Encyclopédie: sexologie et couple

Sexualité et Grossesse

Le sujet de la sexualité durant la grossesse est peu traité. La tendance culturelle a toujours dissocié les futures mamans de la sexualité. Il est évident que l'arrivée de l'enfant, la préparation de l'accouchement, la santé de la mère sont prioritaires, mais la bonne qualité de vie du couple, et sa solidité sont les vraies conditions d'une maternité heureuse.

couple passion complusivif sexe


Sexualité et grossesse

abs11.5 rose Les Changements durant la Grossesse

Pendant la grossesse, les femmes alternent fatigue et euphorie, joie et moments de dépression, moments de désire et moment de perte de libido. Pour les hommes, les émotions varient de la fierté d'avoir procréé à l'inquiétude face à la nouvelle responsabilité financière et morale, entre le désir de protéger l'épouse enceinte et la peur qu'elle perde sa jeunesse et sa désirabilité.

Modification de la libido : La libido de certaines femmes diminue sévèrement durant le premier trimestre de grossesse pour multiples raisons facteurs : facteurs hormonaux, fatigue, nausée ou psychologique (croyance qu 'une mère ne doit pas être sexualisée) . Cette situation est un problème de couple, la plupart des couples attendant deux à trois mois après l'accouchement pour reprendre une activité sexuelle normale. Certains parlent d'un an sans activité sexuelle ( dès le début de la grossesse).

Modifications physiologiques: l'inconfort corporel est un élément important gouvernant la vie sexuelle des couples ; nausées, fatigue, irritabilité et inconfort. Si les symptômes de nausées s'améliorent après le quatrième mois, la femme évite de s'allonger longtemps sur le dos afin que le poids de l'utérus ne compriment pas les vaisseaux sanguins majeurs.



abs11.5 rose Sexualité durant la grossesse
En règle générale, sauf un avis médical contraire, la sexualité n'est pas contre indiquée pendant la grossesse normale. La grossesse normale est celle considérée peu risquée et sans complications, sans menace de fausse couche. Beaucoup de parents pensent que l'activité sexuelle est néfaste pour la grossesse ou pour la santé de fœtus. Les peurs les plus fréquentes sont :
peur des fausses couches
peur de l'infection
craintes de rapports sexuels douloureux
crainte pour la santé psychologique de l'enfant
En cas de grossesse menacée, pathologique ou à risque, l'activité sexuelle devrait être évitée en attendant l'avis du médecin.



abs11.5 rose Les limites de la sexualité pendant la grossesse
On peut dire d'une façon générale que toutes les pratiques sexuelles sans risque durant la grossesse, cependant certaines limites existent :
Souffler l'air dans le vagin peut être dangereux. L'air peut passer dans les vaisseaux sanguins provocant une embolie gazeuse et obstruction d'un vaisseau sanguin par cette petite « bulle » d'air
Les maladies sexuellement transmissibles peuvent avoir des conséquences dramatiques sur la grossesse.
Les pratiques sexuelles violentes



abs11.5 rose La sexualité durant la grossesse est contre indiquée en cas de :
Antécédents ou menace de fausse couche
Antécédents ou risque d'accouchement prématuré ou signes de contractions utérines prématurées
Saignement vaginal inexpliqué
fuite de liquide amniotique (le fluide qui entoure le bébé)
Placenta Previa. Dans ce cas le placenta est implanté dans la zone inférieure de l'utérus ou sur la zone couvrant le col
Déficit de compétence du col utérin. Dans cette maladie, le col est faible ou dilaté prématurément augmentant le risque de fausse couche
les multiples foetus (jumeaux, triplés, etc.)
La sexualité est déconseillée durant les dernières semaines de la grossesse. Ce n'est pas une règle générale mais une pratique assez répandue.
En cas de symptômes exceptionnels après un rapport sexuel : douleur, saignement ou pertes, contractions, il fait contacter son médecin.

abs11.5 rose Après l'accouchement
Une femme peut reprendre son activité sexuelle lorsqu'elle juge qu'un rapport sexuel devient possible et sans inconfort. Les femmes qui ont subi eu une épisiotomie (coupure pour faciliter le passage de nouveau -né) devraient attendre de trois à quatre semaines pour tenter de reprendre progressivement leur activité sexuelle en évitant de provoquer une éventuelle incommodité ou douleur.

