Jane Austen, Orgueil et préjugé: le couple d'abord

orgueil-et-prejuge-bennet-darcy

orgueil et prejuge bennet darcy

 

 

Résumé du roman

 

Quand Charles Bingley, un riche célibataire décide de faire de Netherfield sa nouvelle résidence, les habitants du voisinage sont ravis, en particulier Mme Bennet, qui espère le marier à l'une de ses cinq filles. Les filles Bennet le rencontrent à un bal local, et sont vivement impressionnées par sa personnalité extravertie et sa disposition amicale. Elles sont toutefois moins impressionnés, par Darcy ami de Bingley, et de Fitzwilliam. Darcy est un aristocrate terrien trop fier pour parler aux habitants du village et il surprend fortement Elisabeth Bennet en refusant de danser avec elle.

 

Bingley et la fille aînée Bennet Jane, formeront bientôt un couple d'amoureux. Toute relation sérieuse entre les deux, cependant, va à l'encontre de la volonté des soeurs de Bingley, elles n'approuvent pas cet éventuel mariage de Bingley en raison du statut social inférieur de la famille Benet. Darcy a également un avis négatif sur la jeune fille, trop indifférente à Bingley. Pendant ce temps, Darcy se sent attiré par Elizabeth. Il est attiré par son intelligence, ses yeux expressifs, et son humour. Jalouse d'Elizabeth, Caroline Bingley ne peut rien faire pour diminuer l'admiration que Darcy lui porte.

 

Alors que Darcy devient de plus en plus intéressé par Elizabeth, celle-ci le trouve désagréable et prétentieux. Elle tombe sous le charme de George Wickham, un militaire beau et aimable cantonné dans le village. Wickham raconte son histoire à Elizabeth.

Son père travaillait pour le père de Darcy, lui et Darcy ont grandi ensemble. Le père de Darcy qui l'aimait comme un fils, lui avait laissé des biens que Darcy par jalousie, a refusé de lui donner après le décès de son père. Il dresse un portrait de Darcy non seulement fier mais aussi cruel. Elizabeth n'est pas autrement surprise de ce récit qui va dans le sens de sa première impression.

 

Dans le même temps, la famille Bennet reçoit la visite d'un cousin, William Collins, un ecclésiastique. Il est l'héritier de la succession de M. Bennet à la mort de celui-ci par suite de la loi nommée majorat (où les femmes ne peuvent hériter, seuls les hommes de la famille sont héritiers). Il est redevable de sa charge à sa patronne, lady Catherine de Bourgh, qu'il abreuve de compliments et louanges. M. Collins informe M. Bennet que lady Catherine lui a demandé de se marier et qu'il a l'intention de choisir une femme parmi les filles Bennet. Il jette son dévolu sur Elizabeth, mais il est stupéfait et choqué quand elle refuse de l'épouser.

 

Il tourne rapidement son attention sur une amie d'Elizabeth, Charlotte Lucas, qui cherche désespérément à se marier. Charlotte a 27 ans, n'est pas jolie, n'a pas d'autre choix. Rapidement Charlotte et Collins sont fiancés et se marient.

Dans le même temps, Jane est consternée de découvrir que Bingley et ses amis de Netherfield sont brusquement partis pour Londres. Caroline Bingley écrit à Jane qu'ils n'ont pas l'intention de revenir, prédit un mariage entre Bingley et la soeur de Darcy, Georgiana, qui se trouve à Londres. Bien que Jane se voit obligée de renoncer à une vie avec Bingley, Elizabeth en colère soupçonne les soeurs Bingley et Darcy d'être la cause de ces changements faisant obstacle au bonheur de sa soeur.

 

Elizabeth en visite au nouveau domicile de Charlotte à Hunsford, dans le Kent, répond à une invitation de la patronne de M. Collins également tante de Darcy, Lady Catherine de Bourgh, une femme autoritaire qui s'ingère dans la vie d'autrui. Peu de temps après l'arrivée d'Elizabeth dans le Kent, Darcy rend visite à sa tante avec son cousin, le colonel Fitzwilliam.

Darcy intrigue Elizabeth par son comportement, il semble rechercher sa compagnie, mais il ne dit jamais grand-chose. Un jour, il surprend en faisant une proposition de mariage à Elizabeth.

 

Elizabeth refuse sans ménagement, repoussée par son caractère orgueilleux, elle le croit responsable de  la séparation Bingley de Jane et du malheur de Wickham. Le lendemain, Darcy lui donne une lettre expliquant son influence sur l'éloignement de Bingley de Jane et détaille les faits sur la situation de Wickham. Un examen attentif des faits révèle que Darcy, tout fier qu'il soit, est innocent de toute faute, laissant la si fière Elizabeth, mortifiée d'être tombée elle-même dans des préjugés contre Darcy.

Un mois après son retour à la maison, Elizabeth part en voyage avec sa tante et son oncle Gardiner à Derbyshire County, où ils visitent les environs dont la propriété de Darcy, Pemberley. Là, ils le rencontrent de manière inattendue et sont tous surpris de voir comment Darcy les traite gentiment. Il voit Elizabeth à l'auberge où ils sont descendus et lui présente sa soeur, et l'invite à Pemberley pour le dîner.

 

Darcy est toujours amoureux d'Elizabeth, et Elizabeth commence à avoir des sentiments similaires pour lui.

Au milieu de cette embellie, Elizabeth reçoit deux lettres de Jane lui disant que Lydia s'est enfuie avec Wickham, obligeant Elizabeth et les Gardiners à rentrer immédiatement. Elizabeth craint que Lydia et la famille Bennet ne soient définitivement déshonorée et que son amour nouvellement découvert pour Darcy, sans lendemain. Lorsque Lydia est retrouvée, les deux amants sont mariés. A distance de l'événement, Elizabeth découvre que Darcy a joué un rôle dans l'orchestration du mariage, sauvant ainsi la réputation des autres filles Bennet.

Bingley revient à Netherfield et demande dès son retour, à Jane de l'épouser. Jane, bien sûr, accepte, Mme Bennet exulte. Pendant ce temps, le bonheur d'Elisabeth pour sa soeur est interrompu par une visite de lady Catherine de Bourgh, qui a entendu une rumeur selon laquelle Darcy et Elizabeth se sont engagés, mais ils ne sont pas.

Elle sermonne ouvertement l'imprudence d'Elizabeth puis exige la promesse qu'Elizabeth n'acceptera pas d'éventuelle proposition de mariage de Darcy. Elizabeth refuse, provoquant lady Catherine.

Cette réponse donne de l'espoir à Darcy qu'elle a changé d'avis sur lui. Il lui propose à nouveau de se marier et Elizabeth accepte avec joie.

