Pornhub n’est le nouveau rapport Kinsey

 

poruhub

 

Les études sur le comportement sexuel humain ont été difficiles en raison des liens entre la sexualité et l’intime, et de la relation entre la sexualité et la société.

Après la Deuxième Guerre mondiale, la publication des résultats des recherches du Dr Alfred Kinsey  (Alfred Charles Kinsey 1894 — 1956) fut un événement scientifique majeur. Après de nombreuses années d’étude, il publie deux livres sur le comportement sexuel humain masculin Sexual Behavior in the Human Male (1948) et féminin Sexual Behavior in the Human Female (1953).

 

kinsey citation

 

Après des années de travail, il donne pour la première fois un aperçu chiffré et statistique du comportement sexuel des Américains, sur leur préférence, et sur leurs limites. La publication étonna le grand public, en révélant la fréquence de certaines pratiques sexuelles considérées comme tabou à l’époque comme l’homosexualité, ou les pratiques sexuelles anales, sans négliger les déviances sexuelles et l’adultère.

 

Les critiques furent sévères à l’encontre de ces résultats. D’autres chercheurs ont réalisé depuis, la même enquête pour arriver au même résultat. Les critiques dirigèrent leurs flèches contre Kinsey le traitant de menteur, ou de pervers, et discutant sur son homosexualité latente, ou la possibilité d’avoir été victime d’abus sexuels pendant son enfance. Dans ces années-là, discuter le comportement sexuel humain était tabou. Kinsey fut à l’époque, traité de pervers et de pornocrate.

 

Rapport Pornhub 2017 – 2018

Depuis plusieurs années, le site de pornographie Pornhub a pris l’habitude de publier un certain nombre d’études à la fin de l’année, portant sur la fréquentation du site, moyen de se faire de la publicité, et d’enthousiasmer les annonceurs. 

En 2017, le site annonçait de records impressionnants : 75 millions de visiteurs par jour, le 40e site le plus visité au monde, le plus grand site au Canada, le 20e site aux États-Unis, dépassant le New York Times et Washington Post réunis. En 2018 : 92 millions/jour. En 2018, le site affiche  : 33,5 milliards de visites en 2018.

On découvre que le nombre de femmes qui fréquentent ce site est considérable. Les femmes privilégient les vidéos de massages sexualisés. Toutes les pratiques sexuelles sont sollicitées.

Les vidéos mettant en scène blancs et noirs sont populaires, ainsi que les scènes jouées par des vedettes asiatiques.

 

Pornhub france

 

La catégorie familiale mettant en scène des relations entre beau-père et belle-fille, entre belle-sœur et beau-frère sont populaires.

Les amateurs de dessins animés japonais sexualisés «   hentai » sont nombreux, sur le site, comme les fétichistes.

Les mots qui reviennent le plus souvent sont : love, hot, like, good et sexy. Les termes lesbian, hentai et milf sont en tête. Les États-Unis sont les premiers sur Pornhub et ils devancent le Royaume-Uni, l’Inde, le Japon, le Canada et la France.

Les femmes : 29 % en moyenne de femmes soit trois points par rapport à l’année 2017. Avec 35 % de femmes, la France est un de pays où Pornhub est le plus visité par la gente féminine.

Les femmes recherchent en priorité les contenus lesbiens, les vidéos mettant en scène des Japonaises et les Hentaï. Les hommes sont attirés en premier lieu par les Japonais, les milf et les Hentaïs.

Une visite en moyenne sur Pornhub en France dure 10 minutes et 11 secondes, avec un âge utilisateur type de 37 ans. Le jour ayant connu le moins de visites en France est le 14 juillet.

Le terme « française » restant le plus recherché cette année, par les visiteurs français devant « french » et « maman française ». Cette année, la France a été le 6e consommateur de contenu pornographie sur ce site.

 

Pornhub : reflet du comportement sexuel planétaire ?

En juin 2017, New York Magazine posa la question sous la forme d’une boutade : « Pornhub Is the Kinsey Report of Our Time ? »

Les chiffres affichés par Pornhub sont impressionnants, mais ne reflètent pas le comportement sexuel, en dépit d’un échantillon planétaire. Ces chiffres reflètent des préférences, des fantasmes, et inclinations pour certaines pratiques sexuelles. Les travaux scientifiques sur le comportement sexuel s’intéressent aux pratiques réelles dans un contexte donné.

Comme dans les travaux du Kinsey, les chiffres affichés par les sites de pornographie confirment que la sexualité humaine continue à être multiple, et complexe.