Il est conseillé de d'établir le contact sexuel avec le partenaire dès que possible afin de consolider le lien du couple après l'arrivée de l'enfant.

Sexualité durant la grossesse : risque ??

Du point de vue physiologique Le foetus ( le bébé ) est protégé par un sac ( sac amniotique ) rempli de liquide amniotique capable bale d'amortir les chocs, par les muscles puissants de l'utérus. Il y a aussi un bouchon du mucus épais qui scelle le col utérin pendant la grossesse. Le pénis n'entre jamais en contact avec le foetus pendant l'activité sexuelle.

Mais la femme enceinte peut connaître un conflit entre ses rôles d'épouse et de mère. Des facteurs culturels interviennent et influencent la sexualité pendant la grossesse. L'anticipation de la naissance de l'enfant tend à modifier la structure familiale. Des sentiments divers et contradictoires peuvent surgir d'où de nombreux comportements également contradictoires.Au début de la grossesse il est fréquent que le nombre de rapports sexuels diminue, souvent pour des raisons d'ordre psychologique. De nombreuses femmes se sentent inquiètes, incertaines de l'avenir. Elles ont des nausées, des vomissements et se sentent fatiguées.
Au cours du deuxième trimestre de la grossesse, la femme connaîtrait une activité sexuelle accrue du fait du taux hormonal et de la congestion pelvienne. Le nombre de rapports sexuels est plus important. En revanche, il n'est pas rare que le désir de l'époux s'émousse à ce moment. L'homme craint de blesser le bébé, et peut développe une abstinence vis à vis de sa femme enceinte ( investie de l'image de la mère)
Au cours du troisième trimestre le désir de la femme a tendance à diminuer du fait de son inconfort physique et du fait qu'elle anticipe la naissance du bébé. Durant les derniers mois de grossesse, l'activité sexuelle peut devenir aussi inconfortable pour la femme, et le fait de rester allongée sur le dos peut devenir douloureux ou provocant des nausées.

 

abs11.5 rose Craintes injustifiées
L'activité sexuelle n'est pas dangereuse pour la femme ni pour le bébé sauf dans le cas de problèmes comme l'ouverture du col de l'utérus, avortements à répétition ou risque d'une fausse couche.

Orgasmes : Les orgasmes peuvent causer des contractions utérines. Les études confirment qu'une grossesse normale n'est nullement affectée par ces légères contractions orgasmiques. Les orgasmes peuvent être différents pendant la grossesse. Certaines femmes deviennent orgasmiques pendant la grossesse, d'autres multi - orgasmiques pour la première fois. Durant la grossesse, certains femmes jugement l'orgasme différent ( moins profond ou rapide ou peu efficace pour la relaxation) . L'orgasme, par les contractions qu'il déclenche, n'est pas susceptible de favoriser un éventuel accouchement. Il n'existe aucun lien établi entre l'orgasme, et contractions utérines. En cas de grossesse pathologique ou des contractions prolongées, l'avis médical est indispensable.

Fausses couches :Le rapport sexuel ne provoque pas une fausse couche. Les fausses couches qui se produisent durant les premiers mois de grossesse sont d'origine génétique (bébé mal formé, on appelle cela en médecine aberrations chromosomiques ) ou infectieuses. Cependant, il est utile de consulter le médecin en cas de grossesse à risque ou en cas de grossesse menacée.

Fréquence : Aucune fréquence n'est conseillée, le couple décide la fréquence de ses rapports sexuels. La fréquence varie selon les couples d'un mois en autre. Après le quatrième mois, une majorité des femmes retrouvent leurs désirs sexuels.

Certains médecins recommandent aux femmes enceintes d'éviter les relations sexuelles durant les deux dernières semaines de ma grossesse, car le sperme contient des substances pouvant stimuler les contractions ( prostaglandines) .

