La série ELITE : divertissement, complexité, et profondeur

Serie elite photo de groupe

 

La série espagnole parue sur nos écrans à partir de 2018 créée par Darío Madrona et Carlos Montero, diffusée sur Netflix, termine sa quatrième saison. Elle cartonne toujours et le succès est encore au rendez vous. Elite fait l'exploit de garder ses personnages centraux ancrés dans la réalité, ce que des séries similaires telles que Gossip Girl et How to Get Away with Murder n'ont pas réussi à maîtriser.


Il s’agit d’une teen drama, une histoire d’élèves d’un lycée privé sensé donné un haut niveau d’études permettant d’entrer dans les meilleures universités et assurer un brillant avenir à cette jeunesse dorée privilégiée par l’argent ou par la naissance.
La première saison est centrée sur un crime survenu dans l’enceinte même du lycée et la recherche du meurtrier de la plus brillante élève, la jeune Marina.


Après l'effondrement de leur école publique, trois étudiants des quartiers pauvres de la ville reçoivent des bourses pour fréquenter Las Encinas, l'école privée réservée aux enfants des résidents les plus riches d'Espagne. Mais alors que Samuel, Nadia et Christian affrontent les étudiants d'élite qui n'apprécient pas leur intrusion, une série d'événements se déclenchent pour aboutir au meurtre d'un de leurs nouveaux camarades de classe.


Les trois boursiers vont susciter à tour de rôle le centre de l’attention, Nadia jeune fille pauvre musulmane voilée, Samuel beau gosse dont le frère sort de prison, et le joyeux et désinvolte Christian.


Malgré la présence de jolis uniformes censé gommés les différences, tout ce petit monde s’affronte en rivalités de classe sociale, de croyance religieuse, de valeurs éthiques et en rivalités amoureuses. Certains acteurs (Marina, Christian) sont retrouvés dans une autre série espagnole bien célèbre La Casa Del papel.


Les jeunes gens vont bientôt découvrir que l’argent et le pouvoir familial ont des limites et étrangement que le rang social n’assure ni la réussite, ni l’amitié ou ni même le bonheur ou l’amour.


Christian, le tombeur de fille qui parle vite, est tout de suite sous le charme de Carla, une fille noble habituée à obtenir ce qu'elle veut. Même si elle sort avec son petit ami de longue date, Polo. Mais ce qui commence comme des rencontres sexuelles occasionnelles se transforme rapidement en un triangle amoureux non conventionnel.


Polo jongle entre jalousie et désir de maintenir simultanément sa relation avec Carla en essayant de séduire Christian, ce qui conduit à des conversations sur la sexualité et le polyamour.
Nous rencontrons Ander, star du tennis en conflit avec son père, puis Omar le frère aîné de Nadia qui cache ses trafics de drogue à leur père musulman pour subvenir aux besoins de sa famille.


Ander et Omar sont emportés dans une romance homosexuelle. Omar est terrifié à l'idée de bouleverser sa famille très conservatrice. Le coming out varie selon la famille et selon la classe sociale.


La première saison s’ingénie à nous montrer que les lycéens boursiers comme les jeunes gens de la bourgeoisie ont les mêmes problèmes de parents absents, incompétents, désargentés, ou corrompus, que l’amitié et la solidarité restent des valeurs sur lesquelles ils peuvent compter face à un drame. Les autres saisons varient peu, d’autres élèves arrivent, d’autres conflits, et d’autres crimes.


On joue sur le flash back pour nous montrer les jours et semaines avant le drame pour expliquer les circonstances de l’évènement et nous laisser jouer au détective, en tentant de deviner qui est l’assassin. Les saisons suivantes appliquent la même recette, l’arrivée des gens en dehors de ces cercles qui perturbe cet univers, comme les autres ils finissent par affronter ce monde de rivalité, aiment, rompent, font la fête, rient et pleurent.

 

Une série comme les autres mais différente

 

Créer une série policière sur une bande de jeunes est la clé du succès de la série américaine how to get away with a murderer, Gossip Girl traite les relations entre filles riches occupées par la mode et le sexe, Sex and the City a traité la libération sexuelle dans l’univers de New york,

Ellite associe l’intrigue policière aux rencontres homo et hétéro sexuelles, et au choc des classes sociales, sans lieu précis, sans inspection sociologique. La société n’existe pas en dehors du lycée.

