Encyclopédie: sexologie et couple

Asexuels

 homme femme ciel bleu detachement

Asexuels

 

L'asexualité est une notion différente de l'abstinence et de la chasteté, et plus large. C'est un refus de contact sexuel, coïtal et non coïtal, pour des motifs religieux, philosophique, sociaux. Cependant, la personne asexuelle est généralement volontaire, refusant l'activité sexuelle malgré sa disponibilité.

Les asexuels
La présence de ces asexuels dans une société comme la notre exaltant continuellement la sexualité performante est une donnée réelle. Si les filles refusent les relations sexuelles pour garder leur virginité, ou pour attendre le bon partenaire, les études statistiques affichent des chiffres variant de 15 à 20 % des garçons qui refusent l'activité sexuelle hors du contexte de relations durables. Dans certains milieux journalistiques, on les nomme : les hommes qui refusent de coucher. On peut rencontrer ces asexuels dans la vie quotidienne, dans les associations culturelles ou religieuses, dans les formes de célibat sur Internet et dans les sites de rencontre.


Les motivations des asexuels varient selon l'âge, le besoin, les idées religieuses, philosophiques, et parfois selon le statut socio- économique :
* - Ils ne sont pas tous religieux, leurs chastetés est motivée plutôt par le refus de la sexualité brute commercialisée dans notre société. Sur les forums, on peut lire les témoignages des garçons qui privilégient le sentiment amoureux au désir sexuel brut.
* - les asexuels refusent le discours féministe consumériste réduisant la liberté féminine à sa simple expression sexuelle, les filles revendiquent leurs droits au choix de coucher ou d'attendre. Les garçons semblent plus accusateurs vis-à-vis de ce discours consumériste avec ses caricatures des filles qui consomment les hommes pour les rejeter ensuite.
* - les asexuels refusent le discours général sur la frénésie sexuelle, et sur la sexualité comme expression de bonne qualité de vie, ils cherchent la qualité de la relation sexuelle et non pas la sexualité disponible actuellement dans la société.
* - les asexuels mettent en lumière l'hypocrisie du discours dominant, les magazines et les médias encouragent une sexualité débridée, des pratiques sexuelles excessives. Dans cette ambiance, refuser de faire l'amour devient suspect. Quand une fille choisit l'asexualité, elle est suspectée d'être frigide, fanatique, religieuse. Quand un garçon choisit l'asexualité, il est accusé d'être impuissant, religieux ou machiste.
* - comme dans les couples qui tiennent sans trop de sexualité, les asexuels cherchent un sentiment amoureux capable de fonder la relation ; Pour eux, l'expérience sexuelle devrait traduire affection et tendresse et non pas expérimentation sexuelle ou désir brut.
* - l'absence de sexualité ne signifie pas l'absence d'amour, ou mauvaise qualité de vie. De nombreux asexuels sont célibataires de transition (dans l'attente d'une rencontre), ils vivent cette attente en consacrant leur temps aux loisirs, au sport, aux études.
* - dans le discours des asexuels, on retrouve des traces de spiritualité, d'idéalisme, la recherche d'une relation profonde dépassant les modes consuméristes, et l'individualisme exacerbé.
* - dans le discours des garçons asexuels, on retrouve des motivations variées : peur de la rupture, éviter la perte du temps dans des relations superficielles, refus d'un comportement féminin consumériste de sexualité, éviter les maladies sexuellement transmissibles, refus de la sexualité mécanique et pornographique.
* - le discours des asexuels semble chercher à créer une approche alternative au discours dominant sur la sexualité, ils refusent d'être obnubilés par la performance, par l'orgasme, par la taille du pénis. Il distingue généralement l'orgasme de la sexualité, la satisfaction du couple de la performance sexuelle, le comportement individualiste hors du couple de l'engagement dans la relation.
* - il est difficile de mesurer l'influence de ce comportement sur le discours ambiant, il est difficile d'évaluer le pourcentage de ces personnes, l'asexualité peu être temporaire, entre de rencontre, ou primaire (avant le début de l'activité sexuelle). Cependant, les statistiques démontrent la présence de 20 % des asexuels chez les garçons, chez les filles, on note l'augmentation de l'abstinence sexuelle, la préservation de la virginité, et un fort retour d'amour romantique comme fondement de la relation.
* - les asexuels sont parfois stigmatisés dans les médias, harcelés dans les forums ou dans les médias sociaux, leurs discours bien que minoritaires invalident le discours ambiant sur la sexualité.

