du sperme en dehors de pénis lors de l'orgasme masculin. L' éjaculation rétrograde est d' envoyer le sperme dans la vessie (en arrière). Il existe un petit sphincter minuscule (muscle circulaire) fermant le col de la vessie et empêchant le sperme d'entrer la vessie.

Les études démontrent que les femmes acceptent facilement de rencontrer ou de sortir avec des hommes plus âgés.

Il n'existe pas de définition consensuelle ou scientifiquement admise des émotions. Il n'existe pas non plus de consensus concernant les composantes des émotions, les analyses des émotions selon l'approche utilisée.

L'empathie est la première étape pour bâtir une communication valable au sein du couple.

L'attirance sexuelle utilise l'érotisation pour stimuler le désir sexuel. L'érotisation signifie que le contact avec cet organe, visuel ou physique stimule le désir sexuel. La sexualisation désigne l'implication de cet organe dans l'activité sexuelle.

L'attirance sexuelle utilise l'érotisation pour stimuler le désir sexuel. L'érotisation signifie que le contact avec cet organe, visuel ou physique stimule le désir sexuel.

La sexualisation désigne l'implication de cet organe dans l'activité sexuelle.

La rencontre est un moment délicat pour les hommes et les femmes, un contact réel entre deux personnes qui se connaissent à peine sauf à travers leurs échanges par téléphone ou par Internet.

Le patient devrait être réconforté et confiant. Si le patient exprime une répugnance verbale ou non-verbale ou un embarras, le médecin devrait reconnaître que telles discussions sont difficiles, mais néanmoins indispensables. Les questions, devraient être générales ou spécifiques, et suffisamment détaillées.

Sensation de plaisir sexuel suscité par le désir sexuel, un fantasme ou une pensée sexuelle, une stimulation physique directe ou de n'importe quel autre sens que le toucher.

L'exhibitionnisme est un besoin urgent et incontrôlable d'exposer ses parties génitales à une personne étrangère confiante. C'est un trouble, une  déviance sexuelle (ou paraphilie) obsessionnelle.

L'orgasme féminin est variable selon les femmes, sur les couples, sont l'âge et selon les zones stimulées. En général, les femmes ont besoin de 15 minutes au plus de préliminaires et de stimulation combinés (stimulation de plusieurs zones érogènes) pour accéder à l'orgasme. L'orgasme clitoridien ou vaginal dure en moyenne de 8 à 19 secondes.

Les approches psychologiques concernant la compréhension de l'homosexualité ont reçu plus d'attention que les facteurs biologiques, en raison de la récente évolution de la biologie. Nombreuses approches sont possibles pour comprendre l'homosexualité.

On peut dire schématiquement que le couple se base sur un lien amoureux ou sur un lien d'intimité. Les couples passent progressivement de cet amour qui attire chaque partenaire vers l'autre vers un lien différent et plus profond, un lien basé sur la place donnée à l'autre, à ses besoins, à ses émotions.

La fellation se définit comme la stimulation buccale du pénis, c'est le fait que caresser les zones érogènes du pénis (gland, couronne du gland, frein) avec les lèvres et la langue.

La féminité est l'ensemble des caractères physiques, comportementaux, physiologiques, désignant la femme. La féminité comme terme est une identité du genre selon certains, c'est-à-dire une définition sociale et sociétale, perception forgée par la culture ambiante et par les époques, et pour d'autres, la féminité est une donnée biologique, génétique, hormonale, et physiologique.

Des études déjà anciennes comme celle de Weisskirch 2004 montrent que les jeunes sont de grands utilisateurs d'Internet pour visionner des produits pornographiques ou pour se lancer dans des discussions à caractères sexuels. Il est même possible de noter que les adolescents américains classent trois centres d'intérêt selon l'ordre suivant : les amis, la pornographie, puis la musique.

On peut adopter la définition de Webster : " Le fétichisme est un déplacement pathologique d'intérêt érotique ".  Le mot fétiche vient de l'adjectif portugais fetiço signifie sortilèges, objet enchanté, ou partie du corps, auxquels sont attribuées des propriétés magiques, ou sexuelles.

