Encyclopédie: médecine et santé

HPV transmission et contamination

couple nu embrassade

HPV transmission et contamination

La transmission de l'HPV peut se faire par contact intime, par l'activité sexuelle, par contact entre une zone lésée et une zone saine, et également par contact entre le nouveau-né et sa mère.

Quand on parle de transmission du HPV par contact intime, que se passe-t-il exactement ?
Le papillomavirus humain est présent sur la surface de la peau chez les personnes affectées par l'HPV. Le virus existe dans la couche profonde de la peau nommée la couche basale, mais également dans les couches superficielles. Le contact intime désigne un accolement entre deux peaux ou deux muqueuses permettant au virus de se fixer sur la zone saine d'une autre personne. Cette transmission la plus fréquente et la plus classique et bien connue est celle des verrues cutanées. Le condylome sur la vulve, sur l'anus, ou sur le col utérin est transmis par un contact intime (sexuel), un contact génito-génital, un contact ano-génital, un contact oro-génital. Dans certains cas, on retrouve des types d'HPV dans les verrues anogénitales des enfants identiques aux types d'HPV présents chez la mère, confirmant la contamination pendant l'accouchement (par le passage du foetus dans le col utérin et le vagin).

La transmission de l'HPV par contact intime signifie-t-elle que l'activité sexuelle est un facteur de transmission secondaire ?
Absolument pas. Le facteur principal et majeur de la transmission de l'HPV aux organes génitaux est l'activité sexuelle, coïtale (avec pénétration) et non coïtale (sans pénétration).

Quels sont les comportements sexuels qui augmentent le risque de transmission des HPV ?
Le risque d'infection par le HPV chez les femmes est directement lié au nombre de partenaires sexuels masculins, et au nombre de partenaires sexuelles féminines de ceux-ci. Autrement dit, ce n'est pas le nombre de partenaires sexuels masculins qui compte seulement, mais c'est le nombre de partenaires masculins qui ont déjà fréquentés de nombreuses partenaires féminines. C'est un cas de figure assez fréquent.
Le deuxième comportement à risque d'infection pour le HPV chez les femmes est l'activité sexuelle avec un nouveau partenaire. Dans une étude sur des jeunes femmes de San Francisco, s'impliquer dans une relation sexuelle avec un nouveau partenaire augmente le risque de contamination par le HPV de 10,1 % par mois.

Quels sont les pratiques sexuelles les plus à risque pour la contamination par l' HPV ?
Selon les études, la pénétration vaginale et anale sont les principaux facteurs de risque d'infection à HPV. Bien que la pénétration en général ne soit pas indispensable pour la transmission, l'infection par le HPV est rare chez les filles vierges. Dans une étude suédoise, l'infection par HPV est présente chez 4 % des filles vierges, et chez 22 % des femmes actives sexuellement.
La pénétration anale peut favoriser la propagation du HPV dans le canal anal.

Est-ce que la pénétration par les doigts, ou par les jouets sexuels (sexe Toys) ou par d'autres accessoires peut favoriser la transmission des HPV ?
Oui. La pénétration par les doigts, ou par des jouets sexuels peut jouer un rôle important dans la transmission dans la propagation du virus à HPV, en assurant le contact entre une zone infectée par le virus et une zone saine. Par exemple, la pénétration par les doigts peut propager le virus HPV présent sur la zone péri-anale au vagin, ou au col utérin.

Dans un couple, quand la femme est infectée par le HPV, est-ce que le conjoint est contaminé ? Est-ce que le conjoint peut être contaminé par le même type de virus ?
Dans les couples hétérosexuels, la transmission du HPV de la femme vers l'homme est plus fréquente que la transmission de l'homme vers la femme. Dans 25 % des cas, le couple est affecté par les mêmes types de virus HPV.

Pourquoi dit-on que le préservatif n'est pas efficace contre l'HPV ?
Le préservatif est un moyen utile pour réduire le risque de transmission et d'infestation par le virus HPV. Par contre, le préservatif ne peut pas empêcher entièrement cette contamination car le préservatif ne couvre pas la totalité des organes génitaux. La contamination par HPV peut se dérouler pendant les jeux préliminaires, ou pendant des contacts intimes considérés comme non sexuels.