Dans son rapport, Kinsey soulignait l’influence de la biologie (hormones), et de la culture dans le comportement sexuel. En lisant ces chiffres, sur un échantillon planétaire, nous pouvons nous interroger si l’humanité n’est pas en train d’acquérir la même culture, d’apprécier les mêmes goûts, d’érotiser les mêmes préférences. Il n’existe pas de réponse à cette question actuellement.

La pornographie est un sujet difficile. S’agit-il d’une pratique sexuelle à part entière comme la masturbation, ou d’un comportement sexuel comme le fétichisme ou d’un reflet de préférences et des attirances ?

 

Ces chiffres ne reflètent en aucun cas le comportement sexuel des humains ni le comportement sexuel des pays ou par tranches d’âge. Ces chiffres rappellent en premier lieu l’importance de la pénétration pornographique dans nos sociétés.

 

La pornographie sur Internet a favorisé l’exposition de minorités sexuelles, normalisé les pratiques sexuelles minoritaires ou marginales et engendré de problèmes, liés à la masturbation, au rapport sexuel violent, et à l’image du corps féminin et masculin.

De chercheurs craignent que la pornographie n’influence culturellement le comportement sexuel en insistant sur l’importance de l’orgasme, sur l’aspect technique des rapports sexuels, et sur l’incapacité de la pornographie à transmettre des émotions.

 

La pornographie continue à irriter au nom de la condition féminine, de la morale, de la protection des mineurs, mais les publications annuelles de Pornhub ne suscitent ni émoi ni critique. Nous sommes loin de Kinsey.   

Lire la suite
0
  2554 lectures
  0 commentaires
Mots-clés :
2554 lectures
0 commentaires

Erika Lust, le film porno féministe trouve son public

 

Erika lust pornopgraphie

 

 

 

Erika Lust (née Erika Hallqvist en 1977 à Stockholm) est réalisatrice, scénariste, productrice pornographique et écrivaine suédoise. Elle vit et travaille à Barcelone.
Elle est sans doute parmi les plus importantes réalisatrices de films pour adulte en Europe.  
Une Suédoise diplômée de sciences politiques, que rien ne destinait au porno. Sur son site internet, elle explique : " la première fois que j'ai vu un film porno, j'ai eu la même réaction que beaucoup de femmes, interpellée par quelques images, que je trouvais inadéquates. Je ne m'identifiais pas du tout à ce que je voyais. Les femmes n'avaient pas l'air de s'amuser et les situations sexuelles étaient totalement ridicules ". À la fin des années 1990, elle étudie à l'université de Lund, elle tombe sur un livre qui la bouleverse, Hard Core : Power, Pleasure and the Frenzy of the Visible de Linda Williams. Ce livre qui analyse l'image de la femme dans la pornographie fut le déclic.


En 2000, elle s'installe à Barcelone. Elle commence à travailler avec de petites maisons de production jusqu'en 2004, quand on lui propose de tourner et réaliser son premier court-métrage érotique, The Good Girl. En quelques mois, le film est téléchargé plus de 2 millions de fois sur Internet. Récompensée lors du Festival international du film érotique de Barcelone en 2005, Erika Lust en profite pour se lancer en solo en créant sa propre société de production, Erika Lust Films.

 

Erika lust pornopgraphie feministe

 

Ce film possède de nombreuses particularités qui vont marquer plus ou moins le travail de Lust. L'actrice principale a 35 ou 40 ans, elle est peu maquillée, sans prothèses ni artifices, elle ressemble aux femmes qu'on voit dans la vie réelle. Elle joue le rôle d'une femme seule, qui commande une pizza dans l'espoir d'avoir en face d'elle un beau livreur.
A la différence des films porno féministes, les pratiques sexuelles sont celles présentes dans les autres productions sans restriction. La femme à égalité avec l'homme, elle valide son désir, et accepte le désir de son partenaire.  Le film est bien réalisé, largement plus sophistiqué que la majorité des productions pornographiques.  Son actrice est une femme active, le film transmet le point de vue d'une femme sur une rencontre sexuelle.   
Son secret ? "Un point de vue féminin", écrit-elle sur son site, "et les détails, les détails et encore les détails comme les yeux dans les yeux, la chair qu'on agrippe, les petits bruits".

