Search - Advanced Portfolio Pro
Search - JEvents
Search - Easy Blog
Search SEO Glossary
plg_search_djcatalog2
Recherche - Catégories
Recherche - Contacts
Recherche - Articles
Recherche - Fils d'actualité
Recherche - Tags
Favori 

Coronavirus 2019 (COVID-19), état des connaissances

coronavirus2019

Coronavirus 2019 (COVID-19), état des connaissances

 Covid -19 est une maladie infectieuse causée par le coronavirus récemment découvert.
Les coronavirus sont des agents pathogènes virus ARN qui peuvent affecter l’homme et l’animal. Certains coronavirus provoquent chez les humains des infections respiratoires allant du rhume à des maladies plus graves telles que le syndrome respiratoire du Moyen-Orient (transmis par les chameaux) et le syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) transmis par les chauves-souris.


Fin 2019, un nouveau coronavirus a été identifié comme l’agent pathogène des cas de pneumonie à Wuhan, une ville de la province chinoise d’Hubei.
Cette infection rapidement propagée se transforma en une épidémie dans toute la Chine, avec des cas sporadiques signalés dans le monde entier.


En février 2020, l’Organisation mondiale de la santé a désigné la maladie COVID-19, qui signifie maladie à coronavirus 2019. Le virus qui provoque le COVID-19 est appelé coronavirus 2 du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS-CoV-2).

 

 

L’état actuel de l’épidémie

Depuis les premiers cas de Wuhan, une ville du Hubei.  En Chine à la fin de 2019, plus de 80 000 cas de COVID-19 ont été signalés ; des cas confirmés après analyse, et des cas diagnostiqués cliniquement sans analyse.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) estime que l’épidémie en Chine a atteint son point culminant entre fin janvier et début février 2020. Le nombre de cas en Chine continue d’augmenter ; la majorité des rapports proviennent du Hubei et des provinces environnantes, mais de nombreux cas ont été signalés dans d’autres provinces Chinoises.

Un nombre croissant de cas a été signalé dans d’autres pays sur tous les continents, à l’exception de l’Antarctique. Le nombre de nouveaux cas en dehors de la Chine a dépassé celui de la Chine. Ces cas se sont d’abord produits parmi les voyageurs en Chine puis par ceux en contact avec les voyageurs. La transmission locale continue à provoquer des épidémies moins importantes dans certaines régions en dehors de la Chine : Corée du Sud, Italie, Iran et Japon. A ce jour, plusieurs centaines de cas sont confirmés et déclarés en France.

 

 

Transmission du coronavirus 2019 (COVID-19)

On pense que la propagation de personne à personne se fait par les gouttelettes respiratoires, comme la grippe. Compte tenu de l’incertitude actuelle, des précautions sont recommandées selon les pays et selon les risques possibles.

Une enquête épidémiologique menée à Wuhan a permis d’identifier une première association entre un marché de fruits de mer et le début de la maladie. Ce marché de fruits de mer vendait des lapins, des serpents et d’autres animaux vivants.

L’ARN viral était trouvé dans les échantillons respiratoires de patients exposés, mais sans symptômes. La transmission du virus COVID-19 à partir d’individus asymptomatiques (ou d’individus en période d’incubation) a été décrite.

L’ARN du virus COVID-19 a été détecté dans des échantillons de sang et de selles, mais on ne sait pas si ces échantillons contiennent un virus infectieux ou inactif.

 

 

Virologie du coronavirus 2019

Le séquençage du génome complet et ses analyses ont indiqué que le coronavirus COVID-19 est un bêtacoronavirus du même genre que le virus du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS), et de plusieurs coronavirus des chauve-souris. Ce virus possède un récepteur similaire à celui du coronavirus du SRAS. On ne sait pas si le virus utilise le même récepteur pour entrer dans les cellules.

Le virus à l’origine de la maladie de Covid -19 et celui du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) ont un lien génétique, mais ils sont différents. Le SRAS est plus mortel, mais il est beaucoup moins contagieux que Covid -19. Le SRAS ne s’est propagé nulle part dans le monde depuis 2003.

Le virus du syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS), un autre bêtacoronavirus, semble différent du COVID-19. Ce virus ressemble plutôt aux coronavirus des chauves-souris. Il est probable que les chauves-souris soient la source principale. On ignore si le virus COVID-19 est transmis directement par les chauves-souris ou par un autre mécanisme.

