Search - Advanced Portfolio Pro
Search - JEvents
Search - Easy Blog
Search SEO Glossary
plg_search_djcatalog2
Recherche - Catégories
Recherche - Contacts
Recherche - Articles
Recherche - Fils d'actualité
Recherche - Tags

Relaxation : principes, avantages, et limites

relaxation meditation

 

Relaxation : principes, avantages, et limites 


Le terme relaxation se définit par la diminution ou la suppression d'une tension. La relaxation musculaire est synonyme d'un relâchement, ou d'une décontraction.
Au milieu du XXe siècle, le terme relaxation désigne en anglais une méthode thérapeutique de détente et de maîtrise des fonctions corporelles, par de procédés psychologiques. Progressivement, ce terme d'est entendu, devint synonyme de repos et de détente.
La relaxation devient un état de détente accompagnée du bien-être subjectif, une détente physique ou psychologique, une diminution de tension mentale.

 

Fondement scientifique

La relaxation fait partie de techniques psychocorporelles, qui passent par le corps pour apaiser l'esprit.
L'approche de la relaxation soulève les mêmes problèmes que l'approche psychosomatique, des problèmes qui surgissent dès qu'il est question d'envisager le lien entre l'organique, et le psychique. Chaque auteur développe sa méthode, à partir de la nature de la relaxation telle qu'il la conçoit.
Le fondement scientifique de la relaxation demeure discutable. Il n'existe aucune preuve que l'esprit conscient peut modifier la tension musculaire ou le rythme cardiaque. Cependant, la relaxation permet réellement un état de bien-être, de confort capable, à son tour, d'améliorer l'anxiété ou la tension psychique ou musculaire.

relaxation training

 

Les méthodes de relaxation

Dans sa forme la plus simple, il s'agit d'une simple détente corporelle dans un lieu calme et apaisant. Dans sa forme thérapeutique, c'est un apprentissage progressif. Les résultats de la relaxation sont positifs chez nombreux patients. Dans certains cas la relaxation ne donne aucun résultat. L'adhésion du patient est primordiale pour la réussite de la relaxation.
La relaxation exige un apprentissage de la détente musculaire accompagnée d'une maîtrise de respiration. Tout commence par une prise de conscience de son corps, ses muscles, et des liens entre émotions, pensées, et manifestations du corps sous forme de tension musculaire, de fatigue, irritabilité, anxiété, etc.
Chaque méthode de relaxation passe par les étapes indispensables à construire une prise de conscience des sensations corporelles pour favoriser une maîtrise utile de la respiration, et de l'État mental.
Les méthodes les plus anciennes sont la relaxation progressive de Jacobson et la méthode du training.
La relaxation est divisée en deux groupes : les méthodes passives qui s'appuient sur la suggestion et sur la détente. Parmi ces méthodes, on cite le training de Schultz, et la méditation. Les méthodes actives nécessitent une participation volontaire du patient. Parmi ces méthodes, on cite la plus célèbre : la relaxation progressive de Jacobson.


abs11.5 orange La relaxation progressive de Jacobson
Cette méthode trouve ses origines dans les travaux de Jacobson sur la physiologie du système neuro musculaire. Jacobson a remarqué que l'être humain réagit plus fortement quand il est tendu. A A l'inverse, lorsqu'il est détendu, l'humain ne manifeste pas un excès de réaction.
Jacobson pensait que tout phénomène émotionnel s'accompagnait de modifications de la tension de certains groupes musculaires. Il définit la relaxation par l'absence de toute contraction musculaire. Le muscle à l'état de repos aurait un tonus normal. Cette relaxation musculaire à l'état pur serait accompagnée d'une détente mentale liée à une mise au repos du cortex cérébral.