 

Abstinence sexuelle
Nous pouvons définir l'abstinence sexuelle comme un retrait volontaire, un refus de toute activité sexuelle. L'abstinence peut être volontaire (abstinence religieuse, abstinence pour contraception) ont forcée (manque de liberté comme en prison, manque de partenaires, ou maladies).
La chasteté
La chasteté est différente de l'abstinence sexuelle, c'est une abstinence motivée par des notions religieuses ou philosophiques. La chasteté peut être totale ou partielle comme le refus de contact sexuel génital (refus de l'acte coïtal.

 

Anti sexualisme
Anti sexualisme désigne des positions et des opinions opposées à la sexualité. L'anti sexualisme a été encouragé par des cultures religieuses (moines, religieuses, hindous, etc.) mais ses relais contemporains sont rarement religieux. Les adeptes de anti sexualisme croient que la sexualité perturbe les rapports sociaux, et que la recherche de la satisfaction sexuelle est responsable de nombreux problèmes.
De nombreux célibataires sont antisexuels. Ils théorisent les méfaits de la sexualité sur la société. Ces avis sont parfois la justification de l'incapacité de la personne de trouver un partenaire sexuel, ou des avis négatifs sur la sexualité hérités d'une éducation sévère ou d'une déception.
D'autres personnes sont antisexuels, fidèles à un système de pensée qui avancent certains arguments :
* - La sexualité ne peut que compliquer des rapports humains
* - Le sexe est incompatible avec une vraie intimité entre homme et femme
* - Le désir sexuel est archaïque, bestial, une réaction sans contenu intellectuel
* - Le sexe est porteur des maladies parfois mortelles.
* - Le désir sexuel est source de mensonges dans les relations
* - La sexualité est à l'origine des violences contre l'adultère, les femmes, et contre les minorités sexuelles
* - La sexualité est dépourvue de sens, éphémère.
Ces idées ont été reprises par certains courants féministes aux USA. La fameuse phrase : " toute pénétration est un viol " est un exemple. Le refus de maternité est aussi un argument de certaines féministes pour éviter la " souffrance " des femmes. D'autres courants de pensées sont antisexuels pour limiter la reproduction humaine, il s'agit de certains courants écologiques. Si certaines de ces idées semblent caricaturales, certaines productions culturelles de bonne qualité ont marqué ce courant de pensées. Ces courants restent minoritaires.

 

