Haendel : la musique comme plaisir

Haendel-presentant-Water-Music-au-roi-George-I

Haendel presentant  Water Music au  roi George I

Haendel présentant Water Music au roi George I, peintre belge Edouard Hamman

 

Haendel : la musique comme plaisir

 

Lorsqu’Haendel est arrivé à Londres en 1711, il avait déjà son propre style enraciné dans son éducation nord-allemande et influencé par un séjour en Italie. Il avait rencontré Arcangelo Corelli et Domenico Scarlatti en Italie et y avait connu le succès avec des opéras italiens et des œuvres religieuses. Il connaissait bien l'œuvre de Jean-Baptiste Lully, qui dominait la musique française, et aussi celle de l'Anglais Henry Purcell. Ce cosmopolitisme séduit les mélomanes londoniens, qui apprécièrent qu’Haendel évite certains excès du Haut Baroque que Bach privilégiait.


Händel fut bientôt nommé directeur de la musique du duc de Chandos, qui lui présenta d'autres membres de l'aristocratie anglaise. Haendel perfectionna un nouveau style, plus direct, que l'on peut entendre dans ses Chandos Anthems et le masque Acis et Galatea. C'est à cette époque qu'il écrit Esther, le premier de ses oratorios anglais, un genre pour lequel il deviendra célèbre.


En 1717, le George Ier demande à Händel de composer la musique d'un voyage en péniche sur la Tamise. La musique devait être sensationnelle : le roi voulait faire une grande déclaration publique pour détourner l'attention de son fils, le prince de Galles, qui formait une faction politique opposée. Haendel devait trouver un équilibre entre le désir de nouveauté et la nécessité d'un large attrait populaire.

Alors qu'un concert sur une péniche avec une cinquantaine d'interprètes était une nouveauté en soi, Haendel a ajouté à cette occasion, des joueurs de cor de Bohème, dont les élégantes fanfares sonnaient très différemment des cors de chasse familiers du public anglais. Avec les bassons et les trompettes, ils ont permis à la musique de se propager en plein air. La water musique est née.


La Water Music est essentiellement un mélange de styles européens populaires. Elle commence par une ouverture sur les rythmes irréguliers du style français, incorpore des danses qui étaient à la mode dans toute l'Europe à l'époque, et inclut la plus anglaise des musiques - le cor - qui est devenu le son caractéristique de l'œuvre.

 

Lire la suite
0
  966 lectures
  0 commentaires
Mots-clés :
966 lectures
0 commentaires

Musique à Venise

musique-venise-vivaldi

musique venise vivaldi

 

Musique à Venise

Peu de villes européennes ont une tradition musicale aussi longue et aussi prestigieuse que Venise. À l'époque baroque, elle était un centre artistique majeur et un puissant centre commercial, avec une grande tradition de cérémonies religieuses d’État nécessitant de la musique.

La renommée des compositeurs vénitiens, tels que Andrea et Giovanni Gabrieli, Monteverdi et Vivaldi, rivalise avec celle des artistes peintres de la ville - Bellini, Titien, Véronèse, Tintoret et Tiepolo. L'opéra trouve d'abord un public nombreux dans la ville, avec l'ouverture de la première maison d'opéra du monde, le Teatro di San Cassiana, en 1637.


Au XIXe siècle, Rossini a connu plusieurs de ses plus grands triomphes à Venise, tandis que Wagner, un visiteur régulier qui est mort plus tard dans la ville, a composé Tristan und Isolde à Venise, et Verdi a créé Rigoletto (1851) et La Traviata (1853) au Teatro La Fenice, le principal opéra à partir de 1792. Au XXe siècle, The Rake's Progress (1951) de Stravinsky et The Turn of the Screw (Le Tour d'écrou) en 1953 de Benjamin Britten y ont également été interprétées.

 

Lire la suite
0
  1007 lectures
  0 commentaires
Mots-clés :
1007 lectures
0 commentaires

Une réponse extraordinaire de Thomas Tallis

Thomas-Tallis-spem-in-alium

Thomas Tallis spem in alium

Une réponse extraordinaire de Thomas Tallis

Thomas Tallis était membre de la Chapelle royale lorsque le compositeur Striggio a visité et déployé ses partitions en plusieurs parties. Les œuvres de l'Italien étaient de style polyphonique avec des voix regroupées en chœurs autonomes qui se réunissaient en un grand son aux points cruciaux de la partition.

 


La réponse de Tallis dans son motet Spem in alium a été tout à fait différente : il s'est replongé dans la musique de Taverner et de Sheppard pour créer une pièce incontestablement anglaise, une réponse extraordinaire à Striggio. Les 40 voix de Spem in alium ( espoir dans quelque chose d’autre) sont rarement réunies dans les mêmes groupes, mais chacune suit son propre chemin. Une voix peut maintenir un rythme régulier mais aura une contrepartie qui réalisera quelque chose de similaire en syncope, ajoutant un scintillement à la voix régulière. Comme un murmure progressif d'oiseaux, les voix se rassemblent, puis se séparent et finalement s'assemblent à nouveau pour un effet puissant et exaltant.

 

On sait peu de choses sur les débuts de Tallis, mais en 1532, il était l'organiste du Prieuré de Douvres, sur la côte sud de l'Angleterre. Après la dissolution du prieuré trois ans plus tard, il travaille à l'église de St. Mary-at-Hill à Londres, à l'abbaye de Waltham et à la cathédrale de Canterbury, avant de devenir membre de la chorale ("Gentleman") de la Chapelle royale d'Henry VIII, où il devient plus tard organiste.


La reine Elizabeth accorde à Tallis et William Byrd un brevet d'impression de musique en 1572, et en 1575, ils publient conjointement Cantiones sacrae, une collection de motets latins. Tallis a également été l'un des premiers à mettre des mots anglais sur les psaumes, les cantiques et les hymnes. Des siècles plus tard, sa mise en scène du psaume 2, a été utilisée par Vaughan Williams pour sa Fantasia on a Theme of Thomas Tallis (1910).
Tallis est mort paisiblement chez lui en 1585. On pense qu'il avait environ 80 ans.

 

 

 

Lire la suite
0
  1259 lectures
  0 commentaires
Mots-clés :
1259 lectures
0 commentaires

Suivez-nous !