La solitude entre philosophie et psychologie

solitude

 

 

La solitude entre philosophie et psychologie


Un vieux chirurgien américain, Vivek Murthy, écrivait que la maladie la plus fréquente qu'il ait vue au cours de sa pratique médicale "n'était pas une maladie de cœur ni le diabète, c'était la solitude. "
Pendant que des médecins voyaient la solitude comme " maladie ", d'autres, écrivains et philosophes théorisaient la solitude comme une attitude d'indépendance, et de méditation sur soi.  

La solitude : paradoxe et évolution 

La solitude, paradoxe de notre monde de communication, fait peur, prise au sérieux et devient une " grande cause nationale " en France en 2011. Cette solitude fascine et attire, les amateurs d'exploits solitaires, se multiplient, les retraites volontaires, et les voyages dans le désert ou dans les zones dépeuplées deviennent à la mode.
Voilà l'aboutissement d'une longue histoire qui débute dans l'Antiquité, où les intellectuels avaient déjà posé les termes de la question : l'homme est-il un animal social ou une créature solitaire ?
En occident, à partir des années 60, nous envisageons, la solitude comme un problème de santé publique, voire comme une épidémie. Durant des milliers d'années, l'individu ne pouvait se détacher du groupe, protection indispensable face aux dangers de la vie. La solitude ne pouvait exister.
Nos réactions vis-à-vis de la solitude demeurent ambivalentes, et contradictoires selon les époques et les écoles de pensée.    
" Il n'est pas bon que l'homme soit seul ", dit la Bible en exaltant en même temps la vie solitaire des ermites et des moines.
Les aspects problématiques de la solitude apparaissent dans la culture occidentale à la fin du 16e siècle. Des textes littéraires intégraient la solitude dans les images de l'enfer, de la tombe ou du désert.
 En 1667, dans son poème épique " le paradis perdu ", le grand poète anglais John Milton propose un des premiers personnages solitaires de la littérature britannique : Satan. Dans ce poème, Milton envoie Satan dans le jardin d'Éden pour le sortir de l'enfer. Milton décrit la solitude de Satan en termes de vulnérabilité : être seul, fragilise même au paradis.

 

sport solitaire


Au 18e siècle, le discours ne change pas. Les " solitaires " rousseauistes s'opposent aux " gens " de salons. Les romantiques louaient la solitude. Les " solos " du XXIe siècle vantent leur indépendance, et leur liberté. Les poètes romantiques louent la solitude productive et enrichissante.
Il y a la solitude du visionnaire louée par Alfred de Vigny, la solitude intimiste chère à Alfred de Musset (1810-1857) qui refuse toute poésie sociale et politique. La solitude pour lui est une partie de la nature humaine. Les hommes sont des " machines isolées ", et l'isolement des corps ne fait que matérialiser l'isolement des esprits.


La solitude représente selon le philosophe David Hume " la plus grande punition que nous pouvons subir ".
Schopenhauer dans ses " Aphorismes sur la sagesse de la vie " voit la solitude à sa façon :
" On ne peut être vraiment soi qu'en étant seul ; qui n'aime pas la solitude n'aime pas la liberté, car on n'est libre qu'étant seul. Un homme est plus isolé quand il occupe un rang plus élevé. C'est une véritable jouissance que l'isolement physique est en rapport avec l'isolement intellectuel. "
Balzac pensait, dans le lys dans la vallée (1836), que :
" La solitude morale produit les mêmes effets que la solitude terrestre ; le silence permet d'y apprécier les plus légers retentissements, et l'habitude de se réfugier en soi-même développe une sensibilité dont la délicatesse révèle les moindres nuances des affections qui nous touchent. "

hooper solitude room hotel

 


La solitude est moderne

Au 20e siècle, la culture occidentale affronte la solitude comme un problème, un inconvénient de notre mode de vie urbaine et individualiste. Selon Freud, "nous serions beaucoup plus heureux si nous abandonnions notre mode de vie et si nous retournions à des conditions primitives".
La solitude est un concept nouveau dans le monde universitaire. À partir des années 1960, l'expérience de l'isolement affectif et social apparait. Dans les années 1978, une échelle en 20 points pour mesurer ce sentiment subjectif de solitude et d'isolement social était élaborée par l'université de Californie pour évaluer l'isolement et tenter d'aider les patients.
La civilisation nous rend solitaire. Notre mode de vie repose sur la séduction, la motivation, le dynamisme, le culte du corps, la hantise du vieillissement. Un climat hédoniste de satisfaction immédiate, et de solitude individuelle.