La relaxation progressive est une méthode lente, progressive, comportant quatre stades :
- Premier stade : la relaxation locale
Il s'agit de solliciter successivement les groupes musculaires volontaires de bras, de jambes, du troc, épaules, du cou, les muscles de la face, et les muscles de la respiration. À ce stade, le sujet en position allongée sur le dos, dans le calme et l'immobilité, exécute des exercices utiles pour arriver à la relaxation. Par Exemple l'exercice du bras consiste à fléchir l'avant-bras sur le bras en contactant le biceps. La personne prendra conscience de la sensation qui accompagne la contraction des muscles antérieurs des bras. En deuxième temps, la personne laisse tomber l'avant-bras sur le lit, pour constater la disparition de la sensation de contractions. Jacobson insiste sur le fait que l'exercice n'est qu'un moyen pour parvenir à une écoute musculaire permettant d'affiner les sensations et de les comprendre.

- Deuxième stade : la relaxation générale
Ce stade est consacré à la possibilité d'obtenir une détente globale de tout le corps avec disparition progressive de l'activité mentale. Les séances sont effectuées une à trois fois par semaine selon les cas, sous le contrôle du médecin ou d'un entraîneur.

-Troisième stade : la relaxation différentie
Il s'agit pour le sujet d'utiliser la faculté acquise de se relaxer dans son activité quotidienne, de ne solliciter que les groupes musculaires indispensables à l'action.


- Quatrième stade : c'est le dernier stade de la relaxation de Jacobson, qui consiste à prendre conscience de tensions musculaires accompagnant les états affectifs et émotionnels ; c'est-à-dire les états qui échappent à alors volonté.
La méthode de Jacobson était populaire dans les pays anglo-saxons en dépit de la difficulté de son apprentissage.

 

abs11.5 orange Le training, ou la relaxation concentrative
C'est une méthode analytique, nommée aussi méthode de décontraction concentrative. Cette méthode a été inventée par Schultz, à partir des travaux sur l'autohypnose.
La méthode de Schultz comporte deux cycles : le cycle inférieur, et le cycle supérieur. Dans le cycle inférieur, comportant six étapes, le training se pratique dans une pièce calme, demi-obscure, dans de vêtements confortables.
En position assise dans un fauteuil, les bras reposent sur les accoudoirs, les cuisses sont bien appuyées, ou en position allongée sur une chaise ou sur un tabouret. Le sujet est invité à fermer les yeux pour favoriser la concentration sur la formule suivante : mon bras est tout à fait lourd. L'exercice commence avec un seul bras, pour tenter d'induire mentalement la pesanteur. Chaque exercice est suivi d'une reprise caractérisée par une flexion et une extension rapide du bras. En général, après une dizaine de jours, la sensation de pesanteur s'installe rapidement. Elle irradie vers les autres membres dans un processus de généralisation selon Schulz.
L'expérience de la chaleur dure deux à trois semaines. Le sujet se concentre mentalement sur une formule de genre mon bras est chaud. Après un ou deux jours, une sensation de chaleur peut s'intensifier et irradie aux quatre membres.
Le troisième exercice consiste à découvrir les pulsations cardiaques. La formule est : mon cœur bat. Cet exercice de régulation cardiaque exige deux ou trois semaines d'entraînement. Après avoir effectué les quatre premiers exercices, le sujet passe à d'autres exercices concernant les autres parties du corps. Après un entraînement de 6 à 10 semaines, le sujet a acquis la capacité d'accéder à une relaxation physiologique, utile, accompagnée d'un détachement mental. Après plusieurs mois d'exercice régulier, le sujet peut éventuellement accéder aux cycles supérieurs du training, une méthode de psychothérapie profonde qui permet une déconnexion et une plongée dans l'inconscient.

 

relaxation

abs11.5 orange Autres méthodes de relaxation


abs11.5 bleu1 La régulation du tonus musculaire
Il s'agit d'une technique dérivant de la méthode de Schultz. C'est une thérapie visant à obtenir par la suggestion la disparition du symptôme. L'accent est mis sur le caractère actif de cette méthode. Le patient étant formé avec précision, assume la responsabilité de son évolution. Il faudra des exercices tous les jours, à une heure précise. Les exercices sont des variantes du training de Schultz renforcés par le rôle suggestif du thérapeute.


