Encyclopédie: sexologie et couple

Ages et sexualité féminine

 enfants amour sexualite

Ages et sexualité féminine

La sexualité évolue durant la vie. La sexualité commence dès la naissance, évolue durant la vie. Dès l'enfance, la sexualité est une recherche de plaisir et de satisfaction. L'âge modifie progressivement la réponse sexuelle et l'orgasme. L'excitation sexuelle et le cycle de la réponse sexuelle sont influencés par l'état général de la santé, par les émotions, par la nature de la relation et par les hormones.

 

La sexualité durant l'enfance
L'excitation sexuelle est présente chez l'enfant. Le nourrisson bénéficie de sensations agréables sans lien avec la sexualité. Il s'agit des sensations liées au confort, au bien-être, à la détente. Progressivement, l'enfant construit en premier les composantes émotionnelles de sa sexualité, à travers la qualité des liens avec ses parents, la recherche de la sécurité, et la confiance et la satisfaction affective. Les carences affectives peuvent cultiver chez l'enfant à l'âge adulte des angoisses, des dépendances, la peur de l'abandon, ou des tendances aux relations fusionnelles.
L'enfant apprend les stratégies utiles pour satisfaire ses désirs, en séduisant ses parents, et son entourage.
Pendant la petite enfance, l'enfant commence à se distinguer de ses parents après avoir reproduit leurs gestes et interpréter leur comportement. Il découvre son identité personnelle, puis son identité sexuelle. En deuxième temps, l'enfant va découvrir son corps, ses organes sexuels, pour composer une identité sexuelle qui fera partie de son identité générale.

 

La sexualité durant l'adolescence
L'adolescence s'accompagne d'importantes modifications anatomiques, physiologiques, et émotionnelles. La puberté apparaît entre 10 et 15 ans chez les filles, et entre 10 et 17 ans chez les garçons.
L'identité sexuelle, entre la féminité et la masculinité sera un sujet important pendant l'adolescence.
Les pratiques d'auto-érotisme vont être les premières pratiques sexuelles, comme les caresses, la masturbation. Chez les filles, les modes d'excitation sexuelle sont variables ; attouchements, frottements, pression, avec la découverte du vagin et du clitoris.
Chez les garçons, la découverte du plaisir éjaculatoire sera un élément fondamental de la découverte de la sexualité.
Pendant l'adolescence, la sexualité est une découverte, une réponse, et des réactions. L'orgasme ou la satisfaction sexuelle sont rarement des sujets essentiels pendant l''adolescence.
Après l'enfance, l'adolescent continue d'apprendre comment séduire, comment flirter, selon son degré d'estime de soi, selon sa timidité et en fonction de ses capacités à nouer des relations avec les autres. Les pratiques sexuelles sont généralement non pénétratives : caresses, baisers, attouchements génitaux. Les premières relations sexuelles ont lieu vers 17,5 pour les filles, et 17 ans pour les garçons sont les études récentes sur le comportement sexuel en France.

L'adolescence s'accompagne chez les filles par certaines difficultés, comme les douleurs pendant les règles, douleurs du premier rapport sexuel, et les contraintes liées à la contraception. L'adolescente devra également se conformer avec les limites socioculturelles de la société.
La sexualité des adolescents est généralement pulsionnelle, réactive. Elle s'accompagne d'un désir d'autoréalisation, d'affrontement, et de recherche de performance. L'adolescent devra apprendre à séduire les filles, à faire le premier pas, à encaisser les échecs, et surmonter le rejet ou la frustration. La timidité excessive devient un réel problème dans cette tranche d'âge. L'adolescent découvre les problèmes liés à la sexualité masculine comme les troubles de l'érection ou les troubles de l'éjaculation.