 

orgueil et prejuge bennet collins

 

Le couple chez Jane Austen

 

Peut-être pour la première fois dans l'histoire de la littérature européenne, Austen introduit l'amour passion ou l'amour romantique dans le mariage, alors que le mariage était considéré comme une association économique et sociale. Si le style de Jane Austen est classique, son approche du couple dans le mariage est parfaitement moderne. Elle refuse l'idée du couple raisonnable pour dessiner un  couple fondé sur un équilibre entre amour et raison, l'individu a un mot à dire dans son destin conjugal. Une fille peut et droit refuser un mariage, non pas par refus du mariage comme institution, mais par refus de partager sa vie avec une personne qu'elle n'apprécie pas.

 

 

Le couple et l'amour propre

 

L'amour romantique chez Jane Austen est une affirmation de soi, une validation de ses propres besoins. Les parents chez Jane Austen sont généralement ridicules et incompétents, les pères indécis, parfois dépressifs, des mères sottes ou passives. Les femmes (filles) devraient chercher leurs chemins par leurs propres moyens. Elle insiste sur l'importance du bon sens, de la modération, de la raison dans les choix de ses héroïnes.

Une lecture attentive de romans de Jane Austen démontre sa grande connaissance de l'attirance sexuelle, de ces paramètres, de ses signes, de ses dynamiques. Une connaissance fondée sur l'observation avant les études sociologiques ou la naissance de la sexologie au début du XXe siècle.

Les héros victimes de cette attirance sexuelle, se retrouvent en face de dimensions nouvelles, cherchent dans leur raison les moyens de comprendre, d'agir sous l'emprise du coup de foudre, ou d'une attirance sexuelle intense. Jane Austen insiste sur l'authenticité et la vérité des sentiments qui conditionnent la réponse de l'autre.

Ses héroïnes résistent plus ou moins à  cette attirance sexuelle pour vérifier l'authenticité et la vérité des motivations de l'autre.

Chez elle, le couple est un engagement trop sérieux pour être fondé sur la simple attirance sexuelle. Le couple selon Jane Austen est un équilibre entre désir sexuel, raison, et sentiments.

Darcy est un héros romantique, victime d'un coup de foudre, il désire une fille moins belle que d'autres, mais plus intelligente. Elle a plus de charme que de beauté. Le comportement de Darcy est fidèle à son amour-propre. Il propose le mariage une première fois à Élisabeth Bennet, elle refuse. L'histoire s'arrête là. L'amour propre interdit à un homme de présenter ses hommages une deuxième fois.

Dans son essai, sur l'amour et l'amitié, Allan Bloom discute l'influence de Jean Jacques Rousseau sur Jane Austen, surtout dans son roman "Orgueil et préjugé". Longtemps avant la psychologie moderne qui a fondé le concept de l'estime de soi, JeanJacques Rousseau a forgé le concept de l'amour-propre. Dans les essais littéraires, le terme d'amour-propre demeure utilisé plus que le terme estime de soi, réservé à la psychologie et à la médecine.

La naissance de l'individu s'accompagne de la naissance de l'amour propre, l'estime de soi devient le mécanisme indispensable pour la survie de l'individu dans la société. Dans Orgueil et préjugés, il est question d'estime de soi, de validation de ses propres besoins, d'entrer dans le couple en étant un individu entier, et non pas comme membre anonyme de la société. Élisabeth Bennet juge Darcy condescendant, ne respectant pas sa propre estime d'elle-même en rabaissant sa famille, et sa condition sociale. Darcy juge Élisabeth Bennet comme orgueilleuse incapable de valider ses besoins à lui, besoin de reconnaissance sociale et de respect.

Élisabeth Bennet refuse la proposition de mariage de Darcy  ; un acte spectaculaire pour une fille modeste menaçant ainsi son avenir social et économique  ; Élisabeth Bennet accomplit un acte indispensable: la confirmation de soi. Elle ne pouvait garder son estime d'elle-même sans se défendre en face de Darcy. Quelques chapitres auparavant, elle refuse son cousin M. Collins car elle ne l'aimait pas. Valider ses propres besoins est composante essentielle de l'estime de soi.

Nous pouvons discuter longtemps, comme cela se passe dans les clubs de lecture sur Jane Austin, sur la sincérité des reproches de Bennet à Darcy et vice versa, on peut déjà dire que les deux amoureux avaient leur propre part de vérité et une sacrée dose de mauvaise foi.

Jane Austen démontre à travers cette aversion provisoire entre les deux amoureux, la peur de chacun de ses propres sentiments, la crainte de l'emprise de l'autre sur son destin. Par la suite, Jane Austen décrira une démarche raisonnable des deux partenaires  : l'amour-propre dans le couple devrait être respecté, les besoins de chacun conditionnent la qualité du couple, la solution réside dans l'égalité des partenaires.

 Allan Bloom résume à sa façon dans une jolie formule ces dynamiques de rencontre  :

«dans l'affrontement de ces deux guerriers, la connaissance de soi progresse, l'orgueil et les préjugés sont corrigés".

orgueil et prejuge bennet

 

Le couple : deux égos

 

Après le refus du mariage, pendant lequel Élisabeth Bennet a accusé Darcy de rabaisser sa famille, de ne pas «  admettre ses besoins   et sa capacité à dire non  », Darcy lui adresse une lettre d'explication. Cette lettre est d'une importance décisive dans le roman. Il donne des explications. L'incertitude et l'ambiguïté des sentiments vont secouer Élisabeth Bennet comme les autres héroïnes chez Jane Austen. Le jugement devient plus nuancé. Darcy est moins monstrueux, moins antipathique.

L'amour entre Darcy et Bennet peut être qualifier d'amour romantique, les deux egos naviguent seuls dans un océan d'incertitude, cherchant des solutions ensemble, loin de la société, dans la discrétion. C'est un amour romantique car le hasard et la chance jouent un rôle important dans la relation.

Comme les autres héroïnes, l'égo d'Élisabeth Bennet s'exprime dans le couple, et non pas dans la société. Elle se réalise dans le couple, et le couple s'adapte aux conventions sociales. Jane Austen célèbre avec délice les triomphes de ses héroïnes, l'une après l'autre, où chacune cherche à valider ses besoins, à imposer sa volonté dans le couple  : certaines se marient par amour, d'autres par intérêt, en choisissant avec une belle lucidité.

"Il est universellement admis qu'un célibataire nanti d'une belle fortune a forcément besoin d'une épouse. Si mal connus que soient les sentiments ou les opinions d'un tel homme, dès lors qu'il paraît dans une certaine société, cette vérité est si bien ancrée dans l'esprit des familles du voisinage qu'il est considéré comme propriété légitime de l'une ou l'autre de leurs filles."

Orgueil et préjugés , Jane Austen

 

Modèles de mariages

 

Outre le mariage de Mme et M. Bennet, quatre mariages ont lieu dans le roman, la plupart du temps émanant de l'amour entre les partenaires. Par ailleurs, la principale préoccupation du roman est la séduction et l'amour.