 

Serie elite Ander et Omar

 

Personnages complexes

 

La meilleure partie d'Elite est sans doute dans ses personnages complexes. Les personnages sont jetés dans des situations qui les opposeront à leurs amis, à leur entourage, complexité que le public a du mal à juger.


Ces jeunes gens passent une grande partie du temps à faire la fête, à s’habiller de vêtement de marque, à nager, à boire et danser, à s’envoyer en l’air engendrant une bonne humeur rafraichissante. Sexe, drogue, polyamour, corruption, homosexualité, coming out, VIH et meurtre sont quelques-uns des points forts de l'intrigue de cette série.
Marina, la fille de l'une des personnes les plus riches de la ville, a contracté le VIH d'un ex-petit ami à l'âge de quatorze ans. Elle tombe amoureuse de Samuel, le petit nouveau et quand elle lui parle de son statut, ça lui tombe sur le dos. Rien ne change dans leur relation. Elite déstigmatise le VIH.


En dépit des événements fantaisistes où des adolescents bien habillés boivent et font la fête dans un cadre luxueux, les conflits personnels, les intrigues amoureuses et les classes engendrent chez les adolescents une tension permanente. Par exemple, la rebelle Marina (María Pedraza), la petite sœur de Guzmán, est prise entre deux frères et entre deux mondes, née dans un milieu riche et puissant mais plus empathique envers les nouveaux élèves de l'école, tombant constamment amoureuse de garçons que sa famille n'approuve pas. Elite dépeint les tensions entre les classes sociales de manière réaliste. Marina refuse de s'intégrer dans le monde binaire de son école et elle en sera finalement punie pour cela.

 

Serie elite amour des femmes saison 4



Profondeur dans un cadre agréable

 

Elite a une profondeur qu'aucune autre série sur le thème des adolescents n'a atteinte depuis des années. Le seul autre drame fonctionnant au même niveau est probablement Euphoria de HBO.
Sur le papier, Elite n'a pas l'air si prometteur. Un groupe d'enfants riches dans une école privée se déchirant les uns les autres. Mais un coup d'œil dans ce monde de sexe, de mensonges et meurtre de la série télévisée espagnole et il est impossible de ne pas être accro. Des différences de classe, de la pauvreté, de l'injustice raciale et des thèmes LGBT, la série se penche sur les problèmes de la vie des adolescents de nos jours. Cette approche de problèmes sérieux est présentée dans un emballage incroyablement brillant, coloré, met en exergue un sens aigu du réalisme.


Les triangles amoureux sont l’un des piliers des séries pour jeunes adultes, mais Elite repousse les limites et multiplie les approches pour examiner ce qui fait réagir les personnages.
Elite devrait être applaudie pour avoir affiché un certain nombre de problèmes sociaux, et comment la société les oblige à réagir.


Comme dans tout feuilleton pour adolescents, il y a beaucoup de romance, mais sur le plan relationnel, la dynamique de l'amitié et de la fraternité se distingue particulièrement, car elle semble réelle et bien pensée.


"Elite" explore également la masculinité et la féminité. Des filles utilisent leur charme pour arriver, vendent leur corps, en parlant de liberté et de choix, des garçons portant le discours d’une masculinité traditionnelle n’ont pas la force d’assumer ce discours, ni de comprendre leurs rôles dans une société moderne.


Guzmán, le garçon le plus populaire de l'école, mais aussi le plus dur envers les nouveaux « étrangers », représente les caractéristiques typiques d'un méchant privilégié : contrôlant, manipulateur et violent. Au fur et à mesure que l’histoire progresse, nous commençons à voir plus d’épaisseur dans sa personnalité. Il est protecteur envers sa famille et sa sœur Marina, il se soucie de ses amis et il finit par tomber amoureux de la fille qu'il voulait humilier.
"Elite" montre comment le mépris des pauvres, le racisme, la xénophobie et l'homophobie sont présents dans toutes les cultures, et dans toutes les classes.