abs11.5 bleu1 L'hypnose fractionnée progressive,
C'est une méthode dérivée des exercices de Schultz. Durant les trois premières semaines, le patient apprend les exercices de pesanteur et de chaleur proposée par Schultz. Le rôle du médecin est d'entraîner son patient dans un état d'hypnose en fixant le doigt du médecin à 20 cm de ses yeux. Une fatigue musculaire va entraîner une vision brouillée et la fermeture des paupières. Dans la troisième phase, le médecin adopte une attitude analytique active examinant avec le patient les situations conflictuelles. Les séances vont modifier la relation entre le patient et ses conflits.


abs11.5 bleu1 Le yoga
Il s'agit d'une méthode inspirée d'une discipline philosophique tendant à la maîtrise de l'esprit et du corps. Les positions adaptées, dont la plus célèbre est celle du lotus rappelle les attitudes de méditation des moines bouddhistes qui mobilisant leurs forces psychiques, pour atteindre un état mystique qui va les conduire vers l'autre rive du détachement absolu.


Les bienfaits de la relaxation

Ces techniques permettent de contrôler les composantes somatiques de troubles nerveux, en favorisant un sentiment d'épanouissement, de bien-être, et de relation pacifiée avec son corps et ses muscles. Ces exercices sont utiles pour lutter contre les attaques de panique, contre les crises d'angoisse contre le stress chronique. Quant à la méditation, elle permet une nouvelle façon de percevoir la réalité, d'avoir une lucidité différente, et de vivre dans une sérénité apaisante.


La relaxation préventive,

C'est une méthode utilisée chez les sujets sans symptômes. Cette relaxation préventive est jugée utile pour lutter contre la pression de la vie moderne, pour alléger le stress, garder sa santé mentale et physique. La relaxation préventive permet de lutter contre les facteurs de tension : bruits, nuisance visuelle, conditions de travail, réduction de l'espace vital, anxiété face à un système social compétitif, manque de sommeil.
La relaxation est utile sur le plan émotionnel. La relaxation favorise la réduction des manifestations corporelles violentes en cas d'émotions fortes comme l'accélération de rythmes cardiaques et respiratoires, la pâleur ou les modifications de sécrétions salivaires.
La relaxation préventive peut développer la possibilité d'un repos efficace permettant au sujet d'éliminer ses tensions et de n'utiliser que le minimum d'énergie nécessaire à son activité.
La relaxation préventive peut aider le patient à lutter contre la douleur, en allégeant les composantes psychologiques de la douleur, et en réduisant la tension musculaire.
La relaxation possède de nombreux effets positifs, diminuant la tension artérielle, le rythme fréquence cardiaque et la fréquence respiratoire.


La relaxation en médecine psychosomatique

La relaxation associée à un traitement médical adéquat peut obtenir de bons résultats dans le traitement de l'hypertension artérielle. C'est le cas également dans d'autres manifestations comme la palpitation ou la tachycardie. Certains troubles respiratoires comme l'asthme peuvent bénéficier de la relaxation. Les manifestations émotionnelles qui perturbent le système digestif peuvent aggraver certaines lésions comme l'ulcère gastro duodénal, ou les colites spasmodiques. La relaxation peut aider en réduisant la douleur, ou la diarrhée.
Au niveau cutané, la peau fait partie avec la bouche des organes influencés par le stress et la tension. Dans certains cas, la relaxation peut être utile dans le traitement dermatologie.


La relaxation en neuropsychiatrie

La relaxation est indiquée dans les troubles du système nerveux, comme la céphalée, la migraine, le bégaiement, l'insomnie, ou dans les phobies ou l'anxiété. L'indication de la relaxation et dépend de la tension émotionnelle, et le degré d'angoisse du patient. Le médecin peut associer la relaxation à d'autres traitements médicamenteux, ou psychologiques.
La relaxation peut être indiquée dans d'autres maladies comme le trouble de fatigue chronique et la céphalée de tension.

 

Lire la suite
2
  2489 lectures
 0 commentaires
Mots-clés :
2489 lectures
0 commentaires

Stress : de la simple fatigue à Tako Tsubo

stress

 

Stress : de la simple fatigue à Tako Tsubo 

Le stress est une réaction de l'organisme pour faire face à une menace ou à une situation nouvelle. Le stress n'est pas une maladie, mais peut provoquer de nombreuses maladies.

