Encyclopédie: sexologie et couple

Allaitement et sexualité

allaitement1

 

Allaitement et sexualité

 

L'allaitement est facteur important dans la sexualité pendant et après la grossesse.  De nombreuses femmes croient que l'allaitement réduit le désir sexuel, les études confirment le contraire.

Dans la culture occidentale, le sein féminin remplit deux fonctions : le sein nourricier, organe de survie et d'alimentation pour le nouveau-né, et le sein érotique, une zone érogène primaire.

Le sein féminin joue un rôle important dans l'éveil et l'excitation sexuelle des hommes et des femmes. Le sein joue également le rôle d'une zone érogène, sa stimulation fait partie des préliminaires et des préludes aux rapports sexuels.

Chez certaines femmes, la stimulation des seins par les mains sous forme de caresses ou de légères pressions ou par la bouche sous forme de succion du mamelon ou de l'aréole provoque un désir sexuel intense pouvant dépasser le désir sexuel provoqué par l'activité coïtale.  (Liewellyn-Jones 1978).

Jessup et Powers (1987) ont étudié cette dualité du sein féminin en tant que sein nourricier et en tant qu'un organe érogène pouvant assurer l'excitation sexuelle et jouer un rôle dans les gestes sexuels préliminaires. Certaines femmes rapportent que leurs seins n'ont pas été inclus dans les préliminaires pendant l'allaitement, d'autres signalent que leurs seins avaient augmenté de volume, étaient plus sensibles pendant l'allaitement, et ont été un organe plus central dans l'activité sexuelle du couple qu'avant la grossesse  (Jessup et Powers, 1987).

 

Newton (1992) trace un lien entre l'allaitement et l'excitation sexuelle en identifiant plusieurs similarités psychologiques et physiologiques entre l'allaitement et le rapport sexuel. Pendant l'allaitement du nourrisson, et pendant la stimulation sexuelle du sein et du mamelon, les femmes peuvent éprouver des contractions utérines, des contractions du mamelon et des modifications du flux sanguin de la peau  (Newton, 1992).

Ces similitudes varient selon les femmes, Dettwyler (1995) indique qu’allaiter semble être parfois agréable pour la femme, parfois douloureux, le plus souvent pour une majorité des femmes, est un acte neutre.

 

Alder et Bancroft (1983) ont signalé une différence dans le retour de l'activité sexuelle du couple entre les femmes allaitantes et les femmes qui n'allaitaient pas. Les femmes allaitantes semblent avoir une fréquence de rapports sexuels inférieure à celle des femmes non allaitantes, le retour de l'activité sexuelle du couple est plus tardif en cas des femmes allaitantes.

Hyde (1996) a  rapporté que les femmes non allaitantes s'engagent deux fois plus vite dans une activité sexuelle coïtale (avec pénétration) après leur accouchement que les femmes allaitantes.  Ces différences se réduisent progressivement dans les 6 mois qui suivent l'accouchement.

 

Dans son étude, Alder (1989) a rapporté que les couples soulignent que les bébés allaités réveillent les parents pendant la nuit plus que les bébés non allaités, les couples décrivent l'influence de la fatigue, le manque de sommeil et de l'épuisement sur leur désir sexuel.

Romito (1988) a montré que les mères allaitantes partagent peu d'activités en général avec leurs conjoints, ce qui provoque un manque de proximité et de complicité entre les conjoints qui expriment plus de frustrations que les conjoints des femmes non allaitantes.

Jessup (1987) pense en analysant les réponses des femmes interrogées dans ses études, que les femmes qui allaitent reçoivent suffisamment de stimulation « tactile » de leur bébé. Certaines ont besoin de moins de caresses de leur mari qui peut recevoir un rejet répété suite à ses tentatives d'augmenter la proximité dans le couple.

L'étude de Hames (1980) indique que la sensibilité du sein pendant et après la grossesse, et l'écoulement du lait peuvent exclure cet organe de l'activité sexuelle du couple et participent à la réduction de la fréquence d'activité sexuelle. 24 % des femmes rapportent que la sensibilité de leurs seins et l'écoulement du lait ont réduit l'activité sexuelle dans leur couple, 12 % des femmes seulement pensent le contraire.

 

Concernant les hommes, 60 %  ne rapportent aucun lien entre la sensibilité excessive du sein ou l'écoulement de lait avec la fréquence d'activité sexuelle après l'accouchement, 21 % pensent que l'écoulement du lait a réduit leur activité sexuelle, 19 % soulignent que la grande taille du sein de leur conjointe a altéré l'activité sexuelle du couple.


Les études concernant l'activité sexuelle après le sevrage (arrêt de l'allaitement) (Forster 1994) constatent que l'arrêt de l'allaitement coïncide avec une nette augmentation d'activité sexuelle et de la fréquence de rapports sexuels dans le couple dans un délai de trois à quatre semaines après le sevrage.

 

 

Commentaires

get('text_top_button', JText::_('DEFAULT_GOTO_TOP_TEXT'))*/?>
get('text_bottom_button', JText::_('DEFAULT_GOTO_BOTTOM'))*/?>

 

 

 

Catégories

 

CULTURE

SOCIETE

BIEN-ETRE

SCIENCES

VIDEOS

 

 

 

Suivez-nous !

 

causam picto twitter

 

causam picto facebook