Encyclopédie: sexologie et couple

Sexualité pendant les règles : des vérités

amour engagement

Sexualité pendant les règles : des vérités

Avoir des relations sexuelles pendant les menstruations relève d'un choix individuel et mutuel. Pour faire l'amour pendant les règles, il faut accepter son corps et le corps de l'autre. Les valeurs et les croyances personnelles orientent le choix du couple. Pour certaines personnes, il est tabou d'avoir des relations sexuelles pendant cette période.

Certaines femmes éprouvent un sentiment de gêne et de malaise, surtout si leur éducation a codifiée les menstruations comme étant "sales". Certains hommes ou femmes peuvent éprouver du dégoût, voire une sorte de honte. Ces motivations d'ordre moral ou culturel ont été étayées par un discours médical allant dans ce sens.

Voici les vérités scientifiques actuelles sur la sexualité et les règles

- L'écoulement de sang n'empêche nullement la pénétration, cependant, l'excitation sexuelle est moindre et la lubrification vaginale est largement moins abondante que pendant la première moitié du cycle.
- Certaines femmes refusent d'avoir des relations sexuelles pendant cette période parce qu'elles se sentent sales, ou indésirables. D'autres refusent en raison des douleurs ou d'un inconfort qui accompagnent les règles.
- Parfois la libido féminine est forte, voire à son maximum pendant les règles. Ce phénomène est complexe, et peu compris.
- Le sang peut jouer un rôle de lubrifiant, la pénétration même profonde est possible pendant les règles.
- En cas de maladies sexuellement transmissibles, la présence de sang augmente le risque de contamination.
- En dépit de sa proscription, certaine activité coïtale se produit pendant les règles et peut présenter un facteur de risque pour les maladies et les infections sexuellement transmises (MST), y compris le HIV. Les raisons de cette augmentation de risque de MST pendant les règles sont peu connues : variations de la flore vaginale et de l'immunité locale (Nowicki, Tassell, & Nowicki, 2000).
- L'éjaculation même profonde n'est pas un facteur de risque dans les couples sains et fidèles. Dans les relations à risque, le préservatif est indispensable.
- L'activité sexuelle dans le couple diminue nettement pendant les règles, les hommes qui aiment faire l'amour pendant les menstruations sont minoritaires selon les statistiques.
- Le contact prolongé entre le sang menstruel et le pénis est irritant, peut engendrer des lésions sur le gland en raison de la richesse du sang menstruel en enzymes de type protéase. Il est conseillé de laver les traces de sang menstruel aussitôt et ne pas dépasser le délai de 6 heures.
- La sexualité pendant les règles est bénéfique pour la femme, c'est une réalité scientifique, elle allège les douleurs, et aide en cas d'orgasme à diminuer les contractions utérines.
- La sexualité pendant les règles diminue aussi le risque de l'endométriose chez les femmes. L'endométriose est une maladie dans laquelle le tissu qui tapisse l'intérieur de l'utérus se retrouve dans d'autres parties de la cavité abdominale, provoquant des douleurs pelviennes chroniques, des douleurs pendant les rapports sexuels et stérilité.
- Beaucoup de femmes déclarent que l'activité sexuelle pendant les règles aide à soulager les douleurs et les crampes menstruelles. L'orgasme peut aussi aider l'utérus à se contracter, en secrétant des Prostaglandines, hormones produites par l'endomètre. Ces hormones peuvent stimuler les contractions utérines. La combinaison de prostaglandines et orgasme peut contribuer à augmenter les contractions utérines.
- L'odeur du sang menstruel est une réalité naturelle. Il ne s'agit ni d'une infection ni d'un manque de propreté.
- La sexualité du couple ne devrait pas être altérée pendant les règles, la sexualité ne se limite pas à la pénétration, ce nombreux couples optent pour la masturbation mutuelle pendant les règles, ou pour des caresses corporelles.

Règles, menstruation et sexe : origine du tabou

ll est étonnant que les tabous concernant la menstruation aient rejoint les tabous concernant la sexualité dans les sociétés anciennes et que les traces de ces interdits continuent à survivre dans nos sociétés modernes.

Dans de nombreux livres modernes concernant la sexualité, on évite d'encourager la sexualité pendant les règles, et on incite les couples à éviter la pénétration.

Depuis l'antiquité, l'homme traite la menstruation avec ambivalence, peur et désir, symbole de la fertilité et symbole du sang. Le contact du sang menstruel avec le pénis est irritant, autrfois la sexualité pendant les règles faisait peur aux hommes, il était conseillé de protéger le pénis du sang menstruel.

On peut résumer ainsi les facteurs qui ont étayé le tabou interdisant la sexualité pendant les règles :
- Le sang : symbole de blessure, de mort, de souffrance, de peur. La sexualité pendant les règles était un péché contre l'homme lui-même, contre sa fertilité.

- Dans les trois religions monothéistes, les rapports sexuels pendant les règles sont interdits. Cet interdit est tardif chez les chrétiens. C'est encore le contact avec le sang qu'il fallait éviter. De nombreuses explications hygiéniques ont tenté d'étayer ces interdits. Chez les juifs orthodoxes, une jeune fille devait passer la nuit dans le lit nuptial si la mariée avait ses règles pendant la nuit de noce, on évitait le contact sexuel avec la mariée.

- Soucis sanitaires : Au 19ème siècle, on croyait en Europe que le contact sexuel avec une femme pendant ses règles peut transmettre la gonorrhée, la trichomonase en raison de la faible acidité du vagin. On retrouve de nombreux livres sur ce sujet aux 18-19ème siècles. Les manuels sexuels des années 30 mentionnent que la femme est malade pendant ses règles, les organes sexuels congestifs et conseille de laisser la femme se reposer. A noter que les femmes semblent bien accepter ces fausses explications scientifiques. Des livres féministes mêmes, des féministes réputées (comme Simone De Beauvoir) relataient ses erreurs sans être critiquées.

