Asexualité : revoir le lien entre désir et attirance

asexuality

 

 

La sexualité humaine est depuis longtemps un sujet d'étude dans les sciences sociales (par exemple, Freud, 1922/1959 ; Kinsey 1948 ; Kinsey, 1953, Master and Jonhson 1966). La plupart de ces études partent implicitement du principe que les individus sains ont la capacité d'être sexuellement attirés par une autre personne.

 

Si le fait d'avoir un désir sexuel est une méthode permettant à un individu de se classer comme une personne sexuelle, alors l'absence totale de désir et d'attirance sexuelle soulève de nouvelles questions sur le développement et la classification sexuelle. Bien qu'une proportion notable d'individus déclare un faible désir sexuel chronique et consulte pour traiter ce problème, une minorité d'individus note une absence chronique de désir tout au long de leur vie, qu'ils n'ont pas l'intention de changer et qui ne leur cause aucune détresse personnelle.

Au cours de la dernière décennie, les personnes asexuelles ont remis en question l’idée que la bonne santé physique et men tale s’accompagne d’un bon désir sexuel. Bien que la définition de ce que signifie être "asexuel" est fréquemment contestée, un individu asexué est souvent défini comme une personne qui n'éprouve pas d'attirance sexuelle (Bogaert, 2004).

Kinsey et al. (1948) ont d'abord quantifié ce groupe, appelé catégorie X, comme étant le groupe d'individus n'ayant aucune contacts ou réactions socio-sexuelles, il représentait environ 1 % de leurs participants. Cependant, Kinsey et al ne sont pas allés plus loin et se sont satisfaits de publier ce résultat sans analyse.

 

La première référence au terme asexualité, en ce qui concerne les humains, se trouve dans la recherche de Storms (1980) sur la nature de la sexualité humaine. On y décrit un modèle bidimensionnel de la sexualité humaine dans lequel l'homo-érotisme se situe sur une dimension et l'hétéro-érotisme sur l'autre. Les individus peuvent varier le long des deux dimensions, la direction érotique étant dictée par les types de fantasmes érotiques vécus par les individus ; par exemple, une personne dont les fantasmes érotiques concernent le plus souvent le sexe opposé serait considérée comme ayant un niveau élevé d'hétéro-érotisme et un niveau faible d'homo-érotisme. Selon ce modèle, les personnes asexuelles auraient peu de fantasmes érotiques, voire aucun, et seraient donc considérées comme ayant un faible niveau d'homo- et d'hétéro-érotisme.
Depuis l'étude de Storms (1980), le volume de la recherche sur l'asexualité n'a cessé de croître sans trouver une définition acceptable de l'asexualité, sans savoir s’il faut classer l'asexualité en tant qu'orientation sexuelle ou en tant que maladie.

 

 

Définitions de l'asexualité

Bogaert (2004) a défini l'asexualité comme une absence d'attirance sexuelle pour les personnes de l'un ou l'autre sexe.
Le terme « asexué » n'est apparu que des décennies plus tard. Dans l'analyse de Bogaert (2004) portant sur 18 000 résidents britanniques dans le cadre d'une enquête nationale, 1,05 % ont répondu à la question concernant l'attirance sexuelle : "je ne me suis jamais senti sexuellement attiré par quelqu'un".


Brotto en 2010 définit l'asexualité comme une "absence d'attirance sexuelle".

L'asexualité a été définie comme l'absence de désir de s'engager dans des activités sexuelles par Prause en 2007.
Les divergences entre les définitions vérifiées par les personnes s'identifiant comme asexuelles peuvent s'expliquer par les différences entre les communautés dans lesquelles les participants à ces études ont été recrutés, et par l'hétérogénéité au sein de la communauté asexuelle.
Scherrer (2008) a constaté que certains participants définissaient l'asexualité comme une absence d'attirance sexuelle tandis que d'autres la définissaient comme une absence de désir de s'engager dans des activités sexuelles.

Certains participants expliquent qu'ils ressentaient une attirance sexuelle mais qu'ils n'avaient aucun désir de s'engager dans des activités sexuelles. Pour certains, il semble que le désir sexuel ne découle pas nécessairement de l'attirance sexuelle. Par conséquent, une définition générale de l'asexualité reste insaisissable, peut-être parce que de multiples définitions personnelles coexistent chez les personnes asexuelles.


Il est intéressant de noter que 44 % des personnes interrogées étaient en couple. Les personnes asexuées en couple ont noté qu'elles continuaient à ressentir une attirance romantique en termes de désir de proximité, de sécurité et de connexion dans une relation ; cependant, elles n'avaient aucune attirance sexuelle pour ce partenaire proche. Les individus définissaient leurs relations en fonction de leur attirance romantique, par exemple, hétéro-romantique, homo-romantique, pan-romantique ou asexuée.

Certains se sont identifiés comme des asexuels aromantiques, ne désirant ni attachement sexuel ni romantique.

 

 

L'asexualité : orientation sexuelle?

En 2003, Diamond a proposé de séparer le désir sexuel de l'attachement romantique. Son modèle explique que le désir sexuel facilite l'attachement romantique sans la conditionner.
Si l'asexualité est l'absence d'attirance et/ou de désir sexuel, cette caractéristique distingue l'asexualité de l'orientation sexuelle définie comme un aspect de l'identité personnelle et sociale d'une personne qui indique la présence ou l'absence de cibles de ses attirances ou comportements sexuels

Cependant, de nombreuses personnes déclarent que leur asexualité représente un aspect important de leur identité personnelle.

Brotto (2010) a comparé les perceptions que les personnes asexuelles ont d'elles-mêmes de leur asexualité en tant qu'orientation sexuelle avec les perceptions qu'ont d'elles-mêmes les personnes diagnostiquées comme ayant un trouble de la personnalité, ou trouble obsessionnel-compulsif. Les asexuels ne souffrent d’aucun trouble.

Dans leurs entretiens avec des hommes et des femmes s'identifiant comme asexuels, les participants considéraient leur asexualité comme une absence d'attirance sexuelle plutôt que de désir sexuel, et par conséquent, leur expérience était différente des personnes souffrant d’un désir sexuel hypo actif.
Les personnes asexuelles ne semblent pas souffrir de leur état, ne manifestent aucune détresse, et ne demandent aucune aide médicale.

Les participants aux études ont indiqué que leur asexualité a commencé à un très jeune âge, peut-être avant le début de la puberté (Brotto et al, 2010) et qu'ils se sont toujours sentis différents de leurs amis sexuels (Brotto et al, 2010). Cette expérience rappelle les récits des hommes gays, des femmes lesbiennes et les personnes transgenres. L'absence d'attirance sexuelle semble accompagner la vie sexuelle de ces personnes. Les participants aux études ont discuté de leur corps et de leur sexualité dans un langage technique et dénué d'émotion. Par exemple, lorsqu'on leur demandait de décrire leurs organes génitaux, certains participants ont déclaré que ces organes sont juste là, d’autres décrivaient ses organes sans lien avec la sexualité dans un langage reflétant un désintérêt pour tout comportement sexuel.

Des découvertes récentes montrant la similitude entre les schémas d'activation neurale pendant le désir sexuel et le sentiment amoureux, (Jacopo, & Lewis, 2012), les chercheurs découvrent qu’il existe bien des choses à apprendre sur la disjonction entre attirance sexuelle, désir et attirance romantique, en étudiant les asexués.
Cette population bien de minoritaire peut aider à comprendre le lien entre le désir sexuel, et l’attirance, entre le désir et le comportement. C’est le seul groupe en sexologie qui garde son désir sexuel intact cliniquement (sur le plan médical et psychologique) et qui déclare une absence presque totale d’attirance sexuelle.

Des recherches plus approfondies sur l'asexualité ont montré que le manque de désir sexuel ne semble pas poser un problème pour ces personnes (Bogaert, 2004 ; Brotto, Knudson, et al, 2010 ; Brotto & Yule, 2011 ; Prause & Graham, 2007) et que les personnes asexuées ne voient aucune raison de suivre un traitement pour leur manque d'attirance sexuelle.
L’absence d’attirance sexuelle est une donnée nouvelle et incomprise en médecine et en sexologie.

Les critiques de ce concept d’asexualité ont contesté la position selon laquelle une absence totale d'attirance sexuelle n'est pas aberrante, et pensent et affirment que l'asexualité est une forme extrême de baisse du désir sexuel, et donc un trouble sexuel et psychologique. Selon cette approche, le fait que les personnes asexuées ne soient pas angoissées par leur manque d'attirance fait partie de leur pathologie.


Cette approche ne peut trouver aucune traduction pratique car aucune personne ne souffre d’un trouble psychologique sauf quand il met sa vie ou la vie des autres en danger, ou quand il demande l’aide pour soulager une détresse ou un inconfort. Cette règle absolue en santé mentale ne permet pas de considérer l’asexualité comme un trouble de santé mentale.


Selon le DSM-IV-TR (American Psychiatric Association, 2000), la détresse dans la nomenclature des dysfonctionnements sexuels est considérée comme un critère indispensable, définie comme "une détresse marquée ou une difficulté interpersonnelle" (p. 541).
Bogaert (2006) soutient que l'existence d'un mouvement asexuel en pleine expansion fournit des preuves supplémentaires que l'asexualité devrait être considérée comme une orientation sexuelle, puisque les gens s'organisent autour de l'asexualité pour se soutenir mutuellement et accroître la sensibilisation à leur orientation. Par conséquent, l'asexualité a été définie comme une orientation sexuelle basée sur les caractéristiques biologiques et le parcours de vie qui lui sont associés.

 

 

Les asexuels

La présence de ces asexuels dans une société comme la notre exaltant continuellement la sexualité performante est une donnée réelle. Si les filles refusent les relations sexuelles pour garder leur virginité, ou pour attendre le bon partenaire, les études statistiques affichent des chiffres variant de 15 à 20 % des garçons qui refusent l'activité sexuelle hors du contexte de relations durables. Dans certains milieux journalistiques, on les nomme : les hommes qui refusent de coucher. On peut rencontrer ces asexuels dans la vie quotidienne, dans les associations culturelles ou religieuses, dans les formes de célibat sur Internet et dans les sites de rencontre.

Les motivations des asexuels varient selon l'âge, le besoin, les idées religieuses, philosophiques, et parfois selon le statut socio- économique :
* - Ils ne sont pas tous religieux, leurs chastetés est motivée plutôt par le refus de la sexualité brute commercialisée dans notre société. Sur les forums, on peut lire les témoignages des garçons qui privilégient le sentiment amoureux au désir sexuel brut.
* - les asexuels refusent le discours féministe consumériste réduisant la liberté féminine à sa simple expression sexuelle, les filles revendiquent leurs droits au choix de coucher ou d'attendre. Les garçons semblent plus accusateurs vis-à-vis de ce discours consumériste avec ses caricatures des filles qui consomment les hommes pour les rejeter ensuite.
* - les asexuels refusent le discours général sur la frénésie sexuelle, et sur la sexualité comme expression de bonne qualité de vie, ils cherchent la qualité de la relation sexuelle et non pas la sexualité disponible actuellement dans la société.
* - les asexuels mettent en lumière l'hypocrisie du discours dominant, les magazines et les médias encouragent une sexualité débridée, des pratiques sexuelles excessives. Dans cette ambiance, refuser de faire l'amour devient suspect. Quand une fille choisit l'asexualité, elle est suspectée d'être frigide, fanatique, religieuse. Quand un garçon choisit l'asexualité, il est accusé d'être impuissant, religieux ou machiste.
* - comme dans les couples qui tiennent sans trop de sexualité, les asexuels cherchent un sentiment amoureux capable de fonder la relation ; Pour eux, l'expérience sexuelle devrait traduire affection et tendresse et non pas expérimentation sexuelle ou désir brut.
* - l'absence de sexualité ne signifie pas l'absence d'amour, ou mauvaise qualité de vie. De nombreux asexuels sont célibataires de transition (dans l'attente d'une rencontre), ils vivent cette attente en consacrant leur temps aux loisirs, au sport, aux études.
* - dans le discours des asexuels, on retrouve des traces de spiritualité, d'idéalisme, la recherche d'une relation profonde dépassant les modes consuméristes, et l'individualisme exacerbé.
* - dans le discours des garçons asexuels, on retrouve des motivations variées : peur de la rupture, éviter la perte du temps dans des relations superficielles, refus d'un comportement féminin consumériste de sexualité, éviter les maladies sexuellement transmissibles, refus de la sexualité mécanique et pornographique.
* - le discours des asexuels semble chercher à créer une approche alternative au discours dominant sur la sexualité, ils refusent d'être obnubilés par la performance, par l'orgasme, par la taille du pénis. Il distingue généralement l'orgasme de la sexualité, la satisfaction du couple de la performance sexuelle, le comportement individualiste hors du couple de l'engagement dans la relation.
* - il est difficile de mesurer l'influence de ce comportement sur le discours ambiant, il est difficile d'évaluer le pourcentage de ces personnes, l'asexualité peu être temporaire, entre de rencontre, ou primaire (avant le début de l'activité sexuelle). Cependant, les statistiques démontrent la présence de 20 % des asexuels chez les garçons, chez les filles, on note l'augmentation de l'abstinence sexuelle, la préservation de la virginité, et un fort retour d'amour romantique comme fondement de la relation.
* - les asexuels sont parfois stigmatisés dans les médias, harcelés dans les forums ou dans les médias sociaux, leurs discours bien que minoritaires invalident le discours ambiant sur la sexualité.


asexuels  

 

 

La vie sexuelle des asexuels et des asexuelles

Les critiques de l'asexualité soulignent que les individus asexués se masturbent à peu près aussi souvent que les individus sexués (Brotto,
Knudson, et al, 2010).
Les résultats indiquent que la fréquence de la masturbation des personnes asexuelles n'est pas significativement différente de celle des personnes non asexuelles (Prause & Graham, 2007) ; et les hommes asexuels semblent se masturber plus fréquemment que les femmes asexuelles ; 49% des hommes et 7% des femmes se masturbent 2 à 7 fois par semaine (Brotto et al,2010).
Les études qualitatives ont révélé que les hommes et les femmes asexuels, en général, ne considèrent pas la masturbation comme une activité sexuelle (Brotto et al, 2010 ; Prause et Graham, 2007 ; Scherrer, 2008). Par exemple, la plupart des participants à l'enquête de Brotto et al ont décrit leurs habitudes masturbatoires comme étant motivées par un besoin physiologique, plutôt que par le désir ou l'attirance sexuelle.

Quelles sont les motivations qui poussent à la masturbation?
Il est intéressant de noter que, contrairement à la population sexuée, les personnes asexuées décrivent l'envie de se masturber comme provenant d'un "besoin de nettoyer la plomberie", une fonction hygiénique comme l’impulsion à gratter une démangeaison.
Ils assurent que cette masturbation n’est pas associée à des fantasmes sexuels et soutiennent que cette pratique n'est pas vécue comme une activité sexuelle.
Les chercheurs s’interrogent si les motifs non sexuels sont suffisants pour maintenir le niveau de masturbation observé chez les personnes asexuées malgré l'absence signalée de désir et d’attirance sexuelle.


Cette situation pose d’autres questions jamais traitées en sexologie: le désir de masturbation pourrait être indépendant du désir d'avoir des interactions sexuelles avec un partenaire ? La masturbation pourrait elle être une activité sexuelle et non sexuelle ?

44 % de l'échantillon de Bogaert (2004) ont déclaré être dans au moins une relation de cohabitation ou de mariage, et 70 % de l'échantillon de Brotto et al (2010) ont déclaré être dans au moins une relation sexuelle ou romantique, 23 % des femmes sont en couple dans l'étude de Brotto (2010), qualifiant leur relation de romantique et asexuelle. Il existe également des personnes asexuelles aromantiques qui décrivent leurs relations comme des amitiés étroites.

Les relations amoureuses des personnes asexuelles sont assimilées à des amitiés dans le discours contemporain et sont moins valorisées que les relations sexuelles par la société. Les personnes asexuelles peuvent être exclues de leur cercle d'amis en raison de leur gêne ou de leur manque d'intérêt pour le sexe. Les participants à l'étude de Brotto 2010) ont décrit des difficultés à établir des relations avec les autres. Par exemple, une femme a raconté avoir évité les fêtes parce qu'elle était mal à l'aise dans un environnement hautement sexualisé. De nombreuses personnes asexuelles pensent que leur exclusion est due à un manque de compréhension et de sensibilisation à l'asexualité dans la société.

 

Abstinence sexuelle


Nous pouvons définir l'abstinence sexuelle comme un retrait volontaire, un refus de toute activité sexuelle. L'abstinence peut être volontaire (abstinence religieuse, abstinence pour contraception) ont forcée (manque de liberté comme en prison, manque de partenaires, ou maladies).
La chasteté
La chasteté est différente de l'abstinence sexuelle, c'est une abstinence motivée par des notions religieuses ou philosophiques. La chasteté peut être totale ou partielle comme le refus de contact sexuel génital (refus de l'acte coïtal.

 

Anti sexualisme

Anti sexualisme désigne des positions et des opinions opposées à la sexualité. L'anti sexualisme a été encouragé par des cultures religieuses (moines, religieuses, hindous, etc.) mais ses relais contemporains sont rarement religieux. Les adeptes de anti sexualisme croient que la sexualité perturbe les rapports sociaux, et que la recherche de la satisfaction sexuelle est responsable de nombreux problèmes.
De nombreux célibataires sont antisexuels. Ils théorisent les méfaits de la sexualité sur la société. Ces avis sont parfois la justification de l'incapacité de la personne de trouver un partenaire sexuel, ou des avis négatifs sur la sexualité hérités d'une éducation sévère ou d'une déception.
D'autres personnes sont antisexuels, fidèles à un système de pensée qui avancent certains arguments :
* - La sexualité ne peut que compliquer des rapports humains
* - Le sexe est incompatible avec une vraie intimité entre homme et femme
* - Le désir sexuel est archaïque, bestial, une réaction sans contenu intellectuel
* - Le sexe est porteur des maladies parfois mortelles.
* - Le désir sexuel est source de mensonges dans les relations
* - La sexualité est à l'origine des violences contre l'adultère, les femmes, et contre les minorités sexuelles
* - La sexualité est dépourvue de sens, éphémère.

 

 

Ascète ou ascétisme

L'ascète est celui ou celle qui se consacre par piété aux mortifications, à l'ascétisme, à l'abandon de toute forme de plaisir. Le terme ascèse est employé parfois dans le même sens. Ce terme est un néologisme qui n'existe pas dans tous les dictionnaires.
L'ascétisme est souvent lié à un idéal religieux, culturel, ou philosophique, une sorte de mysticisme visant à dépasser les limites de la condition humaine et de les améliorer. L'ascète par définition refuse tous les plaisirs. Sa définition distingue l'ascétisme de la chasteté (refus du désir sexuel seulement).


L'ascète abandonne les plaisirs de la vie, il vit seul, dans un grand dénuement matériel, ne s'impose diverses privations, comme l'abstinence sexuelle, le silence, longues périodes de jeûne, ou privation de sommeil. L'ascétisme vise à apprendre de mieux lutter contre ses désirs, pour s'abandonner à une quête spirituelle. La finalité de l'ascétisme est de renforcer les moyens de chacun pour arriver à se détacher de toute faiblesse, et parfois de tout lien affectif social ou matériel, pour s'approcher du divin, ou d'un idéal religieux ou culturel.

L'ascétisme est une forme extrême de dévouement religieux présent dans l'Antiquité, la vie des prêtres et des religieux des civilisations anciennes reflétait une certaine dose d'ascétisme. Les religions monothéistes ont aussi leurs ascètes. Les premiers ermites chrétiens ont exploré des formes extrêmes de l'ascétisme, certains vivaient nus dans le désert, ou dans les montagnes. On peut visiter les ruines d'un monastère où un célèbre ascète chrétien qui a passé 40 ans sa vie isolé sur une colonne dans le désert syrien. Le sanctuaire de Qalat Seeman fut érigé à la fin du Ve siècle en l'honneur de plus prestigieux ascètes de Syrie, le stylite Syméon.


D'autres ermites ont choisi la privation de manger ou de boire pendant les longues périodes. La religion islamique a eu également ses ascètes qui ont produit des histoires, des livres et des poèmes.
Certaines pratiques de jeûne dans les religions monothéistes comportent une certaine dose d'ascétisme. Actuellement, on retrouve un ascétisme toujours vivant en Inde ; les hommes s'imposent une vie de pauvreté, de mendicité, et de souffrance physique ou morale pour s'approcher du divin.


Dans le monde occidental, l'ascétisme existe toujours sous des formes atténuées dans les ordres monastiques, ou dans la vie de certaines personnes attachées à la pratique religieuse.

Il est utile de distinguer la notion d'ascétisme de celle de l'asexualité (refus volontaire et assumer de la sexualité sexe), cependant dans l'asexualité, la privation est essentiellement sexuelle, motivée par des idées culturelles et rarement par des concepts religieux.

En conclusion, l'ascétisme est pus qu'une privation volontaire des plaisirs disponibles, y compris le plaisir sexuel, pour des motifs religieux ou philosophiques.

 

Asexualité : nombreux concepts de sexologie à revoir

Il est possible que l'asexualité soit une question de manque d'attirance pour les relations sexuelles avec un partenaire plus qu'une question de manque d'attirance pour toutes les formes de sexe, bien que cela nécessite une étude plus approfondie. Ces découvertes soulèvent des questions intéressantes : le désir de masturbation est véritablement un désir sexuel par opposition à une pulsion, une impulsion ou un besoin non sexuel ?
Pour tenter de déterminer si l'asexualité peut être liée à un processus psychologique sous-jacent, Brotto et Yule (2011) ont comparé les effets physiologiques de l'excitation sexuelle chez les femmes asexuées, homosexuelles, bisexuelles et hétérosexuelles. Les participantes ont observé des stimuli érotiques dans un environnement de laboratoire contrôlé tandis qu'un appareil mesurait l'amplitude de la circulation sanguine vaginale. Aucune différence significative n'a été constatée dans la réponse génitale entre les femmes asexuées et les femmes sexuées.

Ces résultats suggèrent que l'absence d'attirance et de désir sexuels n'est pas le résultat d'une altération de la réponse physiologique sexuelle.

Le fait que le désir sexuel puisse être différent de l'excitation sexuelle physiologique est une caractéristique commune et admise de la réponse sexuelle des femmes, mais pas nécessairement des hommes (Chivers et al, 2010). L’idée la plus répandue était que la réponse sexuelle masculine est plus simple que la réponse féminine, chez les hommes le désir sexuel ne serait pas différent de l’excitation sexuelle.


Les schémas d'excitation sexuelle des hommes asexués restent à élucider et posent de réelles questions sur la réponse sexuelle chez les hommes.

Dans l'ensemble, les recherches sur l'asexualité suggèrent que le désir sexuel, ou son absence, ne peut être déduit de manière fiable de l'attirance romantique, ni à l'activité sexuelle (fréquence de masturbation) ni à une réponse sexuelle physiologique.

La littérature actuelle suggère que les expériences des personnes asexuelles sont exclues de la compréhension par la société occidentale contemporaine de la sexualité et des relations intimes à bien des égards. Les asexuels ont une certaine difficulté à définir leurs relations en raison de la confusion entre sexe et intimité, entre désir et attirance.

Les résultats des recherches sur l'asexualité génèrent plus de questions que de réponses, des questions fondamentales sur le désir, l’attirance, l’excitation, l’activité sexuelle et la définition de l’orientation sexuelle.


La compréhension de la manière dont les personnes asexuées vivent le manque de désir et d'attirance, d'un point de vue psychologique, socioculturel et biomédical, peut apporter de nouvelles connaissances importantes à l'étude du désir.

 

Références

Jean Philippe de Tonnac ( 2006) : la révolution asexuelle, Ed Albin Michel

Bogaert, A. F. (2004). Asexuality: Prevalence and associ- ated factors in a national probability sample. Journal of Sex Research, 41, 279–287
Brotto, L. A. (2010b). The DSM diagnostic criteria for hypoactive sexual desire disorder in women. Archives of Sexual Behavior, 39, 221–239. doi:10.1007/s10508-
009-9543-1
Brotto, L. A. (2010c). The DSM diagnostic criteria for sexual aversion disorder. Archives of Sexual Behavior, 39, 271–277.
Brotto, L. A., Basson, R., & Luria, M. (2008). A mindfulness- based group psychoeducational intervention targeting sexual arousal disorder in women. Journal of Sexual Medicine, 5, 1646–1659.
Brotto, L. A., Bitzer, J., Laan, E., Leiblum, S., & Luria, M. (2010). Women’s sexual desire and arousal disorders. Journal of Sexual Medicine, 7, 586–614.
Brotto, L. A., Chik, H. M., Ryder, A. G., Gorzalka, B. B.,& Seal, B. N. (2005). Acculturation and sexual function in Asian women. Archives of Sexual Behavior, 34, 613–626.
Brotto, L. A., & Klein, C. (2010). Psychological factors involved in women’s sexual dysfunctions. Expert Review of Obstetrics and Gynecology, 5, 93–104.
Cacioppo, S., Bianchi-Demicheli, F., Frum, C., Pfaus, J. G., & Lewis, J. W. (2012). The common neural bases between sexual desire and love: A multilevel kernel density fMRI analysis. Journal of Sexual Medicine, 9,
1048–1054.

Chivers, M. L., Seto, M. C., Lalumière, M. L., Laan, E., & Grimbos, T. (2010). Agreement of self-reported and genital measures of sexual arousal in men and women: A meta-analysis. Archives of Sexual Behavior, 39, 5–56.

Diamond, L. M. (2003). What does sexual orientation orient? A biobehavioral model distinguishing roman- tic love and sexual desire. Psychological Review, 110, 173–192.

Kinsey, A. C., Pomeroy, W. B., & Martin, C. E. (1948).
Sexual behavior in the human male. Bloomington: Indiana University Press.
Prause, N., & Graham, C. A. (2007). Asexuality: Classification and characterization. Archives of Sexual Behavior, 36, 341–356.
Prause, N., Janssen, E., & Hetrick, W. (2008). Attention and emotional responses to sexual stimuli and their rela- tionship to sexual desire. Archives of Sexual Behavior, 37, 934–949.
Scherrer .k ( 2008) Coming to an Asexual Identity: Negotiating Identity, Negotiating Desire, Sexualities. Oct 1;11(5):621-641.
Storms, M. D. (1980). Theories of sexual orientation. Journal of Personality and Social Psychology, 38(5), 783–792.

 

 

 

Lire la suite
1
  131 lectures
  0 commentaires
Mots-clés :
131 lectures
0 commentaires

Le couple d’abord OU comment réussir le couple heureux

couple-tableau-Grant-Wood

couple tableau  Grant Wood

 

 

 

 

A notre époque, les relations amoureuses, intimes ou romantiques, font l’objet d’écrits abondants en psychologie, en sociologie, en médecine, et sont le sujet de nombreux livres et publications.

Comment les couples actuels arrivent à créer des mariages réussis à long terme en dépit de l'évolution des valeurs et des normes sociales.
Une relation amoureuse réussie aujourd'hui est définie très différemment de celle de par le passé.
De quelle manière les couples entretiennent-ils une relation romantique intime vivante au sein d’une société caractérisée par le développement de nouvelles attitudes culturelles parfois contradictoires, partagée entre l’individualisme et le collectif, et entre les hommes et les femmes ?
Nous allons tenter de trouver une réponse à ces questions en interrogeant 6 livres qui traitent ce sujet, rédigés à l’attention du grand public

 

Alison Armstrong Keys to the Kingdom

abs11.5 rouge Alison Armstrong : Keys to the Kingdom2013

Alison Armstrong, dans ses livres « Keys to the Kingdom 2013) et « The Queen's Code 2013), souligne un point semblable à celui de Gray : les hommes et les femmes ne sont pas les mêmes, que nous avons certaines différences inhérentes. Selon elle, les femmes peuvent mieux s’exprimer pour stimuler une intimité plus profonde au sein de la relation en mettant en avant leurs compétences sociales. Elle écrit :

"Outre les caractéristiques des animaux humains, nous avons des caractéristiques spécifiques mâles et femelles. En plus de nous comprendre nous-mêmes en tant qu'humains, en nous comprenant nous-mêmes en tant qu'hommes et femmes, nous pouvons être plus efficaces les uns avec les autres." (2013, page 516)

"Si les femmes changeaient leur façon de comprendre les hommes, et ensuite, par cette compréhension, comment elles interagissent avec les hommes, elles seraient beaucoup plus efficaces. (2013, page 543)

Armstrong pense que les hommes et les femmes ont besoin d'une attention positive et affirmée, mais que les hommes sont particulièrement sensibles aux attentions positives. C'est là que réside un certain pouvoir féminin.
Les hommes ont besoin de liens physiques pour atteindre la profondeur émotionnelle, et les femmes ont besoin d'intimité émotionnelle pour atteindre la profondeur physique du plaisir sexuel.

Dans certaines situations, être une femme signifie être vulnérable : en tant que personne physiquement plus petite, parfois pendant les rapports sexuels, pendant la grossesse et l'allaitement, et surtout pendant l'accouchement. La vulnérabilité est un aspect assimilé à la féminité et elle a été sous-estimée.

 

 

Gottamn The Seven Principles for Making Marriage Work

abs11.5 rouge  Gottamn : The Seven Principles for Making Marriage Work 2015

 

John Gottman analyse depuis un quart de siècle les relations homme-femme. Dans son dernier livre The Seven Principles for Making Marriage Work : A Practical Guide publié en 2015, il soutient que la prochaine évolution la plus importante de la culture sociale sera l'augmentation de l'intelligence émotionnelle des hommes (p123).

Gottman et ses collaborateurs de recherche peuvent prédire avec une bonne précision quels couples resteront heureux et ensemble, ceux qui divorceront (p2). Il cite les facteurs les plus importants pour le maintien d'un couple heureux :
- savoir voir votre partenaire sous un jour positif,
- accepter l'influence de votre partenaire,
- résoudre efficacement les conflits
- créer un sens commun.

Encouragée par ses recherches, l'épouse de Gottman, Julie Schwartz-Gottman, a mis sur pied le Gottman Institute à Washington, pour aider à former des couples à maintenir leur mariage heureux.

Ensemble, ils ont publié un livre, Eight Dates en 2019, qui explique comment travailler ensemble pour améliorer leur relation. L'un des principaux conseils est que les couples doivent prendre le temps d'avoir des " rendez-vous " réguliers entre eux pour que leur mariage s'épanouisse (2019).

Les Gottman reconnaissent qu'il y aura certainement des conflits dans un mariage. Apprendre à accepter et à vivre avec les conflits est un élément clé du succès, tout comme l'approfondissement de nos compétences pour les résoudre en premier.

Si un couple utilise des " techniques de réparation ", la pratique consistant à trouver des moyens simples de se remettre d'un combat, comme sauver la face, s'excuser, être humoristique, etc. Les partenaires doivent se rapprocher les uns des autres en étant plus attentifs, en partageant leurs espoirs et leurs rêves mutuels et en appréciant le meilleur de chacun (2015).

Gottman explique que la plupart des femmes sont déjà socialisées sur le plan culturel afin d'être intelligentes sur le plan émotionnel, compte tenu du type de jeu qu'elles pratiquent pendant leur enfance. Il est plus naturel pour elles d'être coopératives, compatissantes et intimes - prêts à explorer les aspects émotionnels de la vie et à résoudre les conflits de façon positive (2015, p. 122). Aux hommes de faire le reste.

 

 

Esther Perel Bonding in Captivity

 

 

 



abs11.5 rouge  Esther Perel : Bonding in Captivity 2006

Esther Perel, psychothérapeute belge a une perspective très similaire. Perel pense que, pour réussir, chaque couple doit avoir l'intention de faire le nécessaire pour maintenir le mariage en vie, et particulièrement en ce qui concerne l'épanouissement de la sexualité. Dans son livre Bonding in Captivity publié en 2006, elle écrit :

"Les relations modernes sont des chaudrons de désirs contradictoires : la sécurité et l'excitation, l'enracinement et la transcendance, le confort de l'amour et la chaleur de la passion. Nous voulons tout, et nous le voulons avec une seule personne. Concilier le domestique et l'érotique est une tâche délicate. L'érotisme à la maison exige un engagement actif et une intention délibérée. Nourrir l'érotisme à la maison est un acte de défi ouvert." ( p 242)

Perel dit que nous devons faire ce qui fonctionne pour nous, pourvu que nous concluions des ententes qui permettent de répondre aux besoins des deux partenaires. Si les deux préfèrent une relation sans sexe où ils peuvent concentrer leur attention sur d'autres domaines comme la carrière ou les enfants, alors ce n'est pas un problème. Mais si l'un des partenaires a soif d'intimité sexuelle, alors c'est quelque chose qui doit être abordé dans la relation.

 

Serge Chaumier La Deliaison amoureuse

abs11.5 rouge Serge Chaumier : La Déliaison amoureuse (2004)


Dans son livre La Déliaison amoureuse (2004), le français Serge Chaumier analyse le désir de fusion, hérité du romantisme, omniprésent dans les idéaux amoureux qui s’oppose à l’exigence d’indépendance et d’autonomie de l’homme moderne. Il explique comment le couple moderne devient refuge, espoir, et structure défensive, comment les hommes et les femmes chargent le couple moderne de toutes les fonctions indispensables, et parfois contradictoires, à leur épanouissement moral, sexuel, physique, et émotionnel.
« Les représentations de l'amour encore omniprésentes qui réclament la fusion et la durée entrent en conflit avec des exigences sociologiques qui imposent l'égalité des rôles et l'autonomie des histoires de vie. Il y a là donc une évolution ambivalente de l'amour romantique dans la société contemporaine. Les partenaires du couple sont encore déchirés entre ces deux tendances: socialisés d'une part avec des représentations et des modèles parentaux de l'amour fusionnel, sécurisants certes, mais insupportables à vivre, et confrontés d'autre part aux exigences contemporaines de liberté et de partage limité. Bien des crises de couple résultent de ce désir de concilier ces aspects contraires. »
(P94)

 

 

Doug et Naomi Moseley Feelings First

 

abs11.5 rouge Doug et Naomi Moseley : Feelings First 2013

Doug et Naomi Moseley, thérapeutes et auteurs du livre Feelings First, publié en 2013 croient que l’émotion est la clé pour alimenter les feux de la passion sexuelle. Ils encouragent les couples à exprimer ces émotions et soulignent également l'importance d'apprendre à écouter les expressions des sentiments afin que chaque partenaire se sente entendu. Ils parlent de l'importance de la monogamie pour faire perdurer le couple.

"Quand les individus et les couples veulent avoir plus de passion dans leur vie, ils doivent en apprendre davantage sur leurs sentiments. Ceci exige un effort déterminé de découverte de soi, d’être prêt à risquer sa vulnérabilité personnelle. La bonne nouvelle pour ceux qui persévèrent, c'est que les récompenses dans les relations et la vie de famille sont inestimables." (formation sur l'intimité, 2013)

 

 

John Gray  Beyond Mars and Venus

 

abs11.5 rouge  John Gray : Beyond Mars and Venus 2017

John Gray, auteur de Men are from Mars, Women are from Venus, (1992), a publié en 2017 un nouveau livre Beyond Mars and Venus (au de la de mars et vénus).
Dans son premier best-seller, il avait insisté sur certain manque de reconnaissance et d'acceptation des différences entre les femmes et les hommes. Schématiquement, il explique qu'en général, une femme apprécie les relations, la communication, la beauté, la spiritualité, la croissance personnelle et l'expression. Elle se définit par ses sentiments et la qualité de ses relations. Un homme valorise la compétence, l'efficacité, le pouvoir, le succès et l'accomplissement. Il se définit par sa capacité à obtenir des résultats.

Dans son livre Beyond Mars and Venus publié 2017 il écrit

"Ce dont nous avons besoin dans nos relations pour nous épanouir durablement a radicalement changé. Les hommes et les femmes ont besoin d'un nouveau type de soutien affectif qui comprend plus d'authenticité, plus d'intimité et d'expression personnelle. Ce changement a créé de nouvelles possibilités, tant pour les relations que pour les individus. Les gens ont la possibilité d'être eux-mêmes d'une manière qu'ils n'auraient jamais pu être auparavant, et d'embrasser des caractéristiques qui vont au-delà de leurs rôles traditionnels de genre, permettant des relations plus intimes que jamais auparavant." (2017,p14)

Cela signifie avoir des conversations significatives, cultiver la curiosité et se soucier de l'autre et de son bien-être, honorer davantage le point de vue de l'autre comme étant légitime.

Gray (2017) souligne qu'il faut faire confiance au besoin émotionnel primaire d'un homme. Il veut que sa partenaire le considère comme quelqu'un de compétent, qu'elle l'encourage, l'apprécie et l'admire pour cela.
Le premier besoin émotionnel d'une femme est d'être soignée. Elle a besoin de partager ses sentiments et de se sentir entendue et comprise par lui. Il s'ensuit que les hommes feraient mieux d'écouter davantage les femmes et que les femmes feraient mieux d'apprendre à croire que les hommes sont là pour elles.

Gray discute des récents développements en matière d'égalité des sexes et de leurs effets sur le mariage : "L'égalité ne signifie pas l'uniformité. Cela signifie respecter nos différences et les garder sous un jour positif. Chaque personne est différente ; chacun d'entre nous a un mélange unique de caractéristiques masculines et féminines. S'attendre à ce que tout le monde se conforme à une norme est le contraire du respect." (2017, page 88)

Gray voit qu'au lieu d'être des " compagnons de rôle " coincés dans des rôles de genre rigides, les couples deviennent des " âmes sœurs ", partageant un amour et une intimité profondes, et respectant le droit de chacun de choisir ses propres orientations dans la vie (2017). Naviguer à travers cette liberté de choix pose ses propres défis. Selon lui, les hommes sont généralement plus épanouis en menant une vie de sens et de but, et beaucoup de femmes sont épanouies en menant une vie remplie d'amour et de bonheur (2017, p. 288).

Il souligne que les principaux besoins des femmes sont l'attention, la compréhension et le respect de leur partenaire. Pour les hommes, l'appréciation, l'acceptation et la confiance de leur conjointes. (2017, p. 286).

 

 

Comment réussir une relation

Selon ces livres, nous pouvons proposer certaines orientations

abs11.5 orange - être conscient des changements
Par le passé, les relations fonctionnaient lorsqu'elles s'inscrivaient dans le contexte culturel et que les partenaires respectaient les normes.

Maintenant, pour qu'une relation soit dynamique, il faut une intention consciente et active, parce que les attentes ont changé. Pour s'épanouir, les partenaires doivent comprendre comment la dynamique de leur relation interagit et comment ils peuvent l'améliorer pour que les deux personnes soient satisfaites. Ils doivent prendre le temps d'établir un sens et des liens.

En d’autres termes, le modèle ancien ne suffit pas. Ni la protection des familles, ni le respect de traditions ne peuvent seuls sauver une relation.

 

abs11.5 orange - le couple doit répondre aux besoins
Le couple moderne est considéré comme une réponse aux besoins émotionnels, matériels et sexuels. Chaque partenaire devrait valider les besoins de l’autre et tenter d’y répondre. Si l’intérêt du couple devrait être pris en compte, l’individualisme de nos sociétés exige de répondre aux besoins, et aux attentes pour ne pas mettre danger l’existence du couple.

 

abs11.5 orange - les soins
S'engager à prendre soin l'un de l'autre et à travailler ensemble pour maintenir un lien d'amour est important pour créer un partenariat à la fois pratique et romantique assurant liberté, créativité et sécurité.

 

abs11.5 orange - liberté et autonomie

Respecter la liberté de choisir des rôles qui reflètent nos intérêts et nos talents permettra aux deux personnes d'exprimer leur féminité et leur masculinité. Cela signifie qu'il faut accepter les différences, et oublier l’idée que les partenaires seront les mêmes dans leur façon de réagir aux opportunités et aux défis. La relation actuellement peut être fusionnelle au début, mais finit généralement par deux égos et deux personnes autonomes.

 

abs11.5 orange - communication de sentiments et de besoin

La valorisation de la communication comme moyen d'approfondir les liens intimes favorise l'amélioration de l'intelligence émotionnelle.
L'expression des sentiments et des besoins, l'écoute de la compréhension, le dépassement des luttes de pouvoir et la résolution efficace des conflits sont devenus des éléments essentiels d'une union réussie.
Les principaux défis dans les relations sont liés à l'argent, à la carrière, aux tâches ménagères, au sexe, à la belle-famille, aux ex-conjoints, à la religion et aux enfants. Tous peuvent être abordés de façon positive grâce à une communication honnête et compatissante.

 

abs11.5 orange - sexualités et érotisme

L'effort et la prise de conscience des besoins et des désirs individuels peuvent encourager l’érotisme, l’affection partagée et la sensualité. Pour créer une satisfaction sexuelle durable, les partenaires peuvent tirer profit de leur volonté d'entrer dans des domaines inexplorés et parfois nouveaux de l'intimité romantique et physique.

 

abs11.5 orange - soutien mutuel

Le soutien mutuel dans la poursuite de leurs intérêts professionnels, familiaux et récréatifs encourage les partenaires à réaliser leur plein potentiel.

Les couples sont de plus en plus ouverts à l'apprentissage de nouvelles façons d'améliorer leur bonheur relationnel afin que les deux partenaires ne soient pas seulement satisfaits, mais qu'ils s'épanouissent dans leur relation avec l'autre. Cela peut nécessiter une certaine recherche, une certaine réceptivité aux changements d'opinions et d'habitudes.

 

abs11.5 orange - encourager l’égalité

Dans de nombreux endroits du monde, grâce à l'éducation, à la démocratie, les cultures s'éloignent d'un modèle social de domination, vers un modèle de partenariat égalitaire.

Ce modèle de partenariat égalitaire exige un consensus sur les valeurs, indispensable comme fondement des relations et du couple.

 

RÉFÉRENCES

Armstrong, A. (2013a) The Keys to the Kingdom. (2013b) The Queen’s Code. Natural Awakenings: San Antonio, Texas, USA.
Armstrong, J. (2013) Whispering in Shadows. Theytus Books: BC, Canada.

Eisler, R. (2002) The Power of Partnership: Seven Relationships That Will Change Your Life. New World Library: California, USA.

Eisler, R. (1995) Sacred Pleasure: Sex, Myth, and the Politics of the Body - New Paths to Power and Love. Harper Collins, New York, USA.

Gottman, J. (2015) The Seven Principles for Making Marriage Work: A Practical Guide. Random House, USA.

Gottman, J. and Schwartz-Gottman, J. (2019) Eight Dates. Kindle Edition. Random House, USA.

Gray, J. (1992) Men Are from Mars, Women Are from Venus. HarperCollins Publishers: New York, USA.

Gray, J. (2017) Beyond Mars and Venus. BonBella Books: Dallas, Texas, USA.

Moseley, D. and N. (2019) Intimacy Training. From www.intimacytraining.com

Perel, E. (2006) Mating in Captivity, Unlocking Erotic Intelligence. Harper- Collins: NY, USA.


Chaumier, serge. (2004) La Déliaison amoureuse : De la fusion romantique au désir d'indépendance, Edition payot, Paris, France.

 

 

 

 

Lire la suite
0
  1980 lectures
  0 commentaires
1980 lectures
0 commentaires

Sexe et bonheur : l’activité sexuelle nous rend-t-elle plus heureux ?

boheur-sexe-determinant

boheur sexe determinant

 

 

 

Depuis les années 2000, la question du bonheur surgit dans les sociétés capitalistes avec une acuité nouvelle, car l’aisance financière ne semble pas être l’unique facteur de bonheur. En Occident, au Japon, et en Chine, on retrouve une abondante littérature psychologique, sociologique et même économique pour étudier et examiner les déterminants du bonheur comme dans les études de Clark en, 2008, de Dolan en 2008 et de Frey & Stutzer en 2002).

 

Différence entre bonheur et satisfaction


Le " bonheur " est un état d'esprit et une émotion. Tout homme peut choisir d'être heureux. Les personnes pauvres ou malades peuvent être heureuses malgré le fait que tous leurs besoins ne soient pas satisfaits. Le bonheur est défini comme un synonyme de bien-être global, et non pas une satisfaction précise.

La satisfaction, est l'état dans lequel les désirs sont satisfaits, et les exigences possibles. Répondre aux désirs et aux exigences ne rend pas nécessairement heureux.
Être heureux ou satisfait dépend en grande partie des croyances d'une personne, de ce qui donnent un sens à sa vie.

Le bonheur dans le domaine de la sexualité est un bien-être physique, psychologique et émotionnel, qui se mesure sur un délai assez long.
Une femme peut être satisfaite d’un rapport sexuel occasionnel avec un partenaire rencontré sur Internet et exprimer un taux inférieur de bonheur après cette rencontre occasionnelle, par rapport à sa sexualité avec son partenaire durable.
Un homme peut être satisfait de payer une escorte pour passer un moment, et juger cette rencontre (bien que satisfaisante) baisse son niveau de bonheur global.
D’autre part, il peut exister de nombreuses satisfactions (satisfaction sexuelle, satisfaction émotionnelle, etc.) et un seul niveau de bonheur.

 

bonheur satisfaction

 

 

La sexualité et le bonheur

 L’activité sexuelle est peu étudiée en sa qualité de facteur de bonheur dans la société occidentale.

abs11.5 bleu1- le sexe : élément important pour le bonheur


La première étude sur le sujet a été réalisée dans une perspective économique. Blanchflower & Oswald ont Analyser en 2004 la relation entre l’activité sexuelle, le bonheur et la satisfaction dans la société.
Selon les études, les gens considèrent le sexe comme un facteur important de bonheur général. Dans l’étude de Kahneman (2004), sur 19 activités évaluées, les femmes plaçaient l’activité sexuelle comme l’activité la plus déterminante pour le bonheur et la satisfaction.

 

abs11.5 bleu1- fréquence des rapports sexuels et le bonheur


En 2004, Blanchflower et Oswald (2004) ont trouvé une corrélation positive entre l’activité sexuelle et le bonheur dans un échantillon de 16 000 Américains. Dans cette étude, il souligne un lien entre le bonheur et la présence d’un partenaire sexuel. Les rapports sexuels plus fréquents semblent favoriser l’apparition de niveau plus élevé de bonheur.

 

abs11.5 bleu1- partenaire unique ou multiples


Le partenaire sexuel unique est un facteur important pour maximaliser le bonheur dans le couple. Le fait d’avoir des relations extraconjugales ou de payer pour avoir des relations sexuelles diminuent le bonheur et la satisfaction.

 

abs11.5 bleu1- aspects physiques et émotions


Pour les hommes, les aspects physiques des rapports sexuels, leur intensité et leur variation, ainsi que leur fréquence semblent influencer le niveau du bonheur. Chez les femmes il existe une relation forte entre le bonheur et le fait de donner et de recevoir l’affection de leurs partenaires.

D’autres études plus récentes comme celle de Zhiming Cheng et Russell Smyth de 2014 ont tenté d’évaluer l’influence de la sexualité sur le bonheur.

 

bonheur facteurs sexuels

 

abs11.5 bleu1- combien de rapports ?


Ils ont trouvé qu’un seul rapport sexuel par mois diminue la satisfaction dans le couple, et qu’un rapport sexuel par jour est corrélé avec le niveau le plus élevé de bonheur.

Le fait d’avoir un rapport sexuel par semaine augmente le taux du bonheur du couple.
Le fait d’avoir une fréquence sexuelle considérée comme parfaite augmente le bonheur chez les hommes seulement.
Les personnes ayant des rapports sexuels fréquents avec leur partenaire principal, ou plusieurs fois par jour, sont plus heureux que les personnes ayant des rapports sexuels peu nombreux.

Avoir des rapports sexuels réguliers avec son partenaire principal est considéré comme un élément important du bonheur.
La fréquence des rapports sexuels est plus importante pour les hommes que pour les femmes et influence le niveau de bonheur chez les hommes. Cette différence pourrait être le résultat des différences biologiques et hormonales.

Les personnes ayant un revenu élevé ont généralement plus de loisirs, leur niveau de bonheur dépend moins de leurs activités sexuelles que les personnes à des revenus modestes. En cas de revenu moyen, un rapport sexuel par semaine augmente le bonheur. Et une fréquence sexuelle moindre (de moins d’un rapport sexuel par semaine) peut prédire l’absence de bonheur et augmente le risque de séparation de ces couples.

 

abs11.5 bleu1- niveau d’instruction


Le sexe apporte plus de bonheur aux personnes instruites. Ce résultat pourrait s’expliquer par le fait que les personnes ayant un capital culturel plus élevé sont plus capables d’exprimer leurs préférences sexuelles, et de valider les préférences de leurs partenaires selon Rainer et Smith (2012).

 

abs11.5 bleu1- intimité et bonheur


Le bonheur dépend également de l’intimité partagée, de la capacité d’écouter, et de partager les préférences sexuelles de son partenaire. Les personnes ayant des valeurs sexuelles plus libérales ont des taux élevés de bonheur.

 

abs11.5 bleu1- relations extra conjugales


La présence de nombreux partenaires concomitants semble influencer le bonheur. Le fait d’avoir deux partenaires concomitants baisse le bonheur et la satisfaction chez les femmes. Le fait d’avoir trois partenaires concomitants baisse le taux de bonheur chez les hommes aussi.

