chapeau invisible pour conserver un background

 

 

Search - Advanced Portfolio Pro
Search - JEvents
Search - Easy Blog
Search SEO Glossary
plg_search_djcatalog2
Recherche - Catégories
Recherche - Contacts
Recherche - Articles
Recherche - Fils d'actualité
Recherche - Tags

Encyclopédie: sexologie et couple

Sexe occasionnel: regret et dépression

 casual13

Sexe occasionnel: regret et dépression

Dans certains cas, les relations à courte durée de sexe occasionnel s'accompagnent d'un regret, et parfois de symptômes dépressifs.

 

Sexe occasionnel : Homme, femme, sans égalité possible  
Les études démontrent qu'il n'existe aucun lien entre le nombre de partenaires rencontrés dans les relations de sexe occasionnel et l'apparition des symptômes dépressifs. Les regrets après des rencontres de sexe occasionnel et les symptômes dépressifs semblent plus fréquents chez les femmes que chez les hommes. Les personnes engagées dans le sexe occasionnel, et qui ont jugé rétrospectivement cette rencontre comme mauvaise ou inutile, et celles qui ont regretté cette rencontre,  sont plus fréquemment victimes de symptômes dépressifs que les personnes ayant appréciés la rencontre de sexe occasionnel (Grello  2003).
Il semble que les symptômes de la dépression soient plus fréquents, et plus virulents après une rencontre sexuelle jugée négativement, surtout pendant la période de l'adolescence.

 

Chez les femmes
La présence des symptômes dépressifs après une rencontre de sexe occasionnel a été étudiée chez la femme. Certains auteurs pensent que les femmes victimes de dépression recherchent plus le sexe occasionnel, que les femmes en bonne santé mentale, cherchant en même temps un soutien et une validation externe. Dans ce cas, les symptômes dépressifs qui vont suivre la rencontre sexuelle occasionnelle, risquent d'aggraver la dépression préexistante.
La mauvaise estime de soi, l'isolement, la recherche d'un soutien, l'envie d'être désirée, la recherche de l'amour romantique peuvent encourager certaines filles à s'engager dans des rencontres de sexe occasionnel.
Il existe probablement un lien entre la satisfaction sexuelle, et l'implication dans les rencontres de sexe occasionnel, une femme insatisfaite sexuellement peut chercher dans le sexe occasionnel de cette satisfaction manquante.
Les motivations, qui incitent les femmes victimes de la dépression à s'impliquer dans des rencontres de sexe occasionnel, sont mal comprises, de même il est impossible de savoir si les rencontres de sexe occasionnel aggravent systématiquement l'état dépressif ou modifient les symptômes de la dépression.

Chez les hommes
Chez les hommes, le lien entre le sexe occasionnel et les symptômes dépressifs sont différents. C'est moins fréquent chez les hommes que chez les femmes. Dans ces études, Buss (1988, 1989) semble penser que les femmes vulnérables et les hommes attirants sont plus impliqués dans le sexe occasionnel que les autres ; les hommes attirants cherchent à multiplier les rencontres, pour augmenter leur plaisir sexuel, et leur expérience sexuelle, et sont en même temps plus victimes de symptômes dépressifs que les autres.


Hommes et femmes après sexe occasionnel : aucune égalité
Il existe sans doute des facteurs qui influencent le sexe occasionnel comme l'attirance physique, l'aisance financière, ou le statut social. Cependant ces facteurs n'expliquent pas pourquoi certains hommes s'engagent plus que d'autres dans le sexe occasionnel, ni pourquoi certains souffrent de symptômes dépressifs après ces rencontres.
Les théories socioculturelles proposent une explication. En dépit de l'acceptation sociétale de la sexualité avant le mariage dans un contexte romantique (Regan, 2003), les normes sociales continuent à accepter les rencontres de sexe occasionnel des hommes, et continuer à stigmatiser les rencontres de sexe occasionnel des femmes en insistant que le désir sexuel masculin est plus constant que le désir sexuel féminin.  (Impett 2003).
Les hommes selon cette approche socioculturelle sexualisent facilement leurs partenaires potentielles, ne considèrent pas l'engagement émotionnel comme préalable à l'activité sexuelle. Après le sexe occasionnel, les hommes semblent éprouver plus de désir, et moins de culpabilité que les femmes. (Sprecher 1995).
La culpabilité, le regret, la stigmatisation sociale, et la déception des attentes semblent contribuer à augmenter la détresse psychologique féminine après les rencontres sexuelles occasionnelles.


Réf
* Grello, C. M., Welsh, D. P., Harper, M. S., & Dickson, J. W. (2003). Dating and sexual relationship trajectories and adolescent functioning. Adolescent and Family Health, 3, 103-112.

* Impett, E. A., & Peplau, L. A. (2003). Sexual compliance: Gender, motivational, and relationship perspectives. The Journal of Sex Research, 40,87-100.

* Regan, P. C. (2003). The mating game: A primer on love, sex, and marriage. Thousand Oaks, CA: Sage Publications.

* Grello,  Welsh,  Harper: No Strings Attached: The Nature of Casual Sex in college Students. Journal of Sex Research, 43: 3, 255 - 267,2010

 

Commentaires

get('text_top_button', JText::_('DEFAULT_GOTO_TOP_TEXT'))*/?>
get('text_bottom_button', JText::_('DEFAULT_GOTO_BOTTOM'))*/?>

Suivez-nous !