 

Serie elite amour heterosexuel samel et clara

Sexualités multiples et plutôt réalistes


Les scènes de sexe - et il y en a beaucoup - sont plus qu'un simple amusement lascif et complaisant. Il y a tellement de choses sous la surface.
La série explore sans crainte la sexualité, les histoires romantiques sont nombreuses avec des scènes de sexe intenses pour les accompagner, pour explorer l'amour de manière nuancée. Le sexe occasionnel est le plus fréquent, assumé comme une recherche de plaisir, qui se transforme parfois en lien plus émotionnel. La sexualité homosexuelle et hétérosexuelle avec plusieurs partenaires, de polyamory (relation avec partenaires ménage à trois) à la sexualité avec partenaires multiples (plan à trois), la bisexualité, la fluidité de l’orientation sexuelle (être hétéro puis homo puis bi), la sexualité d’expérimentation, la sexualité intéressée motivée par des intérêts financiers ou personnels.

Les problèmes des couples sont présents aussi : infidélité, la difficulté de la monogamie, la difficulté de la communication, la grossesse non désirée, VIH, etc.

 

Serie elite amour homosexuel


La romance homosexuelle entre Ander (joué par Arón Piper) et Omar (Omar Ayuso) est un bon exemple. Les deux se retrouvent dans une histoire d'amour passionnée qu'ils doivent cacher - non pas parce qu'ils ont honte de leur sexualité ou parce que leurs amis n'approuvent pas, mais parce qu'Omar craint que cela ne ruine sa relation avec son père musulman traditionaliste.


Le triangle amoureux entre Nadia, Guzmán et Lu, (Danna Paola), où Guzmán va rompre avec sa petite amie officielle (Lu) pour gagner l’amour de Nadia, musulmane, et réservée.
Il y a aussi le cas de Carla et Polo, interprétés par Álvaro Rico, deux enfants riches qui sont ensemble depuis le collège. Quand ils essaient de pimenter leur sexualité de couple avec Christian, joué par Miguel Herrán, les trois s'emmêlent dans une relation polyamoureuse comique, et douloureuse à la fois.

 

Serie elite amour et tradition

 

Traditions et liberté


Tout au long de la saison, l'histoire de chaque personnage est explorée. La jeune musulmane intelligente et ambitieuse Nadia (Mina El Hammani) et le garçon riche au cœur d'or Guzmán (Miguel Bernardeau) se distinguent. L'un des moments les plus forts de la série est lorsque Nadia défend son hijab après que le directeur de l'école lui a dit qu'elle risquait d'être expulsée si elle continuait à le porter.

 

Bien que Nadia obéisse et l'enlève pendant les heures de classe, elle le porte toujours tout au long de la série et explique à quel point il est important pour elle, même si elle se permet quelques plaisirs comme l’alcool, les baisers et les caresses avec Guzmán. Elle aussi, vit son adolescence, et les difficultés de ses choix.

 

Conclusion :


Un jeu juste de jeunes acteurs, un dialogue léger et percutant, des relations élaborées, et un style général basé sur les fêtes, les vêtements, les couleurs et une bande sonore moderne et agréable, ces qualités aident Elite à se démarquer et de surpasser d’autres séries de même genre comme Gossip Girl ou de Pretty Little Liars.
Elite apporte une approche moderne au drame traditionnel pour adolescents, mais à mesure que les conflits entre les classes et les personnes se résolvent, la tension baisse. Les personnages commencent la saison avec force, puis se transforment parfois en caricatures. L’intrigue liée au meurtre ne sauve pas le scénario de moments d’ennui.
Elite est un drame pour adolescents subtilement différent, audacieux, et profond par rapport aux autres séries teen drama et mérite le détour.

 

Lire la suite
1
  333 lectures
  0 commentaires
333 lectures
0 commentaires

Outlander, Tudors, Poldark, Versailles et histoire de la sexualité

 

outlander noce

 

 

 

De nombreuses séries télévisées actuelles, basées sur une œuvre littéraire ou sur un scénario, n’hésitent pas à sexualiser les personnages dans un contexte donné.

Nous devinons facilement que l’audience représente la motivation première dans cette sexualisation du contenu et de la réalisation. D’autres justifications peuvent surgir : le souci de s’approcher de l’intimité des personnages, de transmettre aux spectateurs un contexte historique dans sa globalité, où la vie personnelle et intime rejoint le collectif et l’environnement historique.

Observer l’histoire dans la chambre à coucher, comme une romance historique. Mettre en arrière-plan un contexte historique donné, implanter des personnages, décrire la vie de ces personnages. À partir de ce contexte historique, il s’agit de peindre le style de vie d’une époque, coutumes, façon d’exprimer des émotions, la vie intime, amoureuse, et accessoirement sexuelle.

