Agatha Christie: biographie et analyses

agatha-christie

 

 

agatha christie

 

 

 

Christie Agatha est célèbre pour ses romans d’intrigue et de mystère qui révèlent le talent d’un grand écrivain.

Agatha Christie, de son nom complet Agatha Mary Clarissa Miller. Selon Janet Morgan, Agatha est issue d’une famille de classe moyenne de Torquay. En avril 1878, Frederick Miller s’est marié à Clara Miller, ils ont eu trois filles.


Agatha est née le 15 septembre 1890, sa mère avait trente-six ans et son père quarante-quatre. Agatha avait deux sœurs plus âgées qu’elle. D’après Morgan, Agatha a été éduquée à la maison. Elle s’intéressait aux livres, bonne cuisinière et bonne chanteuse. Dans sa jeunesse, Agatha rêvait de devenir infirmière ; elle raconte qu’elle voulait devenir infirmière, mais son père avait d’autres idées. Il aurait aimé que sa fille devienne une pianiste de concert ou une chanteuse professionnelle, peut-être dans un grand opéra, selon Hack.

 

Agatha, jeune, écrivait des nouvelles et composa un recueil de poèmes qui seront publiés plus tard par Geoffrey Bles en 1925, intitulés « The Road of Dream ». Selon Richard Hack, Agatha a travaillé dans un hôpital en tant qu’infirmière pendant la Première Guerre mondiale. C’est à ce moment qu’elle a eu l’idée d’écrire un roman policier tout en soignant ses patients. En août 1914, elle a rencontré un aviateur du nom d’Archibald Christie, qui devient son futur mari. Ils se marient la veille de Noël 1914 dans une église locale sans préparation, Agatha a écrit « aucune mariée n’aurait pu prendre moins de peine pour son apparence. Pas de robe blanche, pas de voile, pas même une robe élégante. J’étais en manteau, dans une jupe ordinaire avec un petit chapeau de velours violet » (Hack). Une petite fille est née 5 ans plus tard, le 5 août 1919, nommée Rosalind.

 

Selon Richard Hack, Archibald Christie ne venait à la maison pour voir le bébé et Agatha que quelques heures par jour et partait ensuite. Agatha a décidé de continuer son roman qu’elle a commencé quand elle était infirmière durant la Première Guerre mondiale. Le livre s’appelle « The mysterious Affair at Styles » (titre français La Mystérieuse Affaire de Styles). Il a été un succès, le New York Times a été impressionné par ce livre :

« Le seul défaut de cette histoire est qu’elle est presque trop ingénieuse », ont-ils écrit.

"Bien qu’il s’agisse peut-être du premier livre publié par Mlle Agatha Christie, elle trahit la ruse d’une vieille dame. Il faut attendre l’avant-dernier chapitre du livre pour connaître le dernier maillon de la chaîne de preuves qui a permis à M. Poirot de démêler l’intrigue et de faire porter la culpabilité là où elle doit être. Vous pouvez parier que tant que vous n’aurez pas entendu le dernier mot de M. Poirot sur la mystérieuse affaire de Styles, vous ne cesserez d’en deviner la solution et ne pourrez jamais refermer ce livre divertissant". (New York Times.)

 

Agatha, poursuivant sa carrière d’écrivain, en publiant : « L’Adversaire secret » en 1922, « Le Crime du golf » (1923) « L’Homme au complet marron » (1924).

Selon Richard Hack, le mari Archie a demandé le divorce à la fin de 1926, il tombe amoureux d’une autre femme. Ce divorce fut décevant et douloureux, alors qu’elle était encore en deuil après la perte de sa mère.

En décembre 1926, Agatha disparaît, le journal du lundi matin écrit un article sur la chasse à Agatha :


« Disparue de chez elle, dans les Styles, à Sunning Dale, dans le Berkshire, Mme Agatha Mary Clarissa Christie, âgée de 35 ans ; taille 5 pieds 7 pouces ; cheveux roux, teint clair, corpulence légère, habillée d’une jupe de jersey grise, d’un pull vert, d’un cardigan gris foncé et d’un petit chapeau de velours ; portant une bague en platine avec une perle ; pas d’alliance ; un sac à main noir contenant peut-être 5 ou 10 livres a quitté la maison en voiture à 21 h 45 le vendredi, laissant une note disant qu’elle allait faire un tour en voiture. »

« De nombreux fans se joignent à la police de quatre comtés à la recherche d’Agatha ». Elle apparaît trois semaines plus tard au Swan Hydropathic Hotel à Harrogate, elle prétend avoir perdu la mémoire et ne pas se souvenir de ce qui s’est passé auparavant.

