Search - Advanced Portfolio Pro
Search - JEvents
Search - Easy Blog
Search SEO Glossary
plg_search_djcatalog2
Recherche - Catégories
Recherche - Contacts
Recherche - Articles
Recherche - Fils d'actualité
Recherche - Tags

Encyclopédie: sexologie et couple

Erotiser, sexualiser ou fétichiser ?

 couple bonheur lit satisfaction

Erotisation, sexualisation, et fétichisme ?

L'attirance sexuelle utilise l'érotisation pour stimuler le désir sexuel. L'érotisation signifie que le contact avec cet organe, visuel ou physique stimule le désir sexuel.

La sexualisation désigne l'implication de cet organe dans l'activité sexuelle.

Le fétichisme est un phénomène considéré comme pathologique. Le fétichisme des pieds par exemple se définit par la recherche de la satisfaction sexuelle en substituant l'organe fétiche à la personne, et dans ce cas, le pied devient la seule partie de la femme capable de déclencher le désir sexuel ou l'orgasme.


Problèmes de définitions et de classification

Il est conseillé de bien analyser avant d'accepter les classifications concernant les comportements humains, surtout quand il s'agit d'une classification basée sur des données culturelles et non pas sur des données scientifiques.

Selon certaines classifications américaines, le fétichisme est classé en 4 niveaux :

- Niveau 1 (Stekel, 1964) : une légère préférence pour certains genres de partenaires sexuels, pour certains stimulations sexuelles ou activité sexuelle.
- Niveau II : fétichisme léger exprimant une préférence pour certains de partenaires sexuels, ou activité sexuelle est conventionnelle continue mais le fétichiste peut incorporer l'objet d'attraction dans les préliminaires.
- Niveau III : fétichisme modéré sous forme de stimulation spécifique nécessaire pour l'excitation et la performance sexuelle. Le fétichiste considère l'objet fétiche comme une clé de l'activité sexuelle (Caprio, 1967; Flugel, 1930).Les individus sont excités et satisfaits par la contemplation des pieds ou par les caresses par les chaussures.
- Niveau IV (Gebhartt, 1994) : l'objet remplace définitivement le partenaire sexuel.

Théories disponibles

Il est difficile de comprendre la transition entre un processus d'érotisation, fréquent et indispensable à l'attirance sexuelle, et le fétichisme où l'organe conditionne l'attirance sexuelle et la jouissance.

Toutes zones du corps humain est érotisables. Certains hommes sont attirés par les pieds, d'autres par les mains, ou par les seins. Cela s'applique également sur l'attirance sexuelle chez les femmes, certaines sont attirées par les muscles, d'autres par les mains ou par les yeux.

Dans le cas des seins ou des pieds par exemple, certaines théories citent la richesse de ses organes par des terminaisons nerveuses permettant leur stimulation pendant les préliminaires. Cette théorie ne peut expliquer le cas d'attirance sexuelle par les mains par exemple.

Le cas des pieds est particulier; en médecine chinoise, la réflexothérapie considère que la surface du pied est liée au corps entier. Des points précis des pieds sont liés aux organes. Cela a été évoqué par certains pour expliquer l'érotisation des pieds dans la Chine ancienne.

D'autres études tentent une explication neurologique. Les seins sont érotisés car ils sont une zone érogène importante. Les pieds et les organes génitaux occupent des régions adjacentes du cortex sensoriel du cerveau. Cela expliquerait le plaisir engendré par les caresses des pieds et justifie certaines pratique de Réflexothérapie.

La théorie Freudienne demeure populaire, l'expérience de l'enfant et de la mère peut expliquer certains cas d'érotisations. La théorie psychanalytique discute le lien entre l'individu et son enfance. Erotiser un organe serait en lien avec une expérience durant l'enfance. La mémoire associe cet organe aux plaisirs. L'approche freudienne devrait être discutée avec prudence ; il s'agit d'une approche mettant le masculin au centre de la sexualité (donc phallocentrique ) sans prendre le désir féminin en compte, et une approche culturelle ne traitant que les modes de vie en occident ( anthropocentrique). En d'autres termes, l'approche freudienne devient moins performante quand il s'agit de la sexualité féminine.

L'érotisation est parfois une approche culturelle. L'érotisation excessive des gros seins aux États-Unis est un phénomène récent, qui date des années 40. Le cinéma américain, les magazines, et les médias ont popularisé les gros seins. Certains préfèrent dire que les médias ont érotisé les gros seins. Avant les années 40, les gros seins n'étaient pas populaires aux États-Unis, ni dans le monde.

Erotiser les pieds féminins est un phénomène assez répandu dans les cultures asiatiques et orientales depuis l'antiquité. L'érotisation des pieds féminins en occident semble coïncider avec l'apparition des maladies sexuellement transmissibles au 13et 14ème siècles. Depuis, Cette pratique devient de plus en plus populaire. Les hommes qui érotisent les pieds ( la vue des pieds stimule en eux un désir ) ou qui sexualisent les pieds ( intégration des pieds féminins dans l'activité sexuelle) sont nombreux.

Cependant, de nombreux écrivains en occident ont affiché leur admiration pour ces pratiques d'érotisation : Casanova, Goethe, Baudelaire, Thomas Hardy, et d'autres. L'érotisation d'un organe peut porter sur l'aspect général de l'organe, ou sur certains détails. Dans le cas des seins, certains hommes érotisent la taille des seins, d'autres érotisent la forme des seins, ou leur aspect général.

Les théories proposant des explications concernant l'érotisation ou la sexualisation d'un organe ne sont pas capables d'expliquer le fétichisme. Il est difficile de dire que le fétichisme est un excès d'érotisation. Un homme qui érotise les seins féminins est rarement un fétichiste de seins. Il s'agit probablement de deux comportements distincts.

 

 

Commentaires

Suivez-nous !