 

 

outlander

 

 

Outlander

La série Outlander, est une romance historique qui se déroule pendant la révolution jacobite en Écosse. L’héroïne traverse le temps pour vivre une grande histoire d’amour, avec un insurgé jacobite. Cette histoire d’amour passe de la séduction à la sexualité, du mariage à la grossesse. Les scènes sexuelles présentes dans le roman Outlander de Gabaldon, leur transcription à l’écran offre au spectateur un aperçu de la sexualité dans l’Écosse du 18ème s siècle et des relations entre les hommes et les femmes à cette époque. On voit des scènes sexualisées, des discussions sur les pratiques sexuelles, sur le désir, sur le corps et sur les émotions. La sexualité est montrée, décrite, commentée et détaillée, pour nous rappeler la difficulté de la condition féminine à cette époque. Violence et insécurité obligeant les femmes à accepter la protection des hommes. La relation entre les deux héros se transforme en relation amoureuse égalitaire. Les motivations sexuelles sont de nature émotionnelle et amoureuse.

 

 

versailles serie sexe

 

Versailles

La série télévisée Versailles suit une vieille tradition française d’exhiber la vie intime des monarques, leur sexualité, leurs partenaires, et leur préférence. La série expose les relations homosexuelles du dauphin, les relations entre Louis XIV et ses favorites. La série, généreusement parsemée de scènes explicites homosexuelles et hétérosexuelles, transmet quelques détails sur la sexualité de la classe dirigeante, sur le couple, la fidélité, sur les comportements de deux sexes, et sur les motivations sexuelles. La série Versailles dessine des relations sexuelles fondées sur le pouvoir, et parfois sur la survie. Il n’existe que peu d’amour à Versailles. L’argent, le désir, et l’ambition motivent l’acte charnel.

 

poldark

 

Poldark



La série Poldark reprend le roman de Winston Graham qui décrit l’Angleterre vers la fin du XVIIIe siècle. Une relation amoureuse entre Poldark et sa cousine Élisabeth dans un contexte de difficultés économiques, de pauvreté, de corruption politique. Cette série reflète le double standard de l’époque, les femmes devaient garder leur virginité, cultiver la vertu pour trouver le meilleur mari possible, condition indispensable pour exister, et pour survivre.

 

tudors serie sexe

 

Tudors

 

La série Tudors n’a pas besoin de contexte pour montrer des scènes sexualisées. L’histoire réelle d’Henri VIII demeure une succession de problèmes de chambre à coucher : infertilité de sa première femme, attirance vers la deuxième, trahison et infidélité pour les autres épouses. La cour royale de l’Angleterre du 16e siècle devient le théâtre d’intrigues amoureuses, de messages érotiques, de gestes de séduction, et de jeux d’attirance. La série décrit la sexualité de cette époque, une sexualité partagée entre les traditions religieuses, et entre les désirs individuels assouvis discrètement. La condition féminine laisse à désirer même au sein de la classe dirigeante. En dépit de ses nombreux mariages, le comportement sexuel d’Henri VIII se dirige essentiellement vers la reproduction, l’enfantement, et la recherche d’un héritier.

 

 

 

Histoire de la sexualité et séries télévisées

 

Depuis plusieurs années, nos petits écrans se dévergondent, nos soirées ne manquent pas d’images et de dialogue sexualisés. Cependant, devant ces feuilletons, le public observe avec amusement et intérêt la jupe relevée, ou les culottes déchirées.
En dépit d’images sexualisées nombreuses, beaucoup de gens se sentent inconfortables par rapport à la sexualité et aux discussions relatives au comportement sexuel. Nous regardons sans problème Louis XIV en train de flirter avec sa belle-sœur, nous évitons de parler de notre propre sexualité, de notre propre époque, de nos propres comportements.
De nombreuses personnes jugent qu’il est inapproprié de parler sexualité, commentant avec un petit sourire les études sur le comportement sexuel, ou sur l’histoire de la sexualité en général.

 


Si les livres traitant de la sexualité ou de l’histoire de la sexualité sont rarement consultés par le grand public, l’avalanche de scènes sexualisées dans les séries peut engendrer certains effets bénéfiques sur notre culture populaire : valider le désir sexuel masculin et féminin, déculpabiliser vis-à-vis de la sexualité, remettre la sexualité dans un contexte culturel et historique, et permettre à chacun de mesurer l’évolution de nos comportements individuels et collectifs.