 

hercule poirtot  Kenneth Branagh

 

Le médecin l’avait diagnostiquée comme souffrant d’amnésie post-traumatique. La déprime de la perte de sa mère et la trahison de son mari ont poussé Agatha à disparaître pendant une courte période. Il est difficile pour Agatha Christy de se remettre de ces événements. Aussi décide-t-elle de prendre de longues vacances et de choisir les Antilles pour se ressourcer et trouver une nouvelle source d’inspiration pour son prochain livre. Lors de ce voyage, elle rencontre Max Mallowan, un archéologue, avec qui Agatha passera les 45 années restantes de sa vie.

Le 11 septembre 1930, Mme Agatha Christie et le professeur Max Mallowan se marient discrètement à Édimbourg pour éviter la presse londonienne. La cérémonie a eu lieu à l’église St Cuthbert dans le quartier de St Giles avec sa fille et ses deux secrétaires, Charlotte et Mary Fisher, comme témoins.

 

Après s’être mariée, Agatha Christie s’est remise à écrire des livres et a connu succès après succès. Agatha a eu des idées à partir de choses qu’elle a vues et transformées en romans, des chefs-d’œuvre. « The Murder of Roger Ackroyd » (Le Meurtre de Roger Ackroyd) a été terminé pendant la mort de sa mère et le divorce avec son ex-mari. Elle traduit sa tristesse dans l’histoire. « The Murder of Roger Ackroyd » est devenu l’un des livres les plus vendus de la carrière d’Agatha Christie, il a placé Agatha Christie au sommet comme la reine incontestée du crime.

12 janvier 1976, dans le jardin de l’église Sainte-Marie, à Cholsey, dans le Berkshire, à 65 km à l’ouest de Londres, repose Lady Mallowan, ou Agatha Christie, connue par des millions de lecteurs dans le monde comme la reine du crime, ou comme elle préférait, la duchesse de la mort (Robyns).

 

Technique d’Agatha Christie


Selon Gwen Robyns, Agatha Christie a un style unique, elle ne se base pas sur une règle littéraire. Beaucoup de chercheurs ont étudié l’écriture d’Agatha Christie, en insistant sur la capacité de personnages de Christie de prononcer des paroles à la fois réelles et trompeuses. À la question si elle s’est servie des personnages de la vie réelle, elle répond :
« Non, je ne le fais pas. Je les invente. Ils sont à moi. Ils doivent être mes personnages, faire ce que je veux qu’ils fassent, être ce que je veux qu’ils soient, perdre la vie pour moi, avoir leurs propres idées parfois, mais seulement parce que je les ai fait devenir réelles. (Robyn) »

Comme elle l’a dit, Agatha Christie n’avait pas l’ambition de créer un style littéraire, elle manie son propre monde comme sa propre force. Ses histoires utilisent un langage simple, facile à comprendre, qui permet au lecteur de se connecter au personnage et de le rendre réel.

Pour écrire un livre, elle doit travailler hiver et printemps pour pouvoir le publier en septembre. Agatha a dit : « Vous devez décider dans quel style vous voulez travailler, puis lire des livres qui ont le même style. » (Robyns) « Les gens pensent que l’écriture m’est facile. Ça ne l’est pas. C’est un meurtre. » Même si Agatha pense qu’elle ne sait pas écrire, ses fans ne peuvent pas trouver une petite erreur dans son écriture ingénieuse. M. Max Mallowan partage avec le lecteur le style d’écriture de sa femme :

« Ma femme écrivait toujours le dernier chapitre en premier. De cette façon, elle pouvait rassembler tous les indices et presque nouer le paquet. Ce n’est qu’après avoir fait cela qu’elle revenait au début pour travailler jusqu’au bout (Robyns) »

Agatha révèle des idées auxquelles les gens n’auraient jamais pensé. Par exemple, dans « Meurtre dans l’Orient Express », la victime a été assassinée alors qu’elle se rendait au wagon service et la dernière chose que le lecteur semblait savoir avant sa mort, c’est qu’il s’agit d’une femme portant un kimono. Dans « Murder with Mirror » (Jeux de glaces), elle a créé de nombreux personnages afin de tromper le lecteur en lui faisant croire qu’il y aurait un choix de meurtrier. La plupart du temps, la réponse sera revue à la toute fin de l’histoire et elle surprend toujours les fans.

