Encyclopédie: sexologie et couple

Contact sexuel oral : risques

 femme banane

Contact sexuel oral : risques

 

Les sécrétions vaginales sont l'ensemble des substances produites par le vagin, sans ou avec excitation sexuelle participant à préserver la bonne santé et l'humidité vaginale, ou faisant partie de la réponse sexuelle (lubrification).

 

Contact oral et sexuel  
Il existe de différents types de sécrétions vaginales. Les pertes blanches ou les leucorrhées : sécrétions blanches assurant l'humidité du vagin, comportant les cellules desquamées, et les bactéries la fleur vaginale.
* - la glaire cervicale : produite par les cellules du col utérin, abondante et fluide pendant les jours précédant l'ovulation, épaisse et moins abondante dans la deuxième partie du cycle.
* -sécrétions pendant l'excitation sexuelle : sécrétions font partie de la réponse sexuelle. La paroi vaginale produit ces substances ont assuré de lubrification, protéger la paroi vaginale, et faciliter la pénétration. Il s'agit d'une transsudation, résultat du passage du liquide à travers la muqueuse du vagin.
* D'autres glandes participent à la sécrétion vaginale comme les glandulaires, les glandes para urétrales, les glandes de Skene, et les glandes de Bartholin.
* Chez certaines femmes, cette lubrification est abondante, et peut durer longtemps après le rapport sexuel, chez d'autres, la lubrification cesse aussitôt après la règle excitation sexuelle et parfois durant l'acte sexuel.

 

Secrétions vaginales et risques

Risques sanitaires

Les sécrétions vaginales comportent selon leur origine organique de nombreuses substances et des cellules et des bactéries, mais aussi des cellules lymphocytaires capables de transmettre un risque infectieux sérieux comme le HIV ou l'hépatite B.
Le contacte oral avec ses sécrétions vaginales peut aussi transmettre un risque infectieux important dans le cas de certaines maladies comme le risque de HIV, hépatite B, mycose ou vaginite. D'autre part le contacte oral de transmettre le virus du papilloma humain vers la bouche.
Il est conseillé de prendre ce risque infectieux au sérieux dans le cas des relations sexuelles passagères et au début de la relation, en utilisant systématiquement le préservatif pendant le contacte oral avec les sécrétions vaginales ou pendant la pénétration.

 

Risque Emotionnel
La puberté s'accompagne par l'apparition de ces sécrétions vaginales, parfois ces sécrétions sont mal vécues par l'adolescente, considérées comme une impureté, une saleté ou une sorte de souillure. Chez les filles à caractère phobique ou anxieux, ce phénomène peut être plus présent.
Le partenaire masculin aussi peut mal réagir en face de ses sécrétions, en raison de leur consistance, de leur odeur ou de leur couleur, et aussi en raison de manque d'information pouvant faire l'amalgame entre ces substances et un certain manque d'hygiène. Les commentaires du partenaire masculin peuvent avoir un effet néfaste sur l'image du corps de la femme. La maturité sexuelle exige l'acceptation du corps de son partenaire dans sa globalité.
La lubrification vaginale est généralement mieux vécue par les hommes que les sécrétions vaginales, de nombreux hommes considèrent lubrification vaginale comme érotique, faisant partie de la réponse sexuelle.

 

Normes sociales
Les sécrétions vaginales font partie du champ de l'intime, du sexuel, et de l'hygiène. Parler, décrire ou montrer ses sécrétions peut être considéré par la société comme un geste grossier, d'immaturité. D'autre part, sécrétions vaginales ont une connotation sexuelle.

 

Normes juridiques
Les sécrétions vaginales comportent assez d'éléments pour extraire l'ADN et identifier la personne à l'origine de ces sécrétions. C'est un geste de médecine légale, la présence de ses sécrétions vaginales avec leur ADN sur le corps d'un agresseur sexuel est une preuve importante dans la condamnation pour viol ou pour agression sexuelle.


Contact avec le sperme : risques
Le sperme est un liquide biologique de la puberté sous l'influence de l'testostérone, expulsé lors de l'éjaculation en 3-5 mouvements éjaculatoires sous forme de contractions, produisant un éjaculat dans le volume varie entre 3 et 5 ml. Le sperme est un liquide complexe, qui contient de nombreuses composantes, et qui varient selon la pratique sexuelle, la santé de l'homme, et son âge. Le sperme est un élément corporel qui contient de nombreuses cellules lymphocytaires. Cela explique la possibilité de transmission par voie sexuelle de certaines maladies.