 

Erika lust Five Hot Stories For Her

Five Hot Stories For Her


Ce court-métrage fera plus tard partie du film Five Hot Stories For Her, composé de cinq courts-métrages pornographiques, et récompensé  pour " meilleur scénario " au Festival international du film érotique en 2007 à Barcelone (FICEB Award), " meilleur film de l'année " par le Feminist Porn Awards de Toronto en 2008 et aux Venus-Eroticline-Award en 2007 à Berlin. Five Hot Stories For Her reçoit les honneurs au CineKink Festival de New York (2008).  Dans ce film à court métrages, on voit un couple dans un jeu de rôle sadomasochiste, une femme qui couche avec deux hommes pour venger la relation adultère de son mari, une femme séduite par une femme, etc.
Ce film montre en détail la sexualité des femmes libres qui aiment le sexe et qui cherchent le plaisir et le plaisir de leurs partenaires.
Erika décide de s'embarquer dans son plus gros projet : XConfessions. Un site internet. Renouant avec la tradition des confessions érotiques avec interactivité, Lust propose de petites histoires vécues que lui envoient les internautes et tournent de petits films à partir de ces confessions dans un mélange sexy, léger et sophistiqué.
Elle a déjà tourné plusieurs films confessions qui semblent rencontrer un certain succès même si aucun de ces films n'est pas à la hauteur de son premier film.  


Pornopgraphie feministe

 

Le porno féministe existe

La pornographie était l'une des questions les plus débattues en particulier dans les pays anglophones. Cette division profonde a été illustrée dans les guerres sexuelles féministes des années 1980,  opposant les adversaires féministes de la pornographie - comme Andrea Dworkin , Catharine MacKinnon, à des féministes plus libérales ou pro-sexe.
On peut diviser les positions féministes actuelles sur la pornographie en trois catégories : la catégorie la plus répandue dans les médias et les milieux universitaires prétend que la pornographie est une expression violente de la culture masculine, dans laquelle les femmes sont exploitées. La deuxième catégorie associe le respect de la liberté d'expression avec le droit de la femme à disposer de son corps. Dans cette catégorie, les féministes n'approuvent pas la pornographie, mais respectent la liberté d'expression, le droit de la femme actrice et ou consommatrice de la pornographie. Une troisième catégorie, minoritaire, défend la pornographie comme une expression libre de la sexualité, féminine et masculine.


On peut imaginer combien le dialogue entre ces trois courants féministes est difficile. Les féministes radicales anti-pornographie réclament des lois pour interdire la diffusion des images pornographiques dans la société, et traitent les femmes qui ne sont pas d'accord avec ce point de vue de traîtresses, de dupes du patriarcat.
De l'autre côté, on prétend que les femmes font leur propre choix à propos de la pornographie. Les féministes " pro sexe " pensent que la pornographie est un outil pour éroder progressivement la domination masculine, et favoriser l'épanouissement sexuel des femmes.   


Selon les Feminist Porn Awards, il n'existerait pas de modèle prédéfini de la pornographie féministe.
On peut citer de nombreuses réalisatrices de pornographie féministe, dont la majorité travaille comme actrice dans le porno, comme Maria Beatty, Nina Hartley, ou Ovidie en France.
Les films étiquetés féministes, avant Lust, reflétait un point de vue féminin, privilégiant le désir féminin. Certains de ces films ont souffert de cette autocensure mettant en scène les femmes, et les pratiques sexuelles supposées respecter la femme. Certains de ces films ont insisté sur le désir féminin s'éloignant ainsi du public masculin. D'autres films ont traité le désir des minorités sexuelles comme les lesbiennes ou les bisexuels.
Le travail de Lust est différent. Dans ces films, le plaisir sexuel est partagé, hommes et femmes valident la sexualité sans privilégier le partenaire féminin ou le partenaire masculin.
Dans " Marie Claire ", Lust définit le porno pour femmes comme un cinéma érotique qui prend en compte les désirs et les goûts féminins, la sexualité féminine, et dépeint la diversité dans la beauté, les valeurs et les opinions. Quand les gens pensent aux films érotiques que les femmes aiment, ils les associent au porno lesbien, ou à des ambiances romantiques du type draps blancs en soie et pétales de roses... mais ces stéréotypes sont trop éloignés de la réalité.


Le nouveau porno pour les femmes présente le sexe et les femmes tels qu'ils sont aujourd'hui. Les femmes ont désormais la liberté de demander ce qu'elles veulent et comment elles le veulent, le sexe est devenu agréable pour les deux sexes. Les femmes aiment le sexe d'autant de manières différentes que les hommes.
Le travail d'Erika Lust s'inscrit dans un courant du féminisme égalitaire qui semble gagner le monde de la télévision à travers les séries télévisées et le monde de l'édition à travers la " nouvelle romance " où les femmes sont libres de leur choix, de leur sexualité, et de leurs décisions.

