chapeau invisible pour conserver un background

 

 

Search - Advanced Portfolio Pro
Search - JEvents
Search - Easy Blog
Search SEO Glossary
plg_search_djcatalog2
Recherche - Catégories
Recherche - Contacts
Recherche - Articles
Recherche - Fils d'actualité
Recherche - Tags

Encyclopédie: sexologie et couple

Fétichisme, définitions, Causes, stades

 homme vernis pied femme

Fétichisme, définitions, Causes, stades

On peut adopter la définition de Webster : " Le fétichisme est un déplacement pathologique d'intérêt érotique ".
Le mot fétiche vient de l'adjectif portugais fetiço signifie  sortilèges, objet enchanté, ou partie du corps, auxquels sont attribuées des propriétés magiques, ou sexuelles.

 

Comprendre le fétichisme
En médecine, Le fétichisme est une paraphilie (déviance sexuelle). Mais ces définitions devraient être modérées et nuancées. Décrire ou dessiner le pied féminin d'une façon à stimuler le désir est une érotisation. Utiliser le pied féminin durant une activité sexuelle coïtale (avec pénétration) ou non coïtale est synonyme de sexualisation. Les définitions simples de genre : " Le fétichisme est un comportement sexuel qui confère à un objet ou une partie du corps un pouvoir érotique " ne sont pas précises car il est normal de désirer une partie du corps, et donc d'érotiser. Tout fétichisme n'est pas pathologique. C'est le caractère pathologique qui doit être retenu pour parler de paraphilie ou de déviance sexuelle. Les termes imprécis de genre perversion sexuelle n'ont pas de valeur scientifique.

 

Une définition possible ?
Le fétichisme est un comportement sexuel déviant, une paraphilie, caractérisée par un attachement érotique à des choses, à des objets inanimés, ou à certaines parties du corps d'autrui.

Les objets fétiches correspondent pour la plupart soit à des symboles phalliques comme les bottes, les crayons, soit à des symboles maternels pouvant rappeler l'utérus ou le vagin comme les chaussures. Parfois il s'agit des objets quelconques, sans signification particulière, mais qui déclenchent chez la personne sensibilisée, une évocation ou une excitation sexuelle.
Selon certaines explications, ces érotisations se rapportent à une fixation survenue à l'une des phases de la sexualité. Par exemple, un arrêt à la phase orale de la sexualité, avec réminiscence des objets que le nourrisson porte à la bouche et suçote au moment de s'endormir, soit à la phase anale en souvenir de l'intérêt enfantin aux excréments. Enfin, l'objet fantasmatique peut symboliser le pénis attribué par l'enfant à sa mère, ou la mère elle-même (objets fétiches de type biberon, chaussures de femmes, sous-vêtements féminins). Dans la plupart des cas, les significations sont complexes.

Le fétichisme est un comportement sexuel qui consiste à une excitation sexuelle limitée, conditionnée par la présence du fétiche.
Le toutes les phases de la réponse sexuelle peuvent être affectées par le fétichisme. Le désir et l'excitation sexuelle peuvent être conditionnés par la présence du fétiche, de même que l'orgasme et la satisfaction sexuelle globale.

En cas de fétichisme, l'objet devient fétiche dans son rapport d'association avec une représentation, un souvenir, ou une personne, provoquant une excitation sexuelle, ou érotique. Ainsi l'objet fétiche représente le partenaire, le remplace.

 

Les stades du fétichisme :
Le fétichisme a été décrit comme un continuum de comportement variant dans intensité, et dans l'attachement au fétiche (objet érotisé).
Le fétichisme peut être partiel, ou global.
Le fétichisme partiel est une fixation sur une partie du corps (pieds, jambes, fesses, seins) au global avec éventuellement une fixation sur une morphologie particulière du corps comme l'attirance vers les maigres, les obèses, ou les personnes mutilées. Le fétichisme peut concerner une attitude, un comportement particulier. Le clignement d'oeil, le croisement des jambes ou d'autres postures peuvent déclencher l'excitation sexuelle. Le fétichisme peut être conditionné par des objets inanimés comme les chaussures ou la lingerie, surtout s'ils sont en contact avec la peau, ou sur des objets en lien avec l'enfance comme les fleurs, les bijoux, ou sur des matières dans le contacte évoque la tendresse et la douceur comme les fourrures, le cuir, ou latex.
Il est difficile pour une personne fétiche de savoir pourquoi il a choisi son objet fétiche. Le choix remonte souvent à l'enfance ou à l'adolescence, associé aux expériences amoureuses ou sexuelles.


Steele (1996) a décrit quatre étapes.
* 1- fétichisme partiel (Stekel,1964) : légère préférence pour certains genres de partenaires sexuels, pour certains stimuli sexuels ou activité sexuelle. Il s'agit d'un goût plus qu'un vrai fétiche.
* 2- fétichisme de basse intensité : forte préférence pour certains genres de partenaires sexuels, stimulus sexuels ou activité sexuelle. Les rapports sexuels normaux continuent mais peuvent incorporer l'objet d'attraction dans les préliminaires.
* 3- fétichisme d'intensité modéré : les stimuli spécifiques sont nécessaires pour assurer l'excitation sexuelle et la performance sexuelle.
* 4- fétichisme de haute intensité (Gebhartt, 1994) : les stimuli spécifiques prennent la place du partenaire sexuel. (Ce cas est généralement synonyme de paraphilie).