Dans les couples lesbiens contemporains, l'exclusivité sexuelle ( monogamie) semble être la norme (Blumstein & Schwartz, 1983) 91% de lesbiennes ont des rapports sexuels exclusifs et 90% se déclarent fidèles dans un rapport monogame. 4% seulement des lesbiennes semblent préférer des rapports sexuels non exclusifs.

La fidélité dans les relations fait partie de la définition même de relation surtout chez les couples de jeunes de moins de 25 ans. La relation est parfois définie aussi par le soutien, la sexualité.

Question fréquente, chaque couple pose cette question pour s'interroger sur sa propre sexualité et pour se comparer aux autres couples. Se trouver dans la moyenne est sans doute rassurant et agréable à savoir.

Pendant la grossesse, les hommes et les femmes expriment généralement des craintes spécifiques à la grossesse, à la santé de la mère, et du fœtus .

De nombreuses femmes rapportent de difficultés sexuelles pendant la grossesse caractérisées par des variétés de douleur.

La plupart des études confirment que les femmes éprouvent moins de satisfaction sexuelle durant la grossesse, que la satisfaction décline progressivement durant la grossesse, et pendant  un certain temps après l'accouchement.

L'impact de l'accouchement sur les rapports sexuels dans le couple est profond, la transition des couples sans enfant  vers la condition parentale, devenir parents, entraîne un certain nombre de changements dans les rapports sociaux du couple, dans ses activités,...

À la suite de l'échec de l'ensemble de théories évoquant la possibilité des facteurs médicaux, génétiques, hormonaux, ou familiaux pour expliquer l'homosexualité, d'autres théories ont tenté d'expliquer l'homosexualité.

Bell, Weinberg, et Hammersmith ont analysé l'homosexualité et ses éventuels facteurs en étudiant les relations interpersonnelles au sein de la famille nucléaire. Cette étude a englobé 979 femmes et hommes homosexuels, et 477 hétérosexuels.

La recherche des facteurs biologique éventuelle de l'homosexualité implique trois approches possibles : les facteurs génétiques, facteurs hormonaux, et différence anatomique ou fonctionnelle du cerveau humain.

Comme en hétérosexualité, il n'existe aucune définition valable et capable d'englober les multiples facettes de la sexualité lesbienne. Il est préférable de ne pas définir la sexualité lesbienne par une définition réductrice, et tenter de la définir par son contenu. Dans ce sens, chaque relation sexuelle lesbienne est différente, selon les partenaires, leurs besoins, leurs désirs et leur environnement culturel.

Il existe plusieurs approches pour étudier l'homosexualité. La première approche appelée l'essentialisme prétend que les étiquettes que nous utilisons pour parler d'homosexualité ou de bisexualité ont été identiques à travers les époques et les culture

Il est difficile de parler d'une façon globale de l'homosexualité masculine ; il s'agit d'une sexualité qui varie dans son contenu et dans ses pratiques selon les personnes, leurs cultures et leurs besoins. L'homosexualité masculine ressemble dans ses pratiques à la sexualité hétérosexuelle, chaque pratique comporte ses propres risques sanitaires et émotionnels.

Il n'est pas aisé pour un couple de lesbienne ou gay de lutter contre contre la désapprobation parentale même si on considère que les adultes sont capables de séparer leurs pensées de leurs émotions. La fidélité à sa famille est un élément essentiel pour se permettre de fonder à son tour une famille, ou un couple.

La honte menstruelle augmente les difficultés dans la sexualité, et rend l'expérience sexuelle, la prise de décision, et la satisfaction sexuelle réduite.

Les hormones sont des substances chimiques sous forme de protéines complexes sécrétées par des glandes dites endocrines (qui secrètent directement dans le sang), et par certains tissus comme le placenta.