Les définitions médicales et psychologiques n'ont pas modifié la culture. La solitude signifie différentes choses pour différentes personnes. Certaines personnes peuvent avoir des contacts sociaux fréquents et se ressentir de la solitude. D'autres n'ont aucun problème à vivre seul.  

 

Solitude ou isolement social : Danger

La solitude est une perception subjective de la réalité. La solitude se définit par la volonté ou le désir d'interaction sociale plus importante. "La solitude subie s'impose sans avoir fait l'objet d'un choix", précise Arnaud Campion. "Elle échappe à toute tentative de définition objective, contrairement à l'isolement social."
La plupart des gens ne choisissent pas la solitude prolongée, ou de longues périodes de solitude sans y être obligés. La solitude prolongée fragilise la santé mentale, augmente les troubles cognitifs.

Une personne peut être considérée comme seule dès lors qu'elle entretient un "appétit" social, un désir inassouvi de liens avec les autres. C'est une évaluation personnelle qui ne dépend pas du nombre de relations ou liens, mais de besoins. Des personnes se sentent seules et en souffrent même entourées, en raison du manque de sens ou de qualité de ces relations. À l'inverse, des personnes, objectivement isolées, peuvent ne pas sentir seules. Parfois, un seul lien, même symbolique, peut suffire.
Depuis ces dernières années, les auteurs qui décrivent la solitude à la façon de Darwin comme un système de correction et d'adaptation font leur apparition.


"La solitude est un système d'alerte", écrit Hawkley, psychologue à l'Université de Chicago. Elle pense que le sentiment de la solitude nous avertit que nous devons sortir de notre isolement et nous connecter avec d'autres humains. De son côté, Steve Cole, professeur de médecine et de psychiatrie à l'Université de Los Angeles écrit : "Le corps interprète la solitude comme une menace."
Selon les études, les cerveaux des gens solitaires sont plus sensibles aux menaces. Vingt-trois participants ont été placés dans une unité d'IRM. Ils ont observé des photos agréables et d'autres désagréables. Les cerveaux solitaires répondent moins positivement aux images agréables que les cerveaux non solitaires, et plus fortement à des images de violence et de situations sociales désagréables. La solitude piège le cerveau dans un état hyper-vigilant, incapable de se détendre. Le cerveau interprète le monde comme un endroit hostile.
Sur le plan physiologique, des études montrent que les personnes seules ont un taux plus élevé de cortisol dans le sang avec plus de risque cardiovasculaire et de stress.
Dans une méta-analyse à partir de 2010, les chercheurs ont constaté que les individus solitaires sont 26 % plus susceptibles d'avoir une mort précoce, deux fois le taux des personnes obèses par exemple. Une étude de 7.665 jumeaux néerlandais a révélé que des traits associés à la solitude sont héritables dans 50 % des cas, ce qui suggère un lien entre la génétique et la solitude.

 

solitude bridget jones


Solitude au féminin  

De nombreuses études montrent que les femmes subissent actuellement la solitude. La femme moderne est seule, et souffre d'isolement social plus que les hommes.

Dans la société occidentale, les facteurs sont nombreux : augmentation du nombre de divorces et de familles monoparentales.  
Il existe d'autres facteurs. "De manière générale, les femmes sont bien plus exposées à la solitude que les hommes", explique Monique de Kermadec psychothérapeute et auteur de "Un sentiment de solitude". Elle ajoute : " certaines femmes n'ont pas investi dans leur vie professionnelle. Seule une minorité fonctionne sur un mode 'masculin' avec un fort investissement dans leur carrière. D'autres le font en complément de revenu, et focalisent d'abord leur attention sur les enfants et le couple. Plus on néglige son enrichissement personnel, plus on reporte son temps et affection sur les enfants et le conjoint, plus on risque de se retrouver seul quand ce noyau se disloque, à cause d'une séparation ou du départ des enfants de la maison."