Le stress est une réaction variable selon les personnes, selon la culture, selon la personnalité, et selon le style de vie. Le stress est différent d'une personne à l'autre, dans son intensité et dans son origine. Ce qui est stressant pour une personne, est moins stressant pour une autre, une personne peut tolérer des doses élevées de stress, une autre personne sombre dans l'anxiété ou la dépression en subissant les mêmes doses ou des doses plus faibles. Autrement dit, nous ne sommes pas tous égaux devant le stress, nous devons chercher des solutions pour contrer le stress d'une façon personnelle.

Les stress est indispensable pour s'adapter aux situations nouvelles comme le mariage, ou l'arrivée d'un enfant dans le couple, le décès d'un parent etc. Ce qui compte, c'est la gestion du stress, c'est de savoir se reposer, se relaxer, évacuer la tension pour repartir ensuite.


Un événement stressant mal négocié vous prive de vos capacités de traiter d'autres événements. En cas de stress mal géré, tous vos problèmes semblent être d'une importance égale, et le stress vous domine.
L'absence de symptômes ne signifie pas l'absence de stress. Après un examen par exemple, l'organisme se repose profitant d'un moment de détente.  Si l'organisme continue à être " agité " et en éveil, avec des symptômes même minimes comme l'irritation, il est important de détecter le stress, de chercher comment alléger cette agitation et cette tension.

 

Stress et maladies

Certains patients mettent l'accent sur les liens entre le stress et maladies. Bien que le stress ne soit jamais mis en cause dans le déclenchement d'une lésion, certains médecins constatent qu'il joue un rôle important dans la réaction de l'organisme et dans l'évolution de certaines maladies.

Le Stress fait partie des facteurs de risque des maladies cardio-vasculaires (infarctus, hypertension), des maladies du système immunitaire (asthme, eczéma) et des maladies gastro-intestinales (gastrite, ulcère), et contribue à l'aggravation de maladies neurologiques (migraines, névralgies) etc.

1- Stress et pathologies cardiaques
L'association entre les maladies cardiaques et stress a été largement étudié. Les patients compétitifs à forte personnalité sont les premières victimes des maladies cardiaques, non pas à cause de la compétitivité mais en raison de leur réaction à l'hostilité ambiante : réaction forte et stressante.
La colère n'est pas la seule émotion associée au stress capable de déclencher une pathologie cardiaque, d'autres émotions sont à citer : comme l'anxiété qui s'associe aux crises cardiaques et arythmies.
Le stress, comme réponse aux agressions ambiantes, entraîne une hyperactivité cardiaque et une hypertension de tension artérielle transitoire. L'émotion intense augmente le travail du cœur, augmentant le besoin du sang en oxygène, pouvant provoquer un infarctus.

2- Ulcère et stress
On a associé longtemps le stress aux ulcères gastriques. En 1980, Marshall un jeune médecin australien émit une hypothèse médicale nouvelle : la plupart des ulcères serait provoqué par une bactérie. Marshall avala une dose d'Helicobacter pylori, et développa un ulcère, se traita lui-même par antibiotiques et bismuth et changea de manière définitive le traitement de l'ulcère. Maintenant, grâce à Marshall, le traitement des ulcères a changé mais certains facteurs restent favorisants : tabac, stress, régime alimentaire.

3- Stress et abus de substance
Certains patients stressés cherchent un soulagement dans une consommation excessive d'alcool. D'autres habitudes peuvent être observées : abus de substance (Drogues), tabac, suralimentation, isolement social.

4- Stress et aggravation de certaines maladies
Le stress est responsable de l'aggravation de certaines maladies cutanées (psoriasis, eczéma), de maladies respiratoires (asthme, allergie), de maladies gynécologiques (syndrome pré - menstruel), et psychologique (dépression).

5- Stress et vie sexuelle
Le stress peut être la cause de plusieurs perturbations sexologiques comme chez la femme : Anorgasmie, dyspareunie, et chez l'homme : éjaculation précoce et manque d'érection. Egalement, le stress provoque une baisse de libido dans le couple et un manque d'intérêt pour la rencontre sexuelle.