La relation extraconjugale semble diminuer le bonheur et la satisfaction dans le couple chez les hommes comme chez les femmes. Cependant, Le bonheur dans les relations monogames apparaît corrélé positivement avec la satisfaction relationnelle, et le bien-être général.

 

abs11.5 bleu1- orgasme et bonheur

Une fréquence plus élevée de l’orgasme augmente le bonheur de façon globale, sans augmenter la satisfaction des hommes et des femmes séparément.

 

abs11.5 bleu1- pratiques sexuelles et bonheur


Les pratiques sexuelles n’ont pas un effet significatif sur le bonheur, les positions sexuelles non plus, de même pour le sexe oral et le sexe anal.
Selon les études publiées, seul le baiser augmente le bonheur chez les hommes, sans effet significatif pour les femmes. Caresser les seins de la partenaire féminine augmente les scores de bonheur des partenaires masculins et féminins.
Caresser les parties génitales de son partenaire augmente le score de bonheur des femmes, et diminue légèrement le score de bonheur des hommes.

 

abs11.5 bleu1- satisfaction sexuelle et émotionnelle


La satisfaction émotionnelle et physique augmente le score de bonheur pour l'ensemble de l'échantillon ainsi que pour chaque sexe. Les coefficients sont légèrement plus élevés pour les femmes que pour les hommes.
Avoir des idées négatives sur la sexualité, avoir honte, exprimer une pudeur excessive, ces points semblent diminuer la satisfaction et le bonheur dans le couple.

 

abs11.5 bleu1-affection et bonheur


Exprimer et recevoir l’affection n’a pas d’effet statistique sur le bonheur des hommes, par contre il augmente le bonheur des femmes. L’expression et la réception de l’affection sont jugés plus importantes que le revenu moyen du couple ou du partenaire.

 

abs11.5 bleu1- relations sexuelles tarifées


Les relations sexuelles tarifées semblent produire un niveau de bonheur largement inférieur à celui des relations sexuelles avec un partenaire unique chez les hommes. Le fait d’être payée pour offrir des relations sexuelles diminue profondément le bonheur des femmes.
Le fait d’avoir un massage érotique ne semble pas modifier le taux de bonheur des hommes et des femmes. Le fait de regarder la pornographie n’influence pas le niveau de bonheur des hommes, des femmes, et du couple.
Les relations sexuelles occasionnelles semblent diminuer le bonheur chez les femmes.

 

abs11.5 bleu1- rapports sexuels consentis et non désirés


Le fait d’avoir des rapports sexuels consentis et non désirés réduit le bonheur des femmes, sans effet sur le bonheur des hommes.
Le fait d’avoir des rapports sexuels uniquement pour satisfaire son partenaire diminue le niveau de bonheur pour les hommes, sans effet significatif sur le bonheur des femmes.

Conclusion :

Plusieurs conclusions se dégagent de ces analyses.
La première est que les rapports sexuels ont un effet positif sur le bonheur et sur la satisfaction, surtout les rapports sexuels avec un partenaire principal fidèle, intime, et dont la fréquence sexuelle n’est pas inférieure à une fois par semaine.
Une deuxième constatation permet de noter qu’il existe un lien entre le capital culturel et l’effet du bonheur lié au sexe. Les gens les plus instruits ont plus de bonheur dans la sexualité en raison de leur capacité à partager à communiquer et à exprimer leurs besoins.

Une troisième constatation peut indiquer que la qualité des rapports sexuels joue un rôle important dans le bonheur. La fréquence de l’orgasme peut être un indicateur de la qualité, ainsi que la satisfaction émotionnelle et physique.

Une quatrième conclusion s’impose. Les études démontrent sans détour que le nombre optimal de partenaire sexuel est de un. Le fait d’avoir une relation sexuelle engagée, durable, semble jouer un rôle important sur le bonheur des hommes et des femmes.

Il existe d’importantes différences entre les hommes et les femmes. Chez les hommes, les aspects physiques des rapports sexuels influencent le bonheur, la fréquence des relations sexuelles et la participation de la partenaire augmente le bonheur des hommes.
Pour les femmes, il existe une relation forte entre l’intimité, les échanges, l’affection et le bonheur.

 

References
Blanchflower, D. and Oswald, A. (2004). Money, sex and happiness: An empirical study. Scandinavian Journal of Economics, 106, 393-415.
Clark, A. E., Frijters, P. and Shields, M.A. (2008). Relative income, happiness and utility: An explanation for the Easterlin paradox and other puzzles. Journal of Economic Literature, 46, 95-144.
Doran, K. and Price, J. (2014). Pornography and marriage. Journal of Family and Economic Issues (in press).
Frey, B. and Stutzer, A. (2002). Happiness and Economics. Princeton NJ: Princeton University Press.
Rainer, H. and Smith, I. (2012), Education, communication, and wellbeing: an application to sexual satisfaction. Kyklos, 65(4), 581-598.
Wadsworth, T. (2014). Sex and the pursuit of happiness: How other people’s sex lives are related to our sense of well-being. Social Indicators Research.
Zhiming Cheng et Russell Smyth : Sex and happiness, Journal of Economic Behavior & Organization - janvier 2014

Lire la suite
0
  1984 lectures
  0 commentaires
Mots-clés :
1984 lectures
0 commentaires

Théoriser le plaisir sexuel féminin : approche féministe

boucher danae

 

 

 

 

La sexualité est un processus complexe. Les études de la sexualité sont multidisciplinaires associant médecine, biologie, sociologie, et psychologie.

 

 

Théories disponibles sur la sexualité humaine  

Les théories disponibles concernant la sexualité sont les fruits de cette approche multi disciplinaire.


Théorie du rôle : Cette théorie soutient qu'une grande partie des gestes observés dans le comportement social est, en vérité, des rôles joués par les personnes à la façon d'acteurs jouant leurs rôles.

Théorie évolutionniste : héritage de Darwin qui pensait que l'être humain est le résultat d'une évolution lente et progressive transformant le comportement animal en comportement plus raisonné, et plus humain.

Théorie d'interaction symbolique : Le principe de cette théorie est que la nature humaine et l'ordre social sont des produits de communication symbolique entre des personnes.

Sexualité biologique : La sexualité humaine est le produit des interactions biologiques des hormones et neuro transmetteurs qui agissent sur l’organisme et ses organes.

Théorie des normes sociales : Cette théorie se base sur la conviction que la vie en société est une interaction gouvernée par les normes sociales régissant la nature et le contenu des relations admises par la société.

Théorie psychanalytique : A présent, cette théorie freudienne fait partie de l'histoire et de la culture populaire, rarement utilisée dans sa forme originale.

Sexualité comme échange social : Cette théorie de la sexualité formulée dans les années 80 utilise certains concepts de psychologie pour tenter d'expliquer les relations.

 

 

Etat des lieux selon les féministes

De nombreux auteurs féministes, en Amérique du nord et accessoirement en Europe pensent que les femmes sont soumises en matière de sexualité, par une soumission morale et que toute discussion sur les pratiques sexuelles féminines est inacceptable.

Nous devons à la contribution féminine dans notre culture (littérature, cinéma, peinture) l’éclairage de certaines zones de la psychologie et de la sexologie féminine, quand une femme se dit incapable de comprendre ce qu’il lui arrive après un baiser ou une caresse, incapable de savoir ce qu’elle peut faire pendant la rencontre sexuelle pour répondre à ses besoins et aux besoins de son partenaire.
Pendant de nombreuses années, on pensait qu’il s’agissait d’une pudeur, de pression sociale, mais les féministes confirment qu’il s’agit d’une ignorance. De nombreuses femmes découvrent leur sexualité par l’apprentissage et non pas par l’information ou l’instruction.

Ces auteurs féministes pensent que les hommes continuent de dominer les conversations sur le plaisir sexuel féminin, que la société ignore l'importance des expériences personnelles du plaisir sexuel féminin, ce qui rend difficile toute discussion sur le plaisir sexuel féminin. Cette situation délégitime le plaisir sexuel féminin, augmente l’ignorance et rend l’appétit sexuel féminin suspect selon ces auteurs.

Dans notre société, les espaces acceptables pour discuter la sexualité, et plus particulièrement la sexualité féminine sont les espaces scientifiques, la recherche universitaire et médicale. Les réseaux sociaux ouvrent des espaces supplémentaires.

Nancy Tuana avoue que le discours culturel et médical n’a pas attendu les féministes pour tenter d’expliquer et de théoriser le plaisir sexuel féminin.

"Je ne prétends pas qu'il n'y avait pas de discours sur le clitoris comme source de plaisir sexuel dans la littérature médicale et populaire avant que les féministes. On peut trouver des dizaines, voire des centaines, de récits d'orgasmes féminins résultant de cet organe siège féminin du plaisir "
(Tuana 2004, 211).

D’autres féministes jugent que que la politique de genre influence la sexualité, ce qui a pour effet d'atténuer le plaisir sexuel des femmes en favorisant le rôle social de la femme au détriment de son bien être personnel ou sexuel et en le plaçant dans une confrontation hostile avec les hommes.

Les silences et les distorsions qui entourent le plaisir sexuel féminin font que les jeunes femmes ignorent les possibilités de plaisir offertes par une variété d'expériences sexuelles qui vont au-delà de la conception hégémonique du sexe.

Selon le même point de vue, dans les rencontres sexuelles, on accorde au plaisir sexuel féminin moins de valeur que le plaisir sexuel masculin, en raison de forces historiques, politiques et sociales ou simplement en raison des différences inhérentes aux femmes et aux hommes.

 

 

Nouveaux concepts


Le discours féministe sur la sexualité introduit le terme « appétits sexuels » soulignant que ces appétits sexuels des femmes semblent être différents de ceux des hommes et ces appétits sont incompris, non reconnus ou réduits au silence.

Le terme "appétit sexuel", est différent du désir sexuel utilisé dans les théories disponibles de la sexualité, car il englobe les goûts, les préférences et les envies qui peuvent être satisfaites ou non alors que le désir sexuel est un ensemble plus global. Ce terme correspond à l'approche de Michel Foucault, qui explique que les sujets contrôlent et régulent leurs appétits sexuels par une modération (Foucault 1990) imposée par la moralité, ou par des conceptions hégémoniques de la pratique sexuelle qui peuvent empêcher la satisfaction d'un appétit particulier.
Comme les appétits sexuels des femmes sont moins discutés, ils peuvent rester insatisfaits, cette absence de discours est considérée comme une construction active de l'ignorance (Tuana 2004).

Pour les adeptes du genre, sexualité et genre vont de pair ; tous deux sont des créatures de la culture et de la société, et tous deux jouent un rôle central dans le maintien des relations de pouvoir car les éléments qui ont un impact sur les relations entre les sexes - tels que la classe, l'âge, la religion, la race, l'ethnicité, la culture, la localité et le handicap - influencent également la vie sexuelle des hommes et des femmes. Nous sommes dans l’interactionnisme.

 

 

Féminisme pour, féminisme contre

La deuxième vague du féminisme s’est concentrée sur les luttes des femmes dans leurs relations avec les hommes. De nombreuses féministes, auparavant associées à la gauche, ont combiné la critique du mariage et de la monogamie en mettant l’accent sur le plaisir et la liberté sexuelle avec une critique féministe des aspects coercitifs et prédateurs de la sexualité masculine, et de la priorité donnée au plaisir masculin par le biais de la pénétration.

Les féministes lesbiennes ont exhorté les féministes hétérosexuelles à s'orienter vers une critique plus large de l'hétérosexualité. L'idée que les féministes hétérosexuelles étaient des « traîtres à la cause féministe » circulait dès le début des années 1970.

L'essai d'Adrienne Rich intitulé "Compulsory Heterosexuality and Lesbian Existence" (Hétérosexualité obligatoire et existence lesbienne) fait valoir que les féministes hétérosexuelles devaient tenir davantage compte des ressources théoriques développées par les féministes lesbiennes afin d'élaborer un compte rendu plus adéquat des relations sociales entre les sexes.

Selon elle :
« Il semble plus probable que les hommes craignent réellement non pas que les appétits sexuels des femmes leur soient imposés ou que les femmes veuillent les étouffer et les dévorer, mais que les femmes puissent leur être totalement indifférentes, que les hommes puissent avoir un accès sexuel et émotionnel - et donc économique - aux femmes uniquement aux conditions des femmes, sinon ils sont laissés à la périphérie de la matrice (Rich 1986 : 43).

Les méthodes de la recherche féministe cherchent à entendre un éventail de voix, produites par l'intersectionnalité d'identités, la femme peut être hétéro, lesbienne, noire, ou blanche, bi sexuelle ou mono sexuelle, etc.

 

 

Epistémologie

L'épistémologie, en termes simples, est l'étude de la façon dont nous savons ce que nous savons. Domaine philosophique, elle analyse les méthodologies, les questions d'objectivité, l'utilisation du raisonnement et les questions connexes pour montrer comment la connaissance s’est construite.
La recherche féministe a une orientation épistémologique et méthodologique qui " reconnaît l'importance des expériences vécues par les femmes dans le but de mettre au jour des connaissances subjuguées " (Hesse-Biber 2007, 3).

Lykes et Coquillon (2007) par exemple soutiennent l'importance de la recherche participative en tant que méthodologie féministe. Ce type de recherche met l'accent sur la valeur des participants qui jouent un rôle dans la conception et l'exécution de la recherche, minimisant l’hiérarchie entre le chercheur et la personne recherchée.
DeVault et Gross (2007) expliquent comment les entretiens féministes peuvent être pratiqués efficacement afin de produire des résultats de recherche efficaces.

L'Encyclopédie de philosophie de Stanford décrit l'épistémologie féministe comme un domaine qui analyse "la manière dont les normes et les pratiques de production de connaissances affectent la vie des femmes et sont impliquées dans les systèmes d'oppression" (Grasswick 2006).

Alessandra Tanesini (1999) s'engage dans le récit épistémologique du philosophe allemand Martin Heidegger, montrant comment la question épistémologique féministe de savoir comment la connaissance pratique, ou la connaissance qui se traduit par des comportements et des actions, représente en soi des modes de connaissance.
Selon elle, la connaissance des femmes est souvent associée à la connaissance pratique de second ordre, parce qu'elle est l'application de la connaissance plutôt que la compréhension.

 

 

Female gaze ou théorie de point de vue

Les féministes insistent sur le fait que les manières féminines de comprendre la sexualité sont différentes de celles des hommes, en raison de la manière dont cette connaissance est construite, mais aussi par rapport aux idées de la théorie de female gaze « théorie de point de vue. »

La théorie du point de vue prend ses origines dans les traditions marxistes, et soutient que la compréhension du monde par les femmes diffère de celle des hommes dans la mesure où leur situation sociale varie en fonction du sexe.

Ici, le genre et le sexe doivent être pris en compte car, comme le souligne l'épistémologue Nancy Harstock (1983), car le corps vit l'expérience sociale. Les codes sociaux du sexe sont prescrits sur les corps, ce qui affecte la connaissance sexuelle.

Les féministes pensent que les hommes sont positionnés comme sujets sexuels, et les femmes comme objet sexuel. En d'autres termes, l'expérience de l'homme est souvent le moteur des rencontres sexuelles, pour lesquelles la femme et son corps deviennent des instruments. Cela confère des privilèges aux hommes dans une relation hétérosexuelle.

La théorie féministe du point de vue décrit que la perspective phallocentrique de l'expérience sexuelle limiterait les possibilités d'appétits sexuels féminins et participe à la construction de l'ignorance des plaisirs sexuels des femmes. Car le plaisir sexuel et le sexe lui-même sont décrits et enseignés du point de vue de l'homme.

Toutes les femmes ne sont pas identiques, leurs points de vue ne le sont pas non plus. La vie des femmes est influencée par la race, la classe sociale, la sexualité, l'ethnicité et l'expression du genre, pour ne citer que les vecteurs les plus significatifs. Les théories féministes supposent que les expériences corporelles du plaisir, sont semblables.

 

 

Théorisation féministe de la sexualité et du plaisir

La nature interdisciplinaire des études sur le sexe et la sexualité étend la discussion à une myriade de domaines académiques et scientifiques. À différentes époques, différents climats politiques et historiques ont affecté la compréhension du sexe, et plus particulièrement de la sexualité et du plaisir féminins.

 

- culture contre essentialisme

L'idée de l'essentialisme sexuel pense que la sexualité existe avant les influences historiques et sociales en raison de la nature, des hormones et de la psyché de chaque individu (Rubin 1984,149). Cette donnée est un problème profond dans l’approche féministe de la sexualité.
Cette idée dite de gauche popularisée par Foucault n’a pas fini d’être critiquée par ses adversaires : conservateurs, religieux, et rationalistes. L’affaiblissement des idées de gauche et l’érosion de l’adhésion au libéralisme sont les alliés actuels de l’essentialisme.

Les féminités avouent qu’il est futile de soutenir que la sexualité n'a pas de composante biologique, en raison de la reproduction et des caractéristiques humaines innées, mais se réfèrent à arguments de Michel Foucault qui analysent les relations de pouvoir. Foucault montre que les personnes au pouvoir utilisaient leur autorité pour découvrir, contrôler et réglementer le comportement sexuel et même le plaisir, en contrôlant le moment où les discussions pouvaient avoir lieu et les connaissances disponibles. Foucault soutient que cette régulation exige du sujet sexuel qu'il contrôle sa sexualité sous le couvert de la moralité.

 

- la sexologie actuelle est patriarcale


La discipline universitaire émergente de la sexologie a commencé à interroger les hommes et les femmes sur leurs comportements sexuels et leurs motivations à s'engager dans une activité sexuelle. Par exemple, les rapports sur le comportement sexuel des hommes et des femmes publiés au Etats unis au cours des cent dernières années comprennent le rapport Kinsey (1954), Human Sexual Response de Master et Johnson (1966), Rapport Hite (1974) The Social Organization of Sexuality (Michaels, Chicago, 1994). Ces rapports d’une valeur scientifique variable témoignent de la pratique et de la connaissance de la sexualité et du plaisir sexuel, tant chez les hommes que chez les femmes, mais ne traitent pas les origines « épistémologiques » de ces comportements.

La révolution sexuelle a été fondée sur la liberté d'expression de la sexualité, mais une grande partie de son influence a porté sur la santé sexuelle. L'accent mis sur la santé sexuelle permet d'enseigner, de créer et de diffuser des connaissances sur le corps sans analyser les facteurs sociaux en jeu.

 

- deux camps en guerre froide

Les analyses des approches féministes de la fin du 20e siècle sur ce sujet décrivent deux "camps" qui semblent avoir des visions opposées.
Ces camps sont désignés comme le féminisme radical et le féminisme libertaire ou égalitaire.

Ann Ferguson (1984) expose les lignes du débat. Les féministes radicales privilégient l'intimité égalitaire par l'expression d'un plaisir mutuel lors d'une rencontre sexuelle, tandis que les féministes égalitaires valorisent le plaisir libre sans contrainte morale.

Question : En tant que féministes, comment devons nous reprendre le contrôle de la sexualité féminine.
Réponse féminisme égalitaire (libérale) : revendiquer le droit à faire et à pratiquer tout ce qui peut nous apporter la satisfaction sans contrainte
Réponse féminisme radical : développer nos propres priorités sexuelles, qui diffèrent de celles des hommes : plus d’intimité et moins pour la performance.

Question : La relation sexuelle idéale se caractérise par :
Réponse féminisme égalitaire (libérale) : partenaires égaux et consentants, qui négocient pour maximiser le plaisir et la satisfaction sexuelle de l'autre par tous les moyens de leur choix. Primauté du plaisir.

Réponse féminisme radical : partenaires consentants, égaux, qui s'impliquent émotionnellement et refusent les stéréotypes ne participent pas à des rôles polarisés.

Alors que les féministes égalitaires cherchent à régler le débat sur le sexe et le pouvoir en laissant la liberté à chacun, les féministes radicales affirment que le patriarcat doit être éliminé et que les besoins des femmes, qui sont différents de ceux des hommes, doivent être reconnus.

Les égalitaires ne reconnaissent pas lien entre le sexe et patriarcat, tandis que les féministes radicales ne reconnaissent pas la légitimité de quiconque trouve du plaisir dans les inégalités de pouvoir et de genre.

Linda LeMoncheck (philosophe féministe) est favorable à un dépassement du clivage radical et libertaire sur la sexualité féminine et particulièrement sur le désir et le plaisir sexuels féminins et pense qu’il faut agir, défendre et essayer de transformer les institutions pour laisser la place à l'expérience individuelle de chaque femme en matière de sexualité, d'appétits sexuels et de plaisir sexuel.

Une approche optimale pour comprendre la sexualité doit reconnaître la complexité de la construction historique et contemporaine de la sexualité féminine, ainsi que leurs effets sur les expériences individuelles des femmes.

L'objectif final n'est pas de développer une nouvelle politique de la sexualité, ni de construire des normes, ni de définir la sexualité féminine, mais d'accepter que les femmes ont des préférences sexuelles individuelles qui ne sont pas seulement des goûts personnels, mais qui sont aussi enracinées dans des lieux sociaux où les forces politiques, y compris les forces patriarcales, influencent la construction de leur sexualité.

 

Conclusion

Insister sur l’importance de l’expérience individuelle permet à cette approche de donner place à l’individualisme, aux minorités sexuelles et à la différence, mais une étude finit toujours par étudier la tendance majoritaire.
La société actuelle offre une grande place à la parole féminine sur la sexualité dans les romans, l’autofiction, les blogs, et même le cinéma.
L’approche féministe actuelle présente essentiellement en Amérique du nord souffre de son intérêt exclusif pour le féminin. La question sur la sexualité comme un phénomène biologique ou culturelle n’est pas encore tranchée.
Cependant, cette approche introduit des concepts utiles et soulève des questions rarement traitées par les autres approches.

Références

Berger, Melody. We Don't Need Another Wave: Dispatches from the next Generation of
Feminists. Emeryville, CA: Seal, 2006.

DeVault, Marjorie L., and Glenda Gross. "Feminist Interviewing: Experience, Talk, and Knowledge." Handbook of Feminist Research: Theory and Praxis. Ed. Sharlene Nagy Hesse-Biber. Thousand Oaks, CA: SAGE Publications, 2007. 173-98.

Fahs, Breanne. Performing Sex: The Making and Unmaking of Women's Erotic Lives.Albany: State University of New York, Albany, 2011.
Foucault, Michel. Les aveux de la chair, Ed Gallimard , 1988.
Foucault, Michel. Histoire de la sexualité, ed Gallimard, 1997.

Grasswick, Heidi, "Feminist Social Epistemology", The Stanford Encyclopedia of
Philosophy (Spring 2013 Edition), Edward N.Zalta

LeMoncheck, Linda. Loose Women, Lecherous Men: A Feminist Philosophy of Sex. New
York: Oxford UP, 1997.

Lykes, M. Brinton, and Erzulie Coquillon. "Participatory and Action Research and Feminisms: Toward Transformative Praxis." Handbook of Feminist Research: Theory and Praxis. Ed. Sharlene Nagy. Hesse-Biber. Thousand Oaks, CA: SAGE Publications, 2007. 297-326.

Rubin, Gayle. "Thinking Sex: Notes for a Radical Theory of the Politics of Sexuality."
1984. Culture, Society and Sexuality: A Reader. Ed. Richard G. Parker and Peter
Aggleton. London: Routledge, 2007. 143-78.

Sanchez, Diana T., Jennifer Crocker, and Karlee R. Boike. "Doing Gender in the Bedroom: Investing in Gender Norms and the Sexual Experience." Personality and Social Psychology Bulletin 31.10 (2005): 1445-455.

Tanesini, Alessandra. An Introduction to Feminist Epistemologies. Malden, MA: Blackwell, 1999.

Tolman, Deborah L. Dilemmas of Desire: Teenage Girls Talk about Sexuality.
Cambridge, MA: Harvard UP, 2002.
Tuana, Nancy. "Coming To Understand: Orgasm And The Epistemology Of Ignorance." Hypatia 19.1 (2004): 194-232. OmniFile Full Text Mega (H.W. Wilson). Web. 19 Sept. 2012.

Tuana, Nancy. "The Speculum of Ignorance: The Women's Health Movement and Epistemologies of Ignorance." Hypatia 21.3 (2006): 1-19. University of Southern Indiana.

Lire la suite
1
  185 lectures
  0 commentaires
185 lectures
0 commentaires

Nos buts, nos projets façonnent nos vies

decision reflexion

 

 

 

Changer, réagir, s’adapter. Nous sommes invités à prendre une décision sérieuse qui engage bien de choses : relation, travail, voyage, orientation professionnelle.
Il existera toujours un doute, une possibilité d’échec, une éventuelle perte. Qui dit qu’il est facile de décider.

 

 

Au début, faire le diagnostic


Identifier le problème avec précision pour commencer. Comment réagir en cas de difficultés professionnelles sans comprendre l’origine de ces problèmes ? Quel changement en cas de problèmes au sein du couple ? Où se trouve l’erreur ? Que faut-il éviter en cas de changement.
Identifier le problème exige un regard neutre, apaisé, fondé sur le réel. Ce Temps de réflexion indispensable pour diagnostiquer le problème avec précision peut conditionner la réussite, économiser un effort précieux pendant la réalisation, et réduire les pertes en cas d’échec.

 

decision difficulte

 

Buts raisonnables sans perfectionnisme


Fixer vos objectifs représente le début de tout changement. Fixer un objectif exige d’autres décisions : que faut-il changer ? Que faut-il remplacer ? Quel changement devient prioritaire ? À quelle vitesse faut-il réaliser ces modifications ? Puis la question la plus importante : ce projet est-il conforme à mes principes ?
Les objectifs perfectionnistes et exigeants ont plus de chance à conduire à l’échec, à la déception et à l’abandon. Les objectifs trop simples peuvent démotiver.
Le perfectionnisme ajoute à vos décisions et à vos réalisations une difficulté supplémentaire et une insatisfaction. La personne perfectionniste espère une prise de décision parfaite, mais dans un changement, les décisions s’enchaînent, le temps compte, le perfectionnisme devient problématique.
Les objectifs doivent être les vôtres, basés sur vos besoins, et sur vos principes et non pas les objectifs loués par les médias ou par la culture ambiante.
Aller vers des objectifs clairs et précis. Imposer un changement pour ne pas sentir triste est un objectif ambigu, qui risque de vous mener à l’échec.
Définissez vos projets en terme de comportements, de moments des conditions spécifiques. Dans ce cas, les objectifs forment une série d’étapes, de petits changements dans un sens précis.

 

decision

 

Comment décider


Dans la plupart des cas, nous identifions le problème, nous cherchons des solutions, nous envisageons la suite sans décider de commencer.
Dans de nombreux cas, l’indécision symbolise la pire décision, elle entraîne une perte de temps, d’énergie, d’argent et de qualité de vie.
Avant de décider, il faut bien réfléchir, consulter, identifier vos besoins. Les décisions précipitées par la peur ou par l’émotion peuvent finir par un échec ou par un désastre. Bien réfléchir pour éviter le coût des décisions erronées en temps, en effort, et en frustration.

 

 

La décision ne règle pas le problème


En cas de difficultés, le temps de l’analyse et de l’évaluation peut être pénible, nous obligeant à affronter les détails de nos problèmes, les risques, la possibilité d’échec et de perte. La décision soulage, mais n’éradique pas le problème. Il arrive parfois de prendre la décision et de ne rien faire en attendant un miracle. Dans ce cas, la décision demeure une simple réflexion, un scénario préparé pour réagir quand la réaction devient incontournable

 

decision reussite

 

 

La décision : pertes et gains


Toute décision implique une certaine perte. La décision peut comporter une certaine dose de souffrance, de privation, et de risque.
Votre décision aura un prix économique, émotionnel, ou personnel. Les avantages du changement méritent d’être comparés aux inconvénients.
En cas de problèmes complexes, vous serez invités à prendre une succession de décisions. Chaque décision modifie une partie du problème, s’accompagne de certains avantages, et entraîne certains désagréments.

 

 

 

Évaluez les risques


Identifiez chaque risque, même minime, et son retentissement sur le projet et sur la réalisation pour tenter de trouver la solution adéquate. Cette préparation vous permet d’envisager les détails de votre projet et de votre réalisation, et de minimiser l’anxiété qui accompagne le changement. Le risque accepté dans un projet ne devrait pas mettre en cause votre santé physique ni votre santé mentale, ne devrait pas mettre en danger votre propre sécurité physique ou émotionnelle.
En cas de décision simple, l’évaluation du risque ne pose pas un problème sérieux. Dans les décisions complexes, l’évaluation du risque pourrait s’effectuer à chaque étape du projet. Nos décisions n’échappent pas à notre condition humaine, on décide toujours d’une façon personnelle et imparfaite.

 

 

 

Éviter les solutions simples


La facilité séduit, la simplicité peut apparaître comme la solution optimale. Nous préférons parfois juger par noir et blanc, bon ou mauvais. Cette dichotomie ne permet pas de formuler un jugement précis ni de décider en face de situation complexe. Nous vivons dans une société sophistiquée et avancée. On découvre rapidement que les décisions simples représentent une décision partielle, qui exige par la suite d’autres décisions.

 

 

Lire la suite
1
  1447 lectures
  0 commentaires
1447 lectures
0 commentaires

Le sens de la vie selon la psychologie moderne

sens de la vie

 

 

Nous vivons dans une société individualiste qui offre à chacun la possibilité d'organiser, autant que possible, son parcours personnel.
La question sur le " sens de la vie " devient de plus en plus présente en Occident sans idéologies ni religions où chacun devrait créer son propre projet au sein de la collectivité.
Une existence prend son sens quand elle mène à quelque chose, lorsque le présent mène à l'avenir.
Il appartient à chacun de prendre le temps de découvrir ses idéaux profonds, ses passions et ses besoins.


Selon le psychologue Viktor Frankl :

La recherche d'un sens à la vie est parfois remplacée par la recherche du pouvoir, incluant sa forme la plus primitive, soit le désir de gagner toujours plus d'argent. Dans d'autres cas, c'est la recherche du plaisir qui y est substituée.


Viktor Frankl en est convaincu : c'est en cherchant ce sens profond de leur vie que ses patients retrouveront progressivement volonté et joie de vivre.
Héritière de la philosophie du bien-être, la psychologie moderne tente de formuler des conclusions utiles sur le sens de la vie, et sur les moyens les plus appropriés pour y arriver.

 

citation sens de la vie nietzsche

La passion


Kierkegaard disait : on a plus perdu, quand on a perdu sa passion que quand on s'est perdu dans sa passion.

Pour d'autres philosophes, la passion est problématique, car elle perturbe notre rationnement. Pour les philosophes de la liberté, la passion est une " maladie de l'âme " (Kant), pour les philosophes rationalistes comme Descartes, elle brouille le jugement et empêche l'accès aux vérités.
La psychologie moderne tente de trouver une réponse utile à ces oppositions. Existe-t-il une différence entre avoir une passion harmonieuse et une passion obsédante ? La réponse est oui. En 2003, le psychologue canadien Robert Vallerand a fait une nette distinction entre passion harmonieuse et obsédante. Si votre passion vous dépasse, devient hors de votre contrôle, si votre bonheur et votre estime de vous-même dépendent de cette passion, vous êtes dans une passion obsédante, qui risque de vous mener vers l'anxiété et la tristesse. Si votre passion est sous contrôle, raisonnée par votre esprit et par votre plan de vie ou par vos principes éthiques, vous êtes dans une passion harmonieuse. Vous pouvez imaginer que le travail ou l'argent peuvent faire votre bonheur.


Cette passion est saine, sauf quand l'argent ou le travail deviennent indispensables à votre bonheur, ou pire, quand ils sont en contradiction avec vos principes ou vos attentes. En cas de passion obsédante, il est plus difficile de trouver le sens de sa vie.
Hegel préférait dire : Rien de grand ne s'est accompli dans le monde, sans passion.

 

citation sens de la vie shakespeare

Les projets pour donner du sens à notre vie

Pour donner un sens à votre vie, ne laissez pas mourir vos projets et vos ambitions. Cultivez vos rêves et gardez-les précieusement. Si vous avez une ambition, n'attendez pas longtemps pour transformer cette ambition en projet. Les chercheurs à l'université de la Floride du Sud ont examiné les réponses de centaines de personnes qui se plaignent de l'absence de sens à leur vie et le retentissement de cette absence sur leur carrière professionnelle, sur leur santé, et sur leur qualité de vie. Les chercheurs ont remarqué que les personnes qui négligent leurs ambitions et leurs projets perdent plus que les autres le sens et la qualité de leur vie. La recherche du sens dans notre vie dépend de nos projets, de leur réalisation, et de leurs relations avec nos besoins, et nos vraies attentes.

 

citation sens de la vie twain

 

Endurance et autodiscipline

Dans de nombreuses publications, les psychologues semblent s'accorder sur un point : la vie sans endurance et courage ne peut être une vie satisfaisante. La psychologue Angela Duckworth de l'Université de Pennsylvanie écrit dans son livre publié en 2016 " tomber 7 fois, se relever à la huitième " que les personnes endurantes sont capables de réussir leurs projets, d'améliorer leur qualité de vie. Ces personnes sont consciencieuses, autodisciplinées, courageuses et travailleuses. Ces critères semblent s'associer avec la réussite professionnelle, et une meilleure qualité de vie. Se relever après un échec exige une passion pour recommencer, du courage pour se remettre au travail, et une endurance pour réussir.

 

citation sens de la vie Williams

Persévérance pour réussir

Jon Jachimowicz de l'école de commerce de New York a étudié le sentiment des personnes qui font leur travail avec passion. Il a noté que les personnes qui apprécient leur travail bénéficient de cette association passion/travail. Ces personnes sont plus heureuses, et plus douées pour réussir sur le plan professionnel et personnel. Ces résultats suggèrent que la persévérance est indispensable pour transformer une passion en projet, pour trouver un sens à la vie, et pour chercher une bonne satisfaction.

 

citation sens de la vie Yoshikawa

L'investissement peut transformer le travail en passion

Certains auteurs pensent que l'investissement profond dans une tâche peut parfois transformer cette tâche en passion.
Duckworth suggère que personne ne rencontre sa passion et le sens de sa vie spontanément, et qu'il ne suffit pas de réfléchir ou de méditer pour changer les conditions de notre vie. Il est important d'explorer, d'essayer différentes activités, d'étudier différents projets, d'affronter les défis pour trouver le sens de sa vie. Il est parfois utile de chercher le conseil chez les autres, à travers le contact personnel, ou à travers la lecture et les études.


Exécuter consciencieusement une tâche, maîtriser cette tâche, perfectionner l'exécution peut devenir une passion. Dans une étude publiée en 2014, les entrepreneurs allemands ont remarqué qu'une tâche répétée pendant huit semaines peut être exécutée d'une façon satisfaisante pour les employés à partir de la neuvième semaine. Les employés ont exécuté cette tâche, ont perfectionné leur approche, ont fini par transformer cette exécution en passion. Les tâches exécutées étaient librement choisies par les employés, les procédures d'exécution également. Cet investissement qui transforme le travaille en passion exige le libre choix de son travail, et la compréhension de l'intérêt de ce travail.

Quelques suggestions

Certaines écoles de psychologie proposent quelques conseils pour aider chacun à trouver le sens de sa vie. Nous trouverons les mêmes conseils dans les livres de philosophie, dans les conseils de nos parents et dans la culture populaire
1. Ne négligez pas vos rêves et vos projets
2. Cultiver ce que vous trouvez agréable
3. Penser à ce que vous aimez avant de penser à ce que vous n'aimez pas
4. Analyser vos sentiments et vos besoins
5. Ne pas gaspiller son temps (être raisonnable avec les jeux et les distractions)
6. Savoir distinguer le bonheur de la satisfaction
7. Ne pas être passif dans la vie
8. Trouver le temps pour réfléchir à vos propres problèmes
9. Être patient.
10. Vous devez faire ce que vous aimez.

 

References:
Dave Isay : Callings: The Purpose and Passion of Work 2016, Penguin Press.
Wilhelm REICH, " L'analyse caractérielle ", Paris, Payot
Viktor Frankl, découvrir un sens à sa vie, Montréal, Actualisation, 1988

Lire la suite
1
  2413 lectures
  0 commentaires
2413 lectures
0 commentaires

Complexe d'Adonis et l'image du corps chez l'homme

Homme adonis

 

Le complexe d'Adonis fait référence aux différentes manifestations posées par le problème de l'image corporelle masculine. Contrairement à la croyance populaire, les problèmes liés à l'image du corps existent aussi chez les hommes. La société n'autorise pas les hommes à se plaindre, certains optent pour le silence pour ne pas être perçus comme efféminés ou faibles. D'autres luttent contre ce " tabou " qui les empêche de discuter cette préoccupation. D'autres encore souffrent de dépression, d'anxiété et de mauvaise estime de soi.

Aphrodite adonis canova


Maudit Adonis

Cette magnifique sculpture de Canova rappelle aux hommes que, pour mériter Aphrodite, il faut être Adonis.  
Adonis est la personnification de la beauté masculine. Aphrodite était désespérément attirée par le jeune Adonis, elle désirait son corps, sa jeunesse et sa beauté. Adonis lui était plus intéressé par l'art de la chasse que par les femmes. Aphrodite tente en vain de convaincre Adonis de coucher avec elle. Adonis meurt blessé par un sanglier. Aphrodite le métamorphose en une belle fleur symbole de son amour frustré.

Troubles de l'image du corps chez les hommes   

Les taux d'insatisfaction corporelle chez les hommes ont considérablement augmenté au cours de ces dernières décennies. 50 % des hommes sont mécontents de leur apparence,   15 % en 1972 (Cash, Winstead et Janda 1986). De nombreux d'hommes cherchent la chirurgie esthétique pour améliorer leur apparence. En 1992, aux USA, 6 000 hommes ont demandé une liposuccion pour enlever la graisse non désirée, 22 000 hommes en 1997. 3 à 5 millions d'hommes aux États-Unis luttent contre les troubles alimentaires comme comme la boulimie ou l'anorexie.


Environ 1 million d'hommes américains souffrent de trouble de dysmorphie corporelle, qui croient qu'une partie de leur apparence physique est laide. Ils peuvent penser qu'ils perdent leurs cheveux, ou que leur pénis est trop petit, quand il est de taille moyenne, ou juger leurs nez trop gros, quand il est dans la moyenne.

Ce trouble s'accompagne de comportements compulsifs pour dissimuler le défaut supposé. Une sous- catégorie de ce trouble de dysmorphie corporelle fait son apparition chez les hommes, la dysmorphie musculaire qui a émergé dans la littérature médicale au début du 21e siècle. La culture dominante semble apprécier les hommes musclés comme porteurs d'une masculinité moderne. D'autres troubles apparaissent comment l'exercice compulsif et l'haltérophilie excessive (jusqu'à six heures par jour), les rituels alimentaires associant les suppléments alimentaires aux vitamines et parfois aux anabolisants se sont répandus, avec leurs cortèges de troubles de l'image du corps, d'évitement social et d'isolement. (Olivardia 2001).

Les stéroïdes anabolisants sont utilisés plus et plus par les jeunes garçons et par les hommes en quête d'un corps musculaire parfait. 6 % des lycéens ont admis avoir utilisé ces substances en dépit de leurs effets secondaires : athérosclérose, accident vasculaire cérébral et crises cardiaques. La consommation d'anabolisants s'est accompagnée par l'apparition de troubles psychologiques, comme les manies, ou un comportement agressif ou violent, connu sous le nom de " roid rage " (Olivardia 2000).

 

outlander jamie

Pourquoi le complexe d'Adonis

Diverses théories ont été proposées pour expliquer les troubles de l'image du corps chez les hommes. Autrefois ces troubles étaient présents essentiellement chez les femmes.
On incrimine l'érotisation de l'image masculine, dans la pub et dans les médias à la fin du 20e siècle, un changement de l'image masculine. L'homme idéal n'est plus celui qui est fort, moral et fidèle à sa famille, ou travailleur, l'homme idéal devient beau et musclé. On trouve ces tendances culturelles dans la publicité, les médias, les films, et les magazines de sport et de mode.


Le corps masculin beau et musclé fait actuellement partie de la recette des films d'action.
L'érotisation du corps masculin est présente également. On érotise un corps jeune, musclé, beau. On le montre comme le corps rêvé et apprécié par les femmes comme on peut voir dans certaines séries récentes.

Le corps féminin est largement exposé dans les produits culturels. Ce corps féminin devenu objet, largement exploité, voire banalisé. L'apparition de plateformes de diffusion permet une spécialisation et une personnalisation des contenus. Depuis plusieurs années, l'objectivation sexuelle masculine devient un produit culturel comme un autre. Le corps de l'homme est montré comme un objet de consommation et d'admiration, exposé d'une façon érotisée pour attirer le public féminin.

 

La série Spartacus (2010-2013) a gagné en popularité grâce à la brutalité visuelle et à l'exposition de corps nus. La série télévisée Outlander peut être un exemple sur l'objectivation masculine. Dans cette adaptation d'une saga écrite par Diana Gabaldon, la masculinité devient un mélange de beauté, de muscles, d'un homme romantique à initier sexuellement.

   
D'autres auteurs pensent que le complexe d'Adonis est en lien avec les évolutions récentes de la condition féminine (Mishkind et al. 1986 ; Pope, Phillips, Olivardia 2000). Les hommes avaient l'habitude de définir leur masculinité à travers leurs professions, leur statut social ou leur revenu. Le rôle masculin traditionnel n'existe pas, des hommes tentent de démontrer leur masculinité en sculptant leurs corps.


La compétition entre hommes pour attirer les femmes devient une question de muscles et de beauté.  Certains auteurs intègrent ces problèmes médicaux et psychologiques dans des concepts plus larges comme la crise de la masculinité ou les troubles liés au genre masculin.

Références:

1. Irene Raya Bravo : The erotization of the male body in the television fiction. Outlander as a case study,  Oceanide 10 · March 2018
2. Olivardia, Roberto. 2001. " Mirror, Mirror on the Wall,Who's the Largest of Them All? " Harvard Review of Psychiatry 9: 254-259.
3. Pope, Harrison G., Jr., Katharine A. Phillips, and Roberto Olivardia. 2000. The Adonis Complex: The Secret Crisis of Male Body Obsession. New York : The Free Pess
4. Durant, Robert H.,Vaughn I. Rickert, Carolyn S. Ashworth, Cheryl C. Newman, et al. 1993." Use of Multiple Drugs among Adolescents Who Use Anabolic Steroids. " New England Journal of Medicine 328: 922-926.
5. Mishkind, Marc E., Judith Rodin, Lisa Silberstein, and Ruth H. Striegel-- Moore. 1986. "The Embodiment of Masculinity: Cultural,Psychological and Behavioral Dimensions. " American Behavioral Scientist 29, no. 5 : 545-562.

Lire la suite
0
  5139 lectures
  0 commentaires
5139 lectures
0 commentaires

Pour réussir : la motivation d'abord

 

motivation

 

 

 

 

Pourquoi nous faisons ce que nous sommes censés faire ?  Lorsque les psychologues se posent cette question, ils ont tendance à rechercher les objectifs spécifiques, les attitudes et la motivation. Généralement, la réponse est complexe, la motivation englobe de nombreux domaines.
On peut définir la motivation comme le comportement visant à atteindre un but précis.
La psychologie citre trois catégories de motivations :
essentielle ou primaire comme la survie,
interne répondant à des besoins internes comme l'autoréalisation
et externe : la recherche de récompense (observer les autres, compétition)
En fait, la motivation est un procédé complexe qui associe de nombreux besoins et de nombreuses motivations primaires, internes ou externes.

  
 

Développer sa propre motivation

Le développement personnel est un outil important pour cultiver la motivation interne. Consolider son estime de soi est un élément important pour avoir confiance dans ses projets et dans la capacité de les réaliser. Il est important aussi de bien préciser le but, de comprendre l'intérêt de cette réalisation et de penser positivement. Vous serez plus motivé en imaginant ce que vous allez accomplir et les avantages de cet accomplissement.
Pour cultiver la motivation interne, il est important de comprendre les critiques des autres pour chercher les réponses et non pas pour abandonner. La motivation est une procédure cognitive et intellectuelle qui repose sur les idées, sur l'argument et les contre arguments.
La motivation ne s'épuise pas. Dans une étude publiée en 2017, on souligne que les personnes peuvent être fatiguées pendant l'accomplissement d'une tâche mais cette fatigue n'altère pas leur motivation.
Dans une étude publiée par l'université  l'Iowa en 2018, la réduction du stress et la relaxation semblent avoir un effet bénéfique sur la productivité et sur la motivation. En cas d'épuisement ou de manque de motivation, le repos, la relaxation, la réduction du stress peuvent aider la personne à retrouver sa motivation et son optimisme.
Motivation interne et externe
Certains auteurs pensent que les gens développent leur propre motivation par un processus d'engagement et d'interaction.
La motivation intrinsèque peut être fondée sur trois besoins psychologiques innés :
1. Besoin d'autonomie
2. Besoin de se sentir compétent
3. La nécessité d'appartenance

Aucune idée simple ne peut expliquer la motivation d'un jeune athlète ou d'un musicien débutant ou d'un écrivain qui commence à écrire un roman. Le but recherché se justifie par de nombreux besoins individuels.
L'environnement et les contextes sociaux sont contradictoires et chaotiques par définition. Aucun auteur n'a pu se faire éditer sans difficulté, aucun sportif n'a pu faire une carrière sans passer des longues heures d'entraînement. L'environnement social favorise rarement la motivation ; indifférence, critique ou même hostilité. L'environnement social tente de limiter l'autonomie des personnes fragilisant ainsi leurs motivations. Les personnes qui se conforment sans limites aux exigences sociales peuvent perdre leur autonomie et leur créativité.
La motivation exige de se sentir libre. Les personnes contrôlées ont plus de mal à être motivées. Elles peuvent agir selon les règles du contrôle social et non pas selon leurs propres motivations.  L'autonomie signifie agir librement, avec volonté et libre-choix.
Soutenir l'autonome peut être important dans le milieu professionnel et scolaire pour encourager la motivation. Ce soutien ne signifie pas être permissif. Pour soutenir l'autonomie, il est utile de fixer des limites et les appliquer avec compréhension, dialogue et empathie.
Les récompenses peuvent agir pour motiver les personnes effectuant des tâches de routine. Les récompenses ne portent pas atteinte à la motivation intrinsèque des personnes qui réalisent des travaux sans exigence de créativité. Trois pratiques peuvent être utilisées pour récompenser un travail de routine :
1. Expliquer l'importance de cette tâche.
2. Reconnaître que la tâche est ennuyeuse et répétitive.
3. Permettre aux gens de réaliser la tâche selon leur propre stratégie pour encourager leur autonomie.
En cas de travail exigeant des solutions créatives, la motivation extérieure ne suffit pas. La motivation par punition n'a montré aucune efficacité.

 

 

La motivation change pendant la réalisation


Les chercheurs de l'université de Winnipeg et de l'université de Manitoba ont découvert que   notre source de motivation change pendant que nous avançons vers le but.
Dans cette étude, les participants seraient motivés par des espoirs, des aspirations et les aspects positifs de leurs résultats. Les chercheurs ont entrepris plusieurs expériences, et ont constaté que la motivation a changé pendant la réalisation du projet. Certains participants ne couraient plus pour la réussite du projet mais pour éviter l'échec.
Les résultats de cette étude suggèrent que les personnes trouvent dans la motivation le meilleur support pour entamer leurs projets, mais peuvent être motivé à la fin, seulement par la peur de perdre leurs investissements et leurs efforts en cas d'abandon. Par exemple, pour ceux qui épargnent pour acquérir une maison ou faire un voyage, ils commencent par suivre des stratégies d'épargne positives comme chercher à travailler plus, ou augmenter son salaire. Plus tard, la motivation devient différente, ils peuvent renoncer à certains achats ou à certains loisirs pour réussir. La motivation interne n'est plus une recherche de réussite, mais une stratégie d'éviter un éventuel échec. Cette métamorphose de la motivation prolonge la motivation et peut aider les personnes à réussir.

Réussir : la motivation compte plus que l'intelligence

Nous avons l'habitude de discuter intelligence et Quotient intellectuel (QI) pour évaluer les résultats scolaires, les compétences professionnelles et la performance intellectuelle.  Cet intérêt est fondé sur une idée reçue comme certitude : l'intelligence est un élément important dans la réalisation et la réussite d'un projet.  Mais est ce vrai ? La réponse est non.

 Nous pouvons trouver de nombreuses études sérieuses pour affirmer les limites de cette tendance.    