Durant le développement du fœtus féminin, le vagin commence comme une corde attachée à la paroi de l'utérus. Entre les cinquièmes et septièmes mois, cette corde devient une sorte de tube sans ouverture à l'extérieur du corps. Ensuite il se détache de l'utérus et s'ouvre à l'extérieur.

L'hymen est cette membrane mince abrasée ou déchirée pendant le premier contact avec un objet ferme ou pendant le premier rapport sexuel pénétratif. La rupture de l'hymen se nomme défloration.

Hypoxyphilie est une paraphilie classée comme sous-catégorie de masochisme sexuel. D'autres termes sont utilisés comme asphyxiophilie, asphyxie autoérotique ou sexuelle. C'est une pratique sexuelle dangereuse et parfois mortelle qui fait référence à une excitation sexuelle produite en réduisant l'approvisionnement de l'oxygène au cerveau.

L'hystérectomie affecte le vécu sexuel, l'utérus définit une partie de l'identité sexuelle et participe à l'imaginaire et au plaisir sexuel de certaines femmes.

Il existe de nombreuses personnes qui pensent que l'amour romantique ne peut mener la relation qu'à sa perte, avec le mécontentement et l'anéantissement des sentiments.  Notre culture idéalise de plus en plus l'amour,  nous incite à avoir de plus en plus d'attentes,...

Les problèmes sexuels ne sont pas rares. Dans certaines études ( Laumann, Paik, et Rosen 1999), 43% de femmes et 31% des hommes se plaignent d'un problème sexuel durant l'année passée, sous forme d'insatisfaction ou manque d'estime de soi pendant la rencontre sexuelle.

C'est un problème particulier pour les individus bisexuels. Leurs attirances ou leurs expériences avec les femmes et les hommes peuvent les inviter à développer une identité particulièrement complexe dans un milieu culturel séparé entre hétérosexuel et homosexuel, et dans des normes sociales hostiles

Qu'est-ce que nous désignons par identité ?  Cette question englobe de nombreuses autres questions : Qui suis-je ? Quelle est la signification de ma vie ? La représentation du soi-même doit inclure le genre (homme ou femme).

La construction des identités se réalise par la transmission des comportements sociaux et des représentations culturelles. L'individu par l'intermédiaire des codes sociaux s'approprie les systèmes des valeurs lui permettant de dialoguer avec les autres de s'identifier et de se distinguer

L'identité du genre, est aussi connue sous le nom d'identité sexuelle. Elle commence chez dans les garçons l'à âge de un an lorsque le garçon commence son éducation de propreté, il apprend à répondre aux exigences des autres, qu'il a un pénis comme son père et qu'il est différent de sa mère.

Ces dernières années, la prolifération d'images érotisant et sexualisant l'homme dans la publicité a été le sujet de plusieurs études mettant l'accent sur les liens entre cette érotisation de l'image masculine et certains objectifs économiques et certaines pathologies.

Pendant de siècles, les hommes en occident étaient convaincus que la femme vierge est différente de la femme déflorée. L'activité sexuelle était considérée comme un moment essentiel pour l'épanouissement sexuel de la femme, de son passage à l'état de femme. Ces idées considéraient que l'homme, son pénis, et son sperme changeraient la force physique mentale de la femme et déclenchent son désir sexuel

L'intervalle entre deux grossesses à une importance majeure sur la santé de la mère, sur le bon déroulement de la grossesse, et sur la santé des enfants. La nature à prévue cela quand la mère allaite son enfant, pendant la période d'allaitement, la mère est infertile. C'est un moyen d'améliorer la santé de la mère en espaçant les grossesses.

get('text_top_button', JText::_('DEFAULT_GOTO_TOP_TEXT'))*/?>
get('text_bottom_button', JText::_('DEFAULT_GOTO_BOTTOM'))*/?>

 

 

 

Catégories

 

CULTURE

SOCIETE

BIEN-ETRE

SCIENCES

VIDEOS

 

 

 

Suivez-nous !

 

causam picto twitter

 

causam picto facebook