 

 

 

Lire la suite
7
  5182 lectures
  0 commentaires
Mots-clés :
5182 lectures
0 commentaires

Femmes et pornographie : liberté ou normalisation ?

femme pornographie

 

Femmes et pornographgie


Les séries télévisées actuelles, les livres et les films sont riches en passages érotiques ou sexuels. Ce là ne semble plus choquer les femmes. D'ailleurs les livres de " romance épicée " avec des scènes sexuelles proches de la pornographie, se vendent très. Certains parlent même de pornification de la culture pour décrire cette présence du sexe dans nos produits culturels.
Cette tendance est décrite par d'autres comme un vent de liberté et de normalisation, et décriée par certains au nom des valeurs culturelles ou religieuses.  La question des femmes dans cette tendance culturelle est encore d'actualité.
 


Les femmes regardent les films X   


Le discours féminin se montre attaché à une conception de la sexualité associant la sexualité aux émotions. Dans une étude de 2012, 12 % des femmes rapportent l'utilisation de la pornographie comme moyen récréatif, par curiosité, ou à la recherche d'une stimulation érotique.
Quelques années plus tard, en 2014, selon les études, en France, plus de huit femmes sur dix affirment avoir déjà regardé un film X. Et une sur cinq aime s'adonner à ce loisir coquin. 82 % des femmes sondées ont visionné un film pornographique au moins une fois dans leur vie, 99 % des hommes ont eux regardé ce type de films.

 

femme pornographie ordinateur


En vingt ans, le nombre de femmes qui regardent des films pornos a vraiment augmenté : d'après une étude sur la sexualité de l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), elles étaient seulement 23 % en 1992, selon l'institut Ifop.
Si les femmes préfèrent regarder des films en couple (62 %), une Française sur deux (50 %) aime regarder le film porno seule.
Le stéréotype selon lequel toutes les vedettes porno sont des femmes malades, sans estime de soi, forcées ou droguées est une idée ancienne et même un préjugé. Selon les conclusions du Journal of Sex Research , les stars du porno ont plus d'estime de soi que les autres femmes, sont en bonne santé mentale et physique.


En 2015 selon les statistiques de site Pornhub, les femmes semblent préférer regarder certaines pratiques sexuelles plus que d'autres, comme le cuni-lungus entre un homme et une femme. Selon le même site, les femmes cherchent leurs scènes préférées : mots vulgaires, gros sexe, ou sexe d'homme noir.


A partir de 2015, 24 % des visiteurs de Pornhub du monde sont des femmes qui ont tendance à passer plus de temps à regarder le porno sur le site que leurs homologues masculins. La femme moyenne passe 10 minutes et 10 secondes par visite, par rapport aux hommes qui passent seulement 9 minutes et 22 secondes. Les femmes philippines sont en tête avec 13:31 minutes par visite.


Au cours de la dernière décennie, on a assisté à une augmentation notable de productions pornographiques cherchant à séduire les femmes, mettant l'accent sur des relations respectueuses, avec consentement mutuel et une dose d'intimité. Par contre, les sites présentant exclusivement ce type de contenu ont peu de trafic.

 

Andy Warhol sex

 

Les motivations


"Le sexe est plus excitant à l'écran et entre les pages que dans les draps " disait Andy Warhol.

Dans les études disponibles, les femmes consommatrices de pornographie ont les motivations suivantes :
- améliorer la qualité de la relation avec son partenaire dans 58 % des cas. Certaines femmes disent que la consommation pornographique à deux a permis aux hommes de formuler nettement leur demande et leurs besoins. Dans certains cas, les femmes ont été encouragées par cette consommation à deux, à exprimer également leurs besoins.


- regarder la pornographie n'est pas considéré comme un geste d'infidélité par les femmes. Dans 93 % des cas, la pornographie n'est pas considérée comme une infidélité.


- la pornographie aide les femmes à lutter contre le stress, cette fuite dans les fantasmes est présente dans 85 % des réponses.

- la pornographie domestique est en vogue, 40 % des femmes interrogées déclarent avoir fait un sexe-tape avec leurs partenaires.

- la pornographie est partout. 57 % des femmes disent avoir consommé de la pornographie dès l'âge de la puberté car la pornographie est disponible.


Le débat sur la pornographie et les femmes est complexe, certaines femmes disent qu'il s'agit d'une pornographie faite par les hommes pour les hommes, d'autres femmes pensent que la pornographie dégrade l'image de la femme, d'autres femmes sont indifférentes.
Les études concernant la réception de la pornographie démontrent une particularité féminine ; les femmes peuvent être stimulées sexuellement par une pornographie hétérosexuelle ou homosexuelle. La fluidité de l'identité sexuelle féminine s'exprime dans la consommation de la pornographie par les femmes.