Dans une étude publiée en 2011, les chercheurs ont tenté d'examiner l'importance de l'intelligence dans la réussite d'un projet. Ils ont fini par conclure que l'élément le plus déterminant dans la réussite d'un projet est la motivation et non pas le Quotient intellectuel (QI).   Ils ont noté aussi que la motivation augmente le QI.
La principale conclusion de cette étude est que la motivation compte beaucoup. Ils formulent leur conclusion en termes statistiques : La motivation est la variable qui influence le QI et la capacité de réaliser.
Beaucoup de personnes apprécient le Qi comme instrument d'évaluation, en raison de sa simplicité, et de la disponibilité de nombreux tests pouvant offrir des scores faciles à comparer et à utiliser. Mais que mesure t on en évaluant le Qi ?  En réalité, il est difficile de savoir ce que le quotient intellectuel mesure exactement, il évalue une certaine capacité intellectuelle, une certaine intelligence. Cette évaluation ne permet aucune prédiction. Un quotient intellectuel élevé indique une prédisposition, ne garantit ni performance ni aptitude à réussir. Quel est l'intérêt d'un quotient intellectuel élevé d'une personne peu motivée ?
La motivation améliore et conditionne les performances intellectuelles, et la capacité à réaliser et à réussir, au-delà des tests de quotient intellectuel.


Selon les approches de la psychologie positive, la motivation exige d'aimer ce qu'on doit faire. Pour motiver, il faut comprendre l'intérêt de la tâche, et l'importance de la réussite. Selon cette approche, la motivation exige de comprendre ce qu'on fait, de participer à la réalisation, d'apprécier le but final.
La motivation est une force motrice importante pour suivre une stratégie de réussite. La motivation exige une bonne orientation vers un but précis, de rester concentré sur ce but, avec un esprit positif, avec un certaine dose d'optimisme.
Il n'est pas facile d'être motivé pour plusieurs domaines de la vie. Cependant la société actuelle, par ses caractères individualistes, exige de nous d'être motivé dans la vie professionnelle, comme dans la vie sociale ou familiale.

Cette exigence de motivation nous invite à avoir des buts précis, réalistes, et à apprécier les résultats des  projets pour lesquels nous recherchons la motivation.



Référence
Angela Lee Duckworth, Patrick D. Quinn, Donald R. Lynam, Rolf Loeber, and Magda Stouthamer-Loeber : Role of test motivation in intelligence testing,PNAS April 25, 2011. 201018601
Daniel Randles, Iain Harlow, Michael Inzlicht. A pre-registered naturalistic observation of within domain mental fatigue and domain-general depletion of self-control. PLOS ONE, 2017; 12 (9): e0182980
Brett R. Gordon, Cillian P. McDowell, Mats Hallgren, Jacob D. Meyer, Mark Lyons, Matthew P. Herring. Association of Efficacy of Resistance Exercise Training With Depressive Symptoms. JAMA Psychiatry, 2018;
Olya Bullard, Rajesh V. Manchanda. How goal progress influences regulatory focus in goal pursuit. Journal of Consumer Psychology, 2017.
D. Albarracin, J. Hepler, M. Tannenbaum. General Action and Inaction Goals: Their Behavioral, Cognitive, and Affective Origins and Influences. Current Directions in Psychological Science, 2011; 20 (2): 119

Lire la suite
0
  2325 lectures
  0 commentaires
Mots-clés :
2325 lectures
0 commentaires

Alcoolisme féminin : discret, répandu, et problématique

 

alcoolisme femme

 


Selon l'organisation mondiale de la santé, la consommation nocive d'alcool a causé plus de 3,3 millions de décès en 2012, soit 6 % de tous les décès cette année-là. Cette consommation est fortement associée à l'hypertension artérielle, cirrhose hépatique et pancréatite chronique, et représente un énorme fardeau social et économique.
Depuis de nombreuses années, on voit dans les médias, films et séries télé des femmes en train de boire. La femme a le droit de se souler, de prendre une cuite festive ou consolatrice, comme les hommes.
Dans un article publié le 8 mai dans le journal libération publie sur l'alcoolisme au féminin : " Les femmes boivent trop et de plus en plus, mais les pouvoirs publics ne semblent pas s'en alarmer. Les conséquences sont pourtant encore plus graves pour elles que pour les hommes. "
Les médecins soulignent la progression de l'alcoolisme féminin. 25 à 30 % des personnes qui consultent pour alcoolisme sont des femmes. Ce fléau semble suivre le même schéma que le tabagisme féminin des années 80. Il n'existe aucune donnée fiable sur le nombre des femmes alcooliques en France. Certains avancent le chiffre de 500 000 à 1,5 million.

 

alcoolisme femme vin



L'alcoolisme et les femmes

Les médecins parlent d'alcoolisme en cas 14 unités de consommation par semaine, ou de 4 par jour chez les hommes âgés de moins de 65 ans, ou de 7 par semaine, et de 3 par jour chez les femmes.
L'alcoolisme féminin touche plus les femmes aisées, à l'inverse de l'alcoolisme au masculin. La consommation d'alcool est plus élevée autour de l'âge de 27 ans chez les femmes, et autour de 18 ans chez les hommes. L'alcoolisme au féminin est plus discret. Les femmes associent l'alcool à d'autres médicaments comme des psychotropes.
Dans tous les pays développés, l'alcoolisme chez les femmes est en nette augmentation. Les études publiées montrent que la parité de consommation alcoolique a été atteinte dans les années 90.
Le binge drinking est une forme de consommation alcoolique en vogue. C'est une consommation massive durant une soirée. Cette consommation n'est plus le monopole des garçons, les jeunes femmes sont de plus en plus impliquées dans cette alcoolisation massive et ponctuelle. Les adeptes de cette forme de consommation avancent quelques arguments sur les motivations : stress, tension générée par le travail, ou par la famille.
Dans une étude néo-zélandaise de 2017, portant sur 1.496 buveurs (902 femmes, 594 hommes), âgés de 16 à 68 ans, la consommation alcoolique chez les femmes était plus diversifiée. Les hommes consomment plutôt de la bière, et du vin léger, les femmes consomment plus d'alcools forts et des spiritueux. Les femmes boivent chez elles plus que les hommes.


Dans une étude américaine publiée en 2017, les auteurs considèrent que le nombre des patients affectés par l'alcoolisme risque de doubler d'ici 2050 pour atteindre 112 millions aux États-Unis. Les adultes consomment actuellement plus d'alcool que les jeunes, sans hésiter à mélanger alcool et médicaments. Ceci augmente le risque de chute, et des blessures.


Chez les personnes âgées de plus de 60 ans, une enquête sur 65,303 consommateurs alcooliques, le taux de femmes alcooliques augmente de 0,7 % par an, alors que le taux d'alcoolisme chez les hommes demeure stable. Chez les femmes âgées de 60 ans et plus, le taux d'alcoolisme augmente de 1,6 % par an.
Cette augmentation est plus notable chez les femmes blanches ou hispaniques nées aux États-Unis. Les études démontrent également que les programmes de prévention n'incluent pas pour le moment les femmes, considérant que l'alcoolisme est un fléau masculin. Cependant, les problèmes sanitaires liés à l'alcoolisme commencent à apparaître chez les femmes.


Les statistiques de santé publique montrent qu'il ya eu une augmentation de 65 % du nombre de femmes anglaises âgées de plus de 60 traitées pour alcoolisme au cours de cinq dernières années. Les femmes anglaises boivent à la maison, parfois en solo.
Face à l'alcoolisme, les femmes encourent des risques spécifiques. La consommation alcoolique peut favoriser des maladies hépatiques, maladies digestives ou neurologiques, et augmente le taux de traumatisme, chute, blessures, et accidents de la route. Le retentissant social de l'alcoolisme peut être important : perte d'emploi, stigmatisation, déclassement social etc.

 

alcoolisme femme pinge


En plus, chez les femmes, l'alcoolisme pendant la grossesse peut avoir des conséquences dévastatrices sur le fœtus et sur la grossesse. Concernant le cancer, selon l'Institut national du cancer en France (Inca) : "Le risque de mortalité due à l'alcool augmente plus rapidement chez les femmes que chez les hommes".  Le cancer du sein, du pancréas, du foie, et de l'estomac augmentent en cas de consommation alcoolique excessive. L'alcool altère également la fertilité féminine.
D'autre part, cette consommation alcoolique excessive chez la femme peut s'accompagner de problèmes de comportement sexuel en augmentant le risque d' infections sexuellement transmissibles, d'agression, et de comportements à risque.
Dans une étude publiée en 2015, interrogeant 228 femmes âgées de 18 à 20 ans, l'âge moyen de début de consommation alcoolique était de 14 ans aux États-Unis. L'âge du premier rapport sexuel était de 16 ans.
Cette étude a constaté que les premières expériences sexuelles impliquant l'alcool étaient plus susceptibles de se produire en dehors d'un contexte relationnel. Il s'agit généralement de sexe occasionnel, avec un partenaire impliqué dans une consommation alcoolique également. En cas de consommation alcoolique, les premières expériences sexuelles étaient non programmées, imprévisibles, et parfois non protégés négligeant la contraception, et le risque sanitaire. Dans 20 % des cas, ces relations sexuelles sous l'emprise de l'alcool manquaient d'un consentement éclairé.


Que faire

L'abus alcoolique chez les femmes demeura discret pendant de nombreuses années dans les sociétés occidentales. Ce débat est actuellement véhément dans des pays comme l'Angleterre, où certains critiquent la tendance culturelle à protéger la morale féminine et l'image de la femme en sacrifiant la santé des jeunes femmes et la prévention.
La France est à la fois un pays producteur et consommateur de vin, ce qui rend la prévention contre l'alcoolisme plus délicat et plus nécessaire que dans d'autres pays. Cette prévention mérite d'avoir une composante culturelle, sanitaire et sociétale.
La France possède un arsenal préventif contre l'abus alcoolique considéré parfois comme sévère en ce qui ce qui concerne la publicité et l'achat de l'alcool ainsi la protection des mineurs. L'abus alcoolique pendant la grossesse est pris en compte sur le plan sanitaire et préventif.     
L'alcoolisme féminin au quotidien échappe souvent à ces politiques de prévention, en raison de son caractère discret.
Il est utile de s'interroger sur les faits et leurs contextes, de chercher comment réduire cet abus à travers l'information, l'éducation, et la lutte contre l'anxiété et le stress.


Références
Alcoolisme féminin : un fléau sans modération. Libération, Eric Favereau, 8 mai 2018 à 20:06
Martin Wall and Sally Casswell. Drinker Types, Harm, and Policy-Related Variables: Results from the 2011 International Alcohol Control Study in New Zealand. Alcoholism: Clinical and Experimental Research, April 2017
Leila Glass, Eileen M. Moore, Natacha Akshoomoff, Kenneth Lyons Jones, Edward P. Riley and Sarah N. Mattson. Academic Difficulties in Children with Prenatal Alcohol Exposure: Presence, Profile, and Neural Correlates. Alcoholism: Clinical and Experimental Research, March 2017
Jennifer A. Livingston, Maria Testa, Michael Windle, Laina Y. Bay-Cheng. Sexual risk at first coitus: Does alcohol make a difference? Journal of Adolescence, 2015; 43: 148
Richard A. Inman, Sara M. Da Silva, Rasha Bayoumi and Paul H. Hanel. Cultural value orientations and alcohol consumption in 74 countries: A societal-level analysis. Frontiers in Psychology, 2017
Marc A. Schuckit. Remarkable Increases in Alcohol Use Disorders. JAMA Psychiatry, 2017
Natacha M. De Genna, Lidush Goldschmidt, Michael Marshal, Nancy L. Day, Marie D. Cornelius. Maternal Age and Trajectories of Risky Alcohol Use: A Prospective Study. Alcoholism: Clinical and Experimental Research, 2017

 

Lire la suite
0
  3049 lectures
  0 commentaires
Mots-clés :
3049 lectures
0 commentaires

Le narcissisme n'est pas l'estime de soi

 

narcissisme venus Burne Jones

Vénus se mirant dans l'eau (Edward Burne-Jones 1875)

 

 

 

Les gens parlent souvent parler de respect de soi ou d'estime de soi, de fierté, d'amour-propre, d'orgueil, d égocentrisme et de narcissisme. Nous pourrions même parler d'une génération " moi ", dépendant de ses selfies et des likes sur facebook.
Sommes-nous plus narcissiques que la génération précédente ? Les heures passées sur les réseaux sociaux aux égos exposés ont-elles modifié nos comportements ? La télé-réalité confirme que nous sommes narcissiques ? Sommes-nous au milieu d'une épidémie de narcissisme ?
Sommes-nous devenus obsédés par nous-mêmes ? Et si oui, où est le problème ?

 

narcissime Paris Hilton

Estime de soi et narcissisme


Hors contexte psychologique, la langue française utilise le terme de vanité pour décrire le comportement ou le défaut d'une personne qui étale avec complaisance, sa satisfaction de soi. En même temps, le mot vanité est péjoratif dérivé de ce qui vain, inefficace et futile.
La vanité est avide de compliments, d'admiration et de flatterie. La vanité est souvent la conséquence d'une estime de soi " fragile ", une demande constante pour se rassurer.


Le poète anglais John Milton pensait que l'estime de soi est suffisante quand elle enrichit nos vies ou celles des autres. Milton parlait d'une confiance en soi modeste, modérée. Dans les années 1750, Jean-Jacques Rousseau a popularisé le terme Amour-propre. Pour Rousseau, l'amour propre devrait éviter la vanité, et ne se lasse pas de poser des gardes  fou contre les maux de l'amour-propre : vanité, envie et mépris.


Le terme narcissisme vient du mythe grec de Narcisse, le beau jeune homme qui tombe amoureux de son propre reflet dans une flaque d'eau. Le Narcissisme est un concept de la théorie psychanalytique de Freud. Le narcissisme apparaît en psychiatrie sous la forme du trouble de la personnalité narcissique.
Nous utilisons le terme narcissisme pour désigner une tendance culturelle, et non pas un trouble psychologique ou psychiatrique, un comportement qui privilégie le soi, qui étale les acquis pour s'auto-glorifier.
Il y a une différence entre l'estime de soi et le narcissisme. Quelqu'un ayant une haute estime de soi valorise la réussite, apprécie la réussite des autres, croit à l'altruisme, peut parfois minimiser sa réussite pour ne pas altérer l'estime de soi chez les autres.
Le narcissique a un comportement qui ne valorise pas les autres, il ne cherche pas la bienveillance dans les relations, il manque d'empathie, expose sa réussite comme un témoignage de l'échec des autres. Le narcissiste est vaniteux, dans une relation d'arrogance ou de mépris vis-à-vis des autres. Il est dans l'égocentrisme, dans l'obsession de soi.

 

narcisse

 

Le narcissisme en augmentation  


Comparant une étude évaluant le narcissisme réalisée sur 15 000 étudiants en 1982, avec une autre étude réalisée sur les mêmes principes en 2006, les chercheurs confirment que les scores de narcissisme sont plus élevés que par le passé, et spécialement à partir des années 2000.
Ces études suggèrent que l'augmentation du narcissisme n'est pas liée à une tranche d'âge ni à une origine ethnique ou démographique. Les hommes étaient plus narcissiques dans les années 80, les femmes sont devenues plus narcissiques que les hommes dans les années 2000.
Les chercheurs pensent qu'il existe un lien direct entre la vanité ou le narcissisme, et certaines demandes comme la chirurgie esthétique. L'augmentation mammaire et la liposuccion ont été multipliées par 3 pendant la même période.


Les personnes narcissiques ont des difficultés relationnelles. Leurs relations sont peu stables, moins longues que les autres. Les personnes narcissiques se marient plus tard que les autres. Leurs relations se fondent sur la sexualité, et la consommation.
Il existe un lien entre narcissisme et matérialisme. Le narcissisme se concentre sur l'image, sur la réputation, et sur l'admiration des autres. Ces valeurs sont en vogue dans notre culture actuelle, encouragées par les réseaux sociaux. La personne narcissique sur les réseaux sociaux étale son bonheur, ses achats, raconte ses exploits sexuels, ses voyages, expose son corps, ses prothèses mammaires, en critiquant les autres sur leur échec social, sur leur pauvreté, sur leur obésité.


L'éducation joue un rôle dans ce comportement narcissique, quand les parents confondent la construction de l'estime de soi et le narcissisme. Quand l'enfant pense qu'il est spécial, intéressant, intelligent, il construit son estime de soi. Quand il pense qu'il est supérieur, que les autres lui sont inférieurs, il peut devenir narcissique.
Les personnes narcissiques sont intéressées par la culture des médias, par les célébrités, par la télé réalité, et par le glamour, plus que la moyenne. Internet permet aux personnes narcissiques de chercher à satisfaire deux besoins indispensables à la personne narcissique : l'admiration, et la validation.
Pour les personnes narcissiques, la télé réalité est une chose normale. L'admiration des téléspectateurs comme les commentaires favorables sur les réseaux sociaux est une récompense si désirée, qu'elle justifie les autres inconvénients.


Une étude sur des adolescents finlandais a constaté que, dans les années 1980, si vous demandiez aux adolescents ce qu'ils craignaient, ils étaient beaucoup plus susceptibles de mentionner les préoccupations mondiales (guerre, terrorisme) ou économiques (chômage). Depuis quelques années, les adolescents sont préoccupés par des craintes personnelles comme la solitude ou le manque d'amour. En même temps, les adolescents semblent plus susceptibles d'être déprimés ou anxieux que les générations précédentes.

Les auteurs du livre Good to Great ont été surpris par le résultat de leur enquête. Les grands chefs d'entreprise ne sont pas narcissiques. Au contraire, le succès de l'entreprise exige modestie, capacité d'accepter les critiques, et discrétion. Un chef d'entreprise ne peut être narcissique, car la personne narcissique cherche l'admiration des autres à tout prix, sans souci du résultat. Dans le même livre, les auteurs ont noté que les grands sportifs ne sont pas narcissiques non plus. Un grand sportif, comme un chef d'entreprise, doit savoir travailler avec les autres, apprécier les qualités des autres, les motiver, et les encourager. Ses traits de caractère sont à l'opposé de l'excès de confiance qui caractérise la personne narcissique.

 

narcissime homme

Narcissisme et réseaux sociaux    

Les personnes narcissiques ont plus d'amis sur Facebook. Les narcissiques prospèrent sur les réseaux sociaux car ils sont actifs, ils dévoilent leurs vies, et font tout pour être populaires et admirés. Ceci ne signifie pas que la majorité des personnes sur Twitter ou sur Facebook est affectée de narcissisme. Les réseaux sociaux encouragent la recherche d'attention d'un public docile, gratuit, généreux de compliments et de complicité, presque indifférent.
Dans une étude récente de l'Université de Swinburne, un échantillon de 200 participants ont répondu à un sondage en ligne comprenant des questions sur l'estime de soi et l'utilisation d'Instagram. Les chercheurs ont distingué deux types de narcissisme. Le narcissisme fort encourage exhibitionnisme, , extraversion, manipulation, sentiment de supériorité, agressivité, indifférence, recherche de succès. Le narcissisme vulnérable s'accompagne d' insuffisance, de sentiment de honte, de la colère, timidité et réaction violente à l'insulte.
Selon cette conclusion, l'estime de soi apparait comme est un facteur qui distingue entre le narcissisme fort et vulnérable.

individualisme

 

Pourquoi sommes- nous de plus en plus narcissiques


En consultant les moteurs de recherche, nous pouvons noter une tendance vers une culture occidentale autocentrée. Les livres sur comment s'aimer, comment découvrir l'être spécial que vous êtes, ne manquent pas.
Le narcissisme est à la hausse dans les sociétés occidentales modernes. Certains pensent que le narcissisme est le fruit d'une culture individualiste.
Une étude réalisée après la réunification de l'Allemagne a interrogé 1.025 personnes pour évaluer les niveaux de narcissisme et l'estime de soi.
Les participants de l'ex-Allemagne de l'Ouest ont plus de narcissisme par rapport aux participants de l'ex-Allemagne de l'Est. Les personnes de l'ex-Allemagne de l'Est avaient l'estime de soi plus élevée que ceux de l'Allemagne de l'Ouest.


L'environnement culturel individualiste ou collectiviste affecte le développement des traits de personnalité, y compris le narcissisme.

 

Lire la suite
1
  3894 lectures
  0 commentaires
Mots-clés :
3894 lectures
0 commentaires

Relaxation : principes, avantages, et limites

relaxation meditation

 

 

Le terme relaxation se définit par la diminution ou la suppression d'une tension. La relaxation musculaire est synonyme d'un relâchement, ou d'une décontraction.
Au milieu du XXe siècle, le terme relaxation désigne en anglais une méthode thérapeutique de détente et de maîtrise des fonctions corporelles, par de procédés psychologiques. Progressivement, ce terme d'est entendu, devint synonyme de repos et de détente.
La relaxation devient un état de détente accompagnée du bien-être subjectif, une détente physique ou psychologique, une diminution de tension mentale.

 

Fondement scientifique

La relaxation fait partie de techniques psychocorporelles, qui passent par le corps pour apaiser l'esprit.
L'approche de la relaxation soulève les mêmes problèmes que l'approche psychosomatique, des problèmes qui surgissent dès qu'il est question d'envisager le lien entre l'organique, et le psychique. Chaque auteur développe sa méthode, à partir de la nature de la relaxation telle qu'il la conçoit.
Le fondement scientifique de la relaxation demeure discutable. Il n'existe aucune preuve que l'esprit conscient peut modifier la tension musculaire ou le rythme cardiaque. Cependant, la relaxation permet réellement un état de bien-être, de confort capable, à son tour, d'améliorer l'anxiété ou la tension psychique ou musculaire.

relaxation training

Les méthodes de relaxation

Dans sa forme la plus simple, il s'agit d'une simple détente corporelle dans un lieu calme et apaisant. Dans sa forme thérapeutique, c'est un apprentissage progressif. Les résultats de la relaxation sont positifs chez nombreux patients. Dans certains cas la relaxation ne donne aucun résultat. L'adhésion du patient est primordiale pour la réussite de la relaxation.
La relaxation exige un apprentissage de la détente musculaire accompagnée d'une maîtrise de respiration. Tout commence par une prise de conscience de son corps, ses muscles, et des liens entre émotions, pensées, et manifestations du corps sous forme de tension musculaire, de fatigue, irritabilité, anxiété, etc.
Chaque méthode de relaxation passe par les étapes indispensables à construire une prise de conscience des sensations corporelles pour favoriser une maîtrise utile de la respiration, et de l'État mental.
Les méthodes les plus anciennes sont la relaxation progressive de Jacobson et la méthode du training.
La relaxation est divisée en deux groupes : les méthodes passives qui s'appuient sur la suggestion et sur la détente. Parmi ces méthodes, on cite le training de Schultz, et la méditation. Les méthodes actives nécessitent une participation volontaire du patient. Parmi ces méthodes, on cite la plus célèbre : la relaxation progressive de Jacobson.

abs11.5 orange La relaxation progressive de Jacobson


Cette méthode trouve ses origines dans les travaux de Jacobson sur la physiologie du système neuro musculaire. Jacobson a remarqué que l'être humain réagit plus fortement quand il est tendu. A A l'inverse, lorsqu'il est détendu, l'humain ne manifeste pas un excès de réaction.
Jacobson pensait que tout phénomène émotionnel s'accompagnait de modifications de la tension de certains groupes musculaires. Il définit la relaxation par l'absence de toute contraction musculaire. Le muscle à l'état de repos aurait un tonus normal. Cette relaxation musculaire à l'état pur serait accompagnée d'une détente mentale liée à une mise au repos du cortex cérébral.


La relaxation progressive est une méthode lente, progressive, comportant quatre stades :
- Premier stade : la relaxation locale
Il s'agit de solliciter successivement les groupes musculaires volontaires de bras, de jambes, du troc, épaules, du cou, les muscles de la face, et les muscles de la respiration. À ce stade, le sujet en position allongée sur le dos, dans le calme et l'immobilité, exécute des exercices utiles pour arriver à la relaxation. Par Exemple l'exercice du bras consiste à fléchir l'avant-bras sur le bras en contactant le biceps. La personne prendra conscience de la sensation qui accompagne la contraction des muscles antérieurs des bras. En deuxième temps, la personne laisse tomber l'avant-bras sur le lit, pour constater la disparition de la sensation de contractions. Jacobson insiste sur le fait que l'exercice n'est qu'un moyen pour parvenir à une écoute musculaire permettant d'affiner les sensations et de les comprendre.

- Deuxième stade : la relaxation générale
Ce stade est consacré à la possibilité d'obtenir une détente globale de tout le corps avec disparition progressive de l'activité mentale. Les séances sont effectuées une à trois fois par semaine selon les cas, sous le contrôle du médecin ou d'un entraîneur.

-Troisième stade : la relaxation différentie
Il s'agit pour le sujet d'utiliser la faculté acquise de se relaxer dans son activité quotidienne, de ne solliciter que les groupes musculaires indispensables à l'action.


- Quatrième stade : c'est le dernier stade de la relaxation de Jacobson, qui consiste à prendre conscience de tensions musculaires accompagnant les états affectifs et émotionnels ; c'est-à-dire les états qui échappent à alors volonté.
La méthode de Jacobson était populaire dans les pays anglo-saxons en dépit de la difficulté de son apprentissage.

 

abs11.5 orange Le training, ou la relaxation concentrative

 


C'est une méthode analytique, nommée aussi méthode de décontraction concentrative. Cette méthode a été inventée par Schultz, à partir des travaux sur l'autohypnose.
La méthode de Schultz comporte deux cycles : le cycle inférieur, et le cycle supérieur. Dans le cycle inférieur, comportant six étapes, le training se pratique dans une pièce calme, demi-obscure, dans de vêtements confortables.
En position assise dans un fauteuil, les bras reposent sur les accoudoirs, les cuisses sont bien appuyées, ou en position allongée sur une chaise ou sur un tabouret. Le sujet est invité à fermer les yeux pour favoriser la concentration sur la formule suivante : mon bras est tout à fait lourd. L'exercice commence avec un seul bras, pour tenter d'induire mentalement la pesanteur. Chaque exercice est suivi d'une reprise caractérisée par une flexion et une extension rapide du bras. En général, après une dizaine de jours, la sensation de pesanteur s'installe rapidement. Elle irradie vers les autres membres dans un processus de généralisation selon Schulz.
L'expérience de la chaleur dure deux à trois semaines. Le sujet se concentre mentalement sur une formule de genre mon bras est chaud. Après un ou deux jours, une sensation de chaleur peut s'intensifier et irradie aux quatre membres.
Le troisième exercice consiste à découvrir les pulsations cardiaques. La formule est : mon cœur bat. Cet exercice de régulation cardiaque exige deux ou trois semaines d'entraînement. Après avoir effectué les quatre premiers exercices, le sujet passe à d'autres exercices concernant les autres parties du corps. Après un entraînement de 6 à 10 semaines, le sujet a acquis la capacité d'accéder à une relaxation physiologique, utile, accompagnée d'un détachement mental. Après plusieurs mois d'exercice régulier, le sujet peut éventuellement accéder aux cycles supérieurs du training, une méthode de psychothérapie profonde qui permet une déconnexion et une plongée dans l'inconscient.

 

relaxation

abs11.5 orange Autres méthodes de relaxation

 

abs11.5 bleu1  La régulation du tonus musculaire


Il s'agit d'une technique dérivant de la méthode de Schultz. C'est une thérapie visant à obtenir par la suggestion la disparition du symptôme. L'accent est mis sur le caractère actif de cette méthode. Le patient étant formé avec précision, assume la responsabilité de son évolution. Il faudra des exercices tous les jours, à une heure précise. Les exercices sont des variantes du training de Schultz renforcés par le rôle suggestif du thérapeute.

abs11.5 bleu1 L'hypnose fractionnée progressive,


C'est une méthode dérivée des exercices de Schultz. Durant les trois premières semaines, le patient apprend les exercices de pesanteur et de chaleur proposée par Schultz. Le rôle du médecin est d'entraîner son patient dans un état d'hypnose en fixant le doigt du médecin à 20 cm de ses yeux. Une fatigue musculaire va entraîner une vision brouillée et la fermeture des paupières. Dans la troisième phase, le médecin adopte une attitude analytique active examinant avec le patient les situations conflictuelles. Les séances vont modifier la relation entre le patient et ses conflits.

abs11.5 bleu1 Le yoga


Il s'agit d'une méthode inspirée d'une discipline philosophique tendant à la maîtrise de l'esprit et du corps. Les positions adaptées, dont la plus célèbre est celle du lotus rappelle les attitudes de méditation des moines bouddhistes qui mobilisant leurs forces psychiques, pour atteindre un état mystique qui va les conduire vers l'autre rive du détachement absolu.

Les bienfaits de la relaxation

Ces techniques permettent de contrôler les composantes somatiques de troubles nerveux, en favorisant un sentiment d'épanouissement, de bien-être, et de relation pacifiée avec son corps et ses muscles. Ces exercices sont utiles pour lutter contre les attaques de panique, contre les crises d'angoisse contre le stress chronique. Quant à la méditation, elle permet une nouvelle façon de percevoir la réalité, d'avoir une lucidité différente, et de vivre dans une sérénité apaisante.

La relaxation préventive,

C'est une méthode utilisée chez les sujets sans symptômes. Cette relaxation préventive est jugée utile pour lutter contre la pression de la vie moderne, pour alléger le stress, garder sa santé mentale et physique. La relaxation préventive permet de lutter contre les facteurs de tension : bruits, nuisance visuelle, conditions de travail, réduction de l'espace vital, anxiété face à un système social compétitif, manque de sommeil.
La relaxation est utile sur le plan émotionnel. La relaxation favorise la réduction des manifestations corporelles violentes en cas d'émotions fortes comme l'accélération de rythmes cardiaques et respiratoires, la pâleur ou les modifications de sécrétions salivaires.
La relaxation préventive peut développer la possibilité d'un repos efficace permettant au sujet d'éliminer ses tensions et de n'utiliser que le minimum d'énergie nécessaire à son activité.
La relaxation préventive peut aider le patient à lutter contre la douleur, en allégeant les composantes psychologiques de la douleur, et en réduisant la tension musculaire.
La relaxation possède de nombreux effets positifs, diminuant la tension artérielle, le rythme fréquence cardiaque et la fréquence respiratoire.

 

La relaxation en médecine psychosomatique

 

La relaxation associée à un traitement médical adéquat peut obtenir de bons résultats dans le traitement de l'hypertension artérielle. C'est le cas également dans d'autres manifestations comme la palpitation ou la tachycardie. Certains troubles respiratoires comme l'asthme peuvent bénéficier de la relaxation. Les manifestations émotionnelles qui perturbent le système digestif peuvent aggraver certaines lésions comme l'ulcère gastro duodénal, ou les colites spasmodiques. La relaxation peut aider en réduisant la douleur, ou la diarrhée.
Au niveau cutané, la peau fait partie avec la bouche des organes influencés par le stress et la tension. Dans certains cas, la relaxation peut être utile dans le traitement dermatologie.

La relaxation en neuropsychiatrie

La relaxation est indiquée dans les troubles du système nerveux, comme la céphalée, la migraine, le bégaiement, l'insomnie, ou dans les phobies ou l'anxiété. L'indication de la relaxation et dépend de la tension émotionnelle, et le degré d'angoisse du patient. Le médecin peut associer la relaxation à d'autres traitements médicamenteux, ou psychologiques.
La relaxation peut être indiquée dans d'autres maladies comme le trouble de fatigue chronique et la céphalée de tension.

 

Lire la suite
3
  4212 lectures
  0 commentaires
Mots-clés :
4212 lectures
0 commentaires

Dépression chez la femme enceinte ; faut-il traiter ?

klimt femme enceinte

 

 

La dépression chez la femme enceinte est souvent non traitée. 50 % des femmes dépressives enceintes sont traitées aux États-Unis. L'absence de traitement s'accompagne de douleurs physiques, de souffrances mentales, de troubles de la nutrition, de consommation élevée d'alcool et de tabac, et de relations perturbées avec la grossesse, et avec le partenaire. La dépression chez la femme enceinte augmente le risque de suicide.
L'absence de traitement est motivée par des questions financières, par une opposition au traitement de crainte d'exposer le fœtus aux antidépresseurs, par manque de disponibilité, et par la méfiance vis-à-vis de la psychothérapie.
La dépression principale unipolaire est diagnostiquée chez les patients qui souffrent d'un épisode dépressif, sans histoire de manie ou d'hypomanie. Un épisode de dépression principale unipolaire est une période de deux semaines au moins avec au moins cinq symptômes parmi les symptômes suivants : humeur dépressive, perte d'intérêt, perte du plaisir de la majeure partie des activités, insomnie ou hypersomnies, changement d'appétit, agitation psychomotrice, perte d'énergie, faible concentration, mauvaise estime de soi et culpabilité, pensées morbide ou suicidaire.

 

venise femme enceinte


Le diagnostic d'une dépression chez la femme enceinte exige une collaboration entre le médecin traitant, le médecin obstétricien, et le médecin psychiatre.
La dépression principale grave exige une hospitalisation dans 7 % de cas.
Pour le médecin, il est important d'évaluer les antécédents de sa patiente, pour proposer un traitement efficace. Par exemple, si la patiente avait déjà bénéficié d'une psychothérapie, le médecin peut proposer une nouvelle psychothérapie pendant la grossesse, de même que pour le traitement par médicament.

Le médecin devrait également discuter avec la famille de la patiente. Expliquer la dépression à la femme enceinte et à sa famille peut avoir certains bénéfices, pour aider la patiente à appliquer le traitement, et adhérer au conseil de son médecin. Discuter avec la famille peut aider le partenaire et la famille à comprendre les symptômes, et à prévenir des risques potentiels comme le suicide.
Le traitement par antidépresseur est une option valable. Les effets secondaires des médicaments antidépresseurs sur la grossesse ne justifient pas l'absence de traitement. Ses effets secondaires devraient être évalués, expliqués à la patiente et à sa famille et pris en compte par l'équipe médicale.
L'équipe médicale peut expliquer à la patiente l'importance d'une bonne hygiène de vie associant une bonne alimentation, à une bonne qualité de sommeil, accompagnée par une activité physique adéquate.
Le manque d'adhésion de la part de la patiente au traitement et aux conseils médicaux augmente le risque lié à la dépression.

La surveillance médicale devrait être régulière, organisée par le médecin psychiatre, qui vérifie selon les échelles utilisées dans la médecine psychiatrique l'amélioration de la dépression. La surveillance médicale implique également une surveillance de la bonne évolution de la grossesse.

 

vermeer femme enceinte

 


L'utilisation des antidépresseurs devrait être discutée et évaluée par la patiente, et par son entourage, en expliquant les avantages et les inconvénients de ce traitement.  
L'efficacité des antidépresseurs est la même chez la femme enceinte que chez la femme non enceinte. Le traitement par antidépresseur chez la femme enceinte devrait être adapté, à dose réduite. Les doses de médicaments antidépresseurs peuvent être augmentées à la fin de la grossesse. Le risque sur le fœtus après le troisième trimestre est moindre que le risque sur la grossesse au premier trimestre.
La surveillance échographique de la grossesse devrait être stricte, plus fréquente que la surveillance de la grossesse chez une femme non enceinte.

 

Références
Vigod SN, Wilson CA, Howard LM. Depression in pregnancy. BMJ 2016; 352:i1547.
Ko JY, Farr SL, Dietz PM, Robbins CL. Depression and treatment among U.S. pregnant and nonpregnant women of reproductive age, 2005-2009. J Womens Health (Larchmt) 2012; 21:830.
National Institute for Health and Care Excellence (NICE). Depression: The Treatment and Management of Depression in Adults. Clinical Guideline 90. October, 2009.
Larsen ER, Damkier P, Pedersen LH, et al. Use of psychotropic drugs during pregnancy and breast-feeding. Acta Psychiatr Scand Suppl 2015; :1.

Lire la suite
5
  2185 lectures
  0 commentaires
2185 lectures
0 commentaires

Psychologie positive, pensées positives

sport pense positive

Un humain devrait s'adapter à son environnement, et répondre aux défis de la vie : santé, économie, couple, deuil, etc.  Si vous voulez atteindre un objectif, la sagesse populaire vous invite à être positif.
Nos pensées fondent notre capacité à formuler notre conscience, nos sentiments et notre volonté puis nos actions.


Dans ses études sur l'intelligence, Julie Norem a comparé les opportunistes stratégiques et les pessimistes défensifs. Si vous êtes un opportuniste stratégique, vous envisagez le meilleur résultat possible et vous planifier pour atteindre ce résultat. Si vous un pessimiste défensif, même si vous avez été couronné de succès par le passé, vous allez décrire toutes les choses qui pourraient aller mal et vous risquez de ne rien faire.
Nous sommes en réalité l'ensemble de nos pensées. La qualité de nos pensées conditionne nos actions et notre qualité de vie. C'est l'un de principes de la psychologie positive.
Les grands hommes des différentes époques ont compris la capacité de l'esprit à engendrer créativité, détermination, résistance et endurance.

 

Matisse pensee positive

 

Les pensées nourrissent notre esprit


Les mots et les idées sont notre nourriture psychologique et morale. Ce que nous entendons (parole, sons, musique), ce que nous voyons (livres, image), ce que nous discutons deviennent la nourriture de notre esprit et la base de nos pensées.
Lorsque nous entendont constamment des mots négatifs, des pensées négatives ou anxiogènes, nos pensées deviennent moins positives, et doivent lutter contre cette atmosphère négative. Quand nous sommes confrontés à des situations qui suscitent la réflexion, certaines idées nous aident dans nos décisions, d'autres nous ralentissement en semant peur et hésitation.
Notre esprit se nourrit à travers ce que nous recevons de notre environnement : famille, amis, émotions, musique, livres, films, art, etc.


C'est une banalité, de mentionner que notre famille et nos amis affectent notre point de vue et nos pensées. Ceci explique pourquoi nous sommes encouragés à nous entourer de gens qui augmentent notre estime de soi et rehaussent notre lucidité et notre capacité à formuler des pensées positives et utiles.
Les personnes défaitistes, pessimistes, ou nihilistes ont quelque chose en commun, ils influencent nos décisions et nos pensées, puis nos réactions et nos comportements. Combien de fois, est-on déprimé ou démoralisé après une discussion avec un rabat-joie, ou avec une personne cynique ?
L'influence des livres, de la musique, de la culture, est primordiale. Nous gagnons à travers ces productions intellectuelles un esprit plus apaisé et plus harmonieux. En lisant un livre, ou en regardant un film, nous bénéficions d'un discours structuré et soigné capable de nous aider à produire des pensées positives.
La prudence et le pessimisme sont parfois utiles pour affronter la complexité d'un sujet et ses conséquences. Ces approches négatives, en sachant maîtriser la dose, peuvent modérer nos actions, améliorer notre défense et accroitre notre capacité d'analyse.

 

Derain pensee positive


De nombreuses études confirment que les émotions positives sont une force déterminante pour avoir des pensées positives et incontournables dans la recherche de l'épanouissement de tout être humain.

Il serait utile de réduire les situations qui empoisonnent l'esprit par leur négativité, comme on peut constater parfois dans les discussions sur les réseaux sociaux, ou en écoutant les personnes trop anxieuses, ou cyniques et de chercher des situations qui encouragent la pensée positive.
Les livres, l'art, la culture, la musique, la méditation et les amis optimistes peuvent nous rendre plus heureux, plus positifs et nous aider dans notre réussite et notre épanouissement.  
La psychologie positive est fondée sur les pensées positives : penser positivement pour produire des conséquences positives.

 

Réf :
Wiley Periodicals, Inc. J Clin Psychol 58: 993-1001, 2002.
Fredrickson, B. L. (2001). The role of positive emotions in positive psychology: The broaden-and-build theory of positive emotions. American Psychologist, 56(3), 218-226.

 

Lire la suite
4
  2593 lectures
  0 commentaires
2593 lectures
0 commentaires

De quoi dépendent nos décisions ?

decision incertitude

 

 


Ne pas savoir prendre une décision est un problème. Et beaucoup de personnes redoutent la décision, et le jugement de leurs résolutions précédentes peu fiables ou mal préparées. Les gens qui réussissent un projet avaient généralement pris une décision valable, et avaient fait le nécessaire pour réaliser leur projet.

 

abs11.5 rose Prendre en compte les choix disponibles

Dans une étude ancienne de 2003, sur les dons d'organes, les chercheurs s'étonnaient de la différence du taux de donneurs d'organe dans les pays européens, 99 % en Suède et 4.25 % au Danemark. Les chercheurs ne pouvaient pas incriminer la culture pour expliquer la différence de taux de donneurs entre deux pays comme le Danemark et la Suède qui partagent une grande partie de leur héritage culturel. En France, Belgique, ou en Suède, la loi indique que chacun est donneur d'organe, sauf en cas d'opposition, au Danemark, chacun est non-donneur, sauf en cas d'acceptation.
Des études de ce genre sont nombreuses pour nous expliquer que les humains préfèrent le choix par défaut pour éviter l'inconfort de choix complexe. Dans de nombreux cas, le statu quo est le refuge pour ne pas choisir.

 

decision difficultes

 

 

abs11.5 rose Les 5 types de décisions


1- La décision de type raisonnable :
 C'est une décision prise selon des arguments pour et contre, après une délibération. Là, la décision raisonnable est simple, les arguments sont clairs, les raisons évidentes.
2-  deuxième type
Décision prise après une délibération rapide, accompagnée d'une certaine indifférence. Les risques sont peu importants. Ainsi, la délibération prend en compte le risque le plus important, assumant les autres risques. C'est le cas également dans les décisions stéréotypées, où les risques sont connus et évalués à l'avance.  
3- troisième type
Dans ce type de choix, la détermination est accidentelle. C'est le cas d'une décision plus ou moins importante, dont les critères semblent insuffisants pour prendre une décision raisonnable fondée sur le pour et le contre. Ce sont les décisions du genre : fonce et on verra, ou va vers l'avant. Cette décision est généralement motivée par des caractères volontaires, et aussi instables. Les émotions jouent un rôle déterminant dans ce genre de délibération. La réussite des actions suscite l'admiration des autres, les échecs coûteux.  

4- Quatrième type
C'est une décision prise après une délibération rapide, sans argument solide, fondée sur une expérience extérieure, ou sur une motivation émotionnelle. Nous prenons ce genre de décision quand nous hésitons entre nos valeurs et nos motivations, et nos impulsions. Dans ce cas, la décision peut être prise rapidement, ou abandonnée avec la même rapidité pour échapper au malaise de décider.
5- cinquième type de décision
Voilà une décision où la raison ne joue aucun rôle, la volonté devient la seule motivation de l'acte, et le libre arbitre seule justification.   Ce Jugement peut être justifié par de besoins conscients ou inconscients, par une idéologie, par une culture, par croyance matérialiste ou métaphysique. Nous élaborons un projet personnel de voyage, ou d'un changement de vie, car nous le voulons, nous le désirons.

decision motivation

abs11.5 rose La décision exige la motivation, mais..


Acheter une maison, c'est un projet d'une famille qui se justifie par un enfant qui arrive, un adolescent qui a besoin d'une chambre, vous vérifiez votre compte bancaire, votre taux d'endettement, et vous commencez. La motivation devient indispensable pour accepter de prendre du temps à discuter avec les banquiers, à comparer les offres, et à trouver l'offre la plus adaptée.
La motivation commence par bien identifier les buts, les avantages et les inconvénients. En deuxième temps, élaborer une stratégie pour renforcer cette motivation, en cherchant comment rendre l'achat d'une maison utile, bénéfique, convaincante.    

 

abs11.5 rose Du temps et de l'énergie, et de l'optimisme  


Après la discussion avec les banquiers, il est temps de trouver la maison de vos rêves, de visiter des propriétés et de passer des heures à discuter en famille et de négocier le pour et le contre. Il faut consacrer du temps et de l'énergie pour y arriver. La motivation joue un rôle important pour continuer et pour aller au terme de votre démarche.
Pendant vos démarches, vous serez encouragé par deux moteurs essentiels : votre propre motivation et votre optimisme.

decision facteurs choix

abs11.5 rose La décision : l'émotion joue un rôle


Les neurosciences nous enseignent que la décision nous apparaît logique, mais, après analyse, nous trouvons toujours une dose d'émotion dans nos décisions. Nous cherchons à réduire l'influence des émotions dans nos décisions. Pourtant, nos achats coup de cœur, nos résolutions sont motivées par nos émotions et nos sentiments. Notre logique construit une solution, nos émotions tentent de la valider ou vice versa.


Le neurologiste Antonio Damasio a étudié les décisions en cas de lésions cérébrales affectant la partie du cerveau où les émotions sont produites. Ces patients échouaient dans leurs prises de décisions. Leurs raisonnements ne souffraient d'aucun déficit.
Au moment de décider, les émotions interviennent pour trancher entre deux choix logiques. Chez les personnes qui tentent de décider de partir d'une logique fondée sur suppositions et expériences, la décision devient difficile surtout en cas d'incertitude.
Qui peut prédire, dans 20 ans, sa situation familiale ou professionnelle pour signer, avec certitude scientifique un crédit d'achat de maison ? La logique ne fonctionne plus.
Nos émotions jouent leurs rôles. Nous devons éviter de laisser les émotions choisir entièrement. Nous pouvons préparer plusieurs choix éclairés, et laisser aux émotions leurs parts. Après avoir bien étudié les caractéristiques d'une voiture, le dossier de crédit, vous pouvez laisser à vos émotions le choix du modèle, ou de la couleur ou d'équipements de conforts.

Un bon projet, une bonne décision dépend de vous   
Dans un monde idéal, une décision rationnelle ne doit jamais compter sur la volonté ou sur sa motivation, mais sur des critères vérifiables. Malheureusement, ce genre de décision facile n'existe pas, dans un monde instable, et en constant mouvement. Dans la plupart des cas, nous prenons la meilleure décision parmi les décisions disponibles. Prenez votre temps, comparez, veillez à hiérarchiser l'important et le moins important, en s'éloignant des avis négatifs et pessimistes, en évitant d'être contaminé par l'anxiété d'autres personnes.

 

decision raison

abs11.5 rose Après la décision


1 - Après avoir décidé, souvenez-vous des avantages de votre réussite. Éviter les personnes qui encouragent la passivité, ou le pessimisme. Vous n'avez pas besoin d'entendre des phrases sur l'échec de tout projet, ou le commentaire des gens pessimistes, fondé sur un état d'esprit, et non pas sur une réalité.
 2- Éviter les personnes conformistes qui ne cherchent qu'à continuer l'ordre établi dans leur vie personnelle et professionnelle. Un projet se définit comme une modification d'une situation donnée, acheter une maison ou fonder une entreprise.  
3- Dans votre entourage, des personnes peuvent exprimer un trouble devant votre réussite. Si ces personnes vous intéressent, vous pouvez leur expliquer vos motivations, les rassurer sur la portée de ces changements.
4- Citez les avantages que vous cherchez en réalisant votre projet. Ne restez pas seuls, incluez les vôtres dans votre projet. Vous pouvez transformer votre entourage en allié précieux en l'impliquant dans votre projet dès le début.
5- Durant les moments d'hésitation, citez les raisons pour lesquelles cette entreprise vous apparaît impossible à réussir puis analyser ces difficultés, en cherchant à les surmonter. Pour renforcer votre détermination, diviser les difficultés, séparez-les pour les surmonter.
6- Pendant la réalisation de votre projet, célébrez la réussite de chaque étape, en tant que pas vers la réussite de votre entreprise, pour consolider à nouveau votre détermination.
7- Pourquoi ne pas imiter les exemples positifs, ces personnes qui ont réussi leur projet en dépit de difficultés, de maladie, de leurs conditions humaine ou sociale. Les histoires de réussite peuvent renforcer votre optimisme.
8- Pendant les étapes de décision et d'exécution, distinguez nettement la détermination de l'entêtement. La détermination entraîne un comportement positif pour réussir un projet, l'entêtement est une réaction qui traduit une raideur.

L'entêtement n'est pas un signe de volonté ou de confiance, les enfants peuvent être entêtés, les adultes doivent être déterminés.

Réf
Pascal Moigno : La volonté, de l'idée à l'action, Ed Causam, 2015

Lire la suite
5
  2210 lectures
  0 commentaires
2210 lectures
0 commentaires

Comprendre la faim et la satiété

couper tomate salade

 

 

Le principe d'un régime alimentaire sain, équilibré et valable, à long terme, est de manger quand on a faim ce qu'on aime manger et s'arrêter quand on n'a plus faim.
Réapprendre à faire confiance aux signes de la faim et de la satiété, voilà la clé dans n'importe quel régime alimentaire. Savoir comment fonctionne l'appétit, c'est le transformer en allié de votre régime.

 

abs11.5 orange Comprendre la faim et la satiété

Notre corps nous envoie des signaux clairs de faim et de satiété. Ces signaux peuvent être perturbés par des facteurs émotionnels, ou par des régimes, ou par des habitudes alimentaires sociales ou culturelles. On finit par manger pour passer le temps, pour ne pas s'ennuyer devant la Télé, ou pour faire plaisir.
À un moment donné, le régime alimentaire, quelle que soit la méthode utilisée, doit commencer par une rééducation pour détecter la sensation de faim. Vous pouvez par exemple prendre la moitié de votre petit-déjeuner du matin. Quand vous avez faim, vous pouvez prendre l'autre moitié.
Cette rééducation peut être utile pour les personnes en bonne santé, qui ne cherchent pas à faire un régime ni à perdre du poids. C'est une règle d'hygiène alimentaire. D'autre part, cette rééducation s'accompagne d'un choix plus raisonnable des aliments.

abs11.5 orange Quelques définitions

Avoir faim, c'est éprouver un besoin nutritionnel urgent, car l'organisme manque de glucose (sucre) ou d'acides gras pour assurer le bon fonctionnement, et pour répondre aux besoins énergétiques.
La faim est une sensation qui accompagne normalement le besoin de manger.
Être rassasié, c'est recevoir du cerveau un signal qu'on a suffisamment mangé et qui fait arrêter le repas. En règle générale, l'estomac distendu par les réserves qu'il vient d'accumuler avertit le cerveau qui réagira en faisant disparaître le plaisir gustatif.
La satiété est le cas de non-faim, c'est notre état entre deux repas. La satiété est plus longue chez l'adulte que chez l'enfant, car l'enfant est en pleine croissance, et dépense beaucoup d'énergie.