 

 

 

Possibilité de mutation coronavirus 2019

Il y a toujours la possibilité de mutation selon les expériences acquises tout au long de l’histoire de la lutte contre les virus. Ces mutations sont apparues dans plusieurs virus, dont les plus célèbres sont la grippe. Il est impossible de déterminer comment, quand et où la mutation se produit. L’OMS se concentre sur l’importance de la préparation, la capacité des infrastructures dans différents pays pour réagir rapidement et répondre à toute épidémie ou mutation virale.

 

 

Coronavirus 2019 et corps humain

Le virus se dirige vers les poumons, et affecte deux groupes spécifiques de cellules dans les poumons, les cellules caliciformes, et les cellules ciliées.

Les cellules caliciformes produisent le mucus qui forme une couche hydratante sur les voies respiratoires.

Les cellules ciliaires sont des cellules avec des cils qui luttent contre les germes et les virus.

Le virus Corona infecte ces deux groupes de cellules et commence à les détruire. C’est la pneumonie.

Le système immunitaire du corps essaie de répondre, ce qui peut entraîner une réaction inflammatoire et un œdème, et endommager les tissus sains du poumon.

 

 

Symptômes et aspects cliniques du Covid -19

Les symptômes les plus courants de la maladie du Covid -19 sont la fièvre, la fatigue et la toux sèche. Certains patients peuvent ressentir douleur et courbatures, congestion nasale, rhume, mal de gorge ou diarrhée. Ces symptômes sont généralement légers et progressifs. Certaines personnes sont infectées sans symptômes. La plupart des gens (environ 80 %) se remettent de la maladie sans avoir besoin d’un traitement spécial.

La gravité de la maladie s’intensifie chez une personne sur 6 qui développe une infection à Covid -19, souffre de difficultés respiratoires.

Le risque pour les personnes âgées et les personnes souffrant de problèmes médicaux tels que l’hypertension artérielle, les maladies cardiaques ou le diabète, est grave. Environ 2 % des personnes qui ont contracté la maladie sont décédées. Les personnes souffrant de fièvre, de toux et de difficultés respiratoires doivent consulter.

Période d’incubation : On pense que la période d’incubation du COVID-19 se situe dans les 14 jours suivant l’exposition, la plupart des cas survenant environ cinq jours après l’exposition.

L’apparition de la fièvre et des symptômes respiratoires survient trois à six jours après l’exposition. Dans une autre étude, la période d’incubation moyenne estimée est de cinq jours.

La pneumonie est la manifestation grave la plus fréquente de l’infection, caractérisée par fièvre, toux, dyspnée (difficulté de respirer) avec images d’infiltrats bilatéraux sur les examens radiologiques.


Dans un rapport du Centre chinois pour le contrôle et la prévention des maladies, 81 % des cas étaient bénins (pas de pneumonie ou pneumonie légère), 14 % étaient graves (dyspnée, hypoxie ou manque d’oxygène dans l’organisme, ou atteinte pulmonaire confirmée par la radio dans les 24 à 48 heures, et 5 % étaient critiques [insuffisance respiratoire, choc ou dysfonctionnement de plusieurs organes].

Le taux de mortalité est de 2,3 % ; aucun décès n’a été signalé parmi les cas non critiques. Selon une mission de l’OMS, le taux de mortalité variait de 2 à 4 % à Wuhan et 0,7 % dans le reste de la Chine. La plupart des cas mortels sont survenus chez des patients d’âge avancé ou souffrant d’autres maladies.

En plus des symptômes respiratoires, des symptômes gastro-intestinaux [nausées et diarrhées] ont été signalés.

Lors de l épidémie du COVID-19 sur un bateau de croisière où presque tous les passagers et le personnel ont été dépistés. 17 % ont été positifs au 20 février ; la moitié des 619 cas confirmés du COVID-19 étaient asymptomatiques au moment du diagnostic.

Les examens biologiques [analyse de sang] montrent un nombre variable de globules blancs : Leucopénie [baisse de cellules polynucléaires], de leucocytose [augmentation de cellules polynucléaires] et de lymphopénie [baisse de cellules lymphocytaires].

Selon l’OMS, le temps de guérison est de deux semaines pour les infections légères et de trois à six semaines pour les maladies graves.

Dans une étude décrivant 138 patients atteints de pneumonie COVID-19 à Wuhan, l’âge médian était de 56 ans, 99 % ont déclaré de la fièvre, 59 % ont eu une toux sèche et 35 % ont eu des myalgies [douleurs musculaires]. La dyspnée s’est développée dans 31 % des cas après une période de cinq jours de maladie.