Quand je lis ce qu'on écrit sur l'HPV, il me semble que cette infection stigmatise les personnes infectées, surtout les femmes, les désigne comme femmes légères, qui couchent avec n'importe qui, et qui contaminent les autres ?
Il est inutile d'utiliser les études sur l'HPV pour stigmatiser les femmes ou les hommes, pour désigner un comportement sexuel, ou pour stigmatiser une zone géographique ou un continent. L'infection par l'HPV est la maladie sexuellement transmissible la plus répandue dans le monde. La contamination par cette maladie est sans symptômes. 75 % des femmes dans le monde ont eu, à un moment donné de leur vie, un contact avec ce virus. Après la contamination, 80 % des cas régressent, le virus disparaît. Mais dans 20 % des cas, le virus devient actif et peut provoquer des lésions.
Dans l'état actuel des choses, il est impossible d'expliquer pourquoi le HPV disparaît chez certaines femmes, résiste chez d'autres. L'HPV peut être transmis par contact sexuel, mais aussi par contact non sexuel, comme les contacts par les salles de bains, ou par les WC.
La fréquence de l'HPV dans le continent africain s'explique par le manque de dépistage et de prévention, par l'absence d'infrastructure sanitaire efficace, et non pas par un comportement sexuel particulièrement dangereux des femmes africaines.

Dans les sites en anglais, on parle de contamination par contact peau à peau, ou  by skin-to-skin contact, est-ce que c'est la même chose que le terme du contact intime que vous utilisez ici ?
Tout à fait. L'HPV est une maladie sexuellement transmissible par un contact intime entre deux partenaires, entre deux peaux ou deux muqueuses. L'infestation par HPV n'a pas besoin d'une pénétration ni éjaculation. Parfois le contact peut être minime, occasionnel. Parfois il faut un contact intime et répété. L'HPV peut être transmis par les doigts, par la bouche, par la langue, ou par d'autres contacts. L'HPV peut être transmis également par les sièges de toilette, ou par les poignées de portes. L'HPV peut être transmis également à la naissance, de la mère au nouveau né

Est-ce que la transmission par le sexe oral de l'HPV est plus importante que la transmission de l'HPV par contact sexuel génital ?
La transmission de l'HPV par voie orale est une réalité scientifique, confirmée, par contre peu expliquée. On ne sait pas comment le virus hPV peut se transmettre de la bouche d'une personne à la vulve ou au sexe de son partenaire. On sait également que l'HPV existe dans la bouche des personnes contaminées, dans les poumons et dans la voie digestive haute.
Le type HPV 16 est présent dans les cancers des amygdales, des cordes vocales, de la base de la langue, de la trachée et de l'oesophage.
La transmission par voie orale est moins fréquente que la transmission par voie génitale. Par contre, les données concernant la transmission par voie orale sont plus récentes. Cela explique une certaine agitation médiatique autour de cette transmission par voie orale.

Est-ce que je dois avertir mon partenaire que j'ai une infestation par HPV ?
Oui, c'est un comportement d'honnêteté et de responsabilité. Avertir le partenaire ou la partenaire de l'infestation par HPV est un moyen de préserver la relation, et de permettre au partenaire, de prendre une décision et de se protéger d'une façon efficace.
Il est important de comprendre que ce partage d'informations est un signe de respect, et de considération. Après cette information, le couple peut décider par exemple utiliser le préservatif pour réduire le risque de contamination, le partenaire sain peut consulter pour dépister une infection, le couple peut décider l'abstinence jusqu'à la fin du traitement.

Je suis lesbienne depuis sept ans. Est-ce que les pratiques sexuelles lesbiennes sont des pratiques à risques pour le hPV ?
Les pratiques sexuelles lesbiennes ont le même risque que les pratiques sexuelles hétérosexuelles en ce qui concerne l'hPV. Le contact entre les deux vulves, la pénétration par les doigts, le sexe oral, ces pratiques engendrent le même risque au sein du couple lesbien que dans les couples hétérosexuels.