Risques sanitaires
Le risque infectieux concernant le sperme est une réalité médicale. De nombreuses maladies peuvent être transmises par le sperme, se risque est majoré en cas de pratiques sexuelles à risque comme l'éjaculation rectale. Le contact avec le sperme peut transmettre des nombreuses maladies comme HIV, Hépatite B, et la maladie de CMV, Herpès et HPV. Des maladies bactériennes sont transmissibles pendant la pénétration vaginale, la pénétration anale, et pendant le sexe oral.
La transmission de HIV et du Sida par le sperme est possible, y compris par le sexe oral. L'hépatite B est transmissible à travers les cellules portant le virus et présentes dans le sperme.

 

Risque Emotionnel
Le sperme a été toujours glorifié par les hommes. Dans la pensée médicale ancienne, c'est " un liqueur admirable" " du sang cuit et aéré " selon Aristote. Ce liquide avait selon les anciens, la vertu de consolider les parties et de les nourrir. Cette vénération du sperme explique les idées répandues à ces époques que l'éjaculation est une perte qui affaiblit l'homme.
Quant aux relations " compliquées " entre le sperme et les femmes, il s'agit d'un sujet vaste. Le sperme a été considéré comme "liqueur admirable " dans la pensée médicale ancienne, un liquide stimulant, plein d'énergie, et de puissance. Chez certaines femmes, il existe une érotisation du sperme où il est considéré comme un fluide biologique normal témoignant le désir et l'orgasme de l'autre. Dans ce cas le contact avec le sperme peut améliorer la qualité de la relation sexuelle.
Chez d'autres femmes, le sperme est considéré comme un élément dégoûtant, peu érotique, dans ce cas de sperme devient un élément perturbant ingérer dans la relation sexuelle. L'éjaculation hors du vagin répand le sperme sur le corps de la femme, les relations avec ce liquide répandu sur le corps varient d'une réelle érotisation à un dégoût invitant à l'évitement. Les valeurs symboliques du sperme sont indissociables des fantasmes sexuels. Les fantasmes masculins les plus fréquents mettent ne scène la masturbation solitaire ou mutuelle où le sperme joue un rôle principal. Bien que les fantasmes féminins soient moins visuels et moins précis que les fantasmes masculins, la présence du sperme est quasi constante aussi.
La mise en scène de l'éjaculation dans le cinéma pornographique pourrait avoir comme but de perpétuer ce symbolique masculin : puissance, force, fertilité.

 

Normes sociales
Cette idée que le sperme donne à la femme sa puissance et sa maturité a vécu durant des siècles et a imprégné plusieurs civilisations. L'interdiction de l'onanisme (masturbation) peut être engendrée de cette crainte de perdre la liqueur " précieuse". D'autres exemples peuvent être cités. Le regard social séduire le sperme est un liquide discret, sensible. Parler son sperme ou du sperme de son partenaire est un sujet jugé, en général, par la société comme grossier, et inapproprié. Le regard de la société sur le don du sperme varie selon les cultures, certains considèrent ce don comme un acte généreux, d'autres considèrent qu'il s'agit d'un acte affectant à la fois la filiation, et les valeurs symboliques du sperme.

 

Normes juridiques
L'évolution des analyses génétiques permet de plus en plus d'identifier l'ADN présent dans le sperme et d'identifier la personne ayant laissé ce sperme, sur un lieu de crime, de viol, ou dans une affaire de filiation.
De nombreux faits divers invitent les hommes à prendre les valeurs juridiques du sperme  au sérieux, la présence d'un sperme sur un lieu d'un crime est un indice grave.
Les lois sur la paternité en France peuvent depuis 2005 exiger une reconnaissance obligatoire de la paternité en cas de test ADN positif. Il est utile de prendre ces données en considération en choisissant sa partenaire pour les relations à courte durée, de s'impliquer réellement dans la contraception, et de bien vérifier le sérieux de d'anonymat avant de faire un don de sperme. Certains médias optent pour un excès de prudence conseillant les hommes de détruire le sperme en veillant à jeter le préservatif eux même, neutraliser le sperme en ajoutant de l'alcool ou de l'eau savonneuse afin d'éviter d'éventuelles complications liées à une paternité non désirée. Faire éjaculer un homme sans son consentement (mineur, usage de la force, chantage) peut être qualifié de viol et sévèrement puni par  la loi.


