Search - Advanced Portfolio Pro
Search - JEvents
Search - Easy Blog
Search SEO Glossary
plg_search_djcatalog2
Recherche - Catégories
Recherche - Contacts
Recherche - Articles
Recherche - Fils d'actualité
Recherche - Tags

Encyclopédie: santé mentale

Somatisation : définition, généralités, prise en charge

somatisation tableau art abstrait

 

Somatisation : définition, généralités, prise en charge

La somatisation peut surgir selon nombreuses modalités :

abs11.5 rose 1) La somatisation comme accompagnement d’une maladie physique

Dans ce cas, la somatisation est un comportement adaptatif. Toutes les maladies ont une composante émotionnelle qui mérite l’attention du médecin et de la famille. Selon le contexte, la somatisation en cas de maladie physique exprime une détresse liée à sa maladie. Par exemple, se plaindre de douleur après une radiothérapie sans raison organique peut être interprété comme le désir du patient d’être rassuré sur l’efficacité de la radiothérapie et sur sa guérison.
La somatisation dans ce cas est une réaction émotionnelle à la maladie, et son traitement devrait prendre en compte ses origines psychologiques et qui peuvent influencer positivement ou négativement le traitement de la maladie d’origine.

abs11.5 rose 2) La somatisation comme présentation courante de la maladie dépressive

Les plaintes somatiques sont des manifestations courantes de La maladie dépressive. La fréquence de ces plaintes augmente dans certains cas le comme chez les personnes âgées, chez les enfants, ou chez les populations en difficulté (réfugiés, victimes).

abs11.5 rose 3) La somatisation comme élément central
Dans ce cas, il s’agit des symptômes cliniques sans lésion organique, provoqués par l’émotion et par une détresse psychologique plus ou moins identifiable.
Il existe de nombreuses variétés de présentation comme le syndrome du côlon irritable, la douleur pelvienne chronique, la fibromyalgie, la douleur thoracique atypique, la céphalée de tension, les pseudo crises d’épilepsie.
Le traitement de ces maladies devrait prendre en compte le terrain psychosomatique de ces plaintes, et la détresse à l’origine de cette somatisation.

abs11.5 rose 4) La somatisation comme modèle de comportement
Dans ce cas, nous pouvons parler de trouble de somatisation.
Les facteurs psychologiques, les croyances en matière de santé, l’état émotionnel, la personnalité, et l’état général du patient jouent un rôle important dans le diagnostic de cette somatisation.

 

somatisation definition

 

 

Définitions des symptômes de la somatisation

 

abs11.5 rose Somatisation :
Présence de symptômes physiques corporels sans lésion organique, et sans maladie mentale. L’origine de ces symptômes est supposée psychologique ou émotionnelle.

abs11.5 rose Hypochondrie :
C’est le cas d’une personne qui croit être atteinte d’une maladie particulière, en dépit des examens médicaux négatifs. C’est le cas aussi une personne qui croit être vulnérable aux maladies, et qui consulte pour se rassurer, ou se protéger.

 

abs11.5 rose Conversion :
Processus par lequel les pensées, les émotions, ou les souvenirs sont refoulés de l’expression consciente, pour se convertir en symptômes physiques, parfois avec une signification symbolique.par exemple, la perte de la vision sans lésion organique, pour une paralysie après un choc émotionnel.

 

abs11.5 rose Dissociation :

La séparation des émotions et des souvenirs désagréables, pour éviter leur expression dans leur conscience. Ces émotions peuvent se traduire par des troubles de type psychiques, par exemple la perte de mémoire, ou troubles de personnalité après un choc psychologique.

 

abs11.5 rose Dysmorphophobie :
C’est le cas d’une personne qui croit être victime d’une déformation corporelle importante. C’est le cas des personnes qui n’aiment pas leur corps, leur nez, les femmes qui souffrent de l’aspect de leur poitrine. Il s’agit dans tous les cas d’une idée excessive

 

abs11.5 rose Somatisation douloureuse :
Une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable, voire pénible, sans lésions organiques identifiables pouvant expliquer ces douleurs.

somatisation categorie

 

 

Prise en charge générale de la Somatisation


Le médecin psychiatre ne peut accepter de traiter un patient suspecté de somatisation avant d’avoir un bilan détaillé et définitif de son médecin traitant éliminant toute lésion organique possible.
Il n’existe pas un protocole détaillé et définitif concernant le traitement de la somatisation, car il s’agit d’un groupe de maladies hétérogènes, ayant des manifestations multiples.

Néanmoins, la prise en charge doit inclure :
— une évaluation approfondie
— un diagnostic définitif établi après élimination d’éventuelles lésions organiques ou de maladie mentale pouvant expliquer la somatisation.
— fournir aux patients et à leur entourage une explication claire sur la somatisation, son origine, et ses manifestations cliniques.
— la prise en charge doit utiliser les traitements disponibles

 

Évaluation des patients atteints de somatisation


Avant la consultation, le médecin psychiatre doit avoir accès au dossier médical de son patient. Ce dossier est généralement discuté avec le médecin traitant, ou avec le médecin référent pour préciser le diagnostic et discuter de traitement.
Pendant la consultation, le médecin psychiatre va tenter d’établir les détails des symptômes actuels, leur évolution, et leurs liens avec l’état psychologique et émotionnel du patient
En deuxième temps, le médecin psychiatre va tenter d’éliminer la possibilité d’une maladie mentale pouvant expliquer cette somatisation.
Il est important d’expliquer avec des termes clairs et précis, au patient, sa maladie, en mettant l’accent sur le traitement disponible et son efficacité. Il est parfois difficile de trouver la cause psychologique ou émotionnelle qui déclenche la somatisation. Le médecin psychiatre offrira au patient la possibilité de poser ces questions, et de discuter le pronostic, et les modalités thérapeute.
Après la consultation, le médecin psychiatre informe l’équipe soignante comme le médecin traitant et les autres médecins spécialistes de ces conclusions, et de ses propositions thérapeutiques.


En général, la perception des symptômes par le patient s’améliore à la suite du diagnostic, et à la suite d’une explication médicale précise et claire.

 

Références

American Psychiatric Association. Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders.5th edition, text revised.
Washington, DC: American Psychiatric Association, 2013.

Allen, Lesley A., Robert L. Woolfolk, Paul M. Lehrer, Michael A. Gara, Javier I. Escobar. “Cognitive behavior
therapy for somatization disorder: A preliminary investigation.” Journal of Behaviour Therapy and Experimental
Psychiatry 32 (2001): 53-62.

Commentaires

Suivez-nous !