 

Un équilibre à trouver

En 1840, Edgar Allan Poe a décrit dans " énergie folle " un homme vieillissant qui errait dans les rues de Londres, du crépuscule jusqu'à l'aube. "Il refuse d'être seul, écrivait Poe.  " Il est l'homme de la foule. "
Il décrivait la lutte d'un homme contre son isolement. La solitude se développe autour de nous, inhibe le contact avec les autres. Notre cerveau devient prudent, en face d'un monde hostile. Nous vivons dans un état d'hyper vigilance pour éviter la supposée menace sociale. On a tendance à interpréter le monde en termes négatifs.
La solitude mal vécue nuit à nos rapports avec les autres. Elle devient l'expression d'un sentiment d'étrangeté au monde, au cœur d'une société individualiste. On n'appartient pas à ce monde, on subit le stress, l'anxiété, l'abandon, et la dépréciation.
La meilleure façon de contrer cela est de passer du temps avec les autres. Les médias sociaux nous permettent de suivre la vie et les intérêts des centaines de personnes, sans nous investir, sans liens et aussi sans bénéfices.

Paradoxe de la solitude, elle conduit à l'isolement, dépression, suicide, comme elle peut nous permettre d'être observateurs du monde social et de notre monde intérieur.

 

Lire la suite
4
  2497 lectures
  0 commentaires
2497 lectures
0 commentaires

Robots dans nos lits, l'avenir du désir et des couples ?

femme robot ashley madison

 

 

La France, après Londres et d'autres grandes villes, ouvre depuis février dans le XIVe arrondissement un établissement de location de poupées sexuelles. Cette nouvelle a fait bondir les élus du groupe communiste et du Front de gauche, qui réclament sa fermeture, arguant qu'il s'agit d'une nouvelle forme de " lieu de prostitution ".
Opter pour la facilité d'interdire ?  Comment faire quand ces robots seront en ventre libre (c'est déjà le cas) ou quand ils vont envahir nos lits et nos maisons ?

sexe robot lit

 

 

Le robot conjugue technique, beauté, et neutralité

Depuis dix ans, la société Real Doll s'est spécialisée dans la production de poupées réalistes. Au Japon, les entreprises de fabrication de poupées à taille humaine se multiplient, puis un business se crée : Doll No Mori, le bordel de poupées. Le client paie, choisit son modèle et fait ce qu'il veut d'elle. Le robot japonais féminin Aïko parle anglais et japonais, distingue couleurs et visages, elle sourit, elle peut cligner des yeux, servir à manger, reconnaître s'il pleut ou s'il fait beau. En plus elle est belle, séduisante, et peut faire plus.
Avec le silicone de haut de gamme, l'intelligence artificielle semble modifier encore plus l'efficacité de ces robots. Capteurs sensoriels sous la peau, des signes corporels pour imiter l'excitation sexuelle : seins se dressent, le clitoris durcit, pénis en érection, la poupée réagit, émet des bruits etc.


À Nuremberg, un ingénieur invente une poupée dotée à la fois d'un système circulatoire qui la rend tiède au toucher, de mouvements de la cage thoracique qui donnent l'illusion de la respiration, et capable de répondre aux stimulations sexuelles en remuant le bassin. La société True Companion commercialise Roxxxy, a présenté le premier authentique robot sexuel. " Pas un robot, mais une compagne ", précisent ses concepteurs. Roxxxy ne bouge pas encore seule, mais elle est censée pouvoir parler et interagir avec son propriétaire grâce à ses différentes " personnalités " qu'on peut télécharger.

 

sexe robot relation


La société Harmony a présenté en 2017 son robot. L'utilisateur peut contrôler les mouvements de la tête, les expressions du visage, la parole, et certaines réactions.
 D'ici à 2050, des humains seront-ils amoureux et se vont-ils se marier avec des robots " humanoïdes " ?  " Bien-sûr C'est inévitable " selon le chercheur britannique David Levy.
Les progrès sont si rapides. En Corée du Sud, le ministre du Commerce, de l'Industrie et de l'Énergie a lancé la rédaction d'un code d'éthique destiné à réguler et à moraliser les rapports entre les personnes et ses créatures. La première loi autorisant le mariage entre humain et robot sera votée aux États-Unis dans le Massachusetts cet été.