Le syndrome de détresse respiratoire aiguë s’est développé dans 20 % des cas, et la ventilation mécanique était indispensable dans 12,3 % des cas.

Dans une étude portant sur 62 patients atteints du COVID-19 dans la province chinoise du Zhejiang, tous sauf un souffraient de pneumonie, deux seulement ont développé une dyspnée, et un seul a nécessité une ventilation mécanique.

 

 

Diagnostic du coronavirus 2019


L’approche de la prise en charge doit être axée sur la reconnaissance précoce des cas suspects, l’isolement immédiat et l’instauration de mesures de lutte contre l’infection.

Dans l’état actuel de l’épidémie, la possibilité de COVID-19 devrait être envisagée chez les patients présentant de la fièvre ou des symptômes des voies respiratoires et qui ont :
— résidé [durant les 14 derniers jours] ou voyagé dans des zones où la transmission a été signalée : Chine, Corée du Sud, Italie, Iran, Japon.

— eu récemment [durant les 14 derniers jours] un contact étroit avec un cas confirmé ou suspecté de COVID-19.

La possibilité de COVID-19 doit être envisagée en cas d’une maladie grave des voies respiratoires lorsqu’une autre étiologie [ou cause] ne peut être identifiée.

En cas de suspicion de COVID-19, des mesures de lutte contre l’infection doivent être mises en œuvre.

Dans l’état actuel, le diagnostic ne peut être confirmé par une analyse de sang, mais par une analyse des échantillons des voies respiratoires.
On conseille de prélever des échantillons pour tester le CoV-2 du SRAS dans les voies respiratoires supérieures [écouvillon naso-pharyngé et oropharyngé] et dans les voies respiratoires [crachats, aspiration ou lavage broncho-alvéolaire].
Des échantillons supplémentaires [selles, urine, etc.] peuvent être collectés. Le prélèvement d’échantillons respiratoires doit être effectué en prenant des précautions contre la contamination par l’air.

L’ARN du SRAS-CoV-2 est détecté par PCR [réaction en chaîne de la polymérase]. Un test positif confirme le diagnostic. Si le test initial est négatif, mais que la suspicion de COVID-19 persiste, l’OMS recommande de faire un deuxième échantillonnage et des tests sur plusieurs sites des voies respiratoires.

 

 

 

Traitement du coronavirus 2019


À ce jour, il n’existe ni vaccin ni médicament antiviral spécifique pour prévenir ou traiter la maladie du Covid -2019.

La prise en charge du COVID-19 consiste à assurer un contrôle de l’infection, et des soins symptomatiques pour lutter contre la fièvre, et le syndrome de détresse respiratoire aiguë.

L’OMS recommande de ne pas utiliser la cortisone et ses dérivées chez les patients atteints de pneumonie COVID-19, sauf en cas d’autres indications.

Plusieurs essais évaluent l’efficacité de certains médicaments comme le Remdesivir, ou l’inhibiteur de protéase combiné lopinavir-ritonavir, utilisé pour le traitement de l’infection par le VIH. L’efficacité est en cours d’évaluation.

Les soins à domicile sont appropriés pour les patients atteints d’une infection légère qui peuvent être isolés, de manière adéquate dans un cadre ambulatoire.

La prise en charge de ces patients devrait se concentrer sur la prévention de la transmission et sur la surveillance de l’état des patients.

 

 

 

Prévention du coronavirus 2019

 


Concernent les soignants :
Le contrôle de l’infection dans le corps soignant est essentiel. En Chine, on a estimé que dans certains groupes, 43 % des patients avaient contracté l’infection en milieu hospitalier.

Il faut conseiller aux soignants soupçonnés d’être infectés de porter un masque médical pour contenir leurs sécrétions respiratoires et de consulter.

L’OMS recommande des précautions standard, contre le contact, et contre les gouttelettes, avec protection des yeux ou du visage. Une précaution supplémentaire est justifiée en cas d’intervention risquée comme intubation trachéale, ventilation, trachéotomie, réanimation cardio-pulmonaire et bronchoscopie.

Si une chambre d’isolement [une chambre à pression négative] n’est pas accessible, le patient doit porter un masque et être placé dans une chambre privée dont la porte est fermée. Les patients, dont le COVID-19 est suspecté ou confirmé, et qui nécessite une hospitalisation, doivent être pris en charge dans un établissement équipé.

La décision d’abandonner les précautions de lutte contre les infections doit être prise en cas de disparition des symptômes cliniques et en cas de tests négatifs.

