Encyclopédie: sexologie et couple

Acte sexuel : ses risques

 homme femme sexe occassionnel

Acte sexuel : ses risques

La pénétration vaginale est l'acte sexuel par définition, se définit par l'intromission du gland pénien à l'entrée du vagin situé au centre de la vulve, de glisser le gland pour écarter les parois vaginales et de poser le pénis à l'intérieur du conduit vaginal.

 

Les risques liés à l'acte sexuel
Le nom coït est utilisé parfois pour désigner cette pénétration vaginale. La pénétration vaginale peut s'effectuer selon de nombreuses positions sexuelles assurant la variété de l'angle de la pénétration et de sa profondeur.


-Risque sanitaire
La pénétration vaginale est la cause principale des maladies sexuellement transmissibles, et des maladies vénériennes. Le contact entre la muqueuse du vagin et la muqueuse du gland de transmettre des maladies genre herpès, syphilis, et papilloma virus.
Ce contact peut affecter d'autres zones selon la profondeur de la pénétration comme le vagin ou le col utérin. La pénétration vaginale favorise également le contact entre les sécrétions vaginales et les sécrétions masculines y compris le sperme. Ce contact peut transmettre des nombreuses maladies infectieuses comme le sida, l'hépatite B., et certaines maladies virales comme CMV, mais aussi des maladies bactériennes comme Chlamydia ou blennorragie.
La pénétration vaginale peut engendrer également un risque traumatique en cas de pénétration violente ou en cas mouvements coïtaux (mouvement de va-et-vient) violents ou mal adaptés. Ce risque traumatique varie d'une simple abrasion la muqueuse vaginale à des traumatismes le plus sérieux.
La pénétration vaginale engendre également un risque de grossesse non désirée.

Afin de réduire le risque sanitaire de la pénétration vaginale, il est conseillé de :
1. -       Bien choisir son partenaire, éviter les partenaires ayant des multiples partenaires ou porteurs de maladies sexuellement transmissibles.
2. -       Utiliser le préservatif de façon constante pour éviter tout contact entre les muqueuses et les sécrétions.
3. -       Éviter de multiplier les partenaires.
4. -       Eviter de participer à des rencontres sexuelles à risque comme la sexualité du groupe ou la sexualité après consommation d'alcool ou de substances.
5. -       Assurer une contraception efficace.
6. -       Maîtriser la violence des rapports sexuels.

 

- Risque Emotionnel
La pénétration vaginale est par définition un acte sexuel complet, avec ses valeurs symboliques, culturelles et psychologiques. Une pénétration vaginale peut être, selon le contexte de la relation, un moment de fusion émotionnelle et de bien-être. Elle peut engendrer un sentiment de culpabilité, de dévalorisation, et de tristesse en cas de contradiction entre cet acte et ses attentes ou ses valeurs culturelles.
Une pénétration vaginale est un acte sexuel pouvant engendrer de nombreuses émotions parfois incontrôlables. Le risque d'attachement est présent pouvant favoriser des sentiments de déception et de frustration en cas d'une évolution non favorable de la relation.
La pénétration vaginale comme un acte sexuel peut mettre la personne en face de ses propres peurs, ses propres anxiétés, et ses propres valeurs. Dans certains cas la contradiction peut aller jusqu'à l'impossibilité de la pénétration comme dans le cas du vaginisme.

Afin de maîtriser le risque émotionnel, il est utile de :
1. -       Prendre en considération les valeurs symboliques émotionnelles de l'acte sexuel.
2. -       Vérifier le contenu de la relation, les attentes, et l'évolution souhaitée de cette relation.
3. -       Vérifier ses propres besoins, ses propres valeurs avant d'accepter.
4. -       Ne jamais sous-estimer la possibilité d'attachement de chaque partenaire.
5. -      Savoir maîtriser le risque émotionnel après l'acte sexuel (Savoir faire évoluer une relation de courte durée vaine relation de longue, savoir accepter le non attachement de l'autre et le risque de rupture).