 

abs11.5 orange Mécanismes physiologiques de la faim

Lorsque vous prenez une collation, vous savez peut-être que votre cerveau conscient exerce un contrôle sur le choix d'aliments. Par ex vous aimez la salade, ou vous évitez les sucres.
Par contre, le contrôle conscient du cerveau est moins présent quand il s'agit du moment de manger, ou de combien manger. La sensation de faim est gouvernée par de nombreux facteurs qui régulent la faim et l'appétit.
Nous connaissons la faim comme une sensation inconfortable, parfois pénible qui s'accompagne de signes physiologiques comme la fatigue ou le manque de concentration. Les contractions gastriques accompagnent les messages de manque de nutriments dans le sang. Après remplissage de l'estomac et la présence de nutriments dans les intestins, le cerveau arrête la sensation de faim pendant plusieurs heures.
L'hypothalamus, une zone centrale dans le cerveau agit et régulent les deux sensations : sensation de faim et sensation de satiété.

 

faim satiete mecanisme facteurs

 

abs11.5 orange Hypoglycémie et taux de sucre dans le sang

La faim traduit un état physiologique, un besoin, qui correspond au niveau de sucre dans le sang. En cas d'hypoglycémie (baisse de niveau de sucre dans le sang), la faim peut apparaître.
Contrairement à une opinion répandue, l'hypoglycémie n'est qu'exceptionnellement liée à une carence de sucre ou de glucides, sauf chez les diabétiques. Il s'agit généralement d'une carence globale d'apports énergétiques, soit par un excès d'utilisation, comme un effort physique intense, ou un effort intellectuel, par une défaillance de certains mécanismes physiologiques comme en cas de diabète, d'hyperthyroïdie (augmentation de taux d'hormone thyroïdienne dans le sang).
L'hypoglycémie, quelle que soit son origine, va être perçue par les neurones de la zone hypothalamique du cerveau. Ce centre hypothalamique va stimuler l'appétit. Dans le cas contraire, ce centre va inhiber l'appétit en stimulant la satiété.
Directement ou indirectement, le centre de la faim va agir sur des structures hypothalamiques responsables de la sécrétion de certaines hormones liées au taux de sucre dans l'organisme comme l'adrénaline, ou l'ACTH. L'ingestion d'aliments va, par un double mécanisme, inhiber l'activité du centre de la faim, le mettre au repos.

La seule façon physiologique pour neutraliser l'activité du centre de la faim est d'éviter l'hypoglycémie, en adaptant les apports caloriques aux dépenses, et en les répartissant au cours de la journée, cela par une alimentation fractionnée en quatre ou cinq repas.
Le corps est organisé pour avoir une quantité suffisante d'énergie tous les quatre à 5 heures dans la journée, et de 10 à 12 heures la nuit pendant le sommeil.
Se priver de manger s'accompagne de signes et symptômes comme la faim, fatigue physique, fatigue intellectuelle, perte de concentration, tremblements, énervement, pâleur, et crampes d'estomac.
La sensation de faim est liée au taux de sucre dans le sang (glycémie). Ce taux est bas, la sensation de faim apparaît. Pour calmer rapidement la faim, il suffit de manger des aliments qui font remonter le taux de sucre dans le sang, ces aliments donc son riche en sucres, on dit aussi ces aliments ont un index glycémique élevé. Ces aliments riches en sucre, qui s'assimilent vite (miel, confitures, pâtisseries) calment rapidement, mais transitoirement la sensation de faim, qui revient aussi vite.
Ces aliments ne peuvent pas assurer la satiété. Si on veut une satiété de longue durée, mieux vaut consommer des aliments qui font grimper lentement le taux de sucre dans le sang comme le pain, le maïs, yogourt, fruits et légumes.

abs11.5 orange La Ghréline

La Ghréline est une hormone stimulant la faim qui s'oppose à la perte de poids. La Ghréline est sécrétée par les cellules de l'estomac, et agit sur l'hypothalamus et sur d'autres zones du cerveau pour stimuler l'appétit. Cette hormone cherche à stocker l'énergie, et à gagner du poids. Cette hormone agit peu pendant le sommeil. Le manque de sommeil déclenche son action, cela explique pourquoi l'insomnie peut favoriser l'obésité.

abs11.5 orange Le cerveau agit sur l'appétit

Le cerveau produit un certain nombre de messages qui interviennent dans la régulation de la faim et de l'appétit. Par exemple, vous passez devant une boulangerie, l'odeur des pâtisseries, ou l'odeur de la cuisson du pain suscite votre appétit. Dans ce cas, votre cerveau a déclenché une stimulation chimique, le centre du plaisir dans votre cerveau va créer ainsi un désir de manger une pâtisserie. La quantité d'aliments présents dans l'estomac et le taux de sucre dans le sang ne jouent pas un rôle déterminant.


D'autres facteurs jouent également sur l'appétit et la faim en intervenant sur le système nerveux central :
- Certains médicaments psychotropes comme des antidépresseurs augmentent l'appétit.
- Les habitudes culturelles peuvent influencer votre appétit, comme le fait de manger après un événement heureux, ou comme le fait de manger certains aliments de façons culturelles ou rituelles.
- Les préférences personnelles et les conditions environnementales, comme la préférence des aliments chauds par temps froid.
- Certaines hormones comme les hormones sexuelles ou les hormones de la thyroïde influencent l'appétit.
- Les habitudes alimentaires, les préférences personnelles.
- L'interaction sociale, la présence de convives, d'amis, la bonne humeur ambiante.

abs11.5 orange La leptine

C'est une hormone de la famille des adipokines, produite par le tissu adipeux (tissu gras de l'organisme). La leptine se déplace par le sang, du tissu adipeux vers le cerveau, et vers l'hypothalamus où elle favorise la libération des neurotransmetteurs qui vont supprimer l'appétit et augmenter les dépenses énergétiques, et réduire par conséquent le tissu adipeux. La perte de graisses joue le rôle opposé : baisse de la leptine, augmentation de l'appétit, réduction des dépenses d'énergie, et augmentation du tissu adipeux dans l'organisme.
Dans les études expérimentales, les rats obèses développent une résistance à l'insuline (hormone responsable de la régression du taux de sucre dans le sang) et à la leptine. Ces rats obèses perdent leur capacité à la sensation de faim et deviennent obèses.
Les personnes obèses produisent de la leptine, mais elles sont résistantes à ces deux effets. Donner plus de leptine à une personne obèse ne permet pas de traiter l'obésité.

abs11.5 orange Nutriments énergétiques et satiété

La composition d'un repas semble affecter la satiété bien que les relations entre la composition d'un repas et la sensation de satiété soient complexes. Parmi les trois éléments nutritifs qui produisent l'énergie, la protéine semble avoir le plus grand effet rassasiant. Même un verre de lait peut améliorer la satiété et diminuer la sensation de faim. Les aliments riches en sucre contribuent également à la satiété, à condition de contenir des sucres lents avec des fibres, comme céréales, ou légumineuses. Ces aliments riches en sucre sont capables de maintenir le taux de sucre dans le sang, et de préserver le taux d'insuline entre les repas. Cette régularité du taux de sucre dans le sang encourage le cerveau à ne pas déclencher la sensation de faim.
Les sucres rapides comme les sucres des glaces, des confitures, ou des boissons gazeuses sont incapables d'arrêter la sensation de faim, ces aliments augmentent le taux de sucre dans le sang, et encouragent l'appétit.
Consommer des matières grasses peut déclencher une sensation de satiété à long terme.
Les chercheurs ont également signalé une augmentation de la satiété après la consommation d'aliments riches en eau et des aliments gonflés d'air.
L'ennui et la monotonie du goût et des textures peuvent créer une sorte de satiété par perte de plaisir sensoriel initial. Cette baisse du goût d'un aliment peut être un élément qui invite la personne à finir son repas.

abs11.5 orange Le déclenchement de la sensation de faim

Pour pouvoir vivre normalement, il est important de trouver un équilibre entre la faim, la satiété, et la capacité de l'organisme avoir une réserve énergétique satisfaisante, pour subir des périodes de jeûnes entre les repas.
Quand vous mangez, vous stockez l'énergie capable de répondre aux besoins de votre organisme pendant plusieurs heures. L'intervalle entre le repas est normalement de 4 à 6 h pendant la journée, et de 12 à 18 h pendant la nuit.
De nombreux signes vous avertissent de la nécessité de prise alimentaire, c'est-à-dire la nécessité de manger. Plusieurs hormones vont avertir le cerveau de la nécessité de manger, associées à des sensations récoltées par les nerfs sensitifs digestifs.


Après avoir mangé, le cerveau reçoit certains signes, pour déclencher la sensation de satiété :
- sensation dans la bouche aussi à la consommation de nourriture.
- récepteurs nerveux détectant la distension et le remplissage de l'estomac
- la présence de nutriments dans les intestins déclenche la libération d'hormones avertissant l'hypothalamus.
- le cerveau détecte les nutriments absorbés, délivrés par le sang, à juste les neurotransmetteurs pour supprimer l'absorption de nourriture, ou pour augmenter cette absorption.
Les changements dans l'apport alimentaire provoquent des adaptations rapides de l'organisme. Une personne qui mange tout à coup des petits repas peut se sentir plus affamée qu'une personne qui mange un repas copieux. Dans d'autres cas, un repas copieux peut être inconfortable, car l'estomac est habitué à des repas peu volumineux.
En cas de privation ou de destruction de nourriture, la sensation de faim revient plus forte, comme une vengeance qui peut conduire à des épisodes de grande consommation alimentaire. Dans ce cas, la capacité de l'estomac s'adapte rapidement à cette période de suralimentation.
Ce point de vue physiologique peut expliquer certaines particularités de l'alimentation. Par exemple, l'industrie alimentaire aux États-Unis se distingue par des portions alimentaires plus grandes que les portions alimentaires d'autres pays. La population s'est rapidement adaptée, cependant l'apport calorique est plus élevé.

 

abs11.5 orange Maîtriser sa faim pour perdre du poids

C'est possible, ce n'est pas un slogan publicitaire. C'est une question d'habitude alimentaire, et de rééducation.
- manger suffisamment au petit déjeuner, un repas aussi important que le déjeuner ou dîner.
- consommer à chaque repas des aliments variés qui, en se mélangeant dans l'estomac, prolonge la digestion, et retarde l'apparition de la sensation de faim.
- ne sautez pas de repas, ne faites pas de petits repas.
- éviter les repas pauvres en protéine et en matières grasses. Ces repas pauvres sont généralement caloriques, remonte rapidement votre taux de glycémie, mais ne permettent pas lutter contre la faim.
- manger lentement, manger en mastiquant les aliments.
- éviter les repas rapides.
- en mangeant, laisser le temps à votre cerveau de sentir le repas, concentrez-vous sur votre assiette, en évitant la lecture ou la télévision pendant le repas.
- privilégiez des aliments volumineux, et de grandes quantités d'aliments peu caloriques, par exemple les yogourts maigres, les salades ou les fruits, les légumes verts.


- Dans la tradition occidentale, on commence le repas par la soupe, ou par la salade ou par une entrée légère pour remplir l'estomac et éviter un repas trop copieux. Dans la tradition orientale, certains débutent le repas par un grand verre d'eau.

 

Ref
* Marotz. L.R : Health, Safety, and Nutrition for the Young Child, Eighth Edition, Wadsworth, 2012
* Ambrosini GL, Oddy WH, Robinson M, et al. Adolescent dietary patterns are associated with lifestyle and family psycho-social factors. Public Health Nutr 2009; 12:1807.
* Affenito SG, Thompson D, Dorazio A, et al. Ready-to-eat cereal consumption and the School Breakfast Program: relationship to nutrient intake and weight. J Sch Health 2013 ; 83:28.
* Ritchie LD. Less frequent eating predicts greater BMI and waist circumference in female adolescents. Am J Clin Nutr 2012 ; 95:290.

 

Lire la suite
3
  3258 lectures
  0 commentaires
3258 lectures
0 commentaires

Internet aime son roi : le chat

 

chat roi web

 

 

Dieux dans l'Égypte antique, symbole de beauté et d'harmonie au Japon, les chats peuvent s'enorgueillir d'être les rois sur Internet. D'autres animaux sont mignons, drôles, pourtant le web adore les chats.
Les internautes se montrent directs, cyniques, ou cruels, sauf quand il s'agit des chats. Des millions de chats miaulent partout, se pavanent sur le réseau et font leur cirque sur YouTube, sur les réseaux sociaux et sur les blogs.
Personne ne peut expliquer pourquoi internet a choisi le chat comme le roi des cœurs. Pourquoi pas après tout. Voilà un animal beau, gracile, joueur, doux, drôle et indépendant. Quand un chat joue, il s'amuse, ne cherche pas à impressionner son maître. Un chat est une joie de vivre spontanée, et cela sans dressage.
Pourquoi ne pas décrire le côté paresseux et zen pour élucider cette élection ?

 

chat repos sommeil

 

Un chat se domestique selon sa volonté. Nos félins ne sont pas différents de leurs ancêtres sauvages. Le biologiste de l'Université de Bristol, John Bradshaw, soutient que 85 % de tous les accouplements de chats impliquent encore des chats sauvages contrecarrant toute poussée évolutionniste vers la domestication. Cette réalité scientifique nous informe que les chats n'ont pas intégralement évolué pour cohabiter avec les humains à l'opposé des chiens.


La relation homme-chat pourrait avoir commencé par un mariage de raison. À l'époque actuelle, les chats sont inutiles. Il n'y a aucune raison de laisser ces turbulents animaux à fourrure vivre avec nous et manger nos repas. Nous gardons des chats par amour, ils ne nous dérangent pas, et savent rester distants et indépendants.
Les chats miaulent pour communiquer. Ils risquent d'étiqueter les humains comme animaux muets incapables de miauler. Ils nous traitent comme des chatons avec leurs mères. Ils gagnent nourriture, protection, et caresses. Ils communiquent avec nous de la même façon qu'avec les autres chats. Un mistigri est imprévisible pour nous, et notre relation avec lui est peuplée de malentendus risibles.
Si les chats nous voient comme de gros chats, nous avons la propension à les traiter comme des humains à fourrure. L'attribution de motivations humaines à nos animaux de compagnie fait partie de la raison pour laquelle nous les trouvons si irrésistibles.

 

chat heureux paresse


Chat et bien être  

Quand nous avons des chats domestiques à la maison, nous vivons avec de minuscules pumas, des tigres de taille réduite. Ces chats sont nos liens avec une nature devenue éloignée de nos villes et nos appartements, une connexion indispensable avec le monde sauvage qui nous entoure.
Les études confirment que la présence d'animaux domestiques est bénéfique pour la santé mentale. La relation avec un animal domestique n'évolue pas au détriment des échanges avec les autres personnes. Les propriétaires d'animaux domestiques, spécialement chats et chiens jugent que la présence d'animal domestique encourage l'apaisement, et une meilleure estime de soi.
La présence d'un chat est décrite comme bienfaisante en cas de deuil, et peut aider à surmonter le sentiment de perte et d'abandon. Les personnes en deuil déclarent parler à leur animal de compagnie pour verbaliser leurs sentiments, il est plus facile de parler à un animal qui ne risque pas de répondre ni de formuler un jugement.


Un sondage britannique a révélé que 82 % des femmes sont attirées par les hommes qui aiment les animaux domestiques. 90 % des femmes célibataires disent que les hommes qui possèdent un chat sont " gentils ".
Une étude 2011 de la fondation de santé mentale a constaté que les propriétaires de chats décrivant leur relation avec leurs chats comme positive dans 87 % des cas, et satisfaisante dans 76 % des cas. Des patients dépressifs soulignent l'effet bénéfique de la présence d'un chat pour minimiser la tension mentale, pour combattre la tristesse, et le sentiment de solitude.
Posséder un animal de compagnie est bénéfique pour le cœur. Les chats, en particulier, diminuent le stress, et réduisent le niveau d'anxiété. Caresser un chat a un effet calmant positif.

 

estampe chat


Les chercheurs en santé mentale mentionnent la présence d'un animal domestique comme un élément important pour structurer sa journée et pour réduire le sentiment d'isolement et de solitude.
Une autre étude à l'université de Miami en Ohio a constaté que les propriétaires d'animaux de compagnie ont eu un amour-propre élevé, sont moins seuls, plus optimistes.

Les chats accompagnent les employés dans les bureaux pour lutter contre le stress, pour cultiver la convivialité. La présence de ces chats devient source de confort, de sourires, et même d'éclats de rire. Par leurs caprices et leur amour du jeu, ces animaux à fourrure participent à la création d'une ambiance détendue et productive.
Selon les études, le contact physique avec le chat participe à la production d'hormone ocytocine, qui réduit le taux sanguin de la cortisone, l'hormone responsable du stress. Cette sécrétion d'ocytocine s'accompagne d'un sentiment d'attachement, de relaxation, et de bien-être. La production de l'hormone ocytocine peut être encouragée par d'autres activités comme le sport, la relaxation, les rencontres amoureuses ou sociales.

Votre d'animal de compagnie révèle des parcelles de votre personnalité. Les amateurs de chiens apprécient les fêtes et le mouvement, les propriétaires de chats privilégient le calme et la solitude choisie.


Des études prétendent que le simple fait de regarder des vidéos de chats sur Internet peut stimuler l'énergie d'une personne et créer des émotions positives.  Il n'est surprenant que le chat soit couronné roi du web.   

 

REF
1. Allen R. McConnell, Christina M. Brown, Tonya M. Shoda, Laura E. Stayton, Colleen E. Martin. Friends with benefits: On the positive consequences of pet ownership. Journal of Personality and Social Psychology, 2011

 

Lire la suite
6
  2261 lectures
  0 commentaires
2261 lectures
0 commentaires

Coup de foudre : attirance ou engouement ?

coup-de-foudre

amour premier regard

 

Vous regardez, votre cœur s’accélère, des feux d’artifice explosent dans votre esprit. Vous êtes victime du coup de foudre si loué par les films romantiques, et par les livres de romance. Le coup de foudre est difficile à expliquer. Certains jurent qu’ils ont été victimes de son pouvoir mystique (parfois plus d’une fois), tandis que d’autres l’attribuent au folklore et au fait d’avoir trop lu Roméo et Juliette ou les romans d’Austen.

Aussi romantique que cela puisse paraître dans la culture ambiante, cette expérience semble selon les études être peu susceptible d’être un véritable amour, il s’agit plutôt d’une attirance physique selon les résultats d’une étude publiée dans le numéro de décembre 2017 du Journal of the International Association for Relationship Research.

Les chercheurs ont demandé à 400 participants de dire s’ils avaient vécu l’expérience du coup de foudre, de l’amour au premier regard, et de noter à quel point ils trouvaient physiquement attirantes les personnes qui ont provoqué ce coup de foudre, puis de faire-part de leurs sentiments concernant des concepts tels que l’intimité, l’attirance, l’engagement et la passion.


32 participants ont vécu le coup de foudre sans lier cet amour au premier regard, avec engagement ou intimité.
L’attirance physique était le facteur commun dans ces expériences. La personne en face était désirable, répondant aux critères de beauté physique souhaités.
L’étude suggère que le coup de foudre n’est pas une forme d’amour, mais une forte attirance initiale parfois réciproque.

 

Différence entre amour et désir

Sous la pression de la culture dominante, de nombreuses personnes attachent l’étiquette « coup de foudre » à leur relation réussie après coup. Après quelques années de mariage, une rencontre progressive et construite se transforme dans leur mémoire en coup de foudre qui
sera interprété comme un amour au premier regard, pour répondre aux normes culturelles louant le romantisme de ce genre de rencontre.

Tout le monde cherche le romantisme, mais les scientifiques décrivent une réaction biologique d’attirance physique qui libère certaines hormones dans le cerveau.
L’alchimie et la connexion qui mènent à un amour à long terme exigent un certain temps pour se développer, le coup de foudre est une réaction fulgurante.
L’attirance physique et l’amour grandissent au fur et à mesure que l’on apprend à connaître une personne.

 

coup de foudre

 

Une étude de Stephanie Cacioppo intitulée Neuroimaging of Love : MRI Meta-Analysis Évidence Toward New Perspectives in Sexual Medicine, 2010 a examiné ce qui se passe dans le cerveau lorsqu’on tombe amoureux et qu’on est en proie à l’attirance. 12— zones de cerveau travaillent ensemble pour libérer des substances chimiques et des hormones qui induisent le sentiment de tomber amoureux, tout cela se produit en seulement en un cinquième de seconde, provoquant un sentiment de « flottement sur un nuage », et d’euphorie.

Une étude de 2017 de l’université de Groningue donne d’autres indications. 92 % des personnes qui déclarent avoir vécu l’expérience ont développé une relation amoureuse longue. Il s’agit de projeter leurs sentiments actuels sur le moment de leur première rencontre. Nous avons tendance à considérer le passé à la lumière du présent, en sous-estimant les changements qui se produisent au fil du temps.

 

L’attirance physique comporte en soi une dose d’engouement, nous attribuons des traits de personnalité plus positifs aux personnes que nous trouvons physiquement attirantes.

 

route de madison

 

Amour, attirance et engouement

Pendant l’adolescence, le jeune adulte apprend, avec plus ou moins de difficulté à distinguer l’amour de l’engouement, l’amour de l’attirance. Les adultes peuvent avoir du mal à bien explorer leurs sentiments aussi.


Après une attirance physique, l’engouement apparait comme une sensation fulgurante, qui comble l’esprit de merveilleuses rêveries, qui pousse la personne à se lier avec l’autre, être à proximité, et à avoir des relations sexuelles avec elle. Beaucoup de relations amoureuses commencent par un engouement que les gens peuvent interpréter rétrospectivement comme un coup de foudre.
L’amour se développe progressivement. Il peut durer longtemps, devient plus profond et plus puissant au fil du temps.

L’engouement se produit presque instantanément, puissant, sans nuance, et court. Il disparait après une relation sexuelle ou en cas de refus de l’autre de s’impliquer.
L’amour accepte la personne dans sa totalité, valide ses besoins et ses projets. L’engouement s’épanouit dans la perfection, dans l’image idéalisée du partenaire. L’engouement se concentre sur le physique.

L’amour s’accompagne de sentiment d’engagement, de sécurité, alors que l’engouement s’accompagne d’anxiété, et de fatigue.

L’amour est le fait d’être amoureux d’une personne. L’engouement est le fait d’être amoureux de l’amour.
Les romances et les films romantiques montrent généralement le coup de foudre ou l’engouement. Des gens beaux et aisés se rencontrent, ont une forte attirance physique immédiate. Ces films décrivent rarement l’évolution de cesrencontres et les difficultés de construire une relation adulte de longue durée.

 

Conclusion :

Il semble que le coup de foudre soit simplement une forte attirance physique, ou une interprétation rétrospective influencée par la culture dominante. Mais ce n’est peut-être pas une si mauvaise chose. Les personnes qui déclarent avoir eu un coup de foudre avec un partenaire (qui ont créé ce souvenir ensemble) ont tendance à éprouver plus d’amour et de passion dans leur relation. C’est une façon d’embellir le souvenir du début pour compléter le tableau de leur amour et leur engagement.

 

Références
Naumann, E. 2004 : Love at first sight: The stories and science behind instant attraction. Sourcebooks, 2004

Ortigue S, Bianchi‐Demicheli and al: Neuroimaging of love: fMRI meta‐analysis evidence toward new perspectives in sexual medicine. J Sexe Med 7:3541 –3552, 2010.

Florian_Zsok and al: What kind of love is love at first sight? An empirical investigation, Personal_Relationships November 2017

 

Lire la suite
0
  932 lectures
  0 commentaires
932 lectures
0 commentaires

Stress : de la simple fatigue à Tako Tsubo

stress

 

 

Le stress est une réaction de l'organisme pour faire face à une menace ou à une situation nouvelle. Le stress n'est pas une maladie, mais peut provoquer de nombreuses maladies.

Le stress est une réaction variable selon les personnes, selon la culture, selon la personnalité, et selon le style de vie. Le stress est différent d'une personne à l'autre, dans son intensité et dans son origine. Ce qui est stressant pour une personne, est moins stressant pour une autre, une personne peut tolérer des doses élevées de stress, une autre personne sombre dans l'anxiété ou la dépression en subissant les mêmes doses ou des doses plus faibles. Autrement dit, nous ne sommes pas tous égaux devant le stress, nous devons chercher des solutions pour contrer le stress d'une façon personnelle.

Les stress est indispensable pour s'adapter aux situations nouvelles comme le mariage, ou l'arrivée d'un enfant dans le couple, le décès d'un parent etc. Ce qui compte, c'est la gestion du stress, c'est de savoir se reposer, se relaxer, évacuer la tension pour repartir ensuite.


Un événement stressant mal négocié vous prive de vos capacités de traiter d'autres événements. En cas de stress mal géré, tous vos problèmes semblent être d'une importance égale, et le stress vous domine.
L'absence de symptômes ne signifie pas l'absence de stress. Après un examen par exemple, l'organisme se repose profitant d'un moment de détente.  Si l'organisme continue à être " agité " et en éveil, avec des symptômes même minimes comme l'irritation, il est important de détecter le stress, de chercher comment alléger cette agitation et cette tension.

 

Stress et maladies

Certains patients mettent l'accent sur les liens entre le stress et maladies. Bien que le stress ne soit jamais mis en cause dans le déclenchement d'une lésion, certains médecins constatent qu'il joue un rôle important dans la réaction de l'organisme et dans l'évolution de certaines maladies.

Le Stress fait partie des facteurs de risque des maladies cardio-vasculaires (infarctus, hypertension), des maladies du système immunitaire (asthme, eczéma) et des maladies gastro-intestinales (gastrite, ulcère), et contribue à l'aggravation de maladies neurologiques (migraines, névralgies) etc.

1- Stress et pathologies cardiaques
L'association entre les maladies cardiaques et stress a été largement étudié. Les patients compétitifs à forte personnalité sont les premières victimes des maladies cardiaques, non pas à cause de la compétitivité mais en raison de leur réaction à l'hostilité ambiante : réaction forte et stressante.
La colère n'est pas la seule émotion associée au stress capable de déclencher une pathologie cardiaque, d'autres émotions sont à citer : comme l'anxiété qui s'associe aux crises cardiaques et arythmies.
Le stress, comme réponse aux agressions ambiantes, entraîne une hyperactivité cardiaque et une hypertension de tension artérielle transitoire. L'émotion intense augmente le travail du cœur, augmentant le besoin du sang en oxygène, pouvant provoquer un infarctus.

2- Ulcère et stress
On a associé longtemps le stress aux ulcères gastriques. En 1980, Marshall un jeune médecin australien émit une hypothèse médicale nouvelle : la plupart des ulcères serait provoqué par une bactérie. Marshall avala une dose d'Helicobacter pylori, et développa un ulcère, se traita lui-même par antibiotiques et bismuth et changea de manière définitive le traitement de l'ulcère. Maintenant, grâce à Marshall, le traitement des ulcères a changé mais certains facteurs restent favorisants : tabac, stress, régime alimentaire.

3- Stress et abus de substance
Certains patients stressés cherchent un soulagement dans une consommation excessive d'alcool. D'autres habitudes peuvent être observées : abus de substance (Drogues), tabac, suralimentation, isolement social.

4- Stress et aggravation de certaines maladies
Le stress est responsable de l'aggravation de certaines maladies cutanées (psoriasis, eczéma), de maladies respiratoires (asthme, allergie), de maladies gynécologiques (syndrome pré - menstruel), et psychologique (dépression).

5- Stress et vie sexuelle
Le stress peut être la cause de plusieurs perturbations sexologiques comme chez la femme : Anorgasmie, dyspareunie, et chez l'homme : éjaculation précoce et manque d'érection. Egalement, le stress provoque une baisse de libido dans le couple et un manque d'intérêt pour la rencontre sexuelle.

 

Le Tako Tsubo ou syndrome du coeur brisé

Cette pathologie identifiée au Japon dans les années 90 et connue sous le nom de " Tako Tsubo, une maladie cardiaque liée au stress à répétition. Les symptômes ressemblent à ceux de l'infarctus sous forme de douleur dans la poitrine et dans le bras gauche. Cependant, il n'existe pas d'infarctus.
Les médecins appellent cette maladie une cardiomyopathie de stress. Il s'agit d'un trouble fonctionnel du ventricule cardiaque gauche plus fréquent chez les personnes exposées au stress, physique ou émotionnel. Selon les statistiques, cette maladie affecte essentiellement les femmes dans 89 % des cas.
Le mécanisme de cette maladie est inconnu. Par contre, on retrouve toujours une histoire de stress, comme le décès du conjoint, la violence domestique, problèmes financiers, catastrophes naturelles, et l'annonce de maladies graves. Les symptômes ressemblent étrangement à l'infarctus du myocarde, mais les études de l'irrigation cardiaque sont normales, ainsi que l'électro cardiogramme.

Références
Sato, H, Taiteishi, et al. Takotsubo-type cardiomyopathy due to multivessel spasm. In: Clinical aspect of myocardial injury: From ischemia to heart failure, Kodama, K, Haze, K, Hon, M (Eds), Kagakuhyouronsha, Tokyo 1990. p.56.
Medeiros K, O'Connor MJ, Baicu CF, et al. Systolic and diastolic mechanics in stress cardiomyopathy. Circulation 2014; 129:1659.
Dastidar AG, Frontera A, Palazzuoli A, Bucciarelli-Ducci C. TakoTsubo cardiomyopathy: unravelling the malignant consequences of a benign disease with cardiac magnetic resonance. Heart Fail Rev 2015; 20:415.

 

Lire la suite
4
  2308 lectures
  0 commentaires
Mots-clés :
2308 lectures
0 commentaires

Alain et la psychologie positive : le bonheur est une action

Psychologie postitive bonheur

 

 

La psychologie positive est une nouvelle branche de la psychologie en pleine expansion. Martin Seligman est un pionnier de la psychologie positive (terme lui-même inventé par Abraham Maslow).

Depuis les années 2000, cette science humaine propose de s'intéresser non plus à ce qui fonctionne mal chez les individus mais ce qui fonctionne le mieux. Cette branche de la psychologie tente de réunir les avantages de la philosophie, de la psychologie, et du développement personnel pour célébrer l'épanouissement, le bonheur et le bien-être.
Les chercheurs en psychologie positive examinent ce ce qui rend les êtres humains heureux, épanouis et satisfaits dans le but de comprendre et de favoriser les facteurs qui permettent aux individus, et à la société de prospérer.


La psychologie positive repose sur trois piliers :
-  l'étude des émotions positives,
-  l'étude des traits de personnalité positive, en particulier nos forces et nos vertus mais aussi nos aptitudes, et enfin
-  l'étude des intuitions positives.

Martin Seligman définit la psychologie positive comme devant permettre de se concentrer sur les forces des individus plutôt que sur leurs faiblesses et de développer les talents pour atteindre l'épanouissement plutôt que guérir les pathologies.

 

citation seligman

 

Il distingue trois niveaux de bonheur :
1.    La vie plaisante (pleasant life), basée sur le plaisir, dont l'objectif est de vivre de nombreux plaisirs et d'en amplifier les effets. Ce type de bonheur instantané ne dure pas puisque l'effet des plaisirs décroît avec l'usage.
2.    La bonne vie  (good life) basée sur l'engagement, dont l'objectif est de connaître ses forces pour se maintenir dans un état de bien-être optimal. Le plaisir profond génère des émotions positives dont la durée est plus longue que celles générées par des plaisirs éphémères. La personne est dans un état de satisfaction.
3.    Le sens de la vie  (meaningful life) basée sur le don de soi où l'individu connaît ses forces et les met au service d'une cause plus grande que lui-même. Le sentiment d'accomplissement est alors profond et durable.

 

 

La pensée d'Alain avant la psychologie positive

Émile Chartier, dit Alain (1868-1951), est né dans la petite ville de
Mortagne-au-Perche, en Normandie, qui lui consacre aujourd'hui un musée.
Il est dans l'histoire littéraire le créateur d'un genre particulier : "  le propos  ",  forme de développement de la pensée dans une écriture précise.  Le propos n'est pas la maxime ni l'aphorisme, le Propos chez Alain est concis, affirmatif, porteur d'une pensé et d'une réflexion. On peut classer Alain comme un essayiste et moraliste de la pure tradition française.

 

citation Alain bonheur


Selon le philosophe Alain, apprécier le bonheur est une question d'action et de savoir vivre.
Dans son livre, toujours publié et lu dans de nombreux pays, Propos sur le bonheur, Alain fonde les principes de la psychologie positive, et du développement personnel.
Au coeur de sa pensée, il y a l'idée que vivre, c'est déjà être heureux. "Comme la fraise a goût de fraise, la vie a goût de bonheur", écrit-il.
Prenons quelques exemples de son best-seller Propos sur le bonheur. Alain pense que nous pensons nos émotions, et que notre cerveau peut les contrôler.   


" Sentir, c'est réfléchir, c'est se souvenir. Ceux qui ont trop pensé à leurs peines, lorsqu'ils les racontent à faire pleurer les autres, trouvent encore à cette action un petit soulagement. "

Concernant l'avenir, il conseille de faire appel à la raison et à la volonté pour choisir l'optimisme.

" j'aime bien mieux ne pas penser à l'avenir, et ne prévoir que devant mes pieds. Non seulement je n'irai pas montrer au mage le dedans de ma main, mais, bien plus, je n'essaierai pas de lire l'avenir dans la nature des choses ; car je ne crois pas que notre regard porte bien loin, si savants que nous puissions être. J'ai remarqué que tout ce qui arrive d'important à n'importe qui, était imprévu et imprévisible. Lorsqu'on s'est guéri de la curiosité, il reste sans doute à se guérir aussi de la prudence. "

Dans un autre passage il écrit sur l'importance d'agir, de se jeter dans l'action :  

" La destinée est instable ; une chiquenaude crée un monde nouveau. Le plus petit effort entraîne des suites sans fin. Celui qui a planté ces ormes n'a pas délibéré sur la brièveté de la vie. Jetez-vous comme lui dans l'action sans regarder plus loin que vos pieds, et vous sauverez vos ormeaux. "


Concernant l'action, il demande d'y mettre les moyens pour y arriver  

" Dès que l'on veut gagner, il faut vouloir les moyens, c'est-à-dire faire des sommes de petits profits. Ou bien c'est grimper sans regarder à chaque pas que l'on fait ; or toute pierre n'est pas bonne, et la pesanteur ne nous lâche jamais. Ruine est un beau mot ; car la perte est accrochée au marchand et le tire toujours. Qui ne sent pas cet autre genre de pesanteur perd sa peine."

Selon lui, un projet commence par l'idée, par l'imagination et progresse par l'action :

" L'imagination mène le monde des hommes, par ceci qu'elle ne peut s'affranchir
de coutume et il faudrait dire que l'imagination ne sait pas inventer ; mais c'est l'action qui invente. "

En matière de sentiments, il appelle à la raison, à la réflexion, pour lui, l'amour est un projet qui nécessite d'agir :  
" L'amour n'est pas naturel ; et le désir lui-même ne l'est pas longtemps. Mais les sentiments vrais sont des œuvres. On ne joue pas aux cartes pour les jeter au premier mouvement d'impatience ou d'ennui ; et personne n'a jamais eu l'idée de jouer au hasard sur un piano. "


Psychologie postitive

 

Le bonheur est une action

La philosophie et la psychologie positive se rejoignent pour constater que les personnes les plus satisfaites et optimistes sont celles qui ont découvert et exploité leurs forces et leurs  moyens. Le bonheur exige une vie agréable, un sens et une signification. Le bonheur exige de faire face au passé, d'être optimiste à propos de l'avenir, de profiter du présent, de cultiver les émotions positives, de chercher la connaissance, l'amour, la justice et d'avoir le courage et le sens de l'action.


Une vie agréable est une vie qui poursuit avec succès les émotions positives sur le présent, le passé et l'avenir, qui laisse à l'imagination les soins de proposer et l'action courageuse l'occasion de réaliser.
Le bonheur n'est pas le résultat de rebondir d'une joie à une autre ; atteindre le bonheur implique le fait de tolérer des périodes d'inconfort. Les psychologues sont d'accord avec les philosophes comme Alain qui disait qu'une partie importante du bonheur dépend de nos actions.   
Dans son livre sur Alain, Thierry Leterre écrit en 2006:

 

"Pour Alain, le bonheur ne dépend pas de ce que l'on a mais de ce que l'on fait, de notre capacité à agir. Le bonheur est une façon de faire."  

 

Bibliographie:
Alain : propos sur le bonheur, 1925
Seligman, Martin E.P. (2002). Authentic Happiness: Using the New Positive Psychology to Realize Your Potential for Lasting Fulfillment. New York, NY: Free Press.
Seligman, Martin E.P. (2004). "Can Happiness be Taught?" Daedalus, Spring 2004.

 

Lire la suite
3
  3610 lectures
  0 commentaires
3610 lectures
0 commentaires

Gérer le stress au travail

travail stress

 

Chacun comprend le danger de stress sur sa vie personnelle, émotionnelle et professionnelle. Le stress peut altérer notre qualité de vie, peut nous rendre malheureux, tendus, insatisfaits, le stress peut favoriser des maladies comme la dépression, l'insomnie, les maladies cardio-vasculaires ou d'autres. Le stress est la sixième cause de décès aux États-Unis après les maladies cardiaques, le cancer, accident de la route, cirrhose du foie et suicide.

Le travail n'est généralement pas, une source de stress aigu ou sévère ; par contre le travail peut provoquer un stress chronique et l'accumulation d'épisodes stressants finit par épuiser.
Les responsabilités, la disponibilité, les nécessités professionnelles, la compétition exigent de chacun une adaptation permanente, parfois difficile, et pénible.

 

Alléger le stress au travail

Soyez positifs vis-à-vis de votre travail en évitant de penser aux difficultés comme un ensemble insurmontable, mais pensez à des tâches bien distinctes, réalisables l'une après l'autre.


Essayez de finir "définitivement" les tâches que vous avez commencées, un dossier ouvert nécessitera des efforts pour accomplir la tâche exigée, puis le fermer définitivement. Menez les tâches à leur terme signifie, pour vous, moins de stress, et une facilité d'organisation.


Organisez votre travail d'une façon raisonnable, avec la même assiduité pendant toute la durée de votre travail. Reposez-vous quelques minutes entre deux tâches, cela soulage le stress, et peut améliorer votre productivité.

Cherchez la légèreté et la bonne humeur durant votre présence au travail. Le pessimisme est un point de vue, l'optimisme aussi. Une personne pessimiste n'a pas plus de raison (de se plaindre ou de se lamenter ou de noircir la réalité) que les personnes optimistes.

Gardez confiance dans vos moyens, vous avez réussi par le passé à réaliser des tâches professionnelles délicates, vous pouvez toujours refaire l'exploit.

Essayez de faire face aux difficultés professionnelles, sans tricher, sans chercher des solutions intermédiaires. Affronter une tâche est largement moins stressant que de redouter les difficultés relatives à la réalisation de cette tâche.

Créez votre propre environnement où vous êtes isolé à l'abri des pressions et des intrusions des autres. Cela vous permet de faire votre travail à votre rythme, selon vos capacités, et selon votre propre organisation.

Ne négligez jamais l'organisation. Le désordre exige une adaptation supplémentaire pour faire face à l'imprévu, l'organisation vous permet de réaliser les tâches professionnelles avec moins de stress, et moins d'anxiété.

Essayez de savoir ce que vous ne savez pas. Prenez le temps de vous informer, pour vous adapter aux nouveautés. Le temps de formation vous permettra d'économiser du temps dans la réalisation des tâches, et pourrait diminuer votre stress.

Évitez les personnes pessimistes et anxiogènes, dans le milieu professionnel comme dans le milieu social. Le stress peut être contagieux, une personne angoissée peut vous rendre anxieuse ou stressée.

Sachez offrir votre empathie et votre soutien aux autres, selon votre disponibilité, et selon vos moyens, en refusant l'intrusion des autres dans votre vie professionnelle ou personnelle.
Ce qui est à l'origine du stress, ce n'est pas la situation dans laquelle on se trouve, mais ce sont les pensées négatives. L'employé peut alléger le stress professionnel, en participant à l'amélioration et à l'adaptation des conditions de travail.

Pratiquez une activité physique.  Chacun peut améliorer sa capacité à résister et à gérer le stress professionnel en pratiquant par exemple une activité physique qui permet au cerveau de dégager des endorphines, d'améliorer l'humeur, de combattre l'anxiété, et permettre une meilleure qualité de sommeil.

Cherchez la relaxation. La relaxation permet à l'organisme de se défaire de la tension engendrée par le stress lié au travail. La relaxation peut prendre plusieurs formes comme une activité sportive légère, ou simple promenade en famille dans le but de se changer les idées. D'autres personnes cherchent la relaxation dans les activités artistiques ou dans l'écoute de la musique ou dans la lecture.

Soignez votre nourriture. Bien manger permet à l'organisme de mieux résister au stress, de bien gérer les tensions professionnelles. Les nourritures saines variées, englobant tous les groupes alimentaires, riches en légumes et en fruits améliorent nettement la résistance de l'organisme. Essayer de prendre les repas à des heures régulières, sans excès, en évitant les aliments lourds à digérer.

Veillez à éviter le lien pathologique entre le stress et la nourriture, si le sucre ou le chocolat allège le stress, cette amélioration est éphémère et peut être un facteur d'obésité.
Une bonne alimentation exige de se réhydrater suffisamment, en buvant de l'eau, et en évitant les boissons sucrées ou salées.

Améliorez vos relations. La solitude peut encourager le stress, alors que le soutien social et les relations interpersonnelles améliorent la gestion du stress professionnel et social. Vous pouvez améliorer votre gestion du stress professionnel en établissant des relations de soutien et de confiance dans votre vie professionnelle et personnelle. Ses relations vous permettent de dépasser certaines frustrations, d'échanger les expériences avec les autres, et de recevoir leur soutien. Apprendre à accepter le soutien des autres est un élément important dans les relations interpersonnelles utiles. Ce genre de relation de soutien aide aussi à réduire le risque de dépression, d'améliorer la santé physique et mentale, et de cultiver une attitude positive.

Trouvez des solutions. La recherche de solutions au stress lié au travail peut s'améliorer par les discussions avec les amis, les collègues, les membres de la famille, ou par la consultation de personnes compétentes dans ce domaine.


Trouvez l'équilibre entre famille et travail. Cet équilibre est nécessaire à l'harmonie sur le plan physique, mental, et émotionnel. Il s'agit de bien partager le temps disponible entre la vie professionnelle, la vie familiale, et le temps nécessaire au repos et à la récupération. Ce partage nécessite un examen minutieux des priorités, de savoir refuser, de savoir accepter, et de planifier d'une façon raisonnable le temps disponible.

En cas de difficultés concernant cet équilibre indispensable entre la vie de famille et la vie au travail, il est utile d'étudier les possibilités pour aménager son temps de travail, ou pour chercher avec l'employeur des modalités pouvant encourager cet équilibre et réduire ainsi votre stress lié au travail.

 

Lire la suite
4
  2153 lectures
  0 commentaires
2153 lectures
0 commentaires

La beauté est bénéfique pour nous

Beaute pyschologie


Si l'automne est votre saison préférée, c''est le bon moment pour une promenade,  pour admirer les couleurs des forêts et des jardins, et pour apprécier le pouvoir de la beauté à  générer du bonheur et du bien-être.
Dans les ouvrages de psychologie positive, on parle de la capacité des gens à apprécier la beauté et combien cette capacité peut être source de bonheur et de joie de vivre.
Faire une promenade attentive, marcher à un rythme lent et observer la beauté du monde, voilà un moment de détente pour l'organisme et aussi pour le cerveau. Si vous aimez l'art, regardez attentivement pendant quelques minutes les œuvres, vous allez être touché par l'expérience de la beauté. Si vous aimez les fleurs, il suffit de s'en entourer, de les regarder, sentir, toucher.  
On peut devenir photographe amateur pour mieux observer, mieux profiter de la beauté de notre monde. Photographier ce qui est beau est un moyen de prolonger le regard et de bénéficier des effets positifs de la beauté sur votre psychologie.

 

Beaute pensee

 


Kant : la beauté exige la pensée

La nature de la beauté et la nature de l'Art sont parmi les deux thèmes les plus discutés et les plus controversés dans la philosophie occidentale. La beauté a traditionnellement été considérée comme une valeur ultime, avec la bonté, la vérité et la justice.  Au XXIe siècle, la beauté semble retrouver un intérêt dans les débats en Europe.
Juger le goût n'est pas un jugement logique mais esthétique.
Jusqu'au dix-huitième siècle, la beauté était objective en occident. Pour Platon, la beauté était dans les formes, dans sa proximité avec une forme idéale ou avec une pensée divine. Ainsi, on avait créé les canons de beauté.
Au dix-huitième siècle, surtout dans les îles britanniques, la beauté était associée au plaisir ; le plaisir était l'origine de la beauté. Locke a traité la couleur comme source ou lieu de beauté, dans sa qualité de rêve de l'esprit.
Hume et Kant pensaient que le goût était subjectif. Le goût avait la capacité de détecter et de savourer la beauté. Sans plaisir, il n'y a pas de beauté.


Kant concède que le goût est subjectif, que tout jugement de beauté repose sur une expérience personnelle.
" Je pourrais profiter d'une expérience douce devant le portrait de ma grand-mère, par exemple, ou devant l'architecture d'une maison qui me rappelle la maison de mon enfance. Personne ne me reproche telles expériences, mais elles ne prétendent pas guider ou correspondre aux expériences des autres. " Kant
Selon Kant, le jugement selon lequel quelque chose est beau, est un jugement désintéressé. Le jugement doit être indépendant des désirs humains - les désirs économiques et sexuels, par exemple. Au 19ème siècle, on disait que la beauté est donc une valeur positive ; c'est un plaisir. (Santayana 1896)

 

La psychologie du chocolat et de bonbons

Selon Kant, l'expérience de la beauté exige la pensée, contrairement aux plaisirs sensuels. Pourtant, le plaisir d'un baiser, d'un morceau de chocolat ou d'un verre de vin peut être une expérience de la beauté.
En mai 2017, des chercheurs ont publié dans le journal Current Biology un article amusant sur la beauté et la pensé. Leurs expériences donnent raison à Kant et le contredisent en même temps.
Leurs résultats montrent que les distractions nuisent à l'expérience de la beauté. Pour être touché par la beauté d'un tableau ou d 'une image, il vaut mieux être concentré. Par contre, les expériences confirment que les plaisirs sensuels peuvent être beaux.
Ils ont trouvé que la beauté est agréable et que le plaisir est toujours beau, selon Denis Pelli de l'Université de New York.
Un plaisir intense ou une expérience profonde de la beauté exigent tous deux, une pensée.
Pour explorer ces théories philosophiques, les chercheurs ont demandé à 62 personnes d'évaluer le plaisir et la beauté ressentis en regardant une image, en goutant un bonbon ou un chocolat ou en touchant un ours en peluche. Les chercheurs ont remarqué que distraire les personnes réduisent leurs jugements de beauté. Une image était jugée belle, puis moins belle en cas de distraction, puis rejugée belle en cas de concentration et de calme.   
En d'autres termes, Kant avait raison. La beauté exige la pensée, la réflexion.
Cependant, contrairement à la proposition de Kant selon laquelle les plaisirs sensuels ne peuvent jamais être beaux, 30 % des participants ont déclaré avoir eu une expérience de beauté en savourant un bonbon ou en touchant un doux ours en peluche.
Ces résultats montrent que beaucoup d'autres choses en dehors de l'art, peuvent être belles - même les bonbons, ou les peluches.
Les chercheurs ont l'intention de poursuivre leurs études sur d'autres thèmes : Y a-t-il des gens qui ne peuvent pas éprouver de la beauté ? Quel rôle joue la beauté dans la prise de décision ? Une beauté est-elle nécessaire à la créativité ?  La laideur est-elle le contraire de la beauté ?
Dans d'autres cultures, la beauté rejoint la pensée de Kant, elle exige calme, pensée, et méditation, comme on le peut lire dans la littérature japonaise ou chinoise.  

 

Beaute benefices


En quoi est-ce utile ?
Dans un musée ou dans un jardin, il est important de ne pas distraire les autres, un tableau est plus beau, un jardon est plus magnifique quand le cerveau est concentré. Quand on veut savourer un moment de beauté, arrêtons nos portables et nos smartphones, et plongeons nous dans la beauté sans distraction. C'est ce qu'on fait généralement en écoutant la musique ou en lisant.   