Les gens ont été amusés et séduits époustouflés en lisant ses livres, en suivant chaque étape que fait M. Hercule Poirot, un personnage créé par Mme Christie. Selon Janet Morgan, il est apparu dans 33 des romans et 54 nouvelles de Christie et est devenu le personnage le plus célèbre de la « reine du crime ». « Elle a nommé son détective Hercule Poirot sans raison particulière ».(Hack)

 

Même si Agatha Christie est une écrivaine célèbre, elle a lu et analysé les romans policiers d’autres auteurs célèbres comme Sir Arthur Conan Doyle. Agatha a lu et appris que si elle voulait que son livre soit unique, elle devait créer un personnage créatif et d’aussi intelligent que le plus célèbre détective de l’époque, Sherlock Holmes et son ami le Dr John H. Watson. Elle invente Hercule Poirot accompagné de son ami le capitaine Hasting. Poirot est le plus grand « enfant » d’Agatha, il l’a suivie tout au long de sa vie. Selon Hack, en 1975, Agatha a publié « Rideau » pour mettre un terme à Poirot, il s’est vendu à plus de cent vingt mille exemplaires.

 

hercule poirtot david suchet

 

Les fans d’Hercule Poirot ont été visiblement émus par le livre, dans lequel on le trouve désormais handicapé par la douleur et, à la dernière page du roman, il fait ses adieux à son ami le capitaine Hasting (Hack).

Un autre personnage célèbre créé par Christie est une femme nommée Jane Marple. Selon Hack, Miss Marple a été introduite dans les histoires courtes, « The Tuesday Night Club » 1928 ; « Murder at the Vicarage » en 1930.
Miss Marple a donné à Agatha de nombreux succès dans la catégorie des nouvelles. Comme Poirot, Agatha a donné à Miss Marple une fin dans le livre Sleeping Murder et c’était un cadeau pour son amour Max, « tandis que Rosalind a reçu Rideau, le dernier d’Hercule Poirot. » (Hack)

The Tuesday Night Club", Murder at the Vicarage" a donné à Agatha un succès critique va de pair avec certains livres comme : "The Murder of Roger Acroyd" (1926), "Murder on the Orient Express" (1934), et "Death on the Nile" (1937).

Il existe une certaine ressemblance entre le monde de Jane Austen et le monde d’Agatha Christie : un cadre paisible, douillet ou « cosy », généralement de la classe supérieure, nombre limité de personnages. La violence s’immisce ; satire de ses propres héros, et ironie, puis une grande finale dans lesquelles les personnages impliqués se rassemblent pour la révélation dramatique de la vérité. Elle précise les indices, le « qui » et le « pourquoi », utilisation intensive de dialogues et de descriptions rapides qui permettent une lecture rapide et aisée ; un cadre moral cohérent pour l’action ; et la volonté de permettre absolument à n’importe quel personnage d’être coupable. Sa faiblesse selon les critiques, réside dans ses personnages, qui manquent de profondeur psychologique et intellectuelle.

 

Christie a créé un grand nombre de « caricatures ». On pourrait attribuer ses caricatures à sa grande admiration pour Charles Dickens, qui se livrait également à des caricatures, notamment avec ses personnages mineurs.

Malgré le jugement simpliste de Christie sur le caractère humain, elle parvient parfois à l’occasion (surtout dans ses romans des années 1940 et plus tard), à faire des incursions précises et perspicaces dans les processus de pensée de certains personnages.
Elle a créé des personnages mémorables auxquels le lecteur peut s’identifier. Ses personnages les plus mémorables et les plus populaires, Hercule Poirot et Miss Marple , sont de bons exemples de son habileté à développer des personnages de « haute société » capables de séduire le grand public.

 

hercule poirtot peter ustinov

 

Agatha était habile à combiner des sujets d’époque avec un développement délicat, une structure d’intrigue créative et une psychologie simple. Cela est évident dans son roman, Rideau, son brillant final, écrit bien avant sa mort et placé dans un coffre-fort de banque avec des instructions à publier seulement après sa disparition, un chef-d’œuvre qui utilise le meilleur de ses talents.


Le titre complet, « Rideau : le dernier de Poirot » a été écrit en 1941, trente-cinq ans avant la mort d’Agatha. Il a été publié pour la première fois en 1975, juste avant la mort d’Agatha en 1976. Son dernier roman de Poirot,

 

Pour éviter la stagnation, Agatha a pris l’habitude d’écrire plus d’un livre à la fois. Bien qu’elle ait été élevée par une famille aisée, sa langue reste simple, utilisant un style d’écriture que chaque lecteur peut apprécier. Elle s’est beaucoup appuyée sur le dialogue, une technique pour varier le rythme de l’histoire ainsi que pour augmenter le suspense. Les débuts de ses œuvres sont riches en description, qui diminue au fur et à mesure que le dialogue et l’interaction entre les personnages prennent le dessus. Avec des phrases courtes et un dialogue précis, elle pousse les lecteurs vers ce qui est toujours une conclusion captivante.