 

Le Tako Tsubo ou syndrome du coeur brisé

Cette pathologie identifiée au Japon dans les années 90 et connue sous le nom de " Tako Tsubo, une maladie cardiaque liée au stress à répétition. Les symptômes ressemblent à ceux de l'infarctus sous forme de douleur dans la poitrine et dans le bras gauche. Cependant, il n'existe pas d'infarctus.
Les médecins appellent cette maladie une cardiomyopathie de stress. Il s'agit d'un trouble fonctionnel du ventricule cardiaque gauche plus fréquent chez les personnes exposées au stress, physique ou émotionnel. Selon les statistiques, cette maladie affecte essentiellement les femmes dans 89 % des cas.
Le mécanisme de cette maladie est inconnu. Par contre, on retrouve toujours une histoire de stress, comme le décès du conjoint, la violence domestique, problèmes financiers, catastrophes naturelles, et l'annonce de maladies graves. Les symptômes ressemblent étrangement à l'infarctus du myocarde, mais les études de l'irrigation cardiaque sont normales, ainsi que l'électro cardiogramme.

Références
Sato, H, Taiteishi, et al. Takotsubo-type cardiomyopathy due to multivessel spasm. In: Clinical aspect of myocardial injury: From ischemia to heart failure, Kodama, K, Haze, K, Hon, M (Eds), Kagakuhyouronsha, Tokyo 1990. p.56.
Medeiros K, O'Connor MJ, Baicu CF, et al. Systolic and diastolic mechanics in stress cardiomyopathy. Circulation 2014; 129:1659.
Dastidar AG, Frontera A, Palazzuoli A, Bucciarelli-Ducci C. TakoTsubo cardiomyopathy: unravelling the malignant consequences of a benign disease with cardiac magnetic resonance. Heart Fail Rev 2015; 20:415.

 

Lire la suite
3
  1686 lectures
 0 commentaires
Mots-clés :
1686 lectures
0 commentaires

Gérer le stress au travail

travail stress

 

Gérer le stress au travail

Chacun comprend le danger de stress sur sa vie personnelle, émotionnelle et professionnelle. Le stress peut altérer notre qualité de vie, peut nous rendre malheureux, tendus, insatisfaits, le stress peut favoriser des maladies comme la dépression, l'insomnie, les maladies cardio-vasculaires ou d'autres. Le stress est la sixième cause de décès aux États-Unis après les maladies cardiaques, le cancer, accident de la route, cirrhose du foie et suicide.

Le travail n'est généralement pas, une source de stress aigu ou sévère ; par contre le travail peut provoquer un stress chronique et l'accumulation d'épisodes stressants finit par épuiser.
Les responsabilités, la disponibilité, les nécessités professionnelles, la compétition exigent de chacun une adaptation permanente, parfois difficile, et pénible.

 

Alléger le stress au travail

Soyez positifs vis-à-vis de votre travail en évitant de penser aux difficultés comme un ensemble insurmontable, mais pensez à des tâches bien distinctes, réalisables l'une après l'autre.


Essayez de finir "définitivement" les tâches que vous avez commencées, un dossier ouvert nécessitera des efforts pour accomplir la tâche exigée, puis le fermer définitivement. Menez les tâches à leur terme signifie, pour vous, moins de stress, et une facilité d'organisation.


Organisez votre travail d'une façon raisonnable, avec la même assiduité pendant toute la durée de votre travail. Reposez-vous quelques minutes entre deux tâches, cela soulage le stress, et peut améliorer votre productivité.

Cherchez la légèreté et la bonne humeur durant votre présence au travail. Le pessimisme est un point de vue, l'optimisme aussi. Une personne pessimiste n'a pas plus de raison (de se plaindre ou de se lamenter ou de noircir la réalité) que les personnes optimistes.

Gardez confiance dans vos moyens, vous avez réussi par le passé à réaliser des tâches professionnelles délicates, vous pouvez toujours refaire l'exploit.