 

La sexualité des jeunes adultes
Le niveau de désir et d'activité sexuelle dans la trentaine est un indicateur important pour prédire le retentissement de l'âge plus tard, sur le désir sexuel et sur la satisfaction globale.
Une femme ayant une fréquence élevée d'activité sexuelle et des orgasmes fréquents aura moins de perte de désir et plus d'orgasme après la ménopause.
La sexualité exprimée pendant l'adolescence va évoluer progressivement. Chaque partenaire découvrira les limites de chaque comportement, ses désirs, ses besoins.
Si la composante biologique de la sexualité est découverte à la fin de l'adolescence, la vie des jeunes adultes est le moment de découvrir le sentiment amoureux, et de comprendre l'intimité. Cette découverte passera par des expériences accompagnées parfois d'un certain nombre d'échecs.
Une jeune femme adulte va découvrir comment s'approprier le désir sexuel, comment construire le désir amoureux, et aussi que le désir féminin passe par des apprentissages et expériences. La femme doit apprendre, expériences après expérience, à mieux comprendre sa réponse sexuelle, ses réactions et comment s'adapter à l'autre. Elle va découvrir par exemple que la sexualité génitalisée peut provoquer des sensations différentes des sensations engendrées par l'érotisation et les jeux préliminaires. Elle découvrira l'importance de l'intimité dans la qualité de la relation sexuelle. Progressivement, la femme comprendra son plaisir sexuel pour atteindre l'orgasme. Elle doit harmoniser le désir génital, avec le sentiment amoureux. L'apparition de l'orgasme dans la vie de la jeune femme adulte peut être un tournant, parfois surprenant.
Une femme à l'âge adulte découvrira le pouvoir de la sexualité sur elle, la maternité, la difficulté de la gestion de la sexualité dans le couple, et certaines difficultés sexuelles.


À l'âge adulte, l'homme doit concilier son désir sexuel avec son rôle d'amant, de partenaire sexuel loyal et de futur père. Le rôle sexuel de l'homme dans le couple exige de lui un rôle actif. Dans la majeure partie des cas, c'est lui qui initie la relation sexuelle, son désir est constant, linéaire. Il doit avoir une érection, être capable de maintenir cette érection pendant les relations sexuelles. Il devra également apprendre à maîtriser l'éjaculation, pour accompagner sa partenaire vers l'orgasme. Il découvre aussi sa responsabilité dans la grossesse de sa partenaire, sa capacité à devenir père, et d'autres difficultés liées au couple : fidélité, gestion du conflit, construire l'intimité.
À l'âge adulte, les femmes accordent beaucoup d'importance aux émotions, à l'engagement, surtout à l'âge de 30 ans. Les hommes valorisent la jouissance, l'expérimentation. En dépit de ces divergences, le couple reste le modèle dominant dans de nombreuses sociétés.

Cependant, le couple actuel privilégie la qualité de la relation sexuelle comme fondement du couple, plus que la relation familiale, sociale ou économique. Les partenaires déclarent chercher, avant tout, dans le couple l'épanouissement sexuel, jugé indicateur de la qualité de la relation. La sexualité est considérée comme le symbole de la cohésion du couple. La rupture du couple est actuellement de plus en plus initiée par la recherche d'une nouvelle sexualité, d'un nouveau partenaire ou de plus de satisfaction.

 

Sexualité entre 40 et 50 ans
Le processus de vieillissement commence à rejaillir sur le couple, et sur la sexualité des deux partenaires. Dans un couple riche en sexualité et en complicité, le retentissement de l'âge sera moins visible. L'individu ayant une activité sexuelle épanouie reste un bon séducteur et un bon partenaire sexuel en entrant dans cette tranche d'âge. Une femme ayant dans sa jeunesse une sexualité épanouie, avec beaucoup d'orgasme reste une femme sexualisée, et une bonne partenaire sexuelle même après sa ménopause.