Elle planifierait le mode du meurtre, le tueur et le but. Puis elle tiendrait compte des différents suspects et de leurs propres intentions. Troisièmement, elle concocterait des indices potentiels et des tactiques de diversion pour attirer les lecteurs dans des directions différentes. Elle s’est abstenue d’inclure des indices trompeurs excessifs, car cela étoufferait l’intrigue.

Agatha a souvent utilisé la même formule de développement de l’histoire dans beaucoup de ses romans : le personnage principal, détective ou un enquêteur privé, découvre le meurtre ou un ancien ami, associé d’une manière ou d’une autre au meurtre, contacte le personnage principal pour obtenir de l’aide. Au fur et à mesure que l’histoire se déroule, le personnage principal interroge chaque suspect, enquête sur le lieu du crime et note soigneusement chaque indice, permettant aux lecteurs de scruter l’indice et d’essayer de résoudre le mystère par eux-mêmes. Tout comme les lecteurs accumulent des indices et pensent savoir qui aurait pu commettre le meurtre, Agatha tue un ou quelques principaux suspects, laissant les lecteurs confus. Finalement, le personnage principal rassemble tous les suspects restants en un seul endroit et réprimande le coupable, révélant de nombreux secrets non liés en cours de route, d’une durée généralement de 20 à 30 pages.

Ce n’est pas un hasard si Hercule Poirot a constamment évoqué son approche de la résolution de mystères comme un processus utilisant ses « petites cellules grises », une référence à son cerveau. De même, Agatha a appliqué ses « petites cellules grises » à la page écrite.

Agatha Christie a écrit quatre-vingt-quatorze livres au total et a été traduite en 103 langues. . Elle a écrit quatre-vingt-trois histoires policières, six romans (sous le pseudonyme de Mary Wesrmacott), un livre de souvenirs, deux de poèmes et son autobiographie. Quatre cents millions d’exemplaires ont été vendus et il n’y a aucun signe de déclin des ventes. (Robyns)
Agatha est une légende du roman policier, la « reine du crime ». Elle a laissé derrière elle tant de grands romans et de magnifiques œuvres d’art qu’elle restera toujours l’auteure de romans policiers le plus populaire de tous les temps. Une grande partie de ses romans ont vu le jour à l’écran en film de cinéma ou de télévision. En général, les réalisateurs cherchent à mettre en lumière l’essentiel de l’oeuvre : caricature, ironie et intrigue.

 

 

Références :
Richard Hack : Duchess of Death: The Unauthorized Biography of Agatha Christie, Phoenix Books, 2009
Janet Morgan : Agatha Christie : Biographie (Français) Poche, Ed Luneau Ascot 1986
Gwen Robyns : The Mystery of Agatha Christie, Penguin Group USA; Reissue édition 1989

 

Lire la suite
1
  259 lectures
  0 commentaires
Mots-clés :
259 lectures
0 commentaires

Agatha Christie : secrets d’un immense succès

Agatha-christie-Poirot-Marple

 

Agatha christie Poirot Marple

 

 

 

Agatha Christie est l’auteur le plus vendu de tous les genres et de tous les temps. Ses livres se sont vendus à plus de deux milliards d’exemplaires en langue anglaise, en langue française et en 103 langues étrangères.

Elle a publié plus de quatre-vingts romans et pièces de théâtre, dont beaucoup mettent en scène l’un ou l’autre de ses personnages principaux de sa série — Hercule Poirot ou Miss Marple. La plupart de ses livres et de ses nouvelles ont été filmés, sa pièce The Mouse trap (la souricière). Mouse trap détient le record de la plus longue représentation à Londres.

Après la lecture de plusieurs romans ou nouvelles de Christie, il est possible de détecter certaines similarités, une sorte de marque de fabrique.

 

Simplicité de technique


Le crime reflète sa société, dévoile les valeurs d’une communauté, se déroule dans un milieu précis gouverné par des règles et des valeurs.
Dans les romans policiers d’Agatha Christie, Miss Marple et M. Poirot, ses deux détectives les plus populaires, sont là pour résoudre l’affaire à la fin du livre et pour conclure leurs interventions par une réflexion intellectuelle qui dénonce le mal et consolide l’ordre. Christie tente comme d’autres auteurs à offrir aux lecteurs l’espoir de la justice.

Pendant l’âge d’or du roman policier, le cadre typique est la campagne anglaise et sa société, surtout la classe supérieure et la classe moyenne supérieure. Agatha Christie connaissait bien ces classes et a dépeint certains caractéristiques : fort sentiment de possessivité, préjugés profonds sur les autres et sur la différence, ethnocentrisme et hypocrisie.