Quand nous embrassons notre amoureux, quand nous savourons une bonne pâtisserie, ou quand nous laissons agir nos sens, nous n'avons pas besoin de réfléchir, nos sens peuvent nous transmettre la beauté sans l'intervention de la pensée.


Réf
Aenne A. Brielmann, Denis G. Pelli. Beauty Requires Thought. Current Biology, 2017; DOI: 10.1016/j.cub.2017.04.018

Lire la suite
6
  3125 lectures
  0 commentaires
3125 lectures
0 commentaires

Végétarisme : trouble alimentaire? Culture? Nécessité ?

vegetarisme

 

 

 

 

Si un soir vous avez du temps à perdre, si vous avez envie de polémiquer, ou de troller sur les réseaux sociaux, vous avez le choix entre plusieurs sujets, critiquer les hommes ou les femmes, la gauche ou la droite, la pensée libérale, la pensée étatiste, mais vous pouvez opter aussi pour un sujet d'apparence simple, et qui ne laissera personne dans l'indifférence : la viande.  Vous allez polémiquer avec les religieux, les végétariens, les pro- animaux, les nutrionistes, les biologistes, la gauche et la droite à la fois.  
    

Pourquoi le végétarisme ?


Commençons par dire que personne ne sait répondre à cette question avec certitude.
Il y a un mythe populaire disant que le végétarisme indien a commencé comme une réponse spirituelle à la place de l'humain dans le cosmos. Dans son livre Cannibals and Kings, Marvin Harris pense  qu'il s'agit d'une idée fausse. Selon lui, à travers l'histoire, l'abstinence ou de l'exclusion de la viande étaient les outils plus utilisés quand la viande devenait rare ou de mauvaise qualité.   
Marvin Harris a analysé les deux vagues de végétarisme qui ont influencé l'Inde. La première était un stratagème pour lutter contre la pénurie de viande, et le deuxième pour des causes religieuses au début de la présence musulmane en Inde au VIII ème siècle. Les musulmans n'avaient aucun problème à consommer du bœuf, mais ils ont respecté et adopté les principes des hindous et ont opté pour le lait, le beurre et le fromage comme aliments " renouvelables ".
Selon Harris, le sacré rejoint l'économique, et la santé à notre époque. Selon lui le végétarisme est un outil philosophique et culturel pour ajuster la consommation aux ressources disponibles et pour répondre aux questions sanitaires et éthiques.

Quand il s'agit de végétarisme, les discussions morales, sanitaires et culturelles ne manquent pas. Notre culture dominante refuse la douleur, encourage la compassion, et la non-violence. La cause animale devient légitime et défendable.
D'autre part, les régimes alimentaires sans viande, ou réduisant la consommation de viande sont encouragés par une tendance générale à ajuster les calories consommées au besoin de chacun. Le choix des aliments devient un argument de qualité de vie, pour éviter certaines maladies, et pour réduire l'obésité.

Le Modèle actuel d'alimentation est-il soutenable ?

 

Actuellement, l'humanité est confrontée à un modèle économique et une démographie mondiale qui épuisent les ressources de la planète. En 2008, selon les Nations Unies, 70 % des denrées alimentaires étaient destinées à l'alimentation du bétail. 70 % des terres arables terrestres - 30% de la surface terrestre de notre planète - sont utilisés pour la production animale. 51 % des émissions de gaz à effet de serre sont causées par la production animale. Compte tenu du fait que la population humaine devrait croître de 35 % d'ici à 2050, et que la production animale devrait croître avec elle, le végétarisme pourrait bientôt être la solution et non plus seulement une option.
Quand on pense à la quantité d'eau et de céréales indispensables pour produire un kilo de viande de boeuf, on comprend que ce modèle est insoutenable. Un kilo de viande de boeuf nécessite 52,7 fois plus d'eau qu'un kilo de pomme de terre.
Devant ces données, le végétarisme retrouve ses défenseurs et ses adeptes.

 

Que dit la médecine sur le végétarisme ?


Dans les études médicales, il existe de nombreux régimes végétariens qui varient en fonction du degré de la restriction des protéines animales. Selon la définition la plus stricte, un régime végétarien se compose de céréales, de fruits, de légumes, légumineuses et de noix. Les régimes végétariens varient par leur contenu en produits laitiers, comme le lait et le fromage, en œufs et en miel. Les poissons peuvent parfois être intégrés dans certains régimes végétariens.


On peut grouper globalement les régimes végétariens selon le schéma suivant:

- Régime  Macrobiotique :  Les légumes, les fruits, les légumineuses et les algues sont inclus dans ce régime, ainsi  que le riz.  Des fruits cultivés localement sont recommandés.  Dans ce régime, la viande animale blanche et les poissons sont autorisés une ou deux fois par semaine.

- Régime  semi-végétarien :  La viande est occasionnellement incluse dans ce régime alimentaire. Certaines personnes qui suivent un tel régime peuvent ne pas manger de viande rouge et manger du poisson et parfois  du poulet ou de la dinde.

- Régime Lacto-ovovegetarien - Les œufs, le lait et les produits laitiers sont inclus, mais aucune viande n'est consommée.

- Régime Lactovégétarien : Le lait et les produits laitiers sont inclus dans l'alimentation, mais aucun œuf ni viande ne sont consommés.

- Régime végéralien (Vegan) : Tous les produits d'origine animale, y compris les œufs, le lait et les produits laitiers sont exclus. Certains végétaliens excluent le miel et peuvent s'abstenir d'utiliser des produits animaux comme le cuir ou la laine. Ils peuvent également éviter les aliments transformés ou non biologiques.

Les effets à long terme d'un régime végétarien en matière de santé sont difficiles à séparer de ceux du style de vie végétarien (Exercice régulier, évitement du tabac et des produits alcoolisés). Les études suggèrent que la consommation d'un régime végétarien est associée à une incidence plus faible d'obésité, de maladie coronarienne, d'hypertension et de diabète de type 2. Les les données d'observation suggèrent que le régime lactovegetarien présente de plus grands avantages pour la santé et réduit les risques davantage que d'être végétalien.

Les végétaliens, qui excluent les produits laitiers dans leur alimentation, peuvent avoir une faible densité minérale osseuse et un risque accru de fractures en raison d'une insuffisance de calcium. Les personnes qui excluent complètement les produits d'origine animale peuvent  avoir un apport insuffisant en vitamine B12.

Pourquoi le régime végétarien est toujours marginal ?


En dépit de nombreux avantages, on peut dire que le régime végétarien n'a jamais été un régime traditionnel ou dominant nulle part ou dans n'importe quelle culture. Aucune culture d'adopter le régime végétarien. Par contre, les cultures tentent de modérer la consommation de viande et de produits d'origine animale.
Le point faible du régime végétarien est son incapacité à fournir les vitamines A et D. il s'agit de deux vitamines présentes dans le tissu adipeux (vitamines liposolubles), dans la jaune d'oeuf, ou dans le foie. De même, un régime végétarien strict peut favoriser le déficit en vitamine B12 et en fer.
Le régime végétarien actuel, en Occident, incluent le soja comme un aliment essentiel. On parle beaucoup de protéines de soja, de céréales de soja, le tofu. Avec le recul, les études confirment que cette consommation peut favoriser certains problèmes de santé par manque de nutriments. En même temps, les effets hormonaux avec la consommation de soja (question des phytoestrogènes) sont controversés.
Les arguments éthiques que présentent par les adeptes de régime végétarien sont contrés par les arguments des adeptes d'une alimentation variée, durable, respectueuse de l'environnement. Les deux courants partagent deux points communs : il est temps de manger moins de viande, et de manger autrement.
Dans certains discours végétariens, les produits de substitution à la viande, ou aux produits d'origine animale sont culturellement éloignés, peu étudiés, et également peu disponibles (insectes).


Si les humains ont mangé du beurre pendant des millions d'années, il est difficile de proposer l'huile de canola pour remplacer le beurre. Ce produit demeure inconnu pour les occidentaux, sa production est limitée, il n'existe pas dans les recettes familiales.
Il n'est pas exact de prétendre que le régime végétarien est une réponse à des maladies répandues comme les maladies auto-immunes. Il n'existe aucun argument scientifique en faveur de cette prétention.

 

Conclusion

Le végétarisme n'est pas une maladie, n'est pas à comparer avec les troubles du comportement alimentaire. A travers l'histoire, l'humanité a toujours adapté son alimentation selon les ressources disponibles et selon la culture dominante.
Un régime végétarien strict exige une bonne information, une stratégie cohérente pour consommer les micro-nutriments indispensables à notre organisme. Le régime végétarien ne peut être pauvre en calcium, en vitamine D, en fer, en vitamine B12, en zinc et en acides gras oméga-3 et nécessite la recherche d'autres sources de ces nutriments que les produits d'origine animale ou que la viande.
Certains régimes végétariens sans excès sont excellents pour la santé comme le régime lacto-ovovegetarian (œufs, lait et les produits laitiers sont inclus, sans consommation de viande), ce régime peut assurer un bon équilibre nutritionnel, peut lutter contre l'obésité et contre les maladies cardio-vasculaires. D'autre part, ce régime présent en Asie depuis longtemps peut répondre à certaines questions sur l'économie de l'alimentation.


Pourquoi ne pas commencer par un repas sans viande, ou un repas pauvre en viande une fois par semaine par exemple?
C'est bon pour santé, et pour l'écologie.

 

Lire la suite
5
  2283 lectures
  0 commentaires
2283 lectures
0 commentaires

La monogamie, génétique ou culturelle ??

monogamie deux enfants

 

 

 

Il semble que la monogamie disparaisse. On vit dans de nombreux couples, on change de partenaires, on choisit de moins en moins des relations exclusives à long terme.
Depuis l'antiquité, nos ancêtres préhistoriques ont pratiqué plusieurs types de relations sexuelles et amoureuses. La polygamie était la pratique la plus courante dans le monde antique. Les hommes riches pouvaient avoir plusieurs épouses et même des harems.  Actuellement, de multiples sociétés pratiquent différentes formes de relations différentes de la monogamie. Le mariage devient de plus en plus fragile dans la société occidentale mettant à mal la monogamie   


Les gens sont en désaccord avec les valeurs de la monogamie.  Certaines personnes pensent que le mariage monogame opprime les femmes et impose aux personnes des attentes irréalistes tout au long de la vie. La monogamie dans cette perspective favorise le sexisme et entraîne des souffrances inutiles. D'autres personnes pensent que la monogamie favorise l'égalité des femmes et fournit un contexte pour approfondir la confiance et l'intimité. La monogamie à partir de cette perspective fournit une base pour le progrès social et offre aux personnes des relations plus sécurisées.


Les critiques de la monogamie varient dans leur portée. Certaines critiques rejettent tous les types de monogamie comme intrinsèquement négatifs. D'autres acceptent la monogamie sociale comme une forme de relation positive et rejettent la monogamie sexuelle comme une contrainte sur le comportement sexuel.  

 

monogamie

 

Monogamie, génétique et hormone

Dans une étude publiée dans le journal Nature  le 27 juin 2017, les chercheurs pensent que la monogamie peut avoir un fondement génétique. Les chercheurs de l'université de Harvard ont étudié deux races de souris. La première est la souris Peromyscus polionotus, un des rares animaux monogames. Pendant la vie de cette souris, le mâle et la femelle restent ensemble, pour créer un foyer familial, et pour élever les jeunes.
La deuxième race étudiée était la souris Peromyscus maniculatus. Dans cette race, les mâles s'accouplent avec autant de femelles que possible, sans faire aucun effort pour aider à élever les jeunes souris.
Les chercheurs ont mis en évidence des variations génétiques entre ces deux races. Ils se posent ainsi la question sur le fondement génétique de la monogamie
Les chercheurs ont échangé la place des jeunes souris pour savoir si la monogamie était génétique, ou une acquisition pendant l'enfance. En étudiant la deuxième et la troisième génération, les chercheurs ont constaté qu'une zone particulière sur un chromosome était active chez les souris élevées dans un foyer monogame. Cette activation semble sensibiliser les mâles à être monogames et à devenir plus attentif à leur progéniture.
Ils ont noté également une différence de l'expression d'un neurotransmetteur nommé la vasopressine. La présence de ce neurotransmetteur dans l'hypothalamus semblait inhiber la monogamie chez les souris mâles et femelles.


Dans leur livre sur la polygamie publiée en 2016 David Westneat et Jacqueline Dillard de l'université de Kentucky mentionnent le rôle de certaines hormones comme l'ocytocine et la vasopressine dans l'apparition de la monogamie.
Les hommes en couple semblent garder une distance plus grande avec une femme attirante, quand ils ont un taux élevé d'ocytocine selon une étude publiée par le journal Neuroscience en 2012.  

Cette hormone semble jouer un rôle dans l'attachement au foyer et à son partenaire. Cette hormone est secrétée dans une région du cerveau nommé hypothalamus. Cette hormone est impliquée dans le comportement favorisant les liens sociaux.
L'ocytocine augmente la confiance entre les personnes, et améliore les relations entre les parents et les enfants. Les hommes engagés dans une relation semblent éviter l'infidélité en recevant une dose d'ocytocine. Curieusement cette hormone ne change pas le comportement des hommes célibataires.

 

monogamie deux hommes une femme

 

Et si la monogamie n'était qu'un choix ???


"Être fidèle et monogame n'est pas naturel pour les êtres humains. Cela prend du travail. Au fond, nous le savons tous. Nous avons tous été tentés à un moment ou un autre même en pensée éphémère. Chaque fois que nous reconnaissons que quelqu'un du sexe opposé est "sexy", nous pensons qu'il serait un compagnon agréable et approprié. Ne pas agir selon ses impulsions nécessite une décision consciente. C'est une lutte entre ce que le corps veut et  la partie civilisée de votre cerveau afin d'éviter les conséquences négatives et la souffrance du conjoint et la destruction de la relation.  C'est pourquoi les aventures extraconjugales sont parfois considérées comme "un moment de faiblesse".

Extrait de livre du  Oliver Markus :  Pourquoi les hommes et les femmes ne peuvent pas être des amis


Références :
https://www.nature.com/nature/journal/v544/n7651/full/nature22074.html

Dillard and Westneat. Disentangling the correlated evolution of monogamy and cooperation. Trends in Ecology and Evolution, 2016 DOI: 10.1016/j.tree.2016.03.009

D. Scheele, N. Striepens, O. Gunturkun, S. Deutschlander, W. Maier, K. M. Kendrick, R. Hurlemann. Oxytocin Modulates Social Distance between Males and Females. Journal of Neuroscience, 2012; 32 (46): 16074 DOI: 10.1523/JNEUROSCI.2755-12.2012

 

Lire la suite
7
  3250 lectures
  0 commentaires
3250 lectures
0 commentaires

Alimentation: comment nous choisissons?

repas-exterieur

repas-exterieur

 

 

Ils existent  de multiples facteurs qui influencent nos choix alimentaires et nos comportements vis-à-vis de la nutrition. Ces facteurs sont  sous l'influence de préférence sociale, sanitaire, goût personnel, et habitudes culturelles.
En dépit de l'influence culturelle, certaines préférences alimentaires semblent universelles : préférer les aliments riches en graisses semble être une habitude alimentaire partagée. Il existe également des préférences majoritaires influencées par la culture ou la géographie, comme la préférence des aliments épicés dans certains pays d'Amérique du Sud, ou dans la cuisine indienne.
Généralement nous choisissons nos aliments selon les règles suivantes :

abs11.5 bleu1 Les habitudes  familiales 

Les personnes qui choisissent de prendre des céréales le matin répondent parfois à une habitude alimentaire sans justification sanitaire ou culturelle. Il s'agit d'un choix simple, motivé par l'habitude familiale. L'alimentation familiale joue un rôle important dans la formulation du goût et des préférences alimentaires. La cuisine de l'enfance demeure un facteur puissant dans les habitudes alimentaires des adultes.


abs11.5 bleu1 Héritage et tradition

L'héritage et traditions sont des facteurs importants dans les choix nutritionnels. Chaque pays et chaque région possède ses propres nourritures, ses propres manières de préparer et ses propres recettes.

Les habitudes alimentaires varient selon la composition ethnique. Il existe par exemple en France plusieurs régimes alimentaires influencés par les habitudes alimentaires de la Méditerranée dans le sud, et par les habitudes alimentaires du nord. Le régime américain par exemple inclut de nombreuses nourritures ethniques à l'image des populations qui composent ce pays.

abs11.5 bleu1 Les interactions sociales

Les liens sociaux influencent également les choix alimentaires. La plupart personnes apprécient de manger en compagnie des autres. Partager le repas est une tradition presque universelle même si la signification sociale varie selon les cultures. La convivialité est une habitude de vie appréciée en France par exemple, et dans de nombreuses cultures de la Méditerranée. Ce repas, pris avec les autres, invite les personnes à partager la nourriture proposée par le groupe.

abs11.5 bleu1 La disponibilité, la convenance, et l'économie

En général, nous mangeons ce qui est présent, disponible, facile à préparer, et accessible économiquement. La majeure partie du budget alimentation est dépensée dans une alimentation facile à préparer.  La durée moyenne de la préparation d'un repas est de 15 à 20 minutes, incluant moins de six ingrédients, utilisant généralement des aliments partiellement préparés. L'exemple type est la soupe  préparée, et qu'il faut chauffer ou cuire pendant quelques minutes. La nourriture varie également selon des convenances personnelles, certaines personnes n'aiment pas les crèmes glacées à la fin d'un repas riche en matières grasses. Certaines personnes détestent carrément certains aliments.

abs11.5 bleu1 Les émotions

Les émotions jouent un rôle important dans nos habitudes alimentaires. L'alimentation peut jouer le rôle d'une réponse à certains inconforts émotionnels comme l'ennui, la dépression, ou pour calmer une certaine anxiété. Une personne déprimée peut choisir de manger pour ne pas appeler un ami.  Une personne anxieuse peut se servir de la nourriture ou de l'alcool pour apaiser son anxiété. La consommation alimentaire comme réponse aux émotions peut engendrer des troubles comportements alimentaires et provoquer une obésité.

abs11.5 bleu1 Les valeurs culturelles

Les choix alimentaires sont influencés par les idées politiques, éthiques, et par les croyances religieuses.

Les chrétiens renoncent à la viande et aux produits dérivés de l'élevage animal pendant leur carême avant Pâques, les juifs ont également des périodes où la consommation de certains aliments est déconseillée, les musulmans pratiquant se privent de toute alimentation du lever au coucher du soleil pendant le Ramadan.

La nourriture peut refléter également des croyances éthiques ou sociales, comme les personnes qui refusent de consommer la viande pour des raisons relatives à leur conception de la vie animale. D'autres personnes boycottent les produits pour des raisons politiques, écologiques ou économiques.

abs11.5 bleu1 Le poids et l'image corporelle

Dans le choix des produits alimentaires, nous cherchons à adapter notre consommation alimentaire à nos besoins, à notre poids, et à l'image que nous avons de notre corps. Parfois, certaines personnes consomment certains aliments dans l'espoir d'améliorer leur aspect physique, pour maigrir, pour grossir, etc.  L'alimentation sportive est l'exemple d'un choix alimentaire visant à l'amélioration de la capacité physique de l'athlète.

abs11.5 bleu1 La santé

L'alimentation est un élément important de la santé humaine. De plus longtemps, les fabricants et  l'industrie alimentaire tentent de s'aligner sur  les résultats scientifiques liant la santé à la nutrition. Ainsi nous avons des produits vitaminés, du sel riche en iode, et des produits alimentaires adaptés pour baisser le taux de cholestérol.

 

 

Lire la suite
0
  332 lectures
  0 commentaires
332 lectures
0 commentaires

Avons-nous besoin de valeurs morales ?

couple-au-salon

couple au salon

 

 

 

Il est important de considérer soigneusement nos valeurs pour plusieurs raisons. Ces valeurs pourraient guider notre vie vers des buts nobles, plutôt que nous guider vers un parcours de vie égoïste ou gouverné  par les impulsions, ou par les émotions.

Les valeurs morales peuvent nous inspirer et vous motiver pour atteindre les buts de nos ambitions et de notre existence. Le manque de valeurs dans la vie peut engendrer une culpabilité ou un mécontentement durable.Les valeurs aident aussi à consolider l'estime de soi. Les valeurs nous offrent des références et des repères pour affronter les problèmes et formuler des solutions et  modeler nos réactions. Ainsi, l'échec peut devenir une expérience, la réaction à une agression peut devenir moins violente, les objectifs recherchés plus adaptés à nos besoins.

 

Les valeurs morales nous aident à accepter nos devoirs et nos responsabilités avec philosophie et bonne humeur, nous évitent de nous sentir coupables en face d'une contradiction entre l'idée morale dominante et notre comportement.

 

Les valeurs peuvent également donner un sens à notre quotidien, en mettant les étapes de la vie dans un objectif plus général.

 

Les valeurs partagées varient dans le temps. Nous sommes peut être plus matérialistes que nos parents,  plus individualistes mais chaque génération a ses valeurs et ses idées morales.

 

Les valeurs jouent un rôle important dans notre vie, dans nos relations vis-à-vis des autres et vis à vis de nous-mêmes. Il est difficile de comprendre la fidélité dans un couple après plusieurs années sans prendre en compte les valeurs de chaque partenaire. Cet exemple peut s'appliquer sur le dévouement des parents, l'engagement dans les relations inter personnelles, ou sur les  efforts consentis dans les structures d'aides aux autres sans attendre récompense ou reconnaissance.  

 

 

femme tlphone sol

Quand nous commettons un acte en opposition à nos idées morales, nous souffrons d'une mauvaise estime de soi et d'un pénible sentiment de culpabilité.

 

 

Nos immoralités et ses justifications


Pour éviter ce sentiment inconfortable, culpabilité ou regret, nous adoptons de nombreux mécanismes intermédiaires, pour nous réconcilier avec nos valeurs, avec nous-mêmes. Ces comportements varient selon les personnes, leurs cultures et leur idée morale.

 

Justification morale


Nous utilisons parfois une justification morale pour disculper la trahison de notre propre morale, en pensant que nos actes sont justes. Après avoir triché à un examen, la justification peut être : j'ai triché car j'ai besoin de réussir cet examen. Après avoir agressé une personne, la justification utilisant la morale peut être : j'étais obligé de l'agresser pour défendre un ami. Ce genre de justification ne modifie en rien dans la nature de l'acte, mais nous permet d'échapper à la culpabilité.

 

Relativiser nos actes


Parfois nous utilisons des parades qui jouent avec les limites et avec la sévérité de nos actes, pour les rendre plus justifiables. En refusant l'aide à un voisin, la justification peut être : je n'ai pas les moyens d'aider un voisin, mes enfants d'abord. Dans ce genre de justification, on joue sur des priorités, ou sur des limites, ou sur des nécessités.

 

Comparaison


Dans d'autres cas, nous justifions nos actes immoraux par comparaison avec les actes des autres. Ce n'est pas grave de tricher dans ma déclaration d'impôts, beaucoup de gens trichent aussi leur déclaration. J'ai accepté la corruption car tout le monde est corrompu autour de moi.

 

 Nos faiblesses


Parfois nos actes immoraux sont justifiés par notre prétendue faiblesse, par notre incapacité à résister. Ils m'ont obligé de le faire. Je fais cet acte car la loi m'oblige à le faire. Je n'ai pas assez de force pour refuser l'ordre d'exécuter un tel acte.

 

 Déni de responsabilité


Le déni de responsabilité est un mécanisme pour justifier les actes immoraux également. J'étais parmi les autres. Je ne pouvais pas l'aider, d'ailleurs personne ne l'a aidé. Je ne peux rien faire pour l'écologie, car une personne seule ne peut rien faire.

 

Déni de conséquences


Le déni des conséquences est également un mécanisme pour justifier des actes jugés immoraux. On relativise les conséquences de nos actes pour les rendre plus acceptables : j'ai juste transmis le message. J'ai seulement téléphoné. J'étais seulement un intermédiaire dans cette affaire.

 

Déshumanisation


La déshumanisation est une technique parfois cruelle, justifiant des actes immoraux. Pourquoi épargner telles personnes ? Ils sont de simples sauvages. Pourquoi respecter telle personne alors qu'elle est moins que rien. Ce n'est pas grave ce que j'ai fait, cette personne est handicapée. Il ne faut pas en faire une affaire, ce n'est qu'un animal.
Dans ces cas, on réduit l'humanité de l'autre, ou refuse la souffrance de l'animal, ou on invalide les besoins des autres.
D'autres justifications cherchent à rendre la victime responsable. Un SDF ne mérite aucune aide, il est responsable de son sort. Pourquoi aider les pauvres alors qu'ils sont paresseux.

 

Les dangers de trop justifier  


Ces justifications affaiblissent notre système moral et nous entrainent vers une relativisation dangereuse car ces mécanismes peuvent être utiles pour sortir de la culpabilité d'un acte commis, mais aussi peuvent être utilisés pour justifier des actes à commettre. Agresser un handicapé en déshumanisant sa personne, ou en prétendant que tout le monde agresse les handicapés finit par justifier l'agression, nous mettant dans une position immorale vis-à-vis de nos valeurs, et dans une position délicate vis-à-vis de la société et de ses outils judiciaires.


Attention danger, l'utilisation de ce genre de mécanismes pour justifier un acte immoral n'a aucune valeur juridique ou sociale. Un acte immoral va être jugé selon un consensus social ou juridique, et non pas selon nos justifications ou nos dénis.

 

Lire la suite
1
  272 lectures
  0 commentaires
272 lectures
0 commentaires

Comment décider

decision

decision

 

 

L'action après délibération ou l'action délibérée commence par une idée qui incite au mouvement. Cette idée sera modérée par des idées opposées, pour obtenir une décision, ou un consentement volontaire engendrant le mouvement, l'action, ou interdisant l'action.

 

 

 

De la délibération à la décision


Le processus de la délibération contient des complications innombrables. Parfois un nombre important de facteurs joue un rôle dans cette délibération prolongeant la durée de cette délibération sous forme d'hésitation, ou rendant la décision impossible.
Dans la vie humaine, il existe de nombreux modèles de décision. Chacun prendra ses décisions à sa façon, selon ses propres modèles de décision, selon son évaluation des conséquences.

 
La décision est plus difficile en cas de conséquences importantes ou redoutables, et en cas de critères de décision ambigus.
L'hésitation est également mal comprise en psychologie. Il n'existe pas de raisons physiologiques ou psychiques pouvant expliquer l'hésitation temporaire ou permanente. Nous savons seulement que les personnes qui hésitent multiplient les considérations alternatives pendant leur délibération.

 


Chez certaines personnes, les décisions sont prises rapidement. Cette délibération rapide peut être une forme d'insouciance, ou un apprentissage. Dans ce dernier cas, la personne décide en prenant en considération les éléments principaux, négligeant les détails moins risqués.

 

 

Cinq types de décision


Nous pouvons classer les décisions humaines selon le processus de la délibération, pour arriver à la décision et déclencher l'action.

 

1- La décision de type raisonnable


C'est une décision prise selon des arguments pour et contre, après une délibération progressive offrant des alternatives avec marge de sécurité. Dans certains cas, la décision raisonnable est simple, les arguments sont clairs, les raisons, qui nous aident à décider, semblent évidentes. Dans ce cas, la décision est rapide sans aucune hésitation.
On peut dire, qu'en général, une grande partie de chaque délibération consiste à argumenter et à contre argumenter. Les personnes qui exercent une autorité, utilisent des échelles et des classements insistant sur les priorités et sur les expériences précédentes pour raccourcir le temps de délibération et pour éviter l'hésitation.

 

 

2- deuxième type : délibération rapide, avec indifférence


C'est une décision prise après une délibération rapide, accompagnée d'une certaine indifférence. Les risques sont peu importants. Ainsi, la délibération prend en compte le risque le plus important, assumant les autres risques. C'est le cas également dans les décisions stéréotypées, où les risques sont connus et évalués à l'avance.

 

 

3- troisième type : détermination accidentelle


Dans ce type de décision, la détermination est accidentelle. C'est le cas de décision plus ou moins importante, et dont les critères semblent insuffisants pour prendre une décision raisonnable fondée sur le pour et le contre. Dans certains cas, ce genre de décision est attirant en raison de son caractère incertain.

 

Dans le langage populaire, ce sont les décisions de genre : fonce et on verra, ou va vers l'avant. Cette décision est généralement motivée par des caractères volontaires, et parfois instables. Les émotions jouent un rôle déterminant également dans ce genre de délibération. Certaines décisions militaires ou politiques prises par Napoléon sont un exemple de ce genre de décision provoquée par la détermination, et non pas par la délibération. La réussite des actions suscite l'admiration des autres, les échecs peuvent être importants, et coûteux.

 

 

4- quatrième type de décision : délibération rapide, expérience ou émotions


C'est une décision prise après une délibération rapide, sans argument solide, fondée sur une certaine expérience extérieure, ou sur une motivation émotionnelle. Nous prenons du genre de décision quand nous hésitons entre nos valeurs nos motivations, et nos impulsions.
Dans ce cas, la décision peut être prise rapidement, ou abandonnée avec la même rapidité. Cela se traduit par un changement subit d'opinion, ou un revirement.

 

5-cinquième type de décision : pure volonté


C'est une décision où la raison ne joue aucun rôle, la volonté est la seule motivation de l'acte, le libre arbitre est la seule justification. Cette décision peut motiver par des besoins conscients ou inconscients, mais aussi par une idéologie, par une culture, par croyance matérialiste ou métaphysique. La délibération ne joue pas un rôle dans ce genre d'action.

 

Lire la suite
0
  159 lectures
  0 commentaires
159 lectures
0 commentaires

Déprimé, triste, ou anxieux ?

femme-detente-reflexion-anxiete

  femme detente reflexion anxiete

 

Dépression, anxiété


L'anxiété est liée également à l'interrogation que chaque humain porte sur son origine, son devenir et ses projets de vie.
Ces deux formes d'anxiété, l'anxiété relative à ce qui nous entoure et l'anxiété relative à nos vies sont des anxiétés adaptatives, nécessaires à la survie humaine.


La tristesse normale est un état émotionnel douloureux, réversible, qui se manifeste en face à une situation négative de l'existence. Il existe une différence entre anxiété et tristesse.
La tristesse se manifeste lorsque la personne est confrontée à des événements douloureux comme la mort d'un proche ou une déception amoureuse. Il s'agit d'un état émotionnel peu fréquent dans la suite ou succédant à des événements dramatiques. Alors que l'anxiété est une situation banale et fréquente répondant aux changements de vie et d'environnement.

Il existe cependant une tension anxieuse qui accompagne la tristesse et vice versa. L'anxiété peut générer des doutes en mettant en question les certitudes, et peut entraîner une dévalorisation de soi qui se rapproche de la dépression.

 

 

Triste ou déprimé

C'est une question fréquente... Chaque personne peut subir des épisodes de tristesse, de découragement, qui s'accompagnent de pertes d'envie. Ces coups de déprime sont fréquents dans toute société. Deuil, absence, rupture font partie de la condition humaine.
La  différence entre tristesse, et dépression réside dans la sévérité des symptômes, dans la durée de ces symptômes. En général, le diagnostic de dépression est évoqué quand les symptômes durent plus de deux semaines, s'accompagnent de détresse, et influencent la capacité de la personne à suivre la routine de sa vie quotidienne.

 

La tristesse après un deuil ou une séparation peut être sévère au début, puis s'atténue progressivement avec le temps. Pendant cet épisode, la personne est affligée, incapable de poursuivre les rituels de sa vie quotidienne, puis retrouve son équilibre et ses capacités. Pendant cet épisode de tristesse ou de deuil, les symptômes ressemblent aux symptômes dépressifs, avec une sévérité moindre. L'insomnie par exemple peut être présente, de même que la fatigue ou les souffrances morales, l'insomnie est moins sévère dans un épisode de tristesse ou de deuil que dans la dépression, moins présente et moins durable.

 

La dépression est une maladie grave qui peut altérer profondément la qualité de vie. La dépression peut se présenter comme une maladie progressive, qui affecte jour après jour la qualité de vie du patient, en le privant de ses désirs puis de son enthousiasme, de ses plaisirs. En deuxième temps, les symptômes deviennent douloureux, caractérisés par insomnie, irritation, fatigue chronique, et parfois plus.

 

La dépression peut compliquer un épisode de tristesse ou de deuil, peut se déclencher après un divorce, ou une séparation. Dans ce cas, le diagnostic devient plus difficile.

 

Dans tous les cas, la durée des symptômes et leur sévérité devraient alerter le patient ou son entourage sur la possibilité d'une dépression. Après un deuil, un divorce, un échec scolaire, la personne peut être affectée par un épisode de tristesse, un moment de deuil, qui s'exprime selon chaque personne, son histoire, et selon sa culture : colère, agitation, abattement, retrait. Si cet épisode dure plus de deux semaines, s'il altère profondément la qualité de vie du patient, il est temps de consulter.

N'oublions pas que la dépression touche les femmes deux fois plus que les hommes. Il est important d'être plus attentif en cas d'épisode de tristesse prolongée chez une femme.

Les épisodes de tristesse et d'euphorie sont plus fréquents chez les adolescents qui passent par des oscillations d'humeur plus prononcées que chez les adultes. Il est important que l'entourage familial surveille attentivement ces épisodes de tristesse chez les adolescents, de les accompagner, pour détecter la présence d'éventuelle dépression.

La tristesse se manifeste lorsque la personne est confrontée à des événements douloureux comme la mort d'un proche ou une déception amoureuse. Il s'agit d'un état émotionnel peu fréquent dans la suite ou succédant à des événements dramatiques.

Alors que l'anxiété est une situation banale et fréquente répondant aux changements de vie et d'environnement.
Il existe cependant une tension anxieuse qui accompagne la tristesse et vice versa. L'anxiété peut générer des doutes en mettant en question les certitudes, et peut entraîner une dévalorisation de soi qui se rapproche de la dépression.

Chez les hommes, c'est plus difficile. Les hommes expriment leurs sentiments dépressifs d'une manière " comportementale ". Un homme attristé ou dépressif peut s'impliquer de façon intense dans une activité sportive, ou professionnelle. Dans ce cas, si un homme après un épisode de tristesse ou de deuil se consacre à une activité particulière, sportive, artistique ou professionnelle en excluant les autres activités quotidiennes, cela devrait alerter l'entourage sur un éventuel risque dépressif. Chez les hommes, la fureur ou la colère peuvent être également les symptômes d'une dépression.
La bonne réponse en cas de suspicion de dépression est d'encourager le patient à consulter le plus vite possible, pour soulager sa souffrance et pour améliorer sa qualité de vie.

 

homme deprime

 

La tristesse pathologique et l'anxiété 

De nombreux signes d'anxiété se retrouvent dans la dépression et vice versa. Nous pouvons utiliser des noms différents pour qualifier les aspects normaux ou  pathologiques de ces deux composantes émotionnelles.
Le terme médical utilisé pour définir l'anxiété pathologique est le trouble anxieux, le terme médical utilisé pour désigner la tristesse pathologique est la dépression.

L'anxiété pathologique ou le trouble anxieux n'est pas une exagération de l'anxiété normale adaptative, la dépression n'est pas, non plus, une exagération d'une tristesse ou une tristesse plus profonde et plus durable.

Le trouble anxieux et la dépression sont deux groupes de maladies différents, mais difficiles à distinguer l'une de l'autre en raison :

- La présence de certains nombres de symptômes communs. Par exemple la difficulté de dormir, la difficulté de s'alimenter, la difficulté à réfléchir sont des symptômes communs pour l'anxiété et la dépression. Il est donc nécessaire d'analyser avec minutie les symptômes décrits par le patient.

-  Ces troubles sont fréquemment présents en même temps, d'ailleurs certaines écoles en psychiatrie suggèrent qu'il s'agit réellement de la même maladie avec des expressions différentes, et symptômes qui varient selon les personnes.

-  La présence d'un des deux troubles favorise l'apparition de l'autre. Il existe une relation entre le trouble anxieux et le trouble dépressif. Dans un grand nombre de cas de dépression, l'anxiété existe sous forme de tension ou d'inquiétude diffuse. Parfois l'anxiété se manifeste par une phobie ou une peur non justifiée. L'anxiété peut apparaître comme un symptôme corporel comme l'accélération du rythme cardiaque, vertige, boule dans la gorge. Parfois les personnes dépressives souffrent d'anxiété, et cherchent à traiter leurs symptômes par des médicaments contre l'anxiété comme les anxiolytiques ou par l'alcool. En règle générale, les symptômes d'anxiété disparaissent lorsque la dépression s'améliore.

En cas de symptômes anxieux accompagnant la maladie dépressive, le traitement antidépresseur est le moyen le plus adapté pour traiter les symptômes d'anxiété. Les anxiolytiques sont peu efficaces dans ce cas.

Dans un grand nombre de cas de dépression, l'anxiété existe sous forme de tension ou d'inquiétude diffuse. Parfois l'anxiété se manifeste par une phobie ou une peur non justifiée. L'anxiété peut apparaître comme un symptôme corporel comme l'accélération du rythme cardiaque, vertige, boule dans la gorge. Parfois les personnes dépressives souffrent d'anxiété, et cherchent à traiter leurs symptômes par des médicaments contre l'anxiété comme les anxiolytiques ou par l'alcool. En règle générale, les symptômes d'anxiété disparaissent lorsque la dépression s'améliore.


En cas de symptômes anxieux accompagnant la maladie dépressive, le traitement antidépresseur est le moyen le plus adapté pour traiter les symptômes d'anxiété. Les anxiolytiques sont peu efficaces dans ce cas.

 


Références
* Michael H. Ebert, Peter T. Loosen, Barry Nurcombe , Current Diagnosis & Treatment in Psychiatry, Lange editor, 2009
* Michael G. Gelder, Juan J. Lopez-Ibor, Nancy Andreasen , Jaun J. Lopez-Idor : Oxford Textbook of Psychiatry, September 2003, Oxford University Press

Lire la suite
0
  256 lectures
  0 commentaires
256 lectures
0 commentaires

Aliments : conservation

veget140

veget140

 

 

 

 

Depuis l'antiquité, il a fallu élaborer des techniques permettant de conserver les aliments afin de préserver leur comestibilité et leurs propriétés gustatives et nutritives, et surtout pour assurer la disponibilité alimentaire.

La conservation des aliments est également un facteur important de la sécurité alimentaire.

La conservation alimentaire exige de lutter contre les facteurs qui altèrent la qualité  de l'aliment ou sa comestibilité et implique d'empêcher la croissance de micro-organismes (bactérie, champignons), de retarder l'oxydation des graisses qui provoque le rancissement,  la lyse des tissus riches en protéines, et d'allonger la durée de vie des produits.

Certaines méthodes de conservation sont très anciennes, d'autres sont plus récentes. La conservation alimentaire reflète les connaissances scientifiques, les expériences, et les moyens disponibles.

En règle générale,  le traitement des aliments par la chaleur demeure  la technique la plus utilisée pour la conservation de longue durée.
-          Pasteurisation et stérilisation pour réduire le nombre des bactéries dans les aliments

-          Séchage, déshydratation osmotique afin de réduire l'humidité et empêcher  la prolifération bactérienne.

-          Réfrigération et congélation : retarder la prolifération bactérienne.

-          Cuisson : modifier l'aliment et neutraliser les bactéries.

-          Fermentation : modifier la nature de l'aliment pour le rendre plus résistant pendant sa conservation.

-          Préservation dans le sucre, le sel, huile ou autre.

Les méthodes de conservation ne préservent pas l'aliment de la même façon, la viande séchée ne possède  par exemple ni les mêmes nutriments, ni les mêmes qualités gustatives que la viande congelée, cuite ou préservée dans le sel.


Aliments : méthodes de conservation

La conservation des aliments est une méthode utilisée pour préserver  et empêcher une altération possible par des facteurs chimiques (oxydation), physiques (température) ou biologiques (microorganismes ou enzymes). La vitesse d'altération dépend des caractéristiques « intrinsèques » de chaque aliment et aux conditions  qui sont liées à l'environnement.

 

Les techniques de conservation

Ces techniques  peuvent être classées en trois groupes :

abs11.5-orange Physique, : Les techniques utilisées sont des procédés physiques  comme la température, la pression, les rayons ionisants et les champs électriques.

abs11.5-orange Physico-chimique :  Les techniques utilisées se basent sur la modification des caractéristiques intrinsèque de l'aliment comme le pH, la quantité d'eau ou l'incorporation d'additifs pouvant aider à la conservation.

abs11.5-orange Microbiologique : C'est l'utilisation des microorganismes capables de modifier les  caractéristiques physiques ou chimiques de l'aliment ; la technique la plus utilisée est la fermentation.

En général, plusieurs techniques sont utilisées selon des recettes ou des procédures industrielles pour conserver les  aliments, ces techniques varient selon l'aliment, et le but recherché ( durée , préservation de caractéristiques gustatives et  nutritives.)
Dans la vie courante, au quotidien, nous utilisons ces moyens de conservation sur le plan collectif et individuel afin de préserver notre santé et éviter les intoxications alimentaires en stockant des produits laitiers et les viandes par exemple dans le réfrigérateur pour une conservation de courte durée ( utilisation d'une procédure physique : le froid) ou pour une conservation de longue durée en utilisant le congélateur.

Transformer les fruits en confiture applique l'utilisation de plusieurs procédures : la température, et la diminution de quantité d'eau présente dans les fruits, et l'utilisation du sucre à haute dose pour empêcher toute prolifération microbienne. La conservation des fruits dans l'alcool, certains légumes dans le vinaigre ou dans l'huile d'olive est une conservation assez courante.

Nous consommons également de nombreux aliments conservés selon des procédures industrielles ou domestiques. Certains produits conservés possèdent des qualités gustatives particulières. On consomme ces produits comme le jambon ( viande cuite, salée, légèrement séchées) ou le saumon fumé ( séchage, fumaison, salage) pour savourer leurs qualités gustatives et non pas seulement pour assurer notre sécurité alimentaire.

 

Aliments : conservation par la chaleur

Le traitement des aliments par la chaleur est un traitement thermique capable d'assurer une bonne conservation de nos aliments à courte et à longue durée. Ce traitement est capable de détruire partiellement ou entièrement les bactéries et les micro-organismes capables d'infester nos aliments, les enzymes présents dans les aliments responsables de leurs putrifications et de leur autolyse.

oeufs


L'utilisation de la chaleur dépend du but recherché, et de la nature de l'aliment. En règle générale, la température élevée est associée avec une conservation de longue durée, cependant le traitement thermique des aliments devrait prendre en compte la préservation des éléments nutritifs, et la résistance de certains micro-organismes.

La cuisson domestique est la méthode la plus répandue pour conserver les aliments, au-delà de cette conservation dont le but est d'assurer notre hygiène alimentaire, la cuisson est un art, une culture associant un héritage culturel et social.

Il existe de nombreuses techniques de conservation alimentaire utilisant la chaleur : stérilisation, cuisson, pasteurisation, thermisation, et blanchiment.

abs11.5-bleu1 La stérilisation par la chaleur : exposer les aliments à une température  supérieure à 100°C, pendant une durée suffisante pour inhiber les enzymes et les microorganismes.

abs11.5-bleu1 La cuisson : traitement thermique des aliments selon des recettes simples variables et dont le but est de rendre l'aliment agréable à consommer, comestible, et d'assurer une conservation de courte durée.

abs11.5-bleu1 L'appertisation : stériliser par la chaleur des denrées périssables dans des contenants (boîtes métalliques, bocaux, etc.)  hermétiquement fermés. C'est le principe des conserves domestiques.

abs11.5-bleu1 La pasteurisation : traitement thermique modéré et suffisant pour détruire les micro-organismes les enzymes pour une conservation d'une durée moyenne.

abs11.5-bleu1 La thermisation : traitement thermique particulier appliqué au lait cru, en l'exposant à une température dépassant le 63ºC pendant au moins 16 secondes. Ce traitement est capable d'assurer l'hygiène alimentaire,  la bonne conservation et une qualité gustative et nutritionnelle acceptable.

abs11.5-bleu1 Le blanchiment : exposer l'aliment à un traitement thermique de 70 °C à 100 °C pendant quelques minutes.  Le blanchiment est utilisé comme premier étape pour la conservation des légumes et des fruits avant leur surgélation ( congélation) ou leurs séchages.

 

Appertisation

Le mot "appertisation" vient du nom de l'inventeur de ce procédé, Nicolas Appert

abs11.5-orange Histoire de l'appertisation

La conserve, ou appertisation est une méthode de conservation alimentaire par la chaleur et dont le principe  est de mettre les aliments dans des récipients étanches que l'on chauffe pour détruire les bactéries capables d'altérer l'aliment ou d'empêcher sa consommation. Cette méthode développée par Appert répond à deux exigences : la conservation des aliments et la réduction des risques d'intoxication alimentaire.

La méthode d'Appert utilisait des récipients en verre étanches, ressemblant à des bouteilles de champagne, plongées de l'eau bouillante. Les récipients sont généralement chauffés de 110 à 120° C.

Pierre Durand a fait breveter en Angleterre un procédé utilisant des boîtes en fer-blanc. Plusieurs améliorations de ce procédé ont suivi dans les années 1860 et ont permis sa diffusion à grande échelle.  En 1860, Pasteur apporte l'explication scientifique du procédé d'Appert : la destruction des bactéries par le traitement thermique.

De nombreux aliments peuvent être conservés de cette façon : légumes, viandes, fruits de mer, volaille. Les aliments acides peuvent être conservés sans subir un traitement thermique élevé c'est le cas de certains fruits.

 

abs11.5-orange Les conserves appertisées aujourd'hui

L'utilisation de cette méthode améliorée par les techniques modernes continue à être répandue pour la conservation à long terme des denrées alimentaires d'origine animale ou végétale pendant une durée allant de quelques mois quelques années.

En France, les conserves domestiques appertisées font partie de la cuisine locale. Sur le plan collectif, la consommation des boîtes de conserve est constante assurant à la fois la conservation des aliments pendant la récolte, la facilité de distribution et une bonne sécurité alimentaire.

Afin d'améliorer la qualité nutritionnelle, il est important de réduire le temps entre à la récolte le traitement du produit, cela favorise la conservation des vitamines et des nutriments. Les conserves appertisées préservent également d'une façon satisfaisante la qualité nutritionnelle des poissons et des viandes.

Aujourd'hui, cette méthode fait partie des procédés utilisés dans la conservation alimentaire avec de nombreuses améliorations rendues possibles par le progrès scientifique. Dans certains cas le produit alimentaire est stérilisé ou pasteurisé, enfermé dans un contenant stériliser à son tour par traitement thermique ou par d'autres procédés comme les rayons ultraviolets.

Les aliments conservés peuvent être, au départ, crus ou traités selon la procédure utilisée : rôtis, blanchis, cuisinés ou autres avant d'être renfermés dans un récipient étanche qui subira à son tour un traitement thermique.

Les boîtes métalliques ont remplacé largement les bouteilles en verre utilisés par Nicolas Appert.

Inconvénients :


abs11.5 Ce procédé de conservation altère les qualités gustatives des aliments bien qu'il permette une bonne préservation des qualités nutritionnelles.

abs11.5 En cas de manque d'hygiène ou de mauvaise application de la procédure, le risque alimentaire peut être sérieux. L'intoxication alimentaire par le botulisme peut mettre la vie en danger.

abs11.5 L'utilisation des récipients devrait éviter l'intoxication par certains métaux comme le plomb.

abs11.5 L'étanchéité de l'emballage est indispensable à la bonne conservation de l'aliment. 

 

Pasteurisation

La pasteurisation est un procédé de conservation des aliments, découvert par Louis Pasteur au  19ème siècle. La pasteurisation a pour but la destruction des microorganismes pathogènes et les enzymes responsables de l'autolyse.

abs11.5 orange Avantages

Elle permet de préserver les caractéristiques des produits, notamment sur le plan gustatif.

La pasteurisation préserve la consistance, l'apparence (par exemple la couleur) et le goût des aliments traités, ce qui n'est pas  le cas d'autres procédés tels que la stérilisation. La pasteurisation permet également de préserver  les protéines, les vitamines, et les sels minéraux, mais la durée de conservation est courte.

abs11.5 orange La technique

La pasteurisation est un traitement thermique modéré qui tue la plupart des microorganismes sensibles à la chaleur mais pas les spores des champignons. Les aliments pasteurisés ne sont donc pas stériles et contiennent encore des germes en petite quantité. Les aliments pasteurisés sont conservés au froid (+4°C). En dehors de la réfrigération, d'autres moyens de conservation peuvent être utilisés contrer le développement des microorganismes survivants : ajout d'agents chimiques de conservation, emballage sous vide.

Les aliments pasteurisés se conservent plus longtemps que des aliments frais mais pas indéfiniment.

La technique utilisée consiste à soumettre les aliments à une température comprise entre 65 et 100° pour une courte durée avant de les refroidir rapidement.

Le traitement thermique est  suivi d'un brusque refroidissement puisque tous les microorganismes ne sont pas éliminés et qu'il est nécessaire de ralentir le développement des germes encore présents.

