Encyclopédie: sexologie et couple

bisexualité : généralité et définition

femmes intimite jambes pieds bisexuelles

Bisexualité : généralité et définition

La plupart des bisexuels ne sont pas attirés d'une façon égale et constante par les hommes et par les femmes, peuvent évoluer pour choisir exclusivement un des deux sexes. Certains bisexuels sont et restent statiques dans leur attirance sexuelle, d'autres vont varier dans leur comportement.

Définir la bisexualité

En 1950, Alfred Kinsey a conçu l'échelle de Kinsey pour évaluer orientation sexuelle, une échelle de 7 points dont le zéro correspond à (exclusivement hétérosexuel) à 6 (exclusivement homosexuel). Selon cette échelle, les bisexuels couvrent la plupart des valeurs de l'échelle (1-5), donc certains sont plus hétérosexuels, et d'autres sont plus homosexuels.

En étudiant les cas des bisexuels, nous pouvons constater que de nombreux cas échappent à cette classification de Kinsey. La critique la plus répandue au système de Kinsey est son fondement, le fait de considérer la bisexualité comme une orientation sexuelle progressive entre homosexualité et bi sexualité.
La bisexualité est souvent une position ambiguë entre homosexualité et hétérosexualité, un groupe hétérogène sans limites précise.

D'autre part, la bisexualité est ancrée dans la culture ambiante et les normes sexuelles. Une femme peut être attirée sexuellement par une autre femme, mais pour des raisons non sexuelles, comme désirer une femme pour son intelligence ou être séduite par sa fonction. Un bisexuel peut être attiré par certains aspects des hommes, par la masculinité et non pas exclusivement par le corps masculin. D'autres bisexuels peuvent être attirés par le corps masculin et pratiquer le sexe anal comme des homosexuels.

La bisexualité ne peut pas être reconnue socialement dans l'état actuel de nos normes sociales basées sur le couple monogame. Les relations bi sexuelles sont des relations sexuelles ou émotionnelles hors couples et hors organisation sociale possible, ce qui explique la confusion entre bi sexualité, adultère, échangisme, couples ouverts (polyamory).

La gestion de la bisexualité dans le couple nécessite intelligence et complicité, il est important d'admettre que la bisexualité peut menacer la forme traditionnelle du couple. Dans les groupes les plus polygames à notre époque comme chez les mormons, la bisexualité est combattue aussi, si la monogamie est contre la bisexualité, la polygamie ne fournit pas une solution non plus.

Les bisexuels ne sont pas des gens toujours heureux de leur situation, ne sont pas ces personnes qui profitent de la sexualité dans n'importe quelle forme, ne sont des fêtards et des irresponsables, c'est parfois le contraire. Le bisexuel se trouve piégé par ses désirs, ses attirances, et par son amour de couple et de sa famille.
La bisexualité est rarement un choix de facilité.

La bisexualité : Problème de définition

De nombreuses études tentent de ne plus définir la personne par son comportement sexuel mais par l'ensemble des ses actes, ses émotions, ses attachements et de son auto identification pour construire une définition valable de la sexualité. L'utilisation de terme bisexualité est de plus en plus critiquée par de nombreux chercheurs, elle réduit le comportement sexuel humain en notion simpliste : homosexualité contre hétérosexualité. Cette utilisation rend en vérité la bisexualité invisible, presque un état hybride, une transition entre deux modèles considérés comme principaux.

La bisexualité est un comportement qui invite à nuancer les certitudes, a rediscuter les des définitions et les concepts. Certains auteurs décrivent comment les bisexuels menacent psychologiquement et socialement les lesbiennes et les gays en raison de leur tendance à briser les frontières et saper les efforts de ces minorités sexuelles à construire une identité psychologique et sociale.

Bien que l'hétérosexualité et homosexualité soient définies par l'attirance sexuelle, l'attirance sexuelle ne peut pas définir la bisexualité où le bi sexuel peut être attiré par les deux sexes. La définition de la bisexualité échappe aussi aux concepts de l'orientation sexuelle, car le bi sexuel change d'orientation sexuelle sans gêne et peut avoir une dose variable se chaque orientation selon ses besoins et selon ses désirs.

Le concept d'orientation sexuelle d'une personne est défini par les organes génitaux de son partenaire. On peut critiquer facilement cette approche car l'attirance sexuelle est fondée, en vérité, sur d'autres facteurs comme beauté, corps, jeunesse, couleur de peau, intelligence etc. La question des organes génitaux ne vient que plus tard. On peut désirer aimer une femme sans voir ses pieds ou ses seins, ou ses organes génitaux.

La bi sexualité peut être définie par cette attirance sexuelle et non pas par les organes génitaux du partenaire comme le proposait Rubin en 1992.
De nombreuses pratiques sexuelles demeurent hors classement, une prostituée classent ses clients selon leur comportement avec elle, selon leur générosité et non pas selon leurs organes génitaux.

Comment peut-on classer la relation d'un homme désirant être femme avec une femme désirant être homme ou avec un transsexuel ? Les organes génitaux ne peuvent pas définir la relation et ne peuvent pas identifier une catégorie.
La Bisexualité est un ensemble de liens avec sa propre identité, avec comportement sexuel, image de soi, attirance sexuelle et besoins émotionnels, cela ressemble aux facteurs trouvés dans chez les personnes transgenre.

La bisexualité n'est pas une définition simple, ce n'est une raison suffisante pour la transformer en monstre, de nombreuses pratiques sexuelles défient les définitions utilisées, comme l'identité sexuelle, la mono sexualité, l'homosexualité situationnelle (ex., activités sexuelles de même sexe en prisons), travailleurs du sexe, etc

D'un point de vue social, le nombre des bisexuels dépassent largement le nombre des homosexuels. En dépit de cette réalité, les bi sont stigmatisés par les hétérosexuels et mal aimés par les homos car ils empêchent certains courants homosexuels de bâtir une identité sociale et d'exercer certaine pression politique dans le but d'améliorer la situation de gays et des lesbiennes.

REFERENCES

    Cantu, L. (2000). Entre hombres/between men: Latino masculinities and homosexualities. In P. Nardi (Ed.), Gay masculinities (pp. 224-246). Thousand Oaks, CA: Sage.
    Diaz, R. M., Ayala, G., Bein, E., Henne, J., & Marin, B. V. (2001). The impact of homophobia, poverty, and racism on the mental health of gay and bisexual Latino men: Findings from 3 US cities. American Journal of Public Health, 91, 927-932.
    Espiritu, Y. L. (1992). Asian American pan-ethnicity: Bridging institutions and identities. Philadelphia: Temple University Press.
    Flores, J. (2000). From bomba to hip-hop: Puerto Rican culture and Latino identity. New York: Columbia University Press.
    Rubin, G. (1992). "Thinking sex: Notes for a radical theory of the politics of sexuality." In H. Abelove, M. Aina Barale, & D. M. Halperin (Eds.), The gay and lesbian studies reader (pp. 3-44). New York: Routledge.

 

 

Commentaires

get('text_top_button', JText::_('DEFAULT_GOTO_TOP_TEXT'))*/?>
get('text_bottom_button', JText::_('DEFAULT_GOTO_BOTTOM'))*/?>

 

 

 

Catégories

 

CULTURE

SOCIETE

BIEN-ETRE

SCIENCES

VIDEOS

 

 

 

Suivez-nous !

 

causam picto twitter

 

causam picto facebook