Dans le roman policier à son sommet (entre les deux guerres), l’énigme est l’élément le plus important. Le lecteur reçoit de nombreux indices à partir desquels le meurtrier peut être identifié avant que la solution ne soit révélée dans les dernières pages du livre. Le personnage du grand détective et le mystère qu’il résout constituent le motif central du roman policier, le reste est réduit au minimum.

 

Humour et ironie dans des lieux inventés


Elle aimait placer ses personnages dans la campagne anglaise, qui devient un élément caractéristique de ses romans. La campagne britannique évoque des lieux éloignés de l’influence des grandes villes : village typique, église, gens du pays qui s’intéressent aux ragots, gentleman anglais typique habillé de tweed, grands champs verts, lacs et bois.
Il va de soi qu’il s’agit d’une vision romancée, imaginaire. La description de la campagne anglaise est presque à l’opposée de la vision des romans d’autres grands écrivains de la même époque comme D.H. Lawrence.

Dans son roman The Moving Finger ( titre francais : la Plume empoisonnée), elle décrit :

« Lymstock était un lieu important à l’époque de la conquête normande. Au vingtième siècle, c’était un lieu sans aucune importance. Elle se trouvait à trois miles d’une route principale — une petite ville de province avec une lande s’élevant au-dessus d’elle. Little Furze était située sur la route menant à la lande. Il s’agissait d’une maison blanche, basse et primitive, avec une véranda victorienne inclinée peinte en vert délavé. (p. 8)

La société qui y vit est typique des romans de Christie, sa description correspond à notre image de la société de la haute bourgeoisie et de la vie à la campagne. La comparaison entre les habitudes de la campagne et celles de la ville est souvent drôle, mais probablement vraie.

Dans The Moving Finger, le narrateur quitte Londres pour s’installer dans une petite ville, Lymstock, afin de se remettre d’un mauvais accident d’avion avec sa sœur Joanna, qui représente la jeune femme moderne de la ville, mais déterminée à s’assimiler. Mais il est influencé par les clichés sur la vie de la campagne. Les manières des gens de Lymstock sont totalement inattendues :

Dès que nous avons eu quelques jours pour nous installer, Lymstock est venu solennellement nous rendre visite. Tout le monde à Lymstock avait une étiquette comme disait Joanna. Il y avait M. Symmington, l’avocat, mince et sec, avec sa femme qui jouait au bridge. Dr Griffith, le médecin sombre et mélancolique, et sa sœur grande et chaleureuse. Le vicaire, un vieil homme érudit et distrait, sa femme erratique et enthousiaste. Le riche dilettante M. Pye de Prior, et enfin Mlle Emily Barton elle-même, la parfaite vieille fille de la tradition villageoise.”
(p. 9)

Non seulement le comportement que l’on attend d’elle est étrange pour Joanna, mais son apparence ne convient pas non plus. Elle s’efforce de s’assimiler, mais comme elle a toujours vécu en ville, elle est influencée par les magazines à la mode. Son frère se moque d’elle :

Joanna est très jolie joyeuse, aime la danse, les cocktails, les aventures amoureuses et les courses dans des voitures puissantes. Elle est définitivement et entièrement citadine.
— En tout cas,” dit Joanna, “j’ai l’air bien.”
Je l’ai étudiée d’un œil critique et je n’ai pas pu être d’accord avec elle.
Joanna était habillée (par Mirotin) pour le sport. L’effet était tout à fait charmant, mais un peu surprenant pour Lymstock.
— Non ai-je dit. Vous avez tout faux. Vous devriez porter une vieille jupe en tweed délavée avec un joli pull en cachemire assorti et peut-être un cardigan ample, et un chapeau en feutre, des bas épais et de vieilles broques bien usées. Ton visage est tout faux, aussi.
— Qu’est-ce qui ne va pas avec ça ? J’ai mis mon maquillage Country Tan n° 2.
— Exactement », ai-je dit. Si vous viviez ici, vous auriez juste un peu de poudre pour enlever l’éclat du nez et vous porteriez presque certainement tous vos sourcils au lieu d’un seul quart. (p. 9)

 

 

La description de la vie de village peut sembler amusante, mais elle recèle une vérité : la campagne est moins gâtée que la ville. Dans les histoires de Christie, cette paix villageoise est parfois troublée par un crime, qui est ensuite révélé par un détective qui, au fond, rétablit l’ordre public.

Lorsqu’un doigt bouge, la ville est envahie par les lettres anonymes, par les rumeurs, et par les accusations.
Dans les romans de Maigret, Simenon raconte parfois, à sa façon, cette vie à la campagne, à la fois paisible et éruptive.