Et la nouvelle génération ?
Une étude suédoise récente publiée en 2014 a analysé la consommation de la pornographie dans la génération de 16 - 18 ans. À 16 ans, 96 % des garçons et 54 % des filles regardent des films pornographiques. Les filles qui consomment de la pornographie ont plus de partenaires sexuels par rapport aux autres filles de même génération, leurs pratiques sexuelles sont plus variées, et parfois plus risquées.
Même dans la nouvelle génération, les garçons semblent avoir une perception plus positive de la pornographie que les filles, en dépit d'une augmentation rapide du nombre de consommatrices.

Les études se succèdent, et mettent en lumière certains détails, mais dans l'ensemble, on découvre que le comportement sexuel féminin et masculin se rapproche étrangement, le nombre des partenaires sexuels, l'âge du premier rapport sexuel, les pratiques sexuelles etc. sont presque identiques pour les deux sexes. La consommation de la pornographie suit la même tendance. Les produits pornographiques ou érotiques populaires sont sollicités par les deux sexes.


La société offre, de plus en plus aux femmes la liberté d'exprimer leurs besoins et valide ces besoins. Le comportement sexuel féminin et les besoins exprimés sont de moins en moins éloignés du comportement masculin et des besoins masculins comme si le comportement sexuel était avant tout un produit social.  Etrangement, les études du genre semblent favoriser ces conclusions.

Lire la suite
6
  3444 lectures
  0 commentaires
3444 lectures
0 commentaires

Stoya et Deen : viol dans le Porno

stoya james deen1

Viol pendant le tournage d'un film adulte ?

Le 28 novembre 2015 , dans un tweet de 55 mots, Stoya accuse James Deen de l'avoir violée pendant le tournage.
Stoya et Deen, deux premiers stars de l'industrie porno aux USA. Elle est actrice, styliste, et auteur, présente dans les médias pour vendre ses produits et discuter féminisme et liberté d'expression. Elle vit et travaille avec Deen , un des trois stars et producteurs de porno, les mieux payés et le plus sollicité, il est le star "féministe" de la porno.
Stoya prétend qu'elle avait prononcé le mot de sécurité, cette expression qui mettre fin aux jeux sexuels sadomasochistes, mais il a continué.
Le couple est séparé récemment. Stoya ne dit pas quand ce viol est arrivé, elle raconte que le lendemain, elle a tourné à nouveau avec lui.
Après ce tweet, nombreuses actrices porno prétendaient que Deen ne respectent pas les femmes pendant le tournage.

stoya james deen2

Star de cinéma adulte James Deen a répondu aux accusations selon lesquelles il a violé son ancien partenaire, l'actrice Stoya, en les qualifiant d' allégations. Dans sa réponse, Deen confirme le contraire, son entourage témoigne d'une Stoya noyée dans l'alcool et le Xanax, et racontent ses crises de nerfs et son instabilité émotionnelle.
Nous sommes en face d'un conflit de couple médiatique, dans le monde de la pornographie. Stoya demande au public d'écouter les actrices de porno car elles peuvent être violées. Les féministes dans les médias ne savent pas quoi répondre. Où se trouve le consentement dans un rapport Sadomaso au sein d'un couple ? C'est un viol le soir et un tournage le matin ?


Stoya a fait l'accusation de viol sur Twitter, et non pas dans un poste de police. L'affaire semble se perdre, presque oublié dans les journaux américains. Le retentissement de ces accusations sur la carrière des deux vedettes est un problème commercial mais la question mérite d'être posée : Quelle sont les limites de consentements dans le porno, et dans le porno sadomaso ?


Pourquoi mettre le féminisme dans une telle affaire, il s'agit d'une affaire judiciaire et non pas idéologique, même si on comprend qu'elle cherche l'appui des femmes ?
Dans notre société occidentale où on prône égalité entre homme et femme, est ce que le porno est toujours compatible culturellement avec nos valeurs ? Quelque chose est en train de changer ? Quelques choses devraient changer ? Je n'ai pas réponse à ces questions. Le sujet est complexe.

Game of Thrones saison 5l

Quand je regarde Games of thrones, je me demande si un jour une actrice va nous parler de Viol ou on continue de parler de cinéma?

Lire la suite
8
  4315 lectures
  0 commentaires
Mots-clés :
4315 lectures
0 commentaires

Suivez-nous !