Le premier mariage qui attire notre attention est celui de Mme Bennet et M. Bennet. Mme Bennet n'était pas un bon parti pour M. Bennet. Elle est nerveuse, ridicule, alors que M. Bennet est un homme conscient et sensible qui aspire à la tranquillité. Ce mariage est le pire exemple de ce genre dans le roman. Le deuxième exemple de mariage dans le roman est celui de Charlotte Lucas et M. Collins.

M. Collin est un membre du clergé fortuné et stupide. Il se propose d'abord d'épouser Elizabeth mais elle le rejette. Il propose à Charlotte Lucas qui accepte sa proposition parce qu'elle veut la sécurité économique. C'est un mariage de convenance, pas un mariage d'amour.

Le troisième exemple de mariage dans le roman est celui de Lydia et Wickham.

Wickham est un coureur de jupons et un tricheur. Il attrape Lydia dans son filet et elle tombe amoureuse   de   lui. Elle s'enfuit avec lui provoquant la honte sur sa famille ; "jeune fille perdue, sans soutien et sans argent". Darcy intervient, paie Wickham pour qu'il épouse Lydia et  sauve l'honneur de la famille de Bennet.

Le quatrième exemple de mariage est celui de Jane et Bingley. Ils s'aiment. Bingley épouse Jane sans dot. Ceci est un exemple d'un mariage d'amour.

Le cinquième et dernier exemple de mariage est celle d'Elisabeth et de Darcy. Selon Austen, c'est un exemple d'un mariage fondé sur la compréhension et sur l'amour. Avant le mariage, ils ont rencontré des différences profondes et des confrontations résultant de la fierté de Darcy et des préjugés d'Elizabeth. Ils se marient quand Darcy renonce à sa fierté et Elizabeth renonce à ses préjugés. Un exemple de mariage idéal.

 

 

Le couple et la complémentarité

 

C'est probablement l'influence de Rousseau, encore une fois, sur la culture européenne, qui guide Jane Austen dans son travail. Rousseau disait qu'une relation solide entre un homme et une femme se fonde sur la complémentarité. Nous pouvons discuter longuement ce terme complémentarité,

Nous pouvons avoir plusieurs points de vue. Le couple devient une interdépendance, une relation interpersonnelle.

L'homme demeure distinct de la femme, la femme demeure distincte de l'homme, les deux partenaires partagent leurs capacités, leurs expériences, leurs intelligences, pour produire le meilleur pour le couple. Cette interdépendance est à l'opposition de l'amour fusionnel qui règne dans notre mode de vie actuelle.

Darcy et Bennet jouent la complémentarité, ils discutent indéfiniment pour échanger, pour enrichir leurs relations, et pour cultiver, non pas l'intelligence individuelle, mais l'intelligence du couple.

 

 

Le couple et la sexualité

 

La sexualité dans le sens jouissance n'existe pas chez Jane Austen. On peut bien sûr imaginer une suite, par ex la nuit de noces de Bennet et de Darcy. Certains auteurs ont tenté de se moquer de la pudeur de Jane Austen.

La question de la sexualité dans l'amour romantique est une question délicate. L'amour romantique exige l'égalité des partenaires, l'union de deux egos.

Comment pouvons-nous accepter l'approche de Jane Austin? Aristote disait l'orgasme et la pensée s'excluent mutuellement. Austen semble d'accord sur ce point comme d'autres écrivains au 19ème siècle.

Il y a un temps pour la parole entre Bennet et Darcy, un temps pour la jouissance, ce temps là commence après la sortie de l'église.

 

 

 

Exigence de vérité

 

La femme devra savoir quoi faire dans la relation. Elle sera punie socialement et émotionnellement en cas d'erreur. Pour que la femme puisse bien choisir, bien juger, l'homme ne devrait pas mentir ou se présenter sous un faux jour. Cette exigence de vérité est une constante dans les romans de Jane Austen. Dans Orgueil et préjugé, Wickham est jugé misérable et méprisable car il a menti.

Jane Austen condamne sévèrement les mensonges dans la relation. Elle prend la relation au sérieux, elle prend le couple au sérieux, et les conséquences de l'échec de la relation.

A notre époque, l'amour romantique reprend cette exigence de vérité comme un fondement de couple.

 

 

Référence 

Mallaisy Thérèse: Pourquoi Austen  redevient populaire, Ed Causam,  2015

 

 

 

 

Lire la suite
1
  2565 lectures
  0 commentaires
2565 lectures
0 commentaires

Le couple d’abord OU comment réussir le couple heureux

couple-tableau-Grant-Wood

couple tableau  Grant Wood

 

 

 

 

A notre époque, les relations amoureuses, intimes ou romantiques, font l’objet d’écrits abondants en psychologie, en sociologie, en médecine, et sont le sujet de nombreux livres et publications.

Comment les couples actuels arrivent à créer des mariages réussis à long terme en dépit de l'évolution des valeurs et des normes sociales.
Une relation amoureuse réussie aujourd'hui est définie très différemment de celle de par le passé.
De quelle manière les couples entretiennent-ils une relation romantique intime vivante au sein d’une société caractérisée par le développement de nouvelles attitudes culturelles parfois contradictoires, partagée entre l’individualisme et le collectif, et entre les hommes et les femmes ?
Nous allons tenter de trouver une réponse à ces questions en interrogeant 6 livres qui traitent ce sujet, rédigés à l’attention du grand public

 

Alison Armstrong Keys to the Kingdom

abs11.5 rouge Alison Armstrong : Keys to the Kingdom2013

Alison Armstrong, dans ses livres « Keys to the Kingdom 2013) et « The Queen's Code 2013), souligne un point semblable à celui de Gray : les hommes et les femmes ne sont pas les mêmes, que nous avons certaines différences inhérentes. Selon elle, les femmes peuvent mieux s’exprimer pour stimuler une intimité plus profonde au sein de la relation en mettant en avant leurs compétences sociales. Elle écrit :

"Outre les caractéristiques des animaux humains, nous avons des caractéristiques spécifiques mâles et femelles. En plus de nous comprendre nous-mêmes en tant qu'humains, en nous comprenant nous-mêmes en tant qu'hommes et femmes, nous pouvons être plus efficaces les uns avec les autres." (2013, page 516)

"Si les femmes changeaient leur façon de comprendre les hommes, et ensuite, par cette compréhension, comment elles interagissent avec les hommes, elles seraient beaucoup plus efficaces. (2013, page 543)

Armstrong pense que les hommes et les femmes ont besoin d'une attention positive et affirmée, mais que les hommes sont particulièrement sensibles aux attentions positives. C'est là que réside un certain pouvoir féminin.
Les hommes ont besoin de liens physiques pour atteindre la profondeur émotionnelle, et les femmes ont besoin d'intimité émotionnelle pour atteindre la profondeur physique du plaisir sexuel.

Dans certaines situations, être une femme signifie être vulnérable : en tant que personne physiquement plus petite, parfois pendant les rapports sexuels, pendant la grossesse et l'allaitement, et surtout pendant l'accouchement. La vulnérabilité est un aspect assimilé à la féminité et elle a été sous-estimée.