 

Détectives bien identifiés


Miss Marple a été le deuxième détective créé par Agatha Christie, apparu pour la première fois dans le roman The Murder at the Vicarage (en français : l’affaire Protheroe) en 1930. A travers son intelligence, son bons sens et sa connaissance de la nature humaine, elle a réglé les énigmes de onze autres romans et de vingt et une nouvelles.
Elle est décrite comme une grande dame âgée, mince, au visage rose et ridé, aux yeux bleus et aux cheveux blancs, toujours en train de tricoter. Son allure est déroutante qui induit en erreur les personnes qui ne la connaissent pas, car elle utilise son stéréotype de vieille fille à son avantage. Elle vit dans le petit village de St. Mary Mead, où elle mène une vie qui lui donne l’occasion d’observer les mauvais traits de la nature humaine.
Agatha Christie a dit un jour qu’en la créant, elle avait utilisé pour certains personnages, les traits des amis de sa grand-mère, ainsi que de sa grand-mère elle-même. Elle a dit d’elle :


« Elle s’attendait au pire de tout le monde et de tout ce qui existait et, avec une précision presque effrayante, on lui donnait généralement raison ».
Miss Marple établit des parallèles entre les histoires de vie dont elle a été le témoin et le crime sur lequel elle enquête. Son apparition sur le lieu du crime est généralement expliquée par une phrase, elle rend souvent visite à ses nombreuses connaissances ou amis de famille.
« Notre après-midi au presbytère fut vraiment l’un des plus paisibles que nous ayons passés. C’était une vieille maison attrayante, avec un grand salon confortable et délabré, orné de cretonne rose fané. Les Dane Calthopes avaient une invitée chez eux, une dame âgée et aimable qui tricotait quelque chose avec de la laine blanche et molletonnée. Nous avons eu de très bons scones chauds pour le thé. Le vicaire est entré et nous a regardés placidement tout en poursuivant sa conversation érudite. C’était très agréable.
Je ne veux pas dire que nous nous sommes éloignés du sujet du meurtre, car ce n’est pas le cas.
Miss Marple, l’invitée, était naturellement excitée par le sujet. Comme elle l’a dit en s’excusant :
— Nous avons si peu de sujets de conversation à la campagne !
Elle avait décidé que la fille morte devait être exactement comme son Edith. “Une si gentille, petite, bonne, et si volontaire, mais parfois un peu lente à comprendre les choses.”
Miss Marple avait aussi un cousin dont la belle-sœur ou la nièce avait eu beaucoup d’ennuis et de problèmes à cause de certaines lettres anonymes, ce qui, là aussi, intéressait beaucoup la charmante vieille dame. »

Affaire Protheroe (p. 135)

Les femmes détectives n’étaient pas du tout courantes. Le premier détective de Christie fut un M. Poirot bien connu, c’est-à-dire un homme. Il a été présenté dans son tout premier roman policier, The Mysterious Affair at Styles (en français : La Mystérieuse Affaire de Styles) publié en 1920, tandis que Miss Marple a été créée dix ans plus tard.
La raison peut être l’obligation de respecter le stéréotype d’un détective masculin ou la prise de conscience du peu de succès des romans policiers avec une femme.
Il est remarquable que Christie se soit vraiment lassée de M. Poirot et ait voulu s’en débarrasser, mais les lecteurs l’ont aimé et elle a donc continué à écrire sur lui.
Hercule Poirot n’est pas un homme ordinaire : il n’est pas anglais, mais Belge, il n’est pas un détective de type héros, mais petit, presque âgé, il n’utilise pas ses muscles, mais ses « petites cellules grises ».
Avant de s’enfuir en Angleterre pendant la Première Guerre mondiale, Poirot était un policier belge à la retraite, et un célèbre détective privé en Europe. Au cours de ces années, il fait la connaissance d’Arthur Hastings, un Anglais qui deviendra plus tard son ami de confiance et le narrateur occasionnel de ses enquêtes, l’équivalent du « Dr Watson ».