 

 

Prévention de la population
Les gens peuvent être infectés par la maladie du Covid -19 par d’autres personnes qui ont le virus. La maladie peut être transmise d’une personne à l’autre par de petites gouttelettes dispersées par le nez ou la bouche lorsque la personne atteinte de Covid -19, tousse. Ces gouttelettes tombent sur les objets et les surfaces entourant la personne. D’autres personnes peuvent développer la maladie du Covid -19 lorsqu’elles entrent en contact avec ces objets ou surfaces et touchent ensuite leurs yeux, leur nez ou leur bouche. Les gens peuvent également contracter la maladie du Covid -19 s’ils respirent des gouttelettes qui sortent de la personne atteinte de la maladie en toussant ou en expirant. Il est donc important de rester à l’écart du malade de plus d’un mètre.

Les études menées à ce jour indiquent que le virus se transmet principalement par contact avec des gouttelettes respiratoires plutôt que par voie aérienne.

Il est possible d’attraper la maladie du Covid -19 par une personne qui souffre d’une toux légère et qui ne se sent pas mal.

Le risque de transmission de cette maladie Covid -19 par les selles d’une personne infectée est limité. La propagation par cette voie n’est pas une caractéristique majeure de l’épidémie.

L’OMS conseille des mesures générales pour réduire la transmission de l’infection : le lavage des mains, l’hygiène respiratoire [couvrir sa toux], éviter tout contact étroit avec les autres, et éviter tout contact avec des animaux vivants ou morts.

Les personnes ne présentant pas de symptômes respiratoires, le port d’un masque médical n’est pas obligatoire, même si le COVID-19 est répandu dans la région ; le port d’un masque ne diminue pas l’importance des autres mesures.

Les personnes qui s’occupent de patients à domicile doivent porter un masque médical bien ajusté lorsqu’elles se trouvent dans la chambre du patient.

 

 

Mesures de santé publique mondiale
Le 30 janvier 2020, l’OMS a déclaré que l’épidémie de COVID-19 était une urgence de santé publique internationale.
l’OMS a indiqué trois priorités pour les pays : protéger les soignants, inciter à protéger les personnes âgées et les malades chroniques et aider les pays vulnérables.

L’OMS ne recommande pas de restrictions aux voyages internationaux, mais reconnaît que la restriction des déplacements peut être temporairement utile dans certains contextes.
L’OMS conseille aux voyageurs en provenance de zones où la transmission du virus COVID-19 est en cours de se soumettre à un contrôle médical en cas de fièvre, ou de toux.

En Allemagne, 114 voyageurs revenant de Wuhan ont été considérés comme asymptomatiques lors du contrôle d’entrée, mais deux d’entre eux ont été testés positifs au virus COVID-19 par PCR. Le rôle des patients asymptomatiques dans la transmission de l’infection à d’autres personnes, et l’intérêt des tests PCR sur les personnes asymptomatiques reste incertain.

 

 

Prévention individuelle du Covid -19


Lorsque vous visitez des marchés d’animaux vivants, évitez tout contact direct avec les animaux et les surfaces en contact avec les animaux.

Assurez-vous de suivre les bonnes pratiques de sécurité alimentaire en évitant les éléments crus ou suspects.

Lavez-vous régulièrement les mains régulièrement en les frottant avec un désinfectant à l’alcool ou en les lavant avec du savon.

Gardez une distance d’au moins un mètre entre vous et toute personne qui tousse ou éternue.

Évitez de toucher vos yeux, votre nez et votre bouche, après avoir touché des objets ou de surfaces pouvant être infestés.

Couvrir votre bouche et votre nez par votre coude plié ou par un mouchoir jetable.

Restez à la maison si vous vous sentez malade. Si vous avez de la fièvre, de la toux ou des difficultés respiratoires, suivez les instructions des autorités sanitaires.

On ne sait pas avec certitude combien de temps le virus reste vivant sur une surface, il semble être similaire à d’autres coronavirus. Des études indiquent que les virus Corona peuvent rester en vie sur les surfaces pendant quelques heures ou plusieurs jours. Cela peut varier en fonction du type de surface, de la température ou l’humidité.

Si vous pensez qu’une surface peut être contaminée, nettoyez-la avec un antiseptique. Lavez-vous les mains en les frottant avec un nettoyant à l’alcool ou en les lavant avec du savon et de l’eau, et évitez de vous toucher les yeux, la bouche ou le nez.

Le virus ne peut pas être transmis par les piqûres de moustiques.

Le froid et la neige ne peuvent pas tuer le nouveau coronavirus.

Les sèche-mains ne sont pas efficaces pour éliminer le virus Corona.