 

wrestworld anthony hopkins

 

Comment comprendre ?


On peut être optimiste et penser qu'une vaste majorité de gens allaient préférer l'amour avec les humains, et que ces robots vont accompagner les personnes solitaires seulement. On peut dire que l'amour est un sentiment de proximité, une réciprocité, un échange et une intimité. Le vibromasseur n'a pas remplacé les hommes après tout.  
On peut imaginer des robots sexuels pour aider à l'éducation sexuelle, pour enseigner le consentement et le plaisir sexuel masculin et féminin.
Le président fondateur de la société Doll USA, pense que ces robots poupées pourraient apprendre aux humains à mieux faire.

 

sexe robot baudrillard


Nous pouvons être pessimistes, et prétendre que l'humain cherche son plaisir et fuit les difficultés. Le robot sexualisé propose une relation sexuelle sans difficulté, sans suite, sans conséquence. Le sexe pour le sexe, à volonté, et sans limites. On peut imaginer que l'érotisme avec les androïdes sera normalisé, et accepté comme nous avons normalisé les autres pratiques sexuelles et les jouets sexuels. Selon Kathleen Richardson, chercheur en robotique, l'existence de robots sexuels peut augmenter le risque d'agression sexuelle en rendant la femme-objet sans traiter la question relative aux robots masculins. L'homme devient - il objet ?


Les robots mâles se vendent aussi bien que les poupées femmes selon les fabricants. Les clientes peuvent choisir entre plusieurs modèles de corps, de muscles et de pénis. Ni maladies sexuellement transmissibles, ni grossesse non désirée, ni infidélité, ni scène de ménage. Selon les études publiées, deux tiers des hommes sont en faveur des robots sexuels, contre 30 % des femmes aux États-Unis, en Grande-Bretagne, en Allemagne et aux Pays-Bas.

Selon deux chercheurs de l'Université Victoria de Wellington en Nouvelle-Zélande : En 2050, le quartier chaud d'Amsterdam sera l'affaire de prostituées robotisées. "
Pourquoi craindre les robots sexuels ? Peut être, parce que les robots sexuels semblent exprimer le pire de notre culture sexuelle : les hommes se sentent en droit de vivre leurs fantasmes sans limites, et les femmes trouveront un corps masculin rêvé, sans exigence, une machine à érection parfaite sans état d'âme.  

 

Conclusion


Le robot sexuel a toujours été présent dans l'imagination humaine. Le mythe de Pygmalion, qui tombe amoureux d'une de ses sculptures. C'est le titre d'une pièce de George Bernard Shaw en 1913. On trouve la même idée chez Ovide, Dante, et Shakespeare.
Les progrès de la robotique et l'intelligence artificielle ont soulevé une préoccupation pour les femmes : si les robots-femmes deviennent tellement réalistes et habiles, vont-ils détourner les humains des véritables relations humaines ?
Si nos besoins sexuels peuvent être satisfaits par des aides automatiques intimes, les hommes et les femmes vont-ils changer de comportement ? C'est possible.  
Nous allons sans doute vivre des débats intenses sur ces robots et sur les relations des humains avec eux. Ils sont déjà dans les hôtels et les aéroports dans certains pays asiatiques comme hôtesse d'accueil. Nous allons cohabiter avec ces humanoïdes dans les bureaux, les hôpitaux et à la maison. Ils seront sans doute dans nos unités militaires. Ils seront également dans nos lits.
Le prix d'un robot sexuel actuellement varie entre 5000 et 50 000 euros, les clients hommes et femmes ne manquent pas, il existe des sociétés de location pour tester les différents modèles et personnalités.


Le sexe entre humains finira-t-il par être réservé aux curieux, aux nostalgiques de la chair ou aux hippies du sexe ? Est-ce qu'ils ne seront pas pris pour des inconscients du risque de grossesse, de maladies, et du risque judiciaire qui semble actuellement compliquer les relations hommes femmes en occident, pour un plaisir bien moindre à celui que procurera une machine ?
Aux générations futures d'en décider.