Essayez de faire face aux difficultés professionnelles, sans tricher, sans chercher des solutions intermédiaires. Affronter une tâche est largement moins stressant que de redouter les difficultés relatives à la réalisation de cette tâche.

Créez votre propre environnement où vous êtes isolé à l'abri des pressions et des intrusions des autres. Cela vous permet de faire votre travail à votre rythme, selon vos capacités, et selon votre propre organisation.

Ne négligez jamais l'organisation. Le désordre exige une adaptation supplémentaire pour faire face à l'imprévu, l'organisation vous permet de réaliser les tâches professionnelles avec moins de stress, et moins d'anxiété.

Essayez de savoir ce que vous ne savez pas. Prenez le temps de vous informer, pour vous adapter aux nouveautés. Le temps de formation vous permettra d'économiser du temps dans la réalisation des tâches, et pourrait diminuer votre stress.

Évitez les personnes pessimistes et anxiogènes, dans le milieu professionnel comme dans le milieu social. Le stress peut être contagieux, une personne angoissée peut vous rendre anxieuse ou stressée.

Sachez offrir votre empathie et votre soutien aux autres, selon votre disponibilité, et selon vos moyens, en refusant l'intrusion des autres dans votre vie professionnelle ou personnelle.
Ce qui est à l'origine du stress, ce n'est pas la situation dans laquelle on se trouve, mais ce sont les pensées négatives. L'employé peut alléger le stress professionnel, en participant à l'amélioration et à l'adaptation des conditions de travail.

Pratiquez une activité physique.  Chacun peut améliorer sa capacité à résister et à gérer le stress professionnel en pratiquant par exemple une activité physique qui permet au cerveau de dégager des endorphines, d'améliorer l'humeur, de combattre l'anxiété, et permettre une meilleure qualité de sommeil.

Cherchez la relaxation. La relaxation permet à l'organisme de se défaire de la tension engendrée par le stress lié au travail. La relaxation peut prendre plusieurs formes comme une activité sportive légère, ou simple promenade en famille dans le but de se changer les idées. D'autres personnes cherchent la relaxation dans les activités artistiques ou dans l'écoute de la musique ou dans la lecture.

Soignez votre nourriture. Bien manger permet à l'organisme de mieux résister au stress, de bien gérer les tensions professionnelles. Les nourritures saines variées, englobant tous les groupes alimentaires, riches en légumes et en fruits améliorent nettement la résistance de l'organisme. Essayer de prendre les repas à des heures régulières, sans excès, en évitant les aliments lourds à digérer.

Veillez à éviter le lien pathologique entre le stress et la nourriture, si le sucre ou le chocolat allège le stress, cette amélioration est éphémère et peut être un facteur d'obésité.
Une bonne alimentation exige de se réhydrater suffisamment, en buvant de l'eau, et en évitant les boissons sucrées ou salées.

Améliorez vos relations. La solitude peut encourager le stress, alors que le soutien social et les relations interpersonnelles améliorent la gestion du stress professionnel et social. Vous pouvez améliorer votre gestion du stress professionnel en établissant des relations de soutien et de confiance dans votre vie professionnelle et personnelle. Ses relations vous permettent de dépasser certaines frustrations, d'échanger les expériences avec les autres, et de recevoir leur soutien. Apprendre à accepter le soutien des autres est un élément important dans les relations interpersonnelles utiles. Ce genre de relation de soutien aide aussi à réduire le risque de dépression, d'améliorer la santé physique et mentale, et de cultiver une attitude positive.

Trouvez des solutions. La recherche de solutions au stress lié au travail peut s'améliorer par les discussions avec les amis, les collègues, les membres de la famille, ou par la consultation de personnes compétentes dans ce domaine.


Trouvez l'équilibre entre famille et travail. Cet équilibre est nécessaire à l'harmonie sur le plan physique, mental, et émotionnel. Il s'agit de bien partager le temps disponible entre la vie professionnelle, la vie familiale, et le temps nécessaire au repos et à la récupération. Ce partage nécessite un examen minutieux des priorités, de savoir refuser, de savoir accepter, et de planifier d'une façon raisonnable le temps disponible.