Le désir sexuel est conservé à l'âge de 50 ans. Ce désir entraîne des besoins sexuels, et des besoins affectifs. Une grande majorité des hommes divorcés à l'âge de 50 ans se remet en couple. Le plaisir sexuel demeure un critère majeur de la qualité de la relation dans cette tranche d'âge aussi.
L'Orgasme devient plus facile avec l'âge. 61 % des femmes âgées de 18 à 24 ont eu un orgasme pendant leurs derniers rapports sexuels, 65 % des femmes âgées de 30 ans, et 70 % des femmes âgées de 40 ans ont eu un orgasme. Avec l'âge, les femmes deviennent sexuellement plus expérimentées, ont plus confiance, s'amusent plus, savent mieux gérer l'intimité, acceptent mieux leurs besoins et les besoins de leur partenaire.
La diminution de la fréquence des relations sexuelles est souvent compensée par une augmentation de la durée du rapport sexuel, et par plus de pratiques sexuelles comme les caresses, la tendresse et la recherche de l'orgasme par stimulation manuelle ou buccale.

Cette tranche d'âge a plusieurs côtés positifs : richesse d'expérience, compréhension, sérénité. Par contre, certains problèmes sont là : les changements physiques peuvent éroder la confiance en soi. Il est important de rester positif et de s'exprimer sexuellement de la façon qui vous convient le mieux, sans excès, sans tenter de prolonger les années de jeunesse. Les études démontrent que les gens de 40-50 ans, jouissent d'une vie sexuelle active, satisfaisante et de bonne qualité.
La sexualité n'est plus celle de la jeunesse, mais celle des adultes qui savent ce qu'ils veulent, qui valident leurs besoins et comprennent les besoins des autres. C'est l'âge de la confiance, de la maîtrise de l'intimité, et des projets.
Les enfants ont quitté la maison, la pilule n'est plus exigée, les couples font l'amour pour leur plaisir, pour la qualité de vie et pour la qualité de la relation.
Les couples de cette tranche d'âge peuvent souffrir certains problèmes affectant la sexualité : fatigue physique, troubles de l'érection, signes de ménopause avec leur cortège de sécheresse vaginale et de pénétration douloureuse.
Le traitement hormonal substitutif peut contrebalancer ces changements et améliorer nettement les symptômes. Dans cette tranche d'âge, deux pièges sont à éviter : réduire ou cesser l'activité sexuelle, ou le contraire : augmenter la fréquence de l'activité sexuelle pour prouver des performances.

Dans cette tranche d'âge, les couples subissent des changements émotionnels et physiques. Les deux partenaires sont invités à préserver leur couple, leur sexualité, et leur intimité. Chaque partenaire devra participer pour surmonter ces changements en rassurant l'autre, en l'aidant et en partageant avec lui le plus possible le soutien et la complicité.
Le mot-clé est l'adaptation. Il est important d'éviter les bilans excessifs pour insister et cultiver le positif.
Après la ménopause, le pourcentage de femmes qui s'intéressent moins à l'activité sexuelle augmente, le pourcentage de femmes avec moins de désir sexuel et moins d'orgasmes augmente.

Moins fréquent, cependant dans 5 à 15 % des cas, l'activité sexuelle augmente avec l'âge.

 

La sexualité des personnes âgées
La sexualité génitale est moins fréquente chez les couples après un certain âge. Le couple apprend à valoriser ce qui est positif dans le couple. Adopter une attitude positive permet de consolider l'intimité. La bonne humeur et le comportement positif sont des facteurs importants pour préserver la qualité de vie et l'intimité.
Cette pensée positive permet aux personnes âgées d'avoir une approche toujours optimiste et confiante de la vie à deux, de continuer à se soutenir l'un l'autre et à partager avec lui émotions et complicité.
La santé est un élément déterminant de la qualité de vie des personnes âgées. Prendre soin de sa santé, de son corps est important pour plusieurs raisons, y compris pour préserver la vie sexuelle du couple.
A l'âge de 60 ou 70 ans, le désir sexuel commence à manquer, la réponse sexuelle devient plus lente. L'orgasme est également moins fréquent.