 

 

Lire la suite
0
  3462 lectures
  0 commentaires
3462 lectures
0 commentaires

Heartland série canadienne d'une longévité exceptionnelle

Haertland livres

Heartland série canadienne

La 11ème saison de Heartland est annoncée en préparation, la sortie prévue sur les écrans à l'automne.   Combien de séries rêvent-elles d'avoir un tel succès, une telle longévité ?
Chez nous, la série a été diffusée dès 2008 sur Canal+  jusqu'à la saison 6. Les autres saisons sont disponibles chez d'autres diffuseurs.   


Cette série est tirée des romans  (40 livres publiés à partir de juin 2000) pour la jeunesse écrits par Lauren Brooke (née en 1969). Cet écrivain anglais a vécu dans un ranch et connait bien les chevaux. Mariée à un vétérinaire, elle a également écrit une autre série de romans sur le même thème Chestnut Hill.

Haertland amber marchal


Heartland raconte la vie d'un ranch au canada aux pieds des rocheuses dans l'Alberta, où sur un fond de nature sauvage, de chevaux mustang et de paysages superbes s'entremêlent les destins des membres d'une famille vivant sous le même toit.
Le grand-père Jack solide, juste et sévère est le centre de gravité de la famille. Ses deux petites-filles Amy (15 ans) et Lou (20 ans) vivent avec lui, Amy s'occupant et soignant par des méthodes douces des chevaux malades ou traumatisés, et sa sœur gérant  le coté financier de l'entreprise familiale.  
Cette saga nous parle du monde rural, de l'élevage des chevaux, du monde des éleveurs bovins et de toute l'économie qui en découle ; sport équestre, concours et saut d'obstacle, dressage, course hippique, rodéo, concours de lasso etc.

Haertland serie tv

Le monde rural à notre époque

Cette famille est confrontée au monde actuel, à la difficulté de la transmission des valeurs familiales du travail, de l'entraide indispensable, familiale ou des voisins, et des amis proches malgré l'individualisme de notre société. Les choix de chacun influence la vie des autres.
Le vétérinaire a laissé passé sa chance avec Lou et le regrette amèrement, le père des filles a laissé tombé son couple et a perdu son autorité familiale, Val a mis sa fille dehors et a perdu sa légitimité maternelle.  
Jack l'ainé est pris au piège ente la tradition et la modernité, il est plongé dans le passé (le souvenir de sa femme) et cherche à éviter le changement, mais il s'accroche au présent grâce à ses petits enfants qui le bousculent par leur appartenance au monde actuel ; Jack ne sait pas utiliser un ordinateur, ne veut pas changer sa voiture délabrée mais il s'adapte, et apporte à sa famille toute son attention, aide et encouragements. Il met aussi tout son poids pour aider les plus jeunes et notamment Ty le sans famille, à qui il offrira une seconde chance par le travail au ranch puis comme apprenti vétérinaire.   

Haertland mustang


Cette série raconte la transmission entre génération, la place de chacun, et l'évolution des rapports au sein de la famille avec le temps qui passe ; le grand-père est la personne détentrice de l'autorité, et d'une certaine sagesse, les jeunes font des erreurs comme toujours et sont amenés à les comprendre grâce aux ainés dans un esprit de bon sens et de valeurs expliquées et partagées.


Souffrance animale, nature et écologie

Les personnages de ce feuilleton nous font partager leur grande sensibilité à la condition animale et à l'écologie. La mort d'un cheval ou sa maladie est un moment émouvant, toute la famille est réunie auprès de l'animal pour l'accompagner dans ses derniers moments comme s'il était un membre de la famille.
Le sort des chevaux sauvages, le célèbre mustang, devient un souci surtout en hiver, certains éleveurs les chassent, d'autres les envoient à l'abattoir, et certains les aident à survivre à l'hiver canadien en leur apportant protection, soins et nourriture.
La prospection pétrolière du gaz de schiste au Canada est évoquée.  

Haertland Shaun Johnston

Au fil des épisodes, on apprend à aimer les chevaux, ces grands animaux fragiles, anxieux, si beaux et élégants devenus des animaux de compagnie, des amis pour les plus jeunes comme aussi des moyens de gagner de l'argent par l'élevage, les courses et les concours hippiques.