Réf
Jason Lee : Sex Robots,The Future of Desire , palgrave Macmillan, 2017

 

Lire la suite
5
  2777 lectures
  0 commentaires
2777 lectures
0 commentaires

La solitude n'a rien de bénéfique

train-pc-femme

 La solitude n'a rien de bénéfique

En partant le matin dans un train de banlieue ou dans le RER parisien par exemple, vous pouvez faire un constat simple : bien que l'être humain soit une des espèces la plus sociale de la planète, les gens s'ignorent dans la proximité. Dans un train de banlieue, des centaines de personnes sont assises l'une après l'autre, elles se touchent, elles sont à proximité, mais elles font tout ce qui est possible pour s'ignorer.

 

La solitude n'est pas bonne pour la santé 

Curieusement, les êtres humains ne comprennent pas les avantages de la connexion sociale, surtout dans la culture occidentale.

Les gens cherchent à tort la solitude et l'isolement, en sous-estimant les méfaits de cet isolement. Des gens rapportent fréquemment des expériences positives avec les autres, mais cherchent l'isolement d'une façon permanente et presque quotidienne.

 

Tisser des liens avec des inconnus dans un train de banlieue ne peut apporter les mêmes avantages à long terme que des liens avec vos amis bien sûr. Par contre, tisser un lien avec un étranger dans un train de banlieue peut rendre le trajet plus agréable, peut alléger la solitude, et peut enrichir chacun des participants.

 

Les participants d'une étude réalisée dans le réseau des trains de Chicago ont signalé un grand bien-être en cas d'une discussion agréable avec un étranger assis dans le train. Dans cette étude, les chercheurs ont découvert une profonde méconnaissance des conséquences psychologiques de l'interaction sociale.

 

Les chercheurs ont effectué cette expérience dans les trains de Chicago, et dans leur laboratoire, examinant un paradoxe social : pourquoi les gens qui bénéficient d'un lien social préfèrent l'isolement vis-à-vis de personnes étrangères à leur monde ?

 

Les participants étaient des usagers de train de banlieue de Chicago, et des autobus. Ces participants étaient invités à discuter avec un étranger, ou à faire le trajet dans leur solitude, ou faire ce qu'ils auraient normalement fait, et remplir un questionnaire pour mesurer les conséquences réelles d'une interaction sociale.

 

Curieusement, en majorité, les participants ont déclaré que les trois expériences étaient positives. Cependant, les personnes ayant accepté de parler avec des inconnus ont décrit une expérience positive pendant la durée de l'expérience, et au-delà de la durée de l'expérience. Discuter avec une personne inconnue dans le train a permis d'avoir moins de stress durant la journée, d'avoir des sujets de discussion, et de considérer le trajet dans les trains de banlieue de Chicago plus agréable ou moins pénible.

 

Ref:

  1. Nicholas Epley, Juliana Schroeder. Mistakenly Seeking Solitude.. Journal of Experimental Psychology: General, 2014

 

Lire la suite
5
  3137 lectures
  0 commentaires
3137 lectures
0 commentaires

Introverti : vivre et diriger discrètement

Dans ce monde conçu par les extravertis, une personne introvertie peut apparaître comme timide, incompétente, isolée, anxieuse ou déprimée.

 

femme projets idees introvertie

 

Introvertis : ces personnes discrètes et efficaces

De nombreux chercheurs pensent qu'il est possible de parler de plusieurs types de personnalité humaine. Le psychanalyste Jung a étudié la personnalité introvertie. Selon lui l'introversion est un comportement caractérisé par une distance, et un recul pour privilégier les expériences intérieures. À l'inverse d'une personne extravertie, l'introverti n'a pas besoin d'interaction sociale pour s'épanouir, au contraire il a besoin de solitude, et de paix intérieure.

D'autres psychologues ont pensé que l'introversion est une personnalité calme, réservée, tempérée, privilégiant un certain retrait social. L'introversion devient une forme de timidité ou de phobie sociale, quand elle s'accompagne de mauvaise estime de soi, de pessimisme, de perfectionnisme de culpabilité. On pense que les personnes introverties représentent 30 % de la population en général.