 

Questions d'hormones
A l'approche de la ménopause, le corps féminin subit progressivement des changements suite aux hormones impliquées dans la vie sexuelle. Les ovaires commencent à ralentir leur production d'ovules. Un cycle dans ovulation est un cycle long et sans progestérone, cette hormone secrétée après l'ovulation. En deuxième temps, les ovaires manquent d'œstrogène. Cela entraîne une atrophie des muscles du vagin avec une sécheresse vaginale. La pénétration peut devenir douloureuse ainsi que les mouvements coïtaux. Les ovaires sont responsables de 50 % de la production de testostérone chez la femme. Le manque de cette hormone réduit le désir sexuel de la femme ; la libido baisse à son tour.

Retard de la réponse sexuelle
La réponse sexuelle chez la femme se manifeste par excitation, érection des mamelons, augmentation de taille des seins, érection du clitoris, et lubrification du vagin. A l'approche de la ménopause, les femmes éprouvent une diminution dans la transsudation vaginale ; cette lubrification apparaît après 10-15 secondes à l'âge de 20 ans, et après plusieurs minutes à l'âge de ménopause. Le traitement hormonal peut améliorer ces symptômes. Le partenaire masculin pourra prendre son temps, prolonger les temps des préliminaires, insister les zones érogènes ou accompagner par d'autres pratiques la progression de la réponse sexuelle.

Sécheresse vaginale
Avec l'âge, les ovaires commencent à produire moins d'œstrogènes, hormone responsable de la lubrification. Sans lubrification adéquate, la pénétration devient douloureuse, inconfortable, les mouvements coïtaux peuvent provoquer un affrontement entre le pénis et la paroi vaginale, produisant des sensations d'inconfort et de douleurs pour les deux partenaires.
Pour améliorer cette situation, bien choisir le lubrifiant à utiliser, intégrer le lubrifiant dans les jeux préliminaires avant tout contact avec la muqueuse vaginale. Le lubrifiant doit être distribué généreusement sur les grandes lèvres, les petites lèvres, et sur les parois vaginales, mais également sur le pénis et sur le doigt avant toute pénétration.
Le traitement substitutif hormonal permet de traiter cette sécheresse vaginale. Il existe des produits à usage interne dans le vagin, et des médicaments pour un traitement hormonal général contre la ménopause.

Amincissement des parois vaginales
L'excitation sexuelle après la ménopause rend la pénétration difficile ou douloureuse, par manque de lubrification, par manque d'épaisseur des parois vaginales, par manque de tonicité des muscles. La paroi vaginale et ses muscles sont influencés par le taux d'estrogène dans le sang. Cet affaiblissement des parois vaginales provoque des douleurs profondes pendant la pénétration. Ce problème surgit chez les femmes de 40 à 45 ans ayant des périodes d'abstinence sexuelle entre deux couples par exemple. Le manque d'activité sexuelle, le manque de pénétration, le manque de contact entre le pénis et la paroi vaginale affaiblit les muscles.
Le traitement hormonal substitutif et le traitement oestrogénique peuvent minimiser ce problème. Il est conseillé de ne pas arrêter, autant que possible, l'activité sexuelle pour préserver la tonicité des muscles du vagin. En cas de manque de partenaires, la femme peut préserver cette tonicité musculaire du vagin en utilisant des jouets sexuels.

Diminution du désir
Après la ménopause, le corps des femmes produit moins de testostérone. Cette hormone joue un rôle important dans la création de fantasmes sexuels, excitation, désir sexuel chez les hommes et les femmes. La baisse du taux de testostérone affecte le désir qui s'amoindrit progressivement sans disparaître. Le traitement par testostérone n'est pas un sujet consensuel. Dans certains cas, le traitement par testostérone ne règle pas le déficit du désir sexuel après la ménopause.
La diminution du désir sexuel peut également être liée à d'autres facteurs comme fatigue, dépression, le stress, ou certains médicaments comme les antidépresseurs, les médicaments contre l'hypertension.
Dans ce cas, la baisse de la libido est un effet secondaire. Une diminution du désir sexuel après la ménopause doit inviter les couples à trouver de nouvelles techniques, de nouvelles approches pour améliorer les désirs sexuels dans le couple. Généralement, les couples cherchent des solutions dans des jeux sexuels, dans l'expérimentation, dans la nouveauté, ou dans l'érotisme.