On s'amuse des déboires d'une soeur organisatrice-manager, des gaffes d'une petite voisine  mal aimée,  on suit les relations sentimentales adolescentes et mouvementées des plus jeunes dans ces paysages superbes, fragiles et subtilement  symboliques d'un monde en équilibre écologique fragile.

A la différence des livres, la série donne aux chevaux une dimension symbolique voire métaphorique (liberté, survie, résilience etc.)     


Tous les épisodes ne se valent pas, mais c'est une série où bon sens, joie de vivre et valeurs familiales positives sont mises à l'honneur. Les moments forts succèdent aux moments plus légers.  
Il est difficile de ne pas aimer cette partie du canada rarement mise à l'honneur.   

Lire la suite
6
  4988 lectures
  0 commentaires
4988 lectures
0 commentaires

Westworld, divertissement pour réfléchir sur nous-même

wrestworld dolores teddy

 

Westworld, divertissement avec ou sans méditation

Westworld c'est la série de HBO qui cartonne sur les écrans de télé, cette série est diffusée en France sur canal et sur OCS.
A la fin de la première saison, on découvre une série haut de gamme, un casting magistral, un jeu d'acteur excellent pour interpréter un scénario complexe, attirant et chargé de détails et de signification.


Westworld raconte la vie d'un immense parc de loisir futuriste où des robots à forme humaine interprètent comme de vrais acteurs, des scénarios pré-établis. Les visiteurs paient le prix fort pour se lancer dans des aventures en plein far-west, en compagnie de ces robots réalistes, pour échapper à l'ennui de leur vie réelle,  pour satisfaire des besoins primitifs : divertissement, jeux, violence et sexe. Le visiteur peut tuer n'importe quel robot ou coucher avec, en le séduisant ou en le violant. Tout est permis.      

 

wrestworld affiche

 

Pourquoi pas, après tout, des gens ne paieraient-ils pas une fortune - un invité cite un tarif de 40 000 dollars par jour - pour se plonger dans un simulacre de l'anarchie du far - West ou de la guerre de secession ?
Westworld répond que nous (les humains) le ferions pour se livrer à des appétits autrement indicibles pour la violence insensée et le sexe transgressif, sans scrupule moral ou conséquence juridique. La série est remarquablement dure dans sa description de la cruauté sous-jacente de ces appétits. Un touriste ennuyé cloue une main d'un vieil " homme " à une table avec un couteau à steak, juste pour lui faire fermer " sa gueule ".  Un autre tire dans le dos d'un robot en criant "Maintenant, c'est mes putains de vacances !"
Un grand et prestigieux projet de la chaîne HBO. Une superproduction dont le chantier a duré plus de trois ans, produite par J.J. Abrams.

Une belle réussite

 

abs11.5 bleu2 Westword, un parc de divertissement

On commence par suivre les aventures de Dolores, robot à l'apparence d'une jolie jeune femme naïve et innocente qui rêve de changer de vie, de Maeve la tenancière d'un bordel, Bernard un chef programmeur qui veille sur le bon déroulement des scénarios et sur la sécurité des visiteurs. Il y a aussi un mystérieux Ed Harris vêtu de noir qui cherche le secret du labyrinthe : il ne sait pas exactement ce que c'est, mais pense que le parc de Westworld dissimule un secret et il est déterminé à le trouver, quitte à y passer 30 ans de sa vie.

D'autres personnages complètent l'histoire, des indiens, des fermiers, des voleurs, des nettoyeurs, des visiteurs et des employés chargés de la maintenance du parc et des robots.
Deux savants ont participé à la création de ce parc : Ford et Arnold .

 

wrestworld anthony hopkins


Il y a 40 ans Ford et Arnold créent les premiers androïdes dans le parc encore fermé au public. Arnold, suite à divers entretiens avec le robot femme Dolores, il pense que les robots ont une conscience et que le parc ne doit pas être ouvert au public. Ford n'étant pas d'accord, Arnold exporte les données de Wyatt, un personnage meurtrier, en Dolores pour la pousser à tuer tous les hôtes et à le tuer lui-même. Arnold pense ainsi faire fermer le parc, mais n'y parvient pas.
Ford réussit à ouvrir le parc. Il a besoin d'investisseurs. Parmi ceux-ci, William et Logan. William rencontre Dolores, tombe amoureux d'elle et sombre dans la violence. William est tombé amoureux du parc et fera tout pour devenir actionnaire majoritaire et relancer le budget.


