Encyclopédie: sexologie et couple

Sexualité de groupe et risques

 homme femmes fete

Sexualité de groupe et risques

La sexualité du groupe est une pratique ancienne dont le nom littéraire est l'orgie. On peut définir la sexualité du groupe comme une pratique sexuelle incluant plus d'un partenaire, femme ou homme. Ce troisième partenaire peut être actif ou passif.

 

Sexualité à plusieurs et sexe prudent
Dans ce cadre, il est utile de distinguer la sexualité du groupe (pratique sexuelle avec plus d'une personne en même temps) de la sexualité à multiples partenaires qui désignent une activité sexuelle avec plusieurs partenaires sans pratiques en commun.
La sexualité du groupe peut être organisée d'une façon privée comme les couples qui se rencontrent chez eux, le nom populaire de cette pratique est : partouze. Ce genre de rencontre peut inclure des habitués ou des rencontres de passage organisées par les moyens des petites annonces ou par Internet. Parfois ce genre de rencontre inclut des familiers comme les amis ou les voisins.
La sexualité du groupe peut être organisée d'une façon plus sophistiquée dans des clubs gérés par des professionnels, nous sommes dans le cadre de l'échangisme.
La sexualité du groupe peut inclure des couples établis, des groupes de partenaires célibataires. Pendant ces rencontres les pratiques sexuelles varient d'un simple voyeurisme à des actes sexuels plus complexes comme la double pénétration.

 

Risque sanitaire
La sexualité du groupe est une pratique sexuelle à haut risque sanitaire en raison de la multiplication des pratiques sexuelles et des partenaires. Des risques sanitaires multiples sont possibles par le contact cutané comme la transmission des parasites (morpion) ou des maladies virales comme le hPV ou l'herpès. Les pratiques de sexe oral peuvent transmettre de nombreuses maladies comme l'hépatite B, l'hépatite C et le sida. Les pratiques pénétratives comme la pénétration anale ou vaginale peuvent transmettre de nombreuses maladies: syphilis, gonorrhée, vaginite bactérienne, hPV, CMV, HIV, hépatites.
La sexualité du groupe peut s'accompagner des pratiques sexuelles très risquées comme l'éjaculation de plusieurs partenaires dans le vagin ou dans le rectum, ou des lésions traumatiques dues à la violence et à la répétition de la pénétration vaginale ou anale.

 

Comment réduire le risque sanitaire :
1. - l'utilisation du préservatif pour tout contact sexuel est la règle. Cette utilisation doit suivre d'une façon stricte la règle suivante : un préservatif par partenaire, et par orifice.
2. -bien choisir ses partenaires.
3. - refuser toute pratique sexuelle sans protection y compris le contact cutané ou le sexe oral.
4. - éviter les rencontres sexuelles sous l'emprise de l'alcool ou pendant l'abus de substance.
5. - s'abstenir de toute pratique sexuelle en cas de maladie.
6. - refuser tout contact avec une personne malade.
7. - refuser les pratiques sexuelles pouvant entraîner des risques traumatiques comme la double pénétration ou le fisting.
Moyen de protection
* -          Préservatif : les préservatifs sont indispensables éviter le contact entre le pénis de la bouche, le pénis et la muqueuse anale aux rectale.
* -          Les gants : l'utilisation des gants est utile pour éviter le contact entre le doigt et la muqueuse anale. En cas d'utilisation des gants, il est conseillé de bien soigner  la lubrification afin d'éviter l'irritation de la muqueuse anale. Les gants sont vivement conseillés pour pratiquer le Fisting anal, leur texture permet une bonne lubrification.
* -          Digues dentaires : les digues dentaires peuvent être utiles pour éviter le contact entre la bouche et la flore vaginale ou rectale.

 

Risque Emotionnel
Certains hommes en dépit de l'amour qu'ils portent pour leurs partenaires pratiques la sexualité du groupe comme un défi de performance, ou à la recherche de la nouveauté dans le but de pimenter la sexualité de leur couple. D'autres cherchent une expérimentation sexuelle incluant des pratiques sexuelles marginales. D'autres hommes profitent des rencontres sexuelles de groupe pour exprimer leur bisexualité.
Les motivations des femmes varient, il s'agit parfois une consolidation de l'image de soi, d'un renforcement narcissique. La femme cherche dans ces lieux à être désirée, sollicitée, exhibée. D'autres femmes cherchent une expérimentation sexuelle ou une expérience sexuelle nouvelle comme les relations homosexuelles, la double pénétration, ou le simple fait de pratiquer la sexualité en publique. Chez certaines femmes la sexualité du groupe répond un défi de liberté et de libération sexuelle, chez d'autres il s'agit simplement de répondre aux demandes de leurs conjoints.
La pratique de sexualité du groupe peut se réaliser avec des partenaires fixes comme amis ou voisins, ou avec des groupes de passages.
Le risque émotionnel n'est pas négligeable dans ce genre de pratique ; les limites du couple sont mises en danger par la mal compréhension de l'un des deux partenaires, par la jalousie, ou par le risque d'attachement pendant sa rencontre.
Il existe également une autre difficulté relative à l'estime de soi, à la nudité excessive devant plusieurs personnes. Certains jugent ces situations impudiques.

 

Normes sociales
La société semble de plus en plus permissive vis-à-vis de ses pratiques sexuelles considérant qu'il s'agit de la vie privée des gens et de leur couple. Cependant afficher ou discuter ce genre de pratique est mal jugé en raison du dévoilement de l'intime dans le champ publique. Dans d'autres groupes sociaux, ce genre de pratique sexuelle est considéré avec mépris et hostilité, jugé parfois pornographique, bestial, sans respect.
Il existe un autre discours prétendant que ce genre de pratique est imposé aux femmes par leur conjoint, et qu'il s'agit le manque de respect pour la femme. Il s'agit d'un discours militant sans fondement, les témoignages confirment la présence d'un public féminin abondant, et dont l'âge moyen est de plus en plus jeune.

 

Normes juridiques
Même pendant la sexualité du groupe, le consentement sexuel est indispensable. Ce consentement peut être retiré à chaque instant et avant chaque pratique sexuelle. Il est indispensable donc de vérifier et de rechercher le consentement de partenaire et d'éviter de partager cette pratique sexuelle avec une personne mineure sexuellement. En général, afin d'éviter tout dérapage, la sexualité du groupe soigne particulièrement le consentement, le " non " est un " non " définitif et sans appel. Comme dans n'importe quelle activité sexuelle, la violence et les relations forcées peuvent être sévèrement punies par la loi.


Références:
Adomey, A. P. (1994). The relationship of emotional cutoff to marital functioning and psychological symptom development. Dissertation Abstracts International, 55, (04), 1658B

 

 

Commentaires

Suivez-nous !