Dans certains cas, des patients guéris du Covid -19 l’ont contracté à nouveau après leur guérison.

Le virus Corona est plus virulent pour les hommes que pour les femmes.

 

 

 

Populations particulières
Un minimum d’informations est disponible concernant la maladie COVID-19 pendant la grossesse. Dans deux rapports, il n’y avait aucune preuve de la transmission du virus au nouveau-né. Dans d’autres études, deux cas d’infection néonatale ont été documentés.

L’approche de la prévention des femmes enceintes devrait être similaire aux autres personnes. Les nourrissons nés de mères dont le COVID-19 est confirmé doivent être considérés comme des patients sous investigation et doivent être isolés et évalués.

On ignore si le virus peut être transmis par le lait maternel. La transmission par gouttelettes pourrait se faire par contact étroit pendant l’allaitement. Une hygiène des mains et l’utilisation d’un masque pendant l’allaitement, ou l’utilisation de tire-lait pour une alimentation de lait maternel par biberon.

 

 

Références

World Health Organization. Director-General's remarks at the media briefing on 2019-nCoV on 11 February 2020.

World Health Organization. Novel Coronavirus (2019-nCoV) technical guidance. https://www.who.int/emergencies/diseases/novel-coronavirus-2019/technical-guidance, on February 14, 2020.

European Centre for Disease Prevention and Control. Novel coronavirus in China. https://www.ecdc.europa.eu/en/novel-coronavirus-china, January 23, 2020.

Hoehl S, Berger A, Kortenbusch M, et al. Evidence of SARS-CoV-2 Infection in Returning Travelers from Wuhan, China. N Engl J Med 2020.

Zou L, Ruan F, Huang M, et al. SARS-CoV-2 Viral Load in Upper Respiratory Specimens of Infected Patients. N Engl J Med 2020.

Rothe C, Schunk M, Sothmann P, et al. Transmission of 2019-nCoV Infection from an Asymptomatic Contact in Germany. N Engl J Med 2020.

Kupferschmidt K. Study claiming new coronavirus can be transmitted by people without symptoms was flawed. Science. February 3, 2020.

Yu P, Zhu J, Zhang Z, et al. A familial cluster of infection associated with the 2019 novel coronavirus indicating potential person-to-person transmission during the incubation period. J Infect Dis 2020.

Zhu N, Zhang D, Wang W, et al. A Novel Coronavirus from Patients with Pneumonia in China, 2019. N Engl J Med 2020; 382:727.

Lu R, Zhao X, Li J, et al. Genomic characterisation and epidemiology of 2019 novel coronavirus: implications for virus origins and receptor binding. Lancet 2020; 395:565.

Huang C, Wang Y, Li X, et al. Clinical features of patients infected with 2019 novel coronavirus in Wuhan, China. Lancet 2020; 395:497.

Chen N, Zhou M, Dong X, et al. Epidemiological and clinical characteristics of 99 cases of 2019 novel coronavirus pneumonia in Wuhan, China: a descriptive study. Lancet 2020; 395:507.

Wang D, Hu B, Hu C, et al. Clinical Characteristics of 138 Hospitalized Patients With 2019 Novel Coronavirus-Infected Pneumonia in Wuhan, China. JAMA 2020.

Wu Z, McGoogan JM. Characteristics of and Important Lessons From the Coronavirus Disease 2019 (COVID-19) Outbreak in China: Summary of a Report of 72 314 Cases, From the Chinese Center for Disease Control and Prevention. JAMA 2020.

Shi H, Han X, Jiang N, et al.. Radiological findings from 81 patients with COVID-19 pneumonia in Wuhan, China: a descriptive study. Lancet 2020.

Chang, Lin M, Wei L, et al. Epidemiologic and Clinical Characteristics of Novel Coronavirus Infections Involving 13 Patients Outside Wuhan, China. JAMA 2020.

Xie X, Zhong Z, Zhao W, et al. Chest CT for Typical 2019-nCoV Pneumonia: Relationship to Negative RT-PCR Testing. Radiology 2020; :200343.

Chen H, Guo J, Wang C, et al. Clinical characteristics and intrauterine vertical transmission potential of COVID-19 infection in nine pregnant women: a retrospective review of medical records. Lancet 2020.

0
Coronavirus 2019 (COVID-19) : état de connaissance...
Le couple d’abord OU comment réussir le couple heu...

Articles en lien

 

Commentaires

Pas encore de commentaire
Déjà inscrit ? Connectez-vous ici
Guest
mercredi 21 octobre 2020

Suivez-nous !