 

 

Gottamn The Seven Principles for Making Marriage Work

abs11.5 rouge  Gottamn : The Seven Principles for Making Marriage Work 2015

 

John Gottman analyse depuis un quart de siècle les relations homme-femme. Dans son dernier livre The Seven Principles for Making Marriage Work : A Practical Guide publié en 2015, il soutient que la prochaine évolution la plus importante de la culture sociale sera l'augmentation de l'intelligence émotionnelle des hommes (p123).

Gottman et ses collaborateurs de recherche peuvent prédire avec une bonne précision quels couples resteront heureux et ensemble, ceux qui divorceront (p2). Il cite les facteurs les plus importants pour le maintien d'un couple heureux :
- savoir voir votre partenaire sous un jour positif,
- accepter l'influence de votre partenaire,
- résoudre efficacement les conflits
- créer un sens commun.

Encouragée par ses recherches, l'épouse de Gottman, Julie Schwartz-Gottman, a mis sur pied le Gottman Institute à Washington, pour aider à former des couples à maintenir leur mariage heureux.

Ensemble, ils ont publié un livre, Eight Dates en 2019, qui explique comment travailler ensemble pour améliorer leur relation. L'un des principaux conseils est que les couples doivent prendre le temps d'avoir des " rendez-vous " réguliers entre eux pour que leur mariage s'épanouisse (2019).

Les Gottman reconnaissent qu'il y aura certainement des conflits dans un mariage. Apprendre à accepter et à vivre avec les conflits est un élément clé du succès, tout comme l'approfondissement de nos compétences pour les résoudre en premier.

Si un couple utilise des " techniques de réparation ", la pratique consistant à trouver des moyens simples de se remettre d'un combat, comme sauver la face, s'excuser, être humoristique, etc. Les partenaires doivent se rapprocher les uns des autres en étant plus attentifs, en partageant leurs espoirs et leurs rêves mutuels et en appréciant le meilleur de chacun (2015).

Gottman explique que la plupart des femmes sont déjà socialisées sur le plan culturel afin d'être intelligentes sur le plan émotionnel, compte tenu du type de jeu qu'elles pratiquent pendant leur enfance. Il est plus naturel pour elles d'être coopératives, compatissantes et intimes - prêts à explorer les aspects émotionnels de la vie et à résoudre les conflits de façon positive (2015, p. 122). Aux hommes de faire le reste.

 

 

Esther Perel Bonding in Captivity

 

 

 



abs11.5 rouge  Esther Perel : Bonding in Captivity 2006

Esther Perel, psychothérapeute belge a une perspective très similaire. Perel pense que, pour réussir, chaque couple doit avoir l'intention de faire le nécessaire pour maintenir le mariage en vie, et particulièrement en ce qui concerne l'épanouissement de la sexualité. Dans son livre Bonding in Captivity publié en 2006, elle écrit :

"Les relations modernes sont des chaudrons de désirs contradictoires : la sécurité et l'excitation, l'enracinement et la transcendance, le confort de l'amour et la chaleur de la passion. Nous voulons tout, et nous le voulons avec une seule personne. Concilier le domestique et l'érotique est une tâche délicate. L'érotisme à la maison exige un engagement actif et une intention délibérée. Nourrir l'érotisme à la maison est un acte de défi ouvert." ( p 242)

Perel dit que nous devons faire ce qui fonctionne pour nous, pourvu que nous concluions des ententes qui permettent de répondre aux besoins des deux partenaires. Si les deux préfèrent une relation sans sexe où ils peuvent concentrer leur attention sur d'autres domaines comme la carrière ou les enfants, alors ce n'est pas un problème. Mais si l'un des partenaires a soif d'intimité sexuelle, alors c'est quelque chose qui doit être abordé dans la relation.

 

Serge Chaumier La Deliaison amoureuse

abs11.5 rouge Serge Chaumier : La Déliaison amoureuse (2004)


Dans son livre La Déliaison amoureuse (2004), le français Serge Chaumier analyse le désir de fusion, hérité du romantisme, omniprésent dans les idéaux amoureux qui s’oppose à l’exigence d’indépendance et d’autonomie de l’homme moderne. Il explique comment le couple moderne devient refuge, espoir, et structure défensive, comment les hommes et les femmes chargent le couple moderne de toutes les fonctions indispensables, et parfois contradictoires, à leur épanouissement moral, sexuel, physique, et émotionnel.
« Les représentations de l'amour encore omniprésentes qui réclament la fusion et la durée entrent en conflit avec des exigences sociologiques qui imposent l'égalité des rôles et l'autonomie des histoires de vie. Il y a là donc une évolution ambivalente de l'amour romantique dans la société contemporaine. Les partenaires du couple sont encore déchirés entre ces deux tendances: socialisés d'une part avec des représentations et des modèles parentaux de l'amour fusionnel, sécurisants certes, mais insupportables à vivre, et confrontés d'autre part aux exigences contemporaines de liberté et de partage limité. Bien des crises de couple résultent de ce désir de concilier ces aspects contraires. »
(P94)

 

 

Doug et Naomi Moseley Feelings First

 

abs11.5 rouge Doug et Naomi Moseley : Feelings First 2013

Doug et Naomi Moseley, thérapeutes et auteurs du livre Feelings First, publié en 2013 croient que l’émotion est la clé pour alimenter les feux de la passion sexuelle. Ils encouragent les couples à exprimer ces émotions et soulignent également l'importance d'apprendre à écouter les expressions des sentiments afin que chaque partenaire se sente entendu. Ils parlent de l'importance de la monogamie pour faire perdurer le couple.

"Quand les individus et les couples veulent avoir plus de passion dans leur vie, ils doivent en apprendre davantage sur leurs sentiments. Ceci exige un effort déterminé de découverte de soi, d’être prêt à risquer sa vulnérabilité personnelle. La bonne nouvelle pour ceux qui persévèrent, c'est que les récompenses dans les relations et la vie de famille sont inestimables." (formation sur l'intimité, 2013)

 

 

John Gray  Beyond Mars and Venus

 

abs11.5 rouge  John Gray : Beyond Mars and Venus 2017

John Gray, auteur de Men are from Mars, Women are from Venus, (1992), a publié en 2017 un nouveau livre Beyond Mars and Venus (au de la de mars et vénus).
Dans son premier best-seller, il avait insisté sur certain manque de reconnaissance et d'acceptation des différences entre les femmes et les hommes. Schématiquement, il explique qu'en général, une femme apprécie les relations, la communication, la beauté, la spiritualité, la croissance personnelle et l'expression. Elle se définit par ses sentiments et la qualité de ses relations. Un homme valorise la compétence, l'efficacité, le pouvoir, le succès et l'accomplissement. Il se définit par sa capacité à obtenir des résultats.