- La grossesse pendant les règles : Les romains attribuaient aux enfants nés de cette sexualité pendant les règles toutes sortes de maladies, de diformité, de fragilité. L'enfant serait rachitique, ou crétin, moribond ou anémique. La grossesse pendant les règles n'est pas un événement exceptionnel, de nombreuses femmes ovulent entre les jours 1-5 de leur cycle.

- Difficultés de l'acte sexuel : De nombreux textes anciens relataient les difficultés de l'acte sexuel pendant les règles, surtout en ce qui concerne la pénétration. Ces textes ont été suivis par des études sérieuses et scientifiques allant dans le même sens, Masters-Johnson ont signalé la difficile excitation sexuelle chez les femmes pendant les règles.

Le comportement sexuel pendant les règles

Beaucoup d'adolescents associent le saignement mensuel aux sentiments négatifs, à la honte, au dégout, et surtout à dissimuler cet événement aux hommes (Costos 2002), De nombreuses adolescentes souhaitent ne plus avoir de règles, ou de les supprimer (Andrist 2004).

Les jeunes femmes apprennent que leur cycle menstruel est "sale," qu'elles doivent dissimuler leurs règles, pour une variété de raisons culturelles et religieuses, qu'elles devraient éviter les rapports sexuels pendant les règles.

Le contact sexuel pendant les règles est interdit par les textes islamiques, Talmudiques et bibliques, aussi bien que pour des raisons hygiéniques qu' idéologiques (Ahmed, 2005).

Cette situation est problématique, la jeune femme peut avoir des occasions pour avoir des rapports sexuels pendant ses règles. Elle (Schooler 2005) doit intégrer les attentes culturelles, émotionnelles, physiques, et sexuelles associées à la menstruation. La rareté relative des actes sexuels pendant les règles est une réalité scientifique (Hensel 2004) démontre aussi que les proscriptions culturelles influencent les comportements.

Le comportement sexuel pendant les règles est guidé par les conditions culturelles et par le désir sexuel. Les filles apprennent à jouer leur rôle à travers les gestes, imitation, parole et messages. (Lichtenstein, 2003).
Les relations sexuelles pendant les règles évoquent des prohibitions socio-culturelles sans oublier l'incommodité physique et parfois les douleurs. Les études de Fortenberry., 2005; suggèrent que le coït (relation sexuelle avec pénétration) pendant le saignement vaginal est un événement peu fréquent en général.
Une étude (Hensel., 2004) a démontré que bien que l'activité sexuelle diminue généralement pendant les règles chez les jeunes femmes et que les facteurs associés aux relations sexuelles pendant les règles chez les femmes adultes sont :

Jeune âge,
Nombre élevé de partenaires sexuels,
Hauts niveaux d'éducation,
Fréquence élevée de l'activité sexuelle
Avoir une MST (Rempel & Baumgartner, 2003)
Avoir une idée positive sur la menstruation,
Recherche d'activités sexuelles peu conventionnelles, (Rempel & Baumgartner, 2003).

Les études démontrent aussi que les femmes ayant une sexualité plus active ont plus de relation sexuelle pendant les règles. Le rôle du partenaire semble important aussi.
Les jeunes femmes qui fument régulièrement la marijuana pour lutter contre l'incommodité menstruelle, ont plus de relations sexuelles pendant les règles.
Le partenaire joue un rôle important, s'il initie ou demande un rapport sexuel pendant les règles. Etant donné la prohibition culturelle des rapports sexuels, il est aisé de comprendre la fréquence des relations sexuelles orales pendant les règles. Le sexe oral est une sexualité fréquente pendant les régles,
Les scénarios d'amour romantique peuvent offrir un effet protecteur, encourageant la jeune femme à accepter les relations sexuelles et de dépasser les interdits culturels.

Références :

Ahmed, R. A. (2005). Muslims' perspectives of key reproductive and sexual health issues. Retrieved November 8, 2005, from https://www.arsrc.org/ features/issue006.htm
Andrist, L. C., Hoyt, A., McGibbon, C., & Weinstein, D. (2004). The need to bleed: Women's attitudes and beliefs about menstrual suppression. Journal of the American Academy of Nurse Practitioners, 16(1), 31-37.
Costos, D., Ackerman, R., & Paradis, L. (2002). Recollections of menarche: Communication between mothers and daughters regarding menstruation. Sex Roles, 46(1/2), 49-59.
Fortenberry, J. D., Temkit, M., Tu, W., Graham, C. A., Katz, B. P., & Orr, D. P. (2005). Daily mood, partner support, sexual interest and sexual activity among adolescent women. Health Psychology, 24(3), 252-257.
Hensel, D. J., Fortenberry, J. D., Harezlak, J., Orr, D. P., & Anderson, J. G. (2004). A daily diary analysis of vaginal bleeding and coitus among adolescent women. Journal of Adolescent Health, 34, 391-394.
Lichtenstein, B. (2003). Domestic violence, sexual ownership and HIV risk in women in the American deep South. Social Science and Medicine, 60, 701-714.
Rempel, J. K. & Baumgartner, B. (2003). The relationship between attitudes towards menstruation and sexual attitudes, desires, and behaviors in women. Archives of Sexual Behavior, 32(2), 155-163.
Schooler, D., Ward, L. M., Merriweather, A., & Caruthers, A. S. (2005). Cycles of shame: Menstrual shame, body shame and sexual decision making. The Journal of Sex Research, 42(4): 324-334.

 

Commentaires

Suivez-nous !