 

- Normes sociales
La pénétration vaginale est un acte sexuel qui répond à de nombreux codes la société, le choix de partenaires est un élément important, certains partenaires sont à éviter comme les mineurs, ou les membres de la famille. La société regarde les relations avec une grande différence d'âge avec mépris ou méfiance. Les relations sexuelles menaçant la famille des autres, ou impliquant les partenaires des autres sont regardées avec hostilité par la société.
La pénétration vaginale est un acte sexuel intime, la société exige le bon choix du lieu, la discrétion. L'exhibition de sa sexualité est considérée par une grande majorité de la société comme une grossièreté voir plus. Cette exhibition réelle ou virtuelle peut engendrer l'hostilité sociale, le mépris, la moquerie ou l'indifférence.


- Normes juridiques
Les risques juridiques relatifs à la pénétration vaginale sont nombreux, chaque étape de la pénétration vaginale et de l'acte sexuel peut engendrer un important risque juridique pour les deux partenaires. L'exhibition de sa nudité ou de ses activités sexuelles et punies par la loi.
Le consentement est une question majeure.

La maîtrise des risques juridiques liés au consentement exige :
1. -       Eviter les partenaires mineurs sexuellement. Ce problème se pose parfois dans les rencontres initiées par Internet. En cas de doute, éviter de prendre le risque.
2. -       Comprendre une personne mineure sexuellement n'a pas le pouvoir de consentement.
3. -       Bien choisir ses partenaires, éviter les partenaires qui hésitent avant d'entrer dans une relation sexuelle, ou qui ne savent pas ce qu'ils veulent.
4. -       Éviter les partenaires sexuels immatures.
5. -       Bien vérifier les motivations du partenaire avant de passer à l'acte.
6. -       Se méfier des partenaires ayant une vision conflictuelle de la sexualité, ou une vision considérant que l'acte sexuel comme un acte de pouvoir.
7. -       Comprendre les limites du consentement : une femme ou un homme peuvent dire non à chaque étape de la relation sexuelle, ce refus est à apprendre au sérieux.
8. -       Cesser toute activité sexuelle pénétrative (avec pénétration) ou non pénétratives en cas de doute sur le consentement ou l'âge du partenaire.
9. -       Le consentement s'étend aussi sur l'acceptation des pratiques sexuelles, un partenaire peut accepter l'acte sexuel dans sa globalité, et refuser certains détails.
10. -       Éviter de relations sexuelles en cas de la présence d'une autorité morale au réelle (relation entre professeurs et élèves, patron et employé, médecin et patient)
11. -       Eviter toute relation sexuelle sous l'emprise de l'alcool ou après un abus de substance.
12. -       Comprendre que chaque transgression de ces règles de consentement peut être qualifiée de viol et lourdement punie.
13. -    Le consentement est un droit non négociable, même une femme exerçant la profession de prostituées ou de Call ou Escorte girl peut retirer son consentement à n'importe quelle étape de la rencontre sexuelle.
14. -       Le mariage, ou toute forme de couple ne justifie pas une pénétration vaginale forcée.
15. -       Ne jamais prendre un risque juridique lié à l'activité sexuelle, la succession des faits divers relatifs à la sexualité ont créé un climat d'insécurité dans la société, et une demande de punitions de plus en plus sévères.

 

Pénétration anale: ses risques
La pénétration anale est l'intromission du gland pénien à l'entrée de l'anus puis de franchir le sphincter anal et de poser le pénis à l'intérieur du rectum. Le terme littéraire et juridique de cette pratique est celui sodomie. Il s'agit d'une pratique sexuelle ancienne répandue dans les couples hétérosexuels et homosexuels.

- Risque sanitaire
Les risques liés à la pénétration anale varient selon la fréquence de cette pratique, selon la profondeur de la pénétration, la présence ou l'absence d'une éjaculation intra rectale.
La pénétration anale peut être considérée comme une pratique sexuelle à haut risque infectieux. L'utilisation du préservatif est fortement conseillée.
Les risques sanitaires du sexe anal sont : maladies infectieuses, irritation locale, traumatisme. La douleur durant la pénétration anale a plusieurs origines : dilatation rapide, pénétration profonde et surtout le facteur psychologique.