A présent on voit la charmante Dolores et un homme en noir qui mène sa quête vers le labyrinthe, le sommet du jeu des scénarios proposés par le parc. Dolores, une fois de plus, fuit sa ferme natale et se dirige vers le village où elle a commis le massacre, pour découvrir le centre du labyrinthe. Maeve la tenancière d'un bordel prend conscience de ce qu'est vraiment le monde de Westworld et tente de quitter le parc. Ford a créé un androïde à l'effigie d'Arnold qu'il a nommé Bernard et qui est chef de la programmation du parc. Ford prépare un nouveau scénario, qui est en fait le début de la révolte des androïdes, qui prend forme lors d'une soirée avec de nombreux invités humains.

 

wrestworld dolores maeve

 

abs11.5 bleu2 Les robots ne peuvent pas faire de mal aux être vivants (humains ou visiteurs)

Cette règle est la base de la robotique. Un robot ne doit pas faire de mal aux vivants. Les visiteurs peuvent tuer les robots mais les armes des robots ne touchent pas les visiteurs. Ceci permet toute sorte de massacre, de violence, et de dérapage. Entre meurtre et sexe, le visiteur découvre subitement ses propres besoins, et ses propres démons.
Chaque matin, inlassablement les robots (remis en état et éternellement jeunes ou vieux) recommencent le jeu, Dolorès dans la rue, Maeve dans le bordel, les visiteurs arrivent, une immersion totale dans un monde du far West. Certains montent dans les chambres s'amuser avec les prostituées, d'autres tirent sur les robots et déclenchent des tueries, d'autres suivent des chemins plus complexes.    

 

wrestworld rachel evans


Les robots n'attaquent jamais les mouches qui leur tournent autour. Ce sont donc tous les êtres vivants qui sont censés être protégés des robots...mais à la fin de l'épisode, on voit Dolores frapper la mouche qui lui tourne autour. Une action violente qui devrait certainement laisser la place à d'autres. Dolorès échappe aux scénarios pré-établis. Ainsi on découvre que plusieurs androïdes sont capables de tuer des humains.


" These violent delights have violent ends "

" Ces passions violentes auront une fin violente " 

 

Cette citation de Shakespeare reprise plusieurs fois dans la série est en fait une forme de révélation sur ce qui va se dérouler à la fin de la saison 1. La violence des humains se retourne contre eux dans un bain de sang orchestré par Ford, amenant de grands changements : les robots vont être capables de se défendre et vont peut être aller plus loin dans la saison 2.


Les créateurs Jonathan Nolan et Lisa Joy ont scénarisé une série complexe.  En surface, c'est un western, qui réunit les ingrédients du genre : Dolores la belle en danger (jouée par Evan Rachel Wood), Teddy le valeureux cowboy (joué par James Marsden), Maeve la mère maquerelle (jouée par Thandie Newton), et tous les personnages attendus, dans des décors sauvages avec montagnes, plaines, et ville où des fusillades éclatent à chaque coin de rue. Sauf que tout cela est mis en scène par une équipe planquée dans le sous-sol du parc, composée de sa patronne Theresa (jouée par Sidse Babett Knudsen, de son programmateur en chef Bernard (joué par Jeffrey Wright), de son vieux concepteur Robert (interprété par Anthony Hopkins). La série profite de la beauté de ses décors et de la qualité de ses effets spéciaux pour multiplier les séquences fortes : chevauchées, voyages en train, débarquement d'une pelleteuse monstrueuse, etc.

Elle déborde aussi de bonnes idées, comme ce piano mécanique qui joue des tubes modernes (Black Hole Sun de Soundgarden, No Surprises de Radiohead...) en mode western. Le récit ne manque ni de souffle ni de poésie, et mêle action, romance, science-fiction et mystère, avec la tension nécessaire pour capter notre curiosité.
Pour faire tenir un tel édifice, il fallait une distribution hors normes. La liste est vertigineuse, réunit des vedettes venues du grand écran, Hopkins, Harris, Wright, Rachel Wood, Newton, et une pléiade d'excellents acteurs connus.
Westworld offre une mise en abyme passionnante, qui aborde les notions du libre arbitre, de la prédestination, de la liberté, de la conscience etc.

