Search - Advanced Portfolio Pro
Search - JEvents
Search - Easy Blog
Search SEO Glossary
plg_search_djcatalog2
Recherche - Catégories
Recherche - Contacts
Recherche - Articles
Recherche - Fils d'actualité
Recherche - Tags

Encyclopédie: sexologie et couple

Agalmatophilie, Pygmalionisme, sex doll

Agalmatophilie, Pygmalionisme, une femme embrasse une staute

Agalmatophilie, Pygmalionisme, sex doll

Ce comportement peut se manifester sous de nombreuses formes : contact sexuel réel avec des objets en forme de corps, fantasmes de relations sexuelles avec des objets en forme de corps, excitation sexuelle en pensant ou en observant ces objets en forme humaine.


Dans certains cas, il s’agit d’un comportement fétichiste, dans d’autres cas, l’immobilité de l’objet désiré est appréciée. Pour d’autres, l’excitation se produit par l’absence de nécessité de contrôler.


Pygmalionisme

Pygmalion était un sculpteur grec tombé amoureux de Galatea (une de ses statues féminines). À sa demande, la déesse Aphrodite a animé ce statut pour la transformer en femme vivante.
L’agalmatophilie peut inclure le « pygmalionisme » défini comme un état d’amour pour un objet de sa propre création. Pygmalion était un sculpteur grec qui est tombé amoureux d’une statue qu’il avait sculptée. Selon Ovide), Il a prié Aphrodite pour donner vie à la statue. Aphrodite a finalement exaucé son souhait et Pygmalion a épousé la statue.

 

Agalmatophilie et Pygmalionisme dans l’histoire


Cette pratique est connue depuis l’antiquité, demeure rare. Le cas de CliIsyphus est bien documenté dans la littérature de Grèce antique, il « a violé la statue d’une déesse dans le Temple de Sames, après avoir placé des morceaux de viande sur la zone présentant le sexe de la statue.
En 1877 “un jardinier tombe amoureux de la statue de Vénus de Milo et était surpris en train de se masturber au contact de la statue » ; ce cas est mentionné dans le livre de Psychopathie Sexualis, de Richard Von Krafft-Ebing, à la page 351.
Dans un numéro de 1978 du Journal of Sex Research, Murray White, un psychologue basé en Nouvelle-Zélande, a examiné les citations cliniques et littéraires relatives à l’agalmatophilie. il a trouvé un seul « cas documenté i.
La pratique d’avoir des relations sexuelles avec une statue était courante chez les adorateurs du dieu Priape où les vierges devaient d’abord être pénétrées par lui. Cette pratique par la suite était confiée à un prêtre ou un magistrat.

 

 

Pygmalionisme et agalmatophilie actuellement

Dans son livre The Sexual Fetish, Robert Tralins décrit le cas d’un homme tombé amoureux une statue grandeur nature d’un musée. Plus tard, il a acheté deux petites statues. Il a commencé à les utiliser pour ses séances de masturbation. Il se marie à l’âge de 34 ans et continue sa pratique d’agalmatophilie.
Dans la communauté SM, certains jeux intègrent le Pygmalionisme, où une personne joue le rôle de statue, ne devant ni bouger ni répondre aux actions de son partenaire qui peut faire de lui toutes sortes de pratiques déjà consenties avant le jeu

 

sex doll poupee sexuelle

 

 

De l’agalmatophilie aux sex dolls


Le développement des poupées sexuelles hyperréalistes avec sans robots sexuels obligent nos sociétés à envisager une nouvelle forme de sexualité, et à réfléchir à la manière dont cela affecte les hommes et les femmes. Les fabricants de poupées sexuelles parient que dans le temps, le fait d’avoir une poupée sexuelle serait aussi accepté que d’avoir un vibromasseur, et comparent les deux objets en leur qualité de substitut sexuel. Ce n’est qu’un autre jouet sexuel, comme un gode ou un fouet, explique les adeptes de ces poupées qui ont déjà leurs maisons closes et leurs clients dans de nombreux pays.