La description qu’il en fait, donnée par Hastings lui-même dans La mystérieuse affaire de Styles est remarquable :

« Poirot était un petit homme à l’allure extraordinaire. Il ne mesurait guère plus de cinq pieds et quatre pouces, mais se comportait avec une grande dignité. Sa tête avait exactement la forme d’un œuf, et il la penchait toujours un peu sur le côté. Sa moustache était très raide et militaire. La propreté de ses vêtements était presque incroyable. Je crois qu’un grain de poussière lui aurait causé plus de peine qu’une blessure par balle. Pourtant, ce petit homme pittoresque et dandy qui, j’ai eu le regret de le constater, boitait maintenant gravement, avait été en son temps l’un des membres les plus célèbres de la police belge. En tant que détective, son flair avait été extraordinaire, et il avait remporté des triomphes en élucidant certaines des affaires les plus déroutantes de l’époque. Il me désigna la petite maison qu’il habitait avec ses compatriotes belges, et je lui promis d’aller le voir au plus tôt. Puis il a levé son chapeau en l’honneur de Cynthia et nous sommes partis.
— C’est un petit homme adorable », a dit Cynthia. « Je ne savais pas que vous le connaissiez.
— Vous avez diverti une célébrité à son insu, ai-je répondu. Et, pendant le reste du chemin du retour, je leur ai récité les divers exploits et triomphe d’Hercule Poirot. » page 11 La Mystérieuse Affaire de Styles

 

Enquêtes simples, affaires compliquées


Bien que les personnages de Miss Marple et de M. Poirot puissent sembler différents, leurs méthodes comportent des éléments similaires : poser beaucoup de questions, observer les gens et leur comportement. Une profonde connaissance de la pensée et de la nature humaine les aident à trouver de liens entre ce qui a été dit et ce qui a été fait. Poirot est un étranger, utilisant ses connaissances en psychologie et son mode de pensée analytique, Miss Marple est un membre intégré de la communauté, et résout les crimes avec sagesse populaire, compréhension de la nature humaine, parce que tous les crimes sur lesquels elle enquête ressemblent aux événements et aux commérages de son entourage, ou de son village.

Les romans se déroulent souvent à la campagne, dans la société de classe moyenne supérieure, ou des gens riches et privilégiés de la classe moyenne. Christie étant elle-même issue de cette classe, elle la connaissait fort bien et pouvait en donner une image vivante.

 

 

Décrire les gens, et non pas la société


Le roman policier est une affaire commerciale, un genre littéraire pour distraire. Les sujets graves n’ont pas leur place : l’augmentation du chômage, la grève générale de 1926, la Grande Dépression des années 1930, la montée des dictatures européennes ou les relations sexuelles entre des personnages, sont des sujets exclus.

Même si le but des romans policiers est de vendre des livres, le contexte de ces histoires est diversifié selon chaque société, ses relations et le réseau invisible de consensus et de règles à respecter pour le vivre ensemble. Dans ce cadre, le caractère et le tempérament des personnages complètent le tableau d’un roman policier.

Dans les romans de Christie, la société est réduite, village, famille, localité. Il s’agit de la société nécessaire au roman. La société dans son ensemble n’y apparaît pas.

En Angleterre, la richesse personnelle n’est pas un critère nécessaire pour appartenir à la classe moyenne supérieure, mais l’accent, la langue, l’éducation, le milieu familial et certains comportements et goûts attendus sont devenus les caractéristiques de cette classe.
Le membre de cette classe peut être décrit comme un gentleman, bien qu’il ne soit pas issu d’une famille de propriétaires terriens. Ses membres exercent une profession scientifique, juridique ou médicale, mais ils peuvent aussi exercer une profession non traditionnelle, comme celle d’écrivain ou de peintre. La ressemblance entre la classe moyenne supérieure et la classe supérieure en Grande-Bretagne est évidente, mais si l’on peut effectivement devenir membre de la classe moyenne supérieure, il est presque impossible en Grande-Bretagne d’atteindre le statut de classe supérieure, sauf par mariage ou par l’octroi d’un titre.

L’exemple d’une famille de la classe supérieure est donné par l’avocat des Crale dans Cinq petits cochons publié en 1942 :

« Notre cabinet, bien sûr, a connu de nombreuses générations de Crale. J’ai connu Amyas Crale et son père, Richard Crale, et je me souviens d’Enoch Crale, le grand-père. Les Crale, tous, pensaient plus aux chevaux qu’aux êtres humains. Ils montaient droit, aimaient les femmes, et n’avaient rien à faire des idées. Ils se méfiaient des idées. Mais la femme de Richard Crale était pleine d’idées, plus d’idées que de sens. Elle était poétique et musicale, elle jouait de la harpe, vous savez. Elle avait une santé fragile et avait l’air très pittoresque sur son canapé. Elle était une admiratrice de Kingsley. C’est pourquoi elle a appelé son fils Amyas. Son père s’est moqué de ce nom, mais il a cédé. Amyas Crale a profité de son héritage. Il tient sa tendance artistique de sa mère, et son pouvoir d’entraînement et son égoïsme impitoyable de son père. Tous les Crale étaient égoïstes. Ils n’ont jamais, par hasard, vu d’autre point de vue que le leur. » Cinq petits cochons (p. 39)