Dans son livre Beyond Mars and Venus publié 2017 il écrit

"Ce dont nous avons besoin dans nos relations pour nous épanouir durablement a radicalement changé. Les hommes et les femmes ont besoin d'un nouveau type de soutien affectif qui comprend plus d'authenticité, plus d'intimité et d'expression personnelle. Ce changement a créé de nouvelles possibilités, tant pour les relations que pour les individus. Les gens ont la possibilité d'être eux-mêmes d'une manière qu'ils n'auraient jamais pu être auparavant, et d'embrasser des caractéristiques qui vont au-delà de leurs rôles traditionnels de genre, permettant des relations plus intimes que jamais auparavant." (2017,p14)

Cela signifie avoir des conversations significatives, cultiver la curiosité et se soucier de l'autre et de son bien-être, honorer davantage le point de vue de l'autre comme étant légitime.

Gray (2017) souligne qu'il faut faire confiance au besoin émotionnel primaire d'un homme. Il veut que sa partenaire le considère comme quelqu'un de compétent, qu'elle l'encourage, l'apprécie et l'admire pour cela.
Le premier besoin émotionnel d'une femme est d'être soignée. Elle a besoin de partager ses sentiments et de se sentir entendue et comprise par lui. Il s'ensuit que les hommes feraient mieux d'écouter davantage les femmes et que les femmes feraient mieux d'apprendre à croire que les hommes sont là pour elles.

Gray discute des récents développements en matière d'égalité des sexes et de leurs effets sur le mariage : "L'égalité ne signifie pas l'uniformité. Cela signifie respecter nos différences et les garder sous un jour positif. Chaque personne est différente ; chacun d'entre nous a un mélange unique de caractéristiques masculines et féminines. S'attendre à ce que tout le monde se conforme à une norme est le contraire du respect." (2017, page 88)

Gray voit qu'au lieu d'être des " compagnons de rôle " coincés dans des rôles de genre rigides, les couples deviennent des " âmes sœurs ", partageant un amour et une intimité profondes, et respectant le droit de chacun de choisir ses propres orientations dans la vie (2017). Naviguer à travers cette liberté de choix pose ses propres défis. Selon lui, les hommes sont généralement plus épanouis en menant une vie de sens et de but, et beaucoup de femmes sont épanouies en menant une vie remplie d'amour et de bonheur (2017, p. 288).

Il souligne que les principaux besoins des femmes sont l'attention, la compréhension et le respect de leur partenaire. Pour les hommes, l'appréciation, l'acceptation et la confiance de leur conjointes. (2017, p. 286).

 

 

Comment réussir une relation

Selon ces livres, nous pouvons proposer certaines orientations

abs11.5 orange - être conscient des changements
Par le passé, les relations fonctionnaient lorsqu'elles s'inscrivaient dans le contexte culturel et que les partenaires respectaient les normes.

Maintenant, pour qu'une relation soit dynamique, il faut une intention consciente et active, parce que les attentes ont changé. Pour s'épanouir, les partenaires doivent comprendre comment la dynamique de leur relation interagit et comment ils peuvent l'améliorer pour que les deux personnes soient satisfaites. Ils doivent prendre le temps d'établir un sens et des liens.

En d’autres termes, le modèle ancien ne suffit pas. Ni la protection des familles, ni le respect de traditions ne peuvent seuls sauver une relation.

 

abs11.5 orange - le couple doit répondre aux besoins
Le couple moderne est considéré comme une réponse aux besoins émotionnels, matériels et sexuels. Chaque partenaire devrait valider les besoins de l’autre et tenter d’y répondre. Si l’intérêt du couple devrait être pris en compte, l’individualisme de nos sociétés exige de répondre aux besoins, et aux attentes pour ne pas mettre danger l’existence du couple.

 

abs11.5 orange - les soins
S'engager à prendre soin l'un de l'autre et à travailler ensemble pour maintenir un lien d'amour est important pour créer un partenariat à la fois pratique et romantique assurant liberté, créativité et sécurité.

 

abs11.5 orange - liberté et autonomie

Respecter la liberté de choisir des rôles qui reflètent nos intérêts et nos talents permettra aux deux personnes d'exprimer leur féminité et leur masculinité. Cela signifie qu'il faut accepter les différences, et oublier l’idée que les partenaires seront les mêmes dans leur façon de réagir aux opportunités et aux défis. La relation actuellement peut être fusionnelle au début, mais finit généralement par deux égos et deux personnes autonomes.

 

abs11.5 orange - communication de sentiments et de besoin

La valorisation de la communication comme moyen d'approfondir les liens intimes favorise l'amélioration de l'intelligence émotionnelle.
L'expression des sentiments et des besoins, l'écoute de la compréhension, le dépassement des luttes de pouvoir et la résolution efficace des conflits sont devenus des éléments essentiels d'une union réussie.
Les principaux défis dans les relations sont liés à l'argent, à la carrière, aux tâches ménagères, au sexe, à la belle-famille, aux ex-conjoints, à la religion et aux enfants. Tous peuvent être abordés de façon positive grâce à une communication honnête et compatissante.

 

abs11.5 orange - sexualités et érotisme

L'effort et la prise de conscience des besoins et des désirs individuels peuvent encourager l’érotisme, l’affection partagée et la sensualité. Pour créer une satisfaction sexuelle durable, les partenaires peuvent tirer profit de leur volonté d'entrer dans des domaines inexplorés et parfois nouveaux de l'intimité romantique et physique.

 

abs11.5 orange - soutien mutuel

Le soutien mutuel dans la poursuite de leurs intérêts professionnels, familiaux et récréatifs encourage les partenaires à réaliser leur plein potentiel.

Les couples sont de plus en plus ouverts à l'apprentissage de nouvelles façons d'améliorer leur bonheur relationnel afin que les deux partenaires ne soient pas seulement satisfaits, mais qu'ils s'épanouissent dans leur relation avec l'autre. Cela peut nécessiter une certaine recherche, une certaine réceptivité aux changements d'opinions et d'habitudes.

 

abs11.5 orange - encourager l’égalité

Dans de nombreux endroits du monde, grâce à l'éducation, à la démocratie, les cultures s'éloignent d'un modèle social de domination, vers un modèle de partenariat égalitaire.

Ce modèle de partenariat égalitaire exige un consensus sur les valeurs, indispensable comme fondement des relations et du couple.

 

RÉFÉRENCES

Armstrong, A. (2013a) The Keys to the Kingdom. (2013b) The Queen’s Code. Natural Awakenings: San Antonio, Texas, USA.
Armstrong, J. (2013) Whispering in Shadows. Theytus Books: BC, Canada.

Eisler, R. (2002) The Power of Partnership: Seven Relationships That Will Change Your Life. New World Library: California, USA.

Eisler, R. (1995) Sacred Pleasure: Sex, Myth, and the Politics of the Body - New Paths to Power and Love. Harper Collins, New York, USA.