Le cancer de l'anus est plus fréquent selon plusieurs études sérieuses (2) chez les ano-récéptifs, le sperme et ses composants : spermatozoïdes et plasma sont incriminés dans cette augmentation. La solution est d'interdire l'éjaculation intra rectale en attendant d'autres études sur ce point.
Les lésions du sphincter anal sont étudiées, le sentiment de relâchement partiel que certains décrivent " désagréables " est le résultat d'une dilatation du sphincter anal, mais cette dilatation est temporaire et sans risque. Des études (3) crédibles confirment que la pénétration anale à répétition n'altère pas le sphincter et ne diminue pas la pression intra rectale tolérée, quant à l'incontinence fécale, elle est presque inexistante dans les enquêtes. Ces études montrent que le risque premier de la pénétration est infectieux ( HIV, syphilis) et les autres risques (mécaniques) sont présents, sérieux, mais les moyens d'atténuer leur gravité existent et méritent d'être essayés.

L'examen de l'anus ne révèle aucune anomalie après 2 ans de pratique anale . L'utilisation d'un préservatif protège contre la majeure partie de MST transmissible par la sodomie. Les lésions localisées sont irritation, et traumatisme. Il est facile de les éviter, en utilisant un gel lubrifiant, en étant patient et délicat avec le partenaire.
L'éjaculation pendant la pénétration anale peut être une difficulté pour les deux partenaires. Chez certaines femmes, elle produit une sensation proche de la colique, une sorte de mouvement d'intestin désagréable.
Après l'éjaculation, la femme peut avoir la sensation que le pénis est toujours dans le rectum pendant plusieurs minutes. Dès que le sphincter interne se resserre, cette sensation disparaît.
D'autres femmes se plaignent d'une sensation désagréable, elles se sentent que l'anus "reste ouvert " ou "relâché " pendant un certain temps après la pénétration anale. Cette impression est due en réalité à la dilatation provisoire du sphincter anal interne sans conséquence réelle sur la continence fécale.
Certaines études sur le contact entre le sperme et le rectum ont démontré que les prostaglandines présentes dans le sperme peuvent irriter le rectum ou déclencher des mouvements involontaires accélérant le transit intestinal.
Dans un article publié (Am J Reprod Immunol Microbiol. 1987 Oct;15,2:47-51), l'insémination rectale (déposer le sperme dans le rectum) montre une augmentation de taux prostaglandine E (PGEM-II) dans le sang deux heures après l'insémination, ce qui confirme le passage de ces prostaglandines dans le sang.
Ces substances peuvent également réduire l'immunité et favoriser le développent des certaines maladies sexuellement transmissibles.
Un autre article ( Effect of intra-rectal administration of boar seminal immunosuppressive fraction on mouse lymphocytes. J Reprod Fertil. 1994 Aug;101(3):519-22.) confirme la baisse de l'immunité en cas d'insémination rectale en expérimentation.
D'autres articles tracent un lien entre la réception fréquente d'une éjaculation anale et le cancer de l'anus, on suspecte la baisse de l'immunité de favoriser l'apparition du cancer.
En général, il est conseillé de ne pas pratiquer l'éjaculation anale ou l'insémination rectale. Certaines maladies peuvent être une réelle difficulté dans la pratique du sexe anal.

Ces maladies peuvent intéresser chaque organe impliqué dans cette pratique :
* L'anus : fistule anale, fissure anale, eczéma, irritation de la peau, MST comme le condylome ou l'HPV, ou herpès
* Canal anal : Abrasions ou ulcération, lésions inflammatoires (exemple Crohn)
* Lésion de sphincter anal : hémorroïdes
* Lésions rectales : colite irritable, maladie de Crohn, maladie ulcéreuse de rectum
* Troubles fonctionnels comme constipation ou diarrhées.
* Chez l'homme, certaines maladies peuvent empêcher l'homme de donner ou de recevoir le sexe anal.
* Prostatite : l'inflammation de la prostate peut rendre le contact entre le pénis et la prostate douloureux.
* Infection des voies urinaires.  Dans toutes ces conditions, il est utile d'éviter le sexe anal, de consulter, et d'attendre la guérison avant de recommencer la pratique de sexe anal.