 

abs11.5 rose  Important :
Il est important de maintenir une activité sexuelle durant toute la grossesse. C'est une période durant laquelle la femme et le couple sont fragilisés en raison de profondes modifications du couple. La relation sexuelle peut contribuer à procurer à la femme un confort et un sentiment de sécurité.

Sexualité, désir, et maternité

Masters et Johnson ont affirmé que le désir sexuel variait en intensité au moment de la grossesse. Au cours du dernier trimestre, le désir sexuel décroîtrait, et continuerait d'être bas après l'accouchement. l'allaitement peut jouer un rôle aussi.

orgasme femme sous vetements

 

Les femmes parlent des peurs de la femme enceinte: peur de l'accouchement, peur d'être une mauvaise mère, peur de l'avenir, de la suite. Certaines peurs demeurent après l'accouchement et entravent l'expression du désir. Ces peurs sont reliées à la douleur physique et à la transformation du corps .

La redécouverte du corps joue un rôle, l'accouchement change la sexualité d'une façon permanente chez certaines femmes. Ce corps ayant la capacité de donner la vie devient différent, et les femmes deviennent moins intéressées par la sexualité ou moins gênées sexuellement.

Les changements physiologiques du corps, les peurs, le rôle de la mère, les besoins de l'enfant, le désir sexuel est bas ou inexistant.

Nous allons tenter à travers plusieurs témoignages analysés de définir une approche psycho-médicale de ce problèmes . les facteurs organiques et hormonaux ne seront pas pris en compte dans cette étude dans un souci de simplification en dépit de leur importance majeure dans certains cas.

Joëlle, 31 ans, mère pour la première fois consulte pour un problème de couple. Son Mari Nathan est de plus en plus irrité par cette maternité, et l'arrivée de Mona, était au début un bonheur, devint de plus en plus problématique.

Durant la consultation, Joëlle, formule sa plainte d'une façon laconique : « la vie quotidienne grignote la séduction petit à petit et si on n'y oppose pas une résistance de tous les jours, on finit par s'endormir. Mais lorsque la maternité secoue le couple, cette vérité devient plus aiguë ; Les femmes se rabattent sur leurs enfants et les hommes sur leur travail.

Le problème du couple surgit deux mois après la naissance de Mona. Déjà, plus de relation sexuelle depuis le sixième mois car je n'avais aucun désir. Nathan se montre patient, compréhensif, mais de temps en temps, il me sortait des phrases assassines : depuis la grossesse , on ne sort plus, on n'embrasse plus, on couve. Je riais, mais ces réflexions ne me faisaient pas plaisir.

Après l'accouchement, le rythme devient infernal : Des nuits sans sommeil, rangements, fatigues. J'ai eu une épisiotomie, j'ai eu des douleurs qui ont duré 3 semaines. J'ai décidé d'allaiter et j'ai eu des engorgements les premiers jours, avec des ulcérations sur le mamelon. Encore des souffrances, et de fatigue. Je savais que Nathan était la, tendre, heureux d'être père, mais ce n'est la sexualité qui manquait, c'est mon estime de moi-même. Je ne me sent pas très bien dans ma peau, je n'ai plus désir et je ne comprend pas vraiment pourquoi? J'aime mon conjoint, je lui ai expliqué. Il dit qu'il comprend. J'ai besoin du temps, de tendresse, de l'aide. Il fait de son mieux, mais il ne me demande plus rien, il m'embrasse le matin, s'en va à son travail. Le soir, il me parle, il m'écoute, mais plus de sexualité, plus de sexe. J'ai refusé le sexe ; je n'ai plus de sexe, ni de sexualité.

Après quatre semaines, j'ai essayé de reprendre une activité sexuelle, mais l' épisiotomie ( 6 points de suture) me faisait mal.

Je n'ai jamais autant embrassé une personne que mon bébé. C'est incroyable ce que je peux l'embrasser ; je ne me serais jamais crue capable d'autant de tendresse.