Selon Alfred Binet, le psychologue français auteur d'un livre ancien sur le fétichisme dans l'amour, les petits fétichistes pratiquent un fétichisme mineur, en étant  excités occasionnellement par une partie du corps ou par des objets de signification sexuelle. Les grands fétichistes sont excités uniquement par leur fétiche au point que celui-ci prenne la place des partenaires réels.

Selon Freud, le fétichiste souffre d'un clivage du moi, clivage précoce chez l'enfant, lié au développement d'un amour symbolique vis-à-vis de la mère et qui devient un frein à la résolution du complexe d'Oedipe. Le fétichisme apparaît plutôt dans les sociétés où l'éducation et la répression sexuelle sont plus fortes, ou le sexe est considéré comme une faute, un péché, ou une dévalorisation.

 

Causes du fétichisme :

* Approche Freudienne : D'après Freud, le fétichiste a une peur profonde de la femme, due à son absence de pénis provoquant l'angoisse de castration chez l'enfant. Sous l'emprise de cette peur le fétichiste jouit de la femme d'une façon indirecte en recherchant le contact avec un objet de substitution. Cette approche est purement théorique, ne répond pas aux questions essentiels comme : pourquoi existe-t-il un fétichisme des pieds et pas des mains ? Comment peut-on expliquer le fétichisme féminin ?


* Approche comportementale : Cette hypothèse propose que les hommes deviennent fétichistes parce qu'ils ont été en contact durant leur enfance avec un objet les ayant stimulé sexuellement. Cette théorie, dite de l'empreinte, considère que l'émotion sexuelle sera conditionnée par la situation ou par l'objet. L'avantage de cette approche est sa capacité à mettre en lien l'expérience de chacun avec ses préférences sexuelles. Toute fois cette approche demeure partielle, comment aimer les pieds dans une ambiance culturelle hostile aux pieds des femmes?? Comment expliquer le fétichisme à travers l'histoire? Chaque chinois a subit une expérience de ce genre pour inclure les caresses des pieds d'une façon rituelle et savante dans ces préliminaires sexuels ?

 

* Approche sociale et culturelle : D'autres études estiment que le fétichisme sexuel tire son origine de la signification et la perception faite de l'objet ou d'une partie du corps par l'individu et par sa culture. Il s'agit d'une approche globale pouvant expliquer la majeure partie des cas de fétichisme. L'érotisation culturelle valorise l'objet érotisé, invitant ainsi les individus à adopter le même comportement. L'exemple de fétichisme des pieds est un bon exemple historique, l'érotisation de l'image masculine dans la publicité actuelle peut être aussi un exemple, de nombreuses femmes avouent aimer les fesses des hommes, ou leurs muscles. Cette approche, cependant, ne peut pas expliquer la totalité des cas de fétichisme.

 

Les d'objets fétiche
N'importe quel objet peut devenir fétiche, s'il est érotisé par l'individu. Les cas les plus fréquents relèvent des objets relatifs à la sexualité féminine : lingerie, bas, culottes, dentelles, les bottes et les chaussures ou à la sexualité masculine.
Le corps, les pieds , les seins sont le centre du fétichisme masculin le plus répandu. Les fesses et les muscles pectoraux sont les parties préférées des femmes.

 

Les différents types de fétichisme
Binet met l'accent sur le rôle du hasard dans la jeunesse de préférence sexuelle. Selon lui, le hasard expliquait les différences psychologiques entre les individus. Il met également l'accent sur le plaisir, sur le la subjectivité, et sur l'intériorité des fétichistes plutôt que sur leurs comportements.

Il existe une quantité de fétichisme désigné par des noms plus ou moins savant, généralement peu utilisés.
- rétifisme : attirance particulière pour les chaussures, et plus particulièrement pour les talons hauts. Une explication serait que dans la petite enfance, bébé posé sur le sol voit les chaussures de sa mère protectrice.
- hiérophilie : fétichisme de croyants pour un objet religieux
- plushophilie : ou pédiophilie : fétichisme pour les peluches.
- doraphilie : fétichisme tactile pour le latex, cuir, ou fourrures
- infantilisme : c'est le cas des pratiques mettant en jeu les objets liés à l'enfance comme les couches, les jouets, où les rapports de domination.

 

Traitement
La base de la prise en charge thérapeutique est de rajouter d'autres codes d'attirance sexuelle, en commençant par la modification des perceptions de soi, du corps et des autres. Le thérapeute peut tenter de proposer au patient de nouvelles pratiques érotiques. L'élargissement des codes d'attirance sexuelle se fait à partir du cadre familier du fétichiste.
D'autre part, un travail sur soi de type analytique peut avoir une certaine utilité.

 

 

Commentaires

get('text_top_button', JText::_('DEFAULT_GOTO_TOP_TEXT'))*/?>
get('text_bottom_button', JText::_('DEFAULT_GOTO_BOTTOM'))*/?>

Suivez-nous !