- Risque Emotionnel
Certains refusent de partager la nudité et se sentent gênés de permettre au regard de leur partenaire de scruter une zone jugée intime, d'autres redoutent le caractère "animal " de cet acte. Certaines femmes jugent cet acte hors contrôle, et se soucie aussi de se montrer durant cet acte en train d'exprimer leur plaisir d'une façon impudique et incontrôlable. Les positions sexuelles qui permet à l'homme de voir l'anus de sa partenaire sont considérées comme impudiques, le sexe anal devient donc impudique par définition.
Les sensations perçues lors de la sodomie varient d'une personne à l'autre ; la pénétration anale procurera du plaisir et sera une pratique érotique pour certaines femmes alors que d'autres ressentiront de la douleur ou percevront un inconfort.
Il est beaucoup plus difficile d'obtenir un orgasme par la pénétration anale que par un rapport vaginal. Dans ce cas, le plaisir anal chez la femme est un plaisir cérébral mettant la femme en face de ses désirs, les plus tabous, les plus intimes.
Certaines femmes jugent la pénétration anale comme un moment trop violent les obligeant à s'abandonner, de lâcher prise et de laisser le partenaire maître du jeu. C'est le cas quand l'homme associe la pénétration anale à la stimulation de plusieurs zones érogènes conjointement, comme la stimulation clitoridienne et stimulation des seins. Cette jouissance est recherchée par certains, redoutée par d'autres.
Certaines positions sexuelles encouragent ce sentiment, lorsque la femme se voit invitée par exemple à tourner le dos à son nouveau partenaire ou à accepter des positions sexuelles très dominantes la privant de toute possibilité d'interrompre la rencontre sexuelle ou d'imposer son point de vue.
D'autre part, la domination physique durant certaines positions sexuelles est source d'anxiété, la femme devient sans défense, l'homme pénètre une zone sensible, et la pénétration peut être douloureuse et sans limite de profondeur.
Certains couples jugent la pénétration anale comme un approfondissement des rapports sexuels, découverte d'un nouveau monde, se connaître, sans complexe, avec une intimité, une complicité.  Pour d'autres, il s'agit d'une relation immorale, inutile, etc. Ces nuances expliquent la rareté de ces pratiques sexuelles dans les relations récentes.

 

- Normes sociales
La pénétration anale véhicule une cohorte de symboles qui peuvent contribuent à l'excitation sexuelle ou à troubler certains. Tant au niveau social, que culturel ou religieux, la pénétration anale est encore tabou : la pratiquer, c'est transgresser un interdit, entrer dans la perversion.
Le tabou, l'interdit religieux et culturel, l'inutilité de l'acte (sexualité pour le plaisir seulement et non pas pour procréation), le détournement de l'anus, son utilisation sexuelle, ces limites culturelles sont d'une importance majeure dans l'acceptation ou le refus de cette pratique, d'autant que le plaisir féminin pendant l'acte anal est majoritairement cérébral. Selon le modèle sociétal, la pénétration anale peut nuire à la réputation de la femme si son partenaire dévoile son acceptation de cette pratique.
La pénétration anale est un acte sexuel qui répond à de nombreux codes la société, le choix de partenaires, le bon choix du lieu, la discrétion. L'exhibition de sa sexualité est considérée par une grande majorité de la société comme une grossièreté ou comme un acte choquant. Cette exhibition réelle ou virtuelle peut engendrer l'hostilité sociale, le mépris, la moquerie ou l'indifférence.


- Normes juridiques
Les risques juridiques relatifs à la pénétration anale sont identiques aux risques juridiques relatifs à la pénétration vaginale. Chaque étape de la pénétration anale peut engendrer un important risque juridique pour les deux partenaires. Le consentement est une question majeure.

