Search - Advanced Portfolio Pro
Search - JEvents
Search - Easy Blog
Search SEO Glossary
plg_search_djcatalog2
Recherche - Catégories
Recherche - Contacts
Recherche - Articles
Recherche - Fils d'actualité
Recherche - Tags
Favori 

Coup de foudre : attirance ou engouement ?

amour premier regard

Coup de foudre : attirance ou engouement ?

 Vous regardez, votre cœur s’accélère, des feux d’artifice explosent dans votre esprit. Vous êtes victime du coup de foudre si loué par les films romantiques, et par les livres de romance. Le coup de foudre est difficile à expliquer. Certains jurent qu’ils ont été victimes de son pouvoir mystique (parfois plus d’une fois), tandis que d’autres l’attribuent au folklore et au fait d’avoir trop lu Roméo et Juliette ou les romans d’Austen.

Aussi romantique que cela puisse paraître dans la culture ambiante, cette expérience semble selon les études être peu susceptible d’être un véritable amour, il s’agit plutôt d’une attirance physique selon les résultats d’une étude publiée dans le numéro de décembre 2017 du Journal of the International Association for Relationship Research.

Les chercheurs ont demandé à 400 participants de dire s’ils avaient vécu l’expérience du coup de foudre, de l’amour au premier regard, et de noter à quel point ils trouvaient physiquement attirantes les personnes qui ont provoqué ce coup de foudre, puis de faire-part de leurs sentiments concernant des concepts tels que l’intimité, l’attirance, l’engagement et la passion.


32 participants ont vécu le coup de foudre sans lier cet amour au premier regard, avec engagement ou intimité.
L’attirance physique était le facteur commun dans ces expériences. La personne en face était désirable, répondant aux critères de beauté physique souhaités.
L’étude suggère que le coup de foudre n’est pas une forme d’amour, mais une forte attirance initiale parfois réciproque.


Sous la pression de la culture dominante, de nombreuses personnes attachent l’étiquette « coup de foudre » à leur relation réussie après coup. Après quelques années de mariage, une rencontre progressive et construite se transforme dans leur mémoire en coup de foudre qui
sera interprété comme un amour au premier regard, pour répondre aux normes culturelles louant le romantisme de ce genre de rencontre.

Tout le monde cherche le romantisme, mais les scientifiques décrivent une réaction biologique d’attirance physique qui libère certaines hormones dans le cerveau.
L’alchimie et la connexion qui mènent à un amour à long terme exigent un certain temps pour se développer, le coup de foudre est une réaction fulgurante.
L’attirance physique et l’amour grandissent au fur et à mesure que l’on apprend à connaître une personne.

 

coup de foudre

 

Une étude de Stephanie Cacioppo intitulée Neuroimaging of Love : MRI Meta-Analysis Évidence Toward New Perspectives in Sexual Medicine, 2010 a examiné ce qui se passe dans le cerveau lorsqu’on tombe amoureux et qu’on est en proie à l’attirance. 12— zones de cerveau travaillent ensemble pour libérer des substances chimiques et des hormones qui induisent le sentiment de tomber amoureux, tout cela se produit en seulement en un cinquième de seconde, provoquant un sentiment de « flottement sur un nuage », et d’euphorie.

Une étude de 2017 de l’université de Groningue donne d’autres indications. 92 % des personnes qui déclarent avoir vécu l’expérience ont développé une relation amoureuse longue. Il s’agit de projeter leurs sentiments actuels sur le moment de leur première rencontre. Nous avons tendance à considérer le passé à la lumière du présent, en sous-estimant les changements qui se produisent au fil du temps.

L’attirance physique comporte en soi une dose d’engouement, nous attribuons des traits de personnalité plus positifs aux personnes que nous trouvons physiquement attirantes.

 

route de madison

 

Amour, attirance et engouement

Pendant l’adolescence, le jeune adulte apprend, avec plus ou moins de difficulté à distinguer l’amour de l’engouement, l’amour de l’attirance. Les adultes peuvent avoir du mal à bien explorer leurs sentiments aussi.


Après une attirance physique, l’engouement apparait comme une sensation fulgurante, qui comble l’esprit de merveilleuses rêveries, qui pousse la personne à se lier avec l’autre, être à proximité, et à avoir des relations sexuelles avec elle. Beaucoup de relations amoureuses commencent par un engouement que les gens peuvent interpréter rétrospectivement comme un coup de foudre.
L’amour se développe progressivement. Il peut durer longtemps, devient plus profond et plus puissant au fil du temps.

L’engouement se produit presque instantanément, puissant, sans nuance, et court. Il disparait après une relation sexuelle ou en cas de refus de l’autre de s’impliquer.
L’amour accepte la personne dans sa totalité, valide ses besoins et ses projets. L’engouement s’épanouit dans la perfection, dans l’image idéalisée du partenaire. L’engouement se concentre sur le physique.

L’amour s’accompagne de sentiment d’engagement, de sécurité, alors que l’engouement s’accompagne d’anxiété, et de fatigue.

L’amour est le fait d’être amoureux d’une personne. L’engouement est le fait d’être amoureux de l’amour.
Les romances et les films romantiques montrent généralement le coup de foudre ou l’engouement. Des gens beaux et aisés se rencontrent, ont une forte attirance physique immédiate. Ces films décrivent rarement l’évolution de cesrencontres et les difficultés de construire une relation adulte de longue durée.

 

Conclusion :

Il semble que le coup de foudre soit simplement une forte attirance physique, ou une interprétation rétrospective influencée par la culture dominante. Mais ce n’est peut-être pas une si mauvaise chose. Les personnes qui déclarent avoir eu un coup de foudre avec un partenaire (qui ont créé ce souvenir ensemble) ont tendance à éprouver plus d’amour et de passion dans leur relation. C’est une façon d’embellir le souvenir du début pour compléter le tableau de leur amour et leur engagement.

 

Références
Naumann, E. 2004 : Love at first sight: The stories and science behind instant attraction. Sourcebooks, 2004

Ortigue S, Bianchi‐Demicheli and al: Neuroimaging of love: fMRI meta‐analysis evidence toward new perspectives in sexual medicine. J Sexe Med 7:3541 –3552, 2010.

Florian_Zsok and al: What kind of love is love at first sight? An empirical investigation, Personal_Relationships November 2017

 

0
Numérique, virtuel et notre réalité

Articles en lien

 

Commentaires

Pas encore de commentaire
Déjà inscrit ? Connectez-vous ici
Guest
mercredi 21 octobre 2020

Suivez-nous !