 

citation jung introvertis

 

Quelques idées sur les personnes introverties

Commençons d'abord par les distinguer la personne introvertie de la personne timide. La personne introvertie a besoin de silence et de solitude pour recharger son énergie, pour élaborer ses plans et ses projets. La personne timide n'est pas à l'aise dans l'interaction sociale. La personne introvertie peut être timide, mais ce n'est pas la règle. L'introversion est une motivation pour agir, la timidité est peut être un frein. Rappelons-nous de Bill Gates : il est introverti, mais pas timide. Il est réservé, mais ne prête pas attention à ce que les gens pensent de lui.

Les introvertis ne sont pas des misanthropes. Ils n'ont pas besoin des autres pour être heureux, il apprécie la présence de certaines personnes, de certaines qualités de rapports humaines. Leur force réside dans leur capacité à dépasser la solitude. Les personnes introverties préfèrent les discussions en petit comité, et les interactions face à face.

Les introvertis ne sont pas plus pessimistes que les autres, non pas une personnalité plus négative ou plus déprimée que les autres. Ces personnes préfèrent le recul, une certaine dose de solitude sans tristesse, sans refuser les relations avec les autres. Il s'agit d'une préférence.

 

Une personne extravertie devient déprimée en cas de solitude. Une personne introvertie trouve dans la solitude choisie confort et repos.

 

Il est difficile de bien identifier la personnalité introvertie. Ces personnes sont capables de jouer le rôle des extravertis dans un monde de communication, conçu pour les extravertis. En général, les personnes introverties parlent doucement, avec des mots précis. Ils ont besoin de temps pour assimiler les informations. Ils posent peu de questions, ils Ils agissent vite. Ils acceptent de se laisser guider par leur intuition.

À l'opposé, les personnes extraverties dégagent une grande assurance et sont à l'aise dans l'interaction sociale, dans les relations, donne l'impression de tout accomplir avec facilité. Cependant, ils ne laissent pas beaucoup de place à leur sensibilité ou à leur créativité.

 

Personne introvertie : intello, créateurs, et leaders de son monde

De nombreux artistes et grands penseurs — on pense ici à Albert Einstein, Marcel Proust ou Charles Darwin — étaient des gens réservés

 

La créativité est un processus qui se déroule dans un espace introverti. On a besoin de la solitude pour créer.

 

Beaucoup d'introvertis aiment et excellent dans des rôles de leaders : Bill Gates, Abraham Lincoln, Gandhi et autres. Certains hommes politiques français donnent l'image de personnes introverties.

 

 

Lire la suite
5
  4287 lectures
  0 commentaires
4287 lectures
0 commentaires

Girlfriend Experience : le sexe dans le froid urbain

Comme le film, The Girlfriend Experience, la série est une histoire de prostitution. Une jeune et jolie étudiante en droit, Christine est admise comme stagiaire dans un grand et célèbre cabinet d’avocat de Chicago. Les études coûteuses, sa libido, et son ambition personnelle vont la conduire à rejoindre, par l’intermédiaire d’une amie le monde des Escorts girls.

 

Girlfriend Experience 1

Girlfriend Experience

Brillamment interprétée par Riley Keough, la petite-fille d'Elvis Presley Riley Keough. Christine Reade est une femme intelligente qui a compris la société. Elle joue son rôle à la perfection : la comédie de la vie, du travail, où tout est écrit et appris par cœur. Rien de spontané dans un monde où l’on enregistre et filme tout. Et à certains moments, elle est presque rigide voire autiste.


Solitaire, ses relations même avec sa famille sont compliquées.
Pas d’ami, elle le répète. Elle ne fait confiance à personne, ne se livre pas, garde tout pour elle, dans un souci de maîtrise. Je n'ai pas d'amis. Je ne veux pas partager mon temps avec les gens, sauf pour accomplir quelque chose, répond Christine à sa sœur.


Ce détachement fait de Christine un personnage fascinant et frustrant dans ce monde d’aliénation économique et sexuelle. Emy Seimetz et Lodge Kerrigan ont écrit et réalisé 13 épisodes de 30 minutes à partir du film portant le même nom de Soderbergh. Les deux premiers épisodes sont médiocres.