On distingue la pasteurisation lorsque le chauffage est inférieur à 100°C et la stérilisation lorsqu'il est supérieur à 100°C (La pasteurisation entre 65°C et 100°C, la stérilisation entre 115°C et 120°C.)

abs11.5 orange La pasteurisation et les aliments

La pasteurisation s'utilise pour de nombreux aliments : lait, conserves de légumes,  jus de fruits.

S‘il existe des températures normées pour la pasteurisation du lait et d'autres aliments liquides, les températures ne sont pas soumises à des règles pour celle des aliments solides, par exemple des conserves, sans dépasser 100 °C.

La pasteurisation du lait sert à détruire les microorganismes nuisibles, les bactéries et les ferments lactiques, qui contribuent à faire tourner le lait frais. De plus, elle rend le lait plus digeste.

Il existe deux procédés de pasteurisation du lait :

Pasteurisation basse:

méthode autrefois utilisée,  abandonnée presque partout, qui consiste à amener le lait à une température de 62-65 °C pour une durée de 30 minutes.

 

 Pasteurisation haute ou Ultra-pasteurisation:

Cette technique est utilisée par l'industrie laitière. La pasteurisation détruit partiellement les agents pathogènes et  les bactéries. Quelques bactéries peuvent survivre à la pasteurisation, classique pouvant provoquer  la détérioration de lait comme  Streptocoques lactis, Lactobacil1es casei et L. cremoris, et transformer les protéines en lait caillé. Le lait est soumis à des températures  élevées pendant un laps de temps plus court : 15-30 secondes à 72-75 °C, ou  4-10 secondes à 85 °C.

    abs11.5 orange La Pasteurisation et le traitement thermique

    La température du traitement est généralement inférieure à 100 °C et la durée est de quelques secondes à quelques minutes. Ces données varient selon la nature de l'aliment. Par exemple, pour un jus de fruit, c'est 30 min à 65 ° c, ou 1 min à 77 °C ou 15 secondes à 88 °C.  Pour le lait, la durée est de 30 min à 63 °C ou 15 secondes  à  72 °C.

    Tous les microorganismes n'étant pas éliminés par la pasteurisation, ce traitement thermique doit être suivi d'un brusque refroidissement. Les aliments pasteurisés sont alors conservés au froid (+4 °C) afin de ralentir le développement des germes encore présents. Leur durée de conservation est ainsi limitée.

    En dehors de la réfrigération, d'autres moyens de conservation peuvent être utilisés parallèlement pour contrer le développement des microorganismes survivants, comme l'ajout d'agents chimiques de conservation, la réduction de l'activité de l'eau, l'acidification, etc

     

    Conservation par stérilisation

    La stérilisation est une méthode de conservation des aliments par la chaleur pour détruire entièrement les bactéries et préserver ainsi l'aliment, et permettre comme dans le cas du lait, une  longue conservation.

    La stérilisation fait appel à des températures supérieures à 100°C,  ce qui permet d'obtenir un produit alimentaire stérile.

    La stérilisation de l'aliment (et de son contenant) peut être réalisée de deux façons : La première consiste à une stérilisation simultanée du contenant et du contenu. Cette méthode se nomme appertisation. La deuxième méthode est fondée sur une stérilisation séparée du contenant et du contenu suivie d'un conditionnement stérile  (sans germes).

    Technique

    La stérilisation peut utiliser plusieurs techniques selon la température et la durée d'exposition:

    - Stérilisation  classique : 115° C pendant 15 à 20 minutes. (Perte de 30 % de vitamines)

    - Stérilisation  Haute Température : 140° C pendant quelques secondes (perte de 10 % de vitamines, meilleur goût). . Ce procédé met en œuvre soit le chauffage indirect soit le chauffage direct par contact entre le  produit et de la vapeur d'eau sous pression. Le produit stérilisé est ensuite refroidi puis conditionné aseptiquement. Ce processus est utilisé pour la stérilisation des produits liquides (lait, jus de fruits, …) ou de consistance plus épaisse (desserts lactés, crème, jus de tomate, soupes,…).

    Les produits stérilisés sont des conserves, et devraient être consommés avant une date limite.

    Semi-conserves
    Les semi-conserves sont des aliments périssables, conditionnées en récipients étanches  et ayant subi un traitement thermique pour assurer une conservation limitée. Elles sont conditionnées en récipients étanches, stockées au froid,  et devraient être consommées avant une date limite.


    abs11.5-bleu1 L'utilisation de la stérilisation alimentaire est fréquente dans notre consommation comme bouillir l'eau (avant de la consommer,  bouillir le lait cru ou stériliser les bouteilles utilisées dans l‘alimentation des  nourrissons.

    abs11.5-bleu1 La stérilisation est la méthode utilisée pour faire les conserves domestiques ou industriels ; cette méthode est rarement utilisée seule.

     

    Thermisation du lait

    La thermisation est un traitement thermique, une  forme allégée de pasteurisation, un chauffage de 45 °c pendant 30 minutes, 63ºC pendant 16 secondes, ou 72°c pendant 1 seconde pour détruire les bactéries pathogènes  comme la listéria en essayant de préserver la flore bactérienne naturelle du lait (des bactéries qui ne provoquent pas des maladies chez les humains comme les bactéries lactiques, bactéries d'affinage).

    C'est une technique qui exige des équipements spécifiques, cela explique que la thermisation est une technique répandue dans les structures industrielles.

    Il est impossible de pasteuriser le lait dès sa réception, le lait sera stocké dans des cuves pendant plusieurs heures ou plusieurs jours. La réfrigération ne suffit pas à éviter une détérioration de la qualité et une prolifération bactérienne. Ainsi, certaines structures industrielles optent  pour la thermisation : un  chauffage du lait à une température inférieure à la température de pasteurisation, pour inhiber provisoirement la prolifération bactérienne, à 63°C pendant 15 secondes.

    La thermisation reprend les principes de la pasteurisation. Afin de réduire la prolifération de certains éléments comme les champignons, le lait est refroidi rapidement à 4°C.

    La thermisation est actuellement une procédure de conservation provisoire, de courte durée, réservée au lait et aux structures industrielles en cas de leur incapacité de traiter toute la quantité du  lait reçu.


    Le but de ce procédé est l'élimination des bactéries pathogènes avec une altération du lait moindre qu'avec la pasteurisation. Néanmoins, il cause une importante réduction de la flore lactique naturelle. Pour  la fabrication de fromages,  il faut ajouter des bactéries cultivées en laboratoire.


    Fromage cru ou thermisé

    De nombreux pays ont voté des lois imposant l'utilisation du lait thermisé pour la fabrication des fromages. La thermisation est un traitement thermique, une  forme allégée de pasteurisation , un chauffage de 45 °c pendant 30 minutes, 63ºC pendant 16 secondes , ou 72°c pendant 1 seconde pour détruire les bactéries pathogènes  comme la listéria en essayant de préserver la flore bactérienne naturelle du lait ( des bactéries qui ne provoquent pas des maladies chez les humains comme les bactéries lactiques, bactéries d'affinage).

    La thermisation des laits destinés à la fabrication fromagère détruit les bactéries pathogènes, et  aussi la flore naturelle des laits (bactéries lactiques, bactéries d'affinage) ce qui exigent d'ajouter des bactéries cultivées en laboratoire pour fabriquer des fromages.

    Le but de ces réglementations est de lutter contre les intoxications alimentaires et surtout celles provoquées  par les  «listeria monocytogène » responsables d'un certain nombre d'avortement.

    Cette réglementation ne peut résoudre la question des intoxications alimentaires d'autant que la consommation des fromages au lait cru ne peut expliquer toutes les intoxications alimentaires.

    Mais ce genre de règlement peut  faire disparaître de nombreux fromages au lait cru faisant partie de notre héritage gastronomique, et de notre terroir.

    Il est légitime de critiquer la qualité gastronomique de nombreux fromages , cette qualité altérée par des procédures de production industrielle négligeant les paramètres liés à l'héritage culturel et au terroir afin d'améliorer leur qualité sanitaire.

    De nombreuses études semblent confirmer que les fromages au lait cru ont par ailleurs certains avantages nutritionnels.

    Concernant la question sanitaire, dans l'état actuel des choses,  il est prudent de conseiller les femmes enceintes d'éviter tout produit capable de transmettre la listériose : les produits au lait cru, les produits mal conservés, les produits décongelés et recongelés,  les viandes crues, les poissons crus, surtout pendant les premiers mois de grossesse.

     

    Réf
    Ellie Whitney, Sharon Rady Rolfes, Understanding Nutrition, Eleventh Edition, 2008
    Shils, Maurice E. :  Modern Nutrition in Health and Disease, 2009, 11th Edition

    Lire la suite
    0
      472 lectures
      0 commentaires
    472 lectures
    0 commentaires

    Fausses idées sur la perte de poids

    regime-femme-fraise-creme

    regime-femme-fraise-creme

     

     

    Un régime alimentaire équilibré avec une activité physique adaptée à l'âge sont les meilleurs moyens pour lutter contre le surpoids et l'obésité.  Un régime alimentaire restrictif visant la perte de poids nécessite une association entre la restriction alimentaire, le comportement, le soutien psychologique et motivation.

    Les régimes alimentaires restrictifs sont nombreux dans les magazines et les médias, certains sont efficaces et utiles, d'autres nocifs diffusant de fausses idées sur le régime, sur la perte de poids, sur la minceur.

    abs11.5 bleu1 La pilule magique, le régime magique

    Cette idée est scientifiquement fausse. Il n'existe aucun régime restrictif spécial, aucun exercice, aucun traitement médicamenteux ou psychologique capable de faire perdre du poids. Les consommateurs subissent un matraquage publicitaire sur des moyens supposés les aider à perdre du poids. Les annonces du type "perdre 3 kilos en six jours" ou perdre cinq kilos avant d'aller à la plage sont fallacieuses. Les annonces positives du genre "manger autant que vous voulez et perder du poids" sont des annonces mensongères.
    Ce genre d'annonce peut parfois être dangereux incitant les gens à sous-estimer le risque du surpoids, et le danger de l'obésité.
    Une étude à grande échelle publiée en 1999 a confirmé déjà que la plupart des personnes pratiquant des régimes n'appliquent pas les conseils concernant la réduction de l'apport calorique et l'augmentation de l'activité physique, et se disent découragés après un certain temps, et cherchent des solutions plus simples, plus miraculeuses.

     

    abs11.5 bleu1 Le régime diététique est mauvais pour la santé

    Dans la confusion générale qui entoure les sujets relatifs au poids et à l'obésité, l'idée qu'un régime diététique restrictif peut être mauvais pour la santé circule toujours, présentant le régime comme un danger en raison de troubles de nutrition, et comme un élément favorisant l'obésité à long terme.
    Cette confusion est répandue, s'appuyant sur les régimes diététiques abandonnés, sur les résultats des régimes mal pensés, comme par exemple les régimes accompagnés de jeûne, d'exercices excessifs, les régimes de privation sévère, ou les régimes folkloriques.
    Les études scientifiques confirment, avec certitude, qu'un régime diététique équilibré ne peut nuire à la santé, et peut être suivi à long terme, sans trouble de nutrition, et sans reprise du poids.
     

    abs11.5 bleu1 Les hydrates de carbone : à éviter 

    Les régimes qui fleurissent dans les magazines et dans les médias ne sont pas toujours fondées sur des bases scientifiques, mais plutôt sur la demande des consommateurs. Quant un régime diététique prétend que les hydrates de carbone sont mauvais, d'autres régimes vont faire de même pour plaire aux consommateurs, convaincus de cette idée.
    Les régimes sans hydrates de carbone sont notoires, répandus, varient selon les modes et sont les moyens médiatiques utilisés pour la promotion de ce genre d'origine.
    Dans les années 2000, ces régimes pauvres ont hydrates de carbone étaient légendes aux États-Unis, et en Europe. Le pain est devenu un aliment suspect.
    L'effet de mode est passé, ces régimes sont moins à la mode actuellement.
    La réponse scientifique est simple : les hydrates de carbone ne sont pas nécessairement bons ou mauvais. La perte ou le contrôle du poids s'effectue en consommant des hydrates de carbone ou en limitant leur consommation, selon le désir de chaque personne.

    abs11.5 bleu1 Le grignotage est mauvais

    Les études scientifiques confirment que les personnes qui mangent hors des heures de repas ont plus de problèmes de poids que les personnes qui ne grignotent pas. Cette évidence scientifique ne doit pas cacher le fond de la question. Ce qui compte n'est pas le fait de grignoter, mais ce que la personne consomme pendant ces moments de grignotage.
    Le grignotage peut être un élément stratégique important dans un régime alimentaire diététique pour empêcher la sensation de faim. Dans ce cas, le grignotage devrait être orienté vers la consommation des fruits à basse calorie comme les pommes, ou des légumes comme les carottes et les concombres.

    abs11.5 bleu1 L'obésité est un signe de maladie de la thyroïde

    C'est une vieille idée héritée du temps où l'insuffisance thyroïdienne était répandue dans certaines populations, accompagnée d'un excès de poids, ou parfois d'un œdème (accumulation de liquide dans les organes).
    L'hypothyroïdie épidémique est devenue rare depuis de nombreuses années. La consommation de certains micro nutriments comme l'iode présent dans le sel et dans les poissons a réduit nettement le nombre des personnes atteintes par l'hypothyroïdie.

    abs11.5 bleu1  Les produits allégés sont peu caloriques

    C'est également une fausse idée. Les produits allégés ne sont pas obligatoirement peu caloriques. Afin d'alléger un produit de ses composantes grasses, il faut parfois ajouter des sucres, des épaississants, ou des hydrates de carbone.
    D'autre part, les produits biologiques ne sont pas moins caloriques les produits non biologiques.
    Il est utile de savoir ce que vous recherchez. Il est judicieux de consommer des produits allégés en matière grasse pour éviter le cholestérol, mais cela ne s'applique pas si vous cherchez à réduire les calories consommées.

    abs11.5 bleu1  Manger la nuit est plus mauvais que manger le jour

    C'est une fausse idée, qui vient de loin, quand les médecins pensaient que l'activité physique « brûlait » la nourriture. On sait depuis longtemps que le métabolisme de la nourriture est complexe, et que la consommation de la nourriture par l'activité physique n'est pas immédiate.
    Les études confirment que les repas pendant la nuit n'augmente pas le poids plus que les repas consommés
    durant le jour. Ce qui compte réellement est le nombre des calories consommées durant la journée.

    abs11.5 bleu1  L'activité physique est suffisante pour contrôler le poids

    C'était une idée des années 80, accompagnée de son cortège de livres sur l'activité physique, sur le sport au quotidien, et sur les exercices capables contrôler le poids.
    La réalité scientifique est différente. En général, la personne augmente son apport calorique après une activité physique.
    Les études démontrent que l'activité physique seule ne peut contrôler le poids, cependant, l'activité physique accompagnée des changements de style de vie, d'une réduction modérée d'apport calorique peuvent être efficaces pour lutter contre le surpoids.

    abs11.5 bleu1  L'eau augmente la perte du poids

    La publicité incitant à consommer l'eau minérale insiste sur ce fait. C'est une idée fausse. L'eau ne peut qu'accentuer ou faciliter la perte de poids. L'eau sera absorbée dans l'estomac, et envoyée ensuite vers les reins. Cependant, l'eau peut temporairement augmenter le sentiment de plénitude, de bien-être.

    abs11.5 bleu1  Un régime diététique c'est compliqué

    Cette idée est généralement véhiculée par les personnes ayant essayé plusieurs régimes diététiques trouvés dans les magazines ou dans les livres médiatisés.
    Ces personnes décrivent le régime diététique ou comme un système complexe de calcul de calories et de recettes impossibles à manger.
    La réalité est plus simple, un régime diététique est un geste simple et sans prétention, remplacer le dessert par une assiette de fruits est en soi un geste important dans n'importe quel régime diététique, sans calculer les calories, sans chercher des recettes impossibles à faire.

    abs11.5 bleu1 L'échec d'une fois c'est pour toujours

    La relation avec la nourriture est parfois émotionnelle. Certaines personnes suivent un régime diététique pendant un moment, puis abandonne ce régime par ennui, ou par désir. Le retour vers le régime diététique s'accompagne parfois de culpabilité ou de frustration.
    Un régime abandonné pendant un certain temps n'est pas un régime sans efficacité. Il est toujours possible de revenir à un régime diététique abandonné pendant un certain temps, et retrouver toujours la même efficacité.
    Un aliment restreint consommé ne détruit pas l'efficacité de votre régime. Il peut arriver qu'une personne en régime diététique hypocalorique consomme une grande quantité de calories pendant une invitation, ou une fête. Ce fait ne changera pas l'efficacité théorique du régime. Il suffit simplement d'équilibrer l'apport calorique à long terme.

     

     

    diet-pomme

     

    Manger moins? Fait-il mincir ?

    Cette question peut sembler banale ou d'une réponse évidente,  mais en réalité, la réponse est difficile. Restreindre l'ingestion de la nourriture pour réduire le poids du corps, pour la prévention et pour le traitement de l'obésité est un point essentiel et important dans tout régime.

    De nombreuses études ont suggéré que le fait de moins manger est lié à la perte de du poids à long terme, d'autres études semblent prouver le contraire, mettant en évidence que le fait de réduire l'alimentation n'a aucun lien avec la perte de poids à long terme.

    care6 D'autres études soulignent que le fait de moins manger n'est pas le facteur essentiel dans le traitement de surpoids ni de l'obésité et insistent que les habitudes alimentaires et leurs cortèges émotionnels et rituels jouent un rôle important.

    care6 Ces données expliquent l'importance d'adopter une approche graduée  et progressive dans n'importe que régime restrictif et de prendre en compte le comportement et les émotions qui gouvernent les rituels alimentaires.

    care6 Ces études démontrent un lien négatif entre le degré de la restriction et le l'index de la masse corporelle ; suite à des régimes trop restrictifs, les personnes risquent d'avoir un poids plus élevé que le poids avant le régime.   Cela permet de penser que le degré de contrainte est lié à la réussite d'un régime alimentaire restrictif.
    Il existe de nombreuses évidences scientifiques suggérant que le modèle occidental riche en viande rouge, en nourriture grasse, avec desserts est associé un risque sensiblement plus élevé de visiter et de diabète de type 2, et de maladies cardiaques.

    care6 Le problème posé par le modèle occidental est fondé sur une contradiction : continuation de ce modèle alimentaire avec changement de modèle de vie, les personnes continuent à consommer la nourriture de la même façon que leurs grands-parents, mais elles sont devenues sédentaires, citadins, avec moins d'activités physiques.
    Ainsi, de nombreuses propositions circulent pour adapter ce modèle, des propositions de prudence invitant les gens dans le monde occidental à manger plus de fruits, légumes, poissons, et des produits laitiers à faible teneur en matières grasses.

    care6 Les études confirment que les modifications de style de vie peuvent avoir les mêmes résultats, voire plus de résultats, dans le traitement de diabète que les médicaments.

     

    achat-aliments

     

     

    Quel régime choisir ?

     Suivre un régime diététique et restrictif n'est pas un geste banal.  Si le régime diététique est un traitement parfois prescrit pour traiter dans l'obésité, suivre un régime diététique est fréquent, voire à la mode, avec des modalités variables selon les personnes et les buts recherchés.
    De nombreuses études ont tenté de savoir si un régime diététique influence la santé physique et mentale. Ces études sont parfois contradictoires dans leur approche et dans le résultat en raison de la multitude de modèles de régime.

    Il existe plusieurs façons de choisir un régime. Certains cherchent un régime alimentaire en consultant le corps médical, D'autres choisissent un régime commercial sous l'influence de la publicité ou de la promotion, et d'autres préfèrent suivre un régime auto prescrit, et autoguidés.

     

    abs11.5Régimes prescrits par le corps médical 

    En général, consulter le corps médical pour avoir un régime alimentaire diététique est un geste plus fréquent chez les personnes ayant des problèmes sanitaires graves: obésité sévère, dépression, troubles de comportement alimentaire, mais aussi à la fin  d'une longue histoire d'échec de régimes commerciaux ou personnels pratiqués sans réussite.

    En général, les régimes conseillés par le corps médical favorisent la perte de poids à travers le changement de l'alimentation comme la réduction du nombre des calories, accompagnée d'activité physique.

    Dans ces régimes médicaux, le traitement comportemental peut jouer un rôle également pour améliorer l'autocontrôle, et pour faciliter les changements du comportement en face du stimulus responsable de la sensation de faim.

    En général, après ces régimes, on observe un résultat moyen de 10 % de réduction du poids par rapport au poids initial dans une durée de 30 semaines. Cependant l'entretien de cette perte de poids demeure un défi difficile en dépit d'un traitement comportemental. La majorité de poids perdu est regagné dans un délai de trois à cinq ans.

    Ainsi, l'obésité devrait être conceptualisée comme un trouble du comportement alimentaire chronique, qui nécessite un traitement à long terme.

     

    abs11.5 Les régimes commerciaux

    Les études ont souligné également l'efficacité des régimes diététiques commerciaux suivis par des millions des personnes aux États-Unis et en Europe. Les résultats moyens de ces régimes commerciaux indiquent une perte de deux 10 à 20 % du poids par rapport au poids initial, cependant l'entretien de cette perte et sa préservation semblent moins importantes que dans les régimes prescrits par le corps médical. La substitution des repas par des repas diététiques  (par exemple, SlimFast) peut favoriser l'entretien du poids perdu. D'autres stratégies sont disponibles également pour préserver le poids perdu. À l'arrivée, les résultats indiquent que 5 % du poids sera perdu à long terme.

     

    abs11.5 Les régimes auto prescrits, auto guidés

    Les régimes auto prescrits ou auto guidés sont les régimes les plus fréquents,  c'est l'approche la plus répandue pour perdre du poids,  pour lutter contre l'obésité. L'évaluation de ce genre de régime est difficile car il s'agit parfois de régimes personnels. D'ailleurs, dans la plupart des cas, les personnes qui suivent les régimes auto prescrits et autoguidés déclarent que leur but premier est d'empêcher le gain de poids.

    En général, dans une population donnée, les personnes qui s'auto identifient comme adoptant un régime restrictif et diététique suivent en réalité ce régime pour empêcher de gagner le poids, ou pour entretenir une perte de poids.

    Les études démontrent que certaines personnes apprennent à ignorer les signaux de la faim et arrive à réguler leur appétit.  En d'autres termes, dans certains cas,  des personnes pratiquant des régimes auto guidés arrivent à ne plus avoir faim, et de ne plus avoir besoin de faire un régime restrictif.

    Un tiers des personnes engagées dans un régime auto guidé ne pratiquent aucune restriction calorique, ni aucune activité physique. Sans conseil, ni soutien, nombreuses personnes vont gagner du poids en appliquant un régime auto guidé, et finissent par consulter le corps médical après plusieurs échecs successifs de leur supposée régime.

    Un certain nombre de régimes proposés par les non-spécialistes, journalistes, les vedettes,  hommes des médias, finissent par entraîner les personnes qui suivent ces régimes auto proclamés dans une spirale d'échec.

    En cas de réussite de perte de poids dans les régimes autoguidés, les personnes déclarent avoir appliqué des règles comparables à celles appliquées dans les régimes prescrits par le corps médical. Dans une étude portant sur 5000 personnes ayant perdu du poids en suivant un régime auto guidé, une grande majorité de ces personnes a suivi un régime diététique faible en matières grasses, pauvre en calories, accompagné d'une activité physique.

    Ce genre d'étude démontre d'une façon scientifique que le succès à long terme pour perdre du poids est possible, en utilisant n'importe quel régime, à condition d'appliquer une restriction de calories accompagnées d'activité physique. D'autre part, ce genre d'étude confirme la difficulté d'entretenir la perte du poids à long terme.

     

    appetit2

     

    Régime ou diète ?

    De nombreux livres et de nombreuses pages consacrés aux régimes dans les médias ne distinguent pas diète et régime, proposent des recettes miracles qui fonctionnent toujours à court terme, avec un risque de provoquer de prise de poids à long terme. La question est donc posée pour le long terme car n'importe quel régime minceur peut fonctionner durant les premières semaines.

    Pour multiples raisons, l'utilisation de mot diète dans la langue française devient synonyme des régimes.

    Le régime alimentaire s'est défini par un ensemble d'habitudes, de rituels, et des choix alimentaires. Ce modèle alimentaire est généralement influencé par de nombreux facteurs comme le revenu financier, la culture, la religion, la géographie, et les styles de vie. Ainsi nous pouvons parler de régime alimentaire crétois, réputé pour ses vertus comme régime alimentaire pauvre en cholestérol, capable de favoriser une longévité exceptionnelle.

    Et dans ce cas, l'utilisation de terme régime désigne les habitudes alimentaires, les choix d'aliments, une façon de préparer les repas, et une façon de consommer la nourriture au sein de la population crétoise.

    Ainsi chaque culture possède son propre régime alimentaire. Dans la plupart des cas, le régime alimentaire local est équilibré dans son ensemble, adapté aux produits locaux, et répond aux exigences culturelles. Le régime alimentaire en France varie selon les régions, influencé par les produits locaux, avec large place aux produits laitiers comme le beurre et fromage, avec l'intégration du vin rouge.

    Le régime alimentaire végétarien est un autre exemple d'un régime alimentaire global.

    Chaque régime alimentaire, s'est adapté avec le temps, pour répondre aux besoins nutritionnels et diététiques de la population. En général, il existe un tronc commun dans tous les régimes alimentaires du monde : équilibre, variation de l'alimentation, et la modération.

    Les récentes évolutions de nos sociétés, accompagnées de la globalisation, ont favorisé le transfert des repas préparés dans d'autres pays. La consommation de ce genre de repas devrait être modérée, prudente, car ce genre de repas sont adaptés à un modèle alimentaire précis, et ne devrait pas être consommé massivement dans un autre modèle.

    La diète est un régime alimentaire restrictif. C'est-à-dire un régime alimentaire qui favorise certains aliments, au détriment d'autres aliments. La diète est utilisée de plus en plus dans la langue française comme synonyme de régime.

    La restriction alimentaire est un moyen utilisé par le corps médical pour soigner certaines maladies depuis l'Antiquité. Les sciences modernes de la nutrition ont permis de mieux comprendre le fonctionnement de l'organisme et ses besoins nutritionnels. Les régimes diététiques prescrits par les médecins nutritionnistes dans le cas de diabète par exemple visent à réduire le taux de glycémie en modérant la consommation d'alimentation sucrée.

     

     care1 Les régimes alimentaires diététiques sont devenus populaires depuis la deuxième guerre mondiale en raison de l'apparition de la minceur comme un critère esthétique et sanitaire. Progressivement ces régimes diététiques ont fleuri partout, faisant la fortune de certains, répondant à une demande grandissante de la population.

    Des années après l'apparition de ces régimes dans le monde du grand public, l'obésité devient un sujet sanitaire et sociétal préoccupant.

    Depuis quelques années, nous vivons un retour en arrière. Nous parlons à nouveau de mincir et de ne pas maigrir, de régime alimentaire comme la règle (c'est-à-dire la recherche d'un modèle alimentaire global à long terme) et en réservant les régimes alimentaires restrictifs et diététiques pour le traitement à court terme d'un excès de poids, d'une obésité.

     

     

    abs11.5-bleu1 References :

    • Brown, Judith (2002). Nutrition through the Life Cycle. Belmont, CA: Wadsworth.
    • Shils, Maurice E.; Shike, Moshe; Ross, A. Catharine; Caballero, Benjamin; Cousins, Robert J.: Modern Nutrition in Health and Disease, 10th Edition. 2006 Lippincott Williams & Wilkins
    • T. Eskenazi, “Dietary Restraint and Disinhibition are Associated with Increased Alcohol Use Behaviors and houghts in Young Women Social Drinkers,” Eating Behaviors, 7, 2, 2006.
    • Olendzki, BC, Ma, Y, Schneider, KL, et al. A simple dietary message to improve dietary quality: Results from a pilot investigation. Nutrition 2009; 25:736.

    Lire la suite
    0
      263 lectures
      0 commentaires
    263 lectures
    0 commentaires

    Volonté : définition et généralités

    volonte

     

    volonte


     

    Contrairement à d'autres concepts, la volonté est difficile à définir. Il s'agit d'une résolution, décidée après réflexion, accompagnée de prise de conscience des conséquences.


    La décision volontaire peut être provoquée par des facteurs principaux : facteurs extérieurs comme par exemple une invitation à un dîner, et facteurs intérieurs comme l'état psychologique, la fatigue, le désir d'être avec d'autres invités, ou le contraire : le désir d'éviter les autres.
    La décision volontaire n'est pas toujours aisée, parfois c'est une décision laborieuse, prise après longue hésitation, après avoir calculé les conséquences, les avantages et les inconvénients. Par exemple pour aller chez le dentiste, la présence de la douleur facilite cette décision. Une personne qui doit aller chez le dentiste pour faire un examen préventif hésite plus facilement qu'une personne qui souffre. La volonté dépend de nos tendances, de nos besoins, de nos passions, et également de nos craintes.
    Beaucoup d'actes volontaires sont décidés pour des raisons personnelles, parfois inavouables, comme des désirs inappropriés, ou des comportements mal jugés. Un homme peut se rendre à la piscine pour nager, mais peut-être, il a choisi cette piscine, à cette heure précise pour tenter de séduire sa voisine mariée qui fréquente la piscine à la même heure. Il s'agit d'un acte volontaire, d'une justification sociale acceptable, alors que les motivations profondes sont moins avouables.

     

    La volonté en philosophie

     

    La notion de volonté désigne un phénomène psychologique difficile à distinguer du désir, et de l'intention. Le désir peut être considéré comme un facteur favorisant l'action volontaire. L'intention peut être considérée comme un événement mental pouvant aider à l'action sans le déterminer. Dans ce sens, la volonté peut être conçue comme une cause mentale distincte des effets physiques qu'elle provoque, mais aussi comme un événement cérébral entraînant une succession d'événements physiques. Il existe de longues discussions philosophiques pour trancher la question suivante : est-ce que la volonté est synonyme de l'action ? Il est impossible de trancher cette question, celui qui a décidé et qui n'a pas fait, est-il volontaire ? Celui qui essaie de faire, l'a-t-il fait ?
    Pour sortir de cette aporie, certains philosophes suggèrent que le terme volontaire doit englober un ensemble d'événements mentaux, et comportementaux. C'est-à-dire, la volonté c'est : décider et faire.

    Le concept de volonté occupe de longs chapitres en philosophie, et en psychologie. Ce concept est présent également dans les études judiciaires, et dans la littérature médicale. Ce terme est utilisé pour décrire les actes motivés, réalisés avec préméditation et détermination.
    Il n'existe pas un consensus sur la nature de la volonté. Dans certaines écoles philosophiques, psychologiques, le concept de volonté est refusé, remplacé par la doctrine du déterminisme qui nie la réalité de la volonté. D'autres écoles acceptent partiellement la volonté comme synonyme de libre arbitre, c'est une approche philosophique occidentale qui a développé les principes de Platon et d'Aristote. On retrouve ce courant dans les écritures de René Descartes et d'Emmanuel Kant. Dans d'autres écoles philosophiques, volonté est considérée comme les résultats des interactions d'éléments contradictoires par exemple le désir et la raison, on retrouve ces tendances dans l'écriture philosophique de Spinoza, et de Hume. À l'opposé, d'autres philosophes ont considéré la volonté comme la manifestation d'une personnalité accomplie, d'un raisonnement performant, on retrouve ce courant philosophique développé par Arthur Schopenhauer et Frédéric Nietzsche.

     

    Avoir la volonté, être volontaire

     

    Généralement, être volontaire signifie la capacité à prendre des décisions, d'assumer les conséquences. L'image de la personne volontaire serrant les points et mâchoires fonçant dans les obstacles avec témérité, insouciance est un cliché.
    Pouvoir dire non, quand je veux, qui veut peut surmonter les obstacles, vouloir avec férocité, etc. voilà d'autres clichés qui perturbent notre perception de la volonté.
    Agir volontairement, c'est agir avec conscience, pour des raisons conscientes, en assumant les conséquences. Celui qui utilise le verbe je veux devrait savoir pourquoi, et connaitre les conséquences qui suivent. Quand on dit : je veux, il est important de pouvoir justifier cette volonté à soi-même. Quand la personne agit sans pouvoir expliquer ses choix par des raisons conscientes, il s'agit plutôt d'un automatisme inconscient, et non pas de la volonté. Les décisions provoquées par un instinct ne sont pas volontaires, mais relèvent de l'inconscient.
    Agir involontairement, c'est d'être gouverné par des motivations inconscientes. Les exemples sont nombreux dans notre vie quotidienne : un enfant qui veut être médecin ou avocat, il exprime une volonté, mais en réalité, il cherche à imiter ses parents, ou à devenir comme le médecin de la famille, ou se conformer aux désirs de ses parents. Dans ce cas il s'agit d'une fausse volonté.

    En réalité, nos actions mêmes les plus volontaires sont influencées par notre inconscience, et par des besoins et des désirs. La volonté augmente quand les raisons conscientes augmentent. La volonté diminue quand les raisons inconscientes augmentent. Dans ce cas nous entrons dans une expérience humaine si banale si fréquente : l'hésitation.

     

     

     

     

     volonte

     

    Volonté : décider et faire

    Le monde parle de volonté, on nous sert la volonté toute la journée, enrobée dans de multiples contextes. Le terme perd progressivement de son importance, dilué et parfois déformé.

    Un acte volontaire dépend de beaucoup de choses, de nos tendances, de nos besoins, de nos passions. Quand on dit : on veut, on désigne déjà un désir.
    Ce désir peut naître d'une ambition personnelle ou sociale, comme le désir de réussite, ou le désir de ressembler à quelqu'un. Le désir peut naître d'un besoin, comme fonder une entreprise pour créer son emploi et vivre mieux.
    Continuons avec l'exemple d'un créateur d'entreprise. À cette étape, ce qui compte dans le désir exprimé est son caractère conscient. La personne qui cherche à créer des entreprises devrait se demander s'il désire cette entreprise pour travailler, pour gagner sa vie, ou pour dominer ses employés et répondre à des besoins d'affirmation. Ce n'est pas un acte de volonté de faire l'entreprise pour des raisons inconscientes. C'est une réponse coûteuse, condamnée à l'échec, des instincts inconscients. La personne n'a pas exprimé une volonté, elle est poussée par un désir inconscient.

    En deuxième temps, ce désir se transforme en projet, avec plein de détails, des inconvénients et les avantages. C'est le moment de la décision et de la délibération. Le désir se transforme en idée réalisable, selon un schéma bien précis. Chaque détail exige de la personne une décision réfléchie, raisonnable, accompagnée de sa propre liste d'arguments et de justification.
    Après l'idée, à la personne passe à la conception, c'est-à-dire, trouver le schéma idéal pour réaliser ce désir. La délibération examinait les raisons pour et contre la réalisation de ce désir, la décision est le jugement qui termine la délibération par l'acceptation, par le refus.

    La délibération peut ici être troublée par des motifs inconscients comme l'héritage culturel, les peurs, les angoisses, les complexes. Il est important de comprendre qu'une délibération fondée sur des motifs inconscients n'est pas un acte volontaire, mais une réponse à des besoins inconscients.

    En troisième temps, après la décision, on passe à l'action. L'exécution suit généralement la décision. La réussite de l'action exige une détermination, c'est-à-dire, donner la priorité à cette action, pour garantir sa réussite, en acceptant les inconvénients qui accompagnent la réalisation de cette action.
    Pendant l'exécution, il est important que la personne soit déterminée à aller vers son but, sans céder au pessimisme, sans céder aux tendances contradictoires.
    Dans cet exemple, la volonté devient une succession d'étapes, toujours conscientes et justifiées. Le désir est le début, la décision cherche à réaliser ce désir, par une action consciente et résolue.


    Dans le cas de notre créateur d'entreprise, certains facteurs peuvent altérer sa volonté comme : l'inhibition (la personne n'exprimera pas son désir), l'impulsivité (cela peut nuire à sa décision et à son action), le manque d'énergie (fatigue, émotivité, manque d'organisation), raideur mentale, préjugés, crispation.

    Par contre, certains facteurs peuvent encourager la réalisation de son projet comme trouver l'équilibre entre l'impulsivité et l'inhibition, avoir de l'énergie, la maîtrise de soi, l'enthousiasme accompagné d'un esprit positif, souplesse, harmonie entre besoins conscients des besoins inconscients.

    Dans ce cadre la volonté devient : décider et faire.
    Les philosophes, comme les psychologues, ne font qu'éclaircir, à leur façon, ces facteurs qui influencent la volonté, et sa traduction réelle : l'action

     

     

     

     

    noir blanc

    Volonté : ses expressions

    La volonté est un concept philosophique important, peu utilisé en psychologie en raison de son caractère imprécis, et en raison de la difficulté d'utiliser ce concept dans la pratique.

    En réalité, la volonté est synonyme de nombreux comportements importants en psychologie. Le soignant pourra travailler sur ces comportements pour répondre aux besoins de ses patients.

     

    Volonté ou pas


    On agit volontairement quand on agit pour des raisons conscientes bien définies, bien précises. Nous savons dans ce cas pourquoi nous avons fait ce choix, mais pourquoi nous avons pris cette décision. Dans de nombreux cas, nous prenons des choix par automatisme inconscient, et non pas par choix. C'est l'exemple des choix et des décisions prises par instinct, ou par le besoin d'avoir raison, ou par le désir de dominer.

    Agir involontairement, c'est généralement être gouverné par des besoins inconscients.
    Combien de personnes aiment dire : je veux, mais leur action reste involontaire, même en croyant le contraire. Les besoins conscients et inconscients, avoués ou non, sont à l'origine de cette situation.

    La volonté augmente quand les raisons conscientes augmentent. La connaissance profonde de soi est indispensable à l'exercice de la liberté, et de la volonté. Nous pouvons trouver de nombreux exemples dans le monde des relations, et dans le monde des couples. Certaines personnes se plaignent de rechercher toujours le même type de partenaire, de se trouver dans des situations inconfortables qui se répètent. Pourtant, ces personnes sont libres, elles agissent avec une volonté apparente. Progressivement, avec le temps, la maturité et l'âge, ces personnes identifient mieux leurs motivations, arrivent à déceler les besoins conscients et inconscients, pour mieux faire leur choix.

    La volonté diminue quand les motifs inconscients augmentent. Beaucoup de personnes peuvent donner les marques extérieures d'une forte volonté. La vraie volonté se traduit dans les actes, et dans les conséquences de ses actes, et non pas dans le discours.
    Nous savons que l'alcool augmente le risque d'accidents de circulation. Un homme volontaire va éviter de boire avant de prendre le volant. Un autre homme, pour de multiples raisons, risque de boire avant de prendre le volant. Les deux comportements sont libres, et d'apparence volontaire. Nos raisons conscientes sont parfois mélangées à des forces intérieures : instinct, impulsion, émotion, besoin. La volonté ne dépend pas toujours de raisons conscientes, elle est soumise à la connaissance de soi, à la connaissance de ses propres besoins et ses propres motivations.

     

    La volonté comme résolution et ténacité

    Quand on parle volonté, on parle parfois de ces hommes résolus à aboutir, capables d'employer tous les moyens disponibles pour y arriver, acceptant tous les sacrifices, admettant les difficultés, cherchant toujours une solution. La ténacité est une puissance équilibrée, une réponse maîtrisée à une difficulté ou à un défi. Le sportif peut montrer une ténacité en acceptant le stress et l'effort de l'entraînement pour améliorer son niveau. Nous devons distinguer la ténacité en sa qualité de réponse équilibrée et dosée en face d'une difficulté, de l'obstination (comportement d'apparence, dissimulant impuissance et faiblesse).

     

    La volonté comme maîtrise de soi


    Dans le langage populaire, on utilise le terme « volonté » comme synonyme de « maîtrise de soi ». C'est une aptitude à dominer ses sentiments et ses instincts, pour garder le contrôle sur ses réactions, pour mettre cette maîtrise de soi au service d'un but précis.

     

    La volonté comme décision


    Nous utilisons le terme volonté pour désigner un comportement où des personnes sont capables de prendre des décisions, rapides, parfois graves. En réalité, nous nous désignons ainsi un système de décision et de délibération. Chez certaines personnes, la délibération est rapide avec peu d'hésitation, sans rumination mentale. Ces personnes évaluent rapidement le risque, admettent et maîtrisent les conséquences de leurs décisions. Ainsi, la prise de décision est rapide. Il est important de distinguer la rapidité maîtrisée de la décision, de l'impulsivité qui entraîne la prise de décisions rapides, mais mal maîtrisées. L'impulsivité traduit parfois l'anxiété, le stress, prendre une décision pour ne pas subir les ruminations mentales.

     

    La volonté comme esprit d'initiative


    Nous utilisons le terme volonté pour décrire une aptitude à entreprendre une tâche nouvelle, à accepter le risque. L'esprit d'initiative est un voyage sans carte précise, mais qui se dirige vers un but bien précis, sans détailler la totalité du parcours . L'esprit d'initiative exige la capacité à tolérer le stress engendré par la nouveauté, d'avoir l'endurance nécessaire pour atteindre le but. Pour avoir l'esprit d'initiative, il est préférable d'avoir une bonne estime de soi, une bonne santé mentale, et une résolution satisfaisante.

     

     determination

     

    Détermination et volonté

    La volonté nécessite la capacité de formuler des idées, de les étudier, de les transformer en projet, de le réaliser. La détermination et peut-être la qualité la plus importante dans la réalisation des projets.

    La volonté nécessite la capacité de formuler des idées, de les étudier, de les transformer en projet, de le réaliser. La détermination et peut-être la qualité la plus importante dans la réalisation des projets.
    La détermination est un processus mental, conscient, raisonnable, qui entraîne un comportement conditionné au service d'une idée transformée en projet.

     

     

    Etre déterminé, être volontaire  
    La détermination conditionne la réussite de votre entreprise, afin que l'idée ne se transforme pas en simple discours.
    La détermination est considérée par certains comme synonyme de la volonté. La détermination exige une confiance en soi, une capacité de décider, un positivisme capable d'engendrer un optimisme indispensable pour la réussite.
    La détermination est indispensable dans les deux dernières étapes de chaque projet : la décision, et l'exécution. La confiance en soi, et l'esprit positif conditionne la réussite de ces deux étapes pour éviter l'hésitation, et l'interminable délibération avant de prendre la décision, et pour avoir la capacité psychologique pour réaliser le projet.


    Si vous avez des difficultés à décider, changez vos stratégies de décision. Posez-vous certaines questions :
    Quels sont les avantages de prendre telle décision, quelles sont les récompenses possibles en cas de réussite ? Quel plaisir ce projet peut me procurer ?  Quelle souffrance ce projet peut engendrer ? Est-ce que je suis capable de mener le projet à terme, ou je suis capable de renoncer ?

    Dans ces questions, vous avez noté la présence de plusieurs composantes indispensables à toute décision une composante matérialiste : les récompenses en cas de réussite, les inconvénients en cas d'échec, une composante émotionnelle et psychologique sur le plaisir attendu, et la souffrance ou les difficultés éventuelles, et une composante personnelle sur la capacité de chacun à mener ses projets jusqu'à leur réussite.

    Après avoir décidé, souvenez-vous qu'aussi longtemps vous maintenez dans votre esprit les avantages éventuels de votre réussite, le plaisir attendu, votre détermination ne peut être que plus solide et plus forte.
    Rester positif pendant les décisions et les réalisations de vos projets. Éviter les personnes qui encouragent la passivité, ou le pessimisme. Vous n'avez pas besoin d'entendre des phrases sur l'échec de tout projet, ou le commentaire des gens pessimistes, fondé sur un état d'esprit, et non pas sur une réalité.


    Éviter les personnes conformistes, qui ne cherchent qu'à continuer l'ordre établi dans leur vie personnelle et professionnelle. Un projet est par définition une modification plus ou moins importante d'une situation donnée. Acheter une maison, fonder une entreprise sont des changements réels dans votre vie. N'attendez pas les gens conforme à l'encouragement quand il s'agit d'une modification.

     

    Dans votre entourage, certaines personnes peuvent exprimer un doute sur votre réussite. Parfois, ces personnes vous préfèrent comme vous êtes, et redoutent tout changement. Si ces personnes vous intéressent, vous pouvez leur expliquer vos motivations, la rassurer sur la portée de ces changements. Changer de travail ou de pays ne signifie pas un coup d'état dans votre existence, ni une rupture définitive avec vos racines, ou avec vos parents.

    De temps en temps, citez les avantages que vous cherchez en réalisant votre projet, citez deux ou trois au début, puis progressivement, cherchez les autres avantages. Cela consolide votre détermination, et améliore votre optimisme. Dans ces avantages, ne restez pas seuls, imaginer les autres dans votre projet est dans les avantages espérés. Changer de région pour fonder une entreprise ailleurs, peut procurer à votre famille et à votre entourage certains avantages. Vous pouvez transformer votre entourage en allié précieux en impliquant dans votre projet dès le début.


    Si vous avez des doutes ou des difficultés, citez les raisons pour lesquelles cette entreprise vous semble impossible à réussir puis analyser ces difficultés, l'une après l'autre, en cherchant à les surmonter. Pour augmenter votre détermination, diviser les difficultés, séparez les pour tenter de les surmonter.

     


    Insistez sur les récompenses de votre réussite, et non pas sur les difficultés, ou la souffrance qui accompagne le projet. L'optimisme n'est pas un point de vue plus idiot que le pessimisme.

     

    Pendant la réalisation de votre projet, contentez-vous des petites réussites, célébrez la petite réussite comme faisant partie de la réussite globale de votre entreprise. Cultivez ces petites réussites comme un fondement de votre confiance, cela vous permet de consolider à nouveau votre détermination.
    Pourquoi ne pas imiter les exemples positifs, ces personnes qui ont réussi leur projet en dépit de leurs difficultés, de leur maladie, de leurs conditions humaine ou sociale. Les histoires de réussite peuvent renforcer votre optimisme.


    Pendant les étapes de décision et d'exécution, distinguez nettement la détermination de l'entêtement. La détermination est un processus mental, qui entraîne un comportement positif pour réussir un projet, l'entêtement est une réaction qui traduit une sorte de raideur. L'entêtement n'est pas signé de volonté ou de confiance, les enfants peuvent être entêtés, les adultes devraient être déterminés.

     

     

    Lire la suite
    0
      822 lectures
      0 commentaires
    822 lectures
    0 commentaires

    Causes des troubles alimentaires

    repas-comportement-alimenrtair_20210704-150712_1

    repas-comportement-alimenrtaire

     

     

    L'analyse de l'hystérie par Freud demeure un excellent exemple des liens entre la culture et les réactions psychopathologiques. On peut dire que les interventions de Freud ont permis d'analyser et de comprendre ce trouble qui affectait déjà les femmes à cette époque.

    Dans les années 80, le public américian découvre les troubles du comportement alimentaire : la chanteuse Karen Carpenter décède après une utilisation excessive de laxatifs (pour se débarrasser de la nourriture).

     

    Et dans les années 90, le grand public découvre que Diana Spencer (Lady Di) souffrait d'une boulimie accompagnée d'une profonde dépression avec des épisodes de purges et de vomissements. Il est possible que cette maladie ait existé depuis des siècles, mais sous des dehors non médicaux : spirituels ou sacrés ; actuellement , la mort spectaculaire d'une jeune adolescente se privant de nourriture ne se passe plus dans les couvents comme par le passé mais dans les cours d'écoles, et dans les hôpitaux.

     


     A. Facteurs psychologiques :

    A. La personnalité : difficultés alimentaires durant la petite enfance. Quasi-constance d'une enfance sans histoire. Souci principal : correspondre à l'attente de la mère.
    B. Facteurs familiaux : Absence d'autonomie des individus. Enchevêtrement des liens. Empiètement des générations. « Parentification » des enfants. Dérive incessante des relations triangulaires vers des relations duelles. Crainte des conflits.





      B. Rôle de l'adolescence

    Le traumatisme essentiel demeure la puberté et le processus de l'adolescence lui-même. Rôle des changements physiologiques de la puberté. Pression psychosociale. Possibilité de réalisation sexuelle concrète. Conflits d'identification. Sexualisation des liens et des activités. Cet effet traumatique potentiel de la puberté peut se moduler très différemment selon les évènements et l'action de l'entourage.





    C. Facteurs culturels :

    Impact du modèle de la femme mince sur un narcissisme fragile ?
    Idéal de civilisation qui prône l'affirmation de soi à travers un corps modelé, maîtrisé et contrôlé pour en faire un instrument de puissance et de conquête, d'avantages plus que de plaisir. Rôle du repas comme rite familial : seul moment où la famille est réunie. Les tensions familiales et les conflits de hiérarchie et de territoire s'y jouent préférentiellement.

    Inscription de l'anorexie dans l'ensemble des conduites masochistes : augmentation de cette conduite dans une civilisation où les interdits sont limités.



     

    Rôle de la dénutrition

    Il ne s'agit pas d'un facteur étiologique mais son impact est important sur le plan somatique et physiologique : une bonne partie des troubles hypothalamiques et endocriniens peut lui être attribuée.