En cas de difficultés concernant cet équilibre indispensable entre la vie de famille et la vie au travail, il est utile d'étudier les possibilités pour aménager son temps de travail, ou pour chercher avec l'employeur des modalités pouvant encourager cet équilibre et réduire ainsi votre stress lié au travail.

 

Lire la suite
4
  1575 lectures
 0 commentaires
1575 lectures
0 commentaires

Hypertension artérielle : trouvez le bon chiffre

hypertension arterielle

 

Docteur, quelle est la tension artérielle optimale pour moi ?

Depuis de nombreuses années, aucun médecin ne peut répondre à la question de son patient : quelle est la tension artérielle que je dois avoir pour éviter les problèmes ? Votre médecin vous répondra : autour de 14 / 10.
Dans les années 1950, les médecins pensaient que la pression devrait être simple : 100 plus l'âge de la personne. Donc, à l'âge de 60 ans, la tension normale était de 160.

En 1991, de nombreuses études ont confirmé que la tension artérielle inférieure à 150 est un chiffre pour prévenir les crises cardiaques et les accidents vasculaires.

Actuellement, les comités scientifiques recommandent une pression artérielle systolique de 140, et 150 chez les personnes âgées de 60 ans et plus, en faisant valoir qu'il n'y a pas de données scientifiques convaincantes montrant qu'il est utile d'avoir une pression sanguine inférieure à ces chiffres.


C'est quoi la tension ? C'est quoi une hypertension artérielle ?

La tension artérielle est la pression du sang sur les parois des vaisseaux surtout les artères.

Le chiffre 14 est la tension systolique (quand le cœur se contracte) et le chiffre 10, la tension artérielle basse ou diastolique, celle quand le coeur se repose. Ces chiffres 14/10 sont un compromis entre les risques de l'hypertension et les effets secondaires des médicaments, et surtout un seuil important chez les personnes âgées qui ont besoin d'une tension légèrement plus élevée pour irriguer le cerveau. L'hypertension artérielle est une maladie caractérisée par une augmentation de ces chiffres en raison de la résistance des parois artérielles (rigidité).


Des données plus récentes

Les études récentes confirment qu'une tension inférieure à 120 réduit de 30 % le risque de crises cardiaques, d'insuffisance cardiaque et d'accident vasculaire cérébral et réduit la mortalité de 25 %. Ces études proposent d'aider les patients à atteindre une pression artérielle de 120 et non plus de 140 ou 150.

Une pression systolique de 120 pourrait être une bonne chose chez les personnes en bonne santé. Les études déconseillent de chercher à atteindre ce chiffre en utilisant des médicaments en raison des effets secondaires qui vont annuler tout avantage. Les personnes âgées pourraient être particulièrement vulnérables à une pression artérielle trop basse.

Dans les études récentes, il n'est pas facile de baisser la tension artérielle à 120. Pour y arriver, certains patients sont obligés de prendre trois médicaments par jour. Le coût financier n'est pas un problème dans le traitement de l'hypertension, 90 % des médicaments sont disponibles en générique. Par contre, les effets secondaires posent un réel problème.

 

Une pression artérielle autour de 120 semble réduire le risque cardio-vasculaire et les accidents vasculaires cérébraux, par contre, il est difficile dans l'état actuel de prétendre que cette tension artérielle à 120 protège les patients, des maladies rénales et de la démence vasculaire.

 

Les directives européennes conseillent une pression artérielle inférieure à 150 sauf chez les personnes âgées. Ces directives ne sont pas en contradiction avec les études récentes.

 

Lire la suite
2
  2113 lectures
 0 commentaires
2113 lectures
0 commentaires

Notre personnalité influence notre santé

cynisme dr house

Nos personnalités et nos comportements influencent notre santé. Notre comportement en société, nos réactions vis-à-vis des autres et vis-à-vis de notre environnement conditionnent notre santé mentale et notre santé physique.

 

Lire la suite
4
  2325 lectures
 0 commentaires
Mots-clés :
2325 lectures
0 commentaires

Suivez-nous !