 

wrestworld wililam


abs11.5 bleu2 Un grand spectacle au souffle métaphysique.


Contaminés par un virus joliment appelé " les rêveries ", certains robots vont apercevoir des éclats de leur passé, et développer une mémoire et donc s'humaniser. Mais leur passé n'est que l'accumulation de vies brutalement interrompues, car le même humanoïde est reprogrammé plusieurs fois pour tenir différents rôles en fonction de l'inspiration du scénariste du parc. Quelle nature va ressurgir une fois la machine libérée ? Peut-elle se reprogrammer d'elle même ou se retourner contre son créateur ?

 

abs11.5 bleu2 L'homme en noir, William et les autres humains

Cela fait 35 ans que William explore le parc. Il a progressivement sombré dans la violence. Au début, il est tombé amoureux de la fragile Dolorès. Il ne trouve aucun sens au monde réel et s'épanouit dans Westworld, en massacrant les hôtes, à la recherche d'expériences toujours plus violentes et plus fortes. Il est également l'actionnaire majoritaire. Il cherche le centre du labyrinthe mais il n'a pas compris que le labyrinthe était métaphorique et uniquement destiné aux hôtes.
Les humains s'interrogent sur le sens de leur existence, à commencer par Bernard Lowe, ingénieur en chef au passé douloureux, qui trouve un réconfort dans sa relation avec les robots, Ford, vieux sage taillé sur mesure pour Hopkins,  porte une piste narrative complexe, entre émotion et mystère. L'enjeu central de la série est profond : que va-t-il se passer dans les limites de Westworld, qui va vivre, survivre, dérailler, chercher à fuir, à abattre ou à protéger les humanoïdes ?
Les humains dans Westworld sont mis à l'épreuve. Que faire en face de robots qui imitent à la perfection le comportement humain : tuer, massacrer, désirer, faire l'amour, violer, pendre, aimer, protéger ?   

 

abs11.5 bleu2 Une lecture de Westworld

Cette série nous propose certaines pistes de réflexion.  Il n'y a fondamentalement aucune différence entre le sens à l'intérieur du jeu et à l'extérieur.  Les humains sont toujours à la recherche de sens. Les gens de l'extérieur sont allés à l'intérieur pour le chercher, et les gens à l'intérieur veulent sortir pour le trouver. Sans réflexion sur les conséquences de nos actes,  il n'y a pas de sens à la vie. Les actions non analysées ne produisent aucun sens. Cela fait 35 ans que William tue et massacre des robots sans savoir ni comprendre pourquoi.    


Cette série rappelle un bon film sorti l'année dernière  Ex Machina réalisé par Alex Garland, qui traite le sujet des androïdes et leur éventuelle révolte contre les humains.


Westworld, c'est la vie et la mort. Tuer ou être tué. Sauvez la jolie et frêle demoiselle ou la violer, la séduire ou la frapper.  Héros ou méchant dans un monde simple et primitif, où le moi animal est révélé et se doit d'agir.
Westworld  est en grande partie un spectacle sur les gens à la recherche de réponses. Des touristes riches et curieux cherchent à découvrir ce que l'on ressent en commettant un meurtre gratuit ou en se livrant aux pulsions sexuelles les plus primitives. Comme le dit un programmeur à une de ses créations androïdes, "Vous et tout le monde que vous connaissez, vous êtes construits pour satisfaire les désirs des gens qui paient pour visiter votre monde "
Westworld suggère que la conscience se développe non seulement dans les êtres, mais  parmi eux. La prise de conscience de soi est fondée sur une prise de conscience des autres. Quand un des androïdes commence à agir étrangement, un ingénieur s'inquiète que le problème puisse se révéler "contagieux" - et il a raison de s'inquiéter.


Bertrand Russel, le philosophe anglais, a dit  : nous serons si malheureux le jour où nous n'avons plus de problèmes matériels, nos cerveaux vont lutter pour trouver la signification de notre existence.
Je n'aimerai pas pénétrer ce genre de parc, je ne sais pas comment je vais me comporter dans ce Westworld. Je n'ai pas envie de voir la partie de moi que j'essaie de contrôler et d'oublier.   

 

Lire la suite
4
  3651 lectures
  0 commentaires
3651 lectures
0 commentaires

Suivez-nous !