L'image corporelle
Certaines femmes ne sont pas à l'aise avec leur corps après la ménopause. Elles peuvent se sentir moins désirables. Cette insatisfaction de l'image du corps peut retentir sur l'intimité, sur la sexualité du couple. Certaines femmes peuvent éviter la nudité, d'autres peuvent éviter certaines positions sexuelles. Dans les cas sévères, certaines femmes évitent tout contact sexuel. Il est utile de rappeler que l'attirance n'est pas seulement une question de corps ou de beauté physique, mais également de sensualité, de désir, de jeux, de passion et de complicité. Être attirante et sensuelle ne dépend pas exclusivement de l'âge.

Le traitement hormonal substitutif
Ce traitement hormonal pris à court terme peut contrôler les symptômes de la ménopause comme l'augmentation de poids, les douleurs mammaires, ou les bouffées de chaleur, de même pour d'autres symptômes liés à la ménopause comme la sécheresse vaginale ou l'amincissement des parois vaginales.
L'hormonothérapie peut être sous forme de pilule, ou des patchs transdermiques. La femme peut choisir d'autres formes comme le traitement local par œstrogène. Il s'agit d'une crème que la femme dépose dans le vagin pour préserver la muqueuse vaginale, pour traiter la sécheresse et l'atrophie des parois vaginales. Il est conseillé également de soigner par cette crème oestrogénique les petites lèvres pour éviter toute atrophie. Concernant les grandes lèvres, une crème hydratante peut être efficace.

 

En pratique
Une des meilleures façons de préserver l'orgasme et une réponse sexuelle saine après la ménopause :
 -Maintenir une vie sexuelle active, de ne pas arrêter l'activité sexuelle, y compris la pénétration, et les mouvements pénétratifs. Le pénis exerce sur les parois vaginales un effet bénéfique, permettant de garder l'épaisseur des parois vaginales et une bonne tonicité.
 -Ne pas refuser les jeux sexuels de votre partenaire comme la pénétration par les doigts ou le sexe oral ; ces jeux préliminaires peuvent aussi préserver votre orgasme.
 -Dans votre lit, prenez en compte les changements de la réponse sexuelle chez votre partenaire. Vous pouvez modifier vos pratiques sexuelles pour l'aider à garder son érection, par fellation ou caresses sur le pénis ou sur ces zones érogènes. La masturbation mutuelle peut être utile pour améliorer et préserver la réponse sexuelle du couple.
 -Ne comptez pas sur votre partenaire pour préserver votre sexualité, c'est une affaire de couple et non pas un devoir individuel.
 - Votre santé sexuelle fait partie de votre santé globale. Cherchez un mode de vie sain : sport, relaxation, alimentation équilibrée, visites régulières chez le médecin.
 -Les femmes âgées peuvent améliorer leur sexualité et atteindre l'orgasme en utilisant des préliminaires prolongés pour augmenter le plaisir et préserver l'orgasme.
 - Les muscles du plancher pelvien aident à apporter du sang vers les organes génitaux et de créer les contractions de l'orgasme, peuvent bénéficier des exercices de Kegel.
 - Se rappeler que le but d'une relation sexuelle n'est pas l'orgasme, mais l'intimité, et le partage. L'orgasme est un élément parmi d'autres éléments qui fondent l'intimité.

 

 

Commentaires

get('text_top_button', JText::_('DEFAULT_GOTO_TOP_TEXT'))*/?>
get('text_bottom_button', JText::_('DEFAULT_GOTO_BOTTOM'))*/?>

 

 

 

Catégories

 

CULTURE

SOCIETE

BIEN-ETRE

SCIENCES

VIDEOS

 

 

 

Suivez-nous !

 

causam picto twitter

 

causam picto facebook