Encyclopédie: sexologie et couple

Sexualité féminine normale

 slip soutien gorge chaussure lit sexe

Sexualité féminine normale

L'intérêt que suscite la sexualité féminine se justifie par l'importance de la satisfaction sexuelle sur la qualité de vie féminine, et par son retentissement sur le couple, et sur la santé féminine.
Depuis que Masters et Johnson ont publié leurs conclusions en 1966, le nombre d'études relatives aux hommes dépasse largement le nombre d'études consacrées aux femmes. En 1966, Masters et Johnson ont classé leurs conclusions selon un schéma de réponse sexuelle linéaire : excitation, plateau, orgasme, et résolution. Les femmes ont été incluses en prétendant avoir des caractéristiques physiologiques similaires aux hommes. Les recherches récentes démontrent que les femmes ne suivent pas le modèle masculin. Ces études dévoilent une variété de réponses sexuelles.
D'autres auteurs distinguent la sexualité masculine et féminine. Chalker insiste pour abandonner le modèle masculin comme modèle de référence et d'accepter de sortir enfin d'une vision archaïque décrivant la sexualité féminine comme " mystérieuse, ou insaisissable ".

 

Classer les problèmes sexuels féminins
Bien que le nombre des publications médicales sur la sexualité féminine soit nette augmentation, les études publiées privilégient le terme dysfonctionnement sexuel (troubles de fonctions sexuelles) à une compréhension plus large de la sexualité féminine. Cette approche se justifie par l'utilité de la classification et sa simplicité.  
Le Manuel des Diagnostics et Statistiques de maladies mentales (DSM-V) propose le schéma suivant comme un consensus sur la classification des maladies relatives à la sexualité féminine :
* I - Trouble du désir sexuel
* A. trouble de désir sexuel hypoactif
* B. Aversion sexuelle
* II- Trouble de l'excitation sexuelle
* III- Troubles orgasmiques
* IV- Troubles liés à une sexualité douloureuse
* A. Dyspareunie
* B. Vaginisme
* C. Autres douleurs sexuelles

- Trouble de désir sexuel hypoactif : cette maladie est définie comme un manque persistant ou périodique (ou absence) de désir, des fantasmes, ou rêves sexuels, ou de la réceptivité à une activité sexuelle qui cause une détresse personnelle.
- Aversion sexuelle : aversion phobique persistante ou périodique, ou l'action d'éviter tout contact sexuel provoquant une détresse personnelle.
- Trouble de l'excitation sexuelle féminine : l'incapacité persistante ou périodique à atteindre ou à maintenir une excitation sexuelle suffisante, provoquant une détresse personnelle. Ce trouble peut être défini aussi sur le plan clinique par le manque d'excitation subjective, de lubrification génitale, ou d'autre réponse somatique.
- Le trouble orgasmique : la difficulté persistante ou périodique, ou l'absence de possibilité d'atteindre l'orgasme suite à une stimulation et excitation sexuelles suffisantes et qui causent une détresse personnelle.
- Dyspareunie : douleur génitale périodique ou persistante associée avec un rapport sexuel provoquant une détresse personnelle.
- Vaginisme : spasme involontaire périodique ou persistant de la musculature du tiers externe du vagin perturbant ou empêchant la pénétration vaginale, entraînant une détresse personnelle.
- Douleurs sexuelles non noncoitales ; douleur sexuelle ou génitale périodique ou persistante induite par une stimulation sexuelle non coïtale et qui provoque une détresse personnelle.


Vers un indispensable modèle plus large  
Depuis de nombreuses années, les médecins et le corps soignant, travaillant avec les femmes, soulignent que l'expérience sexuelle des femmes est plus complexe que le fait d'avoir un orgasme ou plusieurs, la présence ou l'absence de lubrification vaginale. Les expériences sexuelles de femmes incluent leur amour-propre, leur estime de soi, l'image du corps, de facteurs relationnels, plaisir, satisfaction, et d'autres. Une majorité de femmes ne se conforment pas à ce modèle linéaire de réponse sexuelle, et les médecins ont besoin d'inclure dans leurs classifications les variétés des chemins utilisés par les femmes durant leurs réponses sexuelles.

Une approche alternative aux expériences sexuelles normatives de femmes a été proposée, elle considère, la fonction sexuelle normale chez les femmes doit, inclure :
* Capacité d'éprouver un plaisir sexuel et une satisfaction indépendants de l'orgasme
* Désir, ou réceptivité au plaisir sexuel et satisfaction.
* Capacité physique à répondre à la stimulation sans incommodité
* Capacité à éprouver l'orgasme (s) dans des circonstances convenables
Ce type de système de la classification basé sur une approche psychobio sociale peut répondre aux besoins du corps médical et du corps soignant. Chez les femmes, plaisir et satisfaction sont caractéristiques d'une fonction sexuelle normale.

 

Commentaires

Suivez-nous !