    Sur le plan psychologique : la famine entraîne le développement de conduites alimentaires bizarres avec transformation du goût. Propension des sujets à être absorber par leur apparence, à centrer leurs intérêts sur l'image d'eux-mêmes et sur la nourriture. Modification de la perception du temps. Aggrave  les phénomènes de dépersonnalisation, les sensations de perdre le contrôle de soi. Rétrécissement du champ des intérêts avec centrage exclusif sur quelques préoccupations obsédantes. La vie imaginaire et les rêves s'appauvrissent et disparaissent.

     

     Psychopathologie : troubles psychologiques 

     

    -  Psychopathologie individuelle


    Le conflit pulsionnel : Evitement de la sexualité génitale, érotisation des conduites alimentaires. Un double mouvement affecte la sexualité : déplacement sur l'oralité conflictualisée faisant l'objet de dégoût, d'inhibition et de refoulement. Réactivation d'un érotisme qui appartient au stade antérieur de la libido anale et orale (rites alimentaires, pensées obsédantes, conduites de vérification, surinvestissement de la maîtrise, relations d'emprise et manipulations sur les objets).

    -  Pathologie de la personnalité

    Existence d'un profond sentiment de désespoir et d'abandon. Le conflit essentiel se situe au niveau du corps et non au niveau des fonctions alimentaires sexuellement investies. L'Anorexie exprime une incapacité à assumer le rôle génital et les transformations corporelles propres à la puberté.

    - Troubles de l'image du corps

    Ces troubles sont liés à un défaut de reconnaissance des sensations et des besoins du corps. Ce défaut est secondaire à des troubles des premiers apprentissages au cours desquels la mère impose ses propres sensations, ses propres besoins à l'enfant au lieu de l'aider à percevoir et à reconnaître les siens propres. L'identité de l'enfant est fragilisée et il reste profondément dépendant de son entourage.
    La lutte pour l'autonomie et la reconquête d'un moi déficient, exercée par le contrôle du corps est le trait essentiel de l'Anorexie. Sensation de faim : sensation d'exister qui constitue une réassurance narcissique et rétablit un sentiment de continuité de soi en permanence menacée. La problématique de l'identité est au cœur de l'Anorexie mentale.

     

     Importance du conflit dépendance-autonomie

    L'anorexique se détruit pour s'assurer de son « existence » (ce n'est pas une conduite suicidaire). Se développe chez l'anorexique une sensation mégalomaniaque liée à la maîtrise de ses besoins, aux sentiments d'autosuffisance et à la satisfaction d'auto engendrer une image idéale de soi. Au travers de la maîtrise du besoin c'est le corps qui est visé : corps machine, corps fétiche, écran qui protège l'anorexique des affects envahissants et incontrôlables qu'il est susceptible de provoquer.
    Le regard occupe une place importante chez l'anorexique, et se nourrit de l'effet provoqué chez les autres par son corps exhibé. Parfois, au contraire, se dérobe au regard d'autrui.

     

     Psychopathologie familiale

    a. Les mères : Elles sont décrites d'une façon qui peut apparaître contradictoire : Personnage fort, rigide, dominant et même tyrannique, peu chaleureux évitant l'expression de sentiments positifs et les manifestations réactionnelles. Fréquence des manifestations dépressives. La future anorexique occupe dans les fantasmes de sa mère une place particulière: nature narcissique de l'investissement maternel avec valorisation des performances reconnues socialement au détriment des formes d'expression plus personnelles (d'ordre pulsionnel et affectif).

    b. Le père : Généralement décrit comme ayant un caractère effacé, soumis à la domination de sa femme, incapable de faire preuve d'autorité. Parfois au contraire, trop proche de sa fille.

    c. La famille : Elle cherche à apparaître comme parfaite dans une caricature de normalité alors qu'elle montre des signes de retrait et d'isolement. Le repas est le temps organisateur de la vie familiale. Il s'y joue l'essentiel des échanges avec la recherche active de complicité et d'alliance de chacun des parents avec un des enfants. Ces familles sont aussi caractérisées par l'enchevêtrement entre les membres d'une même famille, la surprotection, la rigidité et l'intolérance aux conflits.

     

     

     Ce qu'elles pensent d'elles mêmes

    Je suis obèse, horrible, c'est ma faute, je ne suis pas comme les autres. Les patients  anorexiques et boulimiques ont une perception déformée d'eux-mêmes, et ne sont pas indulgents envers eux-mêmes. Un bon exemple de perception déformée est la façon de juger, avec balancement d'un extrême à un autre. «Quand je mange je suis une personne affreuse horrible et je mérite de mourir ! » Une conversation, une personne quitte la table pour aller à la salle de bain, la patiente peut penser «il part parce que ma conversation est stupide, tout le monde me hait, ils sont là par pitié. » Les compliments sont vus comme gestes polis sans plus. Les patients peuvent sentir responsable de refaire le monde, et quand ils ne peuvent pas, ils se punissent, se haïssent. Il y a un besoin fort de contrôler leurs vies et la vie de gens autour eux. Tout semble négatif d'une manière ou d'une autre. La distorsion majeure de la perception s'exprime en des mots tels : « la vie sera meilleure et je serai heureux quand je perdrai du poids.»

     

     

    La pensée : L'obsession de la nourriture, l'image dégradée de soi ; les gens souffrant de l'anorexie et de la Boulimie obtiennent souvent un sentiment de pouvoir en se privant. Il n'est pas rare de voir une Anorexique «fière» après des périodes de jeûne.

     

     

    Culpabilité: Parce qu'ils déçoivent les autres, et ils sont moins brillants que les autres, ils sentent une culpabilité.

     

     

    Pouvoir : Un besoin de contrôler les aspects émotionnels et physiques. Ils ont une fragilité devant les émotions, et jugent plus facile de penser à la nourriture que de gérer leurs émotions.

     

     

    Deception. Mentir après manger, mentir pour ne pas manger, mentir pour vomir en cachette ou pour se faire des lavements ou prendre des laxatifs. La déception accompagne les mensonges et aide le patient à entretenir une sensation de contrôle.

     

    Dépression. L'humeur balance, manque de motivation, désespoir, anxiété ou panique, claustrophobie, isolement, solitude, et suicide.

     

     

    Le corps : Céphalées, tension artérielle basse, frilosité. La tension artérielle est basse par manque de potassium (surtout après laxatifs ou lavements). Picotement des mains, pieds, visage. vertige. Problèmes Dentaires : détérioration, décalcification, corrosion par l'acidité du vomissement, Ostéoporose, Aménorrhée, Problèmes cardiaques, Problèmes de sommeil, et Epuisement.

     

     

    L'estime de soi : La perception de l'image de soi est médiocre avec sentiment de culpabilité : «je ne fais jamais rien de correct. Mes pensées sont stupides ». Il est fréquent chez les anorexiques et les boulimiques d'être perfectionnistes. Quand ils ne peuvent pas réaliser la perfection désirée, ils se détestent. Dans leur besoin d'affection ils remplissent le vide avec la nourriture.

     

    Le trait commun des troubles du comportement alimentaire est le manque d'amour propre et d'estime de soi. Les patients pensent qu'ils ne méritent ni d'être heureux, ni les bonnes choses. Certaines patientes peuvent vivre une histoire d'amour mais à chaque difficulté émotionnelle, ces patientes ne peuvent pas voir les points positifs « la beauté que les autres aperçoivent en elle » et recommencent à nourrir de la haine vis à vis elles mêmes.

     

    Lire la suite
    0
      276 lectures
      0 commentaires
    276 lectures
    0 commentaires

    Stress : définition, causes, solutions

    honte-toxique

      

    honte toxique

     

     

    Le stress est un mot d'origine anglaise largement utilisé dans la langue française. Ce mot désigne un ensemble de perturbations physiques, biologiques, et psychiques provoquées par n'importe quelle agression sur l'organisme.

    La langue française utilise un terme voisin : détresse qui désigne difficulté alarmante ou situation critique.

    La traduction française exacte du mot stress est proche du terme : effort. Cependant, l'utilisation populaire en français de ce terme est synonyme de tension nerveuse.


    Ainsi, le mot stress est devenu à l'origine de verbes, comme stresser et déstresser.

    homme femme critique


    abs11.5-orange Le terme stress est utilisé, hors du contexte psychologique, dans son sens premier, c'est-à-dire dans le sens de l'effort. En médecine, un terme comme test de stress cardiaque désigne un test d'effort durant lequel on mesure la réponse du coeur à l'effort demandé. Dans ce cas, la personne subite un test d'effort comme par exemple courir sur un tapis roulant pendant que l'équipe médicale examine les réactions du muscle cardiaque.

     



    abs11.5-orange Le stress en général est un fait naturel, chaque personne répond aux pressions exercées sur elle par son environnement par un effort biologique et psychique, cette réponse est le stress.

    Par conséquent, toutes les créatures vivantes sont dans un échange permanent avec leur environnement, un échange comportemental, physique et psychique. Les êtres vivants sont obligés de se défendre contre les agressions, de se protéger contre les perturbations de leur environnement pour assurer leur survie.

    En raison de la surabondance de stress dans la vie quotidienne, nous avons tendance en Occident à considérer le stress comme une expérience négative et néfaste, cependant, le stress du point de vue biologique est une expérience neutre, négative ou positive.


    abs11.5-orange Le stress est lié aux facteurs externes et internes, les facteurs externes incluent l'environnement physique comme le travail, les rapports avec les autres, les défis, compétition, les difficultés de la vie quotidienne. Les facteurs internes du stress sont liés à la capacité de notre corps à répondre à ces défis, et à s'adapter pour mieux assurer sa survie et son bien-être. Ces facteurs internes du stress influencent notre forme physique, notre sommeil et notre qualité de vie.



    Sur le plan général, le stress joue un rôle dans la sélection naturelle, la capacité des créatures vivantes à s'adapter à répondre aux difficultés de leur environnement, à conditionner leur survie. L'approche évolutionniste suggère que ces modifications adaptatives ont joué un rôle dans le développement cérébral des êtres vivants.

    Les facteurs internes du stress sont liés à la capacité de notre corps à répondre à ces défis, et à s'adapter pour mieux assurer sa survie et son bien-être. Ces facteurs internes du stress influencent notre forme physique, notre sommeil et notre qualité de vie.

     

    Stress : étapes et progression

    Le stress n'est pas toujours une réaction négative. Il existe un stress positif pour aider à relever le défi, à passer les épreuves, et à affronter l'adversité.
    On peut schématiser l'apparition du stress selon le schéma suivant :

     

    La réaction cognitive

    Le terme cognition désigne l'ensemble des jugements, des événements mentaux, de la réflexion, de la mémoire, et du langage. La réaction cognitive est généralement présente au début du stress. Après notre perception de l'événement, nous comprenons le danger, nous évaluons le défi et ses conséquences. Le cerveau, par ses réactions cognitives, formule notre perception de l'enjeu, et du danger. Le corps réagit à ce stimulus en libérant des hormones capables d'améliorer nos performances. La réaction cognitive conditionne notre stress. Notre jugement peut être positif sous forme de défi, ou négatif sous forme de peur et de crainte.
    Avant de passer un examen par exemple, notre cerveau prépare ce moment avec ses moyens cognitifs : mémorisation, préparation, délibération, recherche des meilleures solutions. Le stress serait la traduction physiologique de cette préparation. Le jour de l'examen, nous sommes tendus, attentifs, en état d'alerte cérébral et physiologique.
    La réaction cognitive peut être longue, mais dans certains cas nous devons faire face à une stimulation inattendue. En face d'un événement imprévisible, le cerveau utilise ces moyens cognitifs, le plus rapidement possible, pour élaborer la réaction, et préparer l'organisme aux défis. C'est le cas d'un accident de voiture, d'un événement dramatique, nous devons agir vite.

     

    La réaction physiologique

    Ce terme désigne les réactions du corps humain quand il subit le stress. La stimulation extérieure entraîne des modifications du fonctionnement de l'organisme, où les fonctions sont mobilisées pour répondre aux défis et au danger. C'est une étape de résistance, et d'affrontement. De nombreuses substances participent à la réaction physiologique, des hormones comme l'adrénaline, et la cortisone. La dopamine est un neurotransmetteur impliqué dans la réaction corporelle face au stress. Ces substances maintiennent l'organisme dans un état de veille et d'alarme. Les endorphines sont impliquées pour alléger la souffrance, et améliorer la réaction de l'organisme.
    Ces réactions physiologiques sont normales. Le problème peut apparaître après la disparition de l'événement stressant. Ces substances continuent à maintenir l'organisme dans un état d'alerte, produisant fatigue, augmentation de la tension musculaire, insomnie, hypertension artérielle, excitation et agitation. Ce sont les symptômes les plus fréquents du stress.

     

    La réaction comportementale

    Sous l'influence de ces hormones, le comportement devient tendu, parfois agressif. Si le phénomène s'installe et devient chronique, le comportement change aussi. La tension mentale et musculaire devient permanente, le comportement devient coléreux, témoin d'irritation et de surmenage. Pour combattre le stress, il est important de combattre les événements stressants, d'alléger les stimulations qui peuvent produire l'épisode stressant, de se relaxer, pour aider l'organisme à se détendre, et de se débarrasser des effets des substances hormonales, et les neurotransmetteurs secrétés pendant le stress.

     

    Le stress : ses causes

    En face d'un défi, une réaction en chaîne se déclenche pour chercher l'énergie nécessaire et la force, qui nous prépare à lutter en face de ce défi, ou à fuir pour assurer notre survie. Notre mode de vie se distingue par la multiplication des contraintes et des demandes, notre organisme est obligé de répondre à ces défis avec un coût plus ou moins élevé.

    Le monde moderne engendre ses propres défis, et son propre stress. À la différence des siècles passés, les défis que nous devons affronter exigent plus d'effort mental et moins d'effort physique. Cela entraîne parfois des réponses inadéquates de notre organisme.
    Lorsque nous sommes confrontés à des situations durables qui stimulent l'organisme, l'énergie dans notre organisme s'accumule, une sorte de tension physique et mentale s'installe comme une préparation préventive à ces défis, et à leur apparition. Cette tension physique s'accumule, peut parfois conduire à l'épuisement, et à la présence de certaines maladies. Il est donc utile pour éviter cette accumulation, de savoir se reposer, de relâcher cette tension, et de maîtriser son organisme.
    Le stress est une réaction d'adaptation, une réaction physique et mentale qui s'accompagne de vrais changements dans le fonctionnement de notre organisme.
    Une stimulation contrôlable positive ne peut nuire à l'organisme, ni à la qualité de vie, mais au moment où la stimulation se transforme en stress, cela signifie une stimulation non contrôlée. Notre personnalité et notre comportement, ainsi que notre mode de vie ont une influence primordiale sur nos réponses vis-à-vis du stress.
    Le stress trouve ses causes dans l'agressivité, l'impatience, la colère, l'anxiété et l'angoisse. D'autre part, un mauvais régime alimentaire peut augmenter le stress ou fragiliser notre organisme pour contrôler les réactions engendrées par le stress. De même que le fait de fumer, de boire ou de se droguer augmente la tension physique.
    Le stress peut apparaître n'importe où, peut être le résultat d'une adaptation exigée dans la vie personnelle ou professionnelle, peut être le résultat d'un conflit émotionnel, d'un régime alimentaire mal adapté, d'une maladie, ou d'une anxiété.
    Nous ne sommes pas égaux devant le stress, certaines personnes s'adaptent parfaitement dans ces situations, d'autres avouent être terrifié par cette tension prolongée et par le stress. Le stress devient nuisible à la santé mentale et physique quand nous ne parvenons plus à contrôler les réponses qui se déclenchent dans notre organisme et dans notre cerveau.

     

    Les signes physiques du stress

    Le corps transmet le stress par différents canaux. Les réflexes nerveux inconscients et conscients déclenchent des signaux physiques. Certains signaux sont familiers, comme fatigue, lassitude, d'autres signaux sont plus graves prenant la forme de maladies liées au stress, qui se diffèrent sur l'organe ou le système affecté.

     

    Les réflexes nerveux :

    Le stress peut se manifester par de tics nerveux comme se ronger les ongles, serrer les poings, serrer les mâchoires, tapoter avec les doigts, grincements de dents, hausser les épaules, se gratter, frapper le sol du pied, s'arracher les cheveux, se mordre les lèvres et autres.

     

    Les maladies liées au stress

    Ces maladies sont nombreuses, provoquées ou encouragées par le stress. Les maladies liées au stress les plus fréquentes sont : l'asthme, mal de dos, troubles de digestion, douleurs gastriques, maux de tête, céphalées de tension, migraine, douleurs musculaires, problèmes sexuels comme l'éjaculation précoce, ou la perte de libido, problèmes cutanés comme l'eczéma, ou aggravation de certaines maladies cutanées comme le psoriasis.

     

     

    stress au travail

    Stress : réponse à un défi

    Avant de passer un examen, on se motive, on se prépare. Cela veut dire que nous demandons à notre organisme de préparer la réponse à ce défi. Cette réponse aura une partie physique et physiologique, et une partie mentale et psychologique. Le stress en réalité est synonyme de réponse au stress, à l'effort.

     

    Le stress : réponse et adaptation

    La réponse engendrée par le stress consiste en une chaîne complexe de modifications physiologiques et biochimiques pouvant affecter une grande partie de l'organisme et de ces organes, dont le but est de mettre le corps en alerte. Que nous soyons à la veille d'un examen, de compétitions sportives, le stress est une ordonnance mentale qui invite l'organisme à se défendre, et à relever le défi.
    Le stress commence dans le cerveau comme un état de menace, de défi, la stimulation commence dans un groupe de cellules situées à la base du cerveau dans une zone précise l'hypothalamus.


    Le cerveau ordonne la libération de substances chimiques et de neurotransmetteurs comme l'adrénaline qui augmente la tension artérielle, le rythme cardiaque, la fréquence respiratoire, et l'apport de l'oxygène vers les muscles pour assurer à l'organisme des moyens adéquats à sa survie. L'augmentation de la fréquence respiratoire et l'accélération du rythme cardiaque améliorent l'oxygénation du cerveau cherchant une meilleure clarté d'esprit, et de meilleures dispositions du système nerveux.


    Le système digestif se crispe, pouvant parfois être victime d'ulcères, la peau transpire, les muscles se contractent pour se préparer à l'action. Le rythme cardiaque chez un homme en bonne santé hors activité physique, peut varier de 60 à 75 pulsations à la minute. En cas de stress, le système nerveux réagira, en élevant ce rythme cardiaque à 190 ou à 200 pulsations à la minute pour assurer l'oxygénation de l'organisme et l'énergie nécessaire. On nomme cela la réaction du système nerveux sympathique responsable de la libération de l'adrénaline. À la fin du stress et donc à la fin du défi, un autre système nerveux prend la commande de l'organisme. C'est le système nerveux parasympathique qui va diminuer progressivement l'action de l'adrénaline, permettant à l'organisme se relâcher, en ralentissant le rythme cardiaque pour le remettre à son niveau de repos, de même pour la fréquence respiratoire et pour la rigidité musculaire.

     

     

    Le schéma du stress

    Le système nerveux autonome (sympathique) réagit aux défis de la même façon, c'est-à-dire d'une façon non graduée. La réponse à un défi ou à une menace est une chaîne de réactions. Cette réponse est utile à condition de savoir utiliser ces avantages, par ex pour échapper à un danger imminent comme le feu où il faut réagir et se protéger. Quand la réaction engendrée par le stress devient chronique, l'organisme continue à être inutilement en alerte, avec les méfaits sur la santé d'une tension artérielle augmentée, d'un rythme cardiaque accéléré et de muscles contractés. Parfois, notre système nerveux ordonne à notre corps d'être en état d'alerte d'une façon inconsciente, c'est le cas du stress engendré par les émotions incontrôlables comme l'impatience, angoisse, ou l'anxiété. Dans ces cas, l'hypothalamus continue à préparer l'organisme à l'action par anticipation, entraînant ainsi une accumulation de substances chimiques liées au stress, accompagnées d'une tension artérielle élevée, et d'une tension musculaire.


    La réponse engendrée par le stress devrait donc s'estomper et disparaître avec la disparition du défi. Il est donc indispensable d'utiliser l'énergie libérée dans notre organisme pour se débarrasser de cette tension. Le meilleur exemple est l'activité physique ou les techniques de relaxation qui permettent à l'organisme de se reposer, d'apaiser le rythme cardiaque et la tension musculaire. Quand l'organisme n'arrive pas à se débarrasser de ces traces de stress, il est utile de faire du sport, ou d'écouter de la musique, ou de pratiquer une activité relaxante.

     

     

    Stress et événements de vie


    On peut dire d'une façon générale que la vie est un événement stressant. Être agressé ou pas dans une situation donnée varie selon nos réactions et de notre capacité à faire face à cette agression. Il est vrai que nous sommes généralement incapables d'empêcher la survenue de certaines agressions qui font partie par ailleurs des événements de la vie elle-même.

     

     

    Stress et la vie quotidienne

    Les crises inévitables de l'existence sont toujours là : divorce, séparation, deuil, problèmes financiers et conflits. Notre mode de vie a multiplié les événements stressants : le temps qui manque, les déplacements, la compétition professionnelle, etc. Dans la vie quotidienne, certains changements provoquent particulièrement des situations stressantes. Ces situations englobent angoisse, peur, ennui ou chagrin, mais le facteur déterminant demeure la satisfaction personnelle. Nous sommes plus menacés par le stress en cas d'insatisfaction personnelle, par exemple quand on a l'impression d'être piégé dans une vie sans sens, ou quand on perd la capacité d'adapter notre mode de vie.

     


    Les causes les plus fréquentes de stress

     


    Le changement
    Le changement est un facteur stressant, exigeant une adaptation rapide, provoquant une peur de l'inconnu, pouvant engendrer un excès de stress surtout quand le changement exige une prise de risque. Une bonne santé physique et mentale aide à affronter le stress lié au changement.
    Le stress lié au changement est plus présent chez les personnes rigides ayant des habitudes de vie strictes, ayant des difficultés d'adaptation. Ce stress est présent dès l'enfance, au premier changement d'école, et dans la vie adulte.

     

    Les performances
    Le stress devient positif, une réaction saine, pour affronter les défis correspondants à la performance comme le stress qui précède les examens, ou les compétitions. Ce stress est positif à condition de rester confiant, de savoir canaliser la tension pour assurer une meilleure réponse à ces défis.

     

    Angoisse et peur
    Les émotions anticipatrices et négatives peuvent prolonger et augmenter le stress. Ces émotions nous préparent à affronter des situations rares et menaçantes. Le stress dans certains cas peut augmenter nos peurs, et affecter la qualité de vie. La réponse nécessite l'autocontrôle, la relaxation, et la recherche d'une réaction raisonnée.

     

    L'ennui
    Le manque de stimulation, l'absence d'intérêt, l'isolement, le chômage, la retraite, la solitude peuvent engendrer l'ennui et le stress. Ce manque de stimulation peut affecter l'estime de soi, favoriser la dépression, engendrer stress et anxiété. Il est important de lutter activement contre l'isolement, et rechercher l'intérêt au quotidien.

     

    Le chagrin
    Le décès du conjoint par exemple est le premier facteur de stress selon les études. Le deuil, la perte d'un partenaire suite à un décès, ou suite à un divorce peuvent avoir un effet psychologique profond et durable. Le chagrin engendre un stress qui provoque des angoisses que la personne tente de réprimer. Ces situations favorisent également la dépression. En cas de deuil, il est important de chercher de nouvelles stimulations et de nouveaux projets.

     

     confiance

    Stress : des solutions

    Personne ne peut avoir la maîtrise totale de son temps, surtout dans une société qui exige de chacun, adaptation et organisation.

     

     

    Le stress : gestion du temps


    La manière dont vous divisez les heures de votre journée dépend essentiellement de la nature du travail, et de la structure de votre vie personnelle. L'équilibre consiste à passer environ huit heures de travail, huit heures de sommeil et de repos, et le reste du temps pour la distraction et la relaxation. En cas de pression, ou de stress, on perd le sens des priorités, certaines tâches prennent des proportions excessives. Se reposer, bien dormir et se relaxer sont des fonctions vitales, et non pas un luxe. Sans les heures de repos et de distraction, sans la relaxation, vous serez envahis par le stress, suivi par la fatigue, la démotivation, ou la dépression.


    — Ne sous-estimez pas l'importance des passe-temps pour changer les idées, des pauses entre les tâches. L'organisation de votre temps influence votre santé, votre qualité de vie, votre optimisme, et votre vie personnelle.

    — Il est important de trouver l'équilibre entre le temps de travail et le temps personnel. Commencer par réduire le temps consacré à une seule activité, pour éviter lassitude, et stress. Si vous avez un emploi de temps chargé, chercher une meilleure organisation, pour vous reposer, pour vous relaxer, pour faire de l'activité physique. Profiter du temps disponible à la maison pour faire des activités antistress comme la lecture, la peinture, écouter la musique, faire la cuisine, ou la méditation.

    — Essayez d'avoir une programmation globale de votre temps. Insérer vos loisirs dans votre programme, insérer le temps de repos dans votre programme de travail.

    — Si vous êtes débordé, prenez le temps pour changer l'organisation. Ne perdez pas votre énergie à chercher le moyen de rattraper le retard de travail. Ne cherchez pas à vous adapter, chercher à adapter le travail à votre rythme et à vos besoins. Cela s'applique également à la vie personnelle.

    — Dans votre foyer, cherchez à équilibrer le temps consacré aux autres, et le temps consacré à vous-même. Il est important d'avoir un temps pour soi, pour lutter contre le stress, contre la fatigue.

     

    — Éloignez-vous de temps en temps, durant la journée ou la semaine, de votre conjoint, ou de vos enfants, pour consacrer ce temps à vous-même, cela permet de soulager le stress, d'éviter les conflits, de garder le sens de l'humour et l'optimisme.

     

    — Quand vous organisez votre temps personnel, n'oubliez pas l'importance du temps et la disponibilité dans la vie du couple, l'intimité est un besoin, est une nécessité dans le couple. Dégager le temps nécessaire pour animer votre vie de couple, votre vie sexuelle, et pour améliorer votre vie émotionnelle.

     

    — Cherchez toujours à créer l'équilibre entre les besoins professionnels, familiaux, et vos besoins personnels. Donner la priorité à ce qui est urgent, puis changer cette priorité.

     

    — Mieux vaut prévoir votre emploi de temps à l'avance, cherché à programmer votre emploi de temps à différents niveaux, vous pouvez changer au fur et à mesure. Programmer votre temps globalement, c'est-à-dire, programmer ce que vous allez faire dans un mois, dans six mois, et dans une semaine. Quand vous avez une tâche complexe, vous pouvez insérer cette tâche dans une programmation à long terme.

     

    — De nombreuses professions requièrent des emplois du temps rigides. Dans ce cas, votre organisation du temps devrait être stricte. Pour contrer cette rigidité du temps professionnel, chercher à équilibrer votre temps familial ou votre temps personnel.

     

    Changement : meilleure réponse au stress


    Bien que nous soyons conscients des possibilités disponibles, nos inhibitions nous empêchent d'agir librement pour améliorer notre qualité de vie. Par exemple, les femmes sont conditionnées dans notre société pour jouer le rôle de femme dévouée, oubliant parfois leurs propres besoins.

    La peur d'être rejeté ou jugé par la société ou par la communauté, l'incapacité d'exprimer ou d'identifier nos besoins finira par nous faire perdre notre estime de soi, et notre capacité à modifier notre comportement, et notre environnement.

     

    Le changement : étape après étape

    La première étape de tout changement consiste à mettre en question les idées et les jugements qui sont les références dans votre vie. Ce n'est pas une étape simple, il s'agit de chercher à modifier nos échelles de valeurs, pour sélectionner les plus importantes pour nous, pour nos besoins, et abandonner les valeurs imposées par les autres.
    La deuxième étape exige le courage et la détermination pour réaliser les divers changements nécessaires, pour payer le prix de ces changements, et affronter les difficultés qui peuvent accompagner tout changement.
    La troisième étape serait de développer les facultés d'affirmation de soi, de ses besoins, et de ses attentes. Ces facultés d'affirmation de soi peuvent vous aider à prendre le contrôle de vos émotions, et parfois de votre environnement.
    Stress : se calmer
    Le stress, une tension mentale et physiologique qui cherche à répondre à une urgence, à une agression, ou à formuler une adaptation avec une situation nouvelle. La force et le calme du mental accompagnés de la tranquillité permettent de se libérer du stress.

     

     

    Le stress : savoir se reposer


    En arrêtant la tension mentale, les idées stressantes, l'organisme se détend progressivement, et le stress disparaît. Se calmer, avoir la maîtrise sur vos pensées est la meilleure façon pour se relaxer.
    Face à une situation stressante, vous avez des choix à faire pour affronter cette situation. Si vous êtes calme, si vous aimez la maîtrise de votre mentale, vous allez prendre le recul nécessaire, pour être plus objectif, et pour rationaliser la situation.
    Si vous êtes en colère, si vous êtes frustré, si vous avez peur, il vous sera difficile de parvenir à une sérénité indispensable pour formuler une réponse adéquate. Par contre, si vous considérez le changement comme synonyme de vie, que les émotions négatives font partie de l'existence, vous êtes déjà en train de rationaliser, et vous aurez plus de facilité à surmonter votre stress.
    Le plus important est d'essayer de valider ses besoins, de les accepter, d'exprimer ouvertement vos sentiments chaque fois que cela vous est possible, éviter de les étouffer et de les intérioriser, les transformant en idée fixe, stressante. En exprimant vos sentiments, vous serez mieux armé pour les dissiper, et pour les affronter.
    Une fois ces sentiments exprimés, vous pouvez passer à l'étape suivante, le recul. Vous pourrez pratiquer le laisser tomber en face de vos pensées négatives et vos émotions chargées de colère. Laisser tomber finira par rendre ces émotions moins importantes et moins stressantes. Progressivement, vous pouvez comprendre le mécanisme de votre stress, et intercepter les pensées responsables de cet état pour les relativiser, pour les mettre à leur juste place.
    Il s'agit en réalité de briser les schémas de stress. Malheureusement, il n'existe pas de méthode globale. La réponse est individuelle, chacun sa recette selon son schéma de stress. Certains pratiquent la méditation, d'autres préfèrent une activité artistique comme jouer de la musique ou participer à une activité de chant. Dans d'autres cas, la relaxation et ses méthodes sont des réponses adoptées.
    Dans certains cas, les personnes choisissent des exercices de diversion. Une activité sportive ou physique peut débarrasser le cerveau de ses idées stressantes, et baisser le niveau de tension dans l'organisme en ajustant les taux des hormones de stress comme l'adrénaline ou la cortisone. Ces techniques de diversion peuvent être physiques, ou mentales, et parfois les deux. Il est possible de chercher la relaxation, dans l'obscurité, dans le silence, en réalisant une activité physique pour se détendre, en cherchant dans cet isolement de calmer le cerveau, et de chasser les idées stressantes de leur place prioritaire pour les mettre à leur juste place.

     

     

    Le changement comme réponse au stress


    Il est parfois difficile d'expliquer aux personnes stressées qu'il faut changer, d'autant que le changement est toujours une source de stress. Le changement peut engendrer effectivement une dose de stress, mais à la fin du processus, va diminuer le stress, et améliorer notre qualité de vie. Ces changements peuvent modifier l'image que nous avons de nous-mêmes, par exemple maigrir, changer de style vestimentaire, ou changer d'habitude. Dans certains cas, le changement est souhaitable pour des raisons logiques : cesser de fumer, réduire sa consommation d'alcool, faire un régime alimentaire ; ces changements sont souhaitables pour des raisons sanitaires hygiéniques. D'autres changements sont plus discutables, comme lutter contre vos phobies, faire du sport pour se détendre, essayer de dominer vos craintes, ou dépasser vos inhibitions.
    Pour savoir si le changement est souhaitable ou non, remettez en question les idées que vous vous faites de vous. Vous êtes stressé, fatigué, posez-vous quelques questions : votre travail vous convient, la peur de l'échec vous empêche de prendre des risques, votre environnement personnel vous convient, votre couple améliore votre qualité de vie, etc.
    Les réponses à ces questions peuvent vous aider à identifier les changements souhaitables. Par exemple, si vous savez quand et comment il faut dire non, vous êtes conscient de votre valeur et de vos capacités, sinon, vous allez découvrir qu'il y a un changement souhaitable à faire.

    Essayez-vous constamment de plaire ? La réponse à cette question conditionne votre changement, évitez de vous épuiser à séduire les autres pour se concentrer sur ses propres besoins, et non pas sur les besoins désirés par les autres.

    Généralement, la personne stressée est une personne perfectionniste, parfois hésitante. Le changement serait donc d'être moins perfectionniste, d'accepter ses propres défauts, en les mettant en comparaison avec ses propres qualités.
    Cette évolution n'est pas toujours simple à faire, n'est pas toujours aisée à réaliser. Vous pouvez apercevoir dès le premier jour la difficulté de changer ce qui fait notre comportement, et nos systèmes de valeurs. Mais si vous êtes cohérent, vous pouvez remarquer dès les premiers jours que les nouvelles habitudes que vous cherchez à acquérir sont plus confortables, plus adaptées à vos besoins, moins stressantes. Le changement commence par le diagnostic, par le questionnement, puis par un petit geste jour après jour.
    Pour sortir du stress, le changement est un mot clé, parfois un changement sans trop d'importance. Vous êtes stressé, car votre chambre n'est pas éclairée, vous pouvez tout simplement augmenter l'éclairage. Vous pouvez également améliorer le rangement de vos affaires si vous êtes stressé en raison du désordre. Si vous êtes stressé en raison de votre comportement, il est temps d'acquérir d'autres comportements. Si vous êtes stressé à cause de votre travail, il est temps d'ajouter une dose de loisirs, des passe-temps agréables, etc.

     

     

    Stress : changeons de rôle


    Le stress est un problème d'adaptation, un effort permanent. L'image que nous avons de nous, marque tout ce que nous faisons, l'estime que nous avons de nous-mêmes, influence nos décisions et notre confiance, et influence le stress que nous subissons.

     

     

    Stress : se rendre compte

    Sandrine se plaint régulièrement du stress, qui se manifeste par de la fatigue, >un sentiment de tension, des troubles du sommeil, et par des palpitations cardiaques. Le travail ne semble pas être à l'origine de ce stress. Par contre, la vie personnelle de Sandrine est « compliquée » selon ses termes. Une relation difficile avec ses parents divorcés. Bien qu'elle soit âgée de 28 ans, Sandrine n'a jamais pu admettre le comportement de son père, qui est parti avec une autre femme. Cette « trahison » selon Sandrine l'a rendue amère et méfiante vis-à-vis des hommes. Elle a vécu à 25 ans, la rupture d'une relation qui avait duré 18 mois. Son partenaire est parti après lui avoir dit qu'elle est étouffante, hésitante, trop fusionnelle. Aujourd'hui, Sandrine parle de l'amour de sa vie, Alex. Alex propose le mariage, elle hésite. Alex insiste, mais Sandrine se sent piégée, stressée, incapable de décider. L'image de son père, le divorce de ses parents, sa méfiance vis-à-vis des hommes, ses besoins émotionnels d'être avec un homme s'entremêlent dans sa tête.
    Si vous avez confiance en vous, en votre valeur et en votre capacité de réussir. Vous aurez d'autant plus le sentiment de maîtriser vos actes, de savoir évaluer les risques. Le stress est rarement un problème majeur dans la vie, sauf quand vous n'avez pas le sentiment de maîtriser votre destinée, quand vous avez le sentiment d'être la proie de décisions prises par les autres ; le stress devient un ressentiment, angoisses, et peur.

    Quand la vie devient stressante, on a tendance à blâmer les influences externes sur nos vies. Nous subissons de nombreuses influences extérieures, gouvernées par des relations personnelles, professionnelles et par des intérêts. Quand nous ne parvenons pas à maîtriser notre vie, nous sommes souvent les premiers responsables et les premières victimes.

    Nous sommes responsables de notre façon de communiquer, et d'établir les liens avec les autres. Pour pouvoir établir des relations équilibrées et enrichissantes avec les autres, nous devons être nous-mêmes équilibrés, satisfaits, et autonomes. Il est important de comprendre nos motivations, nos besoins, de nous accepter comme nous sommes. C'est le seul moyen pour forger une personnalité qui répond à nos vrais besoins. Les perfectionnistes qui s'imposent des objectifs impossibles à tenir, les personnes trop altruistes qui donnent toujours la priorité aux besoins des autres en ignorant les leurs, sont souvent en échec, subissent rejet après rejet. Les personnes qui n'ont pas réussi à forger une autonomie personnelle et émotionnelle risquent d'être toujours en dépendance affective vis-à-vis des autres.

    Se connaître soi-même, c'est apprendre à évaluer ses possibilités, son potentiel, et de ses besoins. Personne n'est éternellement piégé dans l'état présent, ou dans un environnement hostile. Nous avons toujours un choix possible pour modifier notre environnement, et pour forger une personnalité capable de répondre à nos besoins relationnels et émotionnels. Cela ne se fait pas en un jour. C'est un apprentissage pour reprendre le contrôle sur nos actes, ce qui nous transformera en êtres plus forts, et plus autonomes.

    Évoluer n'est pas un processus aisé, au contraire, sortir d'un rôle est parfois pénible et douloureux, nécessitant de se défaire de ses habitudes, de certaines certitudes. Les aspects bénéfiques de ce genre de changement méritent l'aventure : nous sortons de ces changements avec plus d'assurance, plus d'estime de soi, plus de compréhension de nos motivations, et par conséquence moins de stress. N'exigez pas l'impossible de vous-même, ni des autres, vous risquez d'être déçu.

    Soyez réaliste, en acceptant l'échec comme faisant partie de la réussite, en considérant le temps comme un allié, et non pas comme un ennemi.


    Référence:
    Michael H. Ebert, Peter T. Loosen, Barry Nurcombe , Current Diagnosis & Treatment in Psychiatry, Lange editor, 2009

     Elizabeth Des Chenes, ; Anxiety disorders, 2010 Greenhaven Press, a part of Gale, Cengage Learning

     

    Lire la suite
    1
      259 lectures
      0 commentaires
    Mots-clés :
    259 lectures
    0 commentaires

    Pensée positive

    femme-fleurs-roug_20210704-150105_1

    femme-fleurs-rouge

     

     

     Ce n'est pas toujours simple de garder son enthousiasme et son optimisme, indispensables pour la réalisation des projets, et pour la qualité de vie, dans une société anxiogène, et déprimé.

    "La vie est une bataille. Sur ce point, optimistes et pessimistes sont d’accord. Le mal est pénible, la beauté est enchanteresse, mais rare ; la bonté est fragile, la méchanceté triomphe parfois, les imbéciles sont nombreux, les gens de sens ne font pas la majorité et l’humanité est malheureuse.
    Un mélange mystérieux de douleur et de plaisir sur lequel plane une règle qui nous invite à apprendre, et à chercher de comprendre."

    Introduction à la pleine conscience, Henry James

     

    Les personnes pessimistes ont tendance à penser que le malheur est de leur faute. La cause de leur malheur spécifique ou de leur misère générale est, selon elles, une stupidité, un manque de talent, une laideur.

    La pensée conventionnelle veut que le succès engendre l'optimisme, mais Seligman pense que c'est l'inverse qui est vrai. L'optimisme tend à engendrer le succès. Seligman a constaté que les personnes qui abandonnent facilement ne remettent jamais en question leur propre interprétation de l'échec.

    L'optimisme raisonné admet qu'il y a un domaine dans lequel les pessimistes excellent : leur capacité à voir une situation avec plus de précision.

     

    « La vision traditionnelle de la réussite, tout comme la vision traditionnelle de la dépression, doit être révisée. Nos lieux de travail et nos écoles fonctionnent selon l’hypothèse conventionnelle que le succès résulte d’une combinaison de talent et de désir. Lorsque l’échec survient, c’est parce que le talent ou le désir font défaut. Mais l’échec peut également survenir lorsque le talent et le désir sont absents.
    Le désir est présent en abondance, mais l’optimisme fait défaut.  Ce que nous voulons, ce n'est pas un optimisme aveugle, mais un optimisme qui a les yeux ouverts. Nous devons être capables d'utiliser le sens aigu de la réalité du pessimisme quand nous en avons besoin, mais sans avoir à rester dans son obscurité. ”

    Martin Seligman, Apprendre l’optimisme, 1991

     

    Seligman affirme que notre individualisme engendre certaines difficultés. Si nous sommes invités à croire en nos propres possibilités infinies, toute forme d'échec devient dévastatrice.

    L'approche optimisme est changement radical en psychologie. Dans les années 1960, le comportement d'une personne était considéré comme étant le produit des pulsions internes, selon l’approche freudienne, ou le produit des récompenses ou des punitions selon l’approche comportementaliste.

    L’approche optimiste une approche cognitive, qui encourage de commencer le changement par mettre en question nos propres pensées et nos propres jugements sans attendre les récompenses ou les punitions, d'être consciente que les bouleversements de l'ère moderne exigent des changements personnels rapides et efficaces.

     

    Il est légitime d'avoir un moment de mélancolie, de doute, un moment ou nous n'avons plus envie de discuter. Par contre, il est important de ne pas se laisser aller vers une mélancolie profonde. Le  pessimisme complique la réalisation de projets, nous fragilise, et nous rend anxieux. 

    La première chose à faire quand vous sentez ce vent de pessimisme vous envahir est de sortir, de participer à une activité sociale, à s'intégrer dans la vie des autres, à la recherche des gens enthousiastes et optimistes. N'oublions pas que le pessimisme est parfois contagieux, de même que l'anxiété.

     

    Devenir positif

     

    abs11.5 orange Soigner votre vie, votre quotidien, en tentant de faire des projets pour améliorer votre qualité de vie. Participer à une activité, voyager pour rencontrer des gens différents, sortez le week-end avec votre appareil photo pour s'intéresser à un lieu, à une histoire. Autorisez-vous à être égoïste et à faire des choses pour votre propre santé mentale.

     

     

    abs11.5 orange Utiliser les moyens disponibles de divertissement pour améliorer votre humeur, n'hésitez pas à chercher la légèreté, le rire, et l'amusement de temps en temps. Ces moyens existent, des livres, des films, des spectacles peuvent changer votre état d'esprit, en laissant votre cerveau se reposer, et retrouver ses idées positives.

     

     

    abs11.5 orange Éviter les personnes pessimistes, les personnes défaitistes, les personnes qui aiment cultiver leurs problèmes, les personnes qui pratiquent les plaintes toxiques, ces plaintes sous forme de lamentations permanentes sa recherche réelle de solution.

     

     

    abs11.5 orange Éviter l'anxiété inutile, comme celle engendrée par les faits divers où vous ne pouvez rien faire, en préférant l'action. Si vous voulez participer à une action, chercher une activité utile où vous pouvez aider les autres sans rester dans la critique. Analyser est une activité anxiogène, agir est une activité positive.

     

     

    abs11.5 orange Privilégier quotidiennement les moyens disponibles de relaxation, comme la musique, le sport. Une promenade accompagnée de votre musique préférée peut vous donner un moment de repos, peut vous faire oublier les idées négatives qui altèrent votre optimisme.

     

     

    abs11.5 orange Essayer de voir ce qui est positif dans la vie, en acceptant les difficultés comme faisant partie de la vie, en insistant sur ce qui est positif. Les gens volontaires sont moins anxieux, et moins mélancolique.

     

     

    abs11.5 orange N'oubliez pas, les activités créatives sont les meilleurs traitements pour améliorer la qualité de votre vie mentale et psychologique. L'activité artistique, peinture, sculpture, photos, entraîne le cerveau dans un processus positif, la création artistique fait oublier le quotidien, et les idées négatives.

     

     

    abs11.5 orange Rappelez-vous vos victoires sur les difficultés dans le passé, agir de même, vous êtes la même personne, et vous pouvez toujours trouver la force et l'énergie nécessaires pour triompher sur la difficulté qui vous contrarie.

     

     

    abs11.5 orange Être positif n'est pas simple dans notre société, pourtant, c'est indispensable pour la réalisation de nos projets, pour améliorer la qualité de nos relations, et pour préserver notre qualité de vie.

     

     "La vie est cent fois trop courte pour que nous nous ennuyions"
    Friedrich Nietzsche

     

    Lire la suite
    1
      248 lectures
      0 commentaires
    248 lectures
    0 commentaires

    Borderline, trouble borderline de la personnalité

    femme-souc_20210704-145707_1

    femme-souci


     

     

    Le trouble borderline de la personnalité est caractérisé par une instabilité émotionnelle, un comportement impulsif, rapports inter-individuels chaotiques, et image de soi altérée. 

    Le trouble de la personnalité limite est le trouble de la personnalité le plus présent dans les consultations. Il s’agit d’un trouble de santé mentale sérieux difficile à vivre pour le patient et pour ses proches. En dépit de sa fréquence, il s’agit d’un trouble plus mal compris et sous-diagnostiqué.

    Le terme « borderline » a été employé il y a soixante ans pour décrire les patients qui se trouvaient à la frontière entre psychotique et névrotique. Contrairement aux patients psychotiques, qui étaient chroniquement divorcés de la réalité, et aux patients névrotiques, qui répondaient plus systématiquement aux relations étroites et à la psychothérapie, les patients borderline sont entre les deux.

    Enfin, en 1980, la troisième édition du Manuel diagnostique et statistique de l’American Psychiatric Association (DSM-III) a intégré pour la première fois ce trouble.

     

    Lyse touchée par le trouble borderline

    Lyse était une fillette ordinaire qui aimait jouer avec ses poupées rêvait de faire carrière et de tomber un jour amoureuse de son prince charmant.

    À un moment donné, Lyse a basculé, a franchi la frontière entre « normal » et « limite ».

    Ce changement pourrait avoir été influencé par sa mère, très proche de sa fille et qui a brusquement quitté la famille après le divorce. Lyse avait 6 ans.

    Après le départ de la mère, le pèse s’est trouvé seul avec les enfants. Lyse le décrit comme un père distant, laissant les enfants aux soins d’une nounou. Lyse se montrait anxieuse lorsqu’il n’était pas présent. Lyse pleurait à pendant ses visites périodiques à sa mère. Pendant cette période, Lyse perd sa confiance en elle, craignant l’obscurité et redoute d’être seule, devient sensible et pleure facilement. Elle essaie de plaire à ses deux parents, en leur reprochant secrètement leur divorce. Elle a développé une peur profonde d’être abandonnée.

    Pendant la puberté, Lyse s’est préoccupée de plus en plus de son apparence et a commencé à se faire vomir après avoir mangé souffrant de crises d’anorexie et de boulimie. Sa personnalité commence à être troublée, elle pouvait se montrer charmante, charitable et empathique, mais en d’autres occasions, elle faisait preuve d’une rage cruelle imprévisible. Pendant les périodes de stress, elle semblait calme et stoïque, à d’autres moments, elle alternait un chagrin inconsolable et une colère féroce.

    Sa vie sexuelle est peuplée de rencontres passagères, de relations sexuelles sans but sauf à lutter contre son sentiment de solitude et d’abandon.   

     

     Causes et fréquence :

    Ce trouble est une maladie chronique affectant les relations du patient avec son entourage. La fréquence ne cesse d'être augmentée dans les publications scientifiques, arrivant parfois à 10 % de la population féminine. Les personnes affectées ont tendance à l'auto mutilation, aux abus de substances, et aux comportements à risque.

    Les facteurs en cause sont:
    -facteurs génétiques
    -traumatisme durant l'enfance, comme abus physique ou et sexuel.

    D'autres facteurs sont mentionnés :
    -difficultés familiales
    -pauvreté de communication au sein de la famille

     

    Des études génétiques et neurologiques plus récentes ont émis la théorie qu’il pourrait y avoir des fondements biologiques héréditaires.

    Une nouvelle ligne de recherche postule que les vulnérabilités génétiques, ou biologiques se combinent aux traumatismes environnementaux pour produire des mécanismes d’adaptation borderline. Un modèle suggère que les tendances héritées se croisent avec les valeurs basées sur le développement pour produire la personnalité.

    Certains chercheurs ont démontré que des niveaux anormaux de sérotonine, un neurotransmetteur (une substance chimique impliquée dans la conduction nerveuse dans tout le corps, mais surtout dans le cerveau peuvent être à l’origine de l’impulsivité et de l’agressivité accrues.

    D’autres neurotransmetteurs, comme la dopamine et l’acide gamma-aminobutyrique [GABA], peuvent être impliqués dans la régulation de l’agressivité impulsive.

     

     

     Fréquence

    Le trouble borderline de la personnalité est plus fréquent chez les femmes.

    Le trouble borderline représente 30 à 60 % de troubles de la personnalité. 10 % des consultations en santé mentale répondent aux critères de ce trouble. Les femmes sont affectées trois plus que les hommes.  

    L’intensité des symptômes borderline peut être liée aux situations de vie. Ce trouble est plus sévère chez les étudiants, les chômeurs, les personnes séparées, les athées, les personnes ayant un casier judiciaire et chez les personnes ayant perdu un parent par décès ou par divorce.

    Le comportement borderline est observé de la fin de l’adolescence ou début de la trentaine, suite à des problèmes de séparation, ou de crise de colère chez les enfants.  

    La plupart des adolescents affectés par le trouble borderline sont déjà victimes des problèmes d’identité, d’humeur, d’impulsivité et d’insécurité relationnelle.