Le premier jour, son patron David (Paul Sparks) arrête ses tentatives pour faire preuve d'initiative en lui ordonnant de simplement copier-coller les documents. Avery l'invite à prendre un verre en échange d'argent avec un avocat. Elle est enfin admirée par les hommes qui dirigent. Plus tard, quand elle a rassemblé une liste de clients, elle regarde froidement d'une fenêtre de voiture de banquette arrière à un groupe d'hommes en costumes. La dynamique de pouvoir favorise la jeune femme, pour un instant.

 

Girlfriend Experience3


La corruption est partout dans la série sauf dans le sexe : dans ce cabinet juridique, dans la famille de Michaël prête à tout pour récupérer l’héritage, dans la fausse amitié d’Avery, dans l’agence d’Escorts et dans les amours mensongers des clients. Le sexe devient un geste naturel calme et sans complexes.
Dans une société capitaliste, tout est transactionnel», explique Kerrigan. « Chaque travail est transactionnel Il y a toujours un jeu de pouvoir ». Girlfriend Experience devient à partir de quelques épisodes un tableau passionnant des relations humaines dans un contexte d’argent, d’ambition et de pouvoir. Le sexe n’est qu’une carte à jouer parmi d'autres.

 

Intimité dans un monde urbain connecté

Christine Read accepte de rencontrer des hommes, en dehors de ses heures de cours et en marge de son emploi de stagiaire dans un grand cabinet d’avocats, pour améliorer son train de vie, pour accéder à un certain confort. Loin de lui apporter la liberté désirée, elle va perdre son travail, ses études et son identité.


Le client paie pour qui je ne suis pas, dit elle. Elle est dans un monde une prison urbanisée, hiérarchisée et normalisée.


Le portrait de la prostituée moderne, indépendante, occasionnelle, cultivée, bien éduquée qui se vend cher, sélective, déterminée, ambitieuse. Internet a modifié définitivement le monde des rencontres. L’escorte est une prostituée de luxe, qui offre le sexe et l’intimité. C’est la petite amie rêvée, ou l’épouse idéale. Elle offre à ses riches clients, au-delà du sexe, du temps disponible pour les écouter.


Pour ne pas perdre le contrôle, l’étudiante a un garde-fou : le sexe, seul plaisir qu’elle s’autorise, seul moment de relâche où elle se permet de fermer les yeux. Lors de ses rencontres, elle se détend complètement et s’échappe un instant de sa difficile réalité. Elle le pensait , mais elle est surprise dans un moment d’intimité par une caméra,

Christine n’en reviendra pas. Elle atteint son plaisir en solo. Dans sa vie factice, le bonheur et l’amour semblent lui manquer cruellement, comme d’ailleurs aux autres personnages.

Le sexe et le genre sont liés dans la société moderne. L’ambition d’une femme est une question compliquée. Le sexe n'a plus un facteur déterminant dans la vie d’une femme, mais demeure toujours un jeu de pouvoir dans la société.

 

Girlfriend Experience 2


C’est quoi l'intimité, dans un contexte professionnel ou dans un contexte transactionnel, dans une société capitaliste avancée où tout a un prix ?
La première saison se termine par l’image de l’Escort en train de se masturber, pour trouver son réel plaisir.


The Girlfriend experience est une série originale, intelligente et subtile qui, si elle ne plaît pas à tout le monde, mérite d’être vue, c’est une écriture délicate et une belle réalisation.

 

 

Lire la suite
6
  2730 lectures
  0 commentaires
2730 lectures
0 commentaires

Les Gens intelligents font confiance

confiance

Les gens intelligents sont plus susceptibles de faire confiance aux autres, tandis que ceux qui ont moins de résultats selon les tests d'intelligence, font moins confiance aux autres, selon cette étude de mars 2014. Les auteurs pensent que les individus les plus intelligents sont plus capables de juger le caractère des autres, et de nouer des liens avec des gens fiables (ou peu susceptibles de les trahir).

 

Lire la suite
1
  2913 lectures
  0 commentaires
Mots-clés :
2913 lectures
0 commentaires

Suivez-nous !