Contact oral anal : risques
Nous définissons le sexe anal comme toute pratique sexuelle intégrant l'anus. Les pratiques sexuelles favorisant le contacté oral anal sont :
1. - Anulinctus : pratique consistant à caresser l'orifice anal avec le bout de la langue, le nom familier cette pratique est feuilles de rose.
2. -Anulingus : pratique consistant à introduire la langue dans l'anus de la pousser le plus loin possible.
L'anus est une zone érogène riche en capteurs sensoriels ce qui explique sa capacité engendrée et sensation agréable lors de sa stimulation. Les pratiques mettant en contact la bouche avec l'anus sont plus répandues chez les couples homosexuels chez les couples hétérosexuels.

 

Risque sanitaire
En règle générale, tout contact avec l'anus comporte un risque sanitaire majeur, en raison de la composition de la flore bactérienne rectale anale. Cette réalité exige des soins hygiéniques parfaits dans le but d'alléger le risque infectieux. Le contact de la langue avec l'anus est un moyen de transmettre des infections bactériennes, virales ou parasitaires, et produire des maladies gastriques, intestinales, ou des maladies plus généralisées.
Le contact de la langue avec l'anus de transmettre par contact direct des maladies sexuellement transmissibles comme le papilloma virus ou la syphilis. Concernant le risque de HIV et d'hépatite B, aucune étude n'a établi l'implication de cette pratique dans la transmission de ces maladies.

Afin de maîtriser le risque sanitaire est préférable de :
1. -       adopter les précautions nécessaires lors de ces pratiques.
2. -       utilisation du préservatif d'autres barrières capables d'éviter le contact entre la bouche et l'anus.
3. -       Appliqué les mêmes précautions sur les zones situées autour de l'anus.
4. -       Réduire au maximum le contact entre la bouche et l'anus lors de certaines pratiques de sexe oral comme la position de 69.
5. -       Ne jamais embrasser ou toucher le corps de son partenaire sans se laver la bouche après avoir été en contact avec l'anus.

 

Risque Emotionnel
Ce genre de pratiques peut être avec plus d'une façon différente selon les couples, les âges de la culture. Ces pratiques peuvent être vécues d'une façon positive considérées comme un jeu érotique ou sexuel sans gravité. Dans d'autres couples la réaction peut être négative guidée par une conception culturelle défavorisant ces pratiques.
Le contact oral anal peut être considéré comme un jeu érotique dans le couple comme une pratique sexuelle exigeant complicité, communication, et confiance. Ce genre de pratique est moins fréquent au début de la relation. Cette pratique exige de la femme une certaine impudeur, le partenaire masculin peut accéder à son libre à ces zones intimes, ces pratiques posent chez certaines femmes des questions sur l'image de soi. Comme toutes les pratiques sexuelles impliquant l'anus, il existe des questions culturelles, religieuses relatives à cette pratique.

 

Normes sociales
Au point de vue de la société, le sexe anal est un sujet polémique, le sexe anal n'est pas une pratique comme les autres, le point de vue normalisant ces pratiques n'est pas unanimement partagé par la société. Il convient donc de garder ces pratiques dans le champ de l'intime.
D'autre part, il existe de nombreuses interdictions culturelles et religieuses concernant l'implication de l'anus dans les pratiques sexuelles. L'image de ces pratiques peuvent varier, certains considèrent ces pratiques comme banales, d'autres qu'on pratique de mauvais goût, et certains les qualifient de perversion.

 

Normes juridiques
Le contact oral anal devrait être considéré comme une pratique sexuelle, exigeant donc le consentement des deux partenaires. L'absence de consentement ou la présence de ces pratiques sur une personne sexuellement mineure (âgés de moins de 15 ans) peuvent être qualifiées par la loi d'un accouchement ou d'un abus sexuel, sévèrement punis. Cette règle s'applique aussi bien sur les hommes que sur les femmes.
Le simple fait d'exiger d'une personne de dévoiler son anus peut être considéré comme un attentat à la pudeur de l'autre.

 

Référence :
1. Bolling DR : Prevalence, goals and complications of heterosexual anal intercourse in a gynecologic population. J Reprod Med 1977 Sep;19(3):120-4
2. Ablin RJ; Stein-Werblowsky R : Sexual behaviour and increased anal cancer .Immunol Cell Biol 1997 Apr;75(2):181-3
3. Chun AB; Rose S; Mitrani C; Silvestre AJ; Wald A : Anal sphincter structure and function in homosexual males engaging in anoreceptive intercourse. Am J Gastroenterol 1997 Mar;92(3):465-8
4. Miranda A. Farage;The Vulva, Anatomy, Physiology, and Pathology, 2006.
5. Stone N: Oral sex and condom use among young people in the United Kingdom. Perspect Sex Reprod Health  

 

Commentaires

Suivez-nous !