Ascète ou ascétisme
L'ascète est celui ou celle qui se consacre par piété aux mortifications, à l'ascétisme, à l'abandon de toute forme de plaisir. Le terme ascèse est employé parfois dans le même sens. Ce terme est un néologisme qui n'existe pas dans tous les dictionnaires.
L'ascétisme est souvent lié à un idéal religieux, culturel, ou philosophique, une sorte de mysticisme visant à dépasser les limites de la condition humaine et de les améliorer. L'ascète par définition refuse tous les plaisirs. Sa définition distingue l'ascétisme de la chasteté (refus du désir sexuel seulement).
L'ascète abandonne les plaisirs de la vie, il vit seul, dans un grand dénuement matériel, ne s'impose diverses privations, comme l'abstinence sexuelle, le silence, longues périodes de jeûne, ou privation de sommeil. L'ascétisme vise à apprendre de mieux lutter contre ses désirs, pour s'abandonner à une quête spirituelle. La finalité de l'ascétisme est de renforcer les moyens de chacun pour arriver à se détacher de toute faiblesse, et parfois de tout lien affectif social ou matériel, pour s'approcher du divin, ou d'un idéal religieux ou culturel.
L'ascétisme est une forme extrême de dévouement religieux présent dans l'Antiquité, la vie des prêtres et des religieux des civilisations anciennes reflétait une certaine dose d'ascétisme. Les religions monothéistes ont aussi leurs ascètes. Les premiers ermites chrétiens ont exploré des formes extrêmes de l'ascétisme, certains vivaient nus dans le désert, ou dans les montagnes. On peut visiter les ruines d'un monastère où un célèbre ascète chrétien qui a passé 40 ans sa vie isolé sur une colonne dans le désert syrien. Le sanctuaire de Qalat Seeman fut érigé à la fin du Ve siècle en l'honneur de plus prestigieux ascètes de Syrie, le stylite Syméon.
D'autres ermites ont choisi la privation de manger ou de boire pendant les longues périodes. La religion islamique a eu également ses ascètes qui ont produit des histoires, des livres et des poèmes.
Certaines pratiques de jeûne dans les religions monothéistes comportent une certaine dose d'ascétisme. Actuellement, on retrouve un ascétisme toujours vivant en Inde ; les hommes s'imposent une vie de pauvreté, de mendicité, et de souffrance physique ou morale pour s'approcher du divin.
Dans le monde occidental, l'ascétisme existe toujours sous des formes atténuées dans les ordres monastiques, ou dans la vie de certaines personnes attachées à la pratique religieuse.
Il est utile de distinguer la notion d'ascétisme de celle de l'asexualité (refus volontaire et assumer de la sexualité sexe), cependant dans l'asexualité, la privation est essentiellement sexuelle, motivée par des idées culturelles et rarement par des concepts religieux.
En conclusion, l'ascétisme est pus qu'une privation volontaire des plaisirs disponibles, y compris le plaisir sexuel, pour des motifs religieux ou philosophiques.

 

Référence :

* Jean Philippe de Tonnac, la révolution asexuelle, Ed Albin Michel, 2006

 

Autres articles relatifs à ce sujet : 

- Abstinence sexuelle et chasteté

L'abstinence sexuelle n'est pas une abstinence du plaisir sexuel. Elle peut être périodique pendant les jours fertiles de femme pour éviter une grossesse ou limitée dans le temps comme les années de puberté où l'adolescent est capable d'avoir des relations sexuelles mais pratiquent l'abstinence.

- Contenance sexuelle

La Contenance sexuelle suppose un contrôle entièrement conscient de la fonction sexuelle dans le couple impliquant l'ensemble du vécu et de l'acte amoureux, avec la possibilité d'atteindre un nombre illimité d'orgasmes par les deux amoureux. L'acte sexuel n'est pas finalisé par l'éjaculation chez l'homme ou par la décharge chez la femme.

- Abstinence : moyen de contraception

L'abstinence est un moyen de contraception naturelle . C'est l'utilisation de certaines stratégies afin d'empêcher une éventuelle grossesse. L'abstinence est la forme la plus simple de contraception.

- Contraception: Méthodes naturelles

Les méthodes naturelles de contraception sont peu efficaces. Une efficacité réelle de ces méthodes nécessite une discipline «sévère» comme dans le cas de méthode de retrait ou l'abstinence.

Commentaires

get('text_top_button', JText::_('DEFAULT_GOTO_TOP_TEXT'))*/?>
get('text_bottom_button', JText::_('DEFAULT_GOTO_BOTTOM'))*/?>

 

 

 

Catégories

 

CULTURE

SOCIETE

BIEN-ETRE

SCIENCES

VIDEOS

 

 

 

Suivez-nous !

 

causam picto twitter

 

causam picto facebook