Les poupées sexuelles actuelles sont réalistes, fabriquées de matériels non nocifs et hygiéniques. Elles semblent séduire ou attiser la curiosité des hommes et de certaines femmes.
Certains sexologues expriment leurs craintes de se dirige vers une forme de sexualité plus mécanisée, moins émotionnelles, d’autres note que les poupées sexuelles pourraient avoir des avantages thérapeutiques comme les autres jouets sexuels.

Plus une personne peut incorporer de sens à un acte sexuel, plus l’expérience est intense. Un homme qui se masturbe dans les toilettes en utilisant uniquement son imagination est susceptible d’avoir une expérience beaucoup moins intense que quelqu’un ayant des relations sexuelles avec une poupée avec un vagin qui se sent comme un vrai, où il peut toucher ses seins, sentir son parfum et où elle peut même lui parler.

 

Ces nouveautés posent des questions sur la notion de fidélité (coucher avec une poupée est une infidélité ?), sur cette séparation entre les deux sexes, de plus en plus revendiquée, et sur la signification de ce choix de remplacer une femme ou un homme par une poupée.

Certains auteurs féministes s’alarment sur la pression supplémentaire exercée par ces poupées sur les femmes et sur leurs sexualités. Les contre argument ne tarde pas, les poupées mâles robotisées sont déjà en vente, certaines femmes semblent consommer ces jouets.

 

Si les questions éthiques et sociologiques sont légitimes et méritent des réponses. Selon une approche psycho sexologique, on peut comparer ce phénomène récent à l’agalmatophilie, il s’agit d’érotiser ou de sexualiser une statue, un mannequin ou une poupée.

 

Pygmalionisme, agalmatophilie, et fétichisme

Il est difficile de classer systématiquement les cas d’agalmatophilie en fétichisme.
Le fétichisme est une paraphilie, une déviance sexuelle dans laquelle la personne ne peut avoir un orgasme, ne peut accéder à une satisfaction sexuelle sans un objet que l’on nomme objet fétiche.
Quand un homme apprécie les seins d’une femme, ou intègre ses pieds dans un jeu sexualisé, il ne peut s‘agir d’un fétichisme, car cette personne peut se satisfaire sans ces jeux, il s’agit d’une préférence, et non pas de déviance sexuelle. C’est le cas également pour les hommes qui apprécient la beauté et l’érotisme des statues.

Quand une femme utilise un vibromasseur pour accéder à son orgasme, il ne n’agit pas de fétichisme, mais d’un jouet sexuel qui aide sans conditionner l’orgasme.


Le fétichisme sexuel est une déviance qui n’exige pas une intervention médicale sauf en deux cas : quand le patient réclame l’aide, ou quand la pratique fétichiste met en danger d’autres personnes.

 

Conclusion

L’agmatmatophilie est un concept difficile à comprendre.
Certains utilisent cette pratique pour une satisfaction sexuelle solitaire sans avoir besoin de partenaire et sans nuire à personne. Pour d’autres, il s’agit d’un fantasme. Dans certains cas, il s’agit d’une pratique sexuelle imposée par la solitude, par le manque de confiance ou par l’incapacité de trouver un partenaire.

 

Références

Krafft-Ebing, R. (1977). Psychopathia Sexualis. New York: Paperback Library
Love, B. (2001). Encyclopédie des pratiques sexuelles inhabituelles. Londres: Greenwich Editions.
Scobie, A. et Taylor, J. (1975). Perversions anciennes et modernes. Agalmatophilie, le syndrome de la statue. Journal de l'histoire des sciences du comportement, 11, 49-54.
Tralins, R. (1969). The Sexual Fetish: Case Histories of Bizarre Sexual Hangups . New York: Livres de bibliothèque de poche.
White, MJ (1978). Le syndrome de la statue: perversion? Fantasme , Anécdote? Journal of Sex Research , 14, 246-249.

 

 

Commentaires

Suivez-nous !