6 minutes reading time (1103 words)
Favori 

Zones érogènes, zones érotisantes : ce que dit la science

couple romance champagne feu baiser
 
 
 
L'expression « zones érogènes » a été inventée vers la fin du XIXe siècle par certains psychologues pour décrire comment une simple pression sur ces parties du corps pouvait provoquer un orgasme complet chez certaines personnes qui étaient définies comme des « personnes hystériques.»
 
 
 

Zones érogènes et zones érotisantes

Le terme zone érogène est utilisé comme synonyme d’érotisation, faisant référence à un organe, ou un stimulant sexuel visuel ou auditif. Les anthropologues culturels ont utilisé ce terme dans le sens érotisation pour désigner les zones du corps féminin que les hommes trouvent sexuellement excitantes.


Il est difficile de croire que le bandage des pieds répandus dans la Chine médiévale peut fournir à la femme mutilée un apport érotique. Il s’agit d’un aspect visuel érotisé par la culture. Les pieds bandés sont érotisés et ne sont pas une zone érogène.
Les seins volumineux sont érotisés en Amérique du Nord, il s’agit d’un phénomène d’érotisation pour les hommes. Dans certaines études, on réserve le terme zones érogènes pour les seins féminins qui participent à la réponse sexuelle féminine, et le terme zone érotisante pour décrire l’effet visuel de ces seins sur le partenaire.
En cas de conditionnement de la réponse sexuelle à cette érotisation, nous pouvons utiliser le terme de fétichisation.

 

 

 

Zones érotisantes changeantes selon la culture

Les zones érotisantes selon les cultures et selon les époques.
Curieusement les zones érogènes ne sont pas toujours érotisantes. Le désir masculin est rarement réceptif à la vue de la vulve, et se déplace vers des parties du corps comme la bouche, les yeux ou les cheveux. La culture joue un rôle sur ces zones érotisantes en augmentant leur ressemblance avec les organes sexuels. Les femmes occidentales peignent leurs lèvres en rouge vif, renforçant la ressemblance avec les lèvres de la vulve.
Le psychanalyste JC Flugel a observé que la chair nue est ennuyeuse. Les vêtements dissimulent en attirant l'attention sur un site érotisant. De lourdes et longues jupes ont dissimulé les jambes des femmes européennes pendant des siècles, tandis que des jupons colorés ou décorés dirigeaient le regard vers les pieds et les chevilles. Les jambes ont perdu leur attrait sexuel après la Première Guerre mondiale quand les jambes féminines ont été exposées.
N'importe quelle partie du corps peut être une zone érotisante.

 

 

 

Zones érogènes : fonctions et topographie

Dans les manuels sexuels, dans toutes les cultures, on trouve des listes des zones du corps considérées comme zones érogènes réceptives aux caresses et à la stimulation : oreilles, bout des doigts et paumes, mamelons, intérieur des cuisses, pieds, le mont de vénus.

Bien que l'excitation sexuelle puisse être encouragée par des signes visuels, par l'odorat, les sons, ou la parole, de nombreuses zones dans le cerveau vont associer ces signes pour agir sur les organes génitaux.
Toucher ou caresser sont des moyens efficaces pour provoquer ne excitation sexuelle et déclencher une réponse sexuelle.
Les partenaires sexuels caressent les organes génitaux, et d'autres régions du corps pour améliorer l'excitation sexuelle. Ces régions sont nommées les zones érogènes.

La zone érogène est une zone capable de déclencher le réflexe orgasmique. Ces zones sont riches en terminaisons nerveuses sans avoir une structure anatomique particulière. Ces structures transmettent les stimulations vers les centres nerveux médullaires (de la moelle épinière) et provoquent un réflexe orgasmique.
Certaines zones érogènes sont sensibles à des stimuli particuliers : friction et succion pour les seins et le gland, pression pour le gland et le vagin, et chaleur, pression et percussion pour le clitoris.


En dépit de nombreuses explications, et descriptions, le fonctionnement des zones érogènes demeure incompris, de même, la topographie de ces zones.
Généralement, chacun pense connaître ses propres zones érogènes. Il change d'avis après une série de rencontres sexuelles pour découvrir que l'interaction avec son partenaire peut réveiller d'autres zones érogènes. De même, les zones érogènes varient dans leur topographie et dans leur réceptivité selon la nature de l'activité sexuelle, masturbation, ou activité sexuelle avec un partenaire. Dans d'autres cas, la nature de la relation peut influencer l'étendue des zones érogènes et leurs réceptivités.

 

Les zones érogènes : complexe connexion


Les zones érogènes sont connues depuis l'antiquité. Schématiquement, on divise les zones érogènes en zones primaires et en zones secondaires.
Chez l'homme, les zones érogènes primaires sont localisées sur la verge, essentiellement le gland, la base du gland, le scrotum et le périnée.
Chez la femme, les zones érogènes sont situées sur le clitoris, le vestibule de la vulve, les petites lèvres, et le vagin.
La sensibilité et la réceptivité varient selon la nature de la relation, sur la nature de la stimulation, et selon ses propres expériences sexuelles.
Les études publiées en 2016 soulignent que les zones érogènes sont associées aux organes génitaux, mais d'autres zones érogènes peuvent être actives pendant les rapports sexuels avec un partenaire comme le cou, l'anus, les fesses, et la face interne des cuisses.

zones erogenes femme

 

Les zones érogènes pendant la masturbation sont généralement différentes de l'évaluation personnelle. Les zones érogènes avec un partenaire sont plus étendues que les zones érogènes activées pendant la masturbation. La présence d'un partenaire peut étendre les zones érogènes vers la partie inférieure du corps, des pieds jusqu'à la face postérieure des fesses.

Selon la fameuse formule, le cerveau est une zone érogène. Dans une étude publiée en 2014, les analyses de réponses de 800 participants ont confirmé qu'une majorité des femmes ignore que les hommes possèdent d'autres zones érogènes que le pénis, et que de nombreuses femmes pensent que le corps féminin possède plus de zones érogènes que le corps masculin. Les participants ont mentionné 41 parties du corps humain considéré comme érogènes. Il existe une nette corrélation entre les réponses masculines et les réponses féminines. Les deux sexes ont placé les organes génitaux au sommet de leur liste, suivi de la langue, oreilles, face intérieure des cuisses, et les omoplates.

zones erogenes homme

 

Ces études permettent de dire que le corps humain entier est une zone érogène, réceptive à la stimulation sensorielle, que chaque personne possède sa propre carte des zones érogènes, cette carte est modifiable par le cerveau, en relation avec l'environnement, la nature de la relation, et les émotions déclenchées par la présence du partenaire.

Les origines de la distribution nerveuse de ces zones érogènes demeurent incomprises.

 

Référence :

Lauri Nummenmaa : Topography of Human Erogenous Zones, Arch Sex Behav, avril 2016
Richard E. : Human Reproductive Biology (Fourth Edition), 2014
Steele, V (1985). Mode et érotisme : idéaux de beauté féminine de l'époque victorienne à l'ère du jazz . Presse universitaire d'Oxford , New York .
Wilson, E. (1985). Orné de rêves . Virago, Londres

 
 
 
1
Désir sexuel
Attirance sexuelle et relation
 

Commentaires

Pas encore de commentaire
Déjà inscrit ? Connectez-vous ici
Guest
jeudi 29 septembre 2022
Si vous souhaitez vous inscrire, veuillez saisir un nom d'utilisateur, mot de passe et nom.

By accepting you will be accessing a service provided by a third-party external to https://causam.fr/

Suivez-nous !