Gottman, J. (2015) The Seven Principles for Making Marriage Work: A Practical Guide. Random House, USA.

Gottman, J. and Schwartz-Gottman, J. (2019) Eight Dates. Kindle Edition. Random House, USA.

Gray, J. (1992) Men Are from Mars, Women Are from Venus. HarperCollins Publishers: New York, USA.

Gray, J. (2017) Beyond Mars and Venus. BonBella Books: Dallas, Texas, USA.

Moseley, D. and N. (2019) Intimacy Training. From www.intimacytraining.com

Perel, E. (2006) Mating in Captivity, Unlocking Erotic Intelligence. Harper- Collins: NY, USA.


Chaumier, serge. (2004) La Déliaison amoureuse : De la fusion romantique au désir d'indépendance, Edition payot, Paris, France.

 

 

 

 

Lire la suite
0
  2791 lectures
  0 commentaires
2791 lectures
0 commentaires

Bon baiser du Japon et joyeuse saint Valentin

couple mariage japon noce

 


Le japon est à la fois un pays modèle sur le plan de l'organisation et de la prospérité, et un anti-modèle dans son refus de la globalisation économique et dans sa lutte pour préserver son modèle culturel et sociétal. Et pour un occidental, les relations hommes-femmes au japon sont pour le moins pour le moins étranges.
Les hommes occidentaux déclarent apprécier la femme japonaise, en faisant les louanges de ces sirènes. Les hommes qui apprécient le couple avec la femme japonaise, citent la grâce et la beauté de ces femmes japonaises, leur diversité, et leur grande sophistication. Ceci explique que de nombreux hommes occidentaux installés au Japon sont mariés avec des femmes japonaises.

 

couple japon kokuhaku

 

Confession d'amour à la saint Valentin : kokuhaku

La confession d'amour est une tradition japonaise bien sympathique. Les filles japonaises commencent leurs histoires d'amour par un kokuhaku ou la confession d'amour. Au Japon, il n'est pas rare qu'une femme demande à l'homme de sortir avec elle. Une femme qui fait cette demande est rare en occident en dépit de l'évolution de nos sociétés. Le st Valentin devient au Japon, comme toujours, un mélange de tradition japonaise et étrangère. Chocolat, fleurs, et kokuhaku.
Le " kokuhaku " ou la confession amoureuse s'effectue au début de la relation. Cette déclaration donne une idée sur une autre différence. La femme japonaise semble franche et directe dans l'annonce de ses désirs et besoins.

 

couple mariage japon

 

Mais le couple au Japon aujourd'hui  

La société japonaise est de plus en plus ouverte quand il s'agit de l'amour, et des relations, pourtant les relations entre les hommes et les femmes sont très compliquées depuis les années 80. Chaque sexe semble vivre dans un monde qui s'éloigne progressivement de l'autre sexe. La séparation entre les hommes et les femmes, dans les transports, dans le travail, et même dans les lieux publics comme les restaurants est une réalité au Japon. Dans une réception, vous pouvez remarquer un groupe de femmes, et un groupe d'hommes. Vous pensez qu'à la fin de la soirée, ils vont se mélanger, discuter ensemble. Mais cela n'arrive que rarement.
Au Japon, la rencontre dépend de l'âge pour les femmes et du salaire pour les hommes. Les femmes après un certain âge, autour de la trentaine, ont du mal à trouver un partenaire. Les hommes moins aisés devraient de se contenter du célibat ou de relations virtuelles.
Le plus souvent, l'amour au Japon de nos jours se définit par l'aisance du partenaire masculin. Dans une agence matrimoniale comme dans les annonces en ligne, le revenu et le statut social sont affichés en premier.
Sur les forums de rencontre, il est fréquent de lire des phrases du genre : " A38 ans, je ne peux plus être exigeante, je cherche juste un homme avec un revenu annuel de plus de 7 millions de yens, et qui n'est pas chauve ". On peut lire des phrases du genre : je ne peux pas faire confiance à un homme pauvre.
L'homme pauvre devient synonyme de manque de talent, de chance et de réussite. Quant à la personnalité de l'homme, ses opinions politiques, son comportement, il semble qu'il s'agit de questions secondaires.

Il est probable que les femmes japonaises aient perdu confiance dans les hommes après avoir vécu des siècles dans l'ombre d'un mari ou d'un père, et les hommes actuels semblent eux-aussi de moins en moins attirés par ces femmes " nouvelles ".

 

estampe shunga


Selon le journal Nippon.com, une enquête effectuée en 2016 par l'Association japonaise du planning familial a révélé que 47,2 % des personnes mariées n'avaient pas eu de relations sexuelles depuis un mois. Ce pourcentage constitue un record, il a progressé de 2,6 et 15,3 points par rapport à 2014 et 2004.
Interrogés sur les raisons de cette absence totale de relation, 35,2 % des hommes mariés l'ont attribuée à la " fatigue due au travail ", 12,8 % au fait qu'ils ne considèrent plus leur épouse que comme une " personne proche ", et 12 % à la " naissance d'un enfant ". Du côté des femmes, 22,3 % ont imputé leur comportement au côté " ennuyeux " du sexe, 20,1 %, à " la naissance d'un enfant " et 17,4 %, à la " fatigue due au travail ".
La comparaison des résultats des quatre enquêtes effectuées par la JFPA depuis 2010 montre une progression rapide du nombre d'hommes qui attribuent l'absence de relations sexuelles à la " fatigue due au travail ". Elle met aussi en évidence la propension des femmes à expliquer  volontiers cette situation par le fait que, pour elles, leur époux n'est pas assez proche, n'est pas assez intime.


Dans l'enquête de 2016, le pourcentage des Japonaises ayant qualifié le sexe d'" ennuyeux " est supérieur de 15,1 % à celui des hommes.
Les résultats de l'enquête de 2016 ont inspiré le commentaire suivant à Kitamura Kunio, le président de cette association : " Quand les hommes et les femmes ne font plus assez d'efforts pour communiquer et qu'ils ne gardent pas une attitude positive vis-à-vis du sexe, la tendance à l'absence de relations sexuelles tend à s'accentuer. "
Selon cette enquête, l'âge le plus fréquent du premier rapport sexuel est de 18 - 20 ans. L'âge moyen de la première expérience sexuelle est de 19 ans et la différence entre les hommes et les femmes à cet égard est minime. Plus de 50 % des hommes ont fait l'amour pour la première fois à 20 ans, tandis que, chez les femmes, ce moment se situe à 19 ans.  
Les sept enquêtes réalisées par la JFPA depuis 2002 montrent que les hommes accusent un certain retard par rapport aux femmes en termes d'âge de la première relation sexuelle. Par ailleurs, le pourcentage des hommes n'ayant jamais eu aucune expérience sexuelle est de 21,5 % alors que, chez les femmes, il est seulement de 16,6 %.
40 % des jeunes célibataires n'ont jamais eu de rapport sexuel
83,9 % de célibataires âgés de 18 à 34 ans ont exprimé le désir de se marier. 15,2 % des hommes et 19,4 % des femmes âgées de 30 à 34 ans ne sont pas tentées par le mariage.
42 % des hommes et 46 % des femmes célibataires de 18 à 34 ans n'ont jamais eu de rapport sexuel.