La maîtrise des risques juridiques liés au consentement exige :
1. -       Eviter les partenaires mineurs sexuellement.
2. -       Bien choisir ses partenaires.
3. -       Éviter les partenaires sexuels immatures.
4. -       Bien vérifier les motivations du partenaire avant de passer à l'acte.
5. -       Comprendre les limites du consentement : une femme ou un homme peuvent dire non à chaque étape de la relation sexuelle, ce refus est à apprendre au sérieux.
6. -       Cesser toute activité sexuelle en cas de doute sur le consentement ou l'âge du partenaire.
7. -       Le consentement s'étend aussi sur l'acceptation des pratiques sexuelles, un partenaire peut accepter l'acte sexuel dans sa globalité, et refuser certains détails.
8. -       Éviter de relations sexuelles en cas de la présence d'une autorité morale au réelle (relation entre professeurs et élèves, patron et employé, médecin et patient)
9. -       Eviter toute relation sexuelle sous l'emprise de l'alcool ou après un abus de substance.
10. -       Comprendre que chaque transgression de ces règles de consentement peut être qualifiée de viol et lourdement punie.
11. -       Ne jamais prendre un risque juridique lié à l'activité sexuelle, la succession des faits divers relatifs à la sexualité ont créé un climat d'insécurité dans la société, et une demande de punitions de plus en plus sévères.

 

Sexe prudent et le fist fucking
ll S'git d'une pratique pénétrative extrême dans le but est d'insérer le poignet ou plus dans le vagin ou l'anus, dilatés et lubrifiés.  Il existe plusieurs variétés de cette pratique : le fist fucking vaginal consiste d'insérer une poignée et la main après lubrification, dans l'entrée vaginale de la vulve, puis de glisser le poignet progressivement jusqu'au fond du vagin pour toucher le col utérin. Les doigts sont généralement introduits progressivement, demeurent joint pendant le fist fucking.  Le fist fucking anal est l'introduction du poignet dans l'anus après lubrification. L'introduction des doigts est progressive, le poignet reste fermé pendant le fist fucking. Le double fist fucking consiste à l'introduction du poing ou de la main dans le rectum, et l'autre main dans le vagin.

 

- Le risque sanitaire
Il s'agit d'une pratique pénétrative extrême pouvant mettre en danger le rectum, le vagin, et l'anus. Le risque principal est traumatique. L'introduction dans le vagin peut déchirer l'entrée vaginale au niveau de la vulve, abraser ou ulcérer la muqueuse vaginale. Le mouvement dans la cavité vaginale peut être douloureux. Cette introduction peut également ulcérer au abraser le col utérin. Cette pratique peut altérer profondément la flore bactérienne vaginale.
Le fist fucking anal produit également à risque traumatique majeur, sous forme de fissures anales, rupture du sphincter, les lésions musculaires peuvent entraîner incontinence anale ou prolapsus. Les mouvements dans le rectum peuvent entraîner des lésions sérieuses comme la nécrose de la muqueuse rectale, ses ulcérations, et parfois une perforation rectale mettant le pronostic vital en danger. Le contact entre la main et la flore anale peut entraîner un risque infectieux important. Il est utile de ne pas multiplier ce genre de pratique, d'éviter les pénétrations violentes ou disproportionnées.

 

- Le risque émotionnel
Le plaisir de ce genre de pratique semble lié à la profondeur de la pénétration, à la taille du poignet inséré et aux mouvements pratiqués après la pénétration. Le caractère mécanique et violent du fist fucking peut gêner certains partenaires cherchant l'émotion comme fondement de toute relation sexuelle. Dans certains cas, cette pratique s'accompagne d'une dose de domination et de soumission.

 

- La norme sociétale
Il s'agit d'une pratique intime. Les normes sociales n'apprécient pas le dévoilement de l'intime dans le champ publique. D'autre part, pour nombreuses personnes, ce genre de pratique est comparé à une sexualité différente, bestiale et violente, qui entraîne la condamnation et l'hostilité sociale.

 

- La norme juridique
Les risques juridiques relatifs au fist fucking sont identiques aux risques liés à la pénétration. Chaque étape de la pénétration anale engendrer un important risque juridique pour les deux partenaires. Le consentement est une question majeure. Il est utile d'éviter ce genre de pratique avec des personnes mineures sexuellement, immatures, incapables de donner un consentement définitif, d'éviter ce genre de pratique sous l'emprise de l'alcool ou après un abus de substance. Il est important de comprendre que chaque transgression des règles de consentement peut être qualifiée de viol et lourdement puni.
La mise en danger de la santé de son partenaire et lourdement puni par la loi ainsi que toute atteinte à l'intégrité physique de la personne. Le consentement pendant un fist fucking ne justifie pas des atteintes traumatiques pouvant entraîner des lésions vaginales ou anales.