Est-ce que l'utilisation des jouets sexuels ( Sex toys ) peut être une pratique sexuelle à risque de contamination par le HPV ?
Dans un article de février 2014 publié dans le journal sex Transm Infect, le HPV a été détecté chez 75 % des femmes utilisant des vibromasseurs. Le virus était présent sur 89 % des vibromasseurs avant nettoyage, puis sur 67 % des vibromasseurs après 24 heures et avant nettoyage, et sur 40 % des vibromasseurs après 24 heures après nettoyage. Cette étude confirme la transmission de l'HPV par les vibromasseurs, la présence du virus sur le vibromasseur même après nettoyage.

Réf
Shew ML, Weaver B, Tu W, et al. High frequency of human papillomavirus detection in the vagina before first vaginal intercourse among females enrolled in a longitudinal cohort study. J Infect Dis 2013; 207:1012.
Widdice LE, Breland DJ, Jonte J, et al. Human papillomavirus concordance in heterosexual couples. J Adolesc Health 2010; 47:151.
Nyitray AG, Menezes L, Lu B, et al. Genital human papillomavirus (HPV) concordance in heterosexual couples. J Infect Dis 2012; 206:202.
Nyitray AG, Lin HY, Fulp WJ, et al. The role of monogamy and duration of heterosexual relationships in human papillomavirus transmission. J Infect Dis 2014; 209:1007.
Goodman MT, Shvetsov YB, McDuffie K, et al. Sequential acquisition of human papillomavirus (HPV) infection of the anus and cervix: the Hawaii HPV Cohort Study. J Infect Dis 2010; 201:1331.
Widdice LE, Brown DR, Bernstein DI, et al. Prevalence of human papillomavirus infection in young women receiving the first quadrivalent vaccine dose. Arch Pediatr Adolesc Med 2012; 166:774.
Hariri S, Unger ER, Powell SE, et al. Human papillomavirus genotypes in high-grade cervical lesions in the United States. J Infect Dis 2012; 206:1878.
Gravitt PE, Rositch AF, Silver MI, et al. A cohort effect of the sexual revolution may be masking an increase in human papillomavirus detection at menopause in the United States. J Infect Dis 2013; 207:272.
Rositch AF, Burke AE, Viscidi RP, et al. Contributions of recent and past sexual partnerships on incident human papillomavirus detection: acquisition and reactivation in older women. Cancer Res 2012; 72:6183.
Brown DR, Weaver B. Human papillomavirus in older women: new infection or reactivation? J Infect Dis 2013; 207:211.
Castro FA, Quint W, Gonzalez P, et al. Prevalence of and risk factors for anal human papillomavirus infection among young healthy women in Costa Rica. J Infect Dis 2012; 206:1103.
Beachler DC, D'Souza G, Sugar EA, et al. Natural history of anal vs oral HPV infection in HIV-infected men and women. J Infect Dis 2013; 208:330.
Santoso JT, Long M, Crigger M, et al. Anal intraepithelial neoplasia in women with genital intraepithelial neoplasia. Obstet Gynecol 2010; 116:578.
Moscicki AB, Ma Y, Farhat S, et al. Natural history of anal human papillomavirus infection in heterosexual women and risks associated with persistence. Clin Infect Dis 2014; 58:804.
Oakeshott P, Aghaizu A, Reid F, et al. Frequency and risk factors for prevalent, incident, and persistent genital carcinogenic human papillomavirus infection in sexually active women: community based cohort study. BMJ 2012; 344:e4168.
Nyitray AG, Carvalho da Silva RJ, Baggio ML, et al. Age-specific prevalence of and risk factors for anal human papillomavirus (HPV) among men who have sex with women and men who have sex with men: the HPV in men (HIM) study. J Infect Dis 2011; 203:49.

Commentaires

Suivez-nous !