    Au cours de leurs troisième et quatrième décennies, de nombreux borderline atteignent une certaine stabilité dans leur vie. Les comportements borderline peuvent être freinés ou stabilisés

     

    Signes cliniques


    Les troubles de la personnalité sont perçus comme des inadaptations comportementales chroniques.

    Ce trouble partage plusieurs caractéristiques avec d’autres troubles de la personnalité, notamment les troubles de la personnalité histrionique, narcissique, antisociale, schizotypique et dépendante. Cependant, l’autodestruction, les sentiments chroniques de vide et les craintes désespérées d’abandon distinguent le trouble Borderline d’autres troubles de la personnalité.

     

    Les signes cliniques incluent :

    • -dérégulation émotionnelle
    • -agression impulsive,
    • -agression contre soi ( abus de substance, automutilation )
    • -tendances suicidaires chroniques
    • -colère inexpliquée
    • -intolérance à rester seul
    • -impulsivité avec l'argent, avec les substances et dans les relations sexuelles
    • - troubles du comportement alimentaire.

    Le diagnostic s'effectue sur la base de symptômes, des examens, et des signes.

    Les principales caractéristiques de ce trouble sont l’impulsivité et l’instabilité des relations, trouble de l’image de soi, trouble de l’humeur. Les critères sont :

    1.  Efforts pour éviter un abandon réel ou imaginaire

    2.  Modèle de relations interpersonnelles instables caractérisé par l’alternance entre des extrêmes d’idéalisation et de dévalorisation.

    3.  Perturbation de l’identité : image de soi ou sentiment de soi durablement instable.

    4.  Impulsivité dans au moins deux domaines qui sont potentiellement nuisibles pour soi-même : Impulsivité des dépenses, de sexe, abus de substances, conduite dangereuse, frénésie alimentaire.

    5.  Comportement, gestes ou menaces suicidaires récurrents, ou comportement d’automutilation.

    6.  Instabilité affective (humeur) et réactivité marquée aux situations environnementales : dépression intense, irritabilité, anxiété durant quelques heures ou quelques jours

    7.  Sentiment chronique de vide

    8.  Colère inappropriée, intense ou difficulté à contrôler la colère, manifestations fréquentes de colère, colère constante, conflits physiques fréquents.

    9.  Paranoïa transitoire liée au stress ou symptômes dissociatifs graves. (sentiments d’irréalité)

     

    Difficultés de diagnostic

    Le trouble borderline est rarement isolé. Certains des symptômes sont identiques à d’autres maladies. Par exemple, comme dans le cas des borderline, de nombreuses personnes souffrant d’un trouble de l’attention et d’hyperactivité font preuve d’impatience, d’impulsivité, de colère, d’une faible estime de soi et de fréquents abus de sub — stance.

    Près de 90 % des borderline répondent aux critères des maladies anxieuses, en particulier le syndrome de stress post-traumatique, le trouble panique et le trouble d’anxiété sociale.

    Ce trouble peut imiter d’autres maladies. Les changements d’humeur peuvent être diagnostiqués à tort comme des troubles bipolaires. Une psychose passagère peut imiter la schizophrénie.

    Malgré sa fréquence, le trouble Borderline est souvent mal diagnostiqué ou sous-diagnostiqué. De nombreux cliniciens hésitent à diagnostiquer ce trouble en raison de sa stigmatisation sociale.

    Les patients borderline sont redoutés, ils ont la réputation d’être exigeants, avec des appels téléphoniques fréquents et une agitation constante. Ils constituent un groupe de patients psychiatriques litigieux. Lorsqu’ils sont déçus, leur rage est difficile à tolérer, qui entraine violence, suicide et plaintes.

     

    Le traitement :

    Psychothérapie : 

    La psychothérapie reste la base du traitement, complétée par une pharmacothérapie centrée sur les symptômes.

    Deux approches de psychothérapie ont démontré leur efficacité :

    [1] la psychothérapie psychodynamique qui suit certaines théories psychanalytiques et

    [2] la thérapie comportementale qui utilise des approches cognitives et comportementales.

     

    Médicaments :

    Les médicaments ciblent des symptômes notamment dans les domaines de l’instabilité de l’humeur, du contrôle des impulsions. Les classes de médicaments utilisées sont principalement les antidépresseurs, les stabilisateurs de l’humeur, les psychotropes.

    La thérapie comportementale et psycho-dynamique donne des bons résultats. Le traitement médicamenteux peut réduire la dépression, l'inquiétude, et l'agression impulsive.

    Le comportement auto-destructeur pourrait être modéré par un changement d'environnement social ou familial et par le traitement en groupe.

    Le traitement donne de meilleurs résultats en cas de relation thérapeutique personnalisée ( avec le même thérapeute) car les difficultés avec l'autorité font parfois partie des facteurs déclencheurs de cette maladie. 

     

     

    Le pronostic et l'évolution :

    Le Trouble de la personnalité borderline est une maladie dangereuse, voire potentiellement mortelle : environ 8 à 10 % des patients se suicident.

    La plupart des borderline s’améliorent de façon significative, et près de la moitié bénéficient d’une guérison complète malgré les nombreuses frustrations endurées par le patient, par les proches et la famille, et par le thérapeute.

     

    Les complications :

     

    • -Vie sociale chaotique et résultats scolaires médiocres.

     

    -Abus de substance

     

    -Suicides

     

    -Troubles du comportement alimentaire

     

    -Dépression

     

    - Autres.

     

     

    Références

    Bender DS, Skodol AE, Pagano ME, et al. Prospective assessment of treatment use by patients with personality disorders. Psychiatr Serv 2006; 57:254.

    Gunderson JG, Herpertz SC, Skodol AE, et al. Borderline personality disorder. Nat Rev Dis Primers 2018; 4:18029.

    Ingenhoven T, Lafay P, Rinne T, et al. Effectiveness of pharmacotherapy for severe personality disorders: meta-analyses of randomized controlled trials. J Clin Psychiatry 2010; 71:14.

    Zanarini MC, Frankenburg FR. A preliminary, randomized trial of psychoeducation for women with borderline personality disorder. J Pers Disord 2008; 22:284.

    Cristea IA, Gentili C, Cotet CD, et al. Efficacy of Psychotherapies for Borderline Personality Disorder: A Systematic Review and Meta-analysis. JAMA Psychiatry 2017; 74:319.

    Bellino S, Zizza M, Rinaldi C, Bogetto F. Combined therapy of major depression with concomitant borderline personality disorder: comparison of interpersonal and cognitive psychotherapy. Can J Psychiatry 2007; 52:718.

    McMain SF, Links PS, Gnam WH, et al. A randomized trial of dialectical behavior therapy versus general psychiatric management for borderline personality disorder. Am J Psychiatry 2009; 166:1365.

    Zanarini MC, Vujanovic AA, Parachini EA, et al. Zanarini Rating Scale for Borderline Personality Disorder (ZAN-BPD): a continuous measure of DSM-IV borderline psychopathology. J Pers Disord 2003; 17:233.

     

     

     

    Lire la suite
    1
      287 lectures
      0 commentaires
    287 lectures
    0 commentaires

    Phobie scolaire

    fille-livre_20210704-145450_1


    fille-livres

     

    Il existe de nombreuses définitions. Nous allons choisir deux définitions.
    Définition d'Ajuriaguerra:  "Enfants qui pour des raisons irrationnelles refusent d'aller à l'école et résistent avec des réactions très vives de panique, quand on essaye de les y forcer".

     


     

    Définition de Berg (1969) : « très grande difficulté à être assidu à l'école, sévère bouleversement affectif, absence de troubles antisociaux, parents au courant » 

     

    Qui parmi nous n'a pas tremblé avant un examen, qui n'a pas eu peur avant une interrogation écrite ? Combien de nuits blanches avons nous passé avant de le bac ?  Cette peur normale est un moteur dans le succès scolaire des enfants et des adolescents, un facteur de motivation et de succès.


    Cette peur varie selon les personnes d'une simple sensation de malaise indéfinissable à une véritable peur panique, comme pour chez les adultes qui redoutent un entretien avec un supérieur hiérarchique par exemple, dans le milieu scolaire, dans un lieu d'apprentissage intellectuel et social. Cette peur peut engendrer une anxiété chez les enfants et chez les adolescents.

     

    L'exemple le plus frappant de la phobie scolaire est visible le matin de la rentrée scolaire, les portes des écoles maternelles ne sont-elles pas les témoins de ces visages enfantins couverts de larmes ? Des enfants qui refusent de se séparer de leur mère. Qui d'entre nous n'a pas versé des larmes de séparation ??  Ces difficultés passagères ne sont pas exceptionnelles, et l'enfant s'habitue vite à son école, mais lorsque ces crises de pleurs et de refus perdurent, les médecins parlent d'anxiété de séparation. 

     


    Léa raconte le moment où elle a découvert l'anxiété de séparation de sa fille Heïdi :
    « je sors de la voiture, Heidi est toujours amusée à l'idée de passer la matinée avec des camarades où elle peut jouer et connaître d'autres copains. Nous en avons parlé pratiquement tous les jours. Nous avons fait le tour de l'école, puis devant la porte je l'embrasse et je lui dis : je passe à midi pour te récupérer.

    Mon Dieu !!! Elle avait une telle terreur dans les yeux, elle pleurait, tremblait, et transpirait comme si elle avait la fièvre. Je lui répète qu'elle a cinq ans, et que les grandes filles n'ont pas peur, mais cela ne sert à rien. Après une heure de pleurs à l'école, l'institutrice a prononcé le terme anxiété de séparation. J'entends parler de cette maladie pour la première fois.»

     

    Chez les adolescents, l'école peut créer une phobie scolaire.
    Tout enseignant reconnaît que l'annonce d'un contrôle des connaissances, contrôle écrit ou oral peut mobiliser certains élèves, l'enseignant connaît le pouvoir déstabilisateur, anxiogène (capable de produire de l'anxiété ) d'une telle annonce.

    La "peur" de l'examen est généralement plus grande chez les élèves studieux, les élèves anxieux sont souvent de bons élèves. Passer la nuit à réviser avant un examen, mais s'absenter le jour de l'examen de peur d'échouer devient alors un véritable handicap.
    C'est la cas de Sophie, une fille de 14 ans  qui exprime cette peur de l'école à sa façon :

    « Phobie scolaire !!! étrange et ridicule à la fois. Tous les jours, le lundi surtout, je simule une maladie pour ne pas aller à l'école, par peur. Si je reste une heure en classe, j'ai une sorte d'angoisse bizarre et difficile à décrire.
    Alors pour y échapper, je vais donc toutes les heures aux toilettes. Je reste devant les WC en attendant que ça passe.
    Je fréquente l'infirmerie une fois par semaine aussi. Le collège me rend malade, m'étouffe. j'ai doublé ma 4eme, et j'essaye de me faire virer de l'école mais le proviseur ne veut pas me lâcher. La dernière fois, j'ai laissé mes feuilles volontairement blanches aux examens, car le stress était indescriptible.
    Ca va recommencer l'année prochaine, je le sais .»

    Il s'agit sans doute d'une sorte de phobie scolaire qu'on rencontre durant l'enfance tardive (entre 10-12 ans ) ou chez les adolescents .

    La question est de savoir ce qui se cache derrière, le pourquoi ?

    La phobie scolaire (avec ou sans anxiété de séparation) reste un facteur prédominant pour expliquer l'absentéisme scolaire excessif. 
    Le refus d'aller à l'école affecte la population d'âge scolaire et, sans traitement, peut contribuer à des problèmes psychologiques de longue durée (difficultés maritales, anxiété, dépression, alcoolisme et comportements anti-sociaux). 

     

     

     

    Qu'est ce que c'est une anxiété de séparation


    Jeune adolescent(e), qui a des difficultés à se séparer de ses parents ou des personnes qu'il (elle) connaît, ce qui entraîne une anxiété importante. Lors de l'arrivée en première année du secondaire, il peut y avoir une grande réticence, ou un refus total de se rendre à l'école; parfois cette peur de quitter la maison et ses parents, est masquée par de nombreuses plaintes somatiques.
    À l'école, l'élève est souvent envahissant et "colle" à l'enseignant qui est surinvesti.
    Les plaintes somatiques peuvent l'amener à passer beaucoup de temps au service de santé (infirmerie). Les parents acceptent souvent trop facilement les absences répétées, et/ou sont inquiets face à un adolescent qu'ils considèrent comme physiquement fragile.

     

     

    Quels sont les différents types de phobie scolaire

    On distingue différents types de phobies scolaires : précoces entre 5 et 7 ans essentiellement corrélées à l'angoisse de séparation, et plus tardives, après 10 ans, avec des mécanismes psychopathologiques plus complexes.

     

     

     

    Selon certains auteurs on peut distinguer ces types de phobie scolaire selon l'âge :

     

    A- phobie chez les jeunes enfants ou anxiété de séparation :

    Début aigu, épisode unique ou peut fréquent mais généralement le lundi, début de la semaine après une légère fatigue exprimée durant la semaine
    Peur de la mort exprimée par l'enfant qui pense que sa mère peut être malade et que sa vie est menacée.
    Bonne communication entre les parents, le père est présent et actif dans le foyer.
    Bonne entente entre les parents et l'équipe scolaire

     



    B- Phobie chez les enfants plus âgés ou adolescents :

    Enfant âgé ou pré-adolescent
    Plusieurs épisodes
    Absence de refus du lundi (refus sans modèle)
    Début insidieux
    Absence de peur de la mort
    Santé maternelle non en question
    Mauvaise communication entre les parents
    Problème de santé mentale chez les parents (dépression, anxiété)
    Père absent ou peu intéressé par la famille ou par le foyer
    Difficultés entre les parents et l'équipe scolaire

     

     

     

    Quelle est la différence entre phobie scolaire et école buissonnière ? 

    Faire l'école buissonnière est différente de la phobie scolaire. L'enfant quitte son domicile et ses parents sans difficulté pour occuper son temps scolaire de façon variable le plus souvent agréablement et revenir ensuite en toute impunité.
    L'enfant n'aime pas l'école, ou n'aime pas son école mais aucune anxiété n'est présente.

     

     

     

    Quelle est la différence entre phobie scolaire et fugues ?

    La fugue quelque soit son contexte, l'enfant part plus ou moins à l'aventure pour un temps qu'il n'a pas déterminé et qu'il souhaite parfois indéfini. L'école dans ce cas n'est qu'un élément dans un ensemble.

     

     

     

    Quelle est la différence entre phobie scolaire et rupture scolaire ? 


    La rupture scolaire c'est le cas où l'enfant ne porte aucun intérêt aux acquisitions scolaires. Il n'y a pas d'anxiété, et l'enfant n'a pas peur de quitter sa famille.

     

     

     

    Comment se présente la phobie scolaire ?

    Entre l'enfance et l'âge adulte, l'adolescence est un passage. Ce double mouvement,  reniement de son enfance d'une part, recherche d'un statut stable adulte de l'autre, constitue l'essence de la « crise », du processus psychique que tout adolescent traverse. Ce passage, bien négocié par la majorité d'entre eux, peut parfois présenter des impasses, des comportements pathologiques.

    La présentation du trouble anxieux de séparation varie selon l'âge, les symptômes varient selon les enfants aussi, leur caractère, ou leur personnalité.  

    a- Enfants moins de 8 ans : tendance à avoir des soucis irréalistes au sujet de leur parents, des problèmes relationnels et refus scolaire.
    b- Enfants entre 9-12 ans : Détresse excessive face à la séparation comme dans le cas de voyage scolaire et refus scolaire.
    c- Adolescents entre 12-16 ans : refus scolaire et plaintes somatiques qui impliquent des symptômes sympathiques : maux de tête, vertige, transpiration, symptômes digestifs comme mal de ventre, nausée, crampes, vomissement, et des manifestations musculaires.

    L'anxiété peut être sévère perturbant les activités normales de l'enfant.
    Le diagnostic n'est pas acceptable si ces symptômes accompagnent un autre trouble (par ex une psychose).

    adolecents-gourpe-bande-amitite

     

    Les causes de la phobie scolaire

    Divers scénarios expliquent la phobie scolaire en termes d'anxiété infantile aiguë, d'anxiété maternelle et de relation mère-enfant envahissante. C'est la cas de la mère insatisfaite dans sa propre vie et qui profiterait de l'anxiété de l'enfant envers l'école pour le décourager d'y aller et le maintenir dans une relation de dépendance avec elle. C'est aussi une hostilité de la mère envers l'école.
    D'autre part, un enfant qui se surestime mais qui est menacé par la réalité de l'école, pourrait bien éviter l'école et en être protégé par sa mère.
    Les études ont montré le rôle des relations familiales sur-protectrices et le poids de l'anxiété de séparation dans la phobie scolaire.

     

     

     

    Rôle de l'anxiété de séparation dans la phobie scolaire des enfants

    Si l'anxiété de séparation paraît pertinente pour expliquer la phobie scolaire chez l'enfant jeune, Cette explication ne permet pas d'expliquer la phobie scolaire des adolescents.
    De nombreux adolescents phobiques scolaires présentent des antécédents infantiles d'anxiété de séparation pathologique, mais il existe des cas de refus scolaire où l'adolescent accepte facilement toute séparation (sport, loisirs…) sauf celles relatives à l'école. Dans ce cas, l'anxiété de séparation ne joue pas un grand rôle.

     

     

     

    Les causes de la phobie scolaires chez les adolescents

    Jean-Jacques Rousseau évoquait dans Emile « cette orageuse révolution s'annonce par le murmure des passions naissantes, l'enfant devient sourd à la voix qui le rendait docile, c'est un lion dans sa fièvre, il méconnaît son guide, il ne veut être gouverné… il n'est ni enfant, ni homme et ne peut prendre le ton d'aucun des deux». L'adolescence est la problématique de la dépendance et de l'identité. L'adolescent est brusquement confronté à une contradiction qui lui semble insoluble : pour être soi il faut se nourrir des autres, les imiter, les comprendre, être avec, faire comme eux mais il faut aussi se distinguer d'eux pour exister.
    Avec la puberté le corps change, les caractères sexuels secondaires apparaissent, la perte momentanée des repères entraîne une inquiétude. la pensée se sexualise, les conflits psychiques sont réactivés et le monde interne est bouleversé.

     

     

    Les relations familiales

    Les relations familiales sont importantes dans l'apparition de la phobie scolaire. De nombreuses enquêtes ont mis en évidence une augmentation des troubles anxieux chez les adolescents présentant des phobies scolaires.

     

     

    Les personnalités des parents :


    Les mères :
    Anxieuses et sur-protectrices, entretenant une relation de dépendance avec l'adolescent.

    Mère animée par un doute sur ses propres qualités de mère.
    Mère en apparence indulgente et permissive mais inconsciemment rigide.
    Mère incitant l'adolescent à s'éloigner d'elle, « va à l'école » mais distillant à l'adolescent des messages de genre « je ne supporterais pas que tu m'abandonnes »
    Mères anxieuses

     


    Dépendance mère-enfant.
    Lien mère phobique et fille phobique
    Etat dépressif chronique chez les mères d'adolescents phobiques scolaires
    Dépression maternelle accompagnée d'une culpabilité (l'enfant intériorise une image maternelle fragile, incapable de lui assurer son autonomie psychique.)
    Dépression maternelle activant chez l'adolescent des craintes de la mort de la mère

     

     

    Les pères :
    Le père dans la majorité des cas semble peu capable de tenir son rôle viril et paternel.
    Père absent, divorcé, décédé, éloigné ou inaccessible
    Père déchu de son rôle par la volonté maternelle.
    Présent et dévalorisé par la mère,
    Malade chronique ou invalide.
    Père anxieux
    Père dépressif
    Démission du père
    Père entrant en compétition avec la mère

     

     

    Les adolescents :
    Les adolescents phobiques scolaires évitent toute confrontation avec leurs pairs.
    Ils entretiennent une relation amicale exclusive avec une personne du même sexe.
    Lien de dépendance avec une mère dépressive et anxieuse.
    Identification au parent du même sexe défaillante.
    Sentir l'école comme un milieu persécuteur.

    enfant-dessin

    Le diagnostic de la phobie scolaire

    Pour le parent qui doit intervenir avec un enfant qui refuse d'aller à l'école, la situation est délicate. La raison invoquée peut sembler banale mais pour l'enfant il s'agit d'un stress majeur.

     

     

    Les symptômes
    Le trouble anxieux de séparation se manifeste par des symptômes variés allant d'une détresse irréaliste et périodique relative au danger qui entoure les membres aimés de la famille jusqu'à la dépression sévère.

    D'autres signes peuvent aider au diagnostic :
    Refus de s'endormir sans être près du parent (dormir dans le lit parental)
    Détresse excessive et crises de colère quand la séparation est imminente
    Cauchemars au sujet de la séparation
    Nostalgie excessive et désir de retourner à la maison

    • Symptômes psychosomatiques fréquents
    • Famille dysfonctionnelle : l'enfant n'est pas encouragé à achever son processus de séparation, et même parfois récompensé de son attachement, ouvertement ou secrètement (le cas des enfants placés au centre d'un conflit conjugal).
    •  
    • L'anxiété de séparation est souvent précurseur du refus scolaire.
    • Les garçons et filles ne sont pas différents dans la présentation du symptôme.

     

     


    Les Directives diagnostiques européennes (F93.0)

    Selon ICD-10 Classification des troubles Mentaux et comportementaux, OMS, Genève, 1992
    Les médecins appliquent des critères établis selon les résultas des recherches pour faire le diagnostic.

    Pour diagnostiquer la phobie scolaire, l'organisation mondiale de la santé a établi les critères suivants :
    Préoccupation irréaliste au sujet d'un "possible" malheur survenant au parent ou de leur disparition définitive sans retour
    Préoccupation irréaliste que l'enfant se perde, enlevé, soit admis à l'hôpital, ou tué.
    Refus persistant d'aller à l'école motivé par la peur de la séparation
    Refus persistant de dormir sans être proche ou à côté d'un parent.
    Peur persistante d'être seul à la maison pendant le jour
    Cauchemars répétés au sujet de la séparation
    Apparitions répétées de symptômes physiques (nausée, mal au ventre, mal de tête, vomissement, etc.) en relation avec la séparation d'un parent.
    Détresse excessive et périodique (pleur, crises de colère, indifférence, retrait social) dans l'anticipation de l'absence du parent ou pendant son absence.
    Le diagnostic repose sur la démonstration que l'élément commun de ces symptômes est l'anxiété de séparation.
    Le refus scolaire qui survient pour la première fois, ne devrait pas être étiqueté phobie scolaire sans éliminer les autres causes.

     

     

     

    Quels sont les maladies qui peuvent imiter la phobie scolaire :


    Trouble du stress post-traumatique.

    Phobie Sociale (peur persistante d'être en public, des examens, avec action d'évitement).
    Abus de substance (drogues, alcool).
    Dépression (les enfants déprimés sont généralement mal traités et harcelés par les autres enfants).
    Trouble du déficit d'attention
    Réaction de deuil.

    Attention : La peur de "l'ambiance scolaire" est un problème à prendre en considération avant de faire le diagnostic
    La peur de l'ambiance scolaire suite à des violence, menaces ou chantage peut justifier que l'enfant refuse d'aller à l'école ou qu'il redoute sa scolarité.

    Les symptômes suivants orientent vers le refus scolaire par peur de violence, et permettent de le distinguer de la phobie scolaire (anxiété de séparation) :
    1- Retard et envie de rester à la maison
    2- Résultats scolaires moyens
    3- Enfant aimant l'école
    4- Refus soudain d'aller à l'école
    5- Plus de Signes somatiques que d'inquiétude
    6- Enfant stable à la maison, sans histoire d'absence parentale.

     

     

     

    Chez l'adolescent, le début de la phobie scolaire est plutôt progressif


    Celui-ci se retire progressivement des activités de groupe, il sort de moins en moins et sa dépendance envers ses parents augmente, parallèlement à un autoritarisme parfois une tyrannie, voire une violence grave.
    Un événement d'apparence insignifiante ou sans aucune mesure avec les conséquences entraînées (déménagement,  décès d'une personne à laquelle l'enfant ne semblait pas particulièrement attaché,...), peut être retrouvé dans les jours ou les semaines précédentes. Cet événement n'est en fait qu'un facteur déclenchant précipitant les troubles et non la cause des troubles.

    L'expression aiguë est liée à l'école : lors du départ au collège, au  lycée, l'adolescent s'agite, manifeste une angoisse importante et démesurée. Cette angoisse apparaît parfois seulement dans la salle de classe. Si l'adolescent est forcé, des manifestations comportementales « bruyantes » apparaissent : cris, agitation, violence, fuite.

    Des symptômes peuvent surgir ; L'adolescent peut se plaindre de nausée, vomissement, perte d'appétit, syncope, maux de tête, malaise, douleur abdominale, diarrhée, douleur des membres. Ces plaintes surviennent en général le matin, plutôt le lundi avant ou pendant l'école.

    La phobie scolaire est rationalisée (justifiée par l'adolescent),  le plus souvent sur l'incompétence des enseignants, la crainte des examens, un désintérêt à l'égard des connaissances, crainte des autres adolescents (sentiment d'être le bouc émissaire, de ne pas être compris), et la fameuse inutilité des programmes.

    On observe ensuite le retrait progressif des activités de groupe, l'isolement vis-à-vis des pairs. Il devient exigent, susceptible, agressif avec sa mère qui devient l'objet de ses colères, rage et parfois de violence.

     

     

     

    Ce comportement s'accompagne de :


    Comportements dépressifs,

    Crises de larmes, idées tristes,
    Baisse de l'estime de soi,
    Pensées suicidaires,
    Repli sur soi,
    Troubles du sommeil,
    Modification de l'appétit,
    Anorexie ou boulimie,
    Opposition au milieu familial.

     

     

     

    Quels troubles se cachent derrière une phobie scolaire?


    Identifier une phobie scolaire chez un élève est facile. Mais identifier les causes ou les troubles qui se manifestent par la phobie scolaire n'est pas aisé. 
    La phobie scolaire est un des symptômes d'un malaise, d'un mal-être. L'anxiété de séparation correspond cliniquement à la description de la phobie scolaire chez le jeune enfant, alors que pour les plus âgés, il s'agit souvent d'agoraphobie (peur des endroits ouverts), ou d'un problème psychologique.

    Dans de très rares cas, la phobie scolaire peut révéler une maladie psychiatrique telle une schizophrénie.

    enfant-maman

    Quel traitement pour la phobie scolaire

    - L'évaluation médicale est essentielle pour dépister des problèmes organiques réels : épilepsie ou diabète.
    - Une attitude ferme d'assurance des parents, du médecin et du milieu scolaire suffit bien souvent à rétablir la situation.
    -  si les difficultés persistent, avec une fréquentation de l'infirmerie, et absences régulières, une évaluation psychiatrique de l'élève et du milieu familial est nécessaire.
    - Il est primordial pour le milieu scolaire, de comprendre que les difficultés psychologiques de l'élève ne pourront pas être traitées, bien au contraire, par des cours par correspondance. Ces cours renforcent les difficultés et permettent aux symptômes de devenir chroniques.
    -  Les changements répétés d'école ne font que déplacer sur une autre école les problèmes après une amélioration passagère.
    - Après un bilan médical, le but à atteindre est non seulement le retour à l'école mais aussi la reprise d'une bonne insertion sociale.
    - Le traitement associera une psychothérapie individuelle pour l'enfant, une psychothérapie familiale, une hospitalisation dans les cas extrêmes.
    - La place des médicaments est limitée dans la phobie scolaire. 
    - les études montrent que 33 % des élèves traités retrouvent une scolarité satisfaisante, 33 % parviennent à reprendre la scolarité mais avec difficultés psychologiques persistantes. Dans 33 % des cas, le retour vers une scolarité normale devient difficile et accompagné de troubles psychiatriques.

     

     

     

    Phobie scolaire chez les jeunes enfants : 

    Une  attitude ferme et de réassurance des parents, du médecin et du milieu scolaire suffit bien souvent à rétablir la situation. Si la situation s'empire, le traitement sera indispensable.  

    Le but des soins chez le petit enfant est de faciliter le développement normal de l'enfant et de le soulager de son anxiété de séparation.  Les quatre points suivants sont à traiter:
    comportement de fuite excessive et d'évitement
    réactions physiologiques somatiques
    manque de contrôle
    régulation à travers un discours explicatif rationnel et ferme.

     

     

     

    Approche psycho-dynamique :


    ce traitement se base sur la théorie psychologique que l'enfant réagit à un conflit entre le conscient et l'inconscient en lui. La thérapie psycho dynamique individuelle utilise par exemple une pièce de théâtre pour les jeunes enfants avant l'âge de la parole deux fois par semaine. Les études montrent 70 % d'amélioration). Des séances plus fréquentes ( 3-4 fois par semaine durant 6 mois ) peuvent aider l'enfant ou l'adolescent à travers les sensations et les réactions aux situations à se comporter d'une manière différente.

     

    La thérapie familiale


    Insiste sur le traitement des troubles anxieux dans la famille (agoraphobie), dépression, et alcoolisme pour faciliter la communication et changer le modèle dysfonctionnel de la famille.

     

    La thérapie sociale

    Devrait déterminer si l'enfant refuse l'école en raison de trouble de séparation, ou pour d'autres raisons : tyrannie scolaire, violence, problèmes académiques, refus scolaire dû à une anticipation d'échec. Le rôle de l'assistante sociale est de trouver pour l'enfant le placement scolaire approprié.
    Les médicaments ne devraient pas être utilisés en première ligne comme traitement pour le trouble anxieux de séparation.

     

     

    Phobie scolaire chez les adolescents :

    La psychothérapie individuelle basée sur la parole et la réflexion est insuffisante car l'adolescent ne coopère pas.
    La nécessité de prise en charge « adaptée » est  justifiée, car la phobie scolaire s'accompagne de nombreux troubles comme : sociabilité difficile, dépendance familiale importante, relations émotionnelles et sexuelles perturbées.

    Chez les adolescents, le traitement de la phobie scolaire nécessite une prise en charge semblable à celle des enfants souffrants de phobies.
    L'approche thérapeutique devrait être adaptée à chaque situation et à chaque adolescent, en prenant en compte la structure familiale.
    On peut imaginer par exemple, le retour progressif de l'adolescent sur les lieux où sa phobie se déclenche pour le désensibiliser avec une psychothérapie de l'adolescent et prise en charge parallèle des parents par un autre psychothérapeute.
    Si la phobie est bien installée, le recours à l'hospitalisation est parfois nécessaire.
    La prescription d'anti-dépresseur est possible chez les adolescents mais leur intérêt varie selon chaque cas.
    Le retour progressif à l'école doit être le but du traitement. Le traitement basé sur la  relaxation, la réflexion, et l‘affirmation de soi peut faciliter la réinsertion en milieu scolaire.

     

     

     

    Le traitement psychologique

    L'essentiel au début de la prise en charge, est de reconnaître la souffrance des adolescents. Durant les séances de travail, le psychothérapeute ou le médecin va tenter de rassurer l'adolescent sur son identité, et revaloriser son estime de soi. Les activités  riches en «  plaisirs partagés » comme danse, théâtre permettent aux adolescents de retrouver leur équilibre, leur place dans un groupe.

    Le traitement va tenter de convaincre l'adolescent de tolérer la contradiction, pour l'accompagner ensuite vers l'étape suivante : accepter ses pensées, se réconcilier avec sa pensée.
    Il est inutile de demander à l'adolescent phobique de citer le contenu de sa pensée,  il est dans l'incapacité d'exercer une activité de ce genre,  et dans ce cas, ses réponses seront du genre : parce que, je ne sais pas, j'en ai marre, etc. En face de cette paralysie de  penser, le traitement sera basé sur l'expression des sentiments ressentis. La perte, la peur, la haine, la colère, la mort, la séparation. Ces émotions sont la traduction d'une pensée que l'adolescent ne peut pas exprimer. La participation à des ateliers de groupe est précieuse. On y apprend à repenser, à se consoler.

     

     

    Le traitement permet aussi de redéfinir des liens avec les parents, de répondre à des questions inquiétantes :
    Que ferai - je si maman meurt demain alors que mon père vit avec une autre femme ?
    Comment je peux protéger ma mère alors qu'elle est fragile et dépressive ?
    Mon père ne m'a jamais aimée, je ne suis pas comme les autres, comment faire ?

    Dans ce cadre le travail thérapeutique devrait partager la pensée de l'adolescent, proposer une autre pensée  et élaborer avec l'adolescent une troisième pensée.
    A la question, par exemple, que ferai - je si maman meurt demain alors que mon père vit avec une autre femme, l'adolescent exprime une anxiété liant la peur de la mort à la séparation. Le thérapeute peut répondre que maman est jeune, et ne risque pas de mourir demain.  Le schéma suivant tente d'expliquer un exemple

     

     

    Adolescente dit

       

    Thérapeute répond

    Conclusion

       

    que ferai - je si maman meurt demain alors que mon père vit avec une autre femme

    Ta maman est jeune, elle ne va pas mourir demain

       

    Maman peut mourir mais plus tard

    Mais elle va mourir un jour

    Ca sera triste, mais tu seras grande

    La mort n'est pas pour demain

    Mon père ne me prendra pas dans sa famille

    Possible, mais tu auras déjà une maison et une famille

    La séparation avec la mère ne menace pas la survie de l'adolescent

    Mon père est un salaud, il a fait pleurer ma mère milles fois

    Oui, les adultes sont compliqués

    Le problème des parents ne doit pas être le problème d'enfants

    Tu crois que je dois le revoir

    Peut être un jour

    Mais je n'aime pas l'école

    On n'aime pas toujours son école

    Normaliser les émotions de l'adolescent

    Alors je suis comme les autres

    Oui,  mais aussi tu es toi même

    Renforcer l'identité de l'adolescent

     

    La thérapie comportementale de courte durée (moyenne de 6 mois)

    Cette thérapie donne des résultats positifs chez 83 % des enfants. Cette thérapie dite cognitive ( faisant appel aux émotions et à l'intelligence) essaie de restructurer les pensées de l'enfant et ses actions dans une structure plus adaptée. On inclut aussi la désensibilisation systématique et une réponse comportementale adéquate pour faciliter la séparation, et pour lutter contre les symptômes somatiques à travers des jeux de rôles, techniques de la relaxation, systèmes de récompense.

    La méthode comportementale inclut
    - Relaxation

    - désensibilisation à travers une exposition au risque ( que fera-t-on si maman est morte ?)
    - Elaboration des réponses préventives ou le “Flooding”
    - Acquisition d'un nouveau comportement ou le « Modeling »

    La méthode Cognitive-comportementale ; exemple le plan « FEAR » de (Kendall & Treadwell)
    F=Feeling afraid : avoir le sentiment de peur
    E=Expecting bad things: avoir des idées redoutant l'arrivée de mauvaises choses
    A=Actions & attitudes that can help : connaître les actions et les comportements qui peuvent aider R=Results & rewards: Résultats et récompenses.

     

     

       

    Adolescente dit

       

    Thérapeute répond

    Que ferai - je si maman meurt demain alors que mon père vit avec une autre femme

    Tu  partiras  chez ton père ou chez ta grande mère

    Mais elle va mourir un jour

    Oui, mais tu ne seras pas seul

    Mon père ne me prendra pas dans sa famille

    Possible, tu sers alors chez une tante, ou chez ta grande-mère.

    Mon père est un salaud, il a fait pleurer ma mère milles fois

    Oui, les adultes sont compliqués

    Tu crois que je dois le revoir

    Si tu as envie

    enfant_arbre

     

    La prevéntion de la phobie scolaire s'articule sur : 

    - Lutter contre les facteurs qui contribuent à l'apparition de trouble anxieux de séparation comme la fatigue, maladie mineure ou majeure, changements dans la routine de la maison, naissance, divorce, ou décès.
    - Prévenir cette anxiété de séparation avant toute hospitalisation de l'enfant et adopter des stratégies pour l'alléger.
    - La présence d'une baby-sitter à l'âge de six mois aide l'enfant à tolérer de courtes périodes de séparation et à faire confiance aux autres.
    - Commencer l'école maternelle à âge de 3 - 4 ans. C'est particulièrement conseillé pour les enfants trop dépendants de leurs parents.
    - Supporter l'enfant durant ces périodes d'anxiété.
    - Aider l'enfant à se familiariser avec les nouveautés de son environnement avant de le laisser seul.
    - respecter les rituels qui rassurent les enfants (l'heure du coucher, heure de réveil, rituel matinal)
    - Rappeler à l'enfant les moments où il a montré du courage, et évoquer les pensées positives.
    - Parler de l'acceptation de la séparation.
    - Réduire la peur de l'enfant en luttant contre l'origine de cette peur
    - Préparer l'enfant à travers les livres et les histoires aux périodes de séparation (école maternelle, voyages, éloignement d'un parent).
    - Raccourcir les adieux avec l'enfant et ne pas montrer sa propre anxiété.
    - Ne pas partir furtivement.

     

     

    Les professeurs face au parent anxieux

    Si le professeur se présente lui -même, à enfant et invite l'enfant à jouer, l'anxiété de l'enfant sera réduite.
    Suggérer au parent de jouer avec l'enfant un jeu permettant d'améliorer l'acceptation de la séparation.
    Permettre au parent de rester pour calmer l'enfant en cas de trouble panique.
    Ne jamais critiquer un enfant triste ou inquiet.
    Si l'enfant est inconsolable plus de 2 semaines, ou si plaintes physiques répétées le matin avant d'aller à l'école maternelle, une consultation médicale serait utile.

    Prévention contre la phobie scolaire des adolescents
    -         Comprendre la souffrance des adolescents phobiques
    -         Soutenir l'autonomie de l'adolescent
    -         Renforcer son estime de soi en évitant les critiques et les humiliations
    -         Eviter de se plaindre devant les enfants et de se présenter comme victime
    -         Garder l'image paternelle ou maternelle intacte en cas de divorce
    -         Eviter de transmettre les phobies maternelles aux enfants
    -         Encourager les résultats scolaires des adolescents
    -      Ne pas accepter une rationalisation du genre : je n'aime pas le collège ou le professeur est incompétent.
    -       Dans la phobie scolaire, dans la plupart des cas, l'école n'est pas coupable, le corps enseignant  non  plus.
    -       En cas de phobie scolaire chez un adolescent, évitez les cours par correspondance et l'école à la maison, c'est un facteur important pour rendre cette anxiété chronique.

     

     

     

    Prévention au sein du système éducatif :


    Au Japon, la pression sociale et un système scolaire particulièrement compétitif génèrent un tel stress que les refus scolaires peuvent être d'une violence majeure avec auto et hétéroagressions.
    Le suicide des écoliers japonais est assez répandu.
    La personnalité de l'enfant, de l'adolescent, les réactions de sa famille et de ses camarades jouent un rôle important dans la phobie scolaire.
    Le système éducatif n'est pas isolé de la société.
    A nous tous de réfléchir ensemble sur une question toujours essentielle : Dans quelle société  voulons - nous  vivre ?

    La phobie scolaire ou refus scolaire anxieux, bien que peu fréquente, est une manifestation d'anxiété, mais si l'école est impliquée dans cette anxiété, l'école n'est pas toujours responsable.

    deux-enfants

    Phobie scolaire

    En 1913, Jung évoque pour la première fois une forme de "refus névrotique" d'aller à l'école. Broadwin en 1932 isole une variante de l'école buissonnière où l'enfant, par crainte de ce qui pourrait arriver à sa mère, se précipite chez lui pour soulager son angoisse. La peur de l'école représente donc la peur de quitter la maison.
    En 1941, Johnson complète la première description de Broadwim et propose le terme de phobie scolaire qui différencie ces enfants, des "écoliers des buissons". Dès cette époque, la phobie scolaire se définit comme un symptôme ou un ensemble de symptômes.

     

     

    L'école obligatoire

    Les troubles psychologiques sont des troubles d'adaptation : sans école obligatoire, il n'existe pas de phobie scolaire.
    L'obligation de la scolarité est un concept, qui depuis sa description, continue à soulever bien des questions. Dans la plupart des pays occidentaux, cette obligation remonte à la fin du XIXe siècle. L'école devient obligatoire par la loi et les parents se trouvent obligés d'envoyer leurs enfants à l'école. Cette obligation n'a pas été accompagnée par un règlement interne clair permettant par exemple de protéger l'enfant contre certains comportements autoritaires du corps enseignant. L'époque était pour l'école publique obligatoire.
    Depuis cette obligation, l'école est devenue un lieu privilégié d'expression et d'observation de troubles psychopathologiques de l'enfant et de l'adolescent.

     

     

     

    L'école entre éducation et instruction

    L'école obligatoire n'était pas le fardeau des gens pauvres, mais un privilège. Les classes aisées avaient leurs écoles privées à la maison, qui étaient aussi obligatoires. Ces écoles ont été à travers l'histoire le témoin de l'évolution de la société. Les punitions physiques étaient la règle au début de 20ème siècle, sans oublier moquerie, humiliation, et frustration.
    Ces pratiques ont accompagné l'école obligatoire. On pensait qu'il fallait éduquer les enfants scolarisés, alors on punissait, on faisait peur, on menaçait, on giflait, on frappait et on corrigeait les mauvais élèves en publique.

     

    L'école comme lieu social

    La société dans sa complexité est bien présente à l'école. Les classes sociales, la pauvreté ou la richesse, la violence et les habitudes. L'enfant affronte dans l'école une société d'enfants dont chacun porte en lui son éducation et son héritage culturel. La violence scolaire n'est pas marginale, et ne fait que refléter la violence de la société. Si la scolarité est un lieu d'apprentissage de la vie en société, c'est aussi pour l'enfant l'angoisse, la peur des autres, la force physique chez les garçons, l'aspect corporel chez les filles.

     

     

    L'école, anti-chambre de la réussite sociale

    Dans une société industrialisée où la réussite scolaire est de plus en plus valorisée, la phobie scolaire est plus fréquente. Il existe un parallélisme entre la valorisation des études sur plan individuel, familial,  social, et la fréquence des phobies scolaires. Au Japon où la compétition scolaire est maximale, les « refus scolaires anxieux » représentent 60 à 70 % des cas dans certains centres de consultation.
    Un système scolaire exigeant dans une société de performance participe sans doute à déstabiliser les adolescents. L'entrée au collège en France est symbolique ; autonomie plus importante, nouvelles matières, pluralité des maîtres, et orientations différentes en fonction des résultats scolaires, et en arrière plan les ambitions familiales. Comment un enfant peut-il ignorer cette compétition scolaire ?

     

     

    Lire la suite
    0
      327 lectures
      0 commentaires
    327 lectures
    0 commentaires

    Sucres, glucides, Hydrates de carbone dans la nutrition

    legumes

    legumes

     

     

     

    Certains types d'hydrate de carbone ont une importance spécifique dans la nutrition humaine comme les sucres, les amidons, les sucres- alcools et les fibres alimentaires.

     

    abs11.5-bleu1 Sucres

    L'Organisation mondiale de la santé  utilise le terme "sucre" pour décrire les monosaccharides et les disaccharides.

    Les sucres sont employés couramment dans l'industrie alimentaire comme édulcorants et conservateurs.

    Ils améliorent la texture, le goût, et la viscosité des nourritures et des boissons.

     

    abs11.5-bleu1 Sucres- alcools ou polyols

    Les Sucres- alcools ou polyols sont des monosaccharides et disaccharides

    tels que le sorbitol et le xylitol, utilisé comme édulcorants dans l'industrie alimentaire.

    Ils ont suscité l'attention en raison de leurs capacités d'adoucir le goût et la texture des aliments  et  leur absorption limitées.

     

    abs11.5-bleu1 Amidons

    Le polysaccharide le plus important, le plus abondant dans la nutrition humaine. L'amidon comporte des grandes chaînes de glucose. Amylose et amylopectine. Les deux formes d'amidon peuvent être trouvées dans les céréales, pommes de terre, légumineuses, et dans d'autres légumes. La composition la plus répandue est de 80-85 % d'amylopectine  et 15-20 % d'amylose.

     

    abs11.5-bleu1 Fibres

    Il n'existe pas une définition consensuelle des fibres alimentaires.

    Il est possible de définir les fibres diététiques comme les hydrates de carbone d'origine animale ou végétale indigestes, que l'organisme ne peut assimiler ou digérer.

    D'autres études définissent les fibres diététiques comme des hydrates de carbone qui quittent l'organisme, intacts en raison de l'incapacité de l'organisme humain à les digérer ou à les traiter. En d'autres termes il s'agit  des hydrates de carbone non digestibles.

    On peut distinguer deux types de fibres : les fibres diététiques comportent des hydrates de carbone non digestibles d'origine animale ou végétale, et les fibres fonctionnelles qui seront des hydrates de carbone non digestibles d'autres origines (l'origine animale ou végétale.)

    Les fibres totales englobent selon sa définition les fibres diététiques et les fibres fonctionnelles.

    Les fibres diététiques et fonctionnelles ne peuvent pas être digérées par les enzymes présents dans le tube digestif des mammifères, traversant intactes le tube digestif. La présence de ces fibres est bénéfique pour la santé gastro-intestinale et pour la prévention de certains cancers comme le cancer colique.

     

     

    poulet roti pomme legumes

     

    Glucides  rapides, glucides lents

    Les aliments riches en amidon comme les céréales, les légumineuses, sont adaptées à la physiologie humaine et permettent une Nutrition équilibrée et utile en raison, de la lenteur de leur absorption dans le tube digestif, de la richesse en glucose indispensable pour fournir l'énergie à l'organisme, des vitamines et des fibres apportées.

     

    Il existe une grande variété de glucides, présents et consommés dans les boissons et les aliments. Ces glucides sont parfois solubles comme le saccharose, fructose et glucose qui représente 20 % de la consommation d'énergie dans l'alimentation occidentale.

     

    Le traitement culinaire et le traitement appliqué par l'industrie agroalimentaire sur le pain blanc peuvent rendre les glucides aussi rapidement digestibles que le glucose ou le saccharose, car la vitesse de digestion de l'amidon est gouvernée par les enzymes pancréatiques comme l'insuline, mais certains amidons sont plus résistants que d'autres.

    Dans le cas du pain blanc, l'amidon est débarrassé de ses structures fibreuses présentes dans la graine, ou dénaturé par chauffage, ces glucides deviennent plus sensibles aux enzymes pancréatiques et leur digestion serait aussi rapide que le glucose. Dans le cas du pain complet, l'amidon est digéré avec les constituants de la graine, accompagné donc des fibres alimentaires. Sa digestion devient lente et progressive. C'est le cas aussi des glucides présents dans les légumineuses et dans les aliments à partir des céréales comme les pâtes alimentaires.

     

    La digestion des glucides alimentaires augmente le taux de glucose dans le sang. Cette augmentation est définie par un index nommé l'index glycémique. Dans cet index le glucose pur et référencé à 100, les autres glucides sont référencés par rapport au glucose.

    Le métabolisme de ces glucides rapides ne pose aucun problème chez les personnes en bonne santé. Cependant leur assimilation est souvent rapide. Ces glucides manquent de micro nutriments comme les vitamines, les antioxydants mais aussi des fibres. L'absorption de ces glucides augmente fortement le taux de glucose dans le sang, ce taux sera ajusté par la sécrétion des enzymes spécifiques comme l'insuline. La consommation de glucides solubles n'augmente donc pas le taux de diabète.

    Notre alimentation actuelle est riche en glucides rapides, et manquent parfois de glucides lents et de fibres alimentaires, bien que notre physiologie soit plus adaptée aux glucides lents.

     

    Le choix de consommer des fruits ou les légumes par exemple peut améliorer la qualité nutritionnelle de  ces glucides, ils sont accompagnés d'autres micros nutriments indispensables comme par exemple la vitamine C dans les agrumes, les différents minéraux dans certains fruits et les fibres alimentaires dans de nombreux légumes.

     

    Les polysaccharides

    Ces sucres se composent de plus de 9 monosaccharides.

    Les glucanes  par exemples sont des polymères de glucose, existent dans notre alimentation  sous forme d'amidon, de glycogène, et sous forme de cellulose dans la cellule végétale.

    L'amidon est le polysaccharide le plus utilisé dans le stockage des monosaccharides dans la cellule végétale.  La cellulose est l'élément principal constituant les parois de la cellule végétale.  Les glucanes englobent également  Amylopectine, Amylose,  Dextrane, Glycogène, et Pullulane.

    L'amidon se trouve dans les organes de réserve de nombreuses plantes : les graines (céréales, maïs, froment) et les légumineuses, des racines et tubercules comme la pomme de terre et dans certains fruits comme les bananes

    Le glycogène est une molécule constituée de nombreuses unités de glucose et  constitue une réserve de glucose stockée dans le foie et dans les muscles.

    Le foie utilise le glycogène pour former des monosaccharides utiles comme le glucose.

    La production de glycogène dans l'organisme est stimulée par l'insuline,  la dégradation du glycogène en glucose est stimulée par le glucagon et l'adrénaline.

    L'agar-agar (ou E406 dans la liste des additifs alimentaires) est un produit gélifiant obtenu à partir d'algues rouges est un polymère de galactose (galactane) contenu dans la paroi cellulaire de certaines espèces d'algu