 

Les lavements érotiques et ses risques
La pratique du lavement  érotique n'est pas réellement une pratique sexuelle, il s'agit plutôt d'un stimulant comportemental visant à stimuler le désir sexuel. Le lavement est l'injection du liquide dans le rectum ou dans le vagin.
Le lavement anal est nommé clystère, une pratique ancienne utilisée durant des siècles pour traiter la constipation et éliminer les produits toxiques supposés provoquer certaines maladies. À notre époque le lavement anal est utilisé comme précaution de propreté avant les pénétrations anales, ou comme un stimulant comportemental permettant d'augmenter l'excitation sexuelle, comme préliminaires sexuels ou comme un jeu de domination.
Le lavement vaginal a été utilisé depuis l'antiquité comme un moyen de contraception. L'injection d'un liquide dans le vagin est pratiquée à l'aide d'une poire à lavement en caoutchouc. Le lavement vaginal est utilisé comme un jouet sexuel ou comme un stimulant comportemental.
Les lavements sont utilisés pour améliorer l'excitation sexuelle du couple, regarder le liquide sortant de l'anus ou du vagin, avec les bruits, les couleurs, et les odeurs peut avoir pour certains un potentiel érotique.

- Le risque sanitaire
La pratique du lavement peut avoir des conséquences sanitaires dramatiques, le rectum est un organe fragile, sensible, et sophistiqué, le déséquilibre créé par des lavements peut avoir des réelles conséquences sanitaires.
Le contact de l'eau avec le rectum peut altérer la qualité de la flore bactérienne rectale entraînant ainsi des infections bactériennes et des diarrhées.
L'utilisation de l'eau froide ou de l'eau chaude peut entraîner des lésions rectales vasculaires pouvant aller jusqu'à la nécrose.
L'utilisation des liquides autres que l'eau comme le café tiède, le vin peu alcoolisé ou le lait peut avoir des conséquences sérieuses car le rectum absorbe les produits injectés, le contact du vin ou du café avec la muqueuse rectale peut altérer cette muqueuse. L'injection dans le vagin des liquides altère profondément la flore vaginale entraînant vaginite bactérienne et mycose vaginale. L'utilisation des liquides autres que l'eau peut avoir des conséquences sanitaires graves .
Le contact avec les liquides expulsés devrait être limité, surtout en cas de lavement anal, ce liquide est peuplé de bactéries capables d'affecter le partenaire dominant le lavement.
La répétition de lavement peut avoir des conséquences graves sur la santé en général en raison des pertes de certains éléments comme le chlore ou le sodium. Le volume du liquide injecté devrait être contrôlé, ainsi que la vitesse d'administration afin d'éviter les perforations intestinales, de même il est indispensable d'utiliser les accessoires adaptés avec l'hygiène soignée. L'utilisation de sérum physiologique chauffé à 37° peut alléger certains risques, l'utilisation des liquides autres que l'eau est conseillée.

 

- Le risque émotionnel
Ce genre de pratique s'accompagne d'une nudité excessive et impudique, en cas de partenaire pudique, la pratique des lavements peut devenir inconfortable. La pratique des lavements peut s'accompagner d'un sentiment d'insécurité et de domination. Évacuer les matières fécales ou l'urine devant son partenaire signifie de partager avec ce partenaire un accès presque total à l'intimité et à l'hygiène corporelle.

 

- La norme sociétale
Cette pratique est parfois condamnée par la société en raison de ses caractères de pratiques sexuelles déviantes (paraphilie), et de l'implication de l'urine et des matières fécales.


- La norme juridique
Il est indispensable vérifier et de rechercher le consentement de la partenaire, d'éviter de partager toute pratique de pénétration  avec une personne mineure sexuellement, enceinte ou pas. Ce genre de pratique peut avoir des conséquences.

 

Commentaires

get('text_top_button', JText::_('DEFAULT_GOTO_TOP_TEXT'))*/?>
get('text_bottom_button', JText::_('DEFAULT_GOTO_BOTTOM'))*/?>

 

 

 

Catégories

 

CULTURE

SOCIETE

BIEN-ETRE

SCIENCES

VIDEOS

 

 

 

Suivez-nous !

 

causam picto twitter

 

causam picto facebook