 

Et nous ??

La société japonaise va traverser cette crise comme elle l'a toujours fait depuis des siècles.  
Les Américains et les Occidentaux se montrent plus passionnés par leur partenaire dans le couple que les Japonais. Selon les études, comme celle de Junko Yamada et professeur Masaki Yuki de l'université de Hokkaido, les Américains et les occidentaux vivent dans une société plus dynamique, plus mobile sur le plan sociétal. La passion dans le couple en occident tente de rassurer le partenaire, et d'éviter son attachement à l'extérieur du couple dans une société monogame, qui souffre d'une crise de l'engagement. Ce phénomène coïncide également avec le caractère collectif et interdépendant de la société asiatique en général, et Japonaises en particulier, et s'oppose à la société individualiste occidentale.
Il suffit de lire les forums de célibataires en France et en Europe, les critiques de chaque sexe vis-à-vis de l'autre, pour être navré. Il suffit de voir la guerre actuelle entre les hommes et les femmes sur les réseaux sociaux pour se demander :

Quel modèle veut-on ? Quel couple ? Quelles relations entre les deux sexes ?
Arriverons-nous à sauver notre modèle de couple et de relations ?

Joyeuse Saint Valentin à vous

 


Reference :
https://www.nippon.com/en/features/h00161/
Junko Yamada, Mie Kito, Masaki Yuki. Passion, Relational Mobility, and Proof of Commitment: A Comparative Socio-Ecological Analysis of an Adaptive Emotion in a Sexual Market. Evolutionary Psychology, 2017; 15 (4) : 147 470 491 774 605

 

Lire la suite
4
  4910 lectures
  0 commentaires
Mots-clés :
4910 lectures
0 commentaires

Pourquoi Austen redevient populaire ?

jane-austen-si-moderne_l

Ausen si moderne

Pourquoi Austen redevient populaire ?

Comment expliquer la popularité à notre époque de Jane Austen surtout parmi les femmes ? Est-ce le retour de l'amour romantique ? Est-ce par la féminisation de notre société et de notre mode de vie ? Est-ce par les changements de nos rapports au couple? Sans doute un peu tout cela.

Dans nos sociétés occidentales apaisées, riches, sans guerre depuis une ou deux générations, et basées sur l'individualisme, le couple prend une importance particulière. Il est la traduction de l'amour, la dernière cellule de résistance à l'individualisme, le dernier havre de paix dans une société sans liens. L'amour moderne est différent de l'amour romantique de Jane Austen par ses liens avec la sexualité, l'érotisme et la réalisation de soi.

Dans une société occidentale permissive, une jeune femme à l'âge d'Élisabeth Bennet se retrouve pratiquement dans la même situation qu'Élisabeth Bennet, en dépit des spectaculaires changements de la condition féminine.

citation autsen francais anglais

 


Comment choisir le bon partenaire? Comment savoir si cette relation est sincère? Comment se réaliser dans un couple sans se perdre? Comment dépasser l'attirance sexuelle vers l'amour? comment éviter le célibat et ses pièges ?

Dans son livre, la déliaison amoureuse, Serge Chaumier décrit la crise de conjugalité dans la société française (page 17) : «la crise de la conjugalité ordinaire ne s'exprime pas seulement par un record de séparation, par des unions de plus en plus brèves et successives, des monogamies séquentielles, mais aussi par un taux non négligeable de personnes célibataires. Louis Roussel pronostique que la perspective d'ici 15 ans d'un célibat définitif de 25 % de la population ne paraît pas déraisonnable.»

 

citation autsen mansfield park francais anglais

 

Cette crise de conjugalité rappelle étrangement le fondement du travail romanesque de Jane Austen ; si les héroïnes de Jane Austen cherchaient le mariage pour des raisons financières et sociales, une fille de 25 ans aujourd'hui risque d'avoir le même problème pour des raisons différentes : trouver le partenaire adéquat pour accéder à une sexualité épanouie, à la maternité, et à la sécurité émotionnelle et financière du couple. La conception de l'amour romantique chez Jane Austen coïncide, en partie, avec notre conception moderne de l'amour romantique. L'importance n'est pas dans la similarité entre deux modèles d'amour, mais dans leurs différences. Élisabeth Bennet insistait sur l'amour pour réussir un couple, et non pas de trouver l'homme de sa vie. L'amour pour Bennet est un moyen pour une meilleure qualité de vie, il devient à notre époque, selon nos conceptions de l'amour romantique hollywoodien, une fin en soi où il faut aimer pour exister. Dans une époque de crise de conjugalité, de couples, de célibat, de difficultés à rencontrer, de sites de rencontres payants, de cabinets de conseil sur la drague, et la séduction, Jane Austen devient plus moderne que jamais.

citation autsen oregueil et prejuges francais anglais


Elle aurait conseillé les femmes et les hommes à la recherche de l'amour du couple : de ne pas cultiver leurs sentiments et leur attirance avant d'être certains de la réciprocité et de la bienveillance de l'autre, pour éviter souffrance et frustration.

 

citation autsen raison et sentiments francais anglais

Elle aurait conseillé surtout de ne pas chercher un modèle, de ne pas rejeter les gens qui ne correspondent pas à ce modèle, mais d'avoir l'intelligence de discuter d'autres modèles et d'autres possibilités. Ne pas chercher toujours l'attirance sexuelle comme la seule justification d'un couple.

 

Ne pas être cyniques, de ne pas être cruels. Les héroïnes chez Austen sont sympathiques, charmantes, souriantes, pleines de vie, capables de plaisanter, attachantes. Ces héroïnes ont toujours su distinguer le désir de la raison, l'insignifiant de l'essentiel.

 

Pour commander ce livre en format numérique Mobi ou kindle :

https://www.amazon.fr/dp/B016ASWM9M

Pour acheter ce livre imprimé :  https://tsw.createspace.com/title/6309841

 

 

 

 

Lire la suite
8
  8002 lectures
  0 commentaires
8002 lectures
0 commentaires

Empathie et relation de couple

couple empathie sona spa bain

Couple : empathie et besoins

L'empathie est la première étape pour bâtir une communication valable au sein du couple.

Le couple de Patrick et Maria va mal, ils ne sont pas d'accord sur la gestion de l'argent dans le couple, ni sur l'éducation de leur fille. Ils se disputent sans cesse dans une lutte acharnée pour le pouvoir dans le couple, une lutte pour la décision, avec son cortège de colère et de distance émotionnelle qui s'élargit jour après jour.

 

Maria exprime violemment sa colère contre son conjoint, elle n'est pas d'accord avec lui sur l'éducation de leur fille.