La haute société n’aimait pas que la bourgeoisie exprime ses préjugés à l’égard des nouveaux venus et sa réticence à les accepter.
Dans There Is a Tide (en français Le Flux et le Reflux), publié en 1948, la fille qui revient après la Seconde Guerre mondiale est confrontée au fait que son vieil oncle a épousé une jeune femme, ce qui était totalement inattendu, importun et inacceptable pour le reste de la famille :


« Lynn sourit. D’aussi loin qu’elle se souvienne, les secrétaires, les gardiens et le personnel de bureau de Gordon Cloade ont toujours été soumis à un examen minutieux et à la plus grande suspicion.
Elle a demandé avec curiosité : elle est belle, je suppose ?
— Eh bien, ma chère, a dit Adela, je pense moi-même qu’elle a un visage plutôt stupide.
— Tu n’es pas un homme, maman !
— Bien sûr », poursuivit Mme Marchmont, la pauvre fille a été frappée et choquée par le souffle de l’explosion, elle était vraiment très malade et tout cela, et je pense qu’elle ne s’en est jamais vraiment remise. Elle est une masse de nerfs, si vous voyez ce que je veux dire. Et parfois, on dirait qu’elle n’a pas toute sa tête. Je ne pense pas qu’elle aurait pu être une bonne compagne pour ce pauvre Gordon.
Lynn sourit. Elle doutait que Gordon Cloade ait choisi d’épouser une femme de plusieurs années plus jeune que lui pour sa compagnie intellectuelle.
— Et puis, ma chère, Mme Marchmont a baissé la voix, je déteste le dire, mais, bien sûr, ce n’est pas une dame !
— Quelle expression, maman ! Qu’est-ce que ça peut faire de nos jours ?
— C’est toujours important à la campagne, ma chère, dit Adela d’un ton placide, signifiant simplement qu’elle n’est pas exactement l’une des nôtres ! Le Flux et le Reflux (p. 23)

La possessivité, caractéristique typique de la classe moyenne supérieure, peut être facilement illustrée dans les œuvres de Christie. L’argent est considéré comme quelque chose d’insignifiant quand on le possède, quelque chose dont il n’est pas poli de parler, mais dès qu’il s’agit de le partager, il devient important et peut devenir un puissant motif de haine. Dans Crooked House (en français : la maison biscornue) publié en 1949, après la lecture du dernier testament du grand-père de la famille Leonides, le conflit survient immédiatement :

« Et moi ? » dit Eustache.
J’avais à peine remarqué Eustache jusqu’à présent, mais j’ai perçu qu’il tremblait de violente émotion. Son visage était cramoisi, il y avait, je crois, des larmes dans ses yeux. Sa voix tremblait en s’élevant hystériquement.
C’est une honte ! dit Eustache. C’est une sacrée honte ! Comment Grand-Père a-t-il osé me faire ça ? Comment a-t-il osé ? J’étais son seul petit-fils. Comment a-t-il osé me laisser tomber pour Sophia ? Ce n’est pas juste. Je le hais. Je le hais. Je ne l’oublierai jamais, aussi longtemps que je vivrai. Vieil homme bestial et tyrannique. Je voulais qu’il meure. Je voulais sortir de sa maison. Je voulais être mon propre maître. Et maintenant, je dois me faire malmener par Sophia et passer pour un idiot. Je voudrais être mort... » (p. 181) La maison biscornue.

 

Le talent des grands peintres


Le secret le plus important réside dans le talent de Christie à observer les gens, leurs réactions et à comprendre leurs motivations.
La maîtrise est une clé constante dans les romans de Christie, maîtriser le sujet, ne pas alourdir le style, ne pas encombrer le récit par des détails inutiles.

En face de cet immense succès, il est utile de mentionner la modestie d’Agatha Christie, qui écrivait des livres pour distraire, et pour amuser avec fidélité, sans tenter de mélanger les genres pour passer un message politique ou social, sans tomber dans le piège de « faire de la grande littérature ».
Il suffit de lire un roman de Christie pour comprendre son succès, un talent dans la description, une ironie, une humeur, et une intelligence remarquable pour saisir les personnages. Elle dessine des caricatures si humaines que le lecteur finit par s’y attacher. Pourtant tout est imaginé et romancé : la campagne anglaise, les personnages, et les histoires. Par contre, comme un grand peintre, l’humain présent sur la toile est si réel.

 

Lire la suite
1
  225 lectures
  0 commentaires
225 lectures
0 commentaires

Suivez-nous !