Je n'ai pas envie de mettre mon couple en péril même si mon conjoint m'assure qu'il peut être patient moi je sens que ça patience à des limites et ça me stress encore plus. Mais vraiment, je n'ai plus envie de lui sexuellement . J'ai envie qu'il me parle, qu'il me serre dans ses bras, pour le reste, je ne peux plus. Quelque chose est changé e moi depuis l'accouchement

Sexualité masculine et grossesse

Depuis que je suis enceinte, mon mari est de plus en plus effacé. Il consacre tout son énergie à son travail et se déplace beaucoup. Nous faisons de moins en moins l'amour. Je me sentais un peu frustrée mais je me dis que cela passera.

couple empathie

Jusqu'au moment ou, lors d'un déplacement professionnel, il m'avait dit qu'il s'était masturbé dans sa chambre d'hôtel un soir pour " dégager le stress en lui". J'ai été choquée! abasourdie! Avec moi nous ne faisions plus l'amour ensemble mais l'acte solitaire lui plait. Je me dis qu'en mon absence il aurait pu avoir une aventure s'il le voulait! Je crois que ma grossesse le dégoûte. Je suis si vexée mais je n'arrive pas à expliquer ce sentiment. Il me dit qu'il m'aime et me reste fidèle mais j'ai du mal à le croire. Dois-je comprendre et accepter? En tout cas quelque chose nous a séparé depuis. Je me sens plus que vexée. Je ne sais quoi penser de cela! Je sais qu'il rencontre des gens dans son travail et pour peu qu'il soit faible il pourrait franchir le pas. Dois-je comprendre que même étant marié, il reste quand même des hommes qui aiment la masturbation à l'acte sexuel?


 
La sexualité des hommes pendant la grossesse
La sexualité durant la grossesse se modifie. Pendant cette période de 9 mois prime la qualité du lien affectif créé par le couple. La plupart des études traitent ce problème du point de vue des femmes mais rarement du point de vue du couple ou des futurs pères. Le désir diminue souvent au cours du premier trimestre (fatigue, nausées, somnolence). Pendant le deuxième trimestre, le désir est variable d'une femme à l'autre : modifications corporelles, prise de poids, peur de nuire à l'enfant, l'image de femme-mère (pour l'homme) sont des facteurs qui peuvent inhiber le désir. La sécheresse vaginale (d'origine hormonale) peut rendre la pénétration douloureuse. Le troisième trimestre est souvent associé à un désintérêt sexuel, les changements corporels sont nets, les rapports inconfortables.

En ce qui concerne la sexualité des pères, peu de données objectives existent. On imagine facilement des difficultés liées à cette nouvelle situation à laquelle ils doivent s'adapter avec la présence de l'enfant à l'intérieur de leur femme. La sexualité masculine pose alors aux couples des questions nouvelles, et la modification du comportement féminin entraîne une adaptation masculine. Dans les études récentes qui prennent en compte les deux points de vue : homme et femme, certains citent la crainte de nuire à l'occasion des rapports, d'autres perdent leur désir devant un corps «altéré » par la grossesse , tandis que certains notent l'absence de désir chez la femme. La masturbation est une donnée constante dans la vie sexuelle masculine durant la grossesse, quant aux rencontres sexuelles hors couples, elles sont rares, mais documentées dans les études.

D'autres raisons peuvent intervenir ; les hommes sentent durant la grossesse l'attachement de la femme à l'enfant, et tentent de trouver leur place. Certaines femmes n'arrivent pas placer l'enfant d'une façon satisfaisante au sein du couple. D'autres risquent de tomber dans de faux raccourcis : «l'enfant a plus besoin de moi» « la sexualité vient après » ou « le mari peut un jour me quitter, mon enfant : non ». Rappelons que la place de l'enfant dans un couple n'a rien à voir avec la place de l'homme, et que la maternité n'est qu'une étape dans la vie d'une femme.

Une étude portant sur 60 couples a montré : 

- Baisse de la fréquence d'activité sexuelles pendant la grossesse, atteignant zéro durant les trois premiers après l'accouchement.

- La masturbation chez les hommes est une donnée constante trouvée dans tous les couples.

 

  

Commentaires

Suivez-nous !