Selon elle, Patrick fait l'enfant avec la petite Patricia âgée de six ans. Il joue avec elle, il ne lui refuse rien laissant le mauvais rôle à la mère. Maria le dit avec amertume : progressivement, je perds Patricia, c'est papa qui compte, je suis la méchante.

 

Dans ce couple en crise, les deux parties ont raison. Patrick s'amuse avec sa fille, fait le papa à sa façon, sans se rendre compte de la frustration de sa femme, incapable de communiquer avec la fillette de la même façon. D'autre part, Maria a raison quand elle discute l'importance de l'autorité conjointe.

 

Dans ce couple, il y a une lutte mutuelle pour la décision, pour une validation, émotionnelle et personnelle. Le point de vue de chacun entre en concurrence avec le point de vue de l'autre, pour finir dans une dispute, avec frustration, isolement progressif de chaque partenaire. L'éducation de Patricia devient à son tour un champ de lutte.

 

Qui fait le mieux ? Qui a raison ?

 

Il est certain que la solution réside dans la communication au sein du couple. Mais communiquer quoi, que dire et comment le dire ? Les deux partenaires peuvent essayer de comprendre les raisons qui poussent l'un et l'autre à entrer dans cette lutte. Écouter l'autre permet probablement de comprendre ses motivations. Cette communication est difficile dans ce genre de couple chargé d'un besoin de validation émotionnelle et personnelle. Chacun en cherchant à avoir raison envoie l'autre dans une zone d'erreur. La réconciliation commencerait par accepter les besoins de l'autre, et les valider.

 

Pour comprendre les motivations de l'autre, ses besoins, l'empathie est indispensable, pour valider et pour accepter. C'est se mettre à la place de l'autre, étudier avec bienveillance ses motivations. L'empathie désigne la compréhension des motivations de l'autre, sans les accepter. C'est la première étape pour bâtir une communication valable au sein du couple. L'empathie ne signifie pas que le partenaire doit se sacrifier, doit négliger ses besoins et ses attentes. L'empathie permet à chacun de sortir de ses propres motivations pour comprendre les motivations réelles, émotionnelles de l'autre.

 

En deuxième temps, une discussion peut s'installer.

Dans la recherche d'une solution au sein d'un couple, l'essentiel est de sauver le couple. La discussion ou d'autres formes de communication ne permettent pas de comprendre les réelles motivations de l'autre dans leur ensemble. Cela n'a pas d'importance, car il suffit de comprendre les motivations annoncées et formulées.

Le reste, la complicité du couple, la vie commune permettent de parfaire la cohabitation, de deviner le reste. L'empathie dans la relation intime permet d'apaiser la tension, permet d'approfondir l'intimité dans le couple, c'est une prédisposition, un apprentissage au bonheur et à la satisfaction.

 

Aimer l'autre, c'est aussi le comprendre, le mettre en confiance.

 

Lire la suite
3
  5141 lectures
  0 commentaires
5141 lectures
0 commentaires

Nos relations à l’ère des réseaux sociaux

couple rencontre reseaux sociaux

 

À l'ère numérique, il devient rare de commencer une relation à l’ancienne, face à face. Les réseaux sociaux nous épargnent le réel. Les réseaux sociaux comme Facebook, Twitter ou Instagram ont révolutionné les relations humaines. Le virtuel prend une place importante.


La rencontre dans un monde imaginaire

 

Pas la peine de perdre une heure dans sa voiture pour aller dîner avec une femme. On commence par le numéro de portable, ou par Facebook. Nous avons pris l'habitude de commencer les relations via des applications et des réseaux sociaux. Quand la relation se termine, on efface les traces. Nos ruptures aussi se passent dans le monde virtuel : un texto et c’est fini.


Nos rencontres ont changé. La séduction devient de plus en plus une question de technique, d’images, de présentation sur les réseaux sociaux et les sites de rencontres.


Les sites de rencontre proposent des listes des gens avec photo et quelques informations sommaires. La rencontre commence par l’attirance. L’aspect physique joue un rôle plus important que dans le passé.
On trouve des applications pour évaluer la compatibilité des couples à travers des questions ou des quiz. Nous sommes conditionnés à utiliser nos téléphones et les réseaux sociaux pour faciliter les interactions que nous ne savons plus comment faire pour construire une relation sans ces moyens.

 

Les réseaux sociaux au sein des couples


La virtualité est un terrain pour l’imagination. Sur les réseaux sociaux, le vrai n'est pas dans ce qui est visible mais dans ce qui ne l'est pas. Les réseaux sociaux mettent à l'épreuve la confiance et le dialogue dans le couple. Facebook n’est pas briseur de couples, mais il peut amplifier les problèmes ou compliquer les solutions d’un conflit.


Certains avocats parlent de « divorces Facebook ». Des séparations liées à l’usage des réseaux sociaux sur lesquels l’un des deux conjoints a entretenu une relation extraconjugale, restée virtuelle ou devenue concrète.
Envoyer un sexto (SMS à caractère sexuel) à autrui, est-ce déjà tromper son conjoint ? Chaque couple répond à sa façon mais les réseaux sociaux peuvent être des machines à jouir et à rêver » lorsqu’on cherche à assouvir certaines «pulsions narcissiques ».


Selon une étude menée par le cabinet d'avocats britannique Lake Legal, Le réseau social est responsable d’un divorce sur trois en Angleterre.
De nombreuses études suggèrent que les réseaux sociaux sont une source d’anxiété. Les critiques virtuelles peuvent affecter notre estime de soi, nous mettre en compétition avec les autres et rendre le couple plus fragile. Les réseaux sociaux peuvent être une source de confusion. Sur Facebook, il y a ces exs qui ne meurent plus, ses relations qui perdurent, ce passé amoureux toujours présent. Les futures ex ont leur place comme les ex des relations de passages.


Selon une étude réalisée par Yahoo, un Français sur cinq avoue avoir espionné son conjoint. Une application Facebook permettant de voir ses amis à proximité grâce à la géo localisation, ou même la possibilité d'utiliser le module Latitude qui permet de savoir à tout moment où se trouvent les personnes avec qui vous êtes amis.

 

Toujours connecté, mais le réel ?


Ce nouveau paradigme de la connectivité amplifie nos mouvements. Il nous pousse plus loin dans nos relations et nous met en face des problèmes inévitables dans les relations humaines.


Les relations sont toujours compliquées avec ou sans réseaux sociaux. Le plus grand danger serait de penser que ces moyens vont faciliter nos rencontres, ou nos ruptures. Nous sommes des humains derrière nos écrans avec nos fragilités et nos attentes.

 

Nous sommes dans une culture de dépendance aux téléphones et aux réseaux sociaux. Les avantages sont nombreux, les inconvénients aussi.

 

Lire la suite
3
  3371 lectures
  0 commentaires